Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

La présence au monde du quadra

30 Juin 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

forum.jpgQuestion de quadragénaire : je m'interroge beaucoup en ce moment sur la question de la présence de l'homme mûr au monde (ses proches, les plus éloignés). Son rapport à sa génération, à celle qui l'a précédé, à celle qui suit (là encore aussi bien ses proches que la multitude). Le monde romain, société certes très patriarcale et aristocratique, mais qui s'est posé de nombreuses questions à la lumière de la philosophie grecque sur la responsabilité du citoyen dans la société, sur la liberté collective etc, nous fournit un cadre de réflexion toujours intéressant sur ce thème, je crois, un cadre d'ailleurs davantage constitué d'exemples, d'anecdotes, que de grands exposés didactiques. Prenez par exemple cette anecdote de Plutarque sur César qui, croisant des saltimbanques sur une route qui chérissaient énormément leur singe, leur demanda s'ils n'avaient pas d'enfants dans leur pays puisqu'ils en venaient à cajoler autant un animal. L'anecdote montre à la fois le côté très répandu dans toutes les sociétés humaines à toutes les époques de l'affection aussi bien pour les animaux que pour la progéniture (avec une priorité de la seconde sur les premiers, n'en déplaise à Brigitte Bardot), et le fait que dans un système de valeur élaboré comme celui des gréco-romains, cela était jugé parfaitement légitime, au point qu'on prête ce propos à un grand aristocrate et un grand homme d'Etat. (Bien sûr les amis des sciences humaines constructivistes, culturalistes et relativistes, me diront que certaines cultures ont prôné l'indifférence aux enfants ou aux animaux, mais les exceptions ne devraient pas accaparer excessivement notre attention, bon je l'ai déjà expliqué mille fois, n'est ce pas). Voyez là dessus ma précédente remarque sur Epictète. Le fait que de telles normes aient existé n'implique pas que l'homme ne garde pas (et heureusement) sa liberté de faire tout autre chose, mais peut aussi légitimer le plaisir à en perpétuer et réactiver l'effectivité, quitte à en "adapter" un peu librement le sens au contexte contemporain.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article