Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

La revue Europe du 15 février 1932

25 Juillet 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités

Je vous propose un petit voyage dans la revue Europe, fondée par Romain Rolland en 1923, du 15 février 1932. Vous venez avec moi ?

 

D'abord une petite vidéo, pour que vous puissiez visionner l'objet, jauni par les ans. Il est ici. Avantage (par rapport à une version scannée par Google) de voir l'objet, de le toucher, de pouvoir se demander quelle personne, aujourd'hui squelette enterré dans on ne sait quel cimetière, l'a touché, parcouru, en février 1932).

 

 

Bien, maintenant que vous avez visionné la chose, plongeons-nous dans cet univers. Couverture : numéro 110, édité par les éditions Rieder, 7 place Saint-Sulpice et vendu à 6 francs (un livre coûtait 15 fr). Bon passons sur l'éditeur, on ne fera pas dans la vaine érudition, ça n'a guère d'importance. Vous voyez les noms sur la couverture ? Maxime Gorki, Philippe Soupault - le poète surréaliste -, Emmanuel Berl, Raymond Aron, André Spire (pour ceux qui ont des lacunes en histoire littéraire française, je vous laisse regarder sur Wikipedia les itinéraires de tous ces gens), que du lourd, comme on dit aujourd'hui.

 

Tournons la page. La deuxième de couv est amusante. On y lit que "les rédacteurs en chef reçoivent le jeudi de 4 heures à 6 heures" (à l'époque les gens se rencontraient physiquement et il était courtois d'ouvrir sa porte au visiteur, voyez les mémoires de Gide), que tous les droits de reproduction sont réservés "pour tous les Pays (avec majuscule), y compris la Russie" (sic - bizarre singularité russe mise en exergue par la formule qui ne dit même pas URSS).

 

Page 3 une pub pour les Confessions de Bakounine de 1857 publiées par le même éditeur, pour "MK Gandhi - Sa vie écrite par lui-même", préfacé par Rolland, un bouquin de Cortot sur la musique française de piano. un Gustave Doré par Tromp. le premier roman du prix Nobel norvégien de 1930 Knut Hamsun.

 

Avançons un peu. D'abord la nouvelle de Gorki, "Histoire d'un roman", qui nous parle d'une jeune femme un peu détachée de sa vie, de ces femmes qui passent leur vie à attendre. "Elles parlent peu et banalement, elles n'ont pas de goût pour les dissertations et traitent les drames inévitables de leur existence avec le tranquile dégoût de personnes propres. Elles ont des enfants sans entrain. Après chaque période importante de leur vie, leurs yeux ont l'air de demander muettement : - C'est tout ?" Une jolie nouvelle qui mêle le romanesque et le réel, et qui présente au fond toutes les caractéristiques de ce que Marcel Aymé dénonce dans "Le confort intellectuel" (la valorisation de l'informe, de l'inachevé, de l'imprécis). Je repense à Benda aussi, il ne devait pas aimer la revue Europe, lui était à la NRF, que Rolland n'aimait pas.

 

Ensuite "Les impatiences de l'armistices" de Jean Pruvost. un témoin de 14-18 qui crache merveilleusement bien sur les historiens, et parle de l'armistice en révolutionnaire socialiste qu'il est. Des remarques très justes sur le capitalisme étatiste en temps de guerre, l'erreur d'oublier le plébiscite en Alsace-Moselle (en violation des principes de Wilson), l'empressement de la CGT à accueillir Wilson en rade de Brest le 13 décembre 1918, tout ce mysticisme de la victoire qui empêche d'affronter posément les enjeux.

 

Vient ensuite un poème de Gabriel Audisio, une nouvelle de Camille Aymé, et une de José Eustasio Rivera, écrivain colombien.

 

p. 250 On sort de la fiction avec un "Courrier de l'Inde" signé par Romain Rolland. Moment sérieux. Malraux a écrit dans sa préface déjà citée ici que Rolland s'est épris de Gandhi pour se consoler un peu de la brutalité de Staline. Ce n'est peut-être pas faux. Rolland y évoque la visite de Gandhi à Londres, et en profite pour donner l'adresse de l'association Friends of India (46, Lancaster Gate, pout ceux qui veulent aller voir sur place si cela existe encore) et la liste des membres : Bertrand "Russel" (Romain Rolland l'écrit avec un seul "l" comme moi il y a dix ans, ça me rassure car Bricmont s'était fichu de moi à l'époque, j'ai cela en commun avec Romain Rolland), Laurence Housman, Fenner Brockway (inconnus de moi, mais je suis faible en lettres britanniques). Il y décrit l'échec de la conférence de la Table ronde (artificiellement remplie de princes et factions de minorités clientes des britanniques), la répression à Peshawar et dans d'autres régions de l'Inde en décembre 1931. Il rapporte fidèlement, amicalement, les propos de Gandhi, comme Zweig recopie les siens dans ses livres (à l'époque pas de lien hypertexte pour faire connaître les mots de ses compagnons)., son arrestation le 4 janvier, et les incarcérations massives des membres du Parti du Congrès. Il salue le soutien de Rabindranath Tagore (pas acquis d'avance, semble-t-il), bref il fait du bon journalisme engagé, honnête, sans doute utile à une époque où l'info circule lentement (est-ce que l'Humanité au même moment, ou la presse socialistte s'intéressent à l'inde ? je ne sais).

 

Les commentaires de lecture qui suivent sont signés par des plumes célèbres comme je l'indiquais plus haut. La première a été un peu oubliée, est celle de l'historien communiste Jean-Richard Bloch (dont la fille allait être décapitée en Allemagne pendant la guerre). Il commente "Dictateurs et Dictatures d'après-guerre" du comte Sforza (un libéral pourtant). Commentaire prétexte à l'expression de son dégoût des élites européennes actuelles : "En Allemagne, en France, en Italie, en Serbie, en Autriche... la majorité [des hommes qui dirigent] ont été, pendant la guerre, des embusqués ou des profiteurs" (notez au passage le beau mot "embusqués"), "nous ne vivons plus sur un continent civilisé mais dans l'île du Docteur Moreau, ou pour passer d'une comparaison à une autre, disons les andar Logs ont usurpé le gouvernement de la Jungle" (références intéressantes n'est-ce pas ?).

 

Jean-Richard Bloch n'hésite pas à ajouter en long post-scriptum à son commentaire l'article in extenso publié par l'Oeil de Paris relatif à une conférence donnée par le président du conseil roumain Iora sur "Venise au temps des croisades" à l'amphi Turgot de la Sorbonne à l'automne 1931 (au fait, ça arrive encore que des chefs de gouvernements donnent des conférences d'histoire à l'université française ?). Ce jour là (non daté précisément) huit étudiants "de gauche ou d'extrême gauche sans doute, jetèrent sur les gradins des tracts de protestation contre le caractère d'oppression du régime actuel en Roumanie", des types se précipitent sur ces étudiants, d'autres viennent en renfort, les premiers agresseurs s'enfuient, à l'extérieur téléphonent à la police (aux ordres du célèbre et fascisant Chiappe), qui intervient à la Sorbonne (l'entrée de la police dans les universités est sacrilège et illégale depuis le 13e siècle). Le doyen Delacroix exige le départ des forces de l'ordre, les flics saisissent Delacroix à la gorge, puis celui-ci fut libéré par les étudiants, et sa fermeté de ton, comme dans les récits de l'antiquité romaine, persuada la police de quitter l'enceinte sacrée.Chiappe et le commissaire du Ve viennent en personne faire leurs excuses au doyen et Chiappe crut humain de rappeler que lui-même avait "fait le coup de poing" quand il était jeune.

 

Les bourdieusiens ne manqueraient pas de voir dans ce récit, une réactivation des valeurs d'autonomie du champ intellectuel par ses serviteurs et protagonistes. Suit un commentaire d'un livre de Barrès par Guéhenno (à l'époque on ne se contentait pas d'ignorer l'adversaire, on le lisait et on en parlait). Louis Guilloux (futur compagnon de voyage de Gide en URSS) chronique "Banjo" de l'écrivain noir américain Claude Mc Kay traduit par Ida Treat (traductrice américaine de Lénine) et Paul Vaillant-Couturier (lui-meme à traduit d'autres écrits de Mc Kay). "Parmi les écrivains de couleur contemporains qui s'efforcent d'exprimer le monde des noirs et de défendre sa juste cause, Mc Kay est à coup sûr un des plus doués". (Hé oui, rappelons nous que ces compagnons de route du PC étaient déjà du côté des descendants d'esclaves aux USA, avant Angela Davis et les Black Panthers).

 

Soupault s'enthousiasme pour "Mort d'un héros" d'Aldington "meilleur roman de la littérature anglaise depuis la guerre, même si l'on n'oublie pas Contrepoint de Aldous Huxley". Berl s'intéresse à l'Amant de Lady Chatterley (j'y consacrerai peut etre un billet à part). Sur le théâtre une chronique de Judith de Giraudoux, sur le cinéma Eugène Dabit (auteur du roman Hotel du Nord) commente le premier film parlant soviétique, Le Chemin de la vie de Nicolas Ekk, hisatoire d'enfants abandonnés pendant la guerre civile qui sont remis sur le chemin de la vie en construisant un chemin de fer, avec in fine la mort du héros Mustapha (musulman d'URSS) dont le corps est transporté sur le rail. Dabit est dithyrambique. Pour une fois le Wikipedia français est plus complet sur ce film que celui en anglais, mais en dit beaucoup moins que la chronique de Dabit. L'occasion de se rappeler la tragédie du peuple russe, que les auteurs des années 30 connaissaient bien - ici les enfants orphelins, le danger qu'ils présentent pour la société. Bien des aspects du stalinisme étaient des réponses à ces problèmes plus adaptés que le libertarisme de Kollontaï ce dont l'époque était consciente (voir les textes de Malraux sur ce drame de voir le communisme triompher dans le pays le plus arriéré et le plus misérable d'Europe).

 

Ensuite dans la rubrique idée un délicieux article du célèbre dramaturge socialiste anglais George-Bernard Shaw (p. 289) : à propos des indignations des Occidentaux sur la dictature stalinienne : "Ces gens me font penser aux défenseurs enthousiastes des esclaves noirs qui réclamaient au siècle dernier l'abolition de la traite et ne savaient pas que dans les usines dont la fumée noircissait leurs fenêtres, des enfants blancs étaient exploités et frappés plus cruellement que les nègres adultes de l'Afrique dont la vie leur inspirait des récits tellement déchirants". Et Shaw d'évoquer le bagne de Cayenne et les peines de fouets pour les femmes du Delaware (USA), ce qui n'est pas tout à fait faux. Et puis l'éternel argument (particulièrement opportun en 1931 après le krach boursier américain) : "La Russie n'a pas de chomeurs. Le peuple est sain, confiant dans l'avenir". Ensuite ça s'emballe : "La politique de parti, le suffrage universel et toutes les autres duperies et folies qui servent soi-disant les fins de la démocratie et qui de fait en entravent la réalisation avec la plus grande certitude n'existent pas en Russie." Remarque intéressante issue du kollontaïsme : "il n'y a pas (en Russie) dans la vie privée de différence de rang", d'autres du même style sur les faibles salaires des dirigeants soviétiques et sur le fait qu'il y a plus d'insécurité de la situation sociale en Occident (avec la grande dépression) qu'en Russie, même pour les riches. Des arguments pas tout à fait vrais ni tout à fait faux mais instructifs sur les motifs de la soviétophilie à l'époque.

 

Raymond Aron, jeune auteur de 27 ans, membre de la SFIO (vous connaissez son itinéraire ultérieur), livre ensuite un tableau très complet de la situation de l'Allemagne, lucide sur les 40 % des nazis, sur la faiblesse des sociaux-dems, sur l'erreur des communistes à croire qu'ils pourront prendre le pouvoir après Hitler, même si des partisans du "front noir" et du "front national" peuvent à terme, par sympathie collectiviste rejoindre le PC. Ce pronostic intéressant : "Si Hitler est soutenu par létrager, comme le fascisme l'a été, il aura les moyens avec sa milice de 300 000 hommes de tenir longtemps le pays. Si l'étranger le combat, il est peu vraisemblable qu'il résiste". Et Aron poursuit ses scénarios : si Hitler prend le pouvoir, puis en est chassé par la pression étrangère, il peut y avoir une guerre civile entre communistes et fascistes, mais la résitance de la noblesse et la bourgeosie allemandes sont trop puissantes pour que les communistes l'emportent, même si la crise économique leur apporte de nouveaux partisans, et l'URSS ne se lancera pas dans une intervention militaire au soutien des rouges allemands. "On n'aperçoit qu'une certitude : le triomphe du nationalisme". Observant l'obsession antifrançaise des Allemands Aron propose une solution : "on pourrait, sans rire, reparler de Société des nations, de fédération européenne, de Super-Etat"... Sans rire... Et, à défaut, un autre espoir : "si nous désespérons de la raison, un espoir nous restera toujours : que la véritable révolution précède la guerre qu'on nous prépare". L'Union européenne comme choix prioritaire numéro 1, choix de la raison, la révolution comme "second best option", plus irrationnelle. C'est en gros aussi la position de Benda à la NRF, pour le coup, mais c'est très loin de la position des contributeurs communisants de la revue. Le choix européen procède d'un devoir d'espérance, un peu comme les Idées de la raison pure chez Kant. "Sans rire", mais en 1932 Aron n'y croit plus vraiment.

 

Monglong écrit sur la correspondance de Rousseau, un papier d'André Spire, poête socialiste, sur les Pensées de Goethe (au passage il fait un sort à la forrmule goethéenne employée à tort pendant l'Affaire Dreyfus "plutôt l'injustice qu'un désordre"), Sénéchal parle aussi de Goethe et, pour finir, un appel à donner au Comité français de secours des enfants chômeurs, 10 rue de l'Elysée, car, dit le communiqué, en ce début de 1932,0 selon le bureau international du travail il y a 20 millions de chômeurs dans le monde, ce qui fait 40 millions d'enfants qui ne mangent pas à leur faim.

 

Voilà, nous avons lu ensemble cette revue de 1932. Ce tour d'horizon vous a-t-il plu ? J'en suis bien aise. Hé bien je vous propose maintenant le "making of", comme dans les DVD. En lisant la correspondance Rolland-Guéhenno, on voit combien l'article sur l'Inde tenait à coeur à Romain Rolland depuis décembre et spécialement après l'arrestation de Gandhi le 4 janvier. Rolland l'écrit à Villeneuve dans le canton suisse de Vaud, et c'est pour lui un acte de résistance contre la censure. Sur un ton un peu sec il écrit à Guéhenno le 23 janvier 1932 : "Réservez moi la place dans le n° de février (...) Si vous ne le pouvez, je tâcherai de le faire paraître ailleurs : car l'actualité n'attend pas, - surtout quand c'est, comme je le veux ici, une action de protestation et d'aide effective". Rolland regrette aussi qu'il n' y ait rien sur la Chine dans la revue, car il s'intéresse au mouvement intellectuel autour de l'université de Pékin depuis 10 ans. Il remarque qu'il aurait dû profiter du départ pour Shanghaï en décembre 31 de Ouang Te Yio, après sa thèse de doctorat ès-sciences "en Sorbonne" (sic) pour lui demander un article.

 

On apprend aussi dans la correspondance que la nouvelle de Gorki avait été postée de Sorrente où la police de Mussolini aimait à retenir les lettres de l'écrivain soviétique pendant plusieurs mois.

 

Début février 32, Rolland se plaint de ce que beaucoup de ses supporters en Allemagne et même un professeur de l'université de Copenhague ignorent l'existence de la revue Europe : "la propagande officielle française s'arrange pour nous étouffer au-dehors" dit-il, de sorte que les étrangers ne peuvent trouver d'espoir en une France qui ne soit "ni égoïstement esthète, ni durement impérialiste". Aujourd'hui, même si la revue Europe existe encore semble-t-il (mais avec le même esprit combattif que dans les années 30 ? j'en doute), une autre forme de propagande nous fait ignorer ces revues qui au siècle dernier se battaient courageusement (au milieu de mille embûches) pour l'universalisme, le progrès, la paix et le socialisme, et les auteurs qui y contribuaient. Ce petit billet avait juste pour objet de tailler une petite brèche dans la muraille de l'oubli. Merci d'avoir eu la patience de le lire.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

E

pour faire vieux con à mon tour, la Sorbonne aujourd'hui s'est transformée en centre de congrès et les étudiants s'y font très rares. Une sorte de rêve réalisé pour mandarins : une université
sans étudiants, réservée aux Maîtres.
Répondre