Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Les anges de la mort

10 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Flingué en décembre dernier par la Colère des Dieux qui a décrèté urbi et orbi que sa part d'ombre ne justifiait plus qu'il vécût sur notre terre, irrémédiablement amputé depuis lors de sa naïveté, Delorca continue de remplir son rôle sur un mode essentiellement "fonctionnel", marionnette des anges qui s'évertuent à le faire encore "exister" un peu (et au milieu de tout ça de courageux anonymes m'envoient par la pose des DVD d'épouvante, quelle idée ! allez comprendre...).

 

Dans le cadre de ce rôle purement "fonctionnel" qui m'est donc désormais imparti, il me faut continuer à dénoncer une ou deux réalités qui n'intéressent pas nos institutions impériales (notamment les institutions médiatiques) et donc les citoyens ordinaires de nos contrées qui, faute de temps et d'énergie, leur sont entrèrement soumis.

 

Par exemple ces escadrons de la mort qui sévissent à Slaviansk en ce moment. Combien sont-ils ? Combien de gens tuent-ils ?


DSCN2714

Tout le monde s'en fout parce qu'au même moment beaucoup plus de gens encore sont tués en Syrie et en Irak, parce que notre époque est écoeurée par tous ces massacres comme par la nullité de François Hollande et les magouilles de l'UMP, fatiguée par Monsato, par les banques, par le cynisme. D'accord. Mais restons un peu sur Slaviansk quand même. Poutine les a lâchés, comme tous ces petits chefs du tiers-monde condamnés à défendre un pré-carré avant d'aider les autres. "Sébastopol first". Et l'Occident se fout de ces pauvres diables "prorusses" comme ils disent desquels le soi-disant parlement de Kiev aujourd"hui prétend confisquer les terres.

 

Slaviansk relève toi. Ils sont devenus fous. Oui, j'ai plus de sympathie pour ces romantiques "bruts de pomme" comme disait une amie journaliste de la "République populaire de Donesk" que pour les néo-nazis de Kiev qui ont le vocabulaire de la "sélection naturelle" aux lèvres en permanence. Non je n'aime pas Porochenko et son double discours qui a cyniquement rompu le cessez-le-feu samedi sous les applaudissements d'Obama, ni cette Union européenne vermoulue qui joue ses hymnes comme des marches funèbres.

 

Toutes ces technostuctures nous enterrent vivants. Et dire que les "intermittents du spectacle" viennent réclamer le droit de chanter leur louange avecde jolis contrats à durée indéterminée dans la poche. Fantasme de bureaucratisation généralisée "pour que je puisse payer mon forfait Bouygues, mon forfait Free, et préparer ma retraite sans faire tâche dans les fichiers de ma banque et de la sécurité sociale". Bah voui. En voilà un bel idéal de vie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article