Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Les gestes sans les individus

3 Janvier 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Les vraies valeurs de la vie sont des gestes et seulement ça. Mais la valeur esthétique d'un geste dépend de son contenu éthique. Or ce contenu est solidaire d'un récit. Le récit peut-il être construit sans jugement de valeur sur les êtres et même dans l'indifférence à l'égard de la valeur des êtres?

 

Prenons un exemple connu : le geste du soldat de l’armée rouge qui plante le drapeau rouge sur le Reichstag à Berlin en 1945.

Peu importe que le geste ait été un peu « construit » par l’agence de presse soviétique. Nous savons que ce geste aurait pu avoir lieu même indépendamment de cette construction.

La beauté du geste est solidaire d’un récit : 20 millions de jeunes paysans et ouvriers russes sont morts pour libérer leur pays d’une armée qui les traitait comme des chympanzés, et leur drapeau symbolisait aussi la possibilité d’un monde nouveau.

Un autre récit est possible qui inverse la valeur de ce geste : c’est de dire que les soldats soviétiques étaient fanatisés et que le drapeau rouge est le symbole d’un totalitarisme génocidaire équivalent à celui des nazis.

Le choix entre le premier récit est le second est affaire d’étude des faits et de réflexion philosophique sur l’histoire du monde.

Pour ma part j’adhère au premier récit (j’aurais mille arguments pour le justifier, mais faisons court) et c’est dans ce premier récit donc que le geste acquiert sa beauté.

Dans ce dispositif entre le récit et le geste, les individus ne comptent pas. Tout le monde sait que ce moujik qui a planté le drapeau rouge avait trois montres à son poignet et les avait donc volées. Il est aussi probable qu’il ait violé des femmes avant de monter sur (des viols dont le contenu et la signification éthique sont aussi très problématiques dans le Berlin de cette époque, je vous renvoie au témoignage célèbre sur lequel j’ai écrit un billet il y a quelques années).

La valeur intrinsèque de tous ces individus qui composèrent l’armée rouge est assez indécidable, comme était aussi indécidable celle de Staline et du système qu’il dirigeait. Cette valeur elle-même ne réside que dans des séries de gestes accomplis par Staline ou son régime, eux-mêmes solidaires de certains récits ou quelque récits.

Je crois que vous pouvez aussi tous trouver des exemples dans vos vies privées. Vous vous souvenez du regard d’une femme à un certain moment, d’un certain sourire un jour, en des circonstances très spéciales, raccordées à un certain dispositif, et dont la valeur ethétique est liée à une « positivité » éthique elle-même liée au récit que vous faites des événements et de votre vie, presque de votre « monde » au sens où en parle Juranville dans son livre sur Heidegger et Lacan (pardonnez moi cette vieille réminiscence).

Pour autant vous savez que cette femme trois ans plus tard vous a trahi, ou vous a ignoré, que c’était à maints égards une fieffée catin etc. Ou vous savez que vous-même n’avez jamais été à la hauteur du premier sourire, que c’est vous qui en avez fait une catin, que l’instant magique vécu une fois n’a jamais pu trouver son équivalent.
deleuze.jpg
J’ai toujours été fasciné par le défi que nous lançait Deleuze : ne s’attacher qu’aux gestes, aux styles, ignorer les individus et les déceptions ou exaltations (ou même l’affection ou la rancœur) qu’ils provoquent. Peut-on peupler toute une vie, tout un système de valeur, seulement avec des gestes détachés des individus ou des groupes qui les portent ? Ce défi éthico-esthétique peut-il être relevé ?

Dans un sens on peut dire que c’est peut-être la clé du refus de la négativité, puisque l’individu a ce potentiel d’annuler ce qu’il donne, de trahir l’instant qu’il a offert, de ne pas être à la hauteur de l’esthétique de l’instant (c'est-à-dire du dispositif de récit d’où nait la magie du geste, de l’instant, et qui fonde en retour la poursuite dudit récit). Mais en même temps la suspension du jugement, et du sentiment (pour autant que tout sentiment est un jugement comme le disaient, à juste titre selon moi, les stoïciens) n’est-elle pas en même temps le début du nihilisme, qui élide le réel, et légitime tous les récits sans plus aucun critère de vérité possible ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

E
<br /> <br /> Marrant. Je lis très peu de romans. J'avais lu l'immortalité de Kundera, et j'en avais retenu une idée très forte: celle de l'éternité non de l'âme, et encore moins des personnes, mais celle des<br /> gestes. Il y avait un très beau passage là dessus. Si j'avais eu le blog à l'époque j'aurais noté une jolie citation...<br /> <br /> <br /> Gestes moins symboliques que ceux que tu évoques, ce sont des gestes au sens premier pour lui, des mouvements des yeux, de la bouche...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Ah oui, tu as raison, ça m'avait échappé. C'est vrai que Kundera fut le grand "must" de notre génératio à Sciences Po. J'ai adoré la Plaisanterie et L'insoutenable légèreté de l'être. Mais<br /> L'Immortalité m'est tombé des mains. Mais tu as raison ça devait s'y trouver aussi. Cela dit le petit geste personnel ou le grand geste politique sont pour moi de même nature.<br /> <br /> <br /> <br />