Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Les temps difficiles de la lutte anti-ingérence

10 Février 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Vous voyez où en est la Tunisie ? Avec la gauche qui crie "Au secours la France" et les islamistes "France Dégage" ? Ily a une séquence de l'impérialisme qui s'est ouverte avec la guerre de Bosnie et qui s'est close avec la guerre de Libye.

 

Pendant cette phase s'opposer à la violation de la souveraineté des peuples, au détournement des résolutions de l'ONU etc était un combat juste pour défendre les Etats issus de la victoire sur le nazisme (la Yougoslavie) ou de la décolonisation (tant pis d'ailleurs pour ceux qui - c'est à dire là grande majorité des gens - ont vécu cette période sans comprendre qu'il y avait un enjeu important à prendre fait et cause contre les excès des Occidentaux). La phase actuelle (qui en réalité a été préparée depuis 2005 par la montée en puissance des pays émergents, l'arrivée au pouvoir des islamistes en Afrique du Nord etc, les équations sont devenues terriblement complexes. Cette complexité, je l'ai souligné dans mes livres, existait avant aussi, quand par exemple en 2000 l'opposition serbe à Milosevic nous mettait en garde contre un soutien trop actif aux simplifications de Michel Collon par exemple. Mais aujourd'hui, où, en Egypte, en Tunisie et sans doute ailleurs vous aurez une moitié de la population, au pouvoir, qui suivra les journ-e-de-la-jupe.jpgprédicateurs du Qatar et d'Arabie Saoudite, quand une autre priera Saint Obama ou Saint Hollande pour sa survie, il sera difficile de crier "non ingérence", "non ingérence". Bien sûr on pourra toujours pointer le double jeu de l'Occident, son soutien caché à certains islamistes, ses simplifications sur la situations sociales des pays, son action globale qui affaiblit les Etats du Sud, etc. Mais des problématiques très compliquées, comme celles de la laïcité, de la libération des femmes, etc, qui sont des problématiques philosophiques, nées de mauvaises directions prises par toute une époque, l'imbrication entre le sort des pays d'Afrique et celui des diasporas en France, toute cette évolution typique des années 2010 vont nécessairement retenir l'ardeur des opposants aux ingérences, sauf bien sûr la frange complotiste et délirante pour qui, évidemment, tout n'est que théâtre d'ombre (et donc tout est facile à vomir et à rejeter).

 

Pour avancer sur un sol plus solide, il faudrait que les pétromonarchies disparaissent (encore que M. Guaino nous dira qu'elles stabilisent un jeu qui serait autrement dangereux s'il n'y avait que des bandes rebelles livrées à elles-mêmes de la Mauritanie au Pakistan). Il faudrait surtout que l'Occident repense les droits des individus, les rapports hommes-femmes etc, pour ne plus donner prise à l'opposition modernité-tradition, laïcité-religion. Ne plus investir de réflexes arrogants, d'esprit de croisade, dans notre défense des "droits de l'homme", dont d'ailleurs le contenu lui aussi serait à revoir. Le pouvons-nous ? Il n'est pas trop tard pour s'y mettre, en tout cas.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

edgar 11/02/2013 15:38


j'ai pas vu ce film !

edgar 11/02/2013 10:10


Hum... Quel rapport avec la journée de la jupe ?

Frédéric Delorca 11/02/2013 12:41



Un film horrible qui exprimait l'esprit de haine et de condescendance qui inspire une partie du laïcisme français dans les ZEP... et des poliiques d'ingérence à l'étranger. J'avais écrit un
billet là dessus en 2009 http://delorca.over-blog.com/article-29298262.html. Ce film avait été un vecteur de mon rapprochement avec Houria Bouteldja (je lui avais écrit un mail le soir même et
nous nous étions vu peu de temps après)... juste avant mon affectation à Brosseville