Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Mélenchon et les médias

12 Octobre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

Mélenchon passe souvent à la TV en ce moment... pour dire que les médias ne lui donnent pas assez la parole (un peu comme Le Pen autrefois, mais je ne compare pas les deux personnages, bien sûr, juste le fait qu'ils passent sur les médias pour se plaindre des médias).

 

Les grèves lui donnent une aura. Les médias ont peut-être peur de la révolution qui vient. Il était sur BFM TV ce matin, chez Guillaume Durand avec le pauvre Luc Ferry la semaine dernière (Mélenchon se plaint sur son blog du traitement que lui a infligé Durand mais à tort, je trouve qu'il lui a fait la part belle).

 

Mélenchon se plaint beaucoup, affiche une mine maussade, grimpe au rideau dès qu'on remet en cause son égo. Ce matin par exemple parce que le journaliste de BFM lit un texte d'un sien collègue qui dénonce l' "enflure" verbale de Mélenchon. "Vous me traitez d'enflure !"(sic).

 

Un mien collègue marxiste me disait : "Marx c'est l'émancipation de l'humain dans toutes ses dimensions. Les politiciens de gauche devraient porter le plaisir sur leur visage, avoir le regard impertinent d'un Cohn-Bendit devant les CRS en 1968. Et pas seulement afficher leur haine des riches et leur ressentiment".

 

Pas tout à fait faux. Mélenchon joue un peu trop dans le registre de la mauvaise humeur. Ca fait partie des quatre ou cinq trucs que je lui reproche avec sa laïcardise, sa mitterrandolâtrie, son refus de prôner la sortie de l'Union européenne et les fautes d'orthographe dans son blog. Dommage car c'est par ailleurs un homem éloquent et sincère, réellement de gauche, un esprit profond, qui construit vraiment sa pensée (à la différence des dirigeants du PS qui ne vivent plus que dans les effets d'image) et qui a le sens du combat collectif de longue haleine. On ne peut pas avoir toutes les qualités, je suppose.

 

J'ai toujours pensé que c'était une faiblesse que de reprocher aux médias dominants de ne réserver aucune place (ou quand ils en accordent une, elle est inconfortable), aux forces alternatives. On ne peut pas à la fois dénoncer le système dominant et son appareil médiatique, et attendre de celui-ci qu'il vous déroule le tapis rouge. "Mélenchon portrait d'un homme en colère" titrait Métro hier. Mais on ne peut pas être l'homme d'une seule caractéristique psychologique. Il faut aussi parfois amener autre chose, car je suppose que les gens qui rêvent de changement n'ont pas envie de se complaire dans la colère toute leur vie.

 

A part ça, à propos des lâchetés de Chirac sur l'Irak - que j'ai dénoncées dans 10 ans sur la planète résistante - le livre de Vincent Nouzille sur le renoncement à nos créances sur ce pays apporte de l'eau à mon moulin. J'y reviendrai peut-être un jour. Tout le monde oublie le martyre du peuple irakien, comme celui des habitants de l'Est du Congo, ou ceux de la frontière pakistano-afghane : toutes ces horreurs commises avec la bénédiction de nos ambassadeurs,de nos banquiers et de nos marchands d'armes. Les caméras n'y sont pas. Mais nos pensées doivent  y demeurer.

 

FD 

 

NB : je poste aussi le commentaire de Carlier. D'accord avec lui pour dire que Mélenchon est trop sanguin. Pas d'accord pour dire que Pujadas a juste pêché "par manque de temps". L'intention antisociale de Pujadas transpirait dans sa question. Mais bon, Mélenchon devra aller un peu à Canosa s'il veut parler à Pujadas dans le cadre du JT de 20 heures dans les années qui viennent.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L
<br /> <br /> Une autre analyse intéressante:<br /> <br /> <br /> http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9321<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Oui, la question de Schneidermann est intéressante. Mais pour ma part je préfère l'attitude de Mélenchon (en gros "je vais là où on m'invite pour toucher les classes populaires qui ne viennent<br /> pas à mes meetings") à celle de Serge Halimi - et un peu de Bourdieu (en gros "Je ne me rends sur aucun plateau tant que je n'ai pas pu définir moi même le format d'émission adapté à mon discours<br /> et l'intervieweur digne de me poser les questions pertinentes")<br /> <br /> <br /> <br />