Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Mujer del futuro

20 Novembre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

Quelle étrange situation vraiment. A la fois je n'ai aucun statut intellectuel qui puisse me donner vraiment envie d'écrire des livres, et en même temps, il y a toujours des sollicitations ou des encouragements discrets de telle ou telle personne. Ce matin, un correspondant à qui j'ai expliqué les raisons historiques et biologiques pour croire et ne pas croire en la vocation polygame de notre espèce me répond "merci Frédéric ! faudrait que je lise un de ses jours tes livres". Je n'ai jamais écrit sur la monogamie, mais ce mail voudrait presque dire que je le devrais.

 

Il ne faudrait pas que je creuse trop loin pour pouvoir aller mener une enquête sur place sur la situation politique au Sri Lanka, avec de bons contacts locaux, et en faire un livre, et je pourrais même jouer sur un contact chez Grasset pour faire avancer mon projet de livre de philo, sans oublier la perspective qui m'est offerte de rencontrer Chevènement si j'arrive à chroniquer son livre sur Parutions.com ou de me faire bien voir par Babette Babich si je commente le sien... Bref, j'ai toujours une chance d'intéresser une ou deux personnes de valeur si je trouve le courage d'écrire. Mais ce courage me fait un peu défaut, je le confesse. Je me perds plutôt en échanges insouciants avec des "amis choisis" comme dirait Brassens, et ce n'est pas plus mal...

 

J'ai notamment des discussions intéressantes en ce moment avec une écrivaine provençale trentenaire qui pratique la pole dance... Mes interventions dans les grands médias sur mes travaux d'anthropologie m'ont permis de rencontrer une ou deux personnes de ce niveau, et j'en remercie le hasard. Le néo-stoïcisme que je prône sera résolument féministe. Chacun sent bien que les femmes sont en train de rompre le conditionnement de notre espèce à l'oeuvre depuis 200 000 ans (et sur 2 millions d'années si nous remontons à l'homo erectus). Même s'il ne s'agit que d'une forme adaptative secondaire (voyez notamment Cézilly sur ces question), dont on pressentait déjà depuis longtemps qu'elle devait sans doute plus à l'organisation sociale qu'aux gènes, il faut l'encourager, car cela modifiera beaucoup la sensibilité (et donc l'ouverture au monde) des deux sexes, si nous savons tourner cela vers une transformation profonde de la société.

 

Cela m'a fait penser à cette vieille chanson (ci-dessous) qui évoque à mes yeux très bien, parmi mille autres, l'oblativité corporelle et morale féminine (pour reprendre le vocabulaire lacanien, moi qui le suis si peu).

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article