Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Oblativité

20 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

saint jeromeIl y a toujours un jour où une femme vous dit : "J'aime que tu me racontes tes projets, tes écrits, que tu partages ça avec moi, c'est une marque de confiance extraordinaire. Continue de m'en parler". Et un jour où cette même femme vous dit : "Tu n'es qu'un égoïste, depuis qu'on se connaît tu ne sais me parler que de tes projets, et moi je n'existe pas dans tout ça".

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M
<br /> A mon humble avis, la femme est aussi sincère pour la première réflexion que pour la seconde, et il ne me semble pas qu'il y ait contradiction. Tout découle de l'interprétation que l'on donne à<br /> la première phrase.<br /> <br /> <br /> M'est avis que si le partenaire recevant cette déclaration amoureuse est aussi à l'écoute des aspirations de réalisations et des passions de sa compagne, pour se nourrir mutuellement d'une<br /> complicité amoureuse sur ce plan, la deuxième phrase n'aurait pas lieu d'être, sauf mauvaise foi évidente de la part de la femme. Ne croyez-vous pas ?<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Dans l'idéal ce serait vrai. Mais l'oblativité féminine fait que la "complicité" amoureuse est rarement symétrique. Même quand les deux partenaires sont écrivains ou créateurs. Voyez Sartre et<br /> Beauvoir par exemple. Sartre s'est-il autant dévoué à l'oeuvre de Beauvoir que Beauvoir à la sienne ? Henry Miller était-il aussi attentif à l'oeuvre d'Anaïs Nin, qu'Anaïs Nin à la sienne ?<br /> Musset à celle de Sand que Sand à la sienne ? Question posée. L'homme se dévoue au bien être physique et moral de son aimée, mais se dévoue-t-il à ses oeuvres ? et s'ouvre-t-il tant à sa vie, à<br /> sa réalité qu'elle le souhaite ? (car l'oeuvre n'est que le miroir d'un "soi actif" de la femme, peut-être par opposition à son "soi passif" auquel l'homme se dévoue et s'ouvre plus<br /> spontanément). N'y a t il pas un mécanisme pervers qui fait que l'homme ne voit pas bien à quoi il doit s'ouvrir tant la femme met un point d'honneur à s'ouvrir plus que lui (et peut-être à se<br /> nier elle-même)... si bien que cela finira passer toujours pour de l'égoïsme de la part de celui-ci, quelle que fût sa générosité et sa sincérité initiales ?<br /> <br /> <br /> <br />