Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Postcolonial studies

13 Janvier 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Je me permets de copier ici ce que j'écrivais à une étudiante hier qui a choisi de se lancer dans les postcolonial studies (et qui dans un mail me parlait d'Edward Said et de Spivak). Je ne prétends pas être un grand spécialiste de la question, je livre juste humblement mon sentiment sur le sujet au cas où cela puisse faire avancer quelque chose, toujours prêt évidemment à entendre des arguments complexes.

 

postcolonial.jpg"Pour les postcolonial studies c'est une bonne idée. Il y a un peu à boire et à manger dedans. J'aime bien Edward Saïd. Je n'ai pas été convaincu par Spivak.Le mélange postmoderne de Marx-Derrida-Foucault est très à la mode dans ce domaine, surtout aux Etats-Unis dans les universités où l'on aime la philosophie française. Tout cela nous est revenu en boomerang à Paris et a influencé des mouvements comme les Indigènes de la République. Bourdieu aussi est occasionnellement utilisé occasionnellement par ce courant, bien qu'il ait beaucoup critiqué le postmodernisme. Je pense qu'il y a beaucoup à retirer sur le plan intellectuel de cette discipline pour penser les rapports de domination (notamment les rapports de domination symbolique) qui sont encore à l'oeuvre dans notre monde. Et vous avez une pierre toute particulière à ajouter en tant que femme, et croiser cela avec les gender studies. Je connais des filles qui ont creusé ce sillon ici ou là, si vous voulez je pourrai vous mettre en contact avec elle par le Net. Mais il faut être aussi conscient du fait que les postcolonial studies tournent souvent au jeu intellectuel gratuit très éloigné des réalités concrètes et souvent très naïf, qui se gargarise de jargon à défaut d'être pertinent. En outre elles nourrissent une fascination malsaine pour la victimisation. Pour sortir de cette ambiance malsaine il faut parfois ouvrir des fenêtres vers la bonne littérature (fort rare), retrouver une certaine simplicité du style. Je ne sais pas trop si la bêtise de nos universités l'autorise ! "


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article