Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Qu'est-ce que le peuple en France aujourd'hui ?

14 Mars 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

Je songeais au mail que j'ai recopié cet après-midi et me demandais ce qu'était le peuple en France aujourd'hui.

 

Pour toute la pensée politique moderne (post-Machiavel) à l'exception peut-être des libéraux, le peuple n'a jamais été une population indifférenciée. C'est une subjectivité politique qui se constitue au terme de procédures particulières : l'assemblée générale, la manifestation de rue, le vote pour des délégués dans l'isoloir, parfois la guerre (Valmy...)

 

Aujourd'hui le vote s'achète, et la pensée est fragmentée par les médias.

 

valmy_.jpgOù est le peuple, et où se constitue-t-il ? Quand le Front de gauche parle du peuple, évoque-t-il ces jeunes près à se vendre à n'importe qui pour des vacances au ski ? Non, il parle du peuple qui se construit dans ses meetings et ses manifestations.

 

Celui-ci a-t-il plus de légitimité à se considérer comme "le peuple" que les franges de population qui se rendent au meeting de M. Bayrou ou de Mme Le Pen ? Nous répondrions avec certitude que oui si nous pouvions affirmer que ces gens sont réellement porteurs d'une perspective historique pour le pays et ne sont pas qu'un simple club égoïste de défense des avantages acquis au milieu de la tempête comme les en accusent leurs adversaires, tandis que les autres membres des assemblées bayrouistes ou lepennistes ne sont que des citoyens aveuglés.

 

S'il est vrai - ce que je crois - que la "tempête" n'est que le résultat d'une dérégulation mondiale voulue par les oligarques et sur laquelle il faut revenir, et que la défense des droits acquis peut déboucher sur une réelle amélioration de la condition et de la conscience collectives pour peu qu'elle s'enrichisse d'un surplus à la fois de rationalité et d'imagination, la frange des électeurs du FdG, éventuellement élargie à l'aile gauche du PS et aux trotskistes, peut être reconnue comme le véritable peuple. Mais si elle est le peuple, puisqu'elle seule passe par un processus de "conscientisation" qui la rend porteuse d'une perspective historique que les autres n'ont pas, pourquoi s'embarrasse-t-elle d'une entrée dans les jeux médiatiques, et dans le respect des procédures électorales ? Pourquoi ne prend-elle pas directement le pouvoir ?

 

On retrouve ici la vieille interrogation qui traverse la gauche depuis deux siècles (et qui l'a notamment travaillée quand le suffrage universel a consolidé le pouvoir de Napoléon III). La réponse est assez simple aujourd'hui : parce qu'elle n'aurait pas les moyens de gagner une guerre civile avec l'autre partie de la population (majoritaire en nombre) en cas de prise du pouvoir par la force. Autrement dit, faute d'effectifs suffisants, la seule frange de la population qui pourrait prétendre être le peuple doit se résigner à ce qu'il n'y ait pas de peuple en France (pas de subjectivité politique capable de porter une perspective d'avenir) et à ne rester qu'un lobby de défense du service public et des droits sociaux, plus ou moins entendu par la bourgeoisie au pouvoir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article