Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Qu'est devenu l' "Atlas alternatif" ?

26 Avril 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Atlas alternatif

Ce livre collectif aura finalement connu un destin étrange. Publié il y a sept ans (en fait il était terminé en septembre 2005 mais un petit contre-temps a retardé sa publication de dix mois), il avait été largement ignoré lors de sa publication (seules RFI et l'Humanité Dimanche en avaient parlé, Regards de Miss Autain, Serge Halimi du Monde Diplo qui avait son propre "atlas", la bande à Mermet de Là-bas si j'y suis, François Ruffin et tant d'autres personnalités qui avaient le vent en poupe alors dûment sollicitées l'avaient enfoui dans leurs tiroirs dès qu'ils l'avaient reçu). Sans doute à cause des innombrables rivalités et querelles de personnes, pinaillages en tout genre qui épiçaient la vie des chapelles de "la vraie gauche" à ce moment-là (parmi les 42 contributeurs beaucoup de gens sur la place parisienne pouvaient en identifier un ou deux qu'ils détestaient).

 

atlasalternatif.jpgLe livre aurait pu être enfoui aux oubliettes au bout de quelques mois comme tant d'autres ouvrages collectifs universitaires, spécialement à l'heure où tout un chacun se croit suffisamment informé par la simple lecture des posts sur Internet. Néanmoins le livre a continué d'exister grâce à des blogs (dont celui qui était consacré à son actualisation et qui continue de publier des billets régulièrement), ainsi qu'à être acheté par des bibliothèques publiques pas seulement dans les facs (par contre j'ignore si des particuliers se le procurent, on ne m'a jamais communiqué les chiffres des ventes).

 

J'ai parfois l'impression que, même si beaucoup de publicistes continuent à lui appliquer la loi du silence, l'ouvrage reste un peu en arrière-plan du paysage intellectuel sur les questions de géopolitique. Une journaliste l'avait mentionné dans le Monde Diplomatique en mars 2011. Le mois dernier l'historien Jean-Guillaume Lanuque directeur de la revue  Dissidences, y faisait référence dans une recension d'un ouvrage récemment publié chez L'Harmattan.

 

Google n'est plus aussi complet qu'il y a quelques années pour le recensement des pages qui mentionnent un ouvrage ou un nom. Vers 2005 on pouvait facilement trouver des centaines de pages mentionnant un auteur. Maintenant Google se borne à mentionner les 150 plus récentes et les plus lues. Difficile de reconstituer donc sur cette base le paysage internautique des sites qui se sont intéressés à ce livre. Notons que le portail Expertpublic.fr a adopté le blog de l'Atlas parmi ses références il y a quelques mois. On peut peut-être y voir le signe d'une certaine "institutionnalisation" (même si elle reste modeste) de l'ouvrage dans l'univers d'Internet.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article