Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Salut à toi

23 Mai 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Je pourrais presque égrainer ce soir quelques pensées "fraternelles" sur un mode un peu "salut à toi" des Béruriers noirs (je rigole). Ca n'a pas grand sens, mais bon, comme peu de gens le font sur la toile francophone allons y.
 
Pensées pour :
 
- Le peuple du Bahrein qui supporte cette semaine la création d'une union politique avec l'Arabie saoudite dont il ne veut pas
- Le peuple yéménite qui reçoit 4 milliards de dollars des monarchies pétrolières comme un cadeau empoisonné
- Le peuple libanais qui, comme le peuple syrien, voit se profiler un risque de guerre civile dans un conflit dont tous les tenants et aboutissants sont profondément pervertis
- Les nombreux étudiants québecquois arrêtés au cours des derniers jours
- Le peuple chinois qui peut-être ne vit qu'un rêve de croissance dans un pays où l'eau va bientôt manquer
- Le peuple américain qui risque d'entraîner tous les autres dans sa chute
- Christiane Taubira : je ne suis pas d'accord avec ses lois mémorielles, mais il est frappant de voir qu'à chaque fois que la gauche revient au pouvoir la calomnie n'est jamais loin (alors que lorsque la droite arrive aux affaires l'opposition se mure dans le silence)
- Les gens du Mali du Nord qui ont essayé de manifester (qu'est-il advenu de leurs manifestations ? y a t il eu une répression ?)
- Les combattants islamistes de Somalie que l'Ethiopie vient de menacer d'écraser (leur combat est à l'opposé des manifestants du Mali mais les uns et les autres sont victimes d'une grande iniquité et de jeux géopolitiques mondiaux qui les dépassent)
- Les Palestiniens (bien sûr) coincés dans un casse-tête qui tire aussi le peuple israélien vers le bas
- Les Serbes qui viennent d'élire un président dont j'ai du mal à penser quelque chose
- Les Népalais dont je ne sais pas s'ils sont en train de se faire avoir ou pas
- Les Nords-Coréens dont j'ignore si les rumeurs de canibalisme à leur propos sont fondées ou relèvent de la propagande, mais qui de toute façon paient un prix élevé pour "l'originalité" de leur histoire tragique sur 70 ans
- Les Abkhazes : je pense à eux suite à un mail d'une amie de Soukhoumi reçu il y a peu
- Les gens de provinces d'Europe et d'autres pays riches maintenus artificiellement dans la fermeture au monde (je pense à mon village natal) même quand ils s'y croient ouverts
- Les gens des capitales qui noient leurs chances de comprendre le monde dans le snobbisme et la vanité bourgeoise (ou bobo)    
- Les gens qui bossent tellement que leur idéal se limite à pouvoir dormir vingt minutes tout de suite, et ceux qui bossent si peu, qui intéressent si peu la société qu'ils en sont devenus dingues
- Les gens à l'article de la mort chez eux, dans les hôpitaux, ailleurs, à deux doigts de devenir de purs objets inertes, festin des mouches et de la vermine, et qui touchent du doigt le sens ultime (absurde) de toute la comédie de l'existence des êtres vivants en ce bas monde
- Les enfants qui ont 3-4 ans englués dans leur confiance en leurs rêves, en l'amour de leur parents, en tout ce qui occulte à leurs yeux le non-sens de leur être-au-monde
- Les transhumanistes qui ne raisonnent pas comme moi
- Ceux qui ont vécu avant nous et que parfois ce blog essaie de tirer de l'oubli, lorsque faire se peut, et ceux qui viendront après
- Les éléphants d'Afrique (ou les rhinocéros) dont le martyre pour le commerce de l'ivoire et l'emblème des folies ultimes d'une humanité devenue bien trop puissante, bien qu'elle demeure à d'autres égards si dramatiquement démunie  
- Les formes vivantes des galaxies lointaines qui ne sont pas prêtes de rencontrer la nôtre ni de nous aider à résoudre nos problèmes
- Le berger seul dans des grands espaces naturels qui lui parlent une langue imaginaire
- Les masseuses vietnamiennes de Paris dont je ne connais pas la vie
- Les nounous africaines de nos quartiers qui sont pourtant bien enviables par rapport aux éboueurs
- Les gens trop riches qui ne savent que faire de leur fortune
- Les intellectuels trop installés dans leur confiance aux livres, aux diplômes, à l'érudition (je pense à une fille rencontrée il y a peu : pourtant il n'y a pas de progrès de intellectuel sans une certaine dose de désespoir) 
- Les Djeuns qui se croient malins parce qu'ils me gonflent à bouffer du Mac Do dans mon train en gueulant dans leur portable, et fument du shit entre deux portes dans le RER... Ces mecs là que les candidats aux législatives dans les banlieues flattent bassement à coup de slogans démagogiques à la con ("lutte contre les discriminations" "valorisons les talents de la jeunesse"), de promesses d'emploi aux "espaces verts" des mairies, et leurs camarades de classe d'âge des départements désindustrialisés qui eux croient en la révolution "bleu marine" sans avoir la moindre idée de toutes les sottises dont cette "révolution" pourrait accoucher...
- Les Nicaraguayens qui ont réélu leur président il y a 3 mois et en tirent des choses positives, sans doute les Vénézuéliens feront-ils de même bientôt.
- Les Islandais, bien sûr, puisqu'on ne parle pas d'eux.
- Les VRP de l'industrie mondiale de l'armement qui ont toujours le vent en poupe, et qui doivent s'inventer chaque jour de drôles de raisons pour être fiers d'exister...
- Les gens qui continuent de préférer lire Nietzsche, Crébillon, Epictète plutôt que de s'abrutir devant une rediffusion de "Un gars une fille" (comme je l'ai fait cet après-midi) sur la TNT (ou plutôt que de lire un bouquin de "sciences humaines" de l'Harmattan ou d'un philosophe à la mode, ce qui revient au même) et qui ont assez de sagesse, ou de placidité, pour ne tirer de leurs lectures aucune envie d'écrire des livres ni de se faire mousser sur le Net.
   
Euh, bon, j'arrête là ma liste. Pas de quoi faire une bonne chanson, mais ça fait toujours un billet. Overblog m'en saura peut-être gré.
 
fi

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article