Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Syrie, débat dans Fakir, système scolaire

11 Septembre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

M. Laurent Fabius, comme M. Alain Juppé avant lui, est la honte de l'ENA et de Normale Sup. Alors que les Russes proposent une sortie de crise (la mise sous tutelle de l'arsenal chimique syrien), la France s'acharne à vouloir faire passer une résolution sous le chapitre VII de la charte de l'ONU, c'est à dire de la condamnation du régime syrien et l'autorisation de l'usage de la force contre lui. Cet acharnement à vouloir la guerre - une guerre que, comme l'a souligné l'ex-ambassadeur Pierre Charasse - nous serions bien incapables de mener rationnellement, est le dernier degré de la bêtise. Jamais nous n'avons eu une classe politique aussi imbécile. Il y a peu sur la chaîne de télévision LCP, la réflexiondu président socialiste du Sénat se limitait à : "tous ces gens gazés à l'arme chimique c'est horrible". Et dire que cet homme, aux termes de la constitution, remplacerait par intérim M. Hollande en cas d'empêchement.... Quelle honte pour les puissances européennes que de tomber aussi bas ! (L'Allemagne avec ses doutes sur la guerre est encore la plus raisonnable d'ailleurs).

 

P1000392-copie-1.jpgOn ne sait toujours pas ce qui se cache derrière cette affaire d'armes chimiques. Sont-elles des armes saoudiennes qui auraient été utilisées par les rebelles contre des otages capturés à Lattaquié comme le prétendent certains, ou des armes gouvernementales utilisées "sans l'aval de Bachar el Assad" comme l'indique Bild sur la base des rapports des services de renseignement allemands (qui ont un lien privilégié avec ceux de Syrie désormais disait le site Esprit corsaire il y a peu) ? Tout cela semble contradictoire. Le gouvernement syrien serait tout de même bien bon de remettre son arsenal à la Russie quand on songe que cet arsenal, comme celui de l'Egypte serait censé équilibrer (un peu) la terreur que fait planer au Proche-Orient la présence de l'arme atomique israélienne. L'Iran (quoi qu'on pense de son régime) a une position juste lorsqu'elle dit qu'il faut supprimer toutes les armes de destructions massive en Syrie (y compris celle des rebelles) et dans l'ensemble du Proche Orient. Nos technocrates sont moins raisonnables que les mollahs sur ce point-là.

 

Un  ami attire mon attention sur une polémique autour de Fakir et de Chouard (cf ici). François Ruffin a raison sur Chouard, un peu tort sur BRN. Les "antifas" ont un peu raison sur divers sujets (mais ils ne savent sans doute pas jusqu'à quel point). En vérité il faudrait avoir un savoir encyclopédique pour connaître en détail la Weltanschauung de tous ces protagonistes, et leur évolution (il se trouve que j'ai partagé quelques expériences avec tous ces gens, donc j'en sais un peu plus que certains polémiste, et assez pour savoir aussi à quel point toutes ces questions sont compliquées). Je reproche à Bricmont dans ses dernières interventions d'avoir trop proclamé (comme il le fait depuis 10 ans), qu'il n'y a pas de danger nationaliste en Europe (ah bon ? quid des tensions hungaro-roumaines  par exemple ?), ni de tentation fasciste en France... Mais bon pour tout dire tous ces débats ne me passionnent guère. J'ai déjà tellement décrit en long en large et en travers ma position sur la question du rouge-brunisme. Tout est dit.

 

Je peine à trouver le temps d'écrire un compte rendu de lecture sur Helen Fisher. J'en ferai un aussi à l'occasion sur le livre d'un écologiste communiste. Hélas les journées n'ont que 24 heures.

 

Une jeune instit de CE1 en banlieue parisienne me décrivait ainsi sa rentrée avant-hier : "Ce que je fais ne sert à rien, juste du flicage à longueur de journée : il y a celui qui tire les cheveux de sa voisine sans raison, celle qui piqu eles affaires des autres, ça multiplié par 29. Leurs parents ne les éduquent pas. Ils ne savent pas que ne pas répondre à un adulte ça veut dire ne pas répondre du tout et pas seulement s'abstenir de les insulter. Plus de la moitié ont des parents séparés. Un père - séparé - m'engueule parce que je leur fais mettre des petits coeurs dans leur cahier de texte.Mais que son fils soit très grossier en classe ne le dérange pas. Je demande à tous les enfants d'avoir deux cahiers et des stylos. Ca fait 30 euros au total. Les parents ne les achètent pas. Pourtant ils reçoivent une allocation de rentrée scolaire de 300 euros, et les gens qui habitent les HLM à côté de chez moi ont des TV à écran plat. Le niveau est bas. J'ai des petites érythréennes qui ne parlent pas un mot de français. Une enfant qui ne reconnaît pas un enfant ou un vélo dans un livre d'images. Je n'arrive à faire passer aucun savoir. Et l'inspecteur nous dit qu'on est une école privilégiée ! Au secours ! Je veux sortir de cette prison !"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mézigue 17/11/2013 13:26


Bricmont tombe de plus en plus bas. Le voilà maintenant en compagnie des
"interrogés par" Le Cercle des Volontaires, groupuscule inspiré par la "pensée" soralienne ... 


Franchement il fait de plus en plus peine à voir ...

Frédéric Delorca 17/11/2013 17:27



En minute 4'14 de cette interview il dit qu'il n'est pas à gauche de la gauche http://www.youtube.com/watch?v=cr7-ELD46qs et il dit
aux gens de droite qu'il n'est pas de gauche parce que la gauche historique n'existe pas. J'ai dit ce que je pensais de ça ici http://delorca.over-blog.com/article-la-non-ingerence-de-gauche-121111204.html. Tant que le Cercle des
Volontaires travaille avec Dieudonné, Meyssan, Mary etc, c'est une ligne de dépassement du clivage gauche-droite qui me semble vouée à l'échec. J'ai pensé pendant un temps que le dépassement du
clivage pouvait à la rigueur se faire avec des gens de la mouvance Villepin ou Dupont-Aignan (et je pensais que même Asselineau voulait faire ça), mais l'expérience montre effectivement que dès
qu'on sort du clivage gauche-droite sur la question de l'Europe, des guerres humanitaires etc on se retrouve à travailler avec le FN.