Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Témoignage reçu à propos de la Libye

20 Avril 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Un ami m'écrit :

 iraq.jpg

"Je viens de rencontrer hier des amis polonais qui rentraient de Tripoli où ils ont passé quelques jours comme observateurs. Voilà en résumé quelques unes de leurs observations qui sont évidemment très partielles mais donnent un écho différent de celui qu'on entend le plus souvent, et qu'il faut aussi prendre en compte à côté des autres. C'est fourni 'brut de béton" sans aucune opinion personnelle de ma part. Pour essayer de comprendre dans la jungle d'infos contradictoires qui nous tombent dessus :

 

- ces amis étaient logés dans un hotel au bord de la mer et donc dormaient très mal car il y avait juste à côté d'eux des batteries de DCA qui se mettaient à tirer à chaque passage des avions de la coalition humanitaire, mais ils ne descendaient pas dans les abris car personne à Tripoli ne pense se mettre dans les abris. Ce serait une honte ! La population vaque à ses occupations sans porter attention aux bombardements, inch' Allah...

 

- La vie à Tripoli est normale comme si le pays n'était pas en guerre. On ne voit à Tripoli centre ville la guerre qu'à la TV, dans le ciel ...et quand on va dans les hôpitaux. 

 

- Le régime organise des manifestations d'appui à Kadhafi (pour les étrangers) qui apparaissent très manipulées. En revanche, il suffit de se promener disent ils dans les rues de la ville ou dans les villages environnant pour voir des gens qui d'une façon ou d'une autre témoignent spontanément de leur appui au régime contre l'intervention étrangère. L'impression générale est que, plus on descend dans l'échelle de la richesse, plus l'appui est fort, plus on monte, moins l'enthousiasme en faveur du régime est débordant. Les officiels de leur côté reconnaissent que si le peuple de l'ouest libyen est largement pro-Kadhafi, les tribus de l'Est, où était implantée l'ex famille royale, sont au moins en partie opposées au régime, et l'ont toujours été en partie. Ils ont tendance à présenter cela comme "Libyens modernes et éduqués" contre "Libyens archaïques et incultes". "islam dynamique" contre "islam conservateur". "nationalisme arabe contre tribalisme", "révolution contre réaction". mais on peut supposer que c'est "un peu plus compliqué que cela"....

 

- Cela étant, il y a en fait "trois Libyes" : l'ouest qui se bat majoritairement pour Kadhafi, l'Est majoritairement rebelle, et les réfugiés en Egypte de la Libye orientale qui sont dans des camps dont personne ne parle, qui ont fui les violences et répréssions des anti-kadhafi et qui sont pro-kadhafi. Et sur qui Kadhafi compte pour "rentrer" un jour par l'est, avec l'appui des Egyptiens en révolution pour marcher sur Benghazi. Car, selon les kadhafistes, l'opinion egyptienne est majoritairement contre les rebelles et surtout contre l'OTAN, et soutiendra bientôt avec les élections libres le camp "anti-impérialiste". Déjà disent-ils des Egyptiens, et des tribus du côté egyptien de la frontière, aident les kadhafistes à rétablir des réseaux et des groupes armés dans l'est libyen, en particulier dans le desert au sud-est de Ajdabiya.

 

- Les kadhafistes expliquent leur rapprochement avec les USA après 1991 par le soucis de préserver dans un monde désormais dominé par les USA les "acquis économiques et sociaux" du régime sur le plan intérieur, en renonçant à être présent sur la scène internationale et même arabe, ...mais cela a semble-t-il permis l'émergence d'une bourgeoisie libyenne réellement pro-libérale et pro-occidentale, y compris au sein du régime kadhafiste, qui est la véritable source du conflit actuel et de la rébellion, en liaison avec les royalistes de Londres.

 

- A Misrata, la vie est disent ils normale, sauf le quartier du port qui est aux mains des rebelles, mais cela ne concerne que quelques rues. La ville est très largement contrôlée par les kadhafistes et les administrations fonctionnent normalement.La TV gouvernementale libyenne a passé en boucle les "images de Misrata" qui passaient sur CNN ...et qui se sont révélées être des images des bombardements de ...Falloujah, en Irak. Ce qu'on pouvait facilement déceler en regardant les plaques des voitures ....incendiées. - Kadhafi n'a pas placé la grande partie de "son" argent (en valeurs occidentales) à l'étranger comme les princes du Golfe, ce qui fait qu'il est toujours en Libye, ce qui garantit aux Libyens qui vivent dans les zones gouvernementales au moins deux ans (en cas de blocus prolongé) de versements des prestations sociales (santé, assurance chômage, allocations familiales, salaires, etc...) versées par le régime à la population ...Dans les zones rebelles, les versements ont cessé et le délabrement du système social, sanitaire et urbain commence ...Kadhafi compte sur la lassitude de la population dans cette zone pour reprendre pied. Il compte sur le développement d'une "opposition à l'opposition" dans l'Est. Certains envisagent de recommencer déjà à verser les prestations sociales dans ces zones ...sous condition d'allégeance politique.

 

- les kadhafistes reçoivent des armes et des munitions via plusieurs pays africains qui l'aident, ce qui permet de contrebalancer l'effet des aides occidentales aux rebelles. Et les Africains ont très peur que la circulation des armes dans les zones mal gouvernées aux mains des rebelles ne généralisent les groupes armés et mafieux dans tous les pays du Sahel. D'où leur appui à Kadhafi qui a une vraie armée. l'Algérie partage apparemment aussi cette approche, mais c'est le Tchad qui est le plus actif.

 

- Les kadhafistes soupçonnent les occidentaux de vouloir que la Libye soit durablement divisée en deux parties dans une guerre longue, qui feraient leur affaire en casant durablement le monde arabe. ils ont, pour éviter cela, offert à plusieurs reprises de négocier un gouvernement d'union nationale avec les rebelles. Et ils comptent sur les fissures qui vont apparaître dans l'OTAN pour favoriser ces initiatives. ...en jouant en particulier sur la concurrence entre les grandes compagnies pétrolières, en particulier en Italie et en Allemagne. - Les kadhafites, mais plus largement la population dans la rue, ne semble pas comprendre "pourquoi la France est tombée si bas avec un Sarko "fou" et "guignol de cinéma" ...Le thème de la "folie" des dirigeants de l'ouest semble revenir souvent à Tripoli ...Comme en écho au "fou" Kadhafi présenté par nos médias.

 

- Kadhafi continue à exporter selon les contrats signés gaz et pétrole vers l'Italie, même s'il n'est plus payé par les Italiens, car il compte sur le fait qu'à moyen terme, l'Italie reviendra sur une position pro-Kadhafi dans le cadre de la rivalité Franco-italienne pour les contrats en Libye et quand elle aura compris que "le régime kadhafi ne tombera pas" ...Apparemment, Ashton aurait dit : "dans un an, nous serons bien obligé de recommencer à négocier avec Kadhafi puisqu'il n'est pas tombé et ne tombera donc pas".

 

- les négociations sont pour le moment impossibles en raison des divisions dans les deux camps. Divisions chez les Occidentaux, mais aussi chez les Libyens. Chez les rebelles, il y a un conflit larvé entre les ex-kadhafistes qui représentaient le "lobby" pro-occidental dans le gouvernement libyen, ce que reconnaissent les officiels kadhafistes, et les différents groupes dits islamistes qui ne sont pas d'accord entre eux par ailleurs (Iran, Saoudie, salafi, Aqmi, "CIAlqaida" revenus d'Irak, etc...) et les royalistes liés à la Grande Bretagne. ...Mais dans le camp kadhafi il y a aussi des divisions. Seif el islam dirige la fraction prête à la négociation, à un compromis avec l'occident et les rebelles, et à un gouvernement d'union nationale avec kadhafi sur le retrait avec une simple position honorifique de "conseiller", et la faction dure du régime qui veut mener le combat sur tous les fronts possibles, intérieurs et extérieurs, y compris en passant à la guérrilla pour reconquérir les tribus de l'est ...Cette faction s'appuie sur Aicha Kadhafi, la fille du "guide".

 

- l'armée de kadhafi n'a plus d'aviation mais plus de tanks non plus. Mais pour les combats de rues, c'est la kalachikov et les mortiers qui suffisent, et entre les villes les embardées en pick-up.

 

- les médecins libyens sont extrêmement inquiets des conséquences des bombardements à l'uranium appauvri pour l'avenir de la santé publique de la population. la véritable bombe à retardement de l'OTAN sur le peuple libyen, toutes orientations politiques confondues, comme en Irak, où les taux de mortalité infantile et de malformations natales chez les sunnites comme chez les chiites, les Kurdes ou les chrétiens, ont déjà atteint des sommets inconnus dans un pays "normal". Selon eux, c'est là que se réalise le génocide réel des peuples arabes, en différé, et inéluctable. Il en est de même à Gaza d'ailleurs (et au Kosovo, Serbie, Bosnie). - les combats ne sont pas très durs dans les faits car, de part et d'autres, ce sont des Libyens, et aucun des deux camps n'a vraiment envie de tirer pour tuer sur ceux d'en face, qui sont souvent des mêmes familles ou des copains de lycée ou de promotion, ce qui explique les va et vient rapides des lignes, et le fait que très peu de soldats sont tués de part et d'autre. On fait beaucoup de bruit et on tue peu. Les militaires kadhafistes, eux même le reconnaissent, ils n'ont pas trop envie de tuer ceux d'en face, qui eux aussi font de même. ...en revanche, ils ont envie de tirer sur les interventionnistes occidentaux et pensent que les simples combattants de ceux d'en face retourneraient leurs fusils contre les occidentaux si ceux ci débarquaient avec des troupes dans le pays ...ce qui explique pourquoi les militaires US ne veulent pas d'autre intervention que aérienne... ce qui en plus garantit une guerre longue, sans camp victorieux. - les conseillers militaires étrangers, surtout russes, ukrainiens et biélorussiens, qui travaillaient pour l'armée libyenne, travaillent toujours. Ils sont (bien) payés par les Libyens. Un salaire nettement supérieur à celui qu'ils reçoivent dans l'armée de leur pays. L'armée n'a pas besoin de "mercenaires étrangers", mais elle a besoin de ces conseillers.

 

- les kadhafistes préparent une campagne médiatique sur "les meurtres racistes et massifs de noirs, étrangers mais aussi libyens (populations Toubous originaires du sud libyen) qui ont été perpétrés dans la région de Benghazi" et sur les traitements dans les prisons aux mains des rebelles. - les entreprises et les chantiers sont la plupart fermés à cause du départ de la main d'oeuvre étrangère. Beaucoup de boutiques aussi sont closes. Sur le long terme, cela menace l'avenir du pays.

 

- Beaucoup de Libyens parlent français et s'adressent spontanément aux étrangers dans la rue en français (plus rarement en anglais !). Les gens parlent spontanément aux étrangers et veulent surtout comprendre pourquoi, comme ils disent, "tant de haine en Occident contre le peuple libyen"."

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

G


In-extenso ici … : http://www.africa-libre.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1784%3Acote-divoire-lybie-sarkozy-et-la-deraison-des-bombardements&catid=373%3Alibye&Itemid=457&lang=fr



Répondre
G



FRÉDÉRIC, tu peux voir voir les images des bombardements en tapant dans un moteur de recherche : Université Nasser Tripoli pour l'analyse
politique, je copie et je colle un article vu sur Africa Libré, un site révolutionnaire africain :


 


Nous vivons un temps bizarre, un temps féroce, un temps en concubinage avec la cruauté la plus sauvage; un temps qui tue, qui assassine, qui massacre au nom de la raison démocratique, au nom de
la raison humaniste. Raison démocratique ethno-centrée, égocentrique, auto-décrétée humaniste ; raison débordante de mépris, délirante d’arrogance, exaltée, érigée en absolu du vrai et du
bien ; raison fanatique, fanatisée et donc fatalement meurtrière ; raison qui nomme sans ambages tout pouvoir en dehors de la domination de Paris, de Washington et de Bruxelles comme
pouvoir despotique, pouvoir dictatorial, cancer radical à extirper.


 


 


Et malheur au pouvoir ainsi désigné: l’odeur de la mort mise en scène, théâtralisée, organisée, n’est pas loin. Le rituel ? La désinformation d’abord : le dit pouvoir est satanisé,
injurié, sali, abaissé, rabaissé, bestialisé, maudit, désigné comme la figure absolue du Mal, la figure menaçante, la figure de ce qui nous menace, la figure qui menace « nos valeurs ».
Accusé ; il est accusé de tous les maux du monde ; il est criminalisé, criminalisé à partir des faits traficotés ou tout simplement inventés, fabriqués ; il est criminalisé et
condamné sans pourvoi ni appel, condamné à coups de fatwa démocratiques diffusées sur tous les écrans du monde, condamné à la peine capitale, condamné aux flammes de l’enfer.


 


Ensuite le rite sanglant. Un pied déjà dans le crime, on forge, on manufacture, on construit de toutes pièces le prétexte ; le crime dans le ventre, on allègue, on divulgue, on annonce la
plaisanterie désormais coutumière : « Il faut protéger les populations civiles.» L’énonciation officielle de ces mots annonce le moment de la mise à mort, symbolique ou physique: le
nommé dictateur peut désormais être traqué, frappé, pilonné, pilé, écrasé, broyé par les bombes de l’apocalypse. Nettoyé. Nettoyés, lui et les siens ; nettoyés, lui et ses partisans ;
détruits, détruits, lui et son pays. Et cela sans aucun égard au droit normal, au droit international, aux lois qui fondent l’ordre humain. Et il n’y aura pas crime : puisque la
qualification de dictateur met de facto, sans aucun palabre possible, hors humanité ; puisque l’abattage d’une proie sauvage, l’écrasement du Mal ne relève pas du crime ; puisqu’il est
autorisé d’être cruel par amour de la démocratie. Voilà la raison, la rationalité, la terrible rationalité triomphante validée chaque jour par la vulgate médiatique et le discours politique
dominants.


 


Une rationalité froide, glacée, porteuse de toutes les liquidations possibles; une rationalité qui affirme que la sauvagerie n’existe pas dès lors qu’elle est articulée au désir de faire le Bien
démocratique ; une rationalité qui, tout en proclamant qu’un homme est un homme et un mort, un mort, justifie paradoxalement, légitime d’avance le meurtre, la mise à mort de l’homme par
l’homme ; une rationalité qui légalise, toute scrupule écartée, la pratique du sang versé, le crime. Et le crime a été commis en Côte d’Ivoire ; et le crime est en train d’être commis
en Lybie ; et le crime sera commis demain ailleurs.


 


Le crime, c’est-à-dire, non pas cette épopée magnanime de preux chevaliers en mission de démocratie crayonnée chaque jour sur l’écran de nos téléviseurs et dans les colonnes de nos journaux; non
pas ce rite démocratique annoncé dans notre cyberespace comme un jeu innocent, anodin, non sanglant ; mais le crime dans sa vraie réalité, la réalité du sang versé, la réalité de la chair
humaine estropiée, mutilée ; la réalité des corps agressés, détruits ; la réalité de la guerre, de la guerre avec ses atrocités, de la guerre avec ses milliers de vies, de femmes,
d’enfants, d’hommes, de vieillards suppliciés, martyrisés, effacés ; effacés de la surface de la terre. Le crime : Abidjan bombardée, Adjamé bombardé, Cocody bombardé, Le Plateau
bombardé, Yopougon bombardé, Port-Bouët bombardé, Dabou bombardé, Attoban bombardée… Des centaines, des milliers d’Ivoiriens massacrés. Massacrés froidement. Bombardés. Bombardés comme ceux de
Guernica. Bombardés à mort comme les 1684 morts de Guernica. Carbonisés. Combien de Guernica à Abidjan ? Combien ? Combien de morts dévorés par le feu de l’armée de France ?
Combien de drames personnels derrière chaque mort ? Et les enfants devenus orphelins ? Et les femmes devenues veuves ?Et les parents qui ont perdu leurs fils ? Et la
mère ? Et la sœur ? Et le frère ?


 


Même barbarie en Libye. Tripoli, Brega, des civils libyens pulvérisés aussi. Monseigneur Giovanni Innocenzo Martinelli, vicaire apostolique de Tripoli : « Les bombes sont en
train de devenir notre calvaire. Pour détruire Kadhafi, l’Otan tue des dizaines d’innocents… Je ne veux certes pas interférer avec l’action politique de quiconque mais il est de mon devoir
d’affirmer que les bombardements sont immoraux. Je voudrais souligner que bombarder ne constitue pas un acte dicté par la conscience civile et morale de l’Occident ou plus généralement de
l’humanité. Bombarder constitue un acte immoral…. S’il existe des violations des droits de l’homme quelque part, je ne peux pas utiliser la même méthode pour les faire cesser.»


 


Paradoxe, étrange paradoxe en effet : on se dit « protecteurs unifiés » et on se ligue, on se comporte en destructeurs associés, en destructeurs tous azimuts. On se dit champions
de la protection des populations civiles et on bombarde, on écrase : on bombarde Abidjan, on bombarde Tripoli ; on bombarde comme Mussolini bombardant l’Éthiopie en l’an 35. Oui, bien
avant Guernica, la Loi de la de la pureté du sang, la Loi de la purification du sang, le fascisme, bombarde l’Éthiopie. 350 tonnes de bombes chimiques balancées sur la terre d’Abyssinie. Dessié,
quartier général du Négus Hailé Sélassié, est brulé. Maisons, foyers, familles carbonisés. Souffrances indescriptibles, peaux en lambeaux. Dans le sillage des bombes jetées sur l’Éthiopie,
Mussolini, hurlant et gesticulant, peut du haut du balcon de Palazzio Venezzia, proclamer, devant la foule, la renaissance de l’empire romain : « L’Italie possède enfin son
empire fasciste car il porte l’empreinte ineffaçable de la volonté et de la puissance du Littorio romain. »Et le général Nemours, délégué de Haïti à l’Assemblée de la Société des
Nations, à Genève, d’avertir : « Il n’y a pas deux vérités, l’une pour l’Afrique, l&r



Répondre
F


C'est bien ce que tu écris là. Il y a beaucoup à faire. Je prends des contacts à droite et à gauche. C'est vrai que notre regard est aussi indifférent que lorsque nos conquérants massacraient les
tribus rebelles au sud du Sahara. Et que dire de cette phrase que me dit un ambassadeur du Tiers-Monde hier : "What I don't understand is that in no arab country there was a demonstration against
the bombing of Tripoli. I don't mean a demonstration in support of Gaddhafi, but a demonstration against the bombing of Tripoli. It happened nowhere". L'égoïsme a gagné partout.



H


Je me suis permise de relayer - en renvoyant sur votre blog - ce témoignage qui me semble instructif...Et, qui vient confirmer  que les seules motivations de Sarko et de ses compères
Cameron Obama et Cie sont bien de Recoloniser la Libye afin de s'approprier son pétrole a moindre coût,  y installer des bases militaires (ils appellent
cela de la géostratégie= couper les vivres à la Chine = --grand rival des yankees-- qui a beaucoup investit chez les Libyens ...), casser du musulman et les valeurs qu'il véhicule...ramener les
Libyens ( comme ils l'ont fait avec les Irakiens et les Afghans) au moyen-âge = mettre un terme a leur évolution économique, sociale, intellectuelle et tout cela avec encore et toujours des
traitres de l'intérieur ceux que nous appelions en Algérie des Harkis des vendus aux intérêts des envahisseurs....L'histoire de l'humanité déborde d'exemples de traitrise à commencer par Judas et
son baiser...


 


C'est au peuple, (-aux seuls Libyens-) de se battre... et d'obtenir « Sa démocratie » s'il le souhaite et certainement pas à des
hommes politiques corrompus jusqu'à la moelle qui sont loin de pratiquer, de respecter dans leur propre pays les principes, les règles de la « démocratie » qu'ils veulent IMPOSER par
des largages de bombes à l'uranium appauvri aux Libyens...


 


Quant aux rebelles ce sont des sanguinaires....Car comment expliquer ces incessantes demandes à l'Otan, à leurs alliés occidentaux...de bombarder leur pays, d'occuper leur pays en y
envoyant des troupes au sol..., pourtant l'Irak...est là pour ATTESTER des capacités de nuisances de cette clique Occidentale sur-armée !!!


 


Ces sanguinaires dés qu'ils auront le pouvoir seront de véritables tyrans pour le peuple Libyen et loin de proposer, à ce même peuple les avantages que lui octroie Kadhafi (médecine,
école gratuite, prestations sociales, prise en charge des études a l'étranger etc...) en revanche ils vont pouvoir se gaver...dépouiller le peuple avec la complicité active de leurs amis les
occidentaux, ils pourront prendre exemple sur le Quatar, l'Arabie Saoudite...tous ces potentats débiles uniquement préoccupés de dépenser leur argent dans des futilités ou a corrompent...à faire
des affaires avec les représentants politiques Européens, américano-sionistes... – la France en tête... Mais comme nous l'a souvent montré l'histoire rien n'est définitif... Les peuples finissent
toujours par se débarrasser des Tyrans... des criminels de guerre, des colonisateurs, qui les ont fait souffrir même si pour cela il faut y laisser sa vie...Car il vaut mourir que de vivre à
genoux...


ET, C'EST UNIQUEMENT CELA LA COLONISATION


 


Hadria RIVIERE




p { margin-bottom: 0.21cm; }


Répondre
F


Merci Hadria, oui, assez d'accord avec tout ce que vous dites. En tout cas il faut diffuser les témoignages "de visu" car ils sont rares.