Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Un point d'histoire sur la question du rapport du Parti communiste à l'immigration

5 Janvier 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Divers histoire

Vous le savez,  je n'ai jamais été membre du Parti communiste français (PCF), et je cultive une position anti-impérialiste qui n'est pas marxiste stricto sensu. Cependant je tiens toujours à ce qu'une certaine vérité objective soit respectée lorsqu'il s'agit d'évoquer les mouvements révolutionnaires en France et dans le monde, ceux d'aujourd'hui et ceux d'hier, car les courants conservateurs ont tôt fait de verser dans la calomnie sur ce genre de sujet et d'égarer l'opinion commune sur ce genre de sujet.

 

jauresmeetingpresaintgeuk6.jpg

Dans cet esprit, je me permets de publier sur ce petit blog, avec l'autorisation de son auteur, la lettre ouverte adressée par M. Jean-Pierre Page, qui fut jadis responsable des relations extérieures de la CGT, à Mme Laurence Cohen, secrétaire départementale de la fédération du PCFdu Val-de-Marne, au sujet de l'exposition "30 ans de communisme dans le Val de Marne"‏ dont le journal le Parisien du 5 juin dernier, et l'Humanité du 3 juin ont parlé. Le texte mérite une certaine attention, car il corrige des erreurs répandues dans l'opinion publique depuis 30 ans en ce qui concerne le rapport du PCF à l'immigration. Sur ce sujet on peut aussi jeter un coup d'oeil aux vidéos ci-dessous.

 

Pour aller dans le sens de cette lettre, on peut rappeler que l'ex-dirigeante du groupe d'aide aux immigrés GISTI Danièle Lochak a fait ses débuts dans un groupe d'alphabétisation des immigrés organisé par la CGT, et elle n'était sans doute pas un cas isolé. Le rôle du PCF aux côtés des immigrés dans les années 1960-70 (même s'il mérite des critiques sur bien des plans), doit quand même être intégré à la mémoire de la gauche.

 

FD

---------------------------------------------------------------

 

"La Havane, 4 janvier 2010
 
 
Chère camarade,
 
Je suis informé d’une exposition sur “ 30 ans de communisme dans le Val de Marne”, dont la fédération du PCF serait à l’initiative et qui rapporte dans des termes inexacts et politiciens les événements intervenus à Vitry en relation avec l’expulsion de travailleurs immigrés du foyer de St Maur, en décembre 1980. Je souhaite donc te faire part de mon indignation!
 
En dénaturant de façon grossière les principes de  solidarité internationaliste qui furent  pendant de nombreuses années les valeurs sur lesquelles s’est construit l’identité du PCF, les responsables de cette exposition  insultent la mémoire, la générosité et l’engagement de nombreux militants communistes.  Pire ils participent à cette réécriture de l’histoire qui n’est pas étrangère au fiasco politique qui caractérise aujourd’hui ce parti dont la perte de crédibilité est une caractéristique que l’on peut vérifier non seulement en France mais aussi dans le monde.
 
Pour avoir assumé d’importantes responsabilités à la CGT comme secrétaire général de l’Union Départementale du Val de Marne ainsi qu’au PCF comme membre de la direction fédérale, puis comme membre du Comité central, il m’est insupportable qu’on travestisse à ce point la réalité de ce que furent nos positions véritables. J’ajouterai que je ne suis pas étonné de voir le PCF se livrer à cette énième séance d’exorcisme dans  le but de se libérer de ses prétendues fautes. Toutefois je conteste avec la plus grande énergie que cela se fasse en se servant de nous comme de simples boucs émissaires !
 
Si les responsables de cette exposition n’avaient pas été obsédés par l’idée de reprendre à leur compte la campagne des médias relayés à l’époque et depuis par le PS, le PSU, la LCR, la CFDT ils auraient consulté comme je viens encore de le faire le livre d’Alain Bertho, historien et à cette époque rédacteur en chef de Société Française écrit en collaboration avec notre regretté Roland Foucard : « Ceux du Val de Marne » ! Ils y auraient découvert des faits et des documents incontestables dont d’ailleurs un grand nombre se trouvent maintenant aux Archives départementales du Val de Marne.
 
Ainsi comment parler de ces événements sans évoquer la bataille que menait depuis plusieurs années en Val de Marne la CGT avec le soutien du PCF et des associations de travailleurs migrants en particulier l’Amicale des Algériens en Europe et l’Association des Maliens pour le respect des droits des résidents des foyers ADEF et SONACOTRA gérés par les marchand de sommeil du patronat de la Métallurgie et du Bâtiment avec le soutien de la droite et du PS.
 
C’est à cette époque et chaque fois avec l'engagement du PCF et de ses élus que furent organisés non sans succès de nombreuses manifestations, rassemblements, conférences de presse avec les résidents des foyers qui déboucheront et pour la première fois sur l’organisation en France de « Comités de résidents CGT des foyers ». Forts de milliers d’adhérents dans le Val de Marne ce sont eux qui permirent d’imposer au Ministre de Giscard Lionel Stoleru un statut national qui devait permettre après  négociations  les importantes rénovations des foyers du Val de Marne en particulier celui de Chevilly-Larue , la gestion des activités par les résidents eux-mêmes, de véritables contrats de locations, une réduction importante des loyers, le droit de s’organiser librement et tenir réunions, le droit de recevoir, le respect des cultes, etc….
 
C’est à cette époque que nous dénoncions la ségrégation à laquelle se livraient les municipalités de droite vis-à-vis des travailleurs migrants en refusant l’installation de foyers sur le territoire de leurs communes. Le 21 janvier 1978 dans une initiative au foyer ADEF de Chevilly Larue je faisais remarquer au nom de la CGT « Il n’est pas juste que des communes comme Champigny compte 4  foyers d’autres 3 comme à Vitry, Choisy, Ivry, Villejuif et d’autres n’en comptent pas comme à Nogent, le Perreux, Bicêtre, La raison de cette situation est simple les élus réactionnaires refusent et s’opposent violemment à la présence des travailleurs immigrés ou à la construction de foyers dans leurs localités. Il faut mettre un terme à ce comportement scandaleux ! »


C'est dans ces circonstances que Beaumont, Maire de St Maur qui rêvait de faire de sa ville, « le Neuilly de l’Est Parisien » avait avec la complicité de l’ADEF, du Préfet et l’aide des CRS décidé d’expulser plusieurs centaines de résidents d’origine Malienne d’un foyer en grève de loyers avec le soutien de la CGT et du PCF. Le 21 décembre on  amena par bus, quasi clandestinement, sans aucune explications, avec l'aide de la police et depuis St Maur une partie d’entre eux dans des locaux de Vitry, appartenant aux HLM et devant être reconverti en foyer de jeunes cheminots. Pourquoi ne pas évoquer tout cela pour expliquer la décision du Maire de Vitry de prendre un arrêté d’interdiction d’habiter dans ce lieu insalubre et de surcroît dangereux  qui devait faire l’objet d’une reconversion.
 
Pourquoi ne  pas rappeler enfin que le 10 janvier 1981 à l’initiative de la CGT et du PCF eu lieu une grande manifestation à Vitry « contre les provocations du pouvoir, des élus réactionnaires et de l’officine patronale qu’était l’ADEF . Ce jour là, les organisateurs de cette exposition devraient montrer  au lieu de chercher à effacer notre histoire comment les Maliens expulsés de St.Maur étaient tous fraternellement  à nos cotés pour crier  ensemble « Français
immigrés, même patron même combat ». Marcel Zaidner organisateur de cette exposition et membre du Comité Central à cette époque ne s’en souvient il pas ?
 
Ces événements intervenant  quelques jours avant Noël dans le contexte de l’élection présidentielle  donnèrent lieu à une campagne d’une rare violence dans les médias  contre le candidat du PCF : Georges Marchais. Elle fut relayée d’ailleurs dans la CGT au niveau national par Pierre Feuilly secrétaire général du syndicat CGT des journalistes et membre du comité directeur du PS,  qui appartenait comme moi à la direction nationale de la CGT. Les organisateurs de cette exposition auraient ainsi pu consulter les exemplaires de la Vie Ouvrière relatant sur ce sujet  les débats et les faits de cette époque, les reportages,  à moins ce qui doit être le cas qu’ils contestent également l’opinion de la CGT et de celui qui en était le directeur à ce moment-là : Henri Krazucki.
 
On peut avoir et c’était une qualité  des communistes l’esprit critique bien chevillé et une infatigable capacité d’indignation devant l’injustice, l’intolérance et l’arbitraire. Fort heureusement un grand nombre d’entre eux continuent  non seulement à s’indigner, mais à se rebeller, à se révolter devant la barbarie de cette société capitaliste. Par contre comment ne pas trouver affligeant de voir certains qui pour plaire aux princes en arrivent à capituler, à renoncer de façon subalterne  au point de caricaturer leur propre histoire. Renoncer c'est se ranger du côté de l'idéologie dominante, et l'idéologie dominante comme disait  Marx, "c'est l'idéologie de la classe dominante".
 
Que ne leur demandera t’on pas demain ? Qu’ils s’empresseront d’accepter ? Par exemple et comme c’est le cas actuellement refuser que le PCF s’associe à la liste des signataires de la protestation des PC d’Europe contre la campagne visant à criminaliser le communisme.
 
Pardonne moi encore cette citation, j’espère qu’elle ne sera pas inutile ! Le philosophe Italien Domenico Losurdo faisait remarquer récemment« les communistes  doivent savoir regarder de façon autocritique leur histoire mais n’ont pas à avoir honte et ne doivent pas se laisser aller à l’autophobie ; c’est le mouvement communiste qui a mis fin aux horreurs qui ont caractérisé la tradition coloniale».

 

S’agissant de ces évènements cela me semblait être une réflexion de circonstances !
 
Reçois chère camarade mes salutations,
 
Jean-Pierre Page
 
Ancien secrétaire général de lUD CGT du Val de Marne( 1979-1992),
ancien membre de la commission exécutive de la CGT(1982-2000)

 

PS : il va sans dire que je me réserve le droit de faire connaître cette opinion"

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A
<br /> <br /> Dans les poulaillers d'acajou, les belles basses-cours à bijoux<br /> On entend la conversation d'la volaille qui fait l'opinion, ils disent :<br /> « On peut pas être gentil tout l'temps, on peut pas aimer tous les gens.<br /> Y'a une sélection, c'est normal, on lit pas tous le même journal.<br /> <br /> Mais comprenez-moi, c'est une migraine<br /> Tous ces campeurs sous mes persiennes.<br /> Mais comprenez-moi, c'est dur à voir.<br /> Quels sont ces gens sur mon plongeoir ? »<br /> <br /> Dans les poulaillers d'acajou, les belles basses-cours à bijoux<br /> On entend la conversation d'la volaille qui fait l'opinion, ils disent :<br /> « On peut pas aimer tout Paris, n'est-c'pas ? Y'a des endroits la nuit<br /> Ou les peaux qui vous font la peau<br /> Sont plus bronzées que nos p'tits poulbots<br /> <br /> Mais comprenez-moi, la djellaba, c'est pas c'qui faut sous nos climats.<br /> Mais comprenez-moi, à Rochechouart, y'a des taxis qu'ont peur du noir. »<br /> <br /> Dans les poulaillers d'acajou, les belles basses-cours à bijoux<br /> On entend la conversation d'la volaille qui fait l'opinion, ils disent :<br /> « Que font ces jeunes assis par terre<br /> Habillés comme des traîne-misère ?<br /> On dirait qu'ils n'aiment pas l'travail.<br /> Ça nous prépare une belle pagaille<br /> <br /> Mais comprenez-moi, c'est inquiétant, nous vivons des temps décadents.<br /> Mais comprenez-moi, le respect s'perd dans les usines de mon grand-père<br /> Mais comprenez-moi, la djellaba, c'est pas c'qui faut sous nos climats.<br /> Mais comprenez-moi, à Rochechouart, y'a des taxis qu'ont peur du noir.<br /> Mais comprenez-moi, c'est une migraine<br /> Tous ces campeurs sous mes persiennes. »<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Voici une autre lettre ouverte qui va dans le sens de JP Page<br /> <br /> <br /> ===========================================<br /> <br /> <br /> A Laurence Cohen De Ramon Bell-lloch<br />  <br />             Chère Camarade,<br /> Concernant l´exposition, retraçant 30 ans de Communisme en Val de Marne que je n´ai pas vue, dont je ne comprend pas le titre, pourquoi 30 ans de Communisme en Val de Marne ? Le Parti a 90 ans.<br /> Le Val de Marne comme Département en a 45, département découper sur mesure par la droite, á son seul bénéfice, et conquis par la lutte, que nous risquons de perdre, pour manque de lutte, il ne<br /> suffit pas de dire le Val de Marne on y tient, encore faut il le tenir.<br />  <br /> De manière générale et si il s'agit des 30 dernières années plus de la moitié nous concerne, et les seules archives qui ont commencés á exister c´est depuis 1976, que j´ai commencer á organiser<br /> sous la responsabilité de Guy Poussy, alors premier Secrétaire de la fédération, avant pour des raisons de sécurité nous ne gardions pas de trace, et ce qui devait être garder était cacher, mais<br /> peut être ne faut il pas parler de cet avant, celui de quand le Parti protégeait les immigrés, ou les Français d´origine d´un autre territoire, les<br /> Vietnamiens, les Algériens, les Portugais, les Espagnols, les Grecs, les Chiliens, personnellement je suis arrivé en Val de Marne, parce que ce Parti, protégeait mes parents poursuivis par la<br /> Police de Franco et la police française.<br />  <br /> Si on ne parle pas de cet avant on ne peut parler d´immigration, ni de politique d´immigration du PCF, ni comprendre, encore moins expliquer ce qui c´est passer ce jour la á Vitry.<br />  <br /> Les faits :<br />  <br /> Jamais, et nous en sommes les témoins, et les acteurs, il n´avait été question de sortir les Maliens du foyer SONACOTRA, pris par la force par le préfet, en complicité avec Beaumont maire de ST<br /> Maur et la propre direction de la SONACOTRA, nous nous sommes présenter avec un car pour aller ensemble, avec ces travailleurs occuper la préfecture pour obliger le préfet à les reloger<br /> dignement, et à St Maur si possible, et passer le réveillon á la préfecture, avec eux, si cela avait été nécessaire.<br />  <br /> Sur place alors que les membres de la CGT et du Parti du groupe de Maliens, avaient quasi convaincu leurs compatriotes de venir avec nous, est apparu un Babalaow, (encore faut il savoir ce qu´est<br /> un Babalaow, et l´influence de la religion Yoruba, sur ces populations, mais cela ne semble pas intéresser les Judéo Chrétiens, persuadés que en dehors d´eux rien n´existe), qui a commencer ces<br /> imprécations,menaçant les membres du groupe des pires représailles si il nous suivaient, il s´avèrent que cet individu était un complice rémunéré par le maire de St Maur, ce que nous ignorions,<br /> ce jour là.<br />  <br /> Du foyer SONACOTRA, nous n´avons rien détruit, par contre le maire de St Maur et ces complices l´ont pris de force, il est vrai qu´il y a eu des réactions de colère ce jour là et les premiers<br /> jours de Janvier, la population de Vitry ne supportant plus la quantité d´immigrés qui nous étaient systématiquement envoyé, à travers les foyers ou les attributions de logements qui ne<br /> dépendaient pas de la municipalité, la manifestation de la population a été une des plus puissante que j´ai connu á Vitry, non contre les Maliens, mais contre<br /> les autorités préfectorales et l´Etat.<br />  <br /> Les Maliens, ont immédiatement été attendu et intégrés á la vie de la commune et du quartier, j´habitais à 100m du foyer, parce que les communistes de cette époque, bien que nous ne voulions<br /> pas plus d´immigrés, une fois que nous les avions nous les intégrions,<br /> mais à cette époque nous étions un Parti de proximité, j´étais membre de la cellule de l´entreprise SMAC, á Vitry, dont l´essentiel des travailleurs et de adhérents de la cellule étaient des<br /> Maliens, qui étalaient le bitume bouillant, pour des salaires de misère, certains<br /> sans papiers, sans vêtement de travail adapté, mais cela n´intéressait pas les médias. Nous agissions comme la femelle merle, qui reçoit dans son nid un oeuf de coucou, au départ elle n´en veut<br /> pas, puis ensuite elle l´élève, cela s´appelle solidarité, un mot qui semble avoir disparu du dictionnaire communiste.<br />  <br /> La campagne médiatique :<br />  <br /> Elle nous a d´autant surpris que nous étions les agressés, et l´on faisait de nous les agresseurs, bien sur á cette époque le parti était un vrai danger, Georges Marchais était l´homme le plus<br /> populaire, les sondages le donnait devant Mitterrand, il fallait casser, le Parti, il fallait l´attaquer sur ces fondements, le Parti des fusillés, le Parti de la MOI, le Parti de la lutte pour<br /> toutes les indépendances, les décolonisations, devaient être attaqué sur son image, peut importait la vérité, une campagne odieuse a été orchestrée contre nous, cela a été le début des attaques<br /> sournoises, peu importait les moyens seul l´objectif comptait.<br />  <br />  <br />  <br /> Mon opinion :<br />  <br /> Comme tu le sais, fils d´immigré, classé ennemi de l´intérieur á la sortie du service militaire (c´est ma plus belle médaille, l´ennemi c´est reconnaître ou est le danger), interdit de travail<br /> dans ma profession (charpentier métallique), pour subversion, 20 ans permanent, et je trouve que je n´est pas assez donné, j´ai décidé de m´installer á Cuba où la lutte est permanente, dont<br /> l´exemple a fait bouger l´Amérique Latine, ici, on partage ce que l´on<br /> a, on aide tous les plus pauvres que nous, dont notre exemple leur sert á relevé la tête, et de pauvre á genoux, ils deviennent des lutteurs debout.<br />  <br /> Je vois mon Parti avec tristesse, ce Parti dont on fête les 90 ans comme si on allait à un enterrement, ce Parti qui a contribué à la gloire de l´image de la France dans le monde, ce<br /> Parti qui n´admettrait pas que la France ne paie pas sa dette à ces anciennes colonies, d´ou l´on continue à puiser les richesses naturelles dont l´industrie á besoin, comme le Mali, le<br /> Sénégal, ou on organise les guerres civiles comme en Cote d´Ivoire, ou l´on abandonne Haïti a son triste sort, j´en passe et des meilleures. Aujourd´hui on ne défend plus les plus exploités, ne<br /> nous importe que l´échéance électorale á venir, on se défini en fonction des postes á conserver, on s´allie pour des raisons électorales, on ne propose plus une société meilleure, on n´élabore<br /> plus de proposition, on réagi au lieu d´agir, on se positionne sur les thèmes que les médias mettent d´actualité, on écrit l´histoire pour justifier le présent.<br />  <br /> Je suis et reste Communiste, fier de mon passé, fier de l´histoire de mon Parti et du mouvement Communiste internationaliste, les petits dirigeants d´aujourd´hui ne sont pas et ne seront jamais,<br /> ce que nous avons été et ce que nous sommes, j´ai confiance dans la<br /> jeunesse du peuple de France, celle des usines des quartiers populaire, des université, elle saura envoyés ces directions qui de concessions en concessions, trahissent les valeurs de notre<br /> histoire, ce sont eux qui devront répondre devant l´histoire, ni nous ni nos anciens.<br />  <br /> On n'écrit pas l´histoire en racontant des histoires<br />  <br />             Ramon BELL-LLOCH<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> allons !  c'est autant crédible que  le "soutien" apporté par la conf' à la lutte des sans  papiers<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Pour une version moins  édulcorée<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> HISTOIRE POLITIQUE DU MOUVEMENT DES FOYERS SONACOTRA<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> http://membres.multimania.fr/edipro/Dochml/presse/brochures/ucfml/Histoiresonac.htm<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> c'est  je crois, ce qui m'a le plus éloigné  du PCF <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> M. Page, en direct de Cuba, devrait lire les archives de l'Humanité-Rouge que l'on peut consulter sur le site internet des Editions prolétariennes. Eh oui, n'en déplaise à l'ex permanent de la<br /> CGT, 15 000 travailleurs immigrés grévistes des loyers dans les foyers Sonacotra ont défilé de Barbès à Ménilmontant. M. Page a été un dirigeant révisionniste de la CGT et a commandé les<br /> commandos anti-grévistes qui faisaient le coup de poing avec les délégués immigrés des foyers et avec les militants du PCMLF. Etre en villégiature à Cuba ne donne pas le droit à M.Page de<br /> falsifier l'histoire du mouvement ouvrier et de salir les actions de solidarité internationale des marxistes-léninistes.<br /> <br /> <br /> Eric Bacher, ancien militant du PCMLF et sympathisant du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF).<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Rappelons nous de ce qu'était le PCMLF à l'époque même pas un groupuscule, cette réponse n'est pas tres serieuse. Et les chiffres sont franchement ridicules , comment aurait il pu y avaoir 15000<br /> immigrés vivant dans les foyers du 93 en 1976. C'est tout simplement absurde et ce commentateur prend ses désirs pour la réalité!<br />  <br /> Mais puisque on est dans l'histoire , il y avait à la fin des années 70 une situation originale en Région Parisienne , le 93 ou quelques foyers SONACOTRA étaient en grève avec le soutien de<br /> certains militants maoistes. Si mes souvenirs sont bons je crois que ça s'appelait le Comité de coordination! Ces derniers n'avaient pas d'influence et n'étaient pas implantés dans le 94. Là la<br /> situation<br /> était comme je la décris et les références, les archives de l'époque sont indiscutables, c'est ce qui d'ailleurs était totalement inédit y compris au plan national, avec en Val de Marne des<br /> comités de résidents CGT.<br />  <br /> Les commandos dont parle l'auteur de la mise au point relèvent du délire et du fantasme ! On se demande pourquoi nous aurions envoyé des commandos , d'ailleurs il ne dit pas où! Ce qui est exact<br /> par contre c'est qu'à la veille d'un départ en vacances un 29 ou 30 juin 1977 si je ne m'abuse la CGT a organisé un grand meeting de solidarité au théatre Romain Rolland de Villejuif, la salle<br /> était pleine à craquer et ce qui est vrai c'est que des groupes du 93 étaient venus avec<br /> l'objectif de perturber le meeting CGT.<br />  <br /> J'étais chargé au nom de la Conféderation et du secrétaire général de la CGT de l'époque Georges Séguy d'intervenir pour expliquer nos objectifs et aussi pour faire la clarté avec le Comité de<br /> coordination. Je me souviens tres bien que certains provocateurs et gros bras sont montés à l'assaut de la tribune pour m'empècher de parler, ce qui fût evidemment vain! Le meeting était présidé<br /> par Roland Foucard et outre les représentant des foyers en grêve et des asssociations d'immigrés en France , il y avait également à la tribune Jean Louis Moynot à l'époque membre du bureau<br /> confédéral de la CGT.<br />  <br /> Tout cela c'était il y a plus de 30 ans et je veux bien pardonner à cet ancien militant du PCMLF son souci d'enjoliver une période où nous ne partagions pas le même point de vue, d'ailleurs les<br /> militants de sa sensibilité étaient eux mêmes très divisés en groupes et différentes chapelles...Pour avoir été moi même un responsable de l'Association des Amités Franco-Chinoises au début des<br /> années 70, je sais de ce dont je parle!<br />  <br /> A mes yeux la vraie question comme internationaliste c'est comment travailler ensemble pour construire une force utile au combat émancipateur des travailleurs car qu'ils soient français ou<br /> immigrés ils ont un même adversaire de classe. En ce sens notre mot d'ordre de l'époque "Français , immigrés même patron, même<br /> combat" me semble toujours aussi valable. Nous ne manquons pas et ne manquerons pas d'occasions pour le défendre ensemble!<br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci de votre réponse. Je pense que M. Jacques Jurquet, ancien secrétaire général du PCMLF répondra sûrement à cet article. Cordialement.<br /> <br /> <br /> Eric Bacher<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Pourquoi falsifier l'histoire du mouvement communiste ? l'article publié sur le site du comité Valmy m'a fait bondir. Ancien militant du Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF), je<br /> peux vous assurer que le PCF de l'époque, et encore moins la CGT et l'Amicale des Algériens en Europe, n'ont soutenu la grève des loyers des travailleurs immigrés des foyers Sonacotra. Ce fut<br /> plutôt le contraire, en envoyant des "commandos" faire le coup de poing avec les militants internationalistes que nous fûmes. Le 15 avril 1976, 15000 grévistes immigrés défilaient de Barbès à<br /> Ménilmontant contre la direction des foyers et contre le gouvernement. Seul le PCMLF soutenait cette manifestation. Nulle trace de la CGT et de Jean-Pierre Page...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> J'ai dit que selon moi l'histoire du PCF sur ce point méritait sans doute des critiques mais qu'il était bon aussi de voir les élements dans d'autres sens. Merci pour ce témoignage. On va voir<br /> s'il y a d'autres éléments dans un sens et dans l'autre pour compléter ce débat.<br /> <br /> <br /> <br />