Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

N'oublions pas le Donbass

6 Septembre 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme

Le Figaro ,qui n'en finit pas de chanter l'éloge des néo-cons façon John McCain, identifiait l'an dernier le Donbass comme un "objet de fascination pour l'extrême droite", ce qui, dans la logique du terrorisme intellectuel ambiant vaut sans doute interdiction morale d'en parler en bien.

Mais ça n'a jamais empêché des gens de gauche comme le journaliste du Diplo Loïc Ramirez de continuer à faire l'apologie de l'engagement des militants de la République de Donetsk, tout comme en Espagne le journal communiste La Republica. On ne peut pas bâillonner les peuples avec des étiquettes absurdes. Les journalistes du Fig, du Monde et de Libé, comme leurs pairs des autres pays feraient mieux de s'en souvenir. Un jour l'Histoire les jugera pour avoir tenté de nous empêcher avec des étiquettes à la con comme "rouge-brun" de dénoncer le bombardement de Pancevo en 1999 et autres saloperies qui ont refilé à des milliers de gens des cancers de premier ordre dont les autorités locales commencent à peine à parler aujourd'hui (voyez notre article du 17 août).

Pour ma part je ne me suis pas rendu dans le Donbass. Pierre Piccinin da Prata (qui à ce que je vois a ses entrées sur Russia Today maintenant, d'après ce que j'ai découvert il y a peu) m'avait proposé d'y aller en 2015 mais les conditions d'un reportage indépendant dans un contexte de guerre ouverte n'étaient pas réunies.

Pour autant je crois qu'il faut continuer d'en parler, car nous savons que le coup d'Etat d'Euomaïdan de 2014 à Kiev fut une mascarade destinée à affaiblir la Russie et qu'il a introduit dans les rouages de l'Etat ukrainien les pires éléments fascistes acculant les russophones de l'Est à la sécession. Nous ne pouvons pas laisser ceux-ci au ban des nations. Le 31 août dernier, le président de la République populaire (autoproclamée) de Donetsk Alexandre Zakhartchenko a été liquidé dans un attentat à la bombe dans un restaurant de la capitale de l'entité, dans le but évident de dynamiter le processus de paix de MInsk. La population s'est mobilisée dans la douleur : 200 000 personnes ont assisté à ses funérailles il y a quatre jours.Étaient aussi présents, le chef de la République Populaire de Lougansk (RPL), Léonid Passetchnik, le Président de la République d’Ossétie du Sud, Anatoli Bibilov, le Vice-premier ministre d’Abkhazie, Astamour Ketsba, le chef de la République de Crimée, Sergueï Aksionov, et des députés de la Douma russe.

D'après les autorités du Donbass, les troupes nationalistes ukrainiennes sont massées à Marioupol sous couvert d'exercices militaires appelés "Tempête 2018" tandis que d'autres troupes sont massées à divers points frontaliers, avec l'appui de mercenaires néo-nazis étrangers et d'instructeurs militaires américains et canadiens. L'attaque pourrait être déclenchée le 14 septembre. Restez vigilants face à ce risque d'agression. Interpelez vos députés et sénateurs, vos élus locaux. Ne soyez pas complices de nouvelles injustices par votre silence.

Lire la suite

Une yézidie retrouve son violeur dans un supermarché en Allemagne

19 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Aide aux femmes yezidies, #Peuples d'Europe et UE

L'histoire d'Ashwaq Haji, 18 ans; racontée par l'intéressée à la Vanguardia (Barcelone). Esclave sexuelle de Daech en Irak à 14 ans, libérée, elle se réfugie en Allemagne où elle croise le djihadiste qui naguère la séquestrait lequel a entretemps obtenu l'asile politique. Celui-ci la reconnaît et lui dit qui il est. Ecoeurée elle a préféré retourner vivre en Irak.

Quand Merckel arrêtera d'accueillir n'importe qui en Allemagne, les vrais réfugiés politiques y seront plus en sécurité, et les Allemands aussi...

Lire la suite

Une substance inconnue déversée par l'OTAN sur Gornji Milanovac en 1999

17 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE

Un article de Vecernje Novosti du 31 juillet dernier : "L'OTAN a utilisé "une substance inconnue" lors du bombardement de la Serbie" en 1999, qui laisse entendre que nos armées se sont livrées à de véritables expérimentations chimiques sur les civils serbes cette année là (sous les applaudissements de la quasi-totalité de notre classe politique, des médias et de l'opinion publique). Les langues se délient. On ne parle plus seulement de l'uranium appauvri qui enveloppait nos missiles, ni du terrible bombardement du complexe chimique de Pancevo, mais de réalités bien plus louches encore. Pour mémoire il faut savoir que pendant des années la Serbie craignant de heurter de leurs soi-disant nouveaux alliés européens a eu peur d'enquêter sur ce qui s'est passé il y a presque 20 ans. Une commission de l’Assemblée nationale serbe chargée de déterminer les conséquences du bombardement de la Serbie par l’OTAN en 1999 a été seulement constituée en mai dernier. Que MM. Blair, Chirac, Jospin, Schroeder, Clinton, Clark, Solana, et MMmes Merkel et Albright se rassurent : l'heure de leur jugement (qui serait pourtant mérité) par la CPI pour crime de guerre n'a pas encore sonné (et ne sonnera jamais).

Néanmoins, c'est déjà une contribution à la vérité, un rapport de la Protection civile du district de Moravica sur les bombardements sera bientôt soumis à l'organe de coordination du gouvernement qui suit ces questions. Voici ce que dit l'article :

"Ce rapport, cité par le quotidien Vecernje Novosti, regorge de détails relatifs aux actions de l'aviation de l'OTAN.

L'un des documents indiquait que les avions de l'OTAN avaient dispersé les 8 et 9 avril 1999 une poudre jaune d'origine inconnue sur toute la municipalité de Gornji Milanovac, suivie quelques jours plus tard par la dispersion de petits cristaux qui provoquaient des réactions allergiques chez les humains.

"Je me souviens que les gens ont remarqué dans leurs champs de beaux cristaux de la taille d'un grain de sucre", a déclaré aux enquêteurs un habitant du village de Donji Branetici, expliquant que les yeux des gens se déchiraient.

"J'ai entendu dire que les habitants du village de Brusnica avaient des problèmes similaires. Une femme était couverte de ruches après avoir ramassé du foin, lorsque les cristaux sont tombés sur ses mains, ses jambes et son visage", at-il ajouté.

Des échantillons de ces cristaux ont été envoyés à la clinique militaire de Belgrade pour des tests chimiques et toxicologiques. La première constatation de cette institution médicale était qu '"aucune substance toxique du groupe des armes chimiques n'a été trouvée". Ce n'était pas tout, cependant, comme l'indiquent les conclusions: "En utilisant la spectrométrie infrarouge, il a été déterminé qu'il s'agit d'un polymère d'hydrocarbure synthétique de spectre inconnu, c'est-à-dire une molécule inconnue", rapporte le quotidien. .

Les phytopathologistes du Fruit Research Institute de Cacak ont ​​identifié des traces de maladies extrêmement inhabituelles chez les plantes. Immédiatement après le bombardement, soudainement et sans aucune raison claire, un certain nombre de forêts dans les montagnes de Zlatibor et de Tara ont dépéri, et cela s’est produit dans les zones où la substance inconnue aurait également été utilisée par l’OTAN".

Lire la suite

La foi en Russie sous Brejnev et Poutine

12 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik

Souvenirs d'un ami communiste :

"Une de mes amies, marocaine, "islamo-marxiste", était récemment en Russie où elle est allée pour défiler le 9 mai dernier avec les "immortels", je lui ai donné des contacts là-bas et elle a demandé à celui qui lui a fait visiter Moscou de l'amener à la grande mosquée, ce qu'il a fait et il l'a laissé prier là-bas avec beaucoup de gentillesse. Le lendemain il l'amenait dans une église où il a brûlé un cierge et il lui a demandé si elle voulait aussi en allumer un ...ce qu'elle a fait. Convergences marxo-christo-islamique !!! J'avais d'ailleurs déjà noté cela lors d'un voyage en URSS en 1975 lorsqu'on entrait dans une église avec les guides d'Intourist "marxistes-léninistes" ...Cela semblait tenir du double discours ...et en fait c'était assez cohérent dans leurs têtes. Je me rappelle comment une étudiante américaine pentecôtiste qui s'était faufilé dans mon groupe venu de Pologne pour aller convertir les mécréants soviétiques s'est retrouvée avec moi la nuit tombée à Pskov et que nous sommes allés spontanément vers le Kremlin de la ville où il y avait au sommet une église. Tout était fermé en apparence et à la porte il y avait assises, on ne sait pas pourquoi, deux vieilles babouchkas, nous nous sommes approchés et tout d'un coup, elles nous ont fait signe et elles ont ouvert la porte pour nous faire entrer dans l'église, ....il y avait là une foule de babouchkas et de "moujiks" tout droit sortis de Dostoïevsky avec leurs longues barbes et leurs casquettes et une foule immense qui priait devant des autels où officiaient des popes au milieu des fumées d'encens, des dorures, des icônes, des chants, un souk de prières et de messes, etc ...Un paysage tout droit sorti du fond des âges. ...Indescriptible ! en pleine URSS brejevienne !!! Quand je suis sorti la pentecôtiste était tellement secouée qu'elle n'a pu me dire qu'une chose "et moi qui suis venue ici pour les convertir ! Mais c'est eux qui m'ont converti par leur foi profonde !" ... Le lendemain on s'est retrouvé dans un monastère et le guide soviétique me montre un groupe de touristes américains et me dit en gros ceci : "Regarde camarade B* ! ce sont des sauvages, ces Américains, ils n'ont aucun respect. On est dans une église et eux se comportent comme si on était dans une boutique, ils  n'ont aucune humilité et ils ne comprennent rien à ce qu'est la culture et la spiritualité !" Bref, ce que je t'ai écris plus haut était déjà en gestation ou n'avait jamais cessé de l'être depuis 1917. Il est vrai d'ailleurs que l'URSS était à la pointe pour les recherches scientifiques sur la "para-psychologie", la télépathie et autres "bizarreries" vu de l'Ouest."

 

Lire la suite

Des F 16 israéliens détruisent le centre culturel Said Al-Mechal à Gaza

9 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient

Lire la suite

Spartiate Transnistrie

7 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie

Je suis un peu en panne d'inspiration sur les sujets d'actualité... L'entrée en vigueur des sanctions de Trump contre l'Iran, les querelles intestines au Liban, la tentative d'assassinat de Maduro, les élections présidentielles du Zimbabwe, celles du Mali, la réconciliation érythréo-éthiopienne, la détresse des Yézidis qui ne récupèrent toujours pas leurs femmes réduites en esclavage ni leurs maisons dans la plaine de Ninive... Je crois que je me répèterais beaucoup en commentant ces sujets.

Je jette donc un coup d'oeil à l'actualité transnistrienne, pays dont je n'ai pas parlé depuis plus d'un an. Je dois cela aux gens qui ont acheté mon livre sur ce pays il y a dix ans.

"Novosti PMR" aujourd'hui nous parle des jeux de l'armée "Commonwealth Warrior-2018"  qui vont opposer six équipes - des représentants des forces de l'ordre de la république et du groupe opérationnel des troupes russes. Dans ce pays la on ne s'occupe pas trop de #JeSuisCute ou de #MeToo. Là c'est plutôt l'ambiance virile militaire qui prédomine parce qu'il faut toujours être prêt à repousser une attaque moldave... Il y a beau y avoir des négociations permanentes avec Chisinau sur des points techniques de coopération frontalière, la situation reste celle d'un conflit gelé.

La liste des activités culturelles officielles des deux prochains mois en dit long sur la culture transnistrienne "mainstream" :

La célébration du jour de la formation du 55e régiment de Podolsk : Ce régiment qui est l'ancêtre de la 14e armée qui a sauvé la Transnistrie de l'écrasement par les nationalistes moldaves en 1991, a combattu en 1811-1813 de la Finlande jusqu'à Laon (Picardie), dans le Caucase en 1841, contre les Turcs, contre les  Japonais, les Allemands etc Il est basé à Bendery. En 1912 les habitants de la localité ont célébré sa victoire sur Napoléon et l'annexion russe de la Bessarabie et a inauguré un monument (un obélisque surmonté d'un aigle de bronze) qui est aujourd'hui l'épicentre des cérémonies militaires (je l'avais vu le 3 juillet 2007 juste après la visite du musée de Bendery que je raconte dans le livre).

Des événements festifs commenceront le soir du 29 août à Bendery : dépôt de gerbes, défilé, reconstitution de batailles.

Puis les principaux événements consacrés à la fête de la République auront lieu du 30 août au 2 septembre. Nous parlons de la cérémonie des citoyens dignes de la république, une grosse tête conférence de presse de l'Etat, une réunion solennelle et un concert, ainsi que les points de vacances d'état principaux traditionnels du programme - pose des fleurs à la flamme éternelle et la parade militaire.L'innovation de cette année sera la levée des drapeaux des villes et des districts de la république. Pour la première fois au même moment, ils s'élèveront immédiatement après avoir levé le drapeau national de la Transnistrie et le drapeau tricolore russe. "Le Président a attiré l'attention sur le fait que cette honorable mission devrait être confiée aux habitants de chaque ville et région de Transnistrie". Selon le président Vadim Krasnoselsky (au pouvoir depuis 2016, lorsqu'il avait battu Chevchouk de haute lutte), cela devrait être "des citoyens dignes de ce nom qui ont fait preuve de dynamisme et ont fait leurs preuves dans différentes sphères d’activité et de société". Une ambiance qui aura sans doute un côté irrésistiblement "IIIe République"...

Le 1er septembre, sera la "Journée de la connaissance" pour le début de l'année scolaire..

Les 7 et 9 septembre, rencontres de jeunes "Les héritiers de la victoire" sur le site du complexe de santé "Dniester Dawns". Elles rassembleront plus de trois douzaines d’équipes représentant les écoles supérieures et secondaires, les unités militaires, le mouvement des cadets et du "mouvement Suvorov" (je ne sais pas ce que c'est) ."Les participants au rallye participeront à des entraînements physiques et spéciaux, démontreront des capacités dans des activités de reconnaissance et d’autres activités militaires, précise le programme officiel. Traditionnel pour ce genre de rallyes est le concours de construction et de chansons. Une attention particulière sera portée à la vérification du niveau de connaissance de l’histoire de la Transnistrie et de la Grande Guerre patriotique." Néanmoins le président de la République Vadim Krasnoselsky veut autoriser un peu de détente le soir, des concert, et "peut-être des discothèques de jeunes". On ne sait pas si ce sera dans le genre bal populaire ou avec des morceaux de Miley Cyrus et Jay Z...

Parallèlement au rassemblement des participants du mouvement "Les héritiers de la victoire" le 8 septembre, l'action traditionnelle "Président pour un mode de vie sain" aura lieu. L'événement se déroule sous la forme d'une régate. Les participants partiront de Bendery, et finiront dans le camp "Jeunesse" (le village de Merenesti). Dans la seconde moitié du même jour, l'inauguration du stade Bendery "Dynamo" aura lieu. Il est prévu d'organiser une excursion, un programme de concerts, un défilé des élèves des écoles de sport de la ville et des démonstrations des performances des athlètes.

J'avais souligné le côté spartiate de l'Abkhazie dans mon livre sur ce pays, j'aurais pu en dire autant de la Transnistrie...

A propos de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud où l'on célèbrera demain le dixième anniversaire de l'agression géorgienne, le président transnistrien Vadim Krasnoselsky  a reçu les représentants de ces deux républiques aujourd'hui. Echanges de bons procédés entre tous ces confettis de l'empire soviétique désormais coupés de leur mère patrie. Il y a peu le président polonais est revenu de Tbilissi en dénonçant "l'occupation russe" d'une partie du territoire géorgien (l'Ossétie du Sud). Le vice président russe, lui, a mis en garde une fois de plus contre une éventuelle adhésion de la Géorgie à l'OTAN et les risques qu'elle ferait planer sur la paix mondiale. Les analystes estiment que dans ce cas là la Russie annexerait l'Ossétie du Sud, ce qui est un minimum. Il paraît qu'à l'hôtel Aist de Tiraspol en décembre 2014 les citoyens abkhazes et sud-ossètes bénéficiaient de tarifs préférentiels quand Géorgiens et Occidentaux payaient le prix fort !

Est-ce qu'on s'amuse quand même un peu en Transnistrie ? Quand je m'y étais rendu en 2007 j'avais trouvé que la jeunesse (qui a toujours une double nationalité et voyage donc en Moldavie, en Ukraine et en Russie) paraissait aussi ouverte aux modes occidentales. Est-ce toujours le cas ? Si vous avez des témoignages à ce sujet n'hésitez pas à les poster.

Lire la suite

Les réfugiés syriens en Abkhazie

4 Juillet 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Abkhazie, #Revue de presse

Lors de son voyage en Abkhazie au printemps dernier, Loïc Ramirez, journaliste au Grand Soir, a rencontré Dana Barsbai, une circassienne née en Syrie sur le plateau du Golan, serveuse au restaurant le Barista dont les touristes russes font l'éloge sur le Net, ainsi que Thaer Hagibek, scénographe pour la télévision publique, et son copain Omar.  Il en a fait un article publié dans Courrier de la Russie dans lequel il explique que le gouvernement abkhaze a dépensé 500 000 euros pour les réfugiés de Syrie, et raconte comment les réfugiés en 2012-2013 ont été logés gratuitement à l'hôtel Aïtar à 20 minutes du centre-ville de Soukhoumi. Plus de 500 réfugiés ont bénéficié de ce programme qui ferait rêver beaucoup de "migrants" en Occident. Selon Loïc Ramirez cette politique généreuse serait en partie due au souci de l'Abkhazie de renforcer sa démographie face à la Géorgie.

Je crois me souvenir cependant qu'en 2014 ou 2015 l'Abkhazie avait été aussi généreuse dans son aide aux populations du Donbass. Le souvenir de l'internationalisme prolétarien se conjugue avec le sens de l'hospitalité caucasienne dont j'avais bénéficié aussi sur place (j'en parle dans mon livre). Bien sûr c'est une générosité liée à des intérêts spécifiques, mais tout de même cela représente un effort important pour ce pays pauvre où l'emploi fait défaut et qui dépend du soutien de Moscou, car après tout ces réfugiés ne parlent même pas la langue autochtone.

Voilà qui explique en tout cas que Damas ait emboîté le pas du Venezuela et du Nicaragua pour reconnaître la petite république circassienne autoproclamée..

Lire la suite

16 septembre 1982

28 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Ecrire pour qui pour quoi

Je regardais tantôt cette vidéo (ci-dessous) : les informations télévisées d'Antenne2 du 16 septembre 1982. Le temps où les trois chaines de TV faisaient de vrais journaux, structurés, avec des nouvelles bien hiérarchisées commençant par l'international, et finissant par des faits divers. On y faisait de vraies phrases, on cherchait parfois des formules élégantes sans peur du ridicule. On croyait encore un peu aux mots, hors du piège des images et de l'obsession corporelle.

Ca commençait avec les troupes israéliennes à Beyrouth, ça continuait avec les funérailles de Béchir Gémayel, puis la visite de Sékou Touré en France. J'ai souri devant la scène un peu surréaliste de Sékou Touré montrant aux journalistes français un reportage sur Kim Il Sung ! Triste dictateur qui se saoulait du souvenir de son "non" à De Gaulle pour faire oublier qu'il écrasait son peuple (bien sûr je ne dis pas que la dictature de Soros, de Bolloré et de WallStreet qui l'a remplacé à la fin des années 80 en Guinée comme ailleurs valait mieux). Puis les états d'âme des parlementaires socialistes et communistes devant la politique fiscale du gouvernement, tandis que PPDA (déjà lui) donnait la parole aux entrepreneurs, évidemment. On n'était pourtant pas encore à l'heure du grand ralliement de Mitterrand à l'austérité au nom de l'européisme. Un mot de l'enterrement de Grace Kelly, un autre des assurances automobiles.

J'ai gardé un souvenir très précis de tout cela. J'avais presque 12 ans. Je venais d'entrer en 5ème au collège. Je gardais en archive chaque jour la "Une" du journal local La République des Pyrénées, et je dévorais les "Que-sais-je". J'étais de plain pied dans l'actualité de ce monde. Je voulais devenir journaliste. J'appréciais les interventions de Georges Marchais à la TV que je croyais utiles à la condition de mes deux parents ouvriers (qui pourtant n'étaient pas communistes). J'étais naïf. Je croyais que parce que j'étais premier de la classe je ferais quelque chose de beau de ma vie. Je ne voyais pas combien déjà ma vanité et mon égoïsme me vouaient à n'en rien faire du tout. Le ver était dans le fruit de mon existence, et je ne le voyais pas, comme la société de l'époque ne voyait pas qu'elle préparait le chemin à la disparition de tout un tas de choses positives que l'on croyait durables (l'intelligence, la France, la SNCF, les abeilles dans les champs, le respect de l'orthographe). On ne savait pas qu'on formait une génération de zombies qui elle même allait enfanter une série de cerveaux au QI beaucoup plus faible (voyez l'article sur la baisse du QI à cause des écrans) dans un monde de plus en plus cynique et hypocrite (je repense au type sur une radio parisienne qui disait que l'autolib à Paris doit être abandonné à cause des dégradations par les utilisateurs - ô les généreux bobos incapables de prendre soin de ce qu'on leur confie !) où la vie ne compte plus pour rien (7 milliards de gens sur terre, combien ont l'eau courante ?).

C'était il y a longtemps, oui, très longtemps. Aujourd'hui je suis presque quinquagénaire. Je n'ai pratiquement rien apporté à mon époque à part trois ou quatre livres que personne n'a lus. Je ne m'en plains pas. En quoi cela aurait-il été utile que je sois un Jérôme Guedj (avec qui j'ai cohabité à Madrid en 1994) ou un Michel Onfray ? Faire des apparitions dans les médias pour occuper du temps d'antenne, participer à un théâtre de pantins, entretenir les gens dans le mensonge et l'illusion. Mieux vaut s'abstenir. J'ai juste diffusé une ou deux infos sur des blogs que les grands médias ne voulaient pas faire entendre, posé une ou deux questions. Cela me suffit bien. Personne n'en voulait davantage de toute façon. Aujourd'hui je ne me pose plus de questions sur mon rôle comme je le faisais à 30 ou 40 ans. Je réponds au coup par coup, ponctuellement, quand des choses me sont demandées, en mon for intérieur, ou par tel ou tel de mes contemporains. Si l'on me demande un coup de main ou un avis je le donne, et si je ressens que rien de moi n'est attendu je m'abstiens, voilà tout. Un ancien collègue aujourd'hui à la retraite a pris sur lui de tenter de faire passer une recension de mon livre sur le populisme dans une revue juridique. Je lui souhaite une bonne chance. A l'heure actuelle seul Labévière a pris le risque de parler de ce bouquin sur la toile. Ca n'a aucune importance à mes yeux. J'ai pondu ce livre sans arrière pensée, aussi naturellement que je respire. Et je le livre au flot de la volonté qui me dépasse, celle d'en haut.

Tournons la page de 1982, comme celle de l'égo. De toute façon la nostalgie est un piège à cons. L'histoire est utile à la réflexion, mais il faut d'abord faire face au présent, même dans les moments où l'on a l'impression qu'on n'a rien de spécial à y faire. N'en doutons pas, quelques sollicitations reviendront, et parmi elles certaines qu'on ne souhaite pas du tout affronter. Certaines seront peut être intéressantes ou agréables. Il faudra être alors être "simple comme une colombe et méfiant comme un serpent" comme le dit l'Evangile. On verra bien...

Lire la suite

"Auction of souls", "L'Arménie martyre" (1919)

1 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma, #Abkhazie, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Christianisme

Il est une image qu'on trouve parfois sur des profils de militants chrétiens sur des réseaux sociaux, celle ci-dessous.

Elle est en fait extraite d'un film américain "Auction of souls" (ou "Ravished Armenia"), diffusé en France sous le titre "L'Arménie martyre". Une petite recherche sur Gallica nous en dit un peu plus sur ce film.

Par exemple la Revue Comoedia du 7 décembre 1919 :

Jeudi prochain 11 décembre, à la Salle Gaveau, sera projeté au profit des orphelins de l'Arménie un film qui constitue une noble — et douloureuse — propagande.

Mme la duchesse de Rohan patronne l'œuvre et le film sur lequel on nous donne les renseignements suivants:

Ce drame a déjà été donné sous le titre d'Auction of Souls (Ames vendues aux enchères) en Amérique, et à Londres, et a produit partout une profonde impression ; le martyre de l'Arménie y est représenté de la façon la plus émouvante.

Ce film a été établi d'après les témoignages publiés par lord Bryce et M. Henry Morgenthau, et notamment d'après les souvenirs personnels d'une Jeune Arménienne, Aurora Mardiganian, qui, après avoir fait l'infernal voyage des déportations, enlevée par les Turcs et enfermée dans un harem, a réussi à s'échapper et à se rendre en Amérique. Mlle Aurora Mardiganian est d'ailleurs l'héroïne du film. ALADIN.

La même revue un peu plus tôt 30 oct 1919 regrettait que la diffusion du film ait été interdite au moins jeunes mineurs dans l'Ontario. Paris aimait depuis longtemps, dans le domaine du spectacle, se poser en antithèse des Etats-Unis "puritains".

Sans surprise on notera que la Revue royaliste l'Action française 8 décembre 1919 en p. 4 synthétisait toutes les critiques positives de la presse anglaise à propos de ce film :

"Appréciations dans la presse anglaise, sur le film "L'Arménie martyre", qui sera donné jeudi 11 décembre à huit heures et demie du soir à la salle Gaveau

Bioscope - "ce film est le plus remarquable qui ait jamais été édité en Amérique"
Evening Standard - "Toute femme anglaise devrait se faire un devoir d'assister à la représentation d'Auction of Souls".
Evening News - "La production cinématographique la plus étonnante sous tous rapports que j'aie jamais vue."
Kinematograph Weekly - "Il n'a jamais été présenté sur l'écran de ce pays un film plus puissant,plus convaincant et plus poignant. Cette production est d'une technique et d'une habileté insurpassables"
B. Blais Esq. - "Je ne puis qu'exprimer un désir : c'est que ce film soit vu par chaque homme et chaque femme du monde civilisé"

Je ne sais pas trop si dans les cours d'histoire du cinéma aujourd'hui on parle beaucoup de ce film. La même année sortait à Paris "J'accuse" d'Abel Gance célèbre pour sa scène sur les fantômes des morts de la guerre qui hantent la conscience d'un poilu,et "Une idylle aux champs" de Charlie Chaplin.

Il avait été tourné en Californie, nous apprend la fiche Wikipedia.

Je me suis un peu intéressé à cette duchesse de Rohan qui patronnait la diffusion de l' "Arménie martyre" en France. C'était une poétesse, âgée à ce moment là de 66 ans. Elle venait de recevoir peu la légion d'honneur du maréchal Foch, en mai 1919, au cours d'une cérémonie dans son hôtel particulier près des Invalides, pour y avoir soigné les blessés de guerre (elle l'avait mis à la disposition de la Croix Rouge), et, le même mois, la croix de la reconnaissance italienne "en remerciement des mois passés dans les ambulances du front en Vénétie". Son mari, le duc était député de Ploërmel en Bretagne. Elle était fille d'un marquis du Périgord. Un de ses fils périt dans la Grande guerre à hardecourt.

Comment la duchesse a-t-elle été sensibilisée à la cause arménienne ?

La duchesse connaissait l'Europe de l'Est. En octobre 1909 (source la revue "Les modes") elle avait effectué un voyage dans le Caucase, en Crimée et en Roumanie, en compagnie de une de ses cinq enfants la princesse Marie qui épousa un descendant de Murat l'acolyte de Napoléon (la petite fille de cette dernière fut l'épouse du ministre de Chirac Albin Chalandon, le monde est petit). La presse de l'époque nous apprend qu'elle y avait rendu visite à la reine de Mingrélie SA la princesse Salomé Murat (à propos de la Mingrélie je vous renvoie à mon livre sur l'Abkhazie). Elle avait écrit une partie de son voyage dans son chalet Herminissia dans la montagne de Kuibia. Le récit fut publié en 1910 chez Calmann Lévy sous le titre "Les dévoilées du Caucase". Le journal "Gil Blas" du 17 juillet 1910 ironique le décrit comme "un voyage en famille minutieusement papoté. L'auteur eût oublié quelque part son ombrelle qu'elle n'aurait pas négligé de nous en faire part". La Croix du 22 juillet 1910, plus déférente le qualifiera de "si aimable, si varié de ton, si spirituel sans prétention et si noble de pensée". On peut supposer que ses attaches mingrèles, auprès de sa belle famille les Murat avait sensibilisé la duchesse à la cause arménienne. Mais on n'en sait pas plus au vu des archives disponibles sur le Net sur ce qu'elle en pensa précisément ni le cheminement précis qui permit au public parisien de découvrir "L'Arménie martyre" à la salle Gaveau.

Le film est in extenso ci dessous.

Lire la suite

L'ex-esclave yézidie qui veut rester musulmane

29 Mai 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Aide aux femmes yezidies, #Grundlegung zur Metaphysik, #Proche-Orient

La Bible recommande d'aider la veuve et l'orphelin. Mais n'allez pas au delà. N'allez pas jusqu'à épouser l'imaginaire de la veuve et de l'orphelin que vous aidez. Beaucoup le font en vantant l'ange-paon et les prières au soleil de la communauté yézidie irako-syrienne victime du génocide de Daech à partir de 2014. Ils se trompent. Aujourd'hui, sur le site de Paris-Match, la reporter Flore Olive publie la très touchante histoire de Khadidja, jeune yézidie irakienne (née dans le même village que l'ambassadrice Nadia Murad) violée par Daech et vendue comme esclave au Maroc qui s'est convertie à l'Islam et maintenant affronte avec ses enfants le fascisme communautariste des membres de sa communauté d'origine membres des YPG qui nient son droit à adopter la religion de ses anciens tortionnaires. Un récit de terrain dérangeant comme décidément Match sait encore en produire (on se souvient aussi de ceux qu'il sortait sur le Kosovo en 1999). On est là aux antipodes de la soupe médiatique sirupeuse habituelle.

Lire la suite

"Les régimes populistes contre le mondialisme" dans les bibliothèques

26 Mai 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les régimes populistes, #Actualité de mes publications, #George Soros

Mon bouquin de novembre dernier sur les populismes fait son chemin dans les bibliothèques universitaires (ce qui ne veut pas dire que seuls les chercheurs devraient s'y intéresser). Les bibliothèques universitaires de l'UFR de droit de Bordeaux et de celle de droit de Lille II, en France,ainsi que de l'université de Genève en Suisse l'ont dans leurs rayons.C'est une bonne nouvelle car ainsi des thématiques refoulées par les médias officiels comme l'action subversive de Soros en Hongrie ou le pizzagate américain ont là une brèche pour s'introduire dans les discussions universitaires.

Il est aussi au deuxième étage de la bibliothèque publique d'information de Beaubourg à Paris, et en version numérique dans les bibliothèques municipales et médiathèques de Lille, Levallois-Perret...

Au passage merci au Comité Valmy d'avoir repris ici le papier de Labévière sur ce livre !

Lire la suite

Todd, Corbyn, la Syrie, Tolbiac

20 Avril 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Débats chez les "résistants"

Emmanuel Todd a raison dans cette déclaration (voir ici) : l'Occident est parano et délirant, les diplomates russes sont bien plus intelligents que les nôtres, la Russie n'est pas un monstre tentaculaire, elle est dix fois moins peuplée que l'Occident, mais bien plus rationnelle, et d'ailleurs le taux de suicide et d'homicide y est en chute libre, signe de santé de sa société civile.

Et Corbyn a raison aussi quand il dit qu'on devrait bombarder l'Arabie Saoudite (que nous fournissons en armes) pour la punir d'avoir utilisé des bombes au phosphore interdites par la convention de Genève plutôt que la Syrie où la preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le régime d'Assad n'est toujours pas apportée.

En tout cas, sur le plan du rapport de force militaire, on a noté que dans la nuit du 16 au 17 avril le régime israélien a tiré 9 missiles contre Damas et Homs, tous interceptés par la DCA syrienne. N'ayant pas osé prendre des risques et pénétrer l'espace aérien syrien, les avions de combat israéliens se sont bornés à faire feu depuis le ciel libanais, rapporte Al-Masdar News. Équipée d'armements dernier cri, l'armée de l'air israélienne vient de subir donc un nouveau revers par de vieux S 200 soviétiques désormais guidés par d'excellents radars. Sans même que la Russie n'ait eu à utiliser ses S 400. Lors du bombardement du 13 avril contre un labo de recherche pharmaceutique 71 des 100 missiles tirés par les Occidentaux avaient été interceptés (voir aussi d'intéressantes remarques sur ce bombardement ici). En outre deux n'ont pas explosé et ont été remis aux Russes par Damas pour en analyser les secrets de fabrication (et les défauts...).

Par ailleurs, information étonnante du 12 avril deux unités chinoises, les Tigres sibériens et "Nimri al-Layla" sont sur place en Syrie avec les Russes pour combattre un groupe islamiste ouïgour (Parti du Turkestan) à Idlib où ils sont protégés par les Turcs. Il est vrai que cette guérilla ouïgour a paradé à Idlib avec des tanks pris à l'armée syrienne ce qui n'est pas pour rassurer Pékin.

Alors qu'on ne sait toujours pas d'où provient le poison qui a visé l'ex agent double Serguei Skripal (la Grande-Bretagne s'enferme dans l'opacité et personnellement je vois mal quel profit Poutine pouvait tirer de cette affaire dans un climat déjà tendu, donc je ne le crois pas responsable de l'affaire), le Figaro à propos d'un colloque sur la Russie, se livre à une dénonciation des collusions "rouges-brunes", vieille antienne du débat public français depuis 30 ans (vous vous souvenez comme j'avais eu du mal à empêcher des gens de droite à écrire dans l'Atlas alternatif, donc le rouge-brunisme n'est pas ma tasse de thé, mais on sait que les médias dominants se refont une virginité morale à peu de frais tous les six mois en dénonçant les "collusions entre les extrêmes", ça fait partie du jeu médiatique comme la célébration annuelle des oeufs de Pâques et d'Halloween, complètement sans intérêt)...

Au Parlement européen Macron, mécontent de la réélection d'Orban en Hongrie appelle à la réforme de l'Europe dans une logique de "guerre civile" contre le nationalisme. Je me demande ce qui arriverait à Orban s'il se mettait à parler de "guerre civile" contre Macron et Merkel. Au niveau du langage, les fondés de pouvoir des grandes banques comme notre président ont tous les droits. Au passage celui-ci refuse l'entrée des pays balkaniques, alors que Juncker la réclamait de peur de voir ressurgir les guerres des années 1990. Là dessus je suis plutôt d'accord avec lui. On a assez de problèmes comme cela sans élargir encore l'UE. Pour le reste, le petit marquis ne me fera pas prendre les armes pour son Europe qui liquide notre service public ferroviaire. Je suis du côté des cheminots... et des étudiants. Samedi dernier au soir (14 avril), la fac de Tolbiac occupée depuis trois semaines organisait une « Fête de soutien aux cheminotEs » qui permettait de recueillir 6 000 euros pour ces derniers. Un beau geste. Hier on apprenait que 150 universitaires ont dénoncé la répression policière sur les campus. Je ne crois pas qu'on soit à la veille d'un nouveau mai 68, mais construire la convergence des luttes est utile pour entretenir la résistance des consciences et empêcher nos gouvernants de livrer complètement notre pays aux oligarques du monde.

Lire la suite

Les bonnes philippines dans le monde arabe

16 Avril 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les régimes populistes, #Billets divers de Delorca

Je regardais un peu les news philippines ces derniers temps. Le meurtre d'une femme de ménage originaire de ce pays retrouvée morte dans un réfrigérateur au Koweit au début de l'année a poussé le président Duterte à lancer un bras de fer avec les autorités de ce pays, interdisant l'émigration de nouvelles employées jusqu'à ce qu'il obtienne la garantie qu'elles conserveraient leur passeport et leur téléphone portable. Il a mis les pieds dans le plat en disant que la plupart de ces femmes se faisaient violer par leur employeur et a obtenu gain de cause puisque le Koweit a accepté de négocier avec lui. L'enjeu est aussi le salaire minimum. A Singapour les femmes de ménage philippines ont obtenu un salaire minimum de 550 dollars par mois.

Aujourd'hui on apprend qu'une domestique philippine près de Djizan en Arabie saoudite a été forcée à boire de l'eau de javel par sa patronne et s'est retrouvée à cause de cela aux urgences de l'hôpital. Il y a une bonne vidéo ici sur le sort pénible des femmes de ménage philippines au Maroc où elles sont pourtant sans doute un peu mieux traitées qu'en Arabie. Et pour mémoire une domestique philippine avait été sauvée par son gouvernement en 2015 après avoir posté la vidéo ci-dessous.

J'ignore si Duterte que j'ai déjà critiqué sur ce blog en février est l'homme de la situation pour faire face au défi de la protection des travailleuses émigrées de son pays (les femmes de ménage représentent une bonne part des 10 millions de Philippins expatriés), mais sa position ferme à l'égard du Koweit a été appréciée et semble bénéficier d'un vrai consensus national dans son pays à ce sujet. La question est de savoir s'il pourrait dynamiser assez le marché de l'emploi philippin pour que le pays n'exporte plus ses bonnes...

En tout cas ce président populiste reste difficile à cerner. Le 14 février il a nommé le chef de l' Iglesia ni Cristo comme envoyé spécial de son ministère des affaires étrangères. C'est une église autochtone aux relents déistes ariens (son symbole sur You Tube rappelle le compas et l'équerre de la franc-maçonnerie, et sa doctrine quoiqu'en principe entièrement axée sur la Bible nie la divinité du Christ). Elle compte plus de 2 millions d'adeptes dans le monde et étale sa richesse avec son dôme colossal construit en 2014 qui peut accueillir 55 000 personnes.

Je ne sais pas trop ce qu'il faut en conclure sur les réseaux auxquels il se rattache. La presse est très peu explicite sur ce genre de point.

Cette affaire des bonnes philippines me rappelle une anecdote qui fait le lien entre l'histoire de la protection des travailleuses émigrées et celle des réseaux religieux de Duterte. En 1997 quand j'avais abandonné toute religiosité, j'avais à Paris une femme de ménage philippine pour une heure par quinzaine. Elle avait trouvé un jour dans mes affaires une cassette vidéo sur la Bible, un truc super mal fait dont je ne sais plus pourquoi je l'avais acheté (peut-être était il offert avec une revue). Elle avait alors demandé à me l'emprunter et je la lui avais cédée sans hésiter. C'était en français, pas sûr qu'elle y ait compris quelque chose. Elle allait à la messe à Saint-Ferdinand-des-Ternes, je crois me souvenirs que beaucoup de Philippins se retrouvaient là bas (le pays est encore catholique à 80 %). La dynamique religieuse dans le prolétariat philippin est un sujet des plus intéressants sur lequel se penche notamment le sociologue Jayeel Cornelio.

Bon, voilà, ce n'était qu'une petite évocation en passant. A part ça, les types qui examinent l'actualité à la loupe (et parfois par le mauvais bout de la lorgnette) disent que, si les dates symboliques influencent les événements violents médiatisés, comme la Saint Valentin avec la tuerie de Floride ou les vendredis 13 avec l'attaque sur la Syrie, il pourrait se passer quelque chose le 1er mai, pas à cause de la fête du travail mais à cause des petits jeux bizarres auxquels se livrent divers groupes pour la fête païenne de Beltaine... On peut toujours les prendre au mot. Si quelque chose de spectaculaire se passe le 1er mai, on pourra y voir une preuve "expérimentale" de la validité de certaines de leurs hypothèses (puisque toute bonne science est censée être prédictive). Si rien ne se passe ce jour là, on pourra tous s'élever contre la bêtise des thèses gratuites de ces "complotistes".

En ce qui me concerne j'aimerais bien, à titre d'ascèse, m'interdire d'écrire dans ce blog jusqu'au 1er mai. De toute façon vu le petit nombre de gens que mes billets intéressent il ne devrait pas être difficile de tenir. Espérons qu'aucun grand événement mondial ne m'incitera a revenir au clavier d'ici là...

Lire la suite

Frappes sur la Syrie : maintenons la pression contre le parti de la guerre !

14 Avril 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Proche-Orient

La coalition américaine, française et britannique a bombardé trois sites en Syrie cette nuit (qui était encore le vendredi 13 aux USA) au mépris du droit international, au risque d'aggraver les tensions avec la Russie, de renforcer les djihadistes en Syrie, et alors même que les résultats de l'enquête sur l'utilisation des armes chimiques à la Douma ne sont pas connus.

J'ose espérer que Trump, sous la pression d'une partie de son électorat et de ses soutiens qui restent anti-ingérence, n'a réalisé que des frappes théâtrales comme en avril 2017, des frappes uniquement destinées à faire illusion auprès du lobby de la grande presse et des banquiers avide de guerre et que nous apprendrons bientôt, comme l'an dernier, et que le président américain avait en fait téléphoné à son homologue russe et s'était concerté avec lui pour limiter l'impact réel des frappes.

L'opinion publique doit en tout cas maintenir sa pression sur les gouvernements occidentaux pour éviter que d'autres agressions ne soient mises en oeuvre par le parti de la guerre contre la Syrie, sur le modèle de l'Irak et de la Libye. Elle doit aussi ramener à la raison les faux opposants comme Benoît Hamon, qui n'ont pas hésité à soutenir la logique d'ingérence (tout comme par ailleurs ils soutiennent l'européisme béat). Le devoir de chacun est de contribuer à clarifier les idées de son voisin sur la question du bellicisme global, et de faire comprendre à nos gouvernants qu'ils doivent compter avec l'avis des citoyens honnêtes et pas seulement celui de la mafia du parti de la guerre.

Lire la suite

Retour sur la question kurde

4 Avril 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Débats chez les "résistants"

Il y avait ce soir sur la chaine de télévision parlementaire (LCP) un reportage sur les femmes combattantes kurdes puis un débat comme la télévision les aime (c'est à dire une débat où tout le monde est d'accord sur tout).

Après avoir vu cela, il me semble nécessaire de faire une mise au point sur la question kurde. J'ai moi-même dans ce blog accordé beaucoup de place à la conquête d'Afrine parce que, comme je l'ai écrit, elle illustrait la manière dont les Occidentaux abandonnent lâchement leurs supplétifs, ainsi qu'ils l'ont aussi fait à d'autres périodes de leur histoire, alors que les combattants du YPG s'étaient montrés héroïques face à Daech.

Pour autant je refuse les caricatures et je crois que tout le monde devrait garder à l'esprit le fait que la question kurde est très complexe et qu'il serait idiot de croire que tout est tout noir ou tout blanc dans cette affaire.

J'ai entendu des sottises énormes dans ce débat. Les Kurdes "peuple le plus seul de la Terre" (ah bon ? Et les Karens de Birmanie ? Et les Papous sous le joug indonésien ? Et tous ces peuples amazoniens en voie d'extinction dans les favelas brésiliennes ?). Le peuple qui "rêve d'un Kurdistan depuis la nuit des temps". Euh non, pas vraiment, comme les Basques, les Catalans et tant d'autres ils n'ont vu leur conscience nationale n'émerger qu'au XIXe siècle, avant chacun n'avait pour identité que son village, sa vallée, et notez qu'encore aujourd'hui la conscience nationale reste très imparfaite, et il y a beaucoup de Kurdes turcs qui votent pour Erdogan.

"Le PKK est une organisation de résistants comme les FFI en France pendant la seconde guerre mondiale". Le PKK a fait sauter des bombes dans des marchés et tué délibérément des civils, nos résistants ne le faisaient pas. "Le PKK ne sont pas des enfants de coeur...." C'est en effet le moins que l'on puisse dire... Et, pour aussi antipathique que soit Erdogan, il faut quand même en face oser des poser des questions sur un certain fanatisme du PKK, des questions qui ne doivent pas être taboues, comme le fanatisme de l'UCK kosovare maoïste dans les années 1990 aurait dû être posé dans les débats en son temps.

On nous dit : "Le PKK a changé, il est devenu démocratique, écologiste etc". Moi je vois des news sur le Net qui disent que le YPG affilié au PKK confisque les propriétés de chrétiens syriaques, est-ce seulement de la propagande turque ? Le reportage montré par LCP révélait qu'ils enseignent aux petits Kurdes de Syrie à écrire avec l'alphabet latin et non plus avec l'alphabet arabe. Qui peut, après cela, croire qu'ils veulent juste l' "autonomie" et pas, à terme, l'indépendance, alors qu'ils sont censés faire partie de la République ARABE de Syrie ? Ferait-on confiance à une guérilla corse qui affirmerait ne vouloir que l'autonomie de l'île, tout en dissuadant aux petites Corses de parler le français ?

Il y  a à boire et à manger dans cette cause du PKK. Autant la répression d'Erdogan est bestiale et condamnable, autant l'organisation PKK doit nous inspirer quelque méfiance. Je ne crois pas qu'il soit si formidable que le croient les médias que les femmes kurdes syriennes se shootent à la drogue de la guerre (avec tous les effets d'endoctrinement et d'aliénation affective que cela implique) et rêvent de mourir en martyre plutôt que de fonder une famille avec leur mari. Cela a été utile pour combattre Daech quand toutes les autres populations de la région baissaient la tête, mais ça ne peut pas être ce qui structure positivement un peuple. Il y a dans notre fascination pour cette image de la femme à la kalachnikov quelque chose qui interroge l'état des fantasmes occidentaux en ce moment, et encore une fois ça ne peut pas être l'alpha et l'oméga de l'histoire d'un peuple, et nos médias devraient aussi nous faire réfléchir à la manière dont le Rojava kurde peut se projeter dans l'avenir au delà de cette exaltation stérile du combat pour le combat.

Mais bon, on peut se demander si, de toute façon, les Kurdes de Syrie ont encore une chance de pouvoir encore décider en quelque manière que ce soit de leur avenir. Afrine (qui représentait une bonne part du Rojava en termes démographiques) est tombée et risque de subir un nettoyage ethnique. Si Trump retire ses troupes de l'Est du pays, le PKK devra accepter qu'Assad gouverne à nouveau les zones kurdes, et il est peu probable qu'il ait envie que le YPG continue à enseigner aux enfants de ne plus écrire en arabe (et si les Américains restent, les Kurdes syriens sous leur botte seront vassalisés par Washington comme ceux d'Irak). Que deviendront tous ces gens (et notamment ces femmes) qui se sont mis à vénérer l'étoile rouge ? Les renverra-t-on à leurs foyers en les persuadant de tenter de redevenir des "citoyens ordinaires" comme le fit le FLN en Algérie avec ses femmes combattantes après l'indépendance ? Ou devront-ils prendre le chemin des prisons ou de l'exil ? A moins qu'Assad ne leur accorde une sorte d'autonomie "light" comme la France le fit aux Kanaks néo-calédoniens en 1988, avec quelques avantages financiers en prime (mais les caisses de l'Etat syrien sont vides) ? Cela serait sans doute un moindre mal, mais il n'est même pas sûr que le Rojava obtienne cela, car en s'alliant aux Américains, le YPG se sera révélé peu fiable aux yeux de Damas, et il faudra du temps pour réparer le climat de méfiance que cela a engendré. Et de toute façon, que je sache, l'YPG n'est même pas allé à Sotchi pour discuter de cette hypothèse au début de l'année, ça augure mal de l'avenir.

Quelle que soit l'option politique finale pour les Kurdes de Syrie, on sent bien que de toute façon elle sera très en deçà de l'euphorie romantique née dans le climat de guerre et de sacrifice. Quant au Kurdistan turc, avec comme on le disait plus haut une population qui reste intrinsèquement divisée entre partisans d'Erdogan et communistes amis du PKK, son impasse apparaît encore plus totale.

Lire la suite