Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Transfert de données : l'alignement de la Commission européenne sur les Etats-Unis

1 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis

L'Union européenne ne se contente pas de devenir l'otage de Washington sur le plan énergétique en décidant de se dégager des livraisons de gaz russe (ce qu'il n'est pas sûr qu'elle parvienne à faire à court terme) après avoir gelé (pardon volé) une partie des réserves bancaires de Moscou : il y a une semaine (le 25 mars) la présidente de la commission européenne a conclu un accord de partage des données informatiques des citoyens européens avec les Etats-Unis.

Pour mémoire la Cour de justice de l’UE en juillet 2020 avait estimé, en se référant aux programmes d'espionnage de l'Agence nationale de sécurité américaine Prism (révélé par le transfuge Snowden) et Upstream  que le « Privacy Shield », utilisé par 5 000 entreprises américaines, dont les géants comme Google ou Amazon, ne protégeait pas de possibles « ingérences dans les droits fondamentaux des personnes dont les données sont transférées » (et en juin 2020, j'avais moi-même posé la question concernant le transfert aux GAFA du Health data hub créé par le gouvernement français - le thème s'est invité dans la campagne électorale récemment). L’affaire avait été initiée par une plainte contre Facebook de l'activiste autrichien Max Schrems, qui maintenant fait remarquer que cet accord claironné dans les grands médias acquis aux grands groupes financiers internationaux est pour l'heure une simple entente verbale obtenue sans que Washington fasse la moindre concession puisque le Privacy Shield ne sera pas révisé et que les Etats-Unis ont simplement annoncé qu'ils renforceront les garde-fous applicables au SIGINT (renseignement électronique) probablement sous la forme d'un ordre exécutif intégrant la notion de « nécessaire et proportionné » qui guide la jurisprudence européenne (mais sans garantie sur le contenu de cet ordre exécutif) et la mise en place d'une instance judiciaire ad hoc pour les litiges, avec un risque qu'elle soit d'accès restreint pour les justiciables comme l'actuelle Cour de Surveillance du Renseignement Étranger des États-Unis (FISA).

La récente jurisprudence FBI c. Fazaga de la Cour suprême américaine du 4 mars 2022 rend peu probable un durcissement des règles en matière d'espionnage outre-atlantique. Cette affaire concernait une enquête mené par un informateur du FBI en 2006 et 2007,  dans les plus grandes mosquées du comté d'Orange, en Californie. L'informateur du FBI a recueilli sans distinction les noms, numéros de téléphone et adresses électroniques, ainsi que des informations sur les croyances religieuses et politiques de centaines d'Américains musulmans. Après que les plaignants – un imam et deux fidèles – ont intenté une action en justice, le gouvernement a fait valoir que le « privilège des secrets d'État » obligeait le tribunal à rejeter les allégations selon lesquelles le FBI avait illégalement ciblé des membres de leur communauté musulmane à des fins de surveillance en raison de leur religion. La cour d'appel a rejeté cet argument, estimant que le procès pouvait continuer sur la base des procédures spéciales mandatées par le Congrès il y a des décennies, qui obligent les tribunaux à examiner les preuves sensibles à huis clos dans les affaires d'espionnage. Mais la Cour suprême ne l'a pas suivie et étend ainsi l'opposabilité de la notion de secret d'Etat dans les affaires d'espionnage.

Tout ce que l'on peut constater donc à ce stade c'est que les Etats-Unis ont cyniquement exploité la guerre d'Ukraine pour obtenir un renoncement de la commission européenne aux acquis de la décision de la Cour de justice de 2020, ce qui ne fera de toute façon qu'aboutir à de nouveaux combats judiciaires si les défenseurs des droits des citoyens de ce côté-ci de l'Atlantique ne désarment pas.

Lire la suite

"Le prochain président sera une femme"

1 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La droite, #La gauche, #Grundlegung zur Metaphysik

Un auteur chrétien sur YouTube a fait un travail extraordinaire d exploration du Dictionnaire du XXIe siècle de Jacques Attali (l'homme  qui a recruté Macron avant 2017) publié en 1998. Jetez y un coup d œil*. Vous serez surpris par la précision des prédictions sur la pandémie, les nanotechnologies, le gouvernement mondial par la peur et les références appuyées à la sorcellerie. Sauf bien sûr pour les habitués de ce blog qui n'y trouveront que la confirmation de ce que j'écris depuis 5 ans ici.

Du coup je repense à la phrase de ce "magicien " de la politique :  " le prochain président sera une femme ". Et si le forum de Davos avait intégré depuis longtemps que ce serait Marine Le Pen, soit cette année ( ce qui expliquerait la sortie "à point nommé " du scandale McKinsey et de l'affaire de la déclaration de patrimoine), soit en 2027 ? Après tout ne nous avait on pas fait le même coup de la "victoire surprise " de l'outsider avec une forte programmation prédictive antérieure  - Simpsons et autres) avec Trump en 2016 ?

Juste une suggestion comme ça... Une hypothèse... On ne progresse dans la découverte de la vérité que par tâtonnements...

----

* Extraits cités dans la vidéo "Dictionnaire du XXIe siècle" (1998)

Epidémie : Par le jeu du nomadisme des personnes, des marchandises et des espèces, de grandes épidémies pourraient refaire leur apparition. Par exemple le virus H5N1 pourrait se révéler tout aussi dangereux que celui de la grippe qui, au cours de l'hiver 1918-1919, toucha près de la moitié de l'humanité et tua quarante millions de personnes. (...) On prendra des mesures planétaires de cantonnement qui remettront en cause, un temps, le nomadisme et la démocratie.  Comme au XVe siècle à l'échelle des nations, c'est de l'épidémie que naîtra une police cette fois nécessairement mondiale. Donc, à terme, un pouvoir planétaire." (p. 117)

Jérusalem : "Naissance et rencontre d'au moins trois civilisations.(...) il faudra y inventer une façon de faire vivre ensemble des gens aux droits légitimes et contradictoires. Pour cela, y inventer une multicitoyenneté qui fera de cette ville la capitale simultanée de plusieurs Etats, en même temps qu'une internationale à l'avant-garde de la multiallégeance, de la "démocratie sans frontières" (p. 186)

Magicien : "Un métier parmi d'autres avec la redécouverte de savoirs traditionnels - pratiques du vaudou, envoûtements, transmission de pensée, etc. - et le développement de leurs simulacres virtuels."

Sorcellerie : "La technologie rendra possibles télépathie, télétransportation, apparitions, manipulation des rêves... Plus rien en ce domaine n'apparaîtra impossible. Le sorcier sera seulement considéré comme légèrement en avance sur l'évolution des sciences et des techniques" (p. 298)

Nanotechnologies "Mariage de la physique et de l’informatique permettant d'espérer assembler un à un les atomes pour reconstituer des molécules, un matériau, voire un objet à partir d'un programme d'assemblage. Les prévisions les plus optimistes laissent penser que les premières bases de la nanotechnologie commenceront à être opérationnelles vers 2020." (p. 228)

Médecine : "Modifiée par l"électronique, puis totalement bouleversée par la génétique, elle s'occupera au moins autant des bien portants que des malades (p. 210)

Ou : "Expression du choix et donc de la liberté, elle sera dépassée quand celle-ci inclura le droit de ne pas choisir. Le et finira alors par supplanter le ou" (p. 247)

Panique :" Moteur du marché et de la démocratie, à la source de la civilisation occidentale, elle aura, avec la généralisation du nomadisme, des effets de plus en plus dévastateurs". (p. 249) "La panique, mouvement moutonnier par lequel chacun imité l'autre par peur d'être marginalisé, laissé pour compte, n'est pas un dérèglement de la civilisation occidentale, mais sa substance même. Elle y jouera un rôle de plus en plus important" (p. 250)

Prévention : "On voudra se conformer à un profil de vie sans risque. Le droit de courir des risques sera contesté, même si cette attitude ne nuit à nul autre qu'à soi-même" (p. 267)

Privauté : "Chacun laissera une trace repérable sur tout réseau où il sera entré pour se divertir, consommer, travailler, se soigner, etc. Le code c'est l'empreinte. En particulier la monnaie électronique interdira à quiconque d'échapper à la surveillance générale" (p. 268)

Revenu : "Toute personne aura peut-être un jour droit à un revenu décent payé par l'Etat indépendamment de toute activité : le revenu universel"

Solitude : "Aujourd'hui, un aspect de la misère ; après-demain un luxe des hypernomades (...) Personne ne suivra plus les funérailles d'autrui dans la moitié des cas de décès survenus dans le monde. Mais après demain, les riches paieront très cher le droit de rester seuls. (...) Jusqu'à ce que la Fraternité devienne une condition de survie".

"Le télétravail représentera la moitié des emplois" (p. 311)

Lire la suite

Dégager Macron à tout prix ? Des options de youtubeurs

31 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #La droite, #Débats chez les "résistants"

Dans sa dernière vidéo ici, la youtubeuse Tatiana Ventôse pose en des termes éloquents une question importante : faut-il voter  au second tour de la présidentielle pour n'importe quel opposant (Mélenchon ou Le Pen) ?

En l'écoutant on peut se poser s'interroger. Tout d'abord il y a le risque du chaos. La youtubeuse reconnaît elle-même que les opposants ne sont pas en mesure de gouverner. Aucun n'a réellement de plan pour sortir de l'Union européenne, ni pour résister aux énormes pressions du système capitaliste sur eux. Donc les porter au pouvoir ce peut être prendre le risque de 6 à 12 mois de chaos pour la France sans aucun bénéfice réel pour la population au bout du compte. On conçoit que la psychologie de la youtubeuse telle qu'elle se manifeste depuis des années soit très ouverte à la violence et à l'anarchie, mais on sait qui au bout du compte paie toujours le prix fort de ce genre d'aventure ce sont toujours les plus pauvres qui le paient, ceux justement que Tatiana Ventôse entend défendre avec des trémolos dans la voix.

Ensuite, au delà du risque du chaos, il y a celui de la trahison, comme Alexis Tsipras en Grèce. Tatiana Ventôse nous explique qu'au moins l'élu(e) aurait une dette à l'égard des classes populaires qui pourraient faire davantage pression sur lui/elle. Notez que le raisonnement a marché en 1936 quand des syndicats forts représentaient la classe ouvrière, mais ça n'a pas été du tout le cas en 1983 avec le "tournant de la rigueur", ni en 1997 avec la "gauche plurielle" (à ce moment là au contraire les gouvernements portés par les classes populaires les ont davantage pénalisées que la droite libérale sous Chirac ou Sarkozy).

Tatiana Ventôse dit : "il faut quand même tenter l'expérience, parce qu'on sait qu'avec Macron ce sera pire : le monde ouvrier et les pauvres auront encore dix fois moins de moyens de pression sur lui". Je serais sensible à l'argument, s'il n'était à mettre en perspective avec un autre : c'est que Mme Le Pen, comme M. Mélenchon sont des esprits autoritaires. Je crois me souvenir (mais Internet avec sa manie d'expurger les informations, cela ne peut plus se retrouver) qu'au premier semestre 2021 quand on commençait à parler de vaccins anti-Covid l'un et l'autre avaient soutenu l'idée d'une vaccination obligatoire universelle, avant que leur base ne les ramène à la raison, ce qui montre leur fragilité face au système médiatique (un peu comme Zemmour qui en 2020 se moquait de ceux qui comme moi osaient avancer que peut-être le vaccin pouvait être de fabrication humaine). Le Pen comme Mélenchon ont accouru pour applaudir l'humoriste millionnaire Zélinsky à l'assemblée nationale, ce qui n'augure pas de leur capacité à résister à Washington ni au Forum économique mondial en cas de grand crash informatique ou de pénurie alimentaire. Je les crois même capables d'envoyer la troupe contre les émeutes de la faim avec la même ardeur que Macron.

Faut-il au vu de ces éléments quand même "tenter l'expérience" d'une alternance seulement pour "agiter le précipité" et voir ce que cela donne dans le tube de laboratoire ? J'espère que Tatiana Ventôse s'est au moins posé cette question avant de céder à la tentation romantique et narcissique de poser devant sa caméra pour se donner l'impression de "prendre ses responsabilités devant l'Histoire".

Même question concernant le choix de Boulo qui est de pousser les Français à mettre Macron en minorité au moment des législatives (voir ici). Là encore l'idée n'est pas mauvaise en soi, mais cela mérite un peu de réflexion sur l' "après". Il est à peu près certain qu'une coalition RN-LFI pour un gouvernement de cohabitation contre Macron est inenvisageable. Donc là encore nous n'aurions là que le chaos, que le président contrerait en mettant en oeuvre l'article 16 de la constitution (les pouvoirs spéciaux), c'est à dire de fait les militaires dans la rue comme l'avait envisagé Trump, pour vous administrer le vaccin de force, et le pass sanitaro-écologique. D'ailleurs même si le RN et LFI parvenaient à soutenir ensemble un premier ministre, vous pouvez être sûr que nos "amis" partisans du "Great reset" feraient tout ce qu'il faut pour rendre son action impossible. La force des mondialistes, c'est d'avoir intégré sur un mode dialectique le chaos à leur gouvernance. A part Kim Jong Un, personne n'est encore parvenu à contrer cette logique-là.

Lire la suite

Négociations en Ukraine, sénilité de Biden

30 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme

Toujours beaucoup de partialité parmi nos médias dans le traitement de l'invasion russe de l'Ukraine. La perspective d'un accord de paix russo-ukrainien qui pourrait donner lieu à référendum fait la "Une "du Jerusalem Post en Israel, mais reste ignorée ce soir par nos journaux et les chaînes de TV qui préfèrent se focaliser sur les victimes des crimes de guerre russes (comme les médias russes se polarisent sur les victimes du bataillon Azov ou sur la légèreté de Zelinsky).

Difficile de faire la part des choses cependant en ce qui concerne la réalité sur le terrain. On dit l'armée russe assez inefficace car reposant sur des troupes trop jeunes et peu motivées. Il est vrai que la volonté de "ménager" les Ukrainiens, alibi des pro-russes pour justifier la lenteur de la progression de leur camp au bout d'un mois, n'a pas l'air très crédible au vu des dégâts matériels et humains.

De même il est difficile de savoir quels sont les effets des sanctions. En Occident on nous annonce un fort impact sur le moral de la société russe, mais en Russie, on affiche la progression du cours du rouble en dollars depuis trois jours. Si la Russie vivait si mal les sanctions, l'Ossétie du Sud aurait-elle annoncé aujourd'hui son intention de faire adopter par référendum un projet d'absorption de son territoire par le voisin du Nord ?

En Europe, la guerre polarise les positions : après la Finlande, la Suède décide de rejoindre l'OTAN. Hors d'Europe, Moscou pour sa part peut se vanter de refédérer autour d'elle les anciens "BRICS" puisque l'Afrique du Sud, le Brésil et l'Inde se sont rapprochés de ses positions au cours des dernières semaines.

Je suis frappé de voir combien les grands trusts médiatiques occidentaux passent à Biden ce qu'ils n'auraient jamais toléré chez Trump. L'actuel président au cours des 10 derniers jours a quand même annoncé à tort un envoi de troupes américaines en Ukraine, une modification de la doctrine américaine sur l'emploi des armes chimiques, le choix d'une politique de "regime change" etc... Le tout a nécessité des démentis circonstanciés de ses conseillers atterrés, mais tout de même un tel degré d'irresponsabilité est inquiétant au seuil d'un possible conflit nucléaire. On dit qu'il est si différent de l'homme politique que les Etats-Uniens connurent à l'époque du mandat d'Obama qu'ils ne reconnaissent même pas sa voix. Tucker Carlson de Fox News le décrit comme atteint de colères caractéristiques d'un début de sénilité.  Comme on l'a parfois avancé à propos de l'irrationalité apparente de nos gouvernants pendant la crise du Covid, on en vient à se demander si des pouvoirs cachés ne prennent pas un malin plaisir à mettre à dessein sur le devant de la scène les politiciens les plus incompétents et les plus grotesques aux heures les plus critiques pour le sort de l'humanité. De ce point de vue là, les cas de Biden et Zelinsky sont assez caractéristiques. Ensuite le jeu consiste à faire passer les plus gros bobards, pour faire accepter la plus grande inversion. Le plus risible doit passer pour le plus héroïque, le plus fou pour le plus sage etc.

On aimerait en tout cas que ni Biden, ni aucun jusqu'au-boutisme ukrainien ou russe ne viennent torpiller la lueur de chance de paix qui a pu se dessiner aujourd'hui.

Lire la suite

Le témoignage d'un trotskyste à Kiev, et les répercussions globales de la guerre

24 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Au Venezuela, le site chaviste Aporrea comme certains de ses homologues européens vient de diffuser un appel d'Oleg Vernik, du syndicat Zakhist Pratsi (qui a l'air d'obédience trotskyste) et ancien assistant à la fac de droit de Kiev auquel des rivaux gauchistes reprochaient jadis ses liens avec Kadhafi (voir ici) ; il dénonce à la fois l'engagement de l'Ukraine dans le camp de l'OTAN, et la brutalité russe. Le point intéressant de l'appel est qu'il souligne que les populations russophones ne se sont pas massivement ralliées aux "libérateurs" armés... Sans doute Moscou dira-t-il que c'est parce que les néo-nazis les tiennent en otage, mais le mécanisme psychologique est sans doute plus complexe. Je m'étais déjà posé la question il y a quelques années quand on avait constaté que Kharkov et le Odessa ne s'étaient pas jointes à la cause du Donbass. Les Russes disaient "c'est parce que l'exemple des dizaines de personnes brûlées dans la  maison des syndicats à Odessa en 2014 les a réduites à la peur". On ne pouvait qu'y croire à moitié. Il est possible que les russophones aient un sentiment ambigu à l'égard de l'unité nationale ukrainienne et de son éventuel basculement du côté européen, notamment du fait des hausses de salaire que cela pourrait induire.

Dans une conférence en ligne du 14 mars le même Vernik expliquait que Kiev était encerclée sauf un corridor humanitaires mais que ces corridors étaient menacés parce que Moscou ne respectait pas ses engagements (autre son de cloche par rapport aux pro-russes qui mettent en cause les milices d'extrême-droite quand les corridors ne fonctionnent pas, il y a probablement un peu des deux). Il racontait également que 18 000 armes ont été distribuées à la défense territoriale pour défendre la ville. Il minimise aussi le poids de l'extrême-droite dans le pays réduite à 2 % des votes (mais alors pourquoi Kiev n'en a-t-il pas désarmé les milices ?). Son avis sur Zelensky a l'air d'être le même que celui de Bernard-Henry Lévy à l'issue de son voyage à Odessa : qu'il était un Coluche devenu Churchill, ou qu'en tout cas il s'est montré plus courageux que prévu, ce qui joue à son crédit, tandis que la Russie avance moins rapidement que prévu.

Devant cette stagnation, je vois poindre sur Twitter des rumeurs selon lesquelles une zone d'exclusion aérienne partielle pourrait être instaurée, ce qui augurerait d'une partition possible du pays. Je suppose que beaucoup d'options différentes sont sur la table. Les Russes parlent d'un déplacement des ressources bactériologiques en Moldavie via les réfugiés "bandéristes", ce qui est une "information" assez étrange. Il en circule de toutes sortes du même genre qui ne pourront être tranchées qu'après coup à froid par les historiens, comme la question de savoir si le bombardement de la maternité de Marioupol et de son théâtre qui ont ému nos médias sont des false flags operations.

On voit bien en tout cas qu'il serait dans l'intérêt de tous que Moscou et Kiev parviennent rapidement à un accord. Du côté russe, on s'inquiète de voir Renault qui fournissait un tiers du marché national en voiture s'en désengager à la demande de Zelensky (la Chine ne peut pas forcément la remplacer car elle redoute de subir elle aussi des sanctions), et au niveau mondial Macron, Biden et Scholz mettent en garde contre une crise alimentaire qui se profile (et dont d'ailleurs l'Afrique serait la première victime, voir le graphique ci dessous).

La crise alimentaire pourrait donc s'ajouter à la crise énergétique à l'heure où Moscou exige que les pays "inamicaux" paient leur gaz en rouble. Certains esprits mal tournées font remarquer que la pénurie de blé fera le jeu de Bill Gates qui a investi dans l'alimentation artificielle et du Forum Economique mondial qui l'a promue dans une vidéo récente sur son site...

En attendant, la presse de gauche mexicaine (dans un pays qui subit des pressions pour durcir sa position à l'égard de la Russie), elle, alerte sur un phénomène dont on parle peu : les réfugiés russes interdits d'accès aux Etats-Unis. On peut cependant douter qu'il s'agisse d'un phénomène massif.

 

Lire la suite

Patriotisme

24 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca

Vous n'êtes pas obligés (euphémisme) de voter dans quelques mois pour tous ces députés tous venus écouter religieusement le président clownesque ukrainien Zelensky en visio-conférence (ils étaient presque tous présents alors qu'ils étaient si peu nombreux quand se votaient les lois de la dictature sanitaire...) et qui lui ont unanimement accordé une standing ovation après qu'il eut accusé Auchan, Renault et Leroy-Merlin de financer le meurtre d'innocents dans son pays. "Rien n'est plus peuple que les assemblées" disait le Cardinal de Retz en prenant le mot peuple dans son acception de l'époque, c'est à dire "influençable". Parfois c'en est tristement risible.

"Si vous ne voulez pas engager une guerre nucléaire avec la Russie, alors vous êtes complice de génocide".

Lire la suite

Madeleine Albright, McKinseygate et autres thèmes

23 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Je parcours les nouvelles en vrac. Une nouvelle âme a rejoint les enfers : celle de Madeleine Albright, ex-secrétaire d'Etat de Clinton, artisane de la dictature de Kagamé dans les Grands Lacs (avec tous les morts qui vont avec) et du bombardement de la Serbie en 1999, qui se réjouissait jadis de la mort de 500 000 enfants irakiens avec l'embargo (ou en tout cas les justifiait au nom de sa Realpolitik). Comme lors des décès de George Bush père, de Jacques Chirac ou de John McCain, il est difficile de se convaincre de prier pour leur salut dans l'au-delà. Il faut prier pour ses ennemis, mais ces gens ne sont pas mes ennemis. Ils sont ennemis de l'humanité comme tout homme peut l'être de lui-même. Il est seulement regrettable que les citoyens ordinaires - qui feraient la même chose qu'eux au pouvoir - les aient laissés gouverner avec une telle impunité, mais bon, je suppose que tout cela en quelque manière est voulu par décret divin. Cela fait partie de la coupe d'injustice, de souffrance et d'absurdités que nous tous devons avaler, collectivement. Ces gens en tout cas ne sont pas mes ennemis. Juste des incarnations du mal ordinaire, comme les journalistes de CNN et autres qui ont chanté leur louange des années durant. Je laisse donc seulement des gens plus convaincus de leurs mérites prier pour eux plutôt que moi. De toute façon si je le faisais ce serait sans conviction. Inutile donc d'ajouter à ce monde une hypocrisie supplémentaire.

 Une avocate engagée contre la vaccination obligatoire, notamment aux côtés d'un Comité Corona mis en place par Reiner Fuellmich, Me Araujo-Recchia, est en garde-à-vue depuis hier à la DGSI. Les grands médias disent qu'elle y serait avec 7 autres personnes liées à l'affaire Rémy Daillet.

Le cabinet McKinsey, concepteur de la dictature covidiste en France pour le compte de l'Exécutif, est pour sa part en difficulté devant l'opinion publique en ce moment, une commission sénatoriale ayant révélé qu'il pratiquait massivement depuis 10 ans l'évasion fiscale. Le cabinet a touché 10 millions d'euros des pouvoirs publics rien qu'en 2020. J'entendais hier le professeur Raoult faire l'éloge de McKinsey contre la Cour des Comptes qu'il juge trop politique. Voilà longtemps que ce chercheur n'avait pas dit un mot qui pût rendre service à la macronie. Mais sa parole n'est pas vaine. Elle a le mérite de rappeler que si ces sangsues internationales s'accaparent aujourd'hui de nos structures étatiques, c'est en partie largement parce que ces dernières faillissent dans leurs missions. Comme on rêve de journaux institutionnels véritablement honnêtes, on aimerait qu'existassent des corps d'inspection et de contrôle réellement équanimes. Je doute qu'une VIe République, toute inspirée de la IIIe, avec en prime des plébiscites populistes comme la recommande Mélenchon puisse parvenir à ce résultat. Un gouvernement des soviets avec des comités populaires dans les ministères non plus d'ailleurs... On pourrait cependant espérer et préconiser quelques améliorations dans ce domaine, s'il est encore temps... Si MM. Schwab, Gates et Mme Von Der Leyen n'ont pas déjà avalé la France toute crue.

A part cela Mr Asselineau dans une de ses dernières vidéos fait l'éloge de Diana Johnstone, que dans un de mes livres je maquille sous le pseudonyme de Barbara Locke. Dans la même vidéo, il affirme que l'Algérie a condamné à l'ONU l'agression russe en Ukraine, et que le Kenya s'est abstenu - un simple coup d'oeil au tableau ici montre que c'est faux - et il confond sur une carte l'Erythrée et l'Ethiopie... j'ignore s'il est vraiment enviable d'être porté aux nues par un tel Youtubeur...

Lire la suite

Pat Benatar "witchy"...

21 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Grundlegung zur Metaphysik

Pour les gens de la génération (nés dans les années 1970) qui avaient des parents qui aimaient bien chanter, sauf pour ceux qui ont grandi dans des familles bourgeoises portées sur l'opéra, il était impossible d'échapper à l'attrait du rock et de la pop music.

Ce soir j'écoutais des morceaux de Pat Benatar dont les tubes font partie des morceaux qui ont le moins mal vieilli, du fait du mariage formidable des guitares électriques et de son incroyable voix. Sur You Tube, un prof de chant, Ken Tamplin souligne dans ses vidéos comment l'effet qu'a produit cette voix quand elle est apparue dans le paysage américain et toutes les récompenses que cela lui a valu. En 7 ème minute de sa vidéo d'ailleurs il y a une jeune nana qui interprète remarquablement bien son tube "Shadows of the Night"...

Quand elle a sorti "We belong", j'avais 13 ou 14 ans. J'étais peut-être un peu trop "pollué" par l'italodance, dans le registre féminin américain, seules Dona Summer, la chanteuse de Berlin et Irene Cara (c'est à dire des musique très "synthé" très "Giorgio Moroder") étaient parvenues à se frayer un chemin dans mes oreilles.

Je n'ai pu m'ouvrir au "son" Benatar qu'en mûrissant un peu. Il fut beaucoup à l'arrière-plan de mon engagement de mes 29 ans contre le bombardement de la Yougoslavie en 1999... cet engagement à propos duquel l'écrivaine Annie Ernaux allait me dire que mon investissement affectif total en certifia la vérité - aujourd'hui j'ai des doutes à ce sujet, mais je sais qu'il ne pouvait en aller autrement de toute façon. Surtout "Love is a Battlefield"... La webmaster serbe de notre site d'info alternative aussi avait ça dans les oreilles... cette dame décédée en 2019, que, six mois avant sa mort j'essayais encore en vain de convaincre de ne pas accepter de mettre des éloges de David Bowie sur sa page Facebook.

Ce genre de musique nous dépassait, faisait éclore en nous des dimensions de notre être complexes, inconnues.

Je suppose que j'aurais manqué d'humanité si je n'étais pas passé par toutes ces erreurs et si je n'y avais pas mis tout mon coeur... et bien des larmes... On ne peut hélas pas rester dans une coquille pure, là où il n'y a pas d'erreur (d'erreur de bonne foi comme celle à laquelle Pat Benatar nous portait), il n'y a pas de rédemption possible, et pas de vertu non plus. Il n'y a que frilosité, et hypocrisie...

Aujourd'hui je voudrais encore croire que ces musiques étaient innocentes... Et puis je tombe sur une image comme celle-là.

Sol maçonnique, chouette à la main. Plus "witchy" que ça, tu meurs... Digne de Stevie Nicks...

Un ami blogueur qui a mon âge mais qui vit dans l'enfer du Paris d'Anne Hidalgo, avec qui avant ma conversion nous partagions nos goûts communs pour la pop, continue de me dire "et alors ?"... Et alors, elle pose devant un sol maçonnique, et alors, elle a une chouette à la main... et alors ? je peux aimer sa musique sans partager ses démons...

Voire... J'ai connu un petit bonhomme qui voyait des serpents noirs sur les bras des gens qui dansaient en faisant des cornutos... Et quand je relis les horreurs que j'écrivais lorsque j'écoutais "dévotement" ce genre de musique, j'émets aujourd'hui - à regret je l'admets, mais avec constance - les doutes les plus vifs sur la bénignité de ces airs. N'est-ce point le musicien John Todd qui assurait que les producteurs jetaient des sorts sur les disques après leur enregistrement ? Après cela je ne m'étonne pas d'apprendre que les membres de sociétés secrètes adeptes de la magie noire  Brad Pitt et Angelina Jolie ont acheté en France un château qui servait de studio d'enregistrement (voire de rituels des plus inquiétants).

L'envoûtement musical est à ce prix. Notre nature faible aime les musiques cadencées. Le maître des percussions (Ezechiel 28:13) lui en fournit à volonté et la conduira où il voudra, comme le joueur de flûte dans la chanson des Led Zeppelin (les grands admirateurs d'Aleister Crowley)...

Non, décidément il est des addictions auxquelles il vaut mieux renoncer tant qu'il est encore temps.

Je renvoie donc Pat Benatar à mon passé, et vais me coucher avec des airs plus calmes.

Lire la suite

L'étoile rouge de Belgrade chante une chanson de Lennon

21 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Peuples d'Europe et UE

Les supporteurs de l'Etoile Rouge de Belgrade, le club de foot serbe, ont cru intelligent la semaine dernière de rappeler les guerres américaines (listées sur des banderoles) en entonnant la chanson de Lennon" Give Peace a Chance". Personne ne leur a expliqué que Lennon avait vendu son âme au diable de son propre aveu (voir aussi The Lennon Prophecy: A New Examination of the Death Clues of The Beatles de Joseph Niezgoda ). Souvenez vous d'une autre chanson qui fut l'hymne des covidistes, Allan Rich avait dit quelques vérités sur l'omniprésence de cette chanson dans les écoles françaises en novembre 2015, je vous renvoie aussi à ma vidéo sur les Beatles, et à cette page sur les Beatles et la FM.

A part ça, un sondage au Canada montre sans surprise que les moutons vaccinés sont aussi ceux qui sont les plus enthousiastes pour la confrontation avec la Russie (le système fabrique des moutons enragés, qui seront assimilés aux boucs à la fin des temps).

 

Lire la suite

En marge de la guerre d'Ukraine, le business de la GPA continue

18 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #GPA, #Peuples d'Europe et UE

Retour sur la question de la Gestation pour autrui (GPA) déjà évoquée ici à l'heure où la mairie de Paris n'hésite pas à jouer les intermédiaires entre les candidats potentiels et le big business international sur ce sujet - voir la réunion publique qu'elle organise demaine (prix moyen du contrat 30 000 à 60 000 dollars les juristes essaient de faire reconnaître cela comme de la vente d'enfants par l'ONU).

En marge de la guerre d'Ukraine, l'agence de GPA Biotex montre des bébés de quelques heures traités comme des marchandises qui ont été arrachés à leur mère porteuse et amenés dans des lieux de stockage où ils sont mis en batterie. On n'est plus très loin des bébés fabriqués dans des utérus artificiels pour naître plus vite que nous prépare Elon Musk. Dans l'ordre du mépris pour l'être humain, c'est la même logique.

Et les mères, elles, sont oubliées. Une pétition circule là-dessus. "Les ukrainiennes ne sont pas des utérus sur pattes. " rappelle l'ex-FEMEN Marguerite Stern, qui stigmatise les potentiels parents occidentaux qui viennent se plaindre à la TV de ce que leurs bébés-marchandises ne sont pas livrés. 

Beaucoup de femmes utilisées comme des utérus sur patte sont des réfugiées du Donbass.

Voici encore ce qu'écrivait le 24 février la militante féministe Ana-Luana Stoicea-Deram :

A Kiev il y a quinze jours des mères porteuses pour satisfaire leur riche clientèle occidentale étaient coincées par des GPA commandées "séparées de leur famille, maintenues de force dans les hôpitaux en attendant d’accoucher, sans la possibilité de fuir", tandis que BioTexCom (un quart du marché mondial de la maternité de substitution en 2018 et 70 % du marché ukrainien), dirigé par un moldavo-allemand ex patron de boîte de nuit, relançait cyniquement sa pub en plein conflit sur Twitter sous le slogan "Make babies not war". La firme, outre la fraude fiscale, s'est vue reprocher entre autres en 2020 de promouvoir une technique de fécondation in vitro controversée à coup de stimulation ovarienne dangereuse pour la santé des femmes.

Comme avec le coltan de nos téléphones portables pour lequel sont sacrifiées des milliers de vies de Congolais, l'égocentrisme stupide des bobos occidentaux (pourtant donneurs de leçons sur les réseaux sociaux), ceux qui ont décrété qu'ils/elles ont un "droit" absolu à la parentalité, est la principale raison de ce gâchis immense. Ces gens, lecteurs du Monde et de Libé, imbus d'eux-mêmes, décérébrés par la culture dominante, et coupés de tout sens du devoir à l'égard de l'humanité font de ce monde un enfer.

Lire la suite

La souveraineté toujours entravée du Congo-RDC

16 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Dans le cadre du blog de l'Atlas alternatif jadis je dénonçais souvent les effets très meurtriers de la guerre civile à l'Est du Congo et l'action néfaste du Rwanda dans cette zone. Dix ou quinze ans après, les choses ne s'améliorent pas pour ce grand pays en quête de souveraineté réelle.

Je lis sur le blog de la journaliste belge Colette Braeckman ce constat d'il y a deux mois :

"Les  souverainistes relèvent que l’adhésion à la zone africaine de libre échange se traduit  surtout, pour la RDC, par la  fourniture de matières  premières brutes qui seront transformées hors des frontières (l’or en Ouganda et au Rwanda, le coltan au Rwanda, le cuivre en Zambie,  le cobalt en Chine après avoir transité par la  Tanzanie et l’Afrique du Sud…). En outre, les accords militaires se résument souvent à une sorte de libre circulation de troupes étrangères sur le territoire national,  moins pour rétablir la paix au bénéfice des Congolais que pour traquer divers groupes d’opposants menaçant les pays voisins et exploitant les richesses locales.  Les zones frontalières sont ainsi devenues des terrains d’opération pour des forces étrangères antagonistes : des militaires burundais traquent, dans le Sud Kivu, des groupes d’opposants eux-mêmes soutenus par Kigali pour affaiblir  le régime de Bujumbura tandis que des opposants rwandais du RNC (Congrès national rwandais) dirigés par le général  Kayumba Nyamwasa tentent de recruter dans les haut plateaux au dessus d’Uvira, ce qui entraîne la destruction des  villages et du bétail de Tutsis congolais Banyamulenge.

Au Nord Kivu, l’état de siège  décrété voici sept mois n’a pas empêché les  massacres de se poursuivre : malgré la suspension des  administrations civiles et le quartier libre donné aux militaires, 1300 personnes  ont péri sous les coups des ADF, ces milices islamistes affirmant s’opposer au président ougandais Museveni et relever de l’internationale djihadiste.  La Monusco, dont l’impuissance a été avérée après vingt ans de présence en RDC, a été mise à l’écart des opérations conjointes désormais menées par une armée congolaise dont les effectifs avaient été surestimés et par l’armée ougandaise qui a envoyé dans l’ Ituri ses meilleurs détachements, qui ont déjà remporté quelques succès.  Ce qui n’a pas empêché un groupe terroriste de mener une attaque suicide à Beni le jour de Noël.
Quant à la présence rwandaise, elle est plus mal vécue encore par les populations locales :  elles ont assisté, voici quelques semaines, à une « promenade » de l’armée de Kagame au nord de Goma,  tout le système de télécommunications congolais est désormais contrôlé au départ de Kigali, les avions Rwandair opèrent (avec succès et ponctualité)  sur l’ensemble du territoire national et, pour s’être opposé à une tentative de main mise rwandaise sur les  réseaux d’information, le directeur de la radio télévision congolaise Freddy Mulumba a été sèchement licencié. "

Un député du Nord Kivu vient de faire état d'une moyenne de 7 personnes tuées chaque jour au cours des 331 derniers jours dans cette province. Mais c'est comme de l'enfant yéménite qui meurt toutes les neuf minutes. Tous les Européens s'en fichent. C'est pourtant du Kivu que vient le coltan sans lequel vos téléphones portables ne marcheraient pas. C'est là que les clients des Clinton à Kigali ont semé le désordre pendant plus de vingt ans, et l'incapacité de Kinshasa à construire un Etat fort face à ses encombrants voisins au fond arrange bien tout le monde.

Lire la suite

Christine Deviers-Joncour contre le NOM

16 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Sur OVALmedia - minute 55'03 Christine Deviers-Joncour : je me souviens d'un dîner en 1987 ou 88 chez M. Attali et on parlait de dépopulation. J'ai cru qu'il plaisantait... vous avez vu le joke où on est ?". En rappelle qu'en 1977 il évoquait un vaccin. "Ce qu'on vit là aujourd'hui c'est programmé depuis très très longtemps...". "Le Nouvel Ordre mondial c'était prévu depuis 50 ans... c'est du fascisme, mais ils ne pourront pas aller jusqu'au bout". Elle renvoie à Valérie Bugault.

Elle évoque aussi son parcours. Sa rencontre au lycée jésuite de Sarlat avec un homme qu'elle épousera et qui sera un ministre de Chirac, puis avec un directeur général d'une filiale de Thomson (futur Thales). En 1988, elle a été approchée par son ex-mari Joncour et Sirven pour pousser Roland Dumas, qui était lié à sa famille de profs (et pas d'instituteurs socialistes comme le prétend Wikipédia), à faire nommer Le Floch-Prigent à la tête d'Elf-Aquitaine (la grande société pétrolière créée par De Gaulle), malgré l'opposition du corps des Mines. Le Floch et Dumas ne s'entendant pas, elle a été recrutée en 1989 jusqu'en 1994, alors qu'elle dirigeait une petite boîte de communication, comme intermédiaire entre Elf et le Quai d'Orsay pour 11 000 F par mois.

Elle travaillait pour Sirven, DRH et numéro 2, bien qu'elle n'eût pas de bureau à Elf (organisant notamment des dîners) et évoque les coffres remplis de billets que Sirven distribuait à Paris.

Elle a été condamnée à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis (qu'elle a purgés partiellement à Fleury-Mérogis en 1997), et 1,5 million de francs d'amende pour « recel d'abus de biens sociaux ».

En 1990, elle avait été approchée en Suisse alors que Sirven négociait avec une banque. La personne la sollicite à propos d'un contrat de ventre de frégates à Taïwan par Thomson. Trois jours après, selon elle, l'individu l'invite à déjeuner porte Maillot, puis l'amène en fait au restaurant du président de Thomson Alain Gomez. Six hommes sont à la table mais pas Gomez. Ils se plaignent de ne pas arriver à vendre les frégates qui pourraient sauver le chantier de Lorient à cause du véto de Roland Dumas (pour ne pas heurter Pékin). Sirven la presse d'accepter de faire du lobbying pour Thomson auprès de Dumas, ce qu'elle fait pendant un an. Le contrat est finalement signé en 1991.

Elf devait toucher 1 % sur le marché, mais ne les percevait pas. Dumas lui apprend que des milliards de francs sont payés sur ce contrat en France (à une quinzaine de personnes dont Deviers-Joncour a les noms, des gens qui n'ont joué aucun rôle) et à Taïwan (à Taïwan des militaires qui en ont bénéficié ont été condamnés, en France l'impunité a prévalu). Gomez ne voulant pas payer, Elf a porté plainte au tribunal arbitral de Genève et a obtenu gain de cause. Les huissiers sont arrivés à la Défense au siège de Thomson. Gomez a répliqué en saisissant pour tentative d'escroquerie la magistrate (et future leader écologiste) Eva Joly, ce qui lui a valu de voir reprocher d'avoir profité de cette vente, comme d'autres opérations troubles d'Elf (Les Echos en 2001 disaient qu'elle avait amassé un pactole de 64,5 millions de francs alors qu'elle soutiendra que ces sommes étaient destinées à d'autres personnes qui, elles, passèrent entre les mailles du filet). Eva Joly la surnomma la "putain de la République" et elle dut endosser ce titre en première page de son livre pour pouvoir payer ses frais d'amende. 

Elle commence à recevoir des menaces de mort, un contrat est mis sur sa vie en 1999. Elle vit avec un gilet pare-balles pendant 3 ans, met des couvertures sur ses sièges pour éviter les produits cancérigènes, les gens des services lui apprennent à tirer. Elle a le soutien du général Aussaresses qui assure sa protection. Dès la publication de son livre "Opération bravo" en 2000, elle avait reçu le soutien d'une loge maçonnique qui l'a mis en contact avec Thierry Imbot, fils d'un ancien patron de la DGSE, qui lui aussi connaissait tous les politiques qui ont bénéficié de l'affaire des frégates (il avait été en poste à Taïwan au moment de l'affaire). Il avait épousé une directrice de production de CNN (et non pas rédacteur en chef comme le dit Deviers Joncour) pressentie pour devenir porte-parole de la Maison-Blanche sous Clinton (mais elle l'avait refusé car elle était enceinte). Celui-ci lui proposa de dénoncer toute l'affaire de corruption sur CNN. Les fonds de pension américains contrôlaient déjà la majorité des fonds d'Elf. Elle pouvait obtenir de Jaffré, PDG d'Elf, le retrait de la plainte contre elle en échange du renoncement à des déclarations fracassantes sur CNN. Elle se donna trois jours de réflexion, mais elle refusa de trahir son pays, et ne put jamais recontacter Imbot. Le jour de sa mort en 2002, celui-ci s'apprêtait à livrer la liste des corrompus à un journaliste indépendant qui venait d'emprunter le gilet pare-balles de Deviers Joncour pour recueillir ses confidences. Elle souligne que Sirven aussi mourut assassiné.

A la minute 47'53 de son interview, Deviers Joncour n'hésite pas à dire qu'Eva Joly était payée par le cabinet Kroll lié à la CIA. A cause d'elle, dit-elle, l'américain Total a absorbé Elf alors que ça aurait dû être l'inverse.

La fiche Wikipédia rappelle que l'ex égérie d'Elf a aidé les russophones du Donbass. Dommage pour elle, cette dame est fan d'alchimie et de néo-paganisme scandinave...

Lire la suite

Spéculations caribéennes

16 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

Lorsqu'on touche à la vie politique caribéenne, les spéculations et le rumeurs vont bon train. Il y a huit mois, le journal argentin Clarin s'intéressait à la montée en puissance des Delcy et Jorge Rodríguez, enfants de Jorge Antonio Rodríguez, militant socialiste historique mort en prison suite à des tortures. Jorge Rodríguez, est président de l'assemblée nationale en charge du dialogue avec l'opposition, et sa soeur Dulcy est vice-présidente de Maduro.

La journaliste en exil Ibéyse Pacheco n'a pas hésité à écrire un roman inspiré par ces deux personnages, "Les frères sinistres", paru en mai 2020. Le livre baigne dans une ambiance "gothique" où le vampirisme est très présent. Elle met aussi en scène dans ce roman un personnage qu'elle appelle JVR, journaliste cynique obsédé par le pouvoir, machiavélique, qui a formé politiquement les deux protagonistes. Interrogée en juin 2020 par Milagros Socorro  de La Gran Aldea, qui lui demandait :"- Le personnage de JVR, grand manipulateur et maître de l'intrigue, est habitué à consommer du sang humain. De quoi ce trait est-il une métaphore ?" Pacheco répondait "- C'est exactement comme ça. Il consomme du sang humain. Ce personnage le fait avec plaisir et avec des résultats qui l'ont maintenu en vie, selon certains médecins."

Difficile de savoir s'il s'agit là d'une simple fantaisie romanesque. On sait que la mise en scène de la consommation du sang humain ou de son utilisation pour des liftings est très à la mode de nos jours pour rester jeune, notamment du côté des Karsdashian

Ensuite il y a toutes sortes d'informations sur le rôle des babalaos cubains au Venezuela. Je tombais ce matin sur les affirmations de la romancière canadienne Peggy Blair dans "The Poisoned pawn" : "La santeria croit que les tambours ouvrent des portes aux orishas qui peuvent venir posséder le danseur. Les babalaos peuvent utiliser des poupées vaudoues pour faire changer un comportement. Par exemple pour les faire arrêter de fumer. Ou pour quitter leur maîtresse. Certains maîtres de vaudou affirment qu'ils peuvent attirer l'esprit de quelqu'un dans l'eau et le tuer en poignardant son reflet. L'eau rougit et la personne devient un zombie".

Le journaliste David Placer, sur la chaîne de Napoleon Bravo ici, tout en reconnaissant que la santeria ne pratique pas les sacrifices humains, laissait entendre que des enfants de la rue du Venezuela, où les babalaos cubains ont gagné beaucoup de pouvoir depuis vingt ans, étaient envoyés à Cuba pour des sacrifices. Il prétend aussi qu'ils auraient infiltré la contingents de médecins envoyés généreusement par La Havane à travers le monde.

Lire la suite

Le couple Angelina Jolie-Brad Pitt, le vaudou et le vampirisme

15 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Cinéma, #coronavirus-vaccination-big pharma

Les médias "people" vibrent au rythme des conséquences du divorce entre Brad Pitt et Angelina Jolie. Pas seulement les "people" d'ailleurs. Encore le mois dernier, le très sérieux magazine Le Point parlait d'un château acheté en Provence en 2008 pour 28,4 millions de dollars (où ils se sont mariés en 2014 et où beaucoup d'artistes anti-chrétiens ont enregistré des morceaux de musique à succès), Brad Pitt en possédait 60 %, contre 40 % pour son ex-femme, qui a décidé de vendre au profit de Yuri Shefler, un milliardaire russo-israélien connu notamment pour avoir fait fortune dans la vodka (qu'il n'a plus le droit de vendre en Russie car il est personna non grata là bas du fait de ses malversations), alors que lui souhaitait en faire hériter les deux derniers de ses six enfants Knox et Vivienne, nés sur la Côte d'Azur (lui-même a investi dans les vignobles français, avec la famille Perrin).

La vente de leur propriété en Provence n'est pas la seule à faire parler d'elle dans les médias qui évoquaient aussi en février celle de leur maison à plus de 5 millions de dollars dans le vieux quartier français de la Nouvelle-Orléans.

Pourquoi est-ce que cela devrait nous intéresser ? Parce que cette maison se situe dans la rue où a été tourné le film Entretien avec un Vampire (1994) dans lequel Brad Pitt jouait un rôle de premier plan (juste avant de tourner dans Twelve Monkeys dont on a évoqué ici la dimension prédictive par rapport à la guerre bactériologique actuelle). Le choix du lieu révèle pour le moins un "attachement" de l'acteur à ce souvenir...

Ce film est truffé d'occultisme comme on peut s'en douter. Sorti aux Etats-Unis un 11 novembre (11/11, c'est une date importante pour la frac-maçonnerie, et c'est pourquoi l'armistice de 1914 fut signé ce jour là), il a une durée de 121 minutes (11X11). Et d'ailleurs certains aspects du film croisent de façon intéressante la thématique du vampirisme avec celle de la politique sanitaire actuelle, et plus généralement du bio-pouvoir civil et militaire (il faut maintenant inclure à notre réflexion les laboratoires secrets d'Ukraine et de Géorgie), par exemple le fait que le héros du film, joué par Tom Cruise attaque ses victimes avec une aiguille au bout de son doigt. Cette aiguille est le Gom Jabbar, un dispositif fictif décrit dans le cycle de Dune, ce mot est l'acronyme de God's own medecine (le médicament de Dieu), jabbar voulant dire en arabe coercition. Lorsqu'il devient vampire Brad Pitt entre dans un quartier dévasté par la peste.

Dans le film les Noirs répondent au vampirisme des Blancs par du vaudou dont la Nouvelle-Orléans a été historiquement infestée, ce qui a beaucoup déteint sur sa musique (soul, jazz).

Vous savez qu'il existe, dans le jeu Illuminati, la carte appelée l'économie du vaudou (voodoo economics), une expression qui renvoie à la manière dont George Bush Père avait qualifié le programme de Ronald Reagan lors de la primaire le 10 avril 1980 (cf cette archive de NBC Universal).

J'ai déjà évoqué l'implication d'Angelina Jolie, membre du Council on Foreign relations, dans l'occultisme lorsque je signalais son rôle à l'Organisation des Nations Unies, et notamment ses prises de position en faveur des Yézidis.

Il faut y revenir d'un mot ici. Angelina Jolie est connue dans le milieu des "truthers" pour avoir été peut-être la célébrité qui a fait le plus d'aveux sur les sociétés secrètes.

Elle a par exemple expliqué le rôle des objets maudits dans les rituels sataniques (elle-même portait le sang de son ex-mari dans une fiole autour de son cou).

Ou encore le rôle des tatouages (je pourrais vous raconter une anecdote personnelle qui confirme cela, prenez garde si vous êtes tatoué ou si vous même êtes tatoué, ou si vous avez des tatoués dans votre entourage).

Il existe un dossier de presse fourni sur la question de savoir si Angelina Jolie, elle-même fille d'une créole- comme d'ailleurs Johnny Depp -, et qui a joué une sorcière vengeresse dans le film Maleficent, a usé du vaudou contre Brad Pitt. En septembre 2017, Star Magazine avait rapporté qu'Angelina "se tournait vers des rituels spirituels bizarres dans le but de réparer sa vie et de récupérer Brad". Elle avait d'ailleurs utilisé la magie pour pousser Brad Pitt à quitter Jennifer Aniston, laquelle elle-même pratique l'occultisme depuis sa jeunesse. Brad Pitt redoutait ses pratiques.

EnterTheStars fait remarquer que cet univers de buveurs de sang et de praticiens de la magie noire est interpénétré. Angelina Jolie révèle son rapport étrange au sang en portant celui de son ex-mari autour du  cou. Une vidéo mainstream de janvier 2022 indique que l'actrice Megan Fox et le rappeur Machine Gun Kelly ont bu mutuellement leur sang pour sceller leur alliance. Megan Fox a acheté une maison de Brad Pitt à Malibu - l'a-t-elle choisi du fait de ce que Brad Pitt a pu y pratiquer ?

J'ai déjà publié sur ce blog un billet qui parlait de l'adrénochrome, d'un film avec David Bowie et Catherine Deneuve sur le vampirisme. Je l'ai depuis lors supprimé. Et il est vrai que le vampirisme aussi bien que le vaudou hantent beaucoup de nos représentations culturelles. La chanson "Dance with me" du groupe sataniste "Lord of the New Church" y renvoie directement, dans le clip The Rapture, il y a un maître vaudou, Céline Dion est connue pour avoir relancé sa carrière avec un clip vaudou ("Pour que tu m'aimes encore", qu'elle a encore chanté il y a peu avec JJ Goldman) etc.

EnterTheStars estime que toute l'opération Covid-19 peut être un rituel vaudou géant, d'abord évoqué dans les scénarios d'Holllywood puis mis en pratique. Une preuve ? Sur cette fameuse couverture "prédictive" de The Economist de décembre 2018 qu'on avait déjà commentée à l'époque ici, sous le bras droit de l'homme de Vitruve (qui d'ailleurs l'ADN tatoué sur le bras, tiens donc ?), juste à côté du pangolin (le fameux pangolin du Covid 19) qu'y a-t-il ? "Mona Angelina", mais oui ! Angelina Jolie. Un hasard probablement...

Lire la suite

81 exécutions en Arabie Saoudite

14 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

81 personnes (73 Saoudiens, 7 Yéménites et 1 Syrien.) ont été exécutées le 12 mars par décapitation par le régime saoudien, lequel soutient qu'il s'agissait de criminels et de terroristes. Les médias chiites soutiennent au contraire qu'il s'agissait pour la plupart de chiites de Qatif qui avaient participé à des manifestations pacifiques.

L'Arabie saoudite est connue pour employer des lois anti-terroristes pour condamner des innocents comme l'avait notamment dénoncé  l'ambassadrice de la suède devant le Conseil des droits de l'homme lors de sa 48e session, le 29 septembre dernier.

L'Organisation européenne saoudienne des droits de l'homme identifie 12 personnes parmi les 43 qui étaient connues comme étant condamnées à mort depuis quelques années. Cela signifie que 69 d'entre elles étaient non répertoriées dans ses fichiers.

En 2019 l'Arabie saoudite a décapité 37 de ses citoyens dont une majorité de chiites.

    « À propos de la peine de mort, avait déclaré dans le numéro d'avril 2022 à paraître de The Atlantic, le prince Mohammed ben Salmane, nous nous sommes débarrassés de la peine de mort, sauf d'une catégorie, et celle-ci est écrite dans le Coran, et nous ne pouvons rien y faire même si nous voulions faire quelque chose, car c'est un enseignement clair dans le Coran. Si quelqu'un a tué quelqu'un, une autre personne, la famille de cette personne a le droit, après avoir saisi le tribunal, d'appliquer la peine capitale, à moins qu'elle lui pardonne. Ou si quelqu'un menace la vie de nombreuses personnes, cela signifie qu'il doit être puni de la peine de mort » . Et dans Newsweek le 14 février dernier un analyste du Washington Institute for Near East Policy, vantait les réformes du régime comme l'abolition de la flagellation, et celle de l'exécution de mineurs et préfère braquer le projecteur sur les systèmes répressifs de l'Iran et de l'Egypte. L'ennui est que l'Arabie saoudite reste un de nos alliés privilégiés (voyez la visite de Macron à Djedda le 4 décembre dernier, et celle de Boris Johnson à Riyad dans quelques heures. Nous armons ce même pays pour écraser le Yémen dans une guerre qui a fait 377 000 morts dont deux tiers par la famine depuis 2014. En 2021, un enfant yéménite de moins de 5 ans mourait toutes les neuf minutes en raison du conflit selon le PNUD.

Le New York Times a bien voulu parler des 81 exécutions (on n'est plus à l'époque où Hillary Clinton était ouvertement financée par des intérêts saoudiens). Mais en ces temps où nous avons besoin des Saoudiens pour gérer les conséquences de l'explosion du cours du pétrole la semaine dernière, les chancelleries occidentales restent très discrètes sur le sujet.

Lire la suite