Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Le CERN toujours aussi occultiste

14 Mars 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Philosophie et philosophes, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis

Continuons de suivre les remises de prix annuelles du prix "Collide International" qui octroient des résidences d'artistes subventionnées par le Centre européen de recherche nucléaire. En 2018, le prix était revenu à une créatrice britannique de jeu de tarot, auteure d'une exposition en hommage à un projet de contact extraterrestre nazi qui aujourd'hui poursuite des expériences de voyages astraux extra-corporels avec la Galerie Serpentine de Londres ; en 2019 à une autre auteure de jeu de tarot, hollandaise cette fois. Le mois dernier, 16 février, on apprenait que le nouveau lauréat (parmi 564 projets soumis) était le projet Black Quantum Futurism (BQF) de Philadelphie (Etats-Unis) de Camae Ayewa et Rasheedah Phillips.

«Le projet, explique le site du CERN, cherche à comprendre comment la physique quantique peut influencer la façon dont les gens pensent, expérimentent et mesurent le temps dans la réalité quotidienne, en explorant les possibilités qu'offre la physique quantique au-delà des limites des notions traditionnelles et linéaires du temps», expliquent les artistes. «Grâce à ce projet, nous nous connecterons avec des scientifiques basés au CERN pour en savoir plus sur leurs recherches sur le temps en physique - en particulier en étudiant les expériences menées sur la symétrie CPT, les recherches des scientifiques du CERN sur les théories quantiques de la gravité et d'autres phénomènes de physique quantique puisqu'il s'agit d'enquêtes sur le temps. »

Par delà ce verbiage, retenons que Camae Ayewa est une musicienne qui pratique ce qu'elle appelle le "rap de sorcière" ("witch rap") incantatoire et écrit de la poésie sur les "ossements fétiches".

Rasheedah Phillips, juriste, militante féministe, investie dans "l'afro-futurisme" à Philadelphie, développe des théories sur les temps subjectifs cycliques par les personnes de couleur aux Etats-Unis, leur utilisation des objets du quotidien pour voyager dans le temps (une thématique très utilisée à Hollywood, notamment dans des films ésotériques qui faisaient référence à Trump), leur projection dans une société apocalyptique.

Vous ne le croiriez pas peut-être, mais cette troisième remise de prix du CERN a elle aussi ... un rapport avec le jeu de tarots ! Sur le site de l'Institut d'art contemporain (ICA) de l'université de Pennsylvanie le 28 septembre 2016 on pouvait lire : "Rejoignez l'ICA pour une soirée de musique et de performance de Black Quantum Futurism ( Rasheedah Phillips + Moor Mother) avec des lectures de Metropolarity, des paysages sonores de Mind Over Matter Music Over Mind, de la musique de l'ensemble de jazz Irreversible Enanglements et des tirages de tarot gratuits avec des prophétesses. Servez vous pour obtenir gratuitement des cartes de tarot de Black Quantum Futurism à emporter et une affiche sérigraphiée à emporter avec un graphique BQF pour un changement d'espace-temps à faire soi-même. BQF installera également un stand Oral Future, avec une enquête sur le temps et la mémoire."

Oui, Black Quantum Futurism a son propre jeu de tarot pour y faire parler des entités occultes ! Les diseuses de bonne aventure vous offraient une lecture sur ses cartes à la soirée organisée par l'université pennsylvanienne en 2018 (ben voyons...)

A bien y réfléchir personne ne devrait s'en étonner quand on sait que cette mouvance veut réhabiliter la soi-disant spiritualité ancestrale noire (vaudou, santeria, c'est à dire la sorcellerie) contre les religions monothéistes abrahamiques (christianisme, judaïque) qui ont une conception linéaire de la temporalité et de l'histoire. Une fois de plus le CERN choisit le domaine antéchristique de l'invocation des esprits ancestraux pour anticiper l'avenir...

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Maxime Vivas à propos du Xinjiang

13 Mars 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Encore pour rebondir sur un sujet que j'ai traité il y a quelque temps, voici un extrait de l'interview du journaliste Maxime Vivas (qui s'est rendu sur place en 2016 et 2018) par l'émission "Arrêt sur Images" sur le Xinjiang  le 26 février 2020 (ayant moi même fait des visites dans des pays diffamés par les journalistes occidentaux comme la Transnistrie et l'Abkhazie dans un esprit d'amitié entre les peuples, et de recherche de la vérité, je crois devoir relayer son propos sur les Ouïghours, même si bien sûr j'ai beaucoup de points politiques de désaccord avec lui). Un autre son de cloche que le dangereux Adrian Zenz toujours cité par nos médias.

"J’ai vu des Ouïghours barbus, alors que Raphaël Glucksmann prétend au Parlement européen que si vous êtes barbus au Xinjiang, hop, en « camp de concentration », vous lisez le Coran, vous priez, hop, en « camp de concentration ». Mais j’ai vu des Ouïghours qui lisaient le Coran, j’ai vu une école coranique, j’ai vu les prières de rue, j’ai vu la plus grande mosquée du Xinjiiang, qui est la mosquée de Kashgar. Elle peut accueillir 10 000 fidèles. Notre-Dame de Paris peut en accueillir 9000.

Bon, j’ai vu tout ça et là, on me dit que c’est interdit, que la religion est opprimée. J’ai vu des Ouïghours qui ne parlaient que le ouïghour. C’est incroyable ! J’ai vu une école primaire où il y avait une institutrice qui apprenait le mandarin et le ouïgour à des enfants. J’ai vu une école primaire où le cuisinier préparait de la nourriture halal. Tout cela est en contradiction avec ce qu’on nous raconte et qui, en général, n’a pas été vérifié. Moi, j’y suis allé, je parle de ce que j’ai vu et après, je conteste ce que disent les autres : leurs mensonges." (...)

"Dans mon livre je le dis, je parle des caméras, je dis comment les Chinois font pour éradiquer le terrorisme avant que les actes terroristes se produisent. Il y a des caméras, y a des check-points, il y a des codes QR sur les murs de certaines maisons. Quand on veut avoir une carte SIM il faut fournir son passeport. Tout ça existe ! Il y a vraiment une politique, une volonté de prévenir les attentats terroristes, une volonté de voir d’où pourraient venir des attentats et tout ça fait une surveillance qui, malheureusement, ne se limite pas aux terroristes purs, potentiels, mais touche la population parce qu’on ne peut pas faire autrement." (..)

"Dans mon livre, le mot « camp » figure dix-huit fois et six fois le mot « centre ». Ça fait vingt-quatre fois. Je ne nie rien du tout. Je dis simplement qu’au Xinjiang, il y a eu une série d’attentats aussi meurtriers et aussi nombreux que ceux qui se sont produits en France, que le Xinjiang a une frontière commune avec le Pakistan et l’Afghanistan, que par la frontière avec le Pakistan les fanatiques islamistes partent faire la guerre en Syrie avec Al Qaïda et reviennent ensuite pour essayer de créer une région qui serait un pays indépendant et une théocratie islamiste dont la loi ne serait plus la loi de la république de Pékin (qui n’est pas parfaite, sans doute), mais qui serait la charia, ce qui n’est pas mieux, vous savez. Je ne sais pas si vous l’avez vu dans mon livre : je dis que vingt-deux Ouïghours étaient dans le bagne de Guantanamo. Ces Ouïghours-là n’ont pas été pris par les Américains à Pékin ou Shanghai : ils ont été capturés sur les champs de bataille.

Donc, les Chinois ont un vrai problème avec une minorité, une minorité violente qui veut séparer le Xinjiang de la Chine, créer sur un sixième du territoire chinois un État qui serait un Etat islamiste. Pour les habitants du Xinjiang [25 millions] qui ne sont pas des Ouïghours et qui ne sont pas musulmans il n’y aurait qu’une religion, alors que les Ouïghours ne sont que la moitié de la population. Vous savez la différence entre une lutte de libération et le terrorisme ? Dans une guerre de libération, on s’attaque aux militaires, aux policiers, à l’Etat. Les terroristes s’attaquent à n’importe qui, n’importent où. Les Ouïghours islamistes ont fait péter des bombes, ont poignardé un peu partout, dans des rues, dans une gare, dans une mine. Les Chinois ont affaire à ce problème. C’est crucial aussi parce que la région regorge de richesses en minerais. Mais, en plus, c’est le départ de la nouvelle route de la soie et quand on dit « route de la soie » on met le doigt sur le problème." (...)

"Il y a aussi une volonté des islamistes radicaux de vouloir imposer la loi musulmane, la charia et donc de d’obliger tout le monde à devenir musulman et à appliquer les préceptes les plus durs du Coran. Il y a aussi un autre problème. Le gouvernement chinois sait que dans cette région du Xinjiang dont je vous redis quelle occupe un sixième de la superficie de la Chine, la langue officielle du pays, le mandarin, n’est pas parlée par tout le monde. Donc ils ont eu effectivement à ouvrir des centres pour apprendre le mandarin, faute de quoi on va avoir des gens qui parleront le ouïghour entre eux jusqu’à la fin des temps, qui ne pourront pas s’ouvrir au reste de la Chine, s’ouvrir au monde.

Donc, c’est la moindre des choses que dans un pays il y ait une langue officielle et que tout le monde parle cette langue. " (...)

"Tout à l’heure, vous me parliez des prélèvements d’organes. C’est extraordinaire parce que le responsable à l’OMS du bureau des prélèvements d’organes dit que ce n’est pas vrai. Par contre, jusqu’en 2015 et il y avait des prélèvements d’organes sur des prisonniers, [condamnés à mort] c’est vrai, je le dis dans mon livre, je ne nie pas, pourquoi le cacher ? Mais ce n’est pas la peine de dire qu’en 2021 ça continue, puisque c’est fini.

Vous savez, je vais vous raconter cette anecdote de la Banque mondiale. Là, je me réfère à des gens à des organismes qui ne sont pas prochinois. La Banque mondiale a prêté 50 millions de dollars au Xinjiang pour construire des collèges et puis, elle a été avertie par les médias bienveillants, que ces dollars servaient à construire des camps de concentration. La Banque mondiale s’est précipitée sur place elle a fait une enquête. A l’issue de cette enquête, elle a fait un communiqué (que je publie intégralement dans mon livre). La banque mondiale dit que ces allégations ne sont pas fondées, que ce n’est pas vrai."

"Il y a eu des photos satellites diffusées par une organisation australienne qui s’appelle ASPI [Institut australien de politique stratégique], qui est payée par les États-Unis d’Amérique, c’est prouvé [et avoué par elle]. Donc, elle a publié des photos satellites de « camps de concentration » disait-elle. Malheureusement ASPI a oublié d’enlever sous les photos les indications des longitudes et des latitudes, ce qui fait que les Chinois ont pu se rendre à l’endroit précis qui est désigné par les photos et ils y voient une école, un centre administratif, des choses comme ça. Et les Chinois disent : « Ce n’est pas la peine de prendre des photos satellites, venez voir ».

Alors allez-y. Ce serait bien que des journalistes français disent aux Chinois : « Voilà on a vu des photos satellites de camps de concentration, qui ont été publiées par l’ASPI et puis vous dites que c’est autre chose. Eh bien, voici les latitudes et les longitudes, allons voir ». Je pense que ce n’est pas difficile à faire, ça. Je pense qu’ils ne seraient pas hostiles à ça."

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Bill Gates et Soylent Green

25 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Bill Gates, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Cinéma

Une fois n'est pas coutume, je vais essayer d'écrire ici un billet pédagogique, en prenant le temps, d'expliciter ce que d'habitude je mentionne sur un mode allusif, pour que les nouveaux lecteurs de ce blog et les nouveaux abonnés qui n'ont pas pris le temps de parcourir ses pages (ou d'acheter le livre du blog). Je m'en excuse auprès des habitués de mes billets qui me trouveront, pour le coup, un peu répétitif cette fois-ci. Ici je vais vous exposer une approche de la problématique de la révolution alimentaire qui se prépare à laquelle les médias ne vous ont pas habitués. Vous savez que je préfère travailler sur ces sujets de fond plutôt que de faire état des dernières polémiques suscitées par le professeur Raoult, Florian Philippot, Audrey Pulvar ou Francis Lalanne, parce que dans trois ans tout le monde aura oublié à quoi se référaient ces polémiques, alors que les questions de fond comme les habitudes alimentaires, la "distanciation sociale", l'intelligence artificielle qu'on veut nous imposer seront toujours présentes. 

Pour aborder ce sujet, je vais partir du film déjà mentionné sur ce blog "Soylent Green" ("Soleil vert" en français). Pourquoi partir d'un film pour comprendre le réel ? Parce que depuis qu'Internet nous permet de visionner très vite des tonnes de ressources audio-visuelles, et de les recouper avec des données documentaires diverses et variées, beaucoup de chercheurs indépendants honnêtes (prêts à rompre avec les certitudes sociales collectives, avec le "troupeau de moutons"), notamment dans le monde anglo-saxon (qui a une longueur d'avance sur nous en ce domaine), ont observé les faits suivants :

- 1) beaucoup de films hollywoodiens depuis les années 1970 affichent des symboles maçonniques : même un jeune youtubeur français pas complotiste du tout comme Mysteria le reconnaît dans cette vidéo, même s'il est bien loin d'être prêt à en tirer toutes les conséquences : ceci reflète un phénomène que certains auteurs ont remarqué dès les années 1930, à savoir que le cinéma de Hollywood est entre les mains de sociétés secrètes, une idée que les médias mainstreams ont mis des décennies à admettre et que certains journalistes des grandes chaînes de télévision françaises commencent à évoquer du bout des lèvres - par exemple l'auteure de ce livre.

- 2) ces films ne se contentent pas de nous gaver de signes généralement diffusés très vite pour qu'ils touchent notre inconscient de façon subliminale, mais il s'agit souvent de signes prédictifs. Il y a des prédictions évidentes que nos médias mainstream reconnaissent comme le fait que la série les Simpsons avait mis en scène longtemps avant que cela ne se produise l'élection de Donald Trump ou le fait qu'un artiste de cirque allait se faire dévorer par deux tigres blancs. Il en est de plus cryptées : par exemple quand dans "Retour vers le futur" (film de 1985) devant une enseigne qui évoque les tours jumelles, une horloge affiche 9h11: 11 septembre, ce qui se combine avec une autre scène où l'on voit un avion s'écraser avec le même type de référence cryptée à l'attentat qui allait se passer 16 ans plus tard à New York...  Ce genre de prédiction "amuse" nos médias mainstreams qui les évoquent sur un mode humoristique, dans la rubrique des faits insolites. Mais en réalité cela pose des questions très sérieuses sur l'anticipation : les producteurs ont-ils recours à des médiums ou à des processus de téléportation dans le temps, ou se réfèrent-ils à des "plans" (d'assassinat, d'attentat etc) que leur communiquent des services secrets etc ? L'autre question est : pourquoi ces films nous "servent"-ils ces anticipations ? Pourquoi faut-ils qu'ils montrent cela ? Et, quand on travaille sur la façon dont fonctionne la médiumnité, la sorcellerie, l'occultisme en général, on tombe sur la notion compliquée de programmation prédictive, qui implique que, pour qu'un acte de magie (de manipulation des esprits par des voies surnaturelles) fonctionne, il faut que l'objectif de l'acte soit affiché, pour qu'inconsciemment son public en accepte la possibilité, et, d'une certaine façon, entre ainsi à son insu dans la spirale spirituelle qui conduit à sa réalisation.

On voit qu'on entre là dans un domaine assez étranger à la rationalité habituelle, mais qui fonctionne ainsi depuis des millénaires, et qui explique finalement de façon assez satisfaisante les raisons de ce bombardement de signes subliminaux prédictifs qu'on constate dans les productions cinématographiques de masse depuis cinquante ans. Ajoutez à cela que ces signes font système avec les magazines papier, les sites Internet, les chansons, les jeux de société, etc. et vous avez la trame d'une véritable matrice. Il résulte de cela que l'industrie du divertissement ne doit pas être étudiée comme un simple exutoire des passions humaines, mais comme le moteur de la production par anticipation d'une réalité susceptible de nous frapper quelques lustres après leur mise en scène. On a par exemple montré sur ce blog, que le départ d'une pandémie planétaire à partir de laboratoires biopharmaceutiques avait été mis en scène aussi bien par des morceaux de rap que par des jeux vidéos longtemps avant le Covid 19, en jouant sur des symboles comme le roi Cyrus (associé à Donald Trump et au serpent couronné) ou le raton-laveur (raccoon-corona) qui n'ont ensuite cessé d'être répétés au tout début effectif de la pandémie par des producteurs culturels par ailleurs notoirement liés à l'occultisme comme l' "artiste" Marina Abramovic.

C'est dans cette logique que beaucoup se sont intéressés à "Soylent Green", film de 1973, inspiré du roman de science-fiction de 1966 Make Room! (Faites de la place!) qui dépeint un monde surpeuplé, souffrant de malnutrition et corrompu en 2022. Un scénario effrayant d'un monde unifié avec des centres d'euthanasie pour personnes âgées, infirmes ou suicidaires, dont les cadavres finissent par être recyclés sur un mode cannibale en constituant des ingrédients secrets des produits de «Soylent Green». Beaucoup se sont demandé si ce film dont le héros est Charlton Heston, star du film Ben Hur, mais aussi d'autres oeuvres à fort contenu d'anticipation comme La Planète des Singes, n'aurait pas quelque rapport avec un projet que certains voudraient réellement réaliser à l'horizon des années 2020-2030...

L'idée peut sembler farfelue. Sauf que l'on sait que dans les milieux occultistes, notamment dans la franc-maçonnerie rosicrucienne anglaise de la fin du XIXe siècle (qui se croyait à l'époque en position d'unifier le monde sous sa coupe à travers notamment le Groupe de la Table Ronde) l'idée de créer une société pyramidale spartiate avec à sa tête une élite "éclairée" et à sa base un peuple d'esclaves était tout à fait courante, ce dont Aldous Huxley, rejeton de cette aristocratie (voyez les pages du livre de Guy Boulianne sur la Société fabienne à son sujet), a témoigné dans son roman "Le meilleur des mondes". Et quand on voit le nombre de blagues pas du tout drôle sur les plateaux TV américains qui font référence à la consommation de chair humaine, on peut se poser des questions.

Lorsqu'il s'agit de voir, si ce genre de scénario ne serait pas en partie ou entièrement en train de se réaliser aujourd'hui, les chercheurs de vérité se tournent vers les grands pouvoirs mondiaux que l'on sait liés à des francs-maçonneries internationales et qui sont les descendants du rosicrucisme anglais. On pense en premier lieu aux Rockefeller, qui chapeautent depuis un siècle leur Conseil des Relations extérieures comme une société secrète (avec des grades d'initiation), lequel est d'ailleurs le pendant américain du Royal Institute for International Affairs (RIIA) britannique fondé par les rosicrusiens de l'Ordre de la Table ronde. Ils sont très engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire au programme d'une réunion au Vatican le 11 novembre dernier. Beaucoup de regards se tournent aussi vers le pionnier de l'informatique domestique Bill Gates, enfant de l'empire informatique IBM (lui-même né du sein généreux de la CIA) et du lobby dépopulationniste maçonnique américain, dont la politique de vaccination dans le Tiers-Monde a amené, disons le comme cela, beaucoup de mortalité et de stérilité... inattendue... Bill Gates, dont le patch anti-Covid à base de luciférase inspira un billet de ce blog qui reste à ce jour le plus liké de tous ceux que j'ai écrits.

Qu'est-ce qui, aujourd'hui, pourrait laisser penser que Bill Gates puisse mettre ses pas dans un processus de type "Soylent Green" ?

En janvier dernier, plusieurs grands médias américains ont révélé que Bill Gates était le plus grand propriétaire de terres agricoles aux Etats-Unis, ce qui est plutôt bizarre pour un homme qui a fondé son empire sur l'informatique et non sur l'agro-alimentaire...

Il a des terres notamment en Arkansas, au Nebraska... et dans l'Etat de Washington. Certains esprits sûrement trop malveillants font remarquer que cet Etat fut le premier à légaliser l'utilisation des corps humains pour en faire du compost agricole naturel . Et l'Arkansas où Gates a aussi des terres est également en passe de légaliser cette pratique. Le mécanisme du passage du cadavre humain dans la nourriture des vivants est donc bien déjà amorcé par ce biais, ce qui recoupe aussi la banalisation du cannibalisme dans beaucoup de shows télévisés et même dans des films. Bien sûr on est loin avec ça de l'engagement du milliardaire dans un processus à la "soylent green", mais on commence à se rapprocher de cet univers mental là.

En outre, dans la même direction, le 9 février le Washington Post  annonçait que la société israélienne Aleph Farms (dont le PDG Didier Toubia est Franco-israélien) venait de mettre au point le premier steak de faux-filet au monde imprimé en trois dimensions (3D), cultivé à partir de tissus d'animaux vivants. Didier Toubia a commencé sa carrière israélienne en tant que coopérant chercheur au sein de l’Institut Volcani, un leader mondial en recherche agronomique. Co-inventeur de plus de 40 brevets il a levé 45 millions de dollars dans ses différentes aventures, nous apprend le site Israël Valley. On est là à la jonction de l'intelligence artificielle et des sciences du vivant, comme avec les dispositifs de traçage du Covid (avec les patchs quantiques à la luciférase) et de stockage de l'ADN humain...

Aleph Farms n'était pas seule dans la course à la nourriture artificielle. BlueNalu, basé à San Diego, a annoncé son intention de commercialiser des produits de la mer à base de cellules au second semestre de cette année; Future Meat Technologies, basée en Israël, et les sociétés hollandaises Meatable et Mosa Meat cherchent à mettre sur le marché des produits de ce type d'ici 2022.

Une enquête auprès de plus de 1000 adultes américains, menée par MRS Research pour la société agricole Proagrica, a montré que 39% des consommateurs américains ont envisagé de devenir végétarien ou végétalien depuis le début de la pandémie. La propagande médiatique autour des problèmes de santé (la peur du cholestérol et du cancer), du changement climatique (les gaz des vaches causeraient 3 % des émissions à effet de serre) et du bien-être animal est à la racine de cet engouement (le contrôle mental fonctionne toujours aussi bien).

Bill Gates est présent dans ces recherches. Avec Richard Branson, le britannique fondateur du groupe Virgin (et adepte comme Bill Gates des Lolita Express de l'occultiste Jeffrey Epstein), il a rejoint en 2017 un groupe d'investisseurs dans le cadre d'un cycle de financement de 17 millions de dollars pour Memphis Meats, l'entreprise de viande «propre» basée à San Francisco qui a déjà produit du bœuf, du poulet et du canard directement à partir de cellules souches.

Là encore pas de rapport apparent avec Soylent Green (tout comme les "exhausteurs" de goût de Senomyx ne sont peut-être pas directement des cellules foetales humaines mais ils les utilisent), du moins rien que la presse puisse nous révéler aujourd'hui. Mais un doute entoure tout de même ces cellules souches qui servent à la composition de la viande artificielle. En 2019, certains amis de la cause animale ont révélé qu'elles étaient cultivées avec du FBS (fetal bovine serum - sérum bovin foetal) prélevé sur du sang  de fœtus de vaches en gestation abattues.  Du FBS aux cellules de foetus humains déjà utilisées dans la recherche vaccinale et dans les cosmétiques il n'y a qu'un pas.

Quoi qu'il en soit, comme le soulignait un spécialiste des compléments alimentaires - Ronald Hoffman - en 2013, même s'ils ne nous conduisent pas (encore) à absorber à notre insu des cellules humaines, les projets de Bill Gates et de la grande industrie occidentale autour de la "viande propre" vont aboutir à la destruction de ce qu'il reste d'agriculture pastorale dans le monde. Ce qui est déjà une catastrophe humaine considérable. Et l'on peut douter de la capacité de l'ONU à s'opposer à cela après la nomination d'Agnes Kalibata, présidente de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), financée par la fondation de Bill Gates, comme Envoyée spéciale du secrétaire général au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires prévu pour septembre-octobre 2021.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Cruella-Mélenchon, en noir et blanc

19 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants"

Disney, la machine à fabriquer de la perversion et de l'engouement pour l'occultisme, sort une nouvelle version des 101 Dalmatiens, qui met à l'honneur la méchante Cruella (parce que maintenant on peut ouvertement faire l'apologie du vice, et de l'inspiration démoniaque, même plus besoin d'alibi pour cela). Evidemment le film permet de mettre  en scène abondamment le noir et blanc maçonnique, symbole de dualité, on n'en attendait pas moins de la firme Disney dont le fondateur a fait ses premières armes au Club De Molay (un ordre néo-templier).

Vous allez me trouver parano, mais je trouve étrange qu'à ce moment-là, le leader du parti La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, franc-maçon notoire, le 11 février se rende à l'émission "Balance ton post", pour y déclarer à propos de l'ex-premier ministre (lui aussi franc-maçon notoire) Edouard Philippe : « Vous avez vu monsieur Édouard Philippe, il est arrivé tout noir, il a fini comme le 101ème Dalmatien, à moitié noir, à moitié blanc ». Cela sort comme une boutade en réponse au présentateur qui lui demande si Mme Garrido, membre de son parti (et possiblement aussi elle-même franc-maçonne car elle a été proche de Force Ouvrière, syndicat lié aux loges, son conjoint Corbière fut disciple de Lambert, cacique du Grand Orient), pourrait devenir premier ministre. Tout cela va si bien avec le logo de la chaîne n'est-ce pas ? - logo créé par l'agence BETC comme celui de Canal +, si vous vous intéressez à l'auteur de l'habillage sonore, regardez la vidéo qu'il a produite sur Vimeo, "Le sacre de Gaïa" : yeux maçonniques, chouettes, pyramides, spirales, Saturne, les amis de l'occultisme s'y sentiront comme chez eux...

Faut-il donc chercher quelque chose au delà de la boutade de M. Mélenchon ?

La Tribune du Net ose une petite question "Mais que veut-il dire par là ?"

On sait qu'il existe des rituels maçonniques d'humiliation publique, et des jeux complexes de communication de signes à travers les médias (voire d'utilisation des plateaux de TV comme des espaces cérémoniels). Quand Mélenchon lance une boutade comme celle-là, elle se répand partout. Femme Actuelle, Gala, Paris Match, Le Figaro etc. il lance un symbole, une image, qui s'inscrit dans la matrice médiatique et va y résonner pendant des jours, entrant en écho avec la sortie du film dont on va matraquer les gens. Se peut-il qu'il y ait des mots d'ordres pour que telle ou telle célébrité relaie une imagerie de concert avec Hollywood en écho avec le noir et blanc maçonnique dont déjà tant de clips vidéos nous remplissent les yeux, dans tous les styles musicaux, à longueur d'années ? Ou bien est-ce simplement une "génération spontanée" de clins d'oeil simultanés qui se met ainsi en place dans l'inconscient collectif ?

Bon voilà. Je n'ai pas de thèse sur le sujet. Je pose seulement des questions. Quand on voit des symboles se répéter souvent jusqu'à faire système, dans l'industrie du divertissement, on finit par se demander si la plaisanterie même la plus ridicule n'est pas à double ou triple sens. Et si elle l'est, pourquoi tombe-t-elle à tel moment, avec telle personne ? Beaucoup trouveront inutile ce genre de question. J'y vois pour ma part un moyen de prendre des distances avec des signes chargés de sens qu'on ne nous explique jamais et qu'on nous impose sans nous demander notre avis. Et tant pis si l'interrogation ne mène nulle part.

Lire la suite

Les sanctions américaines tuent 40 000 vénézuéliens en deux ans

15 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Donald Trump

Lu dans "The Canary" :

"Alena Douhan est la rapporteure spéciale des Nations Unies sur l'impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l'homme. Douhan s'est rendu au Venezuela le 1er février 2021 «pour évaluer l'impact des sanctions unilatérales sur la jouissance des droits de l'homme par les personnes vivant au Venezuela et par toute autre personne touchée».

Le 12 février, Douhan a publié ses conclusions préliminaires fondées sur «des consultations approfondies avec un large éventail d'interlocuteurs». L'expert indépendant de l'ONU a reconnu l'impact négatif des sanctions coercitives sur les droits de l'homme et a exhorté les banques européennes à «dégeler les avoirs de la Banque centrale du Venezuela». Elle a également souligné comment la pression pour un changement de régime «viole le principe de l'égalité souveraine des États».


Depuis que l'administration Barack Obama a déclaré le Venezuela «une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale» en mars 2015, le pays sud-américain est tombé sous l'un des régimes de sanctions les plus sévères au monde. Ces sanctions ont ciblé l'industrie pétrolière du Venezuela, coupant la principale source de revenus du pays.

Un rapport du Center for Economic and Policy Research (CEPR) a estimé que les sanctions américaines avaient tué 40 000 Vénézuéliens entre 2017 et 2018."

Voilà qui rappelle l'impact des sanctions américaines sur l'Irak dans les années 1990.

Lire la suite

Commentaire de M. sur mon roman "La Révolution des Montagnes"

15 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La Révolution des Montagnes, #Béarn, #Actualité de mes publications

La sociologue d'origine béarnaise (par sa mère), M., qui enseigne en région parisienne, vient de m'écrire un commentaire aimable sur mon roman paru en 2009, La Révolution des Montagnes. C'est un roman antérieur à ma conversion que je considère aujourd'hui symptomatique des égarements d'une vie sans transcendance, mais qui dit quelque chose aussi de la folie du monde que nous construisons depuis quelques siècles. J'en avais écrit le premier jet il y a 30 ans. Je l'ai profondément remanié ce roman 15 ans plus tard, en 2006 (il y a trois lustres). Il est intéressant que je sois conduit à me pencher à nouveau sur cette histoire tous les 15 ans.

Voici donc ce que M. m'écrit :

"J’ai lu avec grand plaisir votre livre envoyé très vite par votre éditeur.

Vous avez une belle plume, alerte et vive, qui fait sentir les situations. Ce fut un régal de vous lire et j’ai souri ou ri bien souvent.

L’indépendance du Béarn soutenue par une actrice de films pornos, il fallait le faire et la fin avec le projet de bébé shootés à la dopamine,  brrr ! Le tout dans les paysages magiques du Béarn…

L’ensemble est assez loufoque, revigorant et très bien enlevé !

Les seigneurs de la Vicomté du Béarn auraient sans doute apprécié, les différents registres de la vie cohabitaient sans doute plus facilement qu’aujourd’hui à l’époque.

Il y a de plus une réflexion très forte sur le pouvoir : les indépendantistes béarnais de votre livre ne sont pas les seuls à se battre sans grand programme pour une idée assez floue  et à se retrouver au prises avec toutes les embûches, à commencer par le refus de la population  de changer son mode de vie, pas si désagréable au fond. Et que fait Fulgaran une fois devenu président ? Pas grand-chose. Vous l’écrivez de manière implacable pp. 101 – 105 en particulier : « Il était évident qu’il n’y avait plus rien à faire, au sommet de ce nouveau pouvoir, si ce n’est le mettre en scène (…) il était donc inutile de continuer (…)» « en décrochant l’autonomie, leur mouvement était allé aux limites du possible et (qu’) aucun autre projet social ne serait à leur portée ». Tout ça pour ça… Cette réflexion pourrait inspirer bien des dirigeants qui s’accrochent au pouvoir ou cherchent à y accéder.

J’ai beaucoup aimé les pages émouvantes où vous parlez des chants béarnais et de Si canto (p. 44-45). J’ai été saisie par leur beauté et l’émotion qui s’en dégage. Elles me rappellent une rencontre en Béarn entre descendants d’émigrés Pyrénéens en Amérique (nous étions environ 150) où une fois à table, ces chants sont montés spontanément, nous renvoyant tous à notre histoire, nos amours enfouies, comme un fil qui nous unissait les uns aux autres sans nous connaître. Gorge serrée,  larme à l’œil et émotion garanties. C’est curieux la culture, au-delà de l’universel, on a tous un petit village qui nous fait battre le cœur plus que les autres. Cette émotion peut être partagée par des gens qui « n’en sont pas », heureusement, sinon, ça serait clocher contre clocher, cauchemardesque nationalisme. Les Béarnais de Paris accueillent du reste les « amoureux du Béarn », expression large qui écarte toute idée de filiation ethnique au profit d’un intérêt partagé."

Lire la suite

Les signes occultistes affichés au Super Bowl 2021

9 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Les Stazinis, #Avortement

Il m'est arrivé de faire allusion au Super Bowl, qui est le championnat de football annuel de football américain. Je l'ai évoqué à propos de la chanteuse "illuminati" Monica Naranjo en le 15 février 2020, et de l'hommage au jouer de basket "illuminati" Kobe Bryant le 2 février 2020. Je voudrais dire un mot de celui qui s'est tenu le 6 février dernier en Floride et auquel même la revue française (?) les Inrockuptibles a accordé son attention.

Je précise que je n'ai aucun intérêt pour les championnats sportifs. Celui-là ne m'intéresse que pour les signes qu'ils mettent en scène (les groupes occultistes qui contrôlent toute la société du spectacle (et la Ligue nationale de football, FNL, subventionnée par Soros) tiennent en effet là une clientèle captive de plusieurs dizaines de millions de spectateurs scotchés à leur écran pour leur balancer à la mi-temps des "shows" qui sont autant de cérémonies occultes auxquels ils adhèrent énergétiquement sans même s'en rendre compte).

La palme de l'interprétation de ces signes sur You Tube revient cette année à l'Américain Casey Brown alias EnterTheStars, dont je vais ici vous communiquer les remarques, comme je l'ai déjà fait l'an dernier à propos de ses analyses il y a un an sur le serpent couronné (corona), le raton laveur (corona- raccoon), ou même quelques années plus tôt sur l'adrénochrome etc.

Mon propos va être un peu difficile à suivre pour les néophytes, mais ceux qui n'ont pas de curiosité pour ce sujet n'auront qu'à tout simplement ignorer ce billet.

EnterTheStars, depuis un certain temps, travaillait sur le globe (unisphère) du parc de Flushing Meadows à New York, qui est au centre du film hollywoodien Men in Black (1997) : c'est l'endroit où les extraterrestres dans le film sont supposés avoir débarqué sur la Terre.

L'année de la sortie de ce film, une réplique de ce globe fut inaugurée devant la Trump Tower. L'Unisphère a été construite pour la la foire internationale de New York de 1964. Elle était elle-même une réplique d'une sphère plus grande de la foire mondiale de 1939. Que Trump ait répliqué la réplique devant sa propre tour est d'autant plus étrange que sa famille avait déjà mis en scène cette sphère à la foire de 1939. The Queens Chronicle du 2 juin 2011 expliquait  Frederick Trump, le grand père paternel de Trump, patrons d'hôtels avait fait placarder cette affiche à droite en harmonie avec la sphère de l'exposition et son aiguille. Cette combinaison de la sphère et de l'aiguille est fréquente en architecture : il faut penser aux dômes avec les obélisques, au Vatican, à Washington etc. A un niveau occulte l'aiguille peut représenter la flèche d'Apollon qui amène la maladie et la guérit. Il est intrigant, remarque Casey, que Flushing Meadows, la maison d'enfance de Trump et le Trump Market fondé par son grand père en 1933 forment un triangle isocèle parfait (voir à gauche).

Le slogan de l'affiche de Fred Trump en 1934 "The home of tomorrow" a été repris avec une affiche semblable dans le film Back to the Future, film prédictof sur le 11 septembre qui fait système avec Donnie Darko et renvoie aussi à Trump sur d'autres points (par exemple l'expression "you're fired") comme on l'a déjà vu.

Des choses étranges se sont passées à Flushing Meadows, dont le nom complet est Flushing Meadows CORONA Park. En 2013 un spécialiste du paranormal, Bill Knell, rappelait que pendant la foire de 1964 et dans les années qui suivirent, des phénomènes d'Ovnis furent constatés au dessus de ce parc, puis un zoo a ouvert dans le parc en 1968 dont les loups se sont enfuits en 1977.

"Des rapports officiels, poursuit Knell, ont déclaré que douze loups se sont frayés un chemin à travers une clôture à mailles de chaîne entourant leur enclos et ont tué plusieurs autres animaux jusqu'à ce qu'ils soient repris par personnel du département des parcs et police. Cependant, un gardien qui travaillait là-bas à l'époque a déclaré qu'en faisant sa tournée, il avait trouvé plusieurs animaux disparus, pas seulement des loups, et d'autres morts. Les animaux morts ne semblaient pas avoir été tués par des prédateurs. Il a également déclaré qu'aucun des enclos ou enclos pour animaux n'avait été déverrouillé, endommagé ou altéré.

Il y a eu un certain nombre de cas étranges où les observations d'OVNIS sont associées à l'apparition ou à la disparition soudaine d'animaux. Les animaux trouvés absents des zoos se retrouvent ailleurs sans explication. Des animaux sauvages qui ne sont pas originaires d'une zone apparaissent soudainement dans cette zone également sans explication. Tout cela a tendance à se produire pendant les périodes où des ovnis sont observés à proximité.

Le gardien présent lors de l'événement de 1977 m'a contacté pour la première fois en 1989 au sujet d'un autre événement beaucoup plus inquiétant au zoo. Lui et plusieurs autres qui y travaillaient m'ont rencontré près de la zone du zoo. Il était en cours de reconstruction à l'époque et ils ont prétendu que la raison en était si dérangeante que j'ai encore du mal à comprendre l'énormité de ce qui s'est passé.

Après m'avoir vu dans un journal télévisé local parler d'une observation et d'un atterrissage d'OVNI majeurs dans le parc voisin de Kissena, plusieurs employés du zoo ont appelé ma hotline OVNI et ont demandé à me rencontrer. Après une conversation téléphonique avec l'un d'entre eux, je les ai rencontrés à Flushing Meadows Park et nous avons parlé de ce qui s'était passé au zoo. Cela a commencé avec deux nuits d'observations d'OVNI en 1987. Des boules de lumière vertes et blanches qui se sont formées en toutes sortes de formes ont plané directement au-dessus du zoo et ont causé des perturbations énormes aux animaux.

En raison de réductions budgétaires et du fait qu'il y avait des policiers dans le parc toute la nuit, les gardiens et autres employés du zoo n'étaient plus présents au zoo toute la nuit. Le dernier partait vers 23h et se présentait à nouveau vers 7h30 pour ouvrir le zoo aux autres employés. Le matin après les deux nuits d'observations d'OVNIS en 1987, le gardien et plusieurs autres employés ont ouvert le zoo et ont été horrifiés de trouver tous les animaux morts dans le zoo. Pas seulement mort, mais étrangement mutilé."

L'affaire est peut-être à rapprocher de celle des mutilations de chevaux en France en 2020 qu'on évoquait le mois dernier. Dans Men in Black, Will Smith dit que la Foire de 1964 n'était qu'une opération de couverture pour l'atterrissage des Ovnis. "They settled in Queens" répond son interlocuteur. Trump a inauguré sa sphère 33 ans après la foire de 1964, et 58 ans après celle de 1939, année 5757 du calendrier hébreu (la Trump Tower est dans la 57ème rue).

Si j'ai commencé par ce long excursus par Flushing Meadows, c'est parce que Casey Brown trouve une confirmation de ses recherches à ce sujet dans le fait que les spectacles de la mi-temps du Super Bowl le 6 février s'ouvrent sur une représentation, à gauche de l'écran, de l'unisphère de Flushing Meadows...

Une fois de plus le spectacle n'a pas déçu, non pas par sa qualité très médiocre, mais par son contenu propagandistes et par les signes affichés destinés à faire accepter l'agenda mondialiste.

Tout d'abord, en février 2020, il avait été remarqué que la scène avait la forme d'un coronavirus et l'omniprésence des smileys qui pouvait, selon certaines analyses, être rattachées à l'éclipse de décembre 2019 au début de l'épidémie chinoise.

Cette année, le portail d'accueil, outre l'Unisphère de Flushing Meadox Corona Park, mettait en scène les fleurs de lotus (fleurs des marécages que Trump était censé drainer, pour Casey c'est une référence à Kamala Harris, la vice-présidente qui a des chances de remplacer le vieux Biden en cours de mandat), aussi déployées à la célébration du Nouvel An à Seattle qui avait attiré l'attention avec sa soucoupe volante (les Ovnis comme à Flushing Meadows, et dans beaucoup de conditionnement mental de ce mois de janvier) et son "aiguille" renvoyant à l'obsession du vaccin.... Casey s'interroge aussi sur la référence à Pepsi (à droite de l'image de l'Unisphère) dans l'image d'accueil, qui avait été au centre de polémiques sur l'utilisations de cellules de foetus avortés dans ses recettes.

Il y a aussi dans cette imagerie au bout de quelques secondes de show des images étranges d'arrivées d'un Antéchrist, de démons ailés aux yeux rouges qui chantent dans l'obscurité. Et puis cette liste très inquiétante et très sombre de morceaux de musique :

Starboy
    The Hills
    Can't Feel My Face
    I Feel It Coming
    Save Your Tears
    Earned It
    House of Balloons/Glass Table Girls
    Blinding Lights

Casey Brown se penche sur les paroles de "Can't feel my face" du groupe Weeknd (habillé par Givenchy qui fabrique des T-Shirts "black illuminati") dont les ventes ont bondi de 385 % en un jour à cause des 68 millions de spectateurs : "Je ne peux pas sentir mon visage, mais au moins nous pouvons vivre pour toujours, toujours jeunes...". A 4 minutes 44 secondes, des hommes masqués dansent comme des zombies du Thriller de Michael Jackson. Cela renvoie aussi au "Eyes without a face" de l'illuminati Billy Idol dans les années 1980. Le guitariste a un masque vénitien de "Eyes wide shut".

A propos de programmation prédictive très sombre autour de la musique, je voudrais faire une parenthèse ici (pardon pour les diversions) autour de "The boy in the bubble" - le garçon dans la bulle -  (titre repris par divers groupes en 1991, 2011, 2018) en , car mettre les gens dans des bulles, notamment les enfants est assurément le programme actuel. Cette chanson sortie par Paul Simon en 1986, du temps où Madonna était la "reine de la pop", est un clip qui, à part une ouverture justement sur une fleur de lotus, et une référence maçonnique discrète mais bien visible (une écharpe maçonnique placée au bon endroit - min 2'57) nous administre en plein visage l'image d'une pyramide inversée qui tombe (image 2'26) sur des gens (un noir et un blanc, référence maçonnique, la dualité créée et dépassée, ordo ab chaos), puis l'image suivante est celle du chanteur en noir et blanc grand format façon "Big Brother" de 1984 : on ne peut pas annoncer mieux la dictature qui nous attendait. Je ne résiste pas au plaisir de vous citer ce qu'écrivait en 1971 l'architecte chrétien spécialise de l'occultisme Jean-Gaston Bardet dans Mystique et Magie à propos de la préfecture en forme de pyramide inversée de Cergy-Pontoise (p. 362) : "D'après les analyses de Jean de la Foye, si les pyramides de Chéops et de Sakkara ont les mêmes émissions extérieures : Shin à l'envers au dessus de leur axe vertical... leurs alentours ne sont pas dangereux... Par contre une pyramide sur la pointe émet au dessus de sa base... C'est ce qui se passe à Cergy... Le préfet était littéralement mis dans des émissions de caractère infernal ! ... C'est un enfer matérialisé". En 1986, le chanteur est mis dans des émissions de caractère infernal. Je referme cette parenthèse pour montrer que tout cela vient de très loin.

Mais revenons à "The Weeknd"... The Vigilant Citizen avait montré il y a 6 ans que sa chanson "Can't feel my face" qui date de 2015 était sortie avec une vidéo qui montrait un démon qui venait initier le chanteur en le consumant. La vidéo de Starboy, l'autre chanson qu'il a chantée au Super Bowl, le montrait tué avec un sac en plastique transparent autour de la tête (toujours cet imaginaire de la bulle et de l'étouffement), puis il détruit une maison avec une croix lumineuse, avec ces paroles : "Nous ne prions pas pour l'amour, nous prions pour avoir des voitures" (n'oublions pas que dans la Bible les étoiles sont des démons, on comprend donc ce que signifie d'être le garçon d'une étoile, tout cela concerne en fait l'initiation occultiste et le contact avec les entités).

Dans le Super Bowl, Casey Brown remarque qu'à l'arrière-plan de la chanson de The Weeknd les mots qui s'affichent évoquent la distanciation sociale liée à la dictature sanitaire : "touch" (contact) "alone" (seul) "long enough" (durée assez longue), "feel nothing" (ne rien sentir). Tout ce que la pyramide inversée au dessus de nos têtes nous prépare est ainsi exposé.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Washington : Du cannabis offert à ceux qui acceptent la vaccination

4 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #George Soros, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous

Le 18 janvier dernier, le New York Post expliquait qu'un groupe d'activistes du cannabis "DC Marijuana Justice" ( DCMJ) prévoit d'offrir au printemps des sacs-cadeaux à ceux qui reçoivent le vaccin COVID-19 dans la capitale nationale : le groupe prévoyait de distribuer gratuitement des sacs de ganja à Washington, DC, sur les sites de vaccination, "à la fois, selon leur porte-parole Nikolas Schiller, pour commémorer ce qui serait le début de la fin de la pandémie de coronavirus et ...le début de la fin de l'interdiction du cannabis aux États-Unis." L'opération s'appellera "Joints for jabs" (des joints pour des injections)

Nikolas Schiller, né en 1980, est un blogueur et militant végétarien. Ses oeuvres ont été vantées en 2008 par le Washington Jewish Week. Il a co-fondé DCMJ en 2013 avec Adam Eidinger, né en 1973, qui a fait ses premières armes de publiciste au Rabinowitz Media Strategies fondé par un ex-conseiller des Clinton. Il a été actif dans le lobbying pour le Dalai Lama, et surtout s'est rendu en Croatie au nom de l'Open society foundation du milliardaire George Soros. Il semble qu'Eidinger appartienne à l'aile gauche de la mouvance démocrate puisqu'il aurait été évincé du groupe de Rabinowitz pour son hostilité au Fonds monétaire international et qu'il se soit répandu en critiques de Monsanto en 2008. Il a pourtant en commun avec Soros non seulement un partenariat (semble t il dans les années 2000) avec l'Open Society, la proximité avec les Clinton, un même goût pour la marijuana (n'oubliez pas le temps où, en 2013, Soros, premier actionnaire de Monsanto à l'époque, rencontrait le président uruguayen Mugica pour lui faire accepter des cultures de marijuana transgénique dans son pays)... et la passion des vaccins anti-COVID-19.

Dès le mois de mai dernier George Soros, père des "révolutions de couleur", qu'on surnomme le "spécialiste du chaos" (connoisseur of chaos) annonçait dans Project Syndicate (un organe proche de ses idées) qu'il faudrait que les peuples du monde se vaccinent tous les ans. Et, en novembre dernier, le site d'Open society appelait à la création d'un "vaccin du peuple" accessible à tous. Il ne serait pas étonnant que l'Open society foundation subventionne directement "Joints for Jabs", mais depuis que les chercheurs de vérité enquêtent sur ce genre de choses, ce type de financement n'est plus affiché sur le Net...

Certains chercheurs comme le Pr Henrion-Caude rappellent (itw censurée du 15 janvier) que le vaccin génique ARN de Pfizer (mais cela vaut pour tous les vaccins ARN) qui est encore expérimental jusqu'en 2022 (de sorte que nous sommes tous encore des cobayes si nous le recevons) peut toucher l'ADN des gens par le biais du mécanisme de la reverse transcriptase via les spumavirus (des virus silencieux), ainsi que leur descendance ; que les effets secondaires dangereux non déjà relevés dans le cadre du protocole d'expérimentation (qui déjà relève de nombreux effets graves - 2,7 % de vaccinés incapables de travailler, plus que la mortalité du coronavirus) ne seront pas répertoriés en France dans le cadre de la pharmacovigilance... et que le vaccin, qui renforce la charge virale des patients, est mutagène comme de Remdesivir, donc possiblement à l'origine de "variants" dont on nous rebat les oreilles en ce moment (et il le sera encore plus dans l'avenir)...

Les initiatives pour "récompenser" les candidats à la vaccination révèlent l'inquiétude que suscitent les nombreuses résistances (légitimes) aux vaccins et aux politiques sanitaires répressives en Amérique et en Europe.

Lire la suite

Plaintes en Serbie contre l'utilisation de l'uranium appauvri par l'OTAN en 1999

26 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme

Le bombardement de la République fédérale de Yougoslavie par l'OTAN, qui fut à l'origine de mon engagement politique sur Internet, a eu des effets "collatéraux" dramatiques sur lesquels les Serbes eux-mêmes ne commencent à enquêter que depuis quelques années, effets liés à l'utilisation d'uranium appauvri, mais aussi de substances inconnues, au point que l'expression "effets collatéraux" est sans doute impropre.

Le débat à ce sujet a rebondi récemment grâce à la plainte déposée par un soldat serbe anonyme, D.S. D.S., ex-officier de l'armée yougoslave, a dirigé une unité pendant 201 jours en 1999 s'est trouvé dans la zone soumise au bombardement de l'Alliance de l'Atlantique Nord avec des munitions à l'uranium appauvri. 18 ans plus tard, en 2017, un cancer sévère a été diagnostiqué chez lui impliquant des organes internes. De 2018 à 2020, D.S. a subi trois opérations et se trouve dans un état grave. Son avocat, Srdjan Aleksic, dit détenir le rapport d'un expert médical, qui indique que la maladie a été causée par une exposition aux radiations. Il a déposé le 21 janvier une plainte devant le tribunal de Belgrade et compte en introduire quatre autres contre l'OTAN devant les tribunaux de villes serbes d'ici la fin janvier à Novi Sad, Kragujevac, Nis, Vrana.


Le nombre total de réclamations de citoyens serbes contre l'OTAN, qui sont en cours de préparation par son cabinet d'avocats, pourrait atteindre plus de 2 500 (et ne concerne pas que des militaires), et le montant demandé pour l'indemnisation des victimes est de 100 000 euros. Par ailleurs des militaires italiens ont introduit le même genre de plaintes dans leur pays.

Lire la suite

Joe Biden... sous un ciel de ChemTrails...

24 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #La gauche

Si l'on poursuit notre sémiologie (étude des signes et symboles), on trouve des bizarreries autour du nouveau président soi-disant élu des Etats-Unis Joe Biden...

Il y a d'abord ce slogan "new dawn" (nouvelle aurore, aube nouvelle) que tout le monde colle à son nom (voir Reuters, Guardian, New Daily, BBC, la presse sud africaine, la poétesse Amanda Gorman au moment de l'investiture - où la sataniste Lady Gaga faisait office de grande prêtresse). Etrange : il semble que ce soit le slogan officiel qu'on veut faire entrer dans nos inconscients, identifier Biden à ça : même la chanson des satanistes les Beatles "Here comes the sun" interprétée (virtuellement et sans public) par le groupe Bon Jovi lors de la retransmission de la cérémonie d'investiture commençait dans la nuit et s'achevait sur une aurore afin de bien ancrer cela dans l'esprit des gens.

Et puis il y a cette revue socialiste américaine "Jacobin" qui nous présente Joe Biden comme un dieu... sous deux drones... qui balancent des "chem trails"...

Personne ne trouverait cela bizarre si la chanteuse occultiste Lana Del Rey n'avait pas sorti, avec tambours et trompettes, sur You Tube le 11 janvier (voir notre billet ici) une chanson qui nous dit qu' "Il n'y a rien de mal à contempler Dieu/ Sous les chemtrails au dessus du Country club"... On a envie de dire : mais qu'est-ce qu'ils ont donc à inscrire dans la "matrice" le dieu qu'on contemple à travers des chemtrails ?

Certes quelques uns objecteront : "Allons, ce n'est qu'une petite revue de gauche, c'est sans importance. Ils ont peut être simplement plagié la chanson de Lana Del Rey pour l'adapter d'une façon amusante à Joe Biden"... Certes, mais s'ils l'ont fait, ils ont vraiment été très rapides, parce que la chanson n'est sortie qu'il y a 13 jours, et la "une" magazine a l'air prête depuis déjà un certain temps (peut-être même avant la chanson). Quant à l'audience du magazine, on nous explique que pour que la magie fonctionne, il suffit qu'elle soit affichée quelque part publiquement, même dans un endroit pas très visible, même sur un mode humoristique. Il faut que ce soit "hidden in plain sight", caché au vu de tous... Quel est donc ce nouveau plan "ChemTrails" dans lequel petit à petit on est en train d'envoûter nos inconscients ? Bon, espérons que cette petite remarque "sémiotique" est purement paranoïaque, et que l'oncle JoJoe n'est pas là pour nous préparer à des choses bizarres de ce côté là.

Il faut dire qu'avec la désignation des opposants comme des "terroristes", la promesse d'un "dark winter" de la vaccination, la relance des projets pour le libre-échange transatlantique, la promotion de la théorie du genre (et le transgenre), le retour dans le processus Cop21, la reprise du financement de l'avortement, la barque de Biden est déjà bien chargée.

Lire la suite

La fin du trumpisme

20 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Christianisme, #La droite, #Les régimes populistes, #Divers histoire, #Donald Trump

C'en est donc fini du trumpisme. Après cette triste pantalonade au Capitole que j'ai appelée ironiquement l'opération"Send in the clowns". On peut se demander d'ailleurs si tout le mandat de Trump n'a pas été une opération "Send in the clowns" : une opération pour ridiculiser les idées conservatrices aux Etats-Unis en laissant un clown, un batteur d'estrade, Donald Trump, les porter. Car finalement qu'aura-t-il été d'autre sinon un illusionniste qui se trompait lui-même, une grande-gueule et un velléitaire, qui n'a jamais osé vraiment rompre avec les lobbies (le "Big Pharma", le "Big Tech", le lobby de l'armement etc) qui finalement l'ont broyé. Il n'avait pas meilleure mine qu'un Kadhafi ou un Milosevic en fin de course quand chassé du dernier pouvoir qu'il avait, celui du verbe, sur Twitter, il en était réduit à désavouer ses partisans qu'il n'avait pourtant cessé de chauffer à blanc depuis des mois, et encore lors de son meeting à Washington DC ? Un chef qui lâche ses partisans, bêtement, platement, pour au moins sauver sa fortune, et qui n'amnistie avant de partir que les fraudeurs, et pas Assange ou Snowden. La droite américaine méritait sans doute mieux.

Les charismatiques qui à l'émission de Sid Roth disaient que Jésus leur était apparu pour leur dire que Biden ne serait pas le prochain président en seront pour leurs frais (cela devrait les faire réfléchir à la légitimité des accents charismatiques de la religion). De même ceux qui ont suivi Qanon, qui n'était finalement qu'une opération psychologique de la CIA - une opération utile au système : 60 000 comptes Twitters supprimés dans cette mouvance, autant de personnes probablement fichées à vie, une bonne affaire pour le système. Aujourd'hui l' "extrême centre", toujours aussi cruel et pervers qu'à l'époque de la commune de Paris - quand il faisait fusiller les communards en 1871, avant de liquider ce qu'il restait de royalisme en France dix ans plus tard, en la personne de Joe Biden aura les coudées franches pour imposer son totalitarisme. Il va offrir aux américain la dictature des pouvoirs  exceptionnels, dont rêvaient les partisans de Q quand ils croyaient que Trump préparait des mandats d'arrêt secrets contre les Clinton. A commencer par les pouvoirs spéciaux liés à la dictature sanitaire : en premier lieu celui de la vaccination anti-Covid.

Là encore Trump aura bien préparé le terrain pour Biden. Avec l'opération Warp Speed qui visait à faire produire et tester les vaccins à marche forcée pour les administrer en un temps record. En avez-vous vu le logo (ci-dessus) ? Il porte un symbole reiki : celui de l'antahkarana. Vu ce qu'on sait des effets nocifs du reiki entre les mains des médiums en terme d'invocation des entités les plus négatives, qui peut imaginer que cette opération ait porté en elle quoi que ce soit de positif et de bien intentionné ? Et qui peut croire  que Trump qui flirtait tant avec les religieux évangéliques, catholiques traditionnels et juifs, avait quoi que ce soit d'authentiquement compatible avec le monothéisme ? On avait déjà souligné ses liens avec l'ésotérisme, pas seulement dans la mouvance d'Alex Jones (voyez par exemple le signe d'Auramoth qu'il faisait avec les mains). La programmation prédictive autour de lui dans la sorcellerie hollywoodienne à grand renfort de mobilisation de voyants n'aura probablement servi qu'à souligner son rôle dans le projet millénaire que sert la dictature sanitaire actuelle, mais ce n'était sûrement pas pour annoncer qu'il serait un demi-dieu comme ses partisans l'ont parfois cru. Il n'était pas le Kraken mythologique qui rendrait justice au petit peuple américain provincial contre les puissants. Ceux qui mettent à tort toute leur confiance dans un homme quel qu'il soit devront en tirer les conséquences qui s'imposent.

La disparition de la résistance trumpienne n'est pas une bonne nouvelle pour le peuple français, comme ne l'étaient pas celle de Saddam Hussein ni la disparition de quelque résistance que ce soit. C'est quelque chose que les gens piégés par le paradigme droite/gauche ou droite/centre/gauche, ne peuvent pas comprendre. Quand une résistance disparaît tout le monde est perdant. Pour cette raison, la droite américaine devrait s'émouvoir de la suppression sur Twitter de comptes de ministres cubains et vénézuéliens (disparition dont peu de médias ont rendu compte), comme la gauche européenne devrait s'émouvoir de la censure du trumpisme. La fin du trumpisme est particulièrement une mauvaise nouvelle parce que c'était une résistance (maladroite, idiote, dépourvue de stratégie à long terme, mais tout de même une résistance...) au coeur du système mondial, au sommet de sa première puissance militaire. A côté de cela, celles qui peuvent surgir en Ouganda (qui vient à juste titre de bannir Twitter du pays), ou même en France sont nécessairement périphériques et de moindre portée. Mais bon, mieux vaut une dissidence périphérique que pas de dissidence du tout. Que chacun continue à cultiver la sienne... en dosant avec finesse ses moyens d'action...

Lire la suite

A propos des mutilations de chevaux de 2020

19 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Billets divers de Delorca

2020 a été marquée en France par une série abominable de mutilation en série de chevaux (environ 500 cas). Beaucoup de gens se sont demandé si une secte sataniste ordinaire (ou des gens haut placés dans l'organisation sociale, vu la discrétion de leur modus operandi) n'était pas derrière ces actes abominables - voir l'interview de Jacky Cordonnier dans Le Télégramme le 30 août.

En septembre le ministre de l'agriculture s'en est ému, ainsi que son collègue de l'Intérieur, mais ensuite, la grande presse s'est livré à un exercice étrange visant à minimiser les faits, expliquant en boucle que seulement 16 % des mutilations étaient d'origine humaine, le reste pouvant provenir de la simple intervention de charognards comme les corbeaux sur les cadavres des équidés morts : une explication assez peu convaincante qui sent le "damage control" comme on dit (voir par exemple dans cette veine le reportage sur France Culture de Clawdia Prolongeau - journaliste de la famille du spécialiste de la nudité et praticien du spiritisme Hubert Prolongeau).

Puis vient la phase de la répression contre les éleveurs qui ont tenté de palier les carences des forces de l'ordre. Une éleveuse et sa fille (51 et 23 ans) qui avaient eu leurs chevaux tués et mutilés dans la nuit du 27 au 28 août à Bannalec dans le Finistère, ont patrouillé dans la nuit du 29 au 30 août sur une route de campagne près de Rosporden (le village d'à côté), armées d'un coupe-coupe et d'un pistolet à plomb, et arrêté deux jeunes femmes rentrant à leur domicile après leur journée de travail. Ce simple fait leur a valu le jeudi 14 janvier une condamnation à six mois de prison avec sursis par le tribunal de Quimper  dans le cadre d'une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) pour «violence avec arme en réunion sans incapacité» et «immixtion dans une fonction publique». 

Il faut dire que des groupes d'auto-défense qui se constituent sur Facebook sont animés parfois par des gens aux goûts bizarres. Voir par exemple cette administratrice du groupe "Justice pour nos chevaux mutilés" sur Facebook qui disait en mars 2020 "Vous allez m'prendre pour une psychopathe mais j'aime trop les documentaires criminels sur les tueurs en série, meurtres, disparitions etc"". La Justice a peut-être voulu faire un exemple. Pour autant est-ce que ces dames de Bannalec affligées par la mort de leurs animaux méritaient vraiment une sanction judiciaire ?

😍

Publiée par Camille Bgc sur Mardi 3 mars 2020
Lire la suite

Alexandra Henrion-Caude censurée

17 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Débats chez les "résistants", #Bill Gates

On ne compte plus les censures sur Internet. Le professeur Alexandra Henrion-Caude, sur laquelle j'ai un avis nuancé, mais qui est incontestablement une très grande autorité en matière de rechercher génétique en France (comme l'est en matière de recherche sur les virus le professeur Montagnier qui dit la même chose qu'elle sur de nombreux points), et qui a ce titre devrait avoir sa place dans tous les grands médias (qui l'ostracisent), a vu aujourd'hui son interview sur TV Libertés du 15 janvier dernier censurée.

Dans cette interview elle expliquait que les tests PCR ne sont pas fiables parce que le génome du Sras-Cov-2 n'a pas été encore isolé, que les variants qui apparaissent pourraient être liés aux vaccins car il a été montré sur le vaccin contre la grippe qu'une personne vaccinée exhale six fois plus de virus qu'une personne normale (si bien que le vaccin augmente la propagation du virus et l'apparition de variants), que tous les vaccins sont susceptibles de développer des anti-corps négatifs susceptibles de rendre le patient plus vulnérable à la maladie et à ses formes graves (minute 38), notamment chez les personnes âgées, que le vaccin génique ARN de Pfizer (mais cela vaut pour tous les vaccins ARN) qui est encore expérimental jusqu'en 2022 (de sorte que nous sommes tous encore des cobayes si nous le recevons) peut effectivement toucher l'ADN des gens par le biais du mécanisme de la reverse transcriptase via les spumavirus (des virus silencieux), ainsi que leur descendance, que les effets secondaires dangereux non déjà relevés dans le cadre du protocole d'expérimentation (qui déjà relève de nombreux effets graves - 2,7 % de vaccinés incapables de travailler, plus que la mortalité du coronavirus) ne seront pas répertoriés en France dans le cadre de la pharmacovigilance, qu'il existait d'autres procédés de dépistage que le PCR (plus efficaces, y compris à titre préventif), ainsi que de thérapie (comme l'invermectine), dont personne ne veut parler.

La vidéo est maintenant en ligne sur Vimeo (jusqu'à quand ?).

Lire la suite

Une "psy op" autour des OVNIs ?

16 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Grundlegung zur Metaphysik

On en fait beaucoup autour des OVNIs en ce moment : début décembre la presse dans le monde entier se fait l'écho des déclarations de l'ancien chef de la sécurité spatiale israélienne Haim Eshed selon lesquelles les extraterrestres existent et Trump le sait. Puis le 14 janvier on nous annonce que "la CIA publie toute une collection de documents liés aux OVNIS sur un site Web de recherche de la vérité" (sic). La même semaine, en France, grand battage médiatiques, avec des affiches dans le métro parisien, pour la nouvelle série de Canal+ "OVNI(s)" sortie le 11 janvier. Ca sent l'opération psychologique, la "psy op" comme disent nos amis de la CIA...

Et n'oublions pas non plus que l'occultisme tourne beaucoup autour des OVNIs (pensez à la société nazie Vril, aux Rolling Stones qui se produisaient à l'UFO Club de Londres etc - et voyez ce que dit le spécialiste chrétien Hugh Ross à ce sujet ici). En 1994 le canadien Serge Monast avait fait savoir que la NASA (dont a décrit les liens maçonniques ici) préparait un projet "Blue Beam" qui comportait un gigantesque "space show" dans le ciel grâce à des hologrammes à optiques tridimensionnels, des sons, des projections laser de multiples images holographiques dans différentes parties du monde (chacune recevant une image correspondant à la foi religieuse de sa région) pour convaincre, avec de pseudo-apparitions religieuses, tous les peuples de se rallier au futur gouvernement mondial. Convaincre les gens de la réalité des extra-terrestres pourrait ouvrir la voie à ce genre de manipulation... A suivre...

--

PS : les lecteurs de ce blog ne "likent" pas beaucoup les billets et ne les partagent pas beaucoup sur les réseaux sociaux  (ou dans leurs courriels, avec leur entourage). Ne soyez pas égoïstes. Faites circuler l'information.

Lire la suite

Les chemtrails et les stupéfiants

12 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Cinéma, #Les Stazinis, #coronavirus-vaccination-big pharma

Il y a deux ans et demi, j'ai soulevé très prudemment la question des chemtrails (ces rejets des avions de ligne que certains estiment potentiellement toxiques) et du projet Cloverleaf, puis en mai dernier celle des épandages. Ensuite en octobre je me suis aventuré à examiner le rapport de certains membres des élites internationales à l'ayahuasca, à rapprocher aussi de l'engagement de Soros sur le cannabis (sans aller jusqu'à suivre Gérard Fauré dans ses témoignages sur la cocaïne).

J'ai aussi expliqué en quoi les mises-en-scènes de Hollywood, des jeux vidéos, des jeux de société ou des clips musicaux peuvent avoir valeur de programmation prédictive ou en tout cas révéler en cachant (selon des mécanismes classiques en sorcellerie) qui disent sur le mode de la plaisanterie et du divertissement quelque chose de profond sur ce qui se passe ou va se passer dans la réalité.

Parmi les vidéos "tendance" sur You Tube en ce moment (déjà 2 millions de vues en 21 heures), s'en trouve une qui fait converger sur un mode apparemment léger mais instructif les chemtrails, les drogues, et la possession démoniaque (que favorisent les enthéogènes - c'est à dire des stupéfiants qui mettent en contact avec des entités - comme le LSD et l'ayahuasca).

Cette vidéo, qui s'adresse aux adolescents, s'appelle "Chemtrails Over the Country Club" de Lana Del Rey (une vidéo d'ailleurs valorisée par la très démoniaque revue "Rolling Stones").

Chemtrails au dessus du countryclub. Les paroles sont troublantes :

"There's nothing wrong contemplating God
Under the chemtrails over the country club"

(Il n'y a rien de mal à contempler Dieu/ Sous les chemtrails au dessus du Country club)

"LSD, normality settles down over me
I'm not bored or unhappy, I'm still so strange and wild"

(le LSD, la normalité qui s'installe en tombant sur moi/ Je ne m'ennuie pas, je ne suis pas malheureuse, je me sens pourtant si bizarre et folle)

"My Cancer is sun and my Leo is moon" (Mon Cancer est soleil, mon Lion est lune - il faut peut-être penser à l'opposition soleil-lune dans la représentation du Baphomet)

Les images sont aussi très parlantes. Beaucoup de références au coronavirus : les masques, la ventilation... Beaucoup d'occultisme très classique : les chaises de jardin en noir et blanc couleurs maçonniques (minute 1'50), le volatile noir et blanc à la minute 2'08, la robe rouge de la prostituée de Babylone (ou du Babalon work, dans la magie noire, c'est d'autant plus malsain ici qu'il s'agit d'une fillette) devant le miroir (min 2'30) - le miroir étant une référence classique dans la recherche du dialogue avec les entités et le voyage dans l'autre monde, pas seulement dans Alice au Pays des Merveilles -, la consommation (un peu particulière, sans le peler) du citron, symbole lunaire dans l'occultisme (minute 2'51). Vous noterez qu'à la minute 3'07, au milieu d'images sexuelles très rapides presque subliminales, qui deviendront plus explicites ensuite, la pleine lune apparaît (toujours propice aux exercices de magie sexuelle crowleysienne). Puis à la minute 3'07 quand le citron a été consommé, les entités de l'au-delà font leur apparition, puis les loups (toute l'imagerie du loup-garou à la pleine lune dans le paganisme, peut-être aussi à rapprocher des expériences de Castaneda sous enthéogènes qui lui faisaient voir un coyote). Minute 3'38, les yeux brillants évoquent clairement la possession. Les sorcières lesbiennes retournent à l'état de nature. A la minute 4'32 le miroir est traversé.

Bon, vous ne serez pas étonnés d'apprendre que la chanteuse Lana Del Rey (qui a 10 millions d'abonnés sur YouTube) joue à peu près tout le temps dans sa carrière avec l'imagerie de la sorcellerie (une façon de vous dire, comme Asia Argento, Rose McGowan ou Stevie Nicks dans la génération antérieure) qu'elle la pratique aussi, et donc qu'elle est réellement une sorcière. Voyez la en "une" de Rolling Stones de juillet 2014 montrer l'oeil d'Horus à côté d'un chat noir. Elle n'a pas caché avoir fait un rituel contre Trump en 2017.

En janvier 2016 elle donnait un concert dans le Temple maçonnique de Detroit. Et dans "Happiness is a butterfly", elle vous faisait savoir qu'elle était liée aux papillons monarques et au programme du même nom qui régit le contrôle mental dans certains milieux... Donc dites vous bien que rien de ce qu'elle produit (comme la plupart des stars internationales dans les années 2010-2020) n'est gratuit, spontané, et dénué d'arrières-pensées manipulatrices.

Une fois cet exposé terminé, vous pouvez vous faire votre propre opinion et penser, soit que cette vidéo n'est qu'une petite création artistique sans importance, soit qu'elle est destinée à faire fantasmer les ados sur la possession et les drogues d'une façon certes malsaine mais sans autre intention, ou qu'au contraire elle annonce un réel de diffusion de drogues enthéogènes sur les populations et cherche à préparer la jeunesse à cela en le valorisant sur un mode positif. L'avenir le dira, mais ceux qui auront eu tendance à minimiser la gravité de ce genre de vidéos sont aussi ceux qui, demain, trouveront naturel l'épandage d'enthéogènes si cet épandage se réalise. 

En tout cas, il est pour le moins curieux qu'une vidéo aux accents très occultistes promeuve ainsi positivement les chemtrails, vous ne trouvez pas ? Bien sûr on peut dire qu'elle cherche seulement à tourner en dérision les "complotistes" qui croient en leur existence. Je le croirais si elle n'affichait pas par ailleurs tout cet ésotérisme. Ca ne sent pas le simple "surréalisme", l'humour au second ou troisième degré. Ca sent la manipulation, la volonté de faire accepter le chemtrail sous un angle particulièrement inquiétant. Et donc après ce genre de chose, comme après ce qu'on avait vu en 2020 avec la programmation prédictive autour de Wuhan et du raton laveur à propos du coronavirus, il devient très difficile d'écarter l'hypothèse "haute" des conspirationnistes (c'est à dire celle de l'existence d'un projet machiavélique autour du phénomène).

Lire la suite