Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Pfizer de plus en plus exposé

12 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Christianisme, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants"

Chez Pfizer, on n'a pas la conscience tranquille. James Latino de Project Veritas avait essayé il y a un peu plus d'un an d'interviewer V* G*, Directrice principale de la recherche mondiale du groupe (Senior Director of Worldwide Research). Il voulait lui poser une question : "Pourquoi avez-vous envoyé des courriels aux employés de Pfizer leur demandant de ne pas parler des lignées de cellules foetales que vous utilisez (pour le développement du vaccin anti-covid) ?". Et tout ce qu'il a obtenu, c'est de la faire détaler comme un lièvre...

Les lignées cellulaires, qui sont essentielles à la recherche médicale, sont des copies clonées de cellules de la même source qui ont été adaptées pour se développer en continu dans les laboratoires. Le fact checking d'Associated Press en octobre 2021 avait reconnu que les cellules issues de fétus de bébés étaient utilisées pour le contrôle des vaccins.

Melissa Strickler (Melissa McAtee) ex-employée comme auditrice qualité chez Pfizer (pendant 5 ans), et qui a des convictions chrétiennes, avait divulgué des courriels internes qui montrent que les dirigeants (dont VG) de l'entreprise ont demandé à leur personnel de garder le secret sur l'utilisation de tissus fœtaux humains  La lanceuse d'alerte avait déclaré qu'elle avait souvent voulu démissionner après le début de la fabrication de vaccins Covid à l'usine McPherson aux États-Unis (Kansas), mais qu'elle se sentait obligée de s'accrocher, jusqu'à ce qu'elle découvre une base de données d'e-mails qu'elle aurait partagée avec Project Veritas.

Le même mois Strickler avait avancé que le vaccin contenait de la luciférase (dont on avait parlé à propos du tatouage à points quantiques de Bill Gates), et de l'oxyde de graphène ce que Pfizer avait démenti. Selon elle le vaccin brillait dans l'obscurité. Cette vidéo est censée prouver que les vaccins sont luminescents. Elle souligne aussi que le Remdesivir produit par Pfizer présentait les mêmes caractéristiques.

Le travail de divulgation de Project Veritas avait donné lieu à des échanges directs entre Pfzizer et le FBI très suspects fin 2021.

Aujourd'hui de nouveaux éléments apparaissent, grâce à des fuites organisées par Elon Musk, sur les pressions exercées par un membre du Conseil d'administration de Pfizer Scott Gottlieb sur la direction de Twitter pour supprimer des posts défavorables à leur vaccin, notamment du Dr Brett Giroir ancien commissaire de la Food and Drugs Agency. Gottlieb ex membre du FDA lui aussi avait été omniprésent sur les plateaux TV et auprès de l'administration Trump pour exiger un confinement strict en 2020.

Nous ne sommes peut-être qu'au début des révélations sur ces sujets.

Lire la suite

La capitale du Haut-Karabakh assiégée

11 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Proche-Orient

 

Depuis le 12 décembre le corridor (de Latchine) qui relie la capitale du Haut-Karabakh Stepanaker à l'Arménie est bloqué par des militants soi-disant écologistes azéris, qui disent protester contre l'extraction minière dans l'enclave arménienne. Les Arméniens accusent cette ONG d'être en fait payée par le gouvernement de Bakou (car en Azerbaïdjan, grand exportateur de pétrole, il n'y a pas de mouvement écologiste structuré), et un article ici montre que la plupart des cadres de cette ONG sont liés à des notables d'Azerbaïdjan.

Selon l'ex-diplomate Sossi Tatikyan, en juillet 2022, l'Azerbaïdjan aurait vendu deux mines dans la région de Martakert au Haut-Karabakh à une société britannique appelée Anglo-Asian Mining PLC, qui prétend être le premier producteur d'or et de cuivre en Azerbaïdjan. Par conséquent, l'objectif tactique à court terme de la fermeture du corridor est d'établir un contrôle sur les mines et de priver les Arméniens locaux de leur principale source de revenus et donc de moyens de subsistance. Du coup la capitale du Haut-Karabakh est plongée dans une pénurie relative (atténuée par quelques approvisionnements locaux), tandis que le président azerbaïdjanais Aliev s'enferme dans le déni en affirmant que ce sont des véhicules russes qui bloquent le corridor. L'Azerbaïdjan souligne aussi que ce corridor est utilisé pour du trafic d'armes.

En tout cas la situation actuelle aboutit à une forte dégradation des rapports entre Poutine et les Arméniens. Ceux-ci estiment que la Russie qui sécurise le corridor et a besoin de Bakou pour revendre son gaz (outre son alliance stratégique avec la Turquie d'Erdogan) a donné son feu vert pour cette opération de blocus. Du coup, le premier-ministre arménien Nikol Pachinayan émet le voeu poli (pour ne pas trop froisser Moscou) de voir le conseil de sécurité de l'ONU envoyer des casques bleus en lieu et place de la force d'interposition de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). A Gyumri dans l'Ouest de l'Arménie des dizaines de manifestants qui protestaient le 8 janvier devant une base militaire russe, à l'initiative du parti d'extrême-droite Sasna Tsrer, contre l'inaction des soldats de Moscou face aux Azéris ont été arrêtés. Le sentiment anti-russe est exacerbé dans cette zone où les soldats russes ont commis des assassinats restés impunis. Pachinayan a par la même occasion démenti l'information russe selon laquelle l'OTSC organiserait des exercices militaires en Arménie en 2023.

Les demandes arméniennes de levée du blocus commencent à recevoir le soutien de diplomates américains (rappelons que Biden avait reconnu le génocide arménien et que Nancy Pelosi avant de perdre son poste de speaker de la chambre basse s'était rendue à Erevan). Mais la voix d'Erevan reste étouffée au niveau international. Selon l'ambassadeur d'Azerbaïdjan à Bruxelles, le 31 décembre la France a échoué a échoué à faire passer au conseil de sécurité de l'ONU une résolution condamnant le blocus de Stepanaker. L'Albanie, la Russie, les Emirats arabes unis et le Royaume-Uni s'y sont opposés.

L'Iran (où vivent 20 millions d'Azéris, 4 fois plus qu'en Azerbaïdjan), et qui s'oppose à la création d'une autre corridor, vers son enclave du Naxcivan, celui-ci, a aussi été sollicité par la voix du primat du catholicossat arménien de Cilicie basé près de Beyrouth, qui a demandé le 10 janvier à l'ambassadeur d'Iran au Liban que Téhéran intervienne pour faire lever le blocus du Karabakh. Cela peut renforcer l'accusation azerbaïdjanaise de collusion arméno-iranienne, et conforter en outre le rapprochement israélo-azéri depuis qu'un gouvernement très nationaliste s'est formé à Tel-Aviv. Ce dernier pourrait profiter des tensions autour de Stepanaker pour renforcer l'alliance avec Bakou et mener une opération militaire contre le régime des mollahs via l'Azerbaïdjan iranien (en contrant ainsi les efforts de normalisation américano-iraniens menés par Biden). C'est du moins ce que laisse entendre le membre de l'académie des sciences arménienne Edmond Y. Azadian, qui note que le leader en exil Mahmudali Chehregani s'est vu ouvrir les canaux des médias d'Azerbaïdjan en novembre dernier pour y appeler au sécessionnisme de l'Azerbaïdjan iranien... 

Un effet collatéral de la nouvelle dépendance de la Russie à l'égard du monde turcophone depuis l'engagement de la guerre en Ukraine...

Lire la suite

Péguy de Romain Rolland

6 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #La gauche, #La droite, #Christianisme, #Peuples d'Europe et UE, #Divers histoire

Du temps où j’œuvrais à Brosseville, une époque où je faisais tout de travers, je m'intéressais à Romain Rolland, mais au Romain Rolland jeune, panthéiste et hindouïsant de la première moitié de sa vie. Et un certain Plagne, ami du Dissident internationaliste, avait essayé de m'initier à Péguy. Mais c'était le mauvais intermédiaire, je n'avais pas accroché. Introduit différemment, il y a trois mois, par le journal de Claudel, à Péguy via un Romain Rolland au seuil de la mort, je perçois les choses différemment et saisis tout sous un angle nouveau. La gauche socialiste française de 1900 était-elle le vrai visage du christianisme, et donc la fille de Clovis plus que la Réaction catholique ? Peut-être... Leroux en 1845 l'eut sans doute par avance certifié, lui qui voyait le vrai visage religieux de la France dans les soldats de l'an I. Souvenez-vous de Lanzmann disant (à la conférence « Après l’émotion la réflexion politique », Fondation Marc Bloch, 29 mai 1999) que l'injustice faite aux Serbes était une nouvelle affaire Dreyfus. Parfois un combat pour la justice exorcise plus de démons dans une nation qu'une défense pharisienne du dogme.

Romain Rolland me fait voir le visage condamnable de Jaurès à travers son influence sur le ministère Combes en 1904 et l'interdiction des congrégations. Là-dessus Péguy avait raison.  Fut-il aussi perspicace dans son emportement contre l'Allemagne à partir de la crise de Tanger de 1905 (un emportement que bien sûr Jaurès ne partageait pas) ? Rolland est circonspect, lui qui avec son Jean-Christophe fut toujours le pont avec l'Outre-Rhin. Il rappelle ce point : Péguy défendait qu'il y avait quatre grandes civilisations au service de l'humanité - celle des Juifs, celle des Grecs, la civilisation chrétienne et la civilisation française. Et pour lui les trois dernières étaient maintenant les trois dernières étaient menacées par l'Allemagne. Rolland souligne qu'au moins le diagnostic sur la menace sur la civilisation est avéré depuis la guerre russo-japonaise de 1904 en laquelle il voit la première guerre d'extermination.

Alors que nous nous affrontons sévèrement cet hiver avec l'Allemagne sur la question de l'énergie - verbalement du moins sur les plateaux médiatiques, mais pas assez par le canal diplomatique car Macron n'ose pas parler - il est bon de réfléchir aux erreurs de Péguy sur le sujet. A-t-il exagéré la barbarie germanique ? Sans doute. Cela dit que la France fût une nouvelle Grèce, Nietzsche lui-même l'admettait sur le plan culturel (à défaut d'en soutenir la République, et le philosémitisme, comme Péguy le faisait). Et si Péguy a sans doute tort de construire excessivement son patriotisme contre l'Allemagne (qui, cependant, était en effet menaçante après 1905, Rolland le reconnaît), ce travail de réflexion sur la civilisation française lui permettait de réfléchir sans cesse au génie français - une réflexion aujourd'hui interdite par le wokisme, et dévoyée par l'extrême droite. Je suis très frappé de voir que Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc il est prêt à fonder, par la voix de Jeanne, contre le pape, une Eglise nouvelle sur la base des seules vertus des saints français et du peuple du bassin parisien, en proclamant que eux, à la différence de St Pierre, n'auraient jamais abandonné Jésus après son arrestation. Rolland affirme que Péguy eût fondé cette Eglise s'il n'était mort en 1914.

Simple divagation de normalien ? Voire... Rolland rappelle qu'une femme de ménage d'une prof de lettres appréciait plus Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc que sa patronne, qu'il y avait une affinité particulière entre le style de Péguy et le petit peuple dont il était issu, donc peut-être au niveau de la pensée aussi...

Le rapport de Péguy à la terre de l'Orléanais et de Chartres nous interroge. Car il n'en fait pas un simple musée à la gloire de la royauté destituée des Bourbons déchus. Avec excès parfois (car il avait hélas un tempérament trop sanguin comme le mien) mais avant tout avec une inspiration visiblement transcendante (qui l'enflammait pendant des jours), cet auteur avait le mérite de sortir de ce terreau là d'autres vertus, une autre France, une France ensemble chrétienne et socialiste et toute entière tournée vers la Justice et la Vérité. Il y a là un défi intellectuel, spirituel et affectif autrement plus intéressant que la bien-pensance identitaire bourgeoise à laquelle s'est toujours résumé (et se résume encore) le catholicisme de droite auquel Péguy, révolutionnaire, ne s'est jamais rallié.

Lire la suite

Villepin, la politique à l'égard de l'Ukraine et de la Chine

5 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

J'écoutais ce soir une interview (ci-dessous) de Villepin (l'ex-premier ministre de Chirac) sur France Inter datée d'il y a quinze jours. Villepin, comme la plupart des élites "organiques", est macronien (sans quoi les micros de France Inter ne lui seraient pas tendus).

Il trouve que Macron a le ton juste sur la question ukrainienne notamment parce qu'il ne compromet pas toute possibilité de dialogue avec la Russie (encore heureux : si on veut la paix il faut bien dialoguer avec un belligérant in fine). Il se réjouit de ce que l'Europe ait apporté plus de milliards à l'Ukraine (52 milliards d'euros) que les Etats-Unis (avant les promesses à l'issue de la dernière visite de Zelensky à Washington). et trouve que notre rôle de cocohon-tire-lire est en soi une marque de notre existence diplomatique (de qui se moque-t-on ? nous n'avons jamais cessé de n'être que cela, au Proche-Orient et ailleurs). Du coup son appel à renouer la confiance avec des pays d'Afrique qui ont clairement choisi la coopération avec la Russie comme le Mali, le Burkina et la Centrafrique s'avère purement incantatoire - mais ça ne gène pas les grands médias qui l'invitent lui et son alter ego Védrine uniquement pour des incantations.

Nulle imagination donc, à l'heure où les appels à la négociations de Kissinger ont échoué et où l'on repart pour un semestre de guerre d'usure avec les risques de dérapage (de troisième guerre mondiale) toujours présents.

Sur la Chine, Villepin semble vouloir le containment. Maintenant que la reprise du Covid dans ce pays nous donne un prétexte pour l'isoler à nouveau, Gideon Rachman dans le Financial Times du 2 janvier se demandait si c'était une bonne idée de mettre ce pays à genoux, en référence notamment à l'embargo sur les micro-processeurs. L'auteur y rappelle le risque que cela conduise à toujours plus de radicalisation nationaliste de la part des Chinois et rappelle en outre que commercialement les Américains sont plutôt en position de faiblesse pour contrer l'influence chinoise en Asie. Il suggère donc de limiter la pression à ce qui pourrait profiter au complexe militaro-industriel chinois... Un distingo avec le bien-être des civils qui est parfois bien difficile à faire... Pas sûr que Villepin ou Macron (qui n'arrive déjà pas à faire ployer l'Allemagne sur la question du marché européen de l'énergie) aient une idée là-dessus. Mais de toute façon Biden ne leur demande même pas leur avis.

Lire la suite

Effets secondaires des thérapies géniques anti-Covid

4 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Bill Gates

Dès le début de la "pandémie" Covid-19 j'ai expliqué sur ce blog que c'était là principalement une opération psychologique destinée à contraindre tout le monde à accepter un vaccination, fondée sur un virus sorti d'un laboratoire de recherche (plutôt que de ce pauvre pangolin que le mensuel des Rothschild The Economist nous présentait en "une"  avec son homme de Vitruve et ses hélices d'ADN dès le mois de décembre 2018). Il faut bien aujourd'hui continuer de faire le bilan des effets négatifs de toute cette opération (bilan dont sont complices tous ceux qui n'ont pas relayé les infos que moi et d'autres postions sur Internet pour dissuader les gens d'accepter la thérapie génique).

Commençons par signaler que les effets secondaires de ces thérapies géniques inquiètent au Japon qui est un des pays où elles ont été les plus administrées.

Le professeur Masataka Nagao médecin légiste de l'école de médecine de l'université d'Hiroshima au Japon s'étonne que les cadavres de personnes "vaccinées" autopsiées restent chauds plus longtemps que la moyenne, comme si la thérapie ARN avait provoqué une inflammation de tout le corps (un choc cytokinique).

Mais le Japon n'est qu'un exemple parmi d'autres des méfaits de ces thérapies. Aux Etats-Unis, de février 2021 à mars 2022, la génération des millenials aurait connu 60 000 décès supplémentaires (l'équivalent du nombre de morts ans douze ans chez les recrues de la guerre du Vietnam) pour cause inconnue. Et selon un sondage de l'Institut Rasmussen 28 % des gens disent connaître  personnellement quelqu'un dont le décès a pu être causé par le "vaccin" anti-covid.

Au Royaume-Uni les vaccinés ont une mortalité augmentée de +26% rapport aux 'non' vaccinés

En septembre, le Danemark a interdit la vaccination des moins de 50 ans. L'impact cardiaque du vaccin chez les jeunes sportifs inquiète particulièrement : un taux de décès des adeptes de l'athlétisme (pourtant normalement suivis par des médecins du sports) qui passe de 2,4 par mois de 1966 à 2004 à 46,6 en 2021-2022. Les myocardites inquiètent en Inde.

La surmortalité touche aussi les personnes âgées (15 % dans les EHPADS français en 2022, dernier cas récent la chanteuse Linda de Souza).

Le vaccin ARN provoque aussi des cancers car il génère une hausse de la mort cellulaire programmée tout en affaiblissant le système immunitaire pour les autres affections.

Il y a aussi des effets non mortels mais fort ennuyeux : on parle des formations de caillots sanguins et d'oedèmes un peu partout, du cycle menstruel des femmes (qui peuvent aller jusqu'à des pré-ménopause chez des femmes de 20 ans), mais il faut encore signaler les aspects épidermiques, ainsi le dermatologue Shigetoshi Sano de l'université de Kochi repère des protéines spike dans les cellules des "vaccinés" qui réactivent les herpès. Tout cela pour une maladie qui avait un taux de létalité pratiquement nul chez les moins de 60 ans, et avec un vaccin qu'on voulait imposer pour ne pas "contaminer" les personnes âgées, alors que son effet sur la diffusion de la maladie n'avait même pas été testé.

Et pendant ce temps en Afrique où il n'y a que 6 % de vaccinés, le Covid a pratiquement disparu...

Lire la suite