Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Les Talking Heads et l'US Navy

18 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis, #Le monde autour de nous, #Billets divers de Delorca

C'est une réalité qui est sortie au grand jour assez récemment. Pendant des décennies, on nous a vendu l'idée que la "contre-culture" des années 60, d'où sont sortis le punk, la new wave, etc était opposée à l'Establishment conservateur américain qui menait une sale guerre au Vietnam. Puis il s'est avéré qu'en fait tous ces artistes étaient très proches de l'Establishment et même travaillaient main dans la main avec lui, parce que tous ces gens appartenaient aux mêmes sociétés secrètes, et, sans doute la culture de "révolte" de la "beat generation" n'avait été qu'une manoeuvre, une opération psychologique comme on dit dans les services secrets, pour désamorcer tout militantisme politique constructif chez les babyboomers. David McGowan par exemple en administra très rigoureusement la preuve dans son livre Weird Scenes Inside the Canyon: Laurel Canyon, Covert Ops & the Dark Heart of the Hippy Dream en 2014 (dont je vous ai déjà parlé), à partir du fait que Jim Morrisson était le fils de l'amiral qui pilotait les opérations dans la Baie du Tonkin à l'origine de la guerre du Vietnam. Morrisson a grandi dans la culture militaire et n'a jamais désavoué son père. Beaucoup de stars du Canyon des Lauriers (Laurel Canyon) qui fut le berceau de la Beat culture sont passés par les mêmes écoles militaires, elles étaient des enfants d'officiers supérieurs et évoluaient à deux pas d'une base militaire secrète. La liste des résultats troublants de son enquête figure en anglais ici (utilisez au besoin le traducteur automatique).

Timothy Leary le pape de la Beat culture avait ses expériences sous LSD financées par la CIA. La même démonstration a été faite pour beaucoup de stars de la pop culture des années 70.  Esther "Jinx" Dawson, chanteuse du groupe rock sataniste Coven, qui plaça des tubes dans le Top 50 américain (le Billboard) de 1973-74 et influença le hard rock auquel elle apporta le signe du cornuto (dont elle reconnaît qu'il était un signe de reconnaissance habituel dans sa famille), et dessina des vêtements pour Jimmy Page, Cher et Barbra Streisand, a avoué dans une interview au Magazine Metalheads Forever du 4 octobre 2016 que son père (Robert Louis Dawson) était un maçon du 33 degré du rite écossais, son grand père Charles Mckinley Dawson I (1893-1973), était lieutenant-gouverneur de l'Indiana, grand prêtre dans la maçonnerie et membre du cercle privé du président Theodore Roosevelt. "Je suis donc plongée dans les Illuminati américains" conclut-elle...

L'officier de la CIA Miles Copeland Jr qui joua un rôle clé dans divers coups d'Etat au Proche-Orient plaça ses trois fils dans l'industrie musicale, dont Stewart Copeland, batteur, qui fonda le groupe "Police". Pas étonnant que même le nom de Sting, comme "sting opération", les opérations sous faux drapeau de la police ou des services secret, évoque cet univers. La carrière de Sting est dirigée par Miles Axe Copeland III, fils de l'officier de la CIA précité qui a créé Copeland International Artists dont le signe CIA, est par lui même très explicite.

Intéressons nous une seconde aux Talking Heads, autre groupe à succès des années 1970. Car ses antécédents sont en soi révélateurs de la structure cachée du pouvoir aux Etats-Unis. La bassiste fondatrice du groupe, Tina Weymouth, a pour frère Yann Weymouth chef de design chez Leoh Minh Pei (le célèbre architecte qui vient de décéder à 102 ans) qui a travaillé entre autres sur la pyramide du Louvres, le Musée Salvador Dali de St Petersbourg... et l'immeuble qui, vu d'en haut, suit le plan d'une pyramide avec un oeil d'Horus, de la Creative artists agency (l'Agence des artistes créatifs) à Los Angeles, récemment QG du mouvement féministe "What's up".  

Leur père était Ralph Weymouth vice-amiral de l'US Navy et, selon Mark Devlin, grand maître de la grande loge du Maine.

Quand on a ce genre de grade on n'épouse pas n'importe qui, et le vice amiral épousa la française Laura Bouchage, arrière petite fille de l'écrivain breton Anatole le Braz (1859-1926) qui fut lecteur à Harvard en 1906 .

Le Braz épousa en troisième noce Mabel (Mary Lucinda) Davison la soeur d'un grand banquier de Manhattan (plus précisément associé principal de la JP Morgan Bank, bras armé des Rothschild aux USA, qui participa à la création contre la volonté des élus de la banque centrale en 1913) : Henry Pomeroy Davison (1867-1922). Celui-ci fut aussi créateur de la Croix Rouge Internationale. Son fils Henry P. Davison Jr (1898-1961) fut membre de la société secrète Skull and Bones de Yale en 1920 quatre ans après Prescott Bush, l'ancêtre de George Bush Sr, qui fit déterrer la dépouille du chef indien Geronimo - la chaîne ABC en avril 2001 a filmé un de leurs rituels d'initiation consistant à embrasser un crâne. Il dirigea le célèbre Time Magazine, dont le fondateur Henry Luce était aussi membre des Skull and Bones (de 1919), avec l'argent de JP Morgan et Rockefeller... On remarque au passage le lien banque-empire de presse-Skull and Bones dès les années 1920.

Tina Weymouth n'est pas issue de ce lignage mais de Reine-Anne-Yvonne Bouchage (1891-1963), la fille de la première épouse de Le Braz, Augustine Le Braz (1853-1906), qui épousa un médecin savoyard Ambroise Francois Amédée Bouchage, eut trois enfants dont Laura. Le frère de Laura (donc l'oncle de Tina Weymouth) était le styliste Lucien Bouchage, "partenaire de  vie" de Jean Schlumberger, designer de Tiffany & Co, dont les pièces ornaient les cous, et poignets et d'icônes du style des années 1960 et 1970, telles que Jacqueline Kennedy, Audrey Hepburn, Elizabeth Taylor et Rachel «Bunny» Mellon.

N'importe quel médecin français n'a pu donner sa fille en mariage à un vice-amiral franc-maçon de haut grade. Effectivement on apprend sur Gallica que le docteur Ambroise Bouchage diplômé de la Faculté de Paris était aussi membre du Collège Royal des Chirurgiens d'Angleterre (Royal College of Surgeons of England RCSENG) - il le mentionne dans son livre "Les indications médicales de Vernet-les-Bains" publié en 1914) . Il était fils d'un magistrat de cour d'appel de la Réunion (voir Le Journal du 18 avril 1914).  Le RCSENG créé en 1800 compta Winston Churchill parmi ses membres, et l'institution est très liée à la franc maçonnerie.  Stephen Knight's dans The Brotherhood (1990),  a écrit : "La plupart des membres les plus expérimentés de la profession (médicale) sont des francs-maçons, en particulier ceux qui travaillent activement avec le Royal College of Physicians et le Royal College of Surgeons, qui ont bénéficié d'un énorme fonds de fiducie de 600 000 £ créé par la Fraternité pour la recherche médicale." (cité récemment dans une enquête du Huffington Post britannique sur la franc-maçonnerie et la médecin). La présomption d'appartenance à la maçonnerie à un haut niveau d'initiation est renforcée par le fat que Vernet-les-Bains a une réputation dans l'occultisme : en 1966 l'ésotériste François Brousse y aurait croisé "l'immortel" Comte de Saint-Germain, à l'occasion d'une réunion du "Club de l'Amitié" qui s'intéressait de près à ses travaux. Les ascendants français sont donc aussi vraisemblablement des maçons de haut vol.

Sans doute avec tout cela ne doit-on pas s'étonner de voir David Byrne, chanteur des Talking Heads afficher l'oeil omnivoyant, l'oeil d'Horus.

Le lien franc-maçonnerie-armée-haute administration-rock se révèle autour de Talking Heads comme pour Coven ou pour Police. On ne peut pas en déduire que forcément ces groupes font tous partie d'opérations téléguidées par les services secrets dans le cadre des loges, mais cela nuance au moins fortement l'image qu'on avait, il y a vingt ou trente ans, d'une industrie du divertissement coupée de l'appareil militaire. Et l'on ne peut pas ensuite s'étonner de voir les stars faire bloc avec les politiciens dans de grandes opérations de propagande impériale autour des attentats, de la dernière présidentielle aux Etats-Unis ou du Brexit... (pour voir la position des Talking Heads sur ces sujets, voir ceci). 

Lire la suite

Les partis politiques français sur la pente occultiste ?

15 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #La droite, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme

Ce que l'on va exposer ici est complètement contre-intuitif, comme disent les scientifiques, et va heurter les esprits cartésiens attachés à la valeur du débat rationnel coupé de toute transcendance. Pour autant ce ne sont pas spéculations gratuites. Si l'on admet que les symboles dont les gens célèbres, les marques publicitaires etc nous bombardent à longueur de journées (l'œil omnivoyant, les cornutos, le 666 formé avec les doigts etc), hérités de l'occultisme - et probablement encore liés à celui-ci - ont une efficacité sur l'esprit humain et participent même à des rituels destinés à conditionner cet esprit, alors, il faut admettre aussi que, d'un point de vue spirituel, c'est à dire, du point de vue de l'association avec les forces invisibles à l'œuvre dans le monde, tous les partis politiques française, si l'on en juge par le langage visuel qu'ils utilisent, paraissent de plus en plus liés à l'occultisme, et, du point de vue des prophéties chrétiennes, ils sont à ce titre condamnés au regard des commandements divins.

J'ai déjà attiré votre attention par le passé sur le fait que les partis proches de la finance internationale ou du moins compatibles avec elle sont très liés à cette symbolique. On a parlé d'E. Macron s'exprimant devant la pyramide du Louvre, faisant un grand V avec les bras qui correspond au compas et à l'équerre lors de son investiture, puis l'an dernier de sa nomination comme "champion de la Terre" dans un happening organisé par Bill Gates à l'ONU où il posait aux côtés d'une jeune DJ presque "transgenre" (on va dire "gender neutral") ghanéenne dont la dernière chanson invoque les démons et affiche une pyramide dans son clip. On peut relever le pentagramme sur le sigle de l'UDI ou le geste de M. Wauquiez, leader des républicains, qui consiste à afficher deux "666" (nombre de la Bête) en parlant. Pendant longtemps j'ai pensé que cela pouvait être fortuit, mais cela, à la réflexion, est peu probable. Aux Etats-Unis, on a reproché au chroniqueur "complotiste" pro-Trump patron d'Infowar.com Alex Jones d'afficher ce signe. Celui-ci ne s'est pas défendu en disant "je le fais inconsciemment". Il a seulement dit : "Ca ne représente pas le 666 mais le 8 couché symbole de l'infini et de la victoire interdimensionnelle" (sic). Or la justification n'a convaincu personne car Alex Jones tient souvent un discours gnostique très anti-chrétien et a avoué dans un clip en octobre 2015 que sa famille était rosicrucienne (cette branche de la maçonnerie - certains diraient même que c'est le sommet même de la franc-maçonnerie - engagée dans le processus d'unification antéchristique du monde et de la divinisation de l'humain). Les symboles utilisés par Sarkozy, l'engagement au Grand Orient de France des membres du gouvernement Valls assumé par Hollande, ou le fait qu'Alain Juppé ait subventionné à Bordeaux une artiste occultiste en résidence maintenant au Centre européen de recherche nucléaire, tout cela en dit assez sur les accointances obscures des partis dominants avec les sociétés secrètes internationales.

Les signes que produisent beaucoup de partis "anti-système" sont tout aussi inquiétants. A gauche, on a déjà parlé ici de l'inspiration pythagoricienne du sigle Phi utilisé par La France Insoumise. J'ai été étonné de voir le Parti communiste français troquer la faucille et le marteau (inventée par les Macchabées de la Bible et remis au goût du jour par les artistes soviétiques) contre un pentagramme pythagoricien (encore et toujours Pythagore, le sage apprécié de la maçonnerie - même si bien sûr, on dira que l'étoile rouge représente depuis un siècle la conscience révolutionnaire, mais son origine est bien le pentagramme, et, vu son design rappelle plus l'étoile de l'UDI que celle du Kremlin). J'ai cru ce choix innocent... jusqu'à ce que je constate que ma cinéaste Josiane Balasko était la "star" du clip de campagne du parti communiste pour les élections européennes. Or peu de temps auparavant l'ex-actrice arborait un T-Shirt avec l'œil omniscient de la franc-maçonnerie. Il y a des limites à l'innocence... Toutes ces coïncidences ont quelque chose de suspect...

A droite, ce n'est guère mieux. On a découvert hier une étrange polémique autour d'un 666 effectué avec les doigts sur Twitter par la leader du Front national Marine Le Pen. Celle-ci est coutumière du fait. Elle l'a fait en Estonie, puis, bizarrement, les médias (l'Obs par exemple) le lui ont reproché parce que c'était un signe "suprémaciste blanc" (car au lieu d'un 666 ils voient un WP de "white power" - sauf que c'est oublier qu'avant d'être récupéré par cette mouvance le signe était archi-galvaudé par toutes les stars d'Hollywood l'arborent -pour moi c'est un signe occultiste, antéchristique, que tous les leaders de toutes tendances politiques liés aux sociétés secrètes arborent,en l'utilisant les suprémacistes cherchent à se rattacher à une souche ésotérique commune mais le fond est religieux). La femme politique s'est alors fendue d'une justification d'un plus bas niveau encore que celle d'Alex Jones annonçant qu'elle pensait que cela voulait dire "OK" , ce qui est justement l'explication que fournissent toujours les stars d'Hollywood (il est vrai que c'est le cas dans le langage des sourds-muets, sauf que son inventeur Charles-Michel de l'Epée était un franc-maçon et beaucoup de signes de cet alphabet empruntent à l'occultisme maçon donc la racine est ailleurs, et d'ailleurs pourquoi tout le monde dans le star système se mettrait-il à parler e langage des sourds-muets, notamment en combinant le soi-disnat OK avec l'oeil omnivoyant puisqu'ils le mettent aussi devant leur pupille ?). 

La polémique est très bizarre. On a le sentiment que les médias veulent alerter les gens, mais pas sur ce qu'ils dénoncent officiellement - une collusion avec les néo-nazis. C'est la logique du "hidden in plain sight" (caché mais visible par tous) comme on dit aux Etats-Unis : il faut montrer aux gens, pour qu'ils acquiescent, c'est nécessaire à l'efficacité du rituel, mais on ne leur dit pas vraiment ce qu'on leur a montré. Ici, sous couvert de prétendue collusion de Mme Le Pen avec le WP on leur a en réalité montré celle-ci faisant un 666 dans un pays assez... spécial dans le Nouvel Ordre mondial : l'Estonie. Cette nation balte est souvent louée dans les avant-gardes médiatiques  pour sa politique en faveur des LGBT et des transgenre, certains esprits malins suspectant même sa présidente d'en être une. Le transgenre est une thématique obligatoire de nos jours pour rétablir l'androgynie originelle et alchimique du mythique Adam originel et inverser le commandement biblique qui interdit le travestissement et l'homosexualité (cf Epitre de Paul 1 Cor 6:9 "Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas : ni ceux qui vivent dans l'immoralité sexuelle, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les travestis, ni les homosexuels"). Lorsque l'Eglise catholique française s'est empressée de livrer au "Met Gala" de New York l'an dernier pour l'exposition "Heavenly bodies" les chasubles conçues par l'occultiste de Castelbajac pour le pape et les évêques en 1997, l'universitaire Alain Rauwel a remarqué, ironique : "L’enthousiasme de la hiérarchie ecclésiastique à promouvoir ces manifestations prête un peu à sourire. Tout se passe comme s’il n’y avait là qu’une aimable rencontre entre culture religieuse et culture profane. On voit bien pourtant que les enjeux dépassent les questions de vitrines. Ces hommes en robes fleuries dont les gants brodés et les menus souliers inspirent les tenues de soirée des élégantes ne parlent que du trouble dans le genre dont le catholicisme a été, en Occident, le principal vecteur" (Art critique sept 2018). La ligne de vêtements "gender neutral" (neutre du point de vue du genre) de Céline Dion (avec toute l'imagerie maçonnique qui allait avec sa promotion) et l'engagement du couple royal (de la famille Winsor très engagée dans la maçonnerie et l'occultisme) Harry et Meghan Markle à élever leur enfant d'une manière "fluide du point de vue du genre" en dit long sur la volonté d'imposer ce mot d'ordre aux masses.

Donc c'est là que Mme Le Pen fait son 666. Est-ce un hasard ? Son acolyte qui fait le même signe, Ruuben Kaalep, sait parfaitement ce qu'il affiche avec ses doigts. Dans une conférence du 8 avril 2018 à Helsinki, organisée par des fascistes locaux, il déclarait dans une veine parfaitement ésotérique et occultiste : "Au plus profond de nous, nous connaissons la magie de notre peuple, de notre nation, de notre tribu, de notre race, de notre culture, de nos ethnies. Ce que nous sommes est magique, parce que toutes nos chansons folkloriques, légendes, mythologies, tous les mystères de nos ancêtres vont dans le sens de quelque chose" et sur Twitter le 3 octobre 2016 il accusait la nouvelle présidente européiste Kersti Kaljulaid d'être une sectatrice d'Amon-Ré. Impossible qu'un tel "initié" ne sache pas ce qu'est le signe du 666. Sa culture est bien plus du côté des trois siècles de franc-maçonnerie qui ont nourri aussi bien les Lumières françaises que le Ku-klux-klan, que dans le cercle étriqué du "white power" actuel. Et il est peu probable qu'il ait oublié de "briefer" Mme Le Pen avant de prendre cette photo. Une dialectique bizarre s'est nouée alors entre cette coterie et les grands médias qui ont feint de dénoncer un signe de ralliement d'extrême droite, alors qu'ils savent très bien - parce que leurs idoles et leurs patrons le font aussi - que c'est un signe maçonnique. Quel est le message caché ?

Au même moment, on apprend que le FN qui, dans les années 1980, était financé par la secte Moon, commence à recevoir les attentions bienveillantes de Steve Bannon, si l'on en croit un reportage d'Envoyé spécial qui suscite des polémiques depuis quelques jours. Qui est Steve Bannon ? Ex-conseiller de Trump, il a choqué aux Etats-Unis pour avoir cité Satan parmi ses sources d'inspiration. Il se réclame de l'ésotériste italien néo-païen Julius Evola et a apprécie le livre "Occult America" de Horowitz. On ne sait pas trop si cette affaire a un rapport avec le goût de Mme le Pen pour le 666. Y a t il une fraternité secrète entre tous ces gens qui a voulu se manifester à Tallin avec la complicité de la grande presse ? Je vous renvoie aussi à mes remarques sur les disciples du mage sataniste Aleister infiltrés dans l'extrême-droite. On ne peut jamais jurer qu'un leader politique est conscient des forces visibles et invisibles qu'il mobilise à son service, mais; à l'évidence, pas plus à droite qu'à gauche les partis "anti-système" ne sont spirituellement bien inspirés. 

En tout cas dans ce contexte trouble on ne saurait trop conseiller aux gens de rester à l'écart des bureaux de votes aux prochaines élections, histoire de ne pas se rendre complices de toutes ces stratégies sulfureuses. 

Lire la suite

Greta Thunberg, Marina Abramovic, l'oeil d'Horus, le réchauffement climatique et le forum de Davos

10 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme, #La gauche, #George Soros

La presse nous a intoxiqués en janvier dernier avec cette nouvelle : "A Davos Greta Thunberg éclipse patrons et présidents". Cette Suédoise de 16 ans autiste Asperger a si bien défendu devant les grands banquiers et les politiciens de haut grade la cause du climat, et celle du végétarisme, nous expliquait-on.  Le 18 mars dans un temple protestant de Duisburg la députée verte de Thuringe Katrin Göring-Eckardt l'a comparée (malgré le scepticisme d'Angela Merkel) au prophète Amos (de l'Ancien Testament) et le grand magazine allemand Bild se met à son école (le 23 mars dernier) quand elle défend le nucléaire...

Tout d'abord ce que vous devez regarder pour comprendre qui est cette Greta Thunberg, ce sont les symboles qu'elle affiche, car les symboles sont une signature et un moyen de conditionner les masses. A commencer par l'oeil qui voit-tout, l'oeil d'Horus des sociétés secrètes (voir photo ci-contre). N'importe qui ne l'affiche pas. Greta le fait, comme son ami le chanteur Bono qui était aussi présent à Davos à ses côtés (cf à droite). 

Greta Thunberg est le produit d'un réseau identifiable. Comme l'a révélé le militant de Deep Green Resistance Nicolas Casaux les premières photos de cette personne diffusée sur le Web ont été prises par  Mårten Thorslund, responsable marketing de la start up  (créée en 2017)"We don't have time". Un des principaux fondateurs de cette start up Ingmar Rentzhog, a été formé par l’ONG «The Climate Reality Project» fondée par Al Gore, l'ex vice président de Bill Clinton à l'époque de l'ingérence en Yougoslavie et qui voulait mettre à ce moment là l'Amazonie sous tutelle internationale. Greta Thunberg a posé aux côtés de Gore sur Twitter. 

Le journaliste Andreas Henriksson a montré que Rentzhog a été nommé en mai 2017 président du think tank Global Utmaning, entièrement financé par la milliardaire "social démocrate" Kristina Persson, qui a été ministre de 2014 à 2016 (on est là dans le petit monde des thinks tanks capitalistes scandinaves financés par des industriels locaux ou - et souvent en lien avec - Soros, Rockefeller ou Bill Gates, comme on l'a vu en septembre dernier à propos du directeur du programme des Nations unies de l'environnement ex-ministre norvégien Erik Solheim).

Un détail que le site "Bon pour la Tete" qui reproduisait une partie de la recherche de Casaux ne précise pas : la mère, Malena Ernman de Greta Thunberg, est une célèbre chanteuse d’opéra suédoise, qui avait représenté le pays à l'Eurovision 2009, et une des héroïnes environnementales de l’année 2017 du WWF. Je vous renvoie au petit dossier que j'ai fait sur le WWF, structure colonialiste issue des services secrets britanniques, en mars qui a eu un petite succès sur la toile. Le WWF a aussi désigné Greta Thunberg parmi les trois nominées en septembre 2018 comme Jeune héroïne environnementale. Il est donc partie prenante de l'opération marketing.

Malena Ernman aussi aime l'imagerie de l'oeil unique (voir les photos). Elle a publié un livre sur sa vie avec la petite Greta juste après que celle-ci eût lancé son mouvement de grève scolaire des vendredis pour le climat "fridays for fututure" (phénomène qui a gagné toute l'Europe depuis lors) en août 2018.

Le père, Svante Thunberg (qui est en fait le producteur et manager de la maman selon Wikipedia), est un acteur suédois, et son grand-père, Olof Thunberg, est aussi un acteur très connu (il a notamment doublé des films de Disney en version locale) et réalisateur. Le père prétend être cousin au troisième degré de Svante Arrhenius qui fut physicien et décrocha le Prix Nobel en 1903 pour avoir découvert le rôle du dioxyde de carbone dans l'élévation de la température du globe. Une histoire de lignée ?

Greta Thunberg, à qui Bill Gates aurait ouvert les portes du forum de Davos n'est qu'une des nombreux adolescents sortis du chapeau des réseaux des trusts financiers internationaux. Ses grandes interventions devant le sommet de la finance ne sont que des mises en scène pour les médias de la lecture d'un discours que ces financiers ont eux-mêmes conçu et mis en musique, avec pour arrière plan, la création d'un gouvernement mondial qui pousse l'humanité à la culpabilisation, à l'austérité et à la dépopulation, dans une ambiance apocalyptique. On trouvera ici en italien (mais vous pouvez utiliser le traducteur automatique) une démonstration minutieuse de la façon dont les discours de Greta Thunberg présentés par la presse comme "spontanés" sont en fait rodés dans des vidéos fabriquées par "We have no time", et quelles stratégies financières cela sert. Cela ne peut surprendre, du reste, compte tenu de la pathologie de la jeune fille. Un journaliste de Causeur, Marc Reisinger, a pu vérifier le mois dernier son incapacité à improviser quoi que ce soit devant un micro, ce qui se comprend vu son handicap. "Je me suis trouvé face à une petite fille éteinte, sans passion, manipulée par des gens inquiétants, enfant sous terreur"  a déclaré Reisinger.  Voilà qui évoque le "mind control"... Un site espagnol avait fait les mêmes remarques sur la mère et sur la fille précédemment, le 24 mars. Pour plus d'informations sur le thème vous pouvez aussi vous pencher sur l'allemande Louisa-Marie Neubauer (23 ans), qui cornaque souvent Greta Thunberg, et diffuse son slogan de grève scolaire pour le climat. Elle appartient à l'organisation "ONE foundation" qui regroupe plusieurs personnalités bien connues, notamment Bono et Bill et Melissa Gates, mais aussi le milliardaire George Soros...

Le lien entre la cause climatique et les stratégies financières est évident. Comme je l'ai expliqué dans mon livre "Les régimes populistes face au mondialisme" le milliardaire "George Soros a investi dans la Climate Policy Initiative (CPI), un think tank basé à San Francisco, Venise (où se trouve leur fondation), Rio de Janeiro, Hyderabad et Djakarta à raison de 10 millions de dollars par an pendant 10 ans.  Il a placé dans son bureau directeur Stewart J. Paperin, responsable du Soros economic development Fund et vice-président de l’OSF. La CPI fait un gros travail de lobbying. Elle fut très active au forum de la COP21 qui réunissait 194 pays à Paris en novembre-décembre 2015 dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Le pouvoir d’influence de ce genre d’officine est très opaque, et suivre à la trace les rapports d’activité ou les CV des responsables ne permettra jamais de rendre compte de la manière précise dont des liens de socialisation se nouent entre banquiers, communicants institutionnels et journalistes, mais on peut repérer des « coïncidences » qui ne sont sans doute pas étrangères les unes aux autres. Ainsi on peut remarquer que la CPI depuis quelques années soutient un programme bancaire de financement de l’énergie solaire et éolienne. Dans un communique de presse du 8 août 2017  elle vantait sous le titre : « les fonds de pension et les assureurs pourraient accélérer la transition énergétique en diminuant le coût de l’électricité propre de 17 % ». Ce programme visait à attirer 4 000 milliards de dollars (sic) vers les énergies écologiques avec le soutien de la Fondation Rockefeller (qui a abandonné ses actifs pétroliers du XXe siècle)."

Moins compréhensible pour le grand public est le rapport avec l'oeil d'Horus. Là, pour le coup, il peut être éclairant de se tourner à ce sujet vers le cas de Marina Abramovic.

Abramovic est une occultiste (sorcière) new-yorkaise haut placée dans l'Establishment américain qui, sous couvert d'art, organise des rituels comme ses séances de "cuisine spirite" auxquels elle invite des célébrités elles aussi adeptes de l'oeil d'Horus comme Lady Gaga, le frère du chef de campagne d'H. Clinton Tony Podesta (lié au scandale de la sulfureuse pizzeria washingtonienne Comet Pingpong financée par Soros - voir les fuites de Wikileaks sur ce sujet il y a quelques années).

Pour sensibiliser les gens à la lutte contre le réchauffement climatique, elle lance une application qui montre un avatar d'elle-même entouré de calottes glaciaires en fusion, à l'intérieur d'un réservoir en verre qui se remplit lentement d'eau qu'elle présente depuis  le 7 mai à la galerie Ca 'Rezzonico de Venise...

Ce n'est pas la première fois que l' "artiste" occultiste met en scène une "oeuvre" pour dénoncer la fonte des glaces. Elle avait par le passé produit une oeuvre "Les lèvres de Thomas", où elle découpait.... un pentagramme dans la chair de son ventre avec une lame de rasoir, puis se fouettait  jusqu'à ce qu'elle ne ressente plus rien, mangeait un kilo de miel puis se couchait sur un lit de glace en forme de croix.

En réalité tout ce que ce monde compte de praticiens de la magie et de vénérateurs de la Terre-mère se réunit souvent pour "lutter" contre le réchauffement climatique. Le 22 avril 2015, une cinquantaine de "néo-païens" constituant un groupe fermé sur Facebook ont publié la « Déclaration de la communauté païenne sur l'environnement »,qui espérait selon le Huffpost du 21 avril 2016 atteindre les 10 000 signataires pour le Jour de la Terre douze mois après sa création. La déclaration a été traduite en 16 langues, du néerlandais à l'arabe, et signée par des personnes de plus de 80 pays donc des wiccans de haut grade.

Qui s'en étonnera quand on sait qu'un des pères fondateurs de la célébration (ça lui a valu une mention spéciale cinquième festival annuel de la Terre entière en 1974, de l'État de Californie) du Jour de la Terre (célébré pour la première fois le 22 avril 1970), le docteur José Argüelles (1939-2011), déclarait en 1999 au sommet de la paix du Costa Rica (World summit on peace and time) que le choix de la treizième lune dans le calendrier du temps naturel pour cette journée reconnue par l'ONU correspondait à une "application universelle aux mathématiques et à la cosmologie du calendrier maya... qui présente une opportunité profonde de changer les consciences". Aguelles se qualifiait lui même de "prophète et visionnaire" et s'affublait du nom païen de "Valum Votan" . Dans une interview au Magazine New Age ils avouait avoir eu des expérience visionnaires sous LSD (voir le livre "Phoenix Rising" de Donald G Lett p.470 - le LSD est une invention de la CIA, comme l'a reconnu Timothy Leary, but that's another story for another day). Et au Sommet de la terre de 1992 un groupe "transformaliste", les "gardiens de sagesse / wisdomkeepers" entretinrent un cercle de feu activé par des tambour et de la méditation pour entretenir l'énergie de la conférence inaugurée par le Dalai Lama (ibid). Depuis les années 1970 toutes ces initiatives baignent dans des croyances et des rituels New Age.

Et bien sûr le New Age se prolonge dans diverses structures obscurantistes plus savantes. Ainsi l'histoire officielle reconnaît que l’alarmisme climatique s’est intensifié en juin 1988 lorsque James Hansen, de l’Institut Goddard de la NASA a témoigné (suivant une mise en scène très soignée auprès des grands médias) devant le sénat américain. On sait que la NASA est un repaire de francs-maçons  - voir sur mon billet ici la copie extrait de la carte de l'astronaute Buzz Aldrin publiée sur le site de la loge 355 du Macario R. Ramos Memorial également accessible ici et le fait que la maçonnerie revendique donc son appartenance à son ordre, comme celle de beaucoup d'autres astronautes célèbres (John Glenn, Edgar Mitchell, Paul Weitz etc). En 2009 Mike Bara et Richard Hoagland, qui sont visiblement adeptes du New Age, ou quelque religion semblable, ont publié un livre "Dark Mission: The Secret History of NASA" (la mission obscure, l'histoire secrète de la NASA) qui fait remonter la création de la NASA à l'ingénieur Jack Parsons (mais sa place réelle dans la hiérarchie de la NASA est débattue), un proche du mage luciférien lui aussi adepte de l'oeil d'Horus Aleister Crowley. Hansen était-il un occultiste du type de Parsons ? on ne le saura probablement jamais, mais toujours est-il que ses prédictions d'il y a 20 ans sur le rythme de montée des mers sont aujourd'hui largement démenties - voir cette page en anglais. Je vous renvoie aussi à mes remarques sur l'occultisme des scientifiques à propos du CERN, ici et .

On ne s'étonnera pas non plus de voir que le pape, de plus en plus transformé depuis quelques années en grand sorcier de la religion mondiale unifiée voulue par les banquiers mondialistes, ait rejoint cet agenda climatique occultiste (il a rencontré la marionnette Greta Thunberg le 17 avril dernier). Une fuite de Wikileaks a montré qu’en avril 2015, Soros avait versé 650 000 dollars à deux organisations catholiques américaines engagées dans la défense de causes de gauche, pour influencer la visite du Pape François aux États-Unis prévue pour le mois de septembre. Le but de Soros était d’infléchir le Pape sur la question du contrôle des naissances (qui sur certains plans a aussi un impact écologique). À cette occasion, la procureur Elizabeth Yore qui a servi d’intermédiaire entre l’Establishment démocrate et le Pape en avril 2015 a souligné que Soros avait aussi influencé le Pape pour obtenir de lui un soutien à la Cop21 sur la "résistance" au changement de climat. On ne s'étonnera pas d'apprendre dans ces conditions que le 2 mai dernier, dans un discours devant l'Académie pontificale des sciences sociales du Palais apostolique du Vatican dans le cadre d'un colloque sur les nations, le pape François ait appelé à la création d'un organe supranational juridiquement constitué pour faire respecter les objectifs de développement durable des Nations Unies et mettre en œuvre des politiques de «lutte contre le changement climatique» (après quoi les médias du monde entier - cf Lisa Haven - se sont tous déchainés du New York Times au Monde en même temps autour du 6 mai pour souligner les dangers que la présence. humaine fait peser sur l'équilibre naturel et la biodiversité).

La religion sur la responsabilité de l'être humain dans le réchauffement climatique, qu'on impose à nos enfants dans les écoles, est une croyance irrationnelle alors que 97 % des émissions de gaz à effets de serre proviennent d'une condensation naturelle et que le réchauffement climatique, comparable à celui que la Terre avait connu avant le refroidissement du bas Moyen-Age, ne correspond probablement qu'à une phase du rayonnement solaire. Cette croyance vise à culpabiliser l'humanité, lui faire peur, et lui faire accepter une gouvernance mondiale opaque entre les mains de pantins de sociétés secrètes. Rien qui serve l'intérêt commun...

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

A propos des attentats du Sri Lanka

8 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants"

La vague d'attentats terribles visant les églises catholiques qui a fait plus de 300 morts le dimanche de Pâques (21 avril) au Sri Lanka fait couler beaucoup d'encre. Les hypothèses avancées ces derniers temps sur les commanditaires restent assez peu convaincantes

Les milieux de gauche relaient volontiers les analyses du syndicaliste communiste français  qui Jean-Pierre Page a relevé dans un article intitulé "Sri Lanka  à qui profite le crime" que "bizarrement en octobre 2018, au début d’une crise politique majeure qui avait vu son éviction le Premier ministre néo-libéral Wickremesinghe avait refusé d’enquêter, d’anticiper et de prendre en compte le complot visant l’assassinat du Président Sirisena. Pire, il avait fait interpeller et placer en détention des responsables des services d’intelligence et de sécurité du pays." Dix jours avant les attentats de Pâques, les autorités sri lankaises avaient été informées par la CIA et les services secrets indiens de ce que des attentats se préparaient, et les terroristes (dont la plupart étaient des grands bourgeois musulmans dont deux fils du magnat local des épices) étaient connus si bien qu'ils ont été rapidement arrêtés. " Selon plusieurs membres du gouvernement le Président hostile au Premier Ministre était informé mais n’aurait rien fait", ajoute JP Page qui fait remarquer aussi que le Sri Lanka est maintenant une dépendance des USA, gérée par USAID et Soros (invité par le gouvernement à Colombo dans le cadre d'un grand forum économique en 2016). Page accuse Ranil Wickremesinghe d'avoir au moins contribué au carnage en vue d'assurer son maintien au pouvoir dans un climat de terreur.

D'autres offrent une image plus "dissidente" de ce Premier ministre. Ils rappellent qu'en janvier 2017 voyant que Trump envisageait de se retirer du traité trans-pacifique lancé par Obama-Clinton, la Nouvelle-Zélande avait tenté de lancer un libre-échange bilatéral avec le Sri Lanka (comme avec d'autres pays), lequel souffrait économiquement de son maintien hors de ce traité.

Ce rapprochement avait été précisément piloté par Ranil Wickremesinghe. Depuis lors, la Nouvelle Zélande a connu plusieurs attentats (cf VaidD Eira). Le parallèle entre les deux pays s'impose d'autant plus que le vice-ministre sri lankais de la Défense, Ruwan Wijewardene a lui-même reconnu que la tragédie du 21 avril était une réplique à la fusillade de Christchurch en Nouvelle-Zélande cinq semaines plus tôt.

Sauf que "planifier des attentats aussi nombreux exige des mois, voire des années, le temps d’effectuer une reconnaissance des cibles, de fabriquer les bombes, de sélectionner et d’entraîner les kamikazes" comme le notait le 27 avril Emmanuel Derville envoyé spécial du Figaro. Donc la thèse de la "réplique à Christchurch" (attentat "chrétien" contre une mosquée) ne tient que si les deux événements ont été conçus de longue date... par les mêmes personnes...

Se peut-il que les attentats de Pâques aient été une opération punitive montée par le clan mondialiste Clinton-Soros contre M. Wickremesinghe (Parti national uni - United national party), pour avoir tenté de "bricoler" un libre-échange parasitaire par rapport au traité transpacifique ? La thèse a le mérite d'être plus claire et précise que les accusations générales émises par JP Page. 

Elle est aussi confortée par le fait qu'il s'agit d'un travail de professionnels. Les bombes ont toutes eu un impact considérable et ont explosé à des emplacements précis avec un timing impeccable, garantissant un impact maximal et un nombre élevé de victimes. On sait aussi quels liens le clan Clinton a entretenus avec les intégristes islamiques aussi bien d'Al Qaida que de Daech qui a finalement revendiqué l'attentat.

Pour autant on comprend mal pourquoi les milieux du Big Business pro-démocrate auraient voulu châtier leur client qu'ils avaient sauvé en décembre dernier après qu'il eût cédé provisoirement la place en octobre-novembre 2018 sous la pression populaire à l'ancien président Mahinda Rajapaksa lié aux intérêts économiques chinois. Simplement pour maintenir une pression sur lui ? Ou juste pour entretenir un "ordo ab chaos" traumatisant pour la population ? Cultiver au Sri Lanka et en Inde la haine anti-musulmane comme ailleurs ils entretiennent la haine anti-chrétienne ?

Un youtubeur belge qui dit avoir été autrefois lié à une structure secrète de l'OTAN appelée "Gladio" (mais c'est peu probable) rappelle pour sa part qu'un ancien ministre de la défense du Sri Lanka, et frère de l'ex président Rajapaksa, Gotabaya Rajapaksa, poursuivi pour crimes de guerre, vient de renoncer à la nationalité américaine pour se présenter aux élections au Sri Lanka, ce qu'a annoncé une dépêche de Reuters du 12 avril. Selon lui la CIA ou une structure équivalente aurait pu soutenir sa candidature par cet attentat.

L'ex-ministre ultra-nationaliste détesté par les musulmans pour avoir joué un rôle dans l'organisation Bodu Bala Sena qui les a persécutés peut capitaliser sur les attentats pour opprimer à nouveau cette communauté en unissant les bouddhistes et les chrétiens, mais c'est un populiste de droite à la Trump et à la Duterte qui veut élever le revenu des pauvres et développer un modèle "asiatique" de développement. On voit mal en quoi les mondialistes clintoniens liés aux grandes banques l'aideraient à prendre le pouvoir en demandant à la CIA d'organiser des attentats pour son compte.

Que les attentats aient été téléguidés par le Deep State américain n'est pas une hypothèse absurde, mais le mobile précis du crime, et les raisons du choix de la date font toujours défaut.

Lire la suite

Gilets jaunes, Gaza, Notre Dame de Paris, Clooney-Soros et les Yézidis

5 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Proche-Orient, #Aide aux femmes yezidies, #Peuples d'Europe et UE, #Les régimes populistes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme, #Christianisme, #Avortement

J'ai passé presque un mois sans bloguer. Parce que je sais bien que ce blog ne sert à rien. Bien peu de gens le lisent, et moins encore y trouvent le moindre intérêt. Je ne veux pas être comme tous ces Youtubeurs qui jouent à la star devant leur écran. Ce culte de l'égo sert tellement le système. Le problème, c'est que si je ne blogue pas, à part mon boulot quotidien et mon rôle de père de famille, je ne trouve pas d'utilité sociale à mes diplômes, ni à mon expérience militante des années 2000. Donc, soit je blogue et ça ne sert à rien, soit je m'enterre dans le silence, et c'est alors une façon de capituler, puisque j'admets alors d'avance que cela n'a servi à rien. Je choisis donc aujourd'hui la première option, en pondant un nouveau billet. Il ne sera pas long car je n'ai pas des heures devant moi pour écrire. Je vais me limiter à quelques phrases pour ceux de mes abonnés qui voudraient savoir où en est ma grille de lecture de ce monde.

Et je commencerai par deux hommages. Le premier aux Gilets jaunes, pour leur persévérance à se battre alors que le système répressif les persécute durement. "La manifestation d'hier à Paris, m'écrit un de mes correspondants dans cette ville qui défile avec eux chaque samedi, a regroupé plus de monde que celle des médias de samedi d'avant. La manifestation d'hier était dans l'est de Paris et elle a montré que les gilets jaunes sont toujours soutenus par ceux qui étaient à leur fenêtre." En province ils reviennent sur les ronds points. J'ignore quelle est la meilleure stratégie, mais je suis de tout coeur avec eux, et comment peut-il en être autrement moi qui déjà il y a dix ans avais défendu la démocratie directe et le tirage au sort dans "Programme pour une gauche française décomplexée" ? J'ai vu ce matin le beau film de Rufin "Y a du soleil". Rufin comme bien d'autres ont hélas tendance à cultiver un fond de commerce sans se soucier de la concurrence, et donc son film ne parlera pas d'Etienne Chouard ou d'aspirations du mouvement qui ne collent pas avec son agenda. Mais qu'importe. Son regard sur les Gilets jaunes est sincère et ceux qu'il a interviewés sont magnifiques. Bravo aussi aux artistes qui les soutiennent - voir l'article ici. Peuple de France ne lâchez rien, vous êtes un des derniers à pouvoir défendre une souveraineté. Le contexte est très difficile, vos ennemis sont d'un cynisme inouï, eux, qui détournent tant de milliards d'euros chaque année et qui ont organisé un système mondial au dessus de vos têtes. Il vous faut beaucoup de vertu pour résister à cela, et il faut souhaiter qu'une inspiration surnaturelle vous guidera. Mais c'est à votre portée. Les dés ne sont pas jetés. Le sort n'est pas scellé.

Je veux aussi rendre hommage à Gaza. L’aviation israélienne a mené 150 raid hier, tuant 5 Palestiniens, dont une enfant de 2 ans et sa mère enceinte. Une quarantaine d’autres ont été blessés. Des destructions massives, maisons, stades, usines, immeubles, centres culturels, sont détruits ou endommagés. J'étais avec les Serbes bombardés en 1999, avec les Libyens sous Sarko, je le suis sans me résigner avec la population de Gaza aujourd'hui, et je le serai demain. Nous ne savons pas toujours quoi faire contre l'injustice que subit cette ville. Mais nous n'ajouterons pas l'oubli à l'impuissance.

Pour le reste je dirai un mot de deux autres événements qui ont ponctué le mois écoulé. Le premier est l'incendie de Notre Dame. Incendie apparemment volontaire si l'on tient compte du fait que du bois de vieux chêne ne brûle pas si vite si on ne l'aide pas un peu. Même l'empressement des médias à vendre les thèse de l'accident (alors qu'aucune expertise n'avait été faite) est suspecte. Le script était écrit d'avance. Y a t il une dimension rituelle, compte tenu de ce que nous savons des sociétés secrètes auxquelles nos élites appartiennent ? Probablement. Walt Disney et les Simpsons, deux sources bien informées proches des milieux initiés américains, avaient fait de la programmation prédictive sur ces sujets.

Notre Dame était une cathédrale templière, devant laquelle le grand maître De Molay avait été brûlé (quand on sait l'importance de De Molay chez les francs-maçons rosicruciens). Kes statues des apôtres avaient été décapitées huit jours plus tôt soi disant pour étudier leur structure, comme l'avaient été celles des rois d'Israël lors de la Révolution. Beaucoup se sont penchés sur la nouvelle qui a fait le tour du monde selon laquelle des centaines de milliers d'abeilles qui vivaient sous le toit de Notre Dame ont survécu. L'anecdote paraît anodine, mais les abeilles jouent un rôle important dans l'occultisme.

Il y a treize ans la prédicatrice protestante américaine Barbara Aho avait rappelé qu'une prophétie de l'Ancien testament (Juges 13: 2, 24) concernant Samson, le héros de la tribu de Dan tournait autour des abeilles trouvées dans une carcasse de lion, symbole du fait que cette tribu d'Israël apostate d'où sortira l'Antéchrist comme cela se dit depuis Irénée de Lyon au début du christianisme, usurpera la royauté d'Israël. Des abeilles dorées ont été trouvées sur le manteau funéraire du Roi Childeric Ie, en 1653, dans les Ardennes, ce qui reliait la dynastie magicienne des Mérovingiens (héros de certains courants occultistes) à la tribu de Dan (on retourne ainsi le sens du Da Vinci Code, je ne peux pas vous expliquer cela ici, ça mériterait un billet à part). Elles furent confiées à Léopold-Guillaume de Habsbourg, puis récupérées par un Napoléon très lié à la maçonnerie qui en fit le principal ornement de ses habits. Les abeilles sont un ancien symbole de la déesse Semiramis et symbolisent la royauté en Egypte. Cela renvoie à la royauté de la reine des abeilles, avatar d'Isis-Semiramis. Il faut aussi garder à l’esprit le rapport avec le miel de Samson évoqué au premier chapitre de ce livre. Le symbole est aussi utilisé en franc-maçonnerie ainsi que chez les mormons, et il est mis en avant de nos jours par des artistes occultistes comme Beyoncé, ce qui fait supposer à certains complotistes qu’il a toujours visé à imposer un conditionnement à l’espèce humaine.

Or parmi les bizarreries de cet incendie du 15 avril, outre le fait que la femme de Bernard-Henry Lévy, Arielle Dombasle, a chanté un très gros Ave Maria apparemment incompatible avec l'affiche occultiste de son dernier film (sauf si le but était de libérer des "énergies mariales" comme disent les médiums New Age...), il y a les déclarations d'une grande amie de Beyoncé justement ... Michelle Obama (dont Trump lui-même désormais admet à mots couverts qu'elle est plus un "il" qu'une "elle", comme l'avais révélé Joan Rivers, mais ça c'est une autre question).

C'est Qanon qui a attiré l'attention sur son lien avec Notre Dame, en la reliant aux tweets de Trump du 15 avril. Juste après l'incendie de Notre Dame, Michelle tweete à propos de Beyoncé. Il existe à ce sujet une théorie compliquée (à base de numérologie) avancée par Q sur la base de tous les tweets de Michelle Obama à Beyoncé depuis 8 ans, avec des codes couleur bleus et noirs (voyez l'explication en anglais ici). Je n'en dirai pas plus car le sujet est complexe et on avance sur le terrain d'hypothèses que certains jugeront gratuites. Mais Beyoncé est reine des abeilles, "queen of the bees"...

Pour finir, sur le terrain plus ferme non des hypothèses mais des faits, je tiens à dénoncer une fois de plus la récupération honteuse de la cause des femmes yézidies violées enlevées, torturées, par le lobby des mondialistes américains pro-démocrates financé par Soros. On a vu en avril à l'ONU Amal Clooney et Angelina Jolie, marionnettes de Soros et du Council on Foreign Relations, et adeptes de l'oeil d'Horus et autres signes rituels, défendre (hélas avec le soutien de la France, de l'Allemagne, de la Belgique et de l'Afrique du Sud) sous couvert de soutenir les femmes yézidies, un texte qui instaurerait une justice supranationale et encouragerait l'avortement chez les victimes. Le projet de résolution sur ces deux points est au service d'un agenda bien plus vaste. Le premier celui de l'ingérence supra-nationale, qui a un passé chargé depuis au moins les tribunaux spéciaux sur la Yougoslavie et le Rwanda (et même plus longtemps), le second s'est illustré encore au début de cette année dans l'Etat de New York où depuis le 22 janvier l'avortement est maintenant légal jusqu'à la naissance de l'enfant. On comprend mieux pourquoi Bill Gates, lié par ses parents et par ses campagnes de stérilisation dans le Tiers-Monde au planning familial et à la dépopulation, posait avec la yézidie Nadia Murad en septembre dernier.

Washington, Moscou et Pékin le 23 avril ont vidé cette résolution de son contenu, mais l'offensive a montré quels lobbies étaient en présence. Je ne dis pas que le clan Trump avec sa clique pro-israélienne nichée au 666 de la 5e avenue à New-York vaut nécessairement mieux que la galaxie Soros. Mais sur ce vote au moins, il a rejoint Poutine et Xi Jinping. Méfiez vous toujours de ceux qui vont exploiter une situation de souffrance humaine réelle ou un problème quelconque pour faire avancer un agenda qui n'est pas favorable au progrès de l'humanité mais facilitera, au contraire, son asservissement à des lobbies aussi habiles que discrets... 

Lire la suite

La mauvaise nouvelle du jour

11 Avril 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Nous avions évoqué cette éventualité il y a 6 jours. Certains médias menteurs disaient que ça n'arriverait pas. C'est arrivé. Honte au président d'Equateur et à sa clique de traîtres ! Restons mobilisés pour défendre Assange.

Lire la suite

Hathor Pentalpha : Le berceau du néo-conservatisme ?

11 Avril 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants"

Voilà encore un élément à verser au débat sur l'origine des guerres d'ingérence que ni les humoristes d'extrême droite, ni les pédagogues anarchistes et communistes, ni le franc-maçon Thierry Meyssan ne vous donneront.

Quand je militais contre l'agression américaine en Irak  dans les milieux de gauche on parlait beaucoup du think tank néo-conservateur américain Project for the New American Century (PNAC) qui était derrière cette opération.

Mais il faut creuser un peu plus dans le "terrier à lapins" (the rabbit hole) comme disent les Américains, pour comprendre de quoi il s'agit.

Une clé étrange a été donné au public italien en 2014 par Gioele Magaldi, Grand Maître de l'Orient Démocrate (organisation maçonnique "progressiste" dissidente du Grand Orient d'Italie) et président du Mouvement Roosevelt, dans un livre intitulé "Massoni" (les Maçons)  publié par Chiarelettere à la fin de 2014.

Il explique que le monde est soumis aux "inspirations" de 36 "ur-loges", dont la " Thomas Paine " à laquelle il a appartenu, une affiliation grâce à laquelle il aurait appris le fin mot de l'origine des politiques néo-conservatrices de terreur.

Le PNAC est une émanation de la superloge Hathor-Pentalpha, explique-t-il.

Selon lui, après l'assassinat de Martin Luther- King et de Bob Kennedy, les loges mondiales conservatrices (Kissinger, Rockefeller, Rothschild) ont pris le dessus sur les loges de gauche qui avaient eu l'avantage dans les années 60.

En 1980, George Bush Sr ex-patron de la CIA (et dont le père, grand maître de la société Skulls and Bones de Yale avait dérobé les ossements du chef indien Geronimo, allez savoir si les obsessions de la pop culture occultiste autour de ce nom ont un rapport avec cela), ne digère pas son échec aux primaires républicaines face à Reagan. Il crée donc avec Dick Cheney , Don Rumsfeld , Bill Kristol , Sam Huntington , Tony Blair , Paul Wolfowitz la loge Hathor Pentalpha (pour mémoire Hathor est un avatar de la déesse Isis dans la mythologie égyptienne). C'est une loge qui mise sur le chaos, le sang et la vengeance. Elle a besoin d'une escalade criminelle et sanglante comme la stratégie de la terreur qui s'était déployée dans les années 1970 en Italie sous la houlette de la loge P2.

L'année suivante, le 30 mars 1981, est organisé l'attentat contre Reagan, puis, le 13 mai de la même année celui contre le pape Wojtyla : le turc Ali Agca a été armé par la loge Hathor Pentalpha car Jean Paul II a été élu sur le trône papal avec le soutien décisif de Brzezinski, conseiller de Carter et membre influent du Council on Foreign Relations.

Dans le cadre de la  lutte contre les soviétiques, Ben Laden a été initié à la loge Three Eyes / Trois yeux par ce même Brzezinski, mais celui-ci, ajoute Magaldi, a été déçu par son choix de Ben Laden de passer ensuite au "Hathor Pentalpha".

Hathor Pentalpha est derrière le 11 septembre 2001, mais aussi derrière le patron de Daech : Abou Bakr Al-Baghdadi, mystérieusement libéré en 2009 du camp de prisonniers irakien où il était détenu. Al-Baghdadi était affilié à cette loge (peut-être un peu aussi via le médium turc Fethullah Gülen, l'ami des Clinton...) et l'on ne s'étonnera pas du fait que l'acronyme d'Etat islamique en Irak et au Levant soit Isis, du nom de la déesse-mère assimilée à Hathor, ce qui n'a rien d'islamique ; de même que l'attentat du Bataclan est survenu un vendredi 23, qui renvoie au massacre des Templiers et n'a rien à voir avec la tradition islamique : au Bataclan il se serait agi de donner un avertissement aux loges plus à gauche auxquelles appartenaient Valls et Hollande tout en essayant de provoquer le vote  d'un "Patriot Act" européen. 

Dans un essai intitulé " De la franc-maçonnerie au terrorisme " (Révolution) et dans des émissions en streaming sur le Web, comme celles de " Border Nights" l'expert en symbologie Gianfranco Carpeoro, franc-maçon comme Magaldi,  avait fait des analyses convergentes sur ce point.

Evidemment les "révélations" de Magaldi ont été critiquées, notamment dans les milieux maçonniques comme le blog l'Irregulare qui estime qu'il ne s'agit que d'allégations gratuites. Magaldi lui-même avait promis de rendre publics les documents secrets qu’il a classés dans des cabinets d’avocats à Londres, Paris et New York, mais cela n'est pas arrivé : l'intéressé estime que les pièces déjà présentes dans son livre suffisent à prouver ce qu'il allègue. Des gens comme Leo Zagami dans la mouvance d'Infowar.com (quine dit pas toujours la vérité) souscrit à ces thèses. Que faut-il en penser ? 

 

Lire la suite

Derechef : comme c'est chic !

25 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Actualité de mes publications, #Abkhazie

Comme c'est chic ! Une phrase du livre de Frédéric Delorca "Abkhazie" est citée par le Wiktionnaire comme illustration de l'emploi du mot "derechef" aux côtés d'Honoré de Balzac, Alexandre Dumas et Paul Nizan...

Lire la suite

Vril dans le Sud-Ouest

25 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Si beaucoup de recherches se développent sur Internet autour des sociétés secrètes en ce moment, c'est entre autre parce que beaucoup d'artistes, avec la complicité des journalistes, ont une façon très peu crédible de répondre aux questions qui leur sont posées.

Voyez cette artiste qui a vendu à la communauté d'agglomération de Bordeaux un triptyque pour 1 million et demi de dollars (dont probablement 80 000 euros pour elle). En novembre 2015, le président de l’Association de défense des intérêts du quartier de Bacalan, Luis Diez, descendant de Républicain espagnol, s'est indigné de ce que la sculpture représentant une soucoupe volante qui constituait une partie de ce triptyque portait le nom de la société secrète Vril qui fut au coeur du programme de fusée du régime nazi (et aussi de beaucoup de ses spéculations occultistes) - voir rue89Bordeaux du 4 novembre 2015. (Les deux autres parties sont un mémorial dans une bibliothèque et une bibliothèque de science fiction près d'un observatoire - l'ensemble composera un triangle magique avec l'aide de un architecte local).

En réponse aux critiques qui la soupçonnaient de sympathie pour le nazisme, l'artiste répondait dans une interview à Sud-Ouest qui a été ensuite republiée en 2017 l'artiste posant sous un parapluie rose (couleur chargée de sens dans l'ésotérisme actuel, et pas forcément d'un sens positif...) :

"J’espère sincèrement que les intentions de ce projet pourront être expliquées à chacun, que l’on pourra écarter la crainte qu’il s’agisse là d’un projet ‘nazi’. Ce n’est réellement pas mon intention, et je suis horrifié que l’on puisse l’interpréter de cette manière. Ma propre famille a souffert elle aussi à cette époque, mes grands-parents paternels, des juifs polonais, ont été déportés en camp de concentration, avec d’autres membres de ma famille. Mon père était venu à Paris dans les années 1930. Il avait étudié à l’école de sciences politiques et était ensuite devenu membre de la résistance française à Paris, puis en zone occupée. Ma tante elle aussi était dans le maquis, dans le sud de la France. Par leur action, ils ont aidé à sauver de nombreuses vies.

Le nom Vril, que j’ai utilisé pour l’une des trois parties de mon projet, vient d’un livre qu’on considère comme le tout premier roman de science-fiction, Vril: the Power of the Coming Race écrit en 1871 par un anglais, Sir Edward Bulwer-Lytton. On retrouve dans ce livre plusieurs des problématiques abordées par mon triptyque. Le roman décrit une société imaginaire rendue possible par la technologie, sous la surface de la terre, dont les habitants possèdent un pouvoir leur permettant de contrôler la matière sous toutes ses formes. C’est une vision, une hypothèse de ce que pourrait être notre avenir, un futur où chacun devrait vivre heureux et en paix, conscient des conséquences de son propre pouvoir.

Il n’y a pas de fondement à la rumeur qui prétend que les nazis auraient utilisé le nom Vril pour un supposé programme spatial au cours de la Deuxième Guerre Mondiale. Il faut éviter tout amalgame entre le concept nazi de race dominante et le sous-titre du livre, ‘the Power of the Coming Race’ (la puissance de la race à venir). On sait aujourd’hui que les nazis ont repris et/ou détourné de nombreuses idées, de nombreuses théories, pour soutenir leur programme de domination mondiale ; ils ont emprunté à la philosophie, à la science, aux technologies, mais aussi à la fiction. Tous ces concepts ne sont pas intrinsèquement nazis. Ce sont des idées fortes, que l’on peut utiliser – et que l’on a utilisé sous différentes formes – pour le bien ou pour la destruction de l’humanité. La médecine, la psychologie, les sciences sociales, la guerre sont autant d’exemples d’application."

Finalement, le projet a changé de nom pour devenir simplement « Le Vaisseau spatial ».

L'artiste se borne à mettre en scène une histoire connue de tous : les nazis contre les résistants, sa famille était elle-même résistante donc il n'y aurait aucune ambiguïté. En réalité, le problème ne se situe pas là. Ce n'est pas dans le conflit visible entre nazis et résistants. C'est dans la continuité entre les sociétés secrètes à l'oeuvre en Allemagne au coeur du nazisme et les programmes poursuivis ensuite en Occident sur la base du même crédo, et souvent avec les mêmes personnes exfiltrées du régime hitlérien. C'est un mensonge éhonté que de dire que Bulwer-Lytton (célèbre lord auteur des "Derniers jours de Pompei" et membre de la société secrète maçonnique Aube dorée, Golden Dawn à laquelle appartiendra aussi le mage sataniste Aleister Crowley) n'avait pas les mêmes objectifs que le nazisme et cherchait simplement à engendrer une civilisation où les vivraient "heureux et en paix". La revue Dissidences expliquait plus justement à propos  de "The Power of the Coming Race" : "Fidèle à une vision évolutionniste, Bulwer-Lytton imagine un stade plus élevé de la machinerie sociale, sorte de synthèse entre des idées d’extrême gauche et des notions aristocratiques ou réactionnaires (...) Pour autant, la civilisation du Vril-ya ne cache pas son mépris pour les peuples qui lui sont inférieurs, car encore au stade démocratique de la bêtise de masse et dépourvus de la maîtrise du vril, clef de tout progrès collectif. (...) " Il faut être soit borné, soit de mauvaise foi, pour ne pas voir une similitude entre cette race supérieure mêlant les idéaux socialistes et réactionnaires dans un projet totalitaire avec le nazisme...

L'ancien militaire autrichien devenu universitaire du nom de Karl Haushofer voulut mettre en pratique l’intuition de Bulwer-Lytton et chercha concrètement le moyen de développer en l’homme la mystérieuse force psychokinétique censée faire des Vril-ya des êtres comparables à des dieux. Il fonda au début du siècle dernier la Confrérie du Vril ou Loge Lumineuse.  La Société aurait enseigné des exercices de concentration conçus pour éveiller les forces de Vril, une force d'énergie sexuelle Shaakti, plus forte chez les femmes aux cheveux longs, qui alimentait l'énergie magnétique de la Terre vers le cerveau. Leur objectif principal était d'atteindre « Raumflug », le vol spatial inter-dimensionnel basée sur les révélations psychiques d'extraterrestres aryens vivant sur Aldébaran, l'Oeil du Taureau,... Adepte des rituels de l'Aube Dorée anglaise (Golden Down), et connecté, après un voyage en Inde et au Tibet, avec la société himalayenne des Chapeaux jaunes, Haushofer, ayant rencontré en 1917 la médium croato-autrichienne Maria Orsic fit converger l'entourage d'Orsic, la société de Vril, et la société de Thulé (embryon ésotérique du parti nazi actif à Munich en 1919 dont l'imaginaire touche encore la Nasa). Des membres de ce groupe louèrent en 1919 une petite maison de garde forestier près de Berchtesgaden (dans les Alpes bavaroises) où ils se rencontrèrent, accompagnés de Maria Orsic et d'une autre médium qui était seulement connue sous le nom de Sigrun. Selon Jürgen Ratthofer et Ralf Ettl, dans Das Vril Projekt (1992), Maria prétendait avoir reçu des transmissions médiumniques dans un script templier allemand secret puis dans une langue tout aussi inconnue d'elle contenant des données techniques pour la construction d'une machine volante. Il s'est avéré que la langue apparemment mystérieuse de la seconde canalisation était en réalité du sumérien ancien et donc la langue des anciens fondateurs de la culture babylonienne. Sigrun aida à traduire la langue et à déchiffrer les étranges images mentales d'une machine volante circulaire.  En mars 1922 fut terminé, grâce au financement par de riches industriels, le premier prototype de Jenseitsflugmaschine (ou machine volante en forme de soucoupe). Mais le premier vol d’essai fut un échec. D'autres tentatives allaient avoir lieu ensuite puis le savoir accumulé allait être repris dans les programmes de recherche du régime nazi après 1933.

C'est bien dans la lignée des soucoupes volantes de la Société Vril que se situait l'oeuvre de l'artiste à Bordeaux qui porte son nom. La présentation initiale de ce projet n'existe plus sur son site (voir ici), mais Rue89Bordeaux a eu la bonne idée de le recopier en novembre 2015. L'auteure y déclarait avoir « été frappée d’apprendre que de nombreux bateaux allemands datant de la Seconde Guerre mondiale se trouvent toujours au fond de la Garonne » et explique que la transformation de l’un d’eux constitue « la métamorphose d’une chose en une autre, pour donner chair au processus physique de mutation dans la ville ».

Dans l'interview précitée à Sud-Ouest l'artiste déclarait : "J’ai eu l’idée de sortir une épave de la Garonne pour la transformer en quelque chose d’autre, par une sorte d’alchimie, la transformation d’une matière en une autre, pour incarner le processus physique de transformation à l’œuvre dans la cité. J’ai imaginé qu’un de ces navires de guerre français en décomposition puisse devenir, des décennies après la défaite des Allemands, un vaisseau spatial étincelant. Rien à voir avec le fantasme de puissance et de contrôle d’une guerre nazie. Le renouveau d’un vaisseau spatial français, qui emporterait l’histoire jusqu’à aujourd’hui et vers un avenir hypothétique, tout à la fois un rappel de la guerre et un encouragement à imaginer et construire un avenir différent."

"The narrative changed" (la narration a changé) comme diraient les Anglo-saxons : initialement c'est une épave allemande que l'artiste voulait transformer en soucoupe volante, puis, sous la pression des polémiques, on invente une volonté d'utiliser au contraire une épave française pour se tourner vers un avenir meilleur. Mais qui peut être dupe ? (à part les journalistes qui évidemment n'ont pas relevé ce "détail", interrogé l'artiste à ce sujet ou mené une enquête pour savoir finalement si le navire fut français ou allemand...).

Changement de narration, mensonge sur le message de Bulwer-Lytton, on ne peut pas penser que tout cela procède de simples maladresses. L'artiste est une grande initiée. Le jeu de tarot Hexen 2 qu'elle a créé a été présenté par le Science Museum de Londres en 2012 comme "basé sur le système de la Golden Dawn" ce qui a valu à l'artiste en 2018 d'avoir une résidence de trois mois au CERN (semble-t-il prolongée jusqu'à maintenant cf Instagram)... Elle a publié en 1999 une sorte (si on en juge par la quatrième de couverture) de roman (mais dans les milieux occultistes les romans comme les films servent souvent à faire passer des réalités sur le mode du "hidden in plain sight") intitulé "Hexen 2039 : New Military-Occult Technologies for Psychological Warfare, a Rosalind Brodsky Research Programme" (prolongé par une expo au British Museum sept ans plus tard) qui "révèle ou construit des liens entre les théories du complot, les groupes occultes, Tchernobyl, la sorcellerie, l'industrie cinématographique américaine, les agences de renseignement britanniques, le lavage de cerveau soviétique et des expériences de contrôle du comportement menées par l'armée américaine et son commandement des affaires civiles et psychologiques (PSYOP), à la lumière de nouvelles recherches alarmantes dans les neurosciences contemporaines". A la lumière de tout cela la thèse d'un art qui n'aurait "rien à voir avec le fantasme de puissance et de contrôle", n'est tout simplement pas crédible.

bibliographie : Jan Von Helsieg, Secret societies
Vladimir Terziski, Nazi Ufos
Nick Cook, The Hunt for zero point
Timothy Good, Above Top Secret, The Worldwide Ufo Cover-up

On notera que l'ex (ou encore ?) franc-maçon Leo Lyon Zagami dans Invisible Masters (2018) en p. 203 en réponse à Wikipedia en allemand qui nie l'existence de la société Vril cite un article du savant allemand Willy Ley (1906-1969), publié dans le magazine Astounding Science Fiction sous le titre "Pseudoscience in Naziland" qui évoque une société qui recherchait le Vril sous le titre de Wahrheitgesellschaft. Il précise que l'énergie Vril (dont bizarrement la structure se comprendrait à partir d'une pomme) était peut-être maîtrisée par l'empire britannique et par l'empire romain sous la forme de boules métalliques appelées lares. Zagami précise un peu plus loin que la Golden Down elle-même avait des origines allemandes en la personne de la comtesse rosicrucienne bavaroise Anna Sprengel, fille naturelle de l'Electeur Louis Ie, mais l'existence de cette comtesse prête elle-même à caution...

Sur l'importance d'Aldebaran chez les occultistes voir aussi (p. 137 du même livre) le fait qu'à San Leo dans la province de Rimini en Emilie Romagne, en octobre 1969 un convent martiniste s'est réuni pour créer un égrégore sous la présidence du comte Gastone Ventura (1906-1981) dont le pseudonyme était Aldebaran.

Lire la suite

Le CERN et l'hindouïsme

24 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Philosophie et philosophes, #Le monde autour de nous

Beaucoup de discussions existent chez les chercheurs de vérité (truth seekers) autour des expériences du CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, qui sont censées, selon certains, tenter de créer des portes interdimensionnelles (des vortex comme on dit dans le langage du New Age) pour agir sur l'espace-temps ou entrer en communications avec diverses entités invisibles (toutes sortes de théories peuvent être échafaudées là-dessus).  L'accélérateur de particules Grand collisionneur de hadrons, Large Hadron Collider (LHC) en anglais, situé dans un tunnel de 27 km de circonférence à la frontière franco-suisse qui a validé le boson de Higgs en 2013 servirait à cela.

Deux vidéos filmées le jour de la St Jean Baptiste (24 juin) 2016 (une fête importante pour les francs-maçons et occultistes de tout poil) au dessus de LHC au moment où le CERN réalisait une nouvelle expérience (du nom de Awake) pour briser des particules entre elles montraient d'étranges nuages au dessus du tunnel. Elles ont alimenté beaucoup de rumeurs à ce sujet. Deux mois plus tard, le Guardian publiait une dépêche de l'AFP annonçant que le CERN ouvrait une enquête sur une vidéo filmée la nuit sur son campus de Genève, illustrant un simulacre de sacrifice humain devant une statue de la divinité hindoue Shiva exposée en permanence dans le complexe abritant le Grand collisionneur de hadrons . Le CERN estimait que cette vidéo clandestine d'un rituel qu'elle présentait comme purement humoristique (un peu comme l'Eglise de Satan d'Anton LaVey réclame le droit à la plaisanterie...) donnait une image négative de ses recherche. A tout le moins, elle rappelait au monde que le centre d'expérimentation où se trouve le LHC abritait ce genre d' "oeuvre d'art" (en face du bâtiment 40 précisément).

L'hindouisme spécule beaucoup sur les conflagrations que provoque la rencontre sexuelle entre Shiva-le-destructeur et Kali. La statue qui symbolise la danse cosmique de Shiva (on peut la voir ici) est un cadeau du gouvernement indien de 2004 (qui est membre associé du CERN comme Israel et la Serbie depuis 2017). Sa plaque renvoie explicitement aux travaux du physicien autrichien propagandiste New Age Fritjof Capra (son livre de 1975 "The Tao of Physics") qui explique que la danse de Shiva métaphorise la danse de la matière subatomique, en ces termes : "Chaque particule subatomique non seulement exécute une danse énergétique, mais est également une danse énergétique; un processus palpitant de création et de destruction… sans fin… Pour les physiciens modernes, la danse de Shiva est la danse de la matière subatomique. Comme dans la mythologie hindoue, il s'agit d'une danse continuelle de création et de destruction impliquant tout le cosmos; la base de toute existence et de tous les phénomènes naturels. "

En 2016 j'avais mis l'accent sur ce passage de Romain Rolland à propos de la rencontre entre Tesla et Vivekananda à New York  "Nicolas Tesla fut surtout frappé, dans l'enseignement de Vivekananda, par la théorie cosmogonique Samkhya et par ses rapports avec les théories modernes de la matière et de la force."  (voir aussi ici p. 75) - mais on s'éloigne là peut-être du sujet car la samkhya est une option rationaliste de l'hindouïsme qui ne reconnaît pas l'autorité du Véda). On peut aussi citer l'enthousiasme de Schrödinger pour la sagesse indienne.

La connexion entre la science et l'hindouisme est intrigante, et l'on ne sait jamais ce que l'on peut obtenir en tirant ce fil.

Dans The Alchemy of Rainbow Heart Music : How Paranormal Sonofusion Subverts the Matrix Conspiracy d'un certain Moose Dung (sûrement un pseudonyme, je ne trouve rien sur lui), je lis que les travaux du Professeur de mathématiques à Berkeley,  Abraham Seidenberg (notamment son article (“The Ritual Origins of Geometry”) ) ont " fait l’objet d’une attention particulière dans les recherches récentes d’Advaita Vedanta parce qu’il fait remonter les origines du théorème de Pythagore jusqu'en 3000 av. J.-C. en Inde védique - via les autels de sacrifices rituels. Seidenberg (1916-1988), dans plusieurs essais publiés dans des revues universitaires de premier plan, déclare que le concept d'incommensurabilité ou le paradoxe de l'infini, a été établi dans le monde entier à travers les rituels de sacrifice humain sur des autels qui ont maintenu la création par la séparation cosmique du ciel et la terre. (par opposition à l'union du ciel et de la terre par l'humanité - le but explicite des vraies Harmoniques pythagoriciens-taoïstes et du non-dualisme OM)". La vidéo du sacrifice du CERN rendrait-elle compte de quelque chose de plus profond qu'une parodie de potaches ?

Il faudrait développer ici le point du rapport du CERN à l'occultisme. Il y a un an, en mars 2018, le magazine Forbes a annoncé la remise du prix international Art Collide Residency Awards que le CERN décerne à des artistes en collaboration avec la Fondation britannique pour l'art et les technologies créatives (FACT) : la lauréate a été Suzanne Treister qui, grâce à cela, a pu bénéficier d'une résidence au CERN pour trois mois (au même moment elle recevait d'ailleurs une belle commande de la métropole de Bordeaux alors dirigée par Juppé, dans le cadre d'un projet initialement appelé "Vril", une organisation secrète occultiste d'où sortirent Hitler et le nazisme, certaines inspirations de nos rockers, mais aussi la NASA à travers Wernher von Braun - un copain de Disney -, Vril était aussi très liée à l'hindouisme elle aussi, but that's another story for another day, comme dirait l'autre). En juillet 2012, le journal Libération avait fait l'éloge du jeu de tarot (divinatoire) créé par Treister qui retrace l'histoire des technologies de l'information en 78 cartes : le magicien Timothy Leary (l'inventeur du LSD), l'impératrice qui sont les agences de renseignement, l'ermite est le mathématicien "Unabomber" etc. "Reconnaissante de l'héritage des précédents jeux de tarot comme le Rider-Waite ou le tarot de Thot d'Aleister Crowley, Suzanne Treister a inventé ici un nouveau Tarot, qui permet à un lecteur, ou à un groupe de lecteurs travaillant en collaboration, d’utiliser les cartes pour reconfigurer l’histoire et / ou cartographier de futurs récits hypothétiques"nous explique-t-on sur Amazon... Reconfigurer l'histoire et le temps, une idée qui titille les "Supérieurs Inconnus" du CERN ... On y reviendra peut-être ultérieurement.

Lire la suite

Remise de prix à l'UNESCO

13 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Le quotidien, #Billets divers de Delorca

J'étais invité hier (parmi beaucoup de personnes) à une remise annuelle à l'UNESCO (à Paris) du Prix UNESCO-Roi Hamed Ben Isa Al-Khalifa pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’éducation, prix qui récompense des associations méritantes (voir vidéo ci-dessous). Je m'y suis donc rendu.

Je sais que la situation des droits de l'homme au Bahrein est plus que délicate, à l'encontre des militants chiites, et cela est dû à un contexte géopolitique très difficile depuis longtemps : Albert Londres déjà dans les années 1930 (dans Pêcheurs de perles), soulignait qu'une bonne partie de la population se considérait comme persane. Et je ne suis pas enthousiaste pour le pro-américanisme de ce royaume (qui héberge la Ve flotte étatsunienne), mais je ne suis pas sectaire, et donc je suis prêt à reconnaître les efforts constants de modernisation de la dynastie des Al Khalifa, qui d'ailleurs fête le centenaire de la première école pour garçons Al-Hidaya Al-Khalifia en 1919, comme l'expliquait l'exposition à l'entrée de l'auditorium de remise des prix. 

Il est frappant de lire justement dans Pêcheurs de perles dans quel état de misère se trouvait toute la péninsule arabique, jouet des impérialismes turc et anglais, avant le pétrole. Le Bahrein et ses pêcheurs de perles ne faisaient pas exception.

Evidemment il est facile de se développer quand on exporte des hydrocarbures, mais il est légitime qu'un pays mette en valeur ce qu'il a fait, et de toute façon, même si beaucoup de Chiites souhaiteraient être dans l'orbite iranienne, les Sunnites fidèles au souverain sont aussi nombreux. Peut-être même beaucoup de Chiites soutiennent-ils les Al-Khalifa aussi (mes recherches sur les dernières élections législatives m'avaient montré que beaucoup de Chiites étaient en fait empêchés de voter par des extrémistes violents). Rien n'indique donc que le gouvernement du Bahrein serait en soi illégitime, et, pour ma part, je n'ai rien vu à l'UNESCO qui mérite une désapprobation, même si la directrice générale Mme Azoulay, l'amie de François Hollande, ne m'est pas nécessairement sympathique.

Ce petit tour à l'UNESCO m'a rappelé mon passage à l'ambassade d'Ouzbékistan il y a onze ans. Il faut bien sortir un peu de ses livres de temps en temps...

Lire la suite

L'épouse de Bernard-Henri Lévy pond un film "inspiré"

9 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants", #Cinéma

Une affiche digne des spectacles de Messmer (qui provoque parfois quelques effets secondaires "bizarres" chez leurs spectateurs) dans les familles, surmontée comme il se doit de l'oeil omnivoyant maçonnique. Et, dans la distribution, Asia Argento, co-fondatrice de Me-too, et surtout, fille d'un réalisateur de films d'horreur "initié", et elle-même très versée dans la sorcellerie et le rosicrucisme comme elle l'affiche sur les comptes de ses réseaux sociaux. C'est le dernier film d'Arielle Dombasle, l'épouse du propagandiste belliciste Bernard-Henri Lévy, « Alien Crystal Palace . "Mon film est complètement libre" a-t-elle déclaré sur Europe 1 le 27 janvier dernier. Quand on connaît un peu le monde des sociétés secrètes et de l'occultisme, avec une affiche pareille, on n'y mettrait pas sa main à couper...

Lire la suite

Le WWF colonialiste et meurtrier

7 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme, #Les régimes populistes, #Christianisme, #Débats chez les "résistants", #George Soros

Dans le cadre d'une investigation très détaillée et (pour une fois) relayée par les grands médias (un règlement de comptes entre oligarques ?), le site américain Buzzfeed News (4 mars 2019) accuse l'ONG WWF (World Wildlife Fund, Fonds mondial pour la nature) de "financer des forces paramilitaires brutales" qui ont "torturé et tué des gens" en Asie et en Afrique. Les deux enquêteurs auteurs de l'article citent le cas d'un paysan népalais,  Shikha Ram Chaudhari, torturé en 2006 par les gardiens d'un parc naturel pour avoir été soupçonné d'avoir caché chez lui une corne de rhinocéros (le WWF s'est mobilisé en 2007 pour faire échouer les poursuites en justice). Il expliquent qu'à la suite de cette affaire Buzzfeed a lancé une enquête dans six pays. Les résultats sont accablants : en Asie et en Afrique, des villageois ont été fouettés avec des ceintures, attaqués avec des machettes, battus inconscients avec des bâtons de bambou, agressés sexuellement, abattus et assassinés par des unités anti-braconnage payées par le WWF. Le personnel de l'organisation sur le terrain a organisé des missions de lutte contre le braconnage avec des troupes de choc notoires et les directeurs des parcs ont approuvé l'assassinat de dizaines de personnes. Le WWF a fourni aux forces paramilitaires des salaires, une formation et du matériel - y compris des couteaux, des jumelles de vision nocturne, du matériel anti-émeute et des matraques - et financé des raids sur des villages. En République centrafricaine, ils ont été impliqués dans l'armement de soldats qui, à Bouar, en 2008 ont défilé avec des têtes coupées qui, selon eux, appartenaient à des bandits de la route qu'ils avaient abattus.

"L'organisme de bienfaisance, ajoute Buzzfeed, a fonctionné comme un maître-espion mondial, organisant, finançant et dirigeant des réseaux d'informateurs dangereux et secrets motivés par la «peur» et la «vengeance», y compris au sein des communautés autochtones, afin de fournir des renseignements aux fonctionnaires du parc, tout en niant publiquement le travail avec des informateurs. "

Le WWF, qui promeut ces "rangers" sanguinaires comme des défenseurs de la "planète en danger" et en fait même des poupées pour enfants, a été créé à Zurich en 1961 par des Britanniques.

Dans les années 1970-80, tous les petits Français ont été endoctrinés par cet organisme. La célèbre émission "Caméra au poing" lancée en 1968 était  présentée par Christian Zuber, petit fils du pionnier de l'écologie Théodore Monod... et cadre du WWF. En 1987 la revue Pif Gadget (qu'en 2015 l'AFP présentait comme un "mythique magazine pour enfants des années 1970-80) offrait à ses lecteurs un "jet balloon j'aime les animaux WWF" (n°961 de la revue).

Leonardo DiCaprio, le prince Charles ou le prince Albert de Monaco font partie de ses généreux donateurs.

Mais derrière cette façade reluisante, les origines et l'histoire de l'association sont plus sombres. Comme l'a révélé au grand public en 2011 le documentaire publié sur Arte du journaliste allemand renommé Wilfried Huismann (auteur du best seller "Le silence des Pandas"/Pandaleaks en 2012) , intitulé « Le pacte avec le panda» , cette organisation est une émanation de l'Empire britannique : le mari de l'actuelle reine d'Angleterre (dont les quatre soeurs avaient épousé des dignitaires nazis), le Prince Philip Mountbatten, et feu le Prince Bernhard (1911-2004) des Pays-Bas, ancien membre du Parti Nazi, sont ses véritables fondateurs et ont été parmi ses présidents . Le même Prince Philip n'a jamais caché qu'il considère la surpopulation humaine comme  une menace pour la planète ("Je dois avouer que je suis tenté de demander à être réincarné en tant que virus particulièrement meurtrier" a-t-il écrit en 1987 dans une préface au Fleur Cowles "If I Were an Animal") . Il fait partie du courant des élites qui veut faire diminuer drastiquement la population humaine. Bill Gates et les Rothschild s'y rattachent aussi.

Un des principaux fondateurs affichés du WWF Sir Julian Huxley (apôtre du transhumanisme et frère de l'écrivain très connaisseur des sociétés secrètes Aldous Huxley - voir sa célèbre fiction "Le Meilleur des Mondes") était lui aussi un malthusien :  "Depuis le début du siècle, l’équilibre écologique du monde a été profondément dérangé et sa structure écologique bouleversée par le redoutable accroissement de sa population et la surexploitation non moins redoutable de ses ressources naturelles." écrivait-il en 1960. Huxley avait auparavant fondé en 1948 l'IUCN, Union internationale pour la conservation de la nature, rattachée à l'ONU, dont les statuts ont été rédigés par le ministère des affaires étrangères britanniques et selon les archives de la No Cancer Foundation le WWF avait été initialement créé pour financer l'IUCN.

Aujourd'hui le WWF est fortement imbriqué avec le "big business" de la finance mondialisée.

Dans l’organigramme de l'association (qui emploie 4 000 permanents) en 2008 (il y a peu de chances que ça ait changé depuis lors) apparaissaient les noms de deux vice-présidents. Le premier, Lawrence H. Linden, était aussi directeur à la banque américaine Goldman Sachs,  ; le second, Roger W. Sant, était le président de AES («Applied Energy Services ») une société américaine qui vend de l’électricité dans 26 pays du globe et fait un chiffre d’affaire de 16 milliards de dollars par an, une des 51 entreprises les plus polluantes des États-Unis selon une étude réalisée par l’Université du Massachusetts, en 2002 - les écologistes ne sont pas à une contradiction près. Le conseil d'administration comptait d'anciens dirigeants de multinationales et des membres du Council on foreign relations (un think tank mondialiste financé par les grands banquiers). Le président du WWF-France de 2001 à 2008 fut Daniel Richard, ancien PDG des Trois Suisses et de Sephora (l'entreprise du groupe LVMH qui a envisagé de vous vendre des cartes de tarot et des pierres de sorcellerie en plus du maquillage), lequel a succédé à Luc Hoffmann, ancien vice-président du groupe pharmaceutique Hoffmann-Laroche (aujourd'hui c'est la navigatrice Isabelle Autissier).

D'où le sens des affaires de l'organisation qui se reflète dans la manière dont elle a obtenu  depuis 1993 le monopole de l'écocertification à travers le Forest Stewardship Council, un business juteux à défaut de permettre une protection effective des forêts. Cela a notamment valu au WWF de remporter en 2017 le prix de “l’écoblanchiment de l’année”, remis par Survival International, pour sa collaboration avec sept entreprises exploitant près de 4 millions d’hectares de forêts qui appartiennent aux “Pygmées” baka et bayaka d’Afrique centrale.

Tout cela s'est fait en collaboration avec les leaders religieux employés à préparer la religion mondiale unifiée : en 1986, à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire du WWF, le prince Philip a organisé à Assise (Italie) une rencontre internationale de trois jours, réunissant des représentants de cinq religions mondiales – le bouddhisme, le christianisme, l’hindouisme, le judaïsme et l’islam – qui se sont engagés à renforcer la prise de conscience à l’égard de l’environnement. D’autres religions et spiritualités se joindront à cette initiative, générant de nombreux projets de conservation. Comme le rapporte Rob Soutter, directeur du WWF-International, « notre idée était que, par ce biais, nous pouvions atteindre beaucoup plus de gens que cela n’eut été possible par nous-mêmes, et d’une façon plus vraie qu’à travers des communiqués de presse et des mailings de masse », tout en ajoutant : « Mais, nous pensions qu’il nous fallait coordonner le tout. » Pour coordonner tout cela, le WWF crée l’Alliance pour la religion et la conservation (ARC), mis en place lors d’un nouveau « sommet religieux » organisé en 1995 par le prince Philip au château de Windsor. Selon un communiqué du WWF de mars 2004, « le WWF a été un instrument clé pour créer une organisation mondiale qui pourrait placer jusqu’à 1000 milliards de dollars dans des investissements socialement responsables d’ici les dix ans à venir. » En effet, l’ARC, en partenariat avec le WWF, a fondé l’International Interfaith Investment Group (3iG) composé au départ de 27 organisations représentant les membres de sept religions mondiales et différentes banques. Martin Palmer, le secrétaire général de l’ARC, estime qu’« à terme, 3iG pourrait devenir l’un des plus importants blocs de puissance économique au monde. » Et le WWF d’ajouter : « Le WWF sera un partenaire séculier, offrant ses conseils sur les questions d’environnement comme les énergies renouvelables ou le changement climatique. » (Nous empruntons ces éléments au très bon dossier d'Alerte Environnement sur ce sujet, les citations n'ont pas été vérifiées, mais la bibliographie a l'air sérieuse).

Les patrons britanniques de la conservation ont une grande expérience du massacre des humains pour défendre la nature. 

Les premières réserves en Afrique ont été mises en place par le président sud-africain  Paul Kruger en 1889. L'une d'entre elles était la réserve de Sabi, aujourd'hui appelée parc Kruger, créée le long de la frontière avec la colonie portugaise du Mozambique. 

En 1902, Lord Milner membre du groupe maçonnique de la Table ronde fondé par Cecil Rhodes, qui voulait faire de l'Empire britannique un gouvernement mondial, rétablit le parc  après que l'Afrique du Sud est devenue une colonie britannique. Le premier gardien du parc, le major  James Stevenson-Hamilton , avait été en service actif pendant la guerre génocidaire des Boers sous le 6e régiment de Dragon.

Lord Milner  lui ordonna de nettoyer le parc , ce qu'il allait faire, jusqu'à sa retraite en 1946, Stevenson-Hamilton d'une manière impitoyable en mettant en œuvre une "campagne anti-braconnage" militaire. Même les indigènes qui n'ont pas été expulsés ont dû partir car la chasse était leur principale source de viande; ils se sont déversés dans les villes et les mines, où ils sont devenus de virtuels travailleurs esclaves pour le nouveau régime britannique. À la suite de cette politique, le major a obtenu l’épithète «skukuza» («le balayeur»). Le siège social, Skukuza, du parc Kruger a été nommé en son honneur (voir l'article de Joseph Brewda de 1994 ici). 

Cela a continué après la décolonisation : le système de guerre de Stevenson-Hamilton contre la population autochtone, sous couvert de protection de la faune, est devenu explicitement la source d'inspiration du colonel britannique  Mervyn Cowie , qui créa le premier parc colonial au Kenya en 1946 et y appliqua pendant vingt ans les mêmes méthodes.

Dans les années 1980, plus précisément en 1988, selon des accusations d'EIR (le groupe d'investigation de L. LaRouche) reprises par Huismann en 2012 (cf The Guardian du 4 octobre 2014), les princes Bernhard et Philip, ont constitué un escadron spécial au sein du WWF sous le nom d'"Operation Lock", officiellement chargé d'arrêter le braconnage des éléphants et des rhinocéros en Afrique du Sud. L'Operation Lock a embauché la société de sécurité privée Kilo Alpha Services (KAS), dirigée par le lieutenant-colonel Ian Crooke. Crooke était un commandant du 23ème SAS (Special Air Service forces spéciales britannique), une unité à temps partiel composée d'officiers de réserve et de soldats fréquemment employés dans les entreprises de sécurité privées du SAS. Son frère Alastair, vice-consul britannique au Pakistan, a aidé à superviser l'armement des moudjahidines afghans.

L'Opération Lock fut au coeur de la guerre fratricide en Afrique du Sud opposant le Congrès national africain (ANC) à l'Inkatha, qui a fait 10 000 victimes entre 1990 et 1995. KAS a supervisé la formation de commandos de zoulous membres de l'Inkatha du chef Mangosuthu Buthelezi, qui étaient employés comme gardes dans plusieurs parcs nationaux sud-africains. Il a également entrepris la formation de partisans de l'ANC de Nelson Mandela appartenant à la tribu xhosa, dans différents parcs. En août 1991, le ministre zimbabwéen de la Sécurité nationale, Sydney Sekerayami, a accusé le KAS de "couvrir la déstabilisation de l'Afrique australe". En 1993, les enquêtes de son gouvernement déterminèrent que le massacre de Boipatong contre les Zoulous en 1992 avait été perpétré par le "groupe Crowbar", une unité namibienne de lutte contre le braconnage créée et formée par le KAS.

Le WWF est aussi une puissance politique importante au Brésil où il été à l'origine de la création en 1991 d'une réserve grande comme l'Uruguay pour les Indiens Yanonamis à la frontière du Brésil et du Venezuela à l'initiative des princes Charles et Philip et des lobbies mondiaux qu'ils ont pu mobiliser. En 2010, il avait mis en avant contre Dilma Rousseff la candidature "verte" de Marina Silva qui avait un Comité des finances de campagne dirigé par Alvaro de Souza, président du WWF-Brésil. Dans cette région, il fait aussi de l'écoblanchiment du soja Monsanto (qui a eu George Soros comme deuxième principal actionnaire en 2014dans le cadre d'une Table Ronde sur le Soja Responsable (RTRS), large coalition comprenant de grands groupes industriels et des groupes environnementalistes liés à la grande finance qui a des équivalents lancés par le WWF dans d'autres domaines : Table Ronde sur l’Huile Palme Durable (RTSO), l’Initiative pour une Meilleure Canne à Sucre (BSI) et la Table Ronde sur les Biocarburants Durables (RTSB).

On pourra lire avec intérêt les démentis des travaux de Huismann par le WWF ici, qui selon nous sont très loin de parvenir à invalider ce que l'on vient d'exposer.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

"Venezuela: empêchons d'urgence la nouvelle guerre annoncée !"

4 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Colonialisme-impérialisme

Une pétition que j'ai signée la semaine dernière et qui est en ligne ici et a aussi été publié à Bruxelles par le journal mainstream Le Soir (apparemment hélas elle n'est plus ouverte à la signature...)

Le Président Donald Trump a annoncé qu'il n'excluait pas une intervention militaire au Venezuela. La Colombie et le Brésil ont promis leur appui. M. Mike Pompeo vient d'annoncer que son pays allait "passer à l'action" et que les jours du Président Nicolas Maduro "étaient comptés". Nous sommes donc face à des menaces d'une nouvelle guerre qui peut enflammer toute la région, alors que l'on connaît bien le bilan désastreux des autres aventures guerrières soi-disant libératrices lancées par les Etats-Unis, avec la complicité de pays européens, en Afghanistan, en Irak, en Libye ou au Moyen-Orient, entre autres.

Pour éviter ce nouveau désastre humain et écologique, et quelles que soient les opinions des uns et des autres sur l'administration du pays par le Président Maduro et sur l'état de la démocratie au Venezuela, nous devons tout faire pour préserver la paix en exigeant le respect du droit international.

L'inacceptable embargo économique et financier du Venezuela est accompagné de menaces d'intervention militaire au Venezuela en violation flagrante du droit international. Il n'est pas du ressort des pays tiers, -en ce compris les Etats-Unis et les Etats membres de l'Union européenne-, de déterminer qui doit être le Président du Venezuela. Les pays reconnaissent des Etats et non des gouvernements, et le contrôle de l'Etat du Venezuela est clairement exercé par le Président Maduro. Les Etats-Unis et l'Europe appuient du reste des gouvernements dont la légitimité est bien plus discutable que celle de M. Maduro. Pensons au Honduras, où la réélection est interdite par la Constitution et des irrégularités graves ont été constatées par l'OEA lors des dernières élections; ou au Brésil où a eu lieu un impeachment express et donc illégal contre Mme Dilma Rousseff, présidente élue, ainsi qu'un procès monté de toutes pièces contre M. Lula da Silva, pour l'empêcher de se porter candidat à la présidence, alors que les sondages le donnaient gagnant.

Des canaux existent pour réclamer le respect des droits humains et l'amélioration de la démocratie dans les pays tiers. L'Union européenne était engagée dans de tels processus avec le Venezuela, mais sa position commune a été spectaculairement renversée en trois jours (entre le 23 et le 26 janvier 2019) sous l'influence de l'administration du Président Trump et sa reconnaissance aventureuse du député Juan Guaido qui s'est auto-proclamé président du Venezuela. Personne de sensé ne peut croire que l'action des Etats-Unis est motivée par une préoccupation sincère pour les droits humains, la démocratie, ou la situation économique et sociale des Vénézuéliens. Les déclarations de M. Bolton, conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis, prouvent qu'il s'agit avant tout de mettre la main sur les réserves de pétrole, de coltan, d'or et autres métaux rares que renferme le sous-sol de ce pays. La politique de défense des droits humains et de la démocratie de la Belgique et de l'UE ne peut conserver sa crédibilité que si elle ne se traduit pas par une approche à géométrie variable, appliquant deux poids deux mesures. A ce sujet il serait par exemple urgent d'enclencher la clause démocratique pour suspendre l'application provisoire du traité de libre-échange entre l'Union européenne et la Colombie, puisque dans ce pays il y a plus de 80.000 disparus, plus de 8 millions de paysans déplacés, et parce plus de 400 représentants des mouvements sociaux et 80 anciens guérilleros ont été assassinés depuis la signature des accords de paix entre le gouvernement et les FARC.

Monsieur Juan Guaido, député du parti le plus extrémiste de la droite, "Volonté populaire", est devenu député à l'Assemblée nationale lors d'élections organisées sous le gouvernement de M. Maduro. Il a ensuite été élu président du Parlement. Mais cela ne fait pas de lui le président du Venezuela. L'article 233 de la Constitution du Venezuela prévoit que le président de l'Assemblée nationale remplace le président de la République dans des cas très précis : en cas d'abandon de fonction, de décès, ou d'incapacité du président constatée par la Cour suprême. Ce n'est pas le cas. Si de telles circonstances devaient survenir, permettant au président de l'Assemblée nationale d'assurer par interim la fonction de chef de l'Etat, M. Guaido devrait obligatoirement convoquer des élections dans les 30 jours, ce qu'il n'a pas fait à la suite de son auto-proclamation comme Président.

Le gouvernement du Venezuela reconnaît qu'il passe par une situation économique difficile qui affecte gravement le bien-être de la population, et qui est due en grande partie à la chute spectaculaire du prix du pétrole et à l'embargo économique. Le prétexte de l'aide humanitaire ne doit en aucun cas être utilisé, -comme le font les Etats-Unis et la Colombie en ce moment-, comme moyen pour déstabiliser le gouvernement du pays que l'on prétend aider. La Comité international de la Croix-Rouge s'est prononcé clairement à ce sujet. Si l'on veut vraiment aider le Venezuela, il faut restituer à ce pays 1,6 milliards d'euros dérobés par la chambre de compensation EUROCLEAR basée à Bruxelles (impliquée aussi dans le vol des fonds libyens), ainsi que 1,2 milliards de dollars en réserves d'or du Venezuela volés par la Banque d'Angleterre au Venezuela, et les plus de 30 milliards de dollars provenant des comptes bancaires et des avoirs de l'Etat du Venezuela et des sociétés vénézuéliennes PDVSA et CITGO qui ont été récemment dérobés par les Etats-Unis.

Nous appelons les démocrates belges et européens de tous bords, à tout mettre en oeuvre et à se mobiliser pour éviter cette nouvelle guerre qui serait dévastatrice, en exigeant le respect du droit international et de la souveraineté des Etats, et à exiger que cesse immédiatement l'embargo économique et financier afin de permettre au gouvernement du Venezuela de subvenir rapidement aux besoins urgents de la population.

Premiers signataires:

Pierre Galand, ancien Sénateur et président du Mouvement de la Paix / Rafael Correa, économiste, ancien président de la République de l'Equateur / Anne Morelli, Historienne, Professeure honoraire de l'U.L.B. / Céline Delforge, députée de la Région Bruxelloise (ECOLO) / Alexis Deswaef, avocat au Barreau de Bruxelles et à la CPI, président d'honneur de la Ligue des droits humains / Jean-Marie Dermagne, Avocat, ancien bâtonnier, porte-parole du 'Syndicat des avocats pour la démocratie' / Eric David, Professeur émérite de droit international public de l'ULB, Président du Centre de droit international de l'ULB / Jean-François Tamellini, Secrétaire fédéral de la FGTB / Nico Cué, dirigeant syndical, candidat à la présidence de la Commission européenne pour le Parti de la Gauche Européenne / Maria Arena,, députée européenne (S&D) / Felipe Van Keirsbilck, secrétaire général CNE  / Ludo De Brabander, porte-parole, Vrede vzw / Estelle Ceulemans, Secrétaire générale de la FGTB Bruxelles / Claude Rolin, député européen (PPE) / Riccardo Petrella, Professeur émérite Université Catholique de Louvain / Marco Van Hees, député fédéral (PTB) / Maité Mola, co-président du Parti de la Gauche Européenne / Anne-Marie Andrusyszyn, Directrice du CEPAG (Centre d'éducation populaire André Genot) / Olivier Bonfond. Economiste au CEPAG / Pierre Eyben, conseiller communal (Liège) et porte-parole du Mouvement DEMAIN / Muriel Di Martinelli - Secrétaire fédérale CGSP - ALR / Gregory Mauzé, journaliste et politologue, membre de la revue Politique / Franco Carminati et Christine Pagnoulle, pour ATTAC Wallonie Bruxelles / Matthieu de Nanteuil, professeur à l'Université Catholique de Louvain (UCL) / Bernard Duterme, secrétaire général du CETRI / Rudy JANSSENS, Secrétaire général de la CGSP-Bruxelles / Yannick Bovy, journaliste-réalisateu / Ronnie Ramirez, réalisateur de cinéma, ZIN-TV / Guido De Schrijver, Réseau des Comités Oscar Romero / Marie France Deprez (Festival du Cinéma d'Attac) /Eric Toussaint, docteur en sciences politiques (Université de Liège et Paris VIII), militant internationaliste" / Nicole Tonneau, cinéaste / Olivier Renard, coordinateur CGSP Bxl - Gazelco / Pol D'Huyvetter, Member ICAN - International Campaign to Abolish Nuclear weapons / Jean-Claude Englebert, ancien 1er échevin de la Commune de Forest/Pierre Vermeire, journaliste, syndicaliste FGTB / Josy Dubié, ex-journaliste RTBF, sénateur honoraire (ECOLO)/ Alain Adriaens, député régional honoraire, porte-parole des objecteurs de croissance./ Marleen Bosmans, vakbondsafgevaardigde ACOD-AMiO/Baudouin-Luc Bolssens, Rom en Rom ASBL/Paula Andrea Polanco , présidente d' INTAL/Laurent DERY, syndicaliste FGTB-CGSP-Bruxelles./Claudine Pôlet, citoyenne,militante du Comité Surveillance Otan/Ralph Coeckelberghs Ancien Secrétaire Général des asbl de Solidarité Socialiste/Kurt Sissau, Federale secretaris ACOD/CGSP AMiO/Michèle DEHAEN, militante syndicale CGSP/ALR-BRU/Laurent Lardinois, secrétaire régional cgsp Amio Irb..../Jorge Magasich, historien, professeur à l'IHECS/Jean Van Hees, ASBL Dialogue des Peuples/Isabelle Vanbrabant, Présidente Cubanismo.be/Robert Tangre, Président, Secours populaire Wallonie-Bruxelles/Belén Omaira Torres Cardenas, colombo-belge, défenseure des Droits Humains/Alain Ruscio, écrivain et historien/Bruno Drweski, Professeur de l'INALCO (Université de Paris-Sorbonne)/Jean Flinker, responsable d'Attac-Bruxelles/Paul-Emile Dupret, juriste, Membre du Collectif Venezuela 13 Avril et du Comité pour les droits humains "Daniel Gillard"/Vladimir Caller, rédacteur en chef du Drapeau Rouge/Jean-Jacques Heirwegh, professeur d'histoire émérite à l'ULB/Luc Verton, Directeur des éditions Memogrames/Jean Pierre Michiels, ancien conseiller communal à La Louvière, Président du Club Achille Chavée/Marie-José Body, Militante syndicale CGSP/Isabelle Verhaegen, juriste/Marie-Jeanne Jouan-Dalgalian, Attac Bruxelles/Michel Collon, journaliste, Investg'action/Marie-Françoise Cordemans, enseignante/Thierry Delforge, citoyen/Valérie Demeulemeester, Déléguée syndicale/Paulette Keutgen, citoyenne/Manuel Versaen, enseignant/Julie Jaroszewski metteuse en scène, Autrice et chanteuse./Vincent Engel, Professeur UCLouvain et écrivain/Daniel Apelbaum, citoyen/Frédéric Delorca, Essayiste/Monique Lermusiaux, militante pensionnée CGSP-ALR/Robin Delobel, journaliste CADTM/Andrea Nève, citoyenne/Georges Pierseaux, citoyen/Christine Pauporté, ASBL Le Moteur des Cent Sans/Pierre Gehain, citoyen/Christelle Verlsuys, Membre de la Ligue des Droits Humains/Anne Toussaint, citoyenne/Colette Sancy, citoyenne/Daniele Comberiati, citoyenne/Jocelyne Urbain, citoyenne/Yves Pierseaux, chercheur à l'ULB/Irene Zeilinger, sociologue et féministe/Philippe Buchet,, militant syndical FGTB.

Lire la suite

Lagerfeld, Trudeau, Netanyahu : à quel cercle appartient Donald Trump ?

2 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Les régimes populistes, #Colonialisme-impérialisme, #Donald Trump

Le mois dernier, à l'occasion du décès du couturier Karl Lagerfeld, la "première dame" des Etats-Unis Melania Trump lui a rendu hommage en rappelant que le couturier l'avait dessinée dans une de ses robes. Lagerfeld, très aimé des grands médias, est un personnage controversé, produit du système Chanel. Il a arborait volontiers l'oeil d'Horus, et avait publié un livre sur Faust, l'homme qui a vendu son âme au diable et vivait en permanence entouré de stars associées aux milieux occultistes.

Melania Trump l'a qualifié de génie et a révélé sur Twitter une photo qu'il avait fait d'elle lorsqu'elle était modèle. Il n'en a pas fallu davantage pour que cela rappelle aux conservateurs les liens de l'épouse du président avec le milieu de la mode, et le temps où Trump démocrate faisait la "une" de Play Boy (une revue qui jadis fournissait - et fournit peut-être encore - des filles et des infos à la CIA et que beaucoup associent à l'"Etat profond").

Chez les conservateurs américains le débat est toujours vif sur la question de savoir de quel cercle il est le produit.  Beaucoup rappellent qu'il n'est pas né de rien comme sa légende dorée l'a parfois fait croire. Il est le neveu de John Trump, un ingénieur qui, pour le compte du FBI, a participé à la confiscation des travaux de l'inventeur serbe Nikola Tesla (un génie à l'origine de nombreuses découvertes sur les ondes électro-magnétiques) à sa mort en 1943 ainsi qu'à leur exploitation pendant quelques décennies à des fis obscures. Sa famille est donc habituée aux secrets d'Etat...

Trump lui même a été formé par les Jésuites à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie. Sa fille Invanka et son fils Eric ont aussi été formés chez les jésuites.

Il y aurait beaucoup à dire sur les Jésuites et leur livre les Instructions secrètes de la Société de Jésus (dans un récent article on a rappelé que les rosicruciens américains en 1916 voulaient annexer le Mexique pour restaurer la connexion avec l'Egypte via l'Atlantide, or les Jésuites ont joué un rôle moteur à travers Athanase Kircher pour promouvoir le mythe de l'Atlantide, comme l'a évoqué encore récemment dans un de ses livres le catholique traditionaliste - hélas influencé par eux - Laurent Glauzy). On y reviendra peut-être un jour. En tout cas c'est encore un lien possible entre Trump et l'Establishment.

A propos de sociétés secrètes, beaucoup auront fait remarquer Trump Tower mesure 666 pieds de haut et surtout que la famille Trump a acheté très cher en 2007 le bâtiment situé au 666 de la 5e Avenue à New York, bâtiment apparaît dans les films L’exorciste II, L’hérétique et Le loup de Wall Street. Mais là pour le coup c'est surtout sur son gendre Jared Kushner que le soupçon retombe car c'est lui qui l'a acheté pour 1,8 milliards de dollars. Certains chrétiens soupçonnent Kushner, patron de The Observer, dont le père était un vieil ami de Netanyahu, et qui est censé préparer un plan de paix pour le Proche-Orient, d'être impliqué dans un plan antéchristique autour de Jérusalem. Voilà qui explique, disent-ils, la tendance de Trump à faire des cornutos et des 666 avec les doigts comme ses prédécesseurs, et aussi, qui sait, l'omniprésence des anciens de Goldman Sachs dans l'équipe économique de Trump qui est l'analogue de la place des néo-conservateurs dans son équipe de stratèges : Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor de Trump, est un retraité de cette banque. Steve Bannon,qui régnait sur la Maison Blanche  avant son limogeage en 2017, était un vétéran de Goldman Sachs. Gary Cohn, conseiller économique en chef de Trump, est l'ancien président de Goldman Sachs. Jay Clayton, candidat de Trump à la direction de la Securities and Exchange Commission, a été un de ses avocats (un peu comme il y a ou il y a eu dans l'Union européenne  Mario Draghi et Peter Sutherland qui a aussi un pied dans le Vatican). Mais il est vrai qu'il n'est pas nécessaire d'être dans une société secrète pour travailler avec Goldman Sachs : l'empire économique a suffisamment de tentacules matérielles pour tenir les gouvernements à sa botte...

Ces spéculations vont sans doute un peu loin, mais une question reste centrale quand même : pourquoi le clan Trump aurait-il payé une telle somme pour un immeuble à New York, s'il n'y avait pas derrière quelque enjeu occultiste que révèlent son numéro et son utilisation par la filmographie hollywoodienne - souvent hautement initiée, et pas seulement dans les films de Kubrick ?

Mentionnons aussi pour être complets dans un cercle proche de celui de Kushner le patron de casino milliardaire israélo-américain Sheldon G. Adelson, qui a versé 20 millions de dollars pour la campagne présidentielle de Trump (17 millions de moins qu'à la mission israélienne pour aller sur la Lune, il est vrai...) et qui n'a cessé de faire du lobbying auprès de Trump et de Bannon (dont il était plus proche que de Kushner) pour le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem. D'après le NY times du 21 mai 2018 c'est lui qui est derrière la nomination du néocon John Bolton (le vétéran du Département d'Etat de Bush qui pousse au "regime change" au Venezuela et au Nicaragua) comme conseiller à la sécurité nationale.

Aux Etats-Unis, le débat est simple : soit Trump est pieds et poings liés - via Melania, ou via J. Kushner - à des réseaux occultes et occultistes de la Haute Finance, et, dans ce cas, le bilan de sa soit-disant politique contre le "Deep State" (Etat profond) américain se sera limité à abroger partiellement le libre-échange, entraver un peu le droit à l'avortement et l'abolition des genres, et limiter la soif d'interdiction des armes, soit il est réellement libre à l'égard de ce milieu, tout en jouant un double jeu à son égard, et, dans ce cas, il pourrait bien passer à l'offensive lors d'un hypothétique second mandat. Ceux qui croient en la seconde hypothèse mettent en avant son bilan statistique en matière de lutte contre la pédocriminalité (moteur supposé des rituels occultistes de l' "Etat profond" et de l'élite financière qui le contrôle, et ciment de la loi du silence médiatique sur beaucoup de sujets graves) et les premiers remaniements au sein du ministère de la justice qui pourraient annoncer la mise en oeuvre planifiée de poursuites judiciaires contre des figures de proue du monde des affaires et de la politique.

Un des indices de l'ardeur réelle ou simulée de Donald Trump à combattre certains réseaux (économiquement, politiquement, "sociétalement") prédateurs de la côte Est américaine et de Californie pourrait se trouver... au Canada...

Le premier ministre canadien Justin Trudeau est une sorte de mélange entre Emmanuel Macron et Christiane Taubira. Economiquement libéral et mondialiste, c'est un champion de la political correctness (qui par exemple incitera les étudiants à dire "peoplekind" pour humanité au lieu du mot habituel "mankind" pour ne pas entendre "man", "homme", qui peut sembler "disciminatoire" - sic).

Son avenir politique est aujourd'hui menacé par une affaire très gênante. En juillet dernier, l’héritière milliardaire Clare Bronfman a été inculpée pour racket devant la cour fédérale mardi, en raison de son implication en tant que directrice des opérations pour la secte NXIVM - Nexium (une secte qui constitue des communautés d'esclaves sexuelles pour le gourou Keith Raniere, et l'actrice Allison Mack sous des dehors de développement personnel New Age et de culte de l'énergie féminine pour un grand maître qui affirme être la réincarnation du nazi Hermann Goering). Sa soeur Sara, spécialisée dans l'humanitaire, est aussi en cause.

Les filles Bronfman sont héritières de la fortune de plusieurs milliards de dollars d’Edgar Bronfman Sr, le mécène milliardaire qui était auparavant à la tête de l'ancien géant canadien de la distillerie Seagram.

La famille Bronfman a des liens étroits avec la dynastie bancaire Rothschild, les membres des deux familles appartenant à plusieurs des mêmes sociétés, y compris leur société financière commune, Bronfman & Rothschild. Et au moins trois membres de haut rang de l’organisation, dont Nancy Salzman et les sœurs Bronfman, sont membres de la fondation de Bill Clinton, la Clinton Global Initiative, qui exige des frais d’adhésion annuels à la hauteur de 15 000 $. Les dirigeants et les principaux associés de NXIVM - ainsi que les membres de leur famille - ont fait don de 29 900 $ à la campagne présidentielle de Clinton de 2006 (cf New York Post du 1.10.2007) alors que trois ans plus tôt le groupe Forman prêtait des millions de dollars à la secte.

En juin dernier, Trump a dû licencier son chef d’état-major chargé chargé des opérations, Joe Hagin (surnommé depuis Reagan le "sage de la Maison Blanche"), pour avoir employé dans son cabinet de conseil de 2011 à 2013, officiellement pour récupérer les réserves d'or illégalement accaparées par Kadhafi, le libyen exilé Basit Igtet, un homme qui s'est vanté de jouer les intermédiaires entre le Conseil national de transition libyen (cher à Bernard-Henry Lévy) et le président du Panama et qui était aussi le mari... de Sara Bronfman. Frank Parlato, ancien porte-parole de NXIVM repenti a déclaré aux enquêteurs qu'Igtet (à qui Raniere faisait croire qu'il serait le futur président de la Libye) et Hagin participaient aux séminaires (sexuels) de la secte.

Aujourd'hui le canadien Justin Trudeau est ébranlé par une affaire dont voici la partie visible : cette semaine, l'ancienne procureure générale du Canada, Jody Wilson-Raybould, a témoigné devant la Chambre des communes de son pays que Trudeau avait exercé des pressions sur elle pour qu'elle parvienne à un règlement négocié avec SNC-Lavalin, une grande entreprise canadienne d'ingénierie accusée d'avoir reçu des pots-de-vin jadis de Mouammar Kadhafi (eh oui, Nicolas Sarkozy n'est pas le seul a avoir entretenu une amitié lucrative avec le Guide libyen...).

Mme Wilson-Raybould a été contrainte de quitter son poste en janvier. Le scandale a éclaté le 7 février par un article dans The Globe and Mail.

La partie plus immergée serait la suivante : l'entrepreneur du numérique californien proche des démocrates Jeffrey Peterson a expliqué sur Twitter que Stephen Bronfman - le cousin de Sara - est un ami et financeur majeur de Trudeau. Les finances de Stephen sont gérées par une société dirigée entre autres par Emma Griffin, épouse de Neil Bruce, président de SNC-Lavalin.

SNC-Lavalin, a versé 160 millions de dollars en pots-de-vin à Saadi Kadhafi, le fils de feu Mouammar, et, selon La Presse de Montréal du 27 février, lui a offert un luxueux voyage sexuel (à 1,95 million de dollars) au Canada en 2008 à ce garçon (qui était alors responsable des forces spéciales et d'un corps d'ingénieurs dans l'armée de son père).

Il n'est pas absolument sûr que le lien entre SNC-Lavalin et NXIVM soit très direct, car Stephen Bronfman n'est "que" le cousin de Sara Bronfman, et son lien avec SNC-Lavalin passe par une administratrice qui n'est "que" l'épouse du président de cette société. Néanmoins, compte tenu du caractère clanique et dynastique des milieux économiques, on a là un faisceau d'indices intéressant. En tout cas la nature réelle des implications de Trudeau avec ces cercles-là ne pourra être connue que si les services du Département de la Justice américain dépendant de l'administration Trump font preuve de zèle et de transparence. Sur ce dossier-là entre autres, - qui pourrait d'ailleurs servir directement ses intérêts puisque c'est, une fois de plus, la galaxie Clinton qui est en cause - Donald Trump pourrait avoir l'occasion de montrer à quel cercle il se rattache réellement.

Lire la suite