Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

La victoire des Talibans à Kaboul : une psy op ?

21 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE, #George Soros

L'affaire de la prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan commence à susciter quelques doutes.

Tout d'abord il y a eu cette image bizarre des Talibans qui se font photographier dans le bureau du président en fuite. Cela faisait penser aux selfies des trumpistes au Capitole en janvier (une "psy op" très claire pour liquider une partie de la droite américaine à l'époque)

Et puis, cette vidéo des Talibans sur les autos-tamponneuses et les trampolines, et l'image de l'avion de l'US-Air Force "1109"  (référence évidente au 11 septembre)sur le tarmac de l'aéroport de Kaboul (US Airforce qui a collaboré il y a peu avec les Talibans dans la lutte contre Daech apprend-on récemment, outre le fait qu les Talibans sont une création des services secrets pakistanais avec l'appui de la CIA).

On a commencé à débattre sur cette quantité d'armes ultra-modernes laissées aux Talibans en cadeau d'adieu, 28 milliards  de dollars d'équipement, avec les fichiers bio-métriques de ceux qui ont collaboré avec l'occupant américain. Puis maintenant la vague migratoire - dont on a vu les "vertus" depuis 2015, avec ce penchant de beaucoup d'hommes afghans, dénoncé même par la presse mainstream, pour la pédophilie - : Un paysan polonais "à la frontière avec l'ex-URSS par laquelle de nombreux migrants afghans arrivent", nous dit-on - mais il n'y a pas la source de la vidéo sur Twitter - témoigne: "On nous montre à la TV qu'ils sont pauvres.. mais ils ont des habits neufs, Adidas, Nike, équipés mieux que nous, pour moi tout ça est bien organisé." Voilà qui rappelle le temps où Skynews en 2015 trouvait du matériel des associations financées par Soros dans les bateaux des migrants.

Le millier d'Afghans accueilli depuis la chute de Kaboul n'a pas eu à présenter de pass sanitaire. Certains expliquent qu'ils n'auront pas la haine de l'Occident que leur prête un interprète qui dit bien les connaître comme ceux arrivés après 2015 pour fuir la pauvreté et la guerre parce qu'il s'agira d'opposants aux Talibans... A voir...  Des militantes de JRS Welcome de Marly-le-Roi sont prêtes à les "cocooner", les maires écolos et socialistes leur accordent des logements HLM alors que les SDF français restent sur le carreau. Des invectives fusent comme d'habitude sur les réseaux entre défenseurs des frontières, et utopistes mondialistes. "Diviser et régner". En tout cas, comme en 2015, l'Open Society du milliardaire George Soros est sur la rampe de lancement : dès avant la chute de Kaboul, le 13 août, elle a annoncé la création d'un fonds d'urgence de 10 millions de dollars pour l'Afghanistan afin de soutenir les structures d'accueil, la prise en charge économique et judiciaire des Afghans en grave danger, notamment les défenseurs des droits humains et des journalistes...

Lire la suite

Ingénierie sociale contre les non-vaccinés

19 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Revue de presse, #Peuples d'Europe et UE

La Matrice culturelle ne se contente pas de ridiculiser et culpabiliser les non-vaccinés contre le Covid, elle cherche aussi ouvertement à provoquer des conflits entre eux et les gens vaccinés, et ce dans pratiquement l'ensemble des pays développés.

Cela est très marqué aux Etats-Unis par exemple où l'actrice Jennifer Aniston par exemple a été mobilisée par le système médiatique pour dire qu'elle avait elle-même cessé d'avoir des contacts avec ceux de ses amis qui ne sont pas vaccinés. Dans la mesure où elle est associée dans l'imaginaire collectif à la série "Friends" (Amis), le message subliminal est clair: l'amie par excellence, l'héroïne  de la série amie, témoigne qu'elle n'est plus amie avec les non-vaccinés.

Deuxième étape du processus d'ingénierie social, le "sondage cousu de fil blanc" de l'Institut Harris dans lequel on demande aux Américains "est-ce que vous avez rompu les liens avec un ami ou un membre de votre famille parce qu'il a refusé de se faire vacciner  ?" - pour ensuite afficher "fièrement" que 30 % des Millennials et de la Generation Z (qui sont la cible préférée de la propagande actuelle, car ils sont la nouvelle génération docile et sans recul appelée à mettre en place le "grand reset", le transhumanisme et l'esclavage) ont répondu "oui". Sous le titre "Les Américains créent leur propre obligation vaccinale en coupant les liens avec les non vaccinés". Rien de tel que la servitude volontaire, lorsqu' il n'y a même pas besoin d'une loi et le mépris ou la haine que votre voisin vous voue remplacent la loi.

Pendant ce temps la presse américaine explique que les antivax sont des fous furieux égoïstes au même titre que les climatosceptiques : l'année dernière ils avaient tracé le même soi-disant point commun entre les gens qui ne suivent pas les mots d'ordre sur le climat et ceux qui refusent de porter un masque.

On a bien sûr le même son de cloche en France. Le médecin fétiche des plateaux TV taxe les antivax d' "égoïsme" (tout comme on essaie de créer de plus en plus, par la "guilt by association" une continuité entre engagement anti-pass et antisémitisme, comme cela avait été fait avec les Gilets jaunes fin 2018). Je suis frappé de voir la presse en demander toujours plus au gouvernement pour réprimer la population aussi bien sur le versant sanitaire que sur le versant écologique. "Contrôle technique des motos : l’inquiétante reculade d’Emmanuel Macron" titrait Le Monde le 14 août. Voilà qui me rappelle le temps (début 2000) où le même journal reprochait à Chirac de ne pas faire assez bien reprocher l'embargo contre la Serbie, à l'heure où la population crevait de froid. Pour faire passer les gens sous un joug ou les faire mourir, la grande presse a toujours une longueur d'avance sur les gouvernants.

Pourtant tous les pays ne baignent pas dans cette stupidité sadique : quelques exceptions se distinguent. En juillet, la deuxième chambre du tribunal suprême espagnol a validé l'annulation par la Cour supérieure de justice d'Andalousie du pass sanitaire pour l'accès aux lieux publics. Et début août le parlement danois décidé que toutes les mesures anti-Covid devraient être levées à partir du 1er octobre. Il n'y aura donc plus d'exigence de masque et le régime de test sera aboli. Les Danois n'auront alors plus à prouver s'ils sont vaccinés ou non, ou s'ils ont été testés positifs ou négatifs.

Lire la suite

La victoire des Talibans en Afghanistan et les conseils de Cheikh Imran Hosein

17 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Ceux qui ont lu l'Atlas alternatif et mon livre sur les mouvements anti guerre savent que j'ai toujours été hostile à l'ingérence occidentale en Afghanistan qui ne servait qu'à financer un régime corrompu et imposer de l'extérieur des idées auxquelles la population afghane était majoritairement hostile ce qui ne pouvait conduire qu'à une impasse (voyez aussi mon billet ici). La France aurait été bien inspirée de ne jamais suivre les Etats-unis dans cette coûteuse aventure (sur le plan économique pour les occidentaux, sur le plan humain pour les afghans) ce qui lui aurait épargné la mort de 90  soldats tués là-bas et la honte morale du renoncement à son non-alignement. Car aujourd'hui les puissances non-alignées comme la Russie, la Chine et l'Iran, sont capables de considérer sereinement le changement de régime, et, ayant pu dialoguer avec les Talibans avant leur retour au pouvoir, ne sont pas contraints d'évacuer à la hâte leur ambassade à Kaboul. Ils auront ainsi bien plus de latitude pour se tenir auprès du peuple afghan, tandis que nous, otages de l'extrémisme washingtonien, sommes forcés de renoncer à toute présence sur le terrain en suivant nos parrains dans la débâcle (cela rappelle que nous avions pour d'autres raisons renoncer aussi à toute présence diplomatique en Syrie parce que le régime ne nous plaisait plus, ce qui nous a privé de la connaissance de terrain pendant la guerre civile dans ce pays et des possibilités d'anticiper le rétablissement du régime d'Assad : à croire que les Occidentaux ne sont plus capables que d'hystérie quand il s'agit d'appréhender les réalités orientales).

Aujourd'hui en France la gauche humanitaire hypocrite pleure sur le sort à venir des femmes afghanes, en dissimulant qu'elle s'était réjouie quand des islamistes tout aussi anti-féministes avaient pris le pouvoir à Idlib en Syrie. Et la droite sécuritaire s'enferme dans un discours absurde en faisant comme si les Talibans allaient lancer forcément des attentats chez nous (on avait eu la même chose à l'égard de Khomeini en 1979-1980) : ces gens oublient que le Djihad en Europe est davantage la spécialité d'officines transnationales liées à la CIA comme Daech et Al Qaida, qu'à des mouvements enracinés dans des mouvements de libération nationale patriotiques comme l'est l'armée talibane pachtoune. De toute façon ce pays sera déjà bien occupé à reconstruire son économie et bâtir son unité nationale plutôt que de plastiquer nos salles de concert. Mais, quoi, à la veille du 20 ème anniversaire de l'escroquerie du 9 septembre 2001, il faut bien resserrer les rangs autour de Big Brother...

Justement en matière de reconstruction, on voit que beaucoup de gens dans le monde musulman vont vouloir apporter leurs conseils et leur expertise. C'est notamment le cas du sheikh origine trinidadienne basé au Pakistan Imran Hosein dont j'apprécie l'anti-impérialisme, l'ouverture aux chrétiens (qu'il verrait bien, sur la base du Coran, reconquérir Constantinople, derrière le drapeau russe), et le côté très "sola scriptura" (si j'ose dire)  de sa lecture du Coran, qui, se rappelant qu'il avait eu un contact direct avec le dernier ambassadeur du gouvernement Taliban aux Etats-Unis en 2001, offre dans cette vidéo ses conseils aux nouveaux maîtres de Kaboul dans cette vidéo. Il leur recommande d'instaurer un gouvernement islamique qui abolisse les inégalités économiques (ce qui est une idée que tout adversaire des injustices sociales approuvera) et un retour à la monnaie or contre la monnaie papier réputée "haram" au regard du Coran (mais je ne demande bien comment on peut susciter la moindre croissance économique si l'on ne peut payer qu'en numéraire métallique !).

Un mien camarade me signale dans un mail ce soir que ce sheikh est un ami du théoricien de l'union eurasiatique Douguine, ce qui, si c'est exact, est spirituellement bien embêtant car Douguine est un crowleysien (donc un sataniste). Wahid Azal le 19 février 2016 sur Counterpunch écrivait :

"Les idées misanthropes de l'occultiste et sataniste britannique Aleister Crowley (mort en 1947) informent à la fois la vision du monde douguiniste et sa praxis contemporaine. En effet, c'est dans la vision du monde de la magie du Chaos en particulier (qui est un rejeton de la philosophie thélémique de Crowley) que la plupart des paradoxes et des contradictions apparentes de la weltanschauung douguiniste– et surtout dans son fourre-tout quatrième positionniste de « au-delà de la droite ou de la gauche » – doit être recherchée, puisque c'est (qu'il soit explicitement articulé ou non) le véritable lieu d'animation de la praxis d'extrême droite douguiniste, à commencer par son choix de symbologie, c'est-à-dire son drapeau eurasien de huit éclairs (ou flèches) blancs ou jaunes en forme de motif radial et placés derrière un fond noir. Ce symbole en lui-même est alternativement appelé dans la magie du Chaos la "roue du chaos", "le symbole du chaos", "les bras du chaos", "les flèches du chaos", "l'étoile du chaos", "la croix du chaos" , 'la chaosphère' ou 'le symbole du huit'. Rappelant quelque peu la Société de Thulé, puis l'appropriation par Hitler de la croix gammée des écrits du fondateur de la Société théosophique HP Blavatsky (mort en 1891)"

Le propos est tout de même un peu allusif sur le lien Douguine-Crowley, surtout extrapolé des symboles ce qui est peut-être un peu léger. Mais il est vrai qu'il y a du paganisme du côté de Douguine et de ses hyper-boréens, on ose espérer qu'il n'y a pas le même du côté d'Imran Hosein qui est classé dans la mouvance soufiste (laquelle il est vrai a parfois un peu trop avoir avec la Terre-Mère, la pachamama chère au pape des catholiques).

Pour en revenir à Imran Hosein, j'observe que les 900 lecteurs qui ont déjà réagi à son discours du 15 août couvrent toute l' "oumma" de l'Indonésie aux Etats-Unis en passant par la France et l'Algérie. Un d'eux vante la politique du premier ministre malaisien Tun Mahathir qui, en 2001, après l'attaque spéculative de Soros contre les monnaies d'Asie du Sud-Est avait tenté de réintroduire un dinar indexé sur l'or préconisé par le Coran.

Le sheikh ayant rappelé que le Coran annonce qu'une armée déferlera du Khorasan sur Jérusalem pour la libérer (et l'Afghanistan en fait partie géographiquement) beaucoup pour l'heure voient surtout une immigration afghane déferler sur l'Europe (comme c'est déjà le cas depuis 2015). Certains mettent en doute sa légitimité comme interprète du Coran à propos d'un Hadith qu'il cite, qu'il voit à tort comme une incitation à libérer les rapports hommes-femmes.

Je n'en dirai pas plus, faute de temps, sur cette intéressante allocution qui mobilise diverses notions que cet exégète a déjà développées dans d'autres conférences autour du Coran. Je crois qu'il serait intéressant, même pour les non-musulmans ,de suivre les débats théologiques et politiques que suscite dans la communauté islamique mondiale la victoire des Talibans.

Le Sheikh Imran Hosein souligne en tout cas à  juste titre en tout cas qu'elle est un signal encourageant pour le Venezuela, le Nicaragua etc sur le déclin de l'Empire américain.

Je terminerai pour ma part sur deux remarques. La première de Benjamin Norton de The GrayZone qui écrivait dans un Tweet du 15 août : "Exemple parfait de l'absurdité de l'empire américain : le président néolibéral d'Afghanistan, mandataire des États-Unis, formé dans les écoles américaines et à la Banque mondiale, était une telle marionnette que son régime s'est effondré en quelques jours. Il s'était pourtant permis de faire un sermon à la Syrie sur la « transition » et avait écrit un livre intitulé "Réparer les états défaillants/Fixing failed States". Et ce bilan terrible dans Sputnik : le projet de "nation building" en Afghanistan aura coûté aux Amércains 143 milliards de dollars, pour rien... 267 milliards de dollars. Certains experts avancent que 7 milliards par an peuvent suffire pour éradiquer la faim dans le monde en quelques années...

Lire la suite

Graphène 666

15 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Bill Gates, #coronavirus-vaccination-big pharma

Nous nous étions demandés en juin pourquoi aussi bien le sommet du G7, que le Forum économique mondiale avec son programme Polygone mettaient tant en valeur l'image d'une Terre quadrillée par une sorte de filet composé d'une multitude d'hexagones (des formes à six côtés).

Hé bien, nous avons peut-être un élément de réponse avec ce clip ci-dessous de la Rice University de Houston (Texas), une université si appréciée de nos élites qu'un G7 y fut organisé en 1990, du temps où George Bush Senior (des Skull and Bones) parlait à tout bout de champ du New World Order : tout cela pourrait être lié au graphène, celui qu'on glisse peut-être déjà dans vos vaccins anti-Covid, et bientôt dans votre nourriture (des articles scientifiques en parlaient déjà en 2018) pour vous rendre électro-magnétiques...

Regardez à la minute 0'59 : on voit bien cette structure qui assemble des hexagones (et l'académie de Lorraine des sciences vous la montre ici aussi).

Au passage, le clip vous donne aussi un éclairage nouveau (minute 0'55) sur la petite chouette sur le T-Shirt du locataire de l'Elysée sur TikTok.

Vous noterez aussi que le graphène qui se trouve dans la pointe de vos crayons, c'est du carbone, dont l'atome a... 6 protons, 6 neutrons et 6 électrons... 666. D'où l'hexagone... Je me souviens qu'une new-ageuse sur YouTube disait il y a peu qu'une de ses voix lui avait dit du bien de la France parce qu'elle avait la forme d'un hexagone (outre le fait comme l'a souligné Mr Macron qu'elle a inventé le vaccin...). Un vrai nid de serpents : on a bien raison d'y passer DJ Snake à la place de Phil Collins...

Lire la suite

Une certaine tendance à oublier le chavisme

14 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #La gauche

Le gouvernement vénézuélien et la Plateforme unitaire du Venezuela ont entamé vendredi soir à Mexico des négociations aboutissant à un mémorandum dont le contenu visera à l'intégration de la droite au processus électoral dans l'espoir d'obtenir la levée  des sanctions américaines (qui mettent le pays à genoux - avec le vol de 57 milliards de dollars à la firme nationale pétrolière, les pénuries alimentaires, en carburant, en électricité, la pauvreté généralisée), à l'issue d'une médiation norvégienne.

Mais déjà dans les rangs chavistes s'expriment des réserves à l'égard de la garantie mexicaine donnée aux accords. Sur Aporrea.org, Flavia Riggione, ex-chercheuse sur la malaria à l'Université centrale du Venezuela (maintenant à la retraite), relève que dans l'entourage du président de gauche mexicain Andrés Manuel López Obrador (une des cibles de l'espionnage de Pegasus), il existe une volonté d'oublier un peu l'apport de Chavez à l'émancipation de l'Amérique latine. Elle en veut pour preuve l'intervention du philosophe argentin Enrique Dussel (87 ans), conseiller du président mexicain López Obrador, dans une conférence patronnée par le parti Mouvement de regénération nationale (au pouvoir) le 6 août denier,  sur les vagues d'indépendance de l'Amérique latine d'avoir cité Kirchner, Lula et Morales, mais pas Chavez (sauf une fois en passant). Dussel dans cette introduction à la conférence déclare même : "Si Lula revient au pouvoir, nous aurons deux cents millions de Brésiliens, plus quarante millions d'Argentins dirigés par Fernández, plus cent trente millions de Mexicains dirigés par AMLO " à avoir un gouvernement participant de la nouvelle vague d'indépendance... mais il oublie les 30 millions de vénézuéliens... Enrique Dussel avait pourtant reçu des mains d'Hugo Chávez, en 2010, le "prix du Libérateur pour la pensée critique"... L'ingratitude est manifeste.

Cette tendance d'une certaine gauche à exclure des gouvernements révolutionnaires comme ceux du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua de la résistance à l'impérialisme occidental est assez répandue en ce moment. Le 17 juin dernier, Benjamin Norton, journaliste de Grayzone, avait critiqué le média de gauche anglais Novara Media, pour avoir publié cette carte des "partis de gauche et du centre-gauche" qui occultait effectivement ces pays.

Au demeurant, le pari sur la victoire de Lula au Brésil qui enthousiasme beaucoup la gauche mondiale en ce moment est loin d'être gagné. La Banco Santander (banque espagnole espagnole dont Soros avait acheté 7 % du capital il y a 6 ans) n'a pas hésité à écrire à ses clients sous la plume de son économiste Victor Candido il y a peu : « Personne ne soutiendra un coup d'État en faveur de Bolsonaro, mais il est possible de spéculer sur un coup d'État pour empêcher le retour de Lula. Il était inéligible jusqu'à récemment, par exemple. On pourrait bien retourner à cela ».

Lire la suite

Culte du corps 1970-2020 : simple passage du + au -

13 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #Les rapports hommes-femmes, #Lectures, #1950-75 : Auteurs et personnalités, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Débats chez les "résistants"

Jean Baudrillard, dans La Société de consommation (1970) me paraît décrire un processus très actuel de nos jours quand il écrit (p. 217 de la version de poche) que la soi-disant émancipation "des femmes, des jeunes, du corps en tant que catégories immédiatement indexées sur une pratique fonctionnelle, se double d'une transcendance mythique, ou plutôt se dédouble en transcendance mythique, en une transcendance mythique" qui, dans le cas des femmes, conduit à "circonscrire dans l'idée de la femme et de son corps tout le péril social de la libération sexuelle, à circonscrire dans l'idée de libération sexuelle". Evidemment on a le même processus 50 ans plus tard à un autre stade avec le "female empowerment", le transgenre etc qui ne sont que des catégories mythiques de "marketisation" d'une révolte artificiellement suscitée (c'est là le travail d'ingénierie sociale justement).

De façon intéressante dans son argumentation, Baudrillard passe ensuite directement au thème du "culte médical, la 'forme' " (ce qui fait penser à l'obsession hygiéniste actuelle, la dictature sanitaire), en disant que "de la relation au corps, qui est moins celle au corps propre qu'au corps fonctionnel et 'personnalisé' se déduit la relation à la santé". Autrement dit il y a une continuité entre ce " 'supplément de corps et de sexualité' dont bénéficie l'individu moyen" cristallisé dans des formes consuméristes et la relation à la santé devenue un élément de prestige pour l'individu, qui ensuite fait entrer le corps dans l' "une demande virtuellement illimitée de services médicaux, chirurgicaux, pharmaceutiques".

On aurait envie d'ajouter : ça c'était sur le versant "positif" du procès de consommation, dans les années 60-70 quand le corps était investi d'un potentiel d'expansion censé remplacer l'expansion de l'âme à laquelle on aspirait jadis à l'époque de Sainte Thérèse d'Avila. Puis, lorsque, sous l'effet du catastrophisme de la nouvelle bien-pensance des années 1990-2000, la libération sexuelle n'est plus conçue comme promesse de bonheur mais vecteur d'oppression d'autrui et de maladie, et le corps n'est plus pris dans une compétition pour la séduction (encore qu'il reste quelques bribes de ça, mais dans une séduction autocentrée, purement narcissique, dans la salle de sport devant son miroir), le "supplément de corps" dans l'ordre social, sous les cieux apocalyptiques devient simplement obsession de la survie du corps, dernier fétiche d'une société qui implose, et qui s'illustre par ces cas pathétiques de gens qui nagent seuls au milieu de la mer avec un masque chirurgical, adhèrent à n'importe quel mensonge médiatique sensationnaliste et sont prêts à exiger l'emprisonnement physique (voire l'exécution) de ceux qui refusent la vaccination. On n'a fait que "tourner le bouton", inverser les polarités, basculer du signe plus au moins, dans un processus de catégorisation et de création de mythe (d'enfermement des gens dans des mythes idolâtres), qui, au fond, reste toujours le même à 50 ans de distance.

C'est pourquoi, par exemple, la chanteuse Ingrid Courrèges qui, semble-t-il, fait un tabac dans les manifestations et sur YouTube en reprenant des airs des années 1980 au service du combat contre la dictature sanitaire, ne fait qu'entretenir les masses résistantes dans une nostalgie du versant soi-disant positif de l'ancien culte de la liberté corporelle, sans voir qu'il s'agit là simplement du revers de la même pièce que le fascisme sanitaire actuel. Cela pourrait bien vouer le mouvement à l'échec (un peu comme, de toute façon, le mouvement des Gilets jaunes ne pouvait aller nulle part tant qu'il restait lié à la "France de Johnny Hallyday" qui est, dans ses symboles, ses pratiques, et les forces spirituelles qui la travaillent, la même que celle de Macron et la même que le monde de George Soros et Bill Gates). Du reste, il n'y aura pas, cette fois-ci, besoin de LBD pour vider les rues. Un simple reconfinement automnal à coup de fake news comme celles qu'on nous livre en ce moment sur la Martinique-Guadeloupe (on leur a envoyé des CRS à la place des bouteilles d'oxygène) devrait suffire...

Lire la suite

Béarnité irlandaise

12 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

"J'ai découvert peu à peu, surtout peut-être à travers le regard des autres, les particularités de mon habitus qui, comme certaine propension à la fierté et à l'ostentation masculines, un goût avéré de la querelle, le plus souvent un peu jouée, la propension à s'indigner 'pour peu de choses', me paraissent aujourd'hui être liées aux particularités culturelles de ma région d'origine que j'ai mieux perçues et comprises par analogie avec ce que je lisais à propos du 'tempérament' de minorités culturelles ou linguistiques comme les Irlandais. Ce n'est en effet que très lentement que j'ai compris que certaines de mes réactions les plus banales étaient souvent mal interprétées, c'était peut-être parce que la manière - le ton, la voix, les gestes, les mimiques, etc. - dont je les exprimais parfois, mélange de timidité agressive et de brutalité grondeuse, voire furieuse, pouvait être prise pour argent comptant, c'est-à-dire, en un sens, trop au sérieux, et qu'elle contrastait tant avec l'assurance distante des bien-nés parisiens." ("Esquisse pour une auto-analyse" p. 115)

L' "irlandité" de Bourdieu qui était peut-être celle de toutes les classes dominées en Béarn n'est certainement pas celle qui aura fait rêver Montalembert et Ozanam.

Lire la suite

Expériences sociales incommunicables

12 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #1950-75 : Auteurs et personnalités, #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Cinéma, #La gauche, #Lectures

Vous savez que j'ai eu des échanges jadis avec le sociologue Pierre Bourdieu. J'ai revu encore l'an dernier un de ses amis d'enfance qui me reparlait de lui. Tout à l'heure je m'amusais à relire un morceau de son "Esquisse pour une auto-analyse" où ça parle du Béarn, de l'Algérie, de Paris. Dans le premier paragraphe je lis cette phrase "en raison de l'amplitude de mon parcours dans l'espace social et de l'incompatibilité pratique des mondes sociaux qu'il relie sans les réconcilier, je ne puis pas gager - étant loin d'être sûr d'y parvenir moi-même avec les instruments de la sociologie - que le lecteur saura porter sur les expériences que je serai amené à évoquer le regard qui convient, selon moi".

Le propos est fort : il parle de mondes sociaux "incompatibles". Entre le village béarnais et le collège de France, il n'y a pas de compatibilité. Du temps où je faisais les allers-retours entre Sciences Po Paris et la maison de mes parents ouvriers en Béarn, je ressentais les choses comme lui.

Tout à l'heure quand j'entendais dans cette vidéo un amateur d'armes à feu régler ses comptes avec Mediapart qui l'attaquait, j'avais aussi le même sentiment : des mondes incompatibles, qui ne peuvent pas communiquer, même dans la polémique. Chacun a ses mots clés, ses mots valises, pour tenter d'exprimer quelque chose. Mais au fond il n'y a rien à communiquer. Tout est faux.

Quand Ruffin parle du peuple, quand Soral en parle, quand Zemmour en parle, cela sonne faux. Tout comme cela sonnerait faux si j'en parlais moi qui suis maintenant un bourgeois. Mes cousins chasseurs n'auraient rien à dire à une youtubeuse pseudo-intello façon Tatiana Ventôse, et celle-ci peut toujours faire semblant de s'intéresser au petit peuple, à ceux d'en bas, elle ne le fait que dans un combat contre les petits bourgeois de sa trempe, en usurpant la prétention de parler en son nom. Ils feraient mieux de dire, comme Pasolini dans cette interview en français de 1966 : "Je hais la petite bourgeoisie et je me hais comme petit bourgeois" et se mettre à filmer plutôt que de parler. Le petit bourgeois trahit les classes populaires dès qu'il veut parler à leur place. Et pour cette raison Bourdieu les a trahies aussi en finissant par défendre la political correctness de plus bas étage, que maintenant Soros finance à coup de milliards.

Mais voilà, dans les années 60-70 au moins, on devait faire semblant de s'intéresser aux classes populaires. On ne se sentait pas autorisé à les gaver de malbouffe, de vaccins, et de musique de merde en le traitant de "sans-dents" et en lui tirant dessus au LBD s'il venait occuper les places des centres-villes. On ne se sentait pas encore en mesure de lui dire ouvertement qu'il polluait trop la planète et qu'il était temps de le stériliser. On avait la petite touche paternaliste, toujours humiliante, toujours détestable, mais qui au moins permet encore de laisser entrevoir quelque chose de l'indécente vérité de ce monde. Tenez, prenez les conférences d'Henri Guillemin, ce fils de petit fonctionnaire comme Bourdieu devenu chrétien social. Installé à titre posthume sur You Tube devant son joli mobilier d'intellectuel, il se sent obligé de rappeler, en 1970, que la canaille girondine de 1792 n'était qu'une bande de vautours assoiffés d'argent tandis que l'on doit reconnaître à Robespierre (comme aux frères Gracques à l'époque romaine) le mérite d'avoir au moins un peu quand même essayé de porter atteinte au dogme de la "propriété sacrée", pour limiter les injustices. Mes profs de Sciences Po quand ils parlaient de la Révolution n'avaient pas cette délicatesse. Dans les années 60, on ne pouvait pas penser l'humanité et la morale sans songer aux classes humiliées. Il en allait de même dans les années 1840. Je repense au père Lacordaire quand il soulignait la phrase de Jésus selon laquelle la preuve que le Messie était là c'est que "les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres." (Matt 11:5). " Etre auprès des pauvres compte plus que de faire des miracles", estimait-il, et il ajoutait : "un jour peut-être l’Antéchrist ressuscitera des morts ; mais ce qu’à coup sûr il ne fera pas, c’est que les pauvres soient évangélisés". C'était du paternalisme chrétien, mais un paternalisme qui, au moment des barricades de 1830 et 1848, ne pouvait pas faire l'économie de la question sociale comme on la fait cyniquement aujourd'hui.

Aujourd'hui il n'est plus question de s'intéresser aux classes opprimées. Ni aux affamés qui se cachent pour se rendre à la banque alimentaire, ni à ceux qui sortent leurs fusils pour essayer de défendre ce qu'il reste de la "douce France cher pays de leur enfance" ou de leur "doux villages". Tout le monde est devenu du bétail, étiqueté, de la marchandise pour l'élevage des "grands initiés", de l' "élite mondiale"...

Je repense encore à Bourdieu quand il écrivait dans Science de la science et Réflexivité que la sociologie anglo-saxonne avait toujours été une forme d'ingénierie sociale. En lisant cela à l'époque (il y a 20 ans), je en pensais pas que cette ingénierie, cet art de gérer le troupeau et de le faire taire (et même d'en éliminer les mauvais éléments) deviendrait un pratique aussi ouvertement assumée par les classes dirigeantes.

J'ai fini pour ma part par estimer comme Wittgenstein que ce qu'on ne pouvait dire il fallait le taire. Et que, puisque cette disparité entre les divers types de classes dominées et la petite, moyenne et grande bourgeoisie était si marquée, et si ineffable, il était vain d'écrire pour en témoigner (et encore plus vain de tenter d'expliquer comment ses diverses strates peuvent s'agencer dans un individu statistiquement improbable qui a connu une ascension sociale elles peuvent s'agencer). Ne parlons pas de ça puisqu'il n'y a pas de mots pour le dire, puisque les mots sont nécessairement pédants, petits bourgeois. L'honnêteté est de se taire sur ce sujet, de parler d'autre chose... Je n'en dis donc rien dans ce blog. Mais je rappelle tout de même ceci : ceux qui prétendent en parler, dans leurs écrits, à la TV, en parlent nécessairement d'une manière fausse. Ce sont des imposteurs.

Lire la suite

A propos du magnétisme du vaccin anti-Covid

11 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Débats chez les "résistants"

Un lecteur me demandait cette semaine (hélas on ne choisit pas ses lecteurs...) si j'étais bien certain que les vaccins anti-Covid présentaient parfois une certaine dose de magnétisme, information que certains kapos mainstream ont tenté de "debunker" avec des arguments du type "une inflammation en réaction au vaccin provoque la sécrétion par la peau d'un excès de sébum ou d'eau, rendant la surface de la peau plus collante que d'habitude." (sic) ou "c'est la force de frottement" ... Pour ma part je me fiais surtout à ce sujet aux propos d'une militante dont je tairai ici le nom mais qui disait avoir recueilli des dizaines de témoignages en ce sens.

Ne pouvant moi-même mener d'enquête, je ne puis que vous renvoyer au récent article de M. Guy Boulianne sur ce thème ici. Il explique qu'un cardiologue charentais, le  Dr Julien Devilléger, a attiré son attention sur une étude réalisée au Luxembourg par EFVV (European forum for vaccine vigilance)., et une autre, publiée par l’Association internationale pour une médecine scientifique indépendante et bienveillante ici).

De la première étude devait être réalisée par M. Amar Goudjil, trésorier d'EFVV, sur 200 personnes, 100 vaccinés, 100 non vaccinés, répartis également entre les deux sexes. Il place un aimant à l'endroit de la piqûre.  Finalement seulement 30 vaccinés et 30 non vaccinés sont interviewés, répartis à égalité entre les deux sexes, dans la semaine du 1er au 5 juin 2021. Parmi les non vaccinés, sur les 30, 0 ont le bras qui attire l'aimant. Parmi les vaccinés 29.  17 ont reçu le Pfizer, 8 l'Astra Zeneca, 4 le Moderna. 2 parmi ceux là étaient à 2 injections. 22 n'étaient magnétiques que sur ne épaule, 7 sur les deux. 

La seconde étude, celle du Dr Devilléger, a été réalisée avec l'aide de Jessy Duthil, infirmière libérale (Charente, France) du 11 juin au 27 juillet 2021. Il s'est agi de tester 75 patients vaccinés et 30 personnes non vaccinées. On leur fait tenir une pièce d'un euro (qui comprend du nickel, du cuivre et du zinc) entre le pouce et l'index, le majeur plié. La personne est debout, bras ballants, peau sèche, pilosité non développée aux bras, crème nettoyée à l’eau, puis peau séchée, sueur absorbée par serviette sèche à usage unique. Dans le groupe non vacciné Covid, 2/30 personnes ont eu une adhérence de la pièce pendant plus de 10 secondes. Dans le groupe vacciné Covid, 35/75 ont démontré une aimantation de la pièce au site d’injection, et 10 ont eu une aimantation bilatérale. Cette étude montre une différence statistiquement significative d’aimantation chez vaccinés (43,3% contre 6,7%). Les résultats sont les mêmes pour tous les vaccins sauf une plus grande aimantation bilatérale pour l'AstraZeneca.

En juin dernier, j'avais attiré votre attention sur un vieil article paru dans le Guardian (24 mars 2016) qui expliquait que des chercheurs aux États-Unis ont développé une nouvelle méthode pour contrôler les circuits cérébraux associés à des comportements animaux complexes, en utilisant le génie génétique pour créer une protéine magnétisée  qui active des groupes spécifiques de cellules nerveuses à distance. "La nouvelle technique, précise l'article qui résume une publication en ligne  dans la revue Nature Neuroscience, s'appuie sur ces travaux antérieurs et est basée sur une protéine appelée TRPV4, qui est sensible à la fois à la température et aux forces d'étirement . Ces stimuli ouvrent son pore central, permettant au courant électrique de traverser la membrane cellulaire ; cela provoque des impulsions nerveuses qui voyagent dans la moelle épinière puis jusqu'au cerveau." "Magnéto ", composé de la TRPV4 et de la ferritine, peut contrôler à distance le déclenchement des neurones profondément dans le cerveau, et également contrôler des comportements complexes (activer des souvenirs par exemple).

La question de la présence du graphène (dont on parlait en mars dernier ici) a aussi été posée par  les espagnols de Quinta Columna après que le Pr Pablo Campra (Univ. Almeria, Esp) eût affirmé dans un rapport préliminaire avoir isolé des quantités imposantes d’oxyde de graphène dans un flacon de Comirnaty. Il y montre une similarité des images en microscopie électronique entre un échantillon du vaccin Cominart de Pfizer et des images d’oxyde de graphène tirées d’une publication de 2009 (les "nouveaux chiens de garde" pour reprendre l'expression d'Halimi de Reuters l'a gratifié d'un démenti spécifique).  Mais comme l'observe le Pr Marc Henry, Professeur de Chimie à l’Université de Strasbourg, l'oxyde de graphène et le graphène n'ont rien à voir entre eux. Le premier n'est d'ailleurs pas magnétique. Lui penche plutôt pour des nanoparticules d’oxyde de fer superpara-magnétiques (SPION) qui sont par exemple utilisées comme agent  de  contraste  dans  l’imagerie  par  résonance  magnétique (IRM). Le généticien argentin Luis Marcelo Martinez, lui, penche aussi pour le graphène. Il évoque une patiente uruguayenne dont on a extrait une poudre noire en cours d'examen actuellement.

Je profite de ce post pour vous signaler cette nouvelle interview ici par le conseiller municipal québécois André Lafrance de Mme Alexandra Henrion-Caude qui tire la sonnette d'alarme entre autres choses sur l'impact possible du vaccin sur la fertilité des jeunes.

Je dirai peut-être à l'occasion aussi un mot de la sévérité de la répression à l'encontre d'une militante "Parti de la France" de la commune d'Hombourg-le-Haut (sévérité qui tranche avec les multiples "indulgences" dont bénéficia l'incendiaire de la cathédrale de Nantes aujourd'hui meurtrier d'un prêtre et dispensé de garde-à-vue, mais je traiterai peut-être le sujet dans un billet plus général sur les réseaux qui influencent le "débat public" en ce moment.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

La maladie des Morgellons

10 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

J'ai déjà émis des réserves sur les travaux de feu l'ex-chanteuse Claire Séverac qui par exemple commettait l'erreur grave il y a quelques années une interview par Médias-Presse Info en citant le possédé John Lennon... Au moins son livre la Guerre secrète contre les peuples synthétise beaucoup de choses et donne des pistes de recherches vers d'autres travaux.

Grâce à elle, par exemple, j'ai connu l'existence de la maladie des Morgellons (terme employé à la littérature médicale du XVIIe siècle, mais qui est trompeur, car la pathologie découverte en 2002 n'a sans doute rien à voir) et les travaux du Dr Hildegarde Staninger à son sujet. C'est une dermatose caractérisée par la « présence de filaments de plusieurs couleurs qui se trouvent sous, sont enrobés dans la peau ou en font saillie ». Les mainstreams (dont Wikipedia qui dans sa version française ne mentionne même pas le Dr Staninger), lui prêtent une origine psychosomatique. Dans cette vidéo  par Out There TV du 22 juin 2007, du temps où la pathologie touchait 60 000 personnes aux USA et 100 000 dans le monde, le Dr Staninger, alors toxicologue industrielle en Californie, explique qu'il y a 167 symptômes à cette maladie et que les personnes infectées présentaient dans leur organisme des composants métalliques avec des métaux en transition qui agissent comme des bactéries qui se fraient leur chemin dans les cellules et en exploitent le silicone. Ces métaux combinés à une particule forment un nanoanneau puis une fibre qui peuvent interagir avec d'autres métaux.

En mars 2014, pour la chaîne France 3-Provence-Alpes Jean-Manuel Bertrand, Armand Poidevin, Mathieu Julian et Frédéric Rogliano avaient mené une enquête sur les chemtrails et interviewé Séverine Le Roch-Laxenaire de Saint Martin de Crau (qui est décédée le 30 mai dernier des suites du cancer du pancréas issu de la migration d'un mélanome). Elle était militante depuis 2013 de l'Association Citoyenne pour le Suivi, l’Etude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et Atmosphériques (ACSEIPICA). Séverine qui avait contracté la maladie des morgellons avait filmé des filaments dans son jardin et sous constat d'huissier les avait confiés à un laboratoire d'analyse. L'équipe avait aussi filmé le laboratoire d'AnAlytikA, à Cuers dans le Var qui décrivait les molécules analysées dans les fibres issues de ces chemtrails.

Autre personne interviewée Nadine de Marseille, qui a cru initialement avoir la maladie de Lyme et dit avoir des fibres qui sortent de sa peau. Elle détaille aussi les autres anomalies (notamment un volume de plaquettes dans le sang au dessus de la normale). Joel Giraud député PRG à l'époque de mandat de François Hollande, avait demandé des éclaircissements sur les chemtrails, sans réponse.

Le 25 mai 2021, Caroline G, résidente de Soucirac dans le Lot a déposé une main courante sur les épandages d'avions.

 

Lire la suite

Covid 19 : un comédien macroniste utilisé par Cnews ?

9 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants", #coronavirus-vaccination-big pharma

J'avais déjà entendu aux Etats-Unis "A Call for an uprising" montré qu'après des tueries dans des lycées, des profs sortaient devant les caméras avec des sourires en coin laissant entendre que tout cela ne pouvait être qu'une mise en scène. J'étais un peu sceptique, mais après tout, avec tous les bidonnages qu'on a vus dans les relations internationales autour de la guerre du Kosovo, de celle d'Irak ou de Libye, tout est possible

La semaine dernière certains ont cru identifier un joli montage comparable sur la chaine Cnews à propos d'un malade du Covid, filmé à l'hôpital et reconnaissant qu'il regrettait de ne s'être pas fait vacciner. Beaucoup ont été intrigué par le fait que ce thème du "repentir" du non vacciné était déployé strictement le même jour (le 6 août) aux Etats-Unis par la toujours très mensongère CNN (photo à gauche). Façon parfait script médiatique.

Puis aussi par le fait que le type filmé sur son lit d'hôpital était rasé de près, et singulièrement apprêté pour un malade (photos à droite).

Et puis des hypothèses ont commencé à fuser : s'agirait-il du chauve figurant parmi les personnes venues "spontanément" à la rencontre du président Macron à Lourdes il y a 3 semaines (voir ci-dessous) ? dans ce cas il s'agirait de l'auteur compositeur interprète, comédien, Français d’origine hongroise David Banoff. David Banoff a démenti "Les amis attention!!! Renseignez vous et vérifiez vos sources avant de partager n'importe quoi sur internet!Je faisais la promo d'un spectacle et Je n'ai jamais été payé pour faire la promo d'un parti politique et le gars sur le lit sur @CNEWS
 ce n'est pas moi Prenez soin de vous"
. Et il avait aussi précisé concernant Lourdes : "À Lourdes je chantais avec la troupe de @bdelourdesmusic Macron y était. Aucune corrélation! Nous lui avons parlé de l'importance du show qui permet de relancer la culture et aide l'économie de la ville de Lourdes sinistré par le Covid. Après vous pensez ce que vous voulez."

Ceux qui auront voulu pousser la démonstration un peu trop loin en seront donc pour leurs frais... C'est toujours le problème dans les débats : un problème est soulevé, et puis des gens sautent à des conclusions absurdes, ou à tout le moins excessives, sans éléments de preuve, et les médias dominants peuvent en tirer partie pour noyer le poisson. Ainsi donc non ce n'était pas David Banoff sur le lit d'hôpital, et non David Banoff n'était pas venu voir le président Macron à Lourdes en tant que figurant payé par La République En Marche (sauf à considérer que ses mises au point sur Twitter ne valent rien)...

Mais il n'empêche que le constat initial reste valide : ce malade très photogénique sur un lit d'hôpital, dans la droite lignée de la propagande de CNN, le même jour, voilà qui interroge. Et cela relance le thème récurrent en ces temps d'unanimisme médiatique : les news sont de la fiction remplie d'acteurs et de gens qui sonnent faux, tandis que la vérité réelle pourrait être davantage donnée par la fiction (quand les Simpson vous affichent avant sa publication la formule mathématique presque exacte du boson de Higgs sur dans leur générique ou le film Donnie Darko vous parle en avance du 11 septembre). Il n'y a pas seulement le Grand Reset. Il y a aussi la Grande Inversion ...

Lire la suite

L'Algérie mène une coalition contre Israël au sein de l'Union Africaine

9 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Israël a retrouvé son statut d'observateur à l'Union africaine le 22 juillet dernier à l'initiative du président de le commission de l’Union africaine,le tchadien Moussa Faki. Israël détenait ce statut d’observateur au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) jusqu’à sa transformation en Union africaine en 2002 quand Kadhafi a soustrait ce siège au gouvernement de Tel-Aviv.

L'Algérie depuis lors mène une fronde à la tête de 14 pays dont le Niger, la Tunisie, la Libye, la Namibie, le Botswana, la Mauritanie, l’Égypte, les Comores et Djibouti (source Al-Mayadeen). L'Afrique du Sud (dont le président a été récemment ciblé par le logiciel d'espionnage israélien Pegasus) lui emboite le pas. Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que le gouvernement était choqué par cette décision, injuste et illégale, "que la Commission de l'Union africaine avait pris cette décision sans consulter les membres de l'Union et qu’il était incompréhensible que la Commission de l'Union africaine récompense le régime sioniste qui réprime brutalement et ouvertement les Palestiniens !" "L'Afrique du Sud estime qu'Israël ne devrait pas être un membre observateur de l'Union africaine tant qu'il ne sera pas disposé à négocier sans conditions préalables ", indique le communiqué.

Ces pays affrontent sur cette question le Maroc, le Togo, le Soudan, le Kenya, Rwanda, Soudan du Sud, Zambie, Malawi et l'Ethiopie. Dès 2017 avec la participation de Netanyahu à la CEDEAO et le rétablissement des relations diplomatiques avec le Sénégal, Israël, qui entretient des relations diplomatiques avec 46 pays africains, avait savoir son souhait de retrouver ce siège à l'UA. L'Algérie a fini par obtenir hier une réunion de l'UA pour faire annuler la décision du président de sa commission, mais cette réunion pourrait bien n'aboutir qu'à faire éclater au grand jour les divisions profondes des pays africains sur ce sujet.

Lire la suite

Haine de l'humanité, emprisonnement des corps, et un mot de la Chouette du président

8 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Bill Gates, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Divers histoire, #Philosophie et philosophes

Les manifestations se multiplient contre le passe sanitaire. Ce n'est pas une garantie du fait que les autorités vont reculer, loin de là (tant qu'elles ont le soutien d'une moitié de la population, voire du tiers, qui sont hypnotisés, elles peuvent continuer d'enfoncer le clou) mais c'est un bon baromètre de la psychologie des gens et de leur capacité à se battre pour leur dignité. On a constaté cela aussi en Grande-Bretagne, en Italie, en Allemagne, ou dans un pays très martyrisé par le fascisme "sanitaire" : l'Australie. Heureusement les gens ne sont pas encore complètement vaincus.

Je me faisais ce matin la réflexion que les satanistes qui administrent nos nations pour le compte des grands pouvoirs financiers globalistes et des forces spirituelles qui les gouvernent jouaient sur une corde très facile à actionner : la haine de l'humanité. Tout le thème de l'écologie enseigné à nos enfants depuis l'école primaire à nos enfants s'inscrit dans cette haine, et l'on sait maintenant que ce vaccin soi-disant destiné à "sauver des vies" est en réalité le fruit des recherches de dépopulationnistes comme Bill Gates qui ont inscrit la réduction du nombre d'êtres humains dans le marbre de monuments comme les Georgia Guidestones et dans le conditionnement des séries hollywoodiennes.

Il est très facile de cultiver la haine de l'humanité, parce que n'importe qui parmi les êtres humains peut se rendre compte que l'humanité est quelque chose de mal fichu. On peut aimer certains êtres humains à titre individuel, à la rigueur certains groupes. Mais aimer l'humanité globalement est chose presque impossible. On essaie de l'aimer quand on est religieux parce que c'est l'oeuvre d'un Créateur qui nous commande de l'aimer, ou, quand on est athée, en vertu d'un projet pour la rendre meilleure (c'était un peu ma démarche avant ma conversion). Autrement dit : l'amour pour l'humanité devient un outil d'action, plus qu'un sentiment spontané.

Les religions abrahamiques nous disent que Dieu a placé l'humanité au centre de l'univers et de son projet, en en faisant la seule espèce animale capable, tout en sachant que son existence est possible, et qu'il existe des lois morales, d'ignorer cela délibérément en commettant le mal parfois même de la façon la plus atroce. C'est ce que l'on appelle la liberté. Et parce que l'homme est le seul animal libre, il est la créature la plus précieuse dont la conversion (l'acceptation de Dieu et de ses lois) devient l'enjeu même du sens de l'histoire de tout l'univers.

Personnellement j'adhère à cette idée depuis que j'ai dû admettre l'existence du monde invisible et comprendre comment tout cela "marchait", mais je dois dire que, du point de vue de mon intelligence très limitée, je trouve assez étrange que Dieu ait accordé ce privilège "cosmique" à des animaux si pitoyables. Il suffit de nous regarder. Même d'un point de vue esthétique. Nous appartenons à la famille des primates, qui est sans doute une des moins élégantes du règne des mammifères. Si nous n'avions le vêtement pour dissimuler notre laideur la plupart d'entre nous serions réellement affligeants. Et cela est d'ailleurs dû à une certaine dérive démocratique. Ma compagne me faisait remarquer il y a peu : "Regarde les femmes dans la rue. Pratiquement aucun n'a la moindre classe. Aucune ne fait l'effort de se tenir droit. Elles n'ont aucune allure dans leurs démarches. Les hommes non plus d'ailleurs, la plupart marchent en canard. A cela s'ajoute la négligence vestimentaire. On dirait qu'ils ont tous capitulé devant la médiocrité".

Je dis "démocratique" au sens péjoratif du terme, sans perdre de vue que certaines "démocraties" ou "démocratures" "populaires", qui n'ont pas perdu le sens d'une certaine utopie arrivent à mieux limiter que nous les dégâts esthétiques. Je pense à Cuba où, paraît-il, la tradition de l'apprentissage de la danse classique introduite par les Soviétiques dans l'île a contribué à maintenir chez les femmes un sens du port du buste perdu en Occident, et il paraît aussi que là bas les hommes arrivent à préserver quelque chose de leur apparence...

Bref il est aisé de ne pas aimer l'humanité ne serait-ce que sur le plan physique, d'autant plus que celle-ci renonce à prendre soin d'elle-même (et à se soigner moralement, le physique étant en partie ici le reflet du mental). Et donc il est facile aux nihilistes de jouer sur ce désamour voire sur cette haine, pour pousser les pions de leurs plans destructeurs, car, du coup, beaucoup de gens mêmes s'ils pressentent que leurs dirigeants jouent contre eux, renonceront à résister du seul fait qu'ils conçoivent qu'il y a quelque chose d'au fond légitime dans ce complot pour leur destruction, et, de ce fait, ils préfèreront fuir dans des univers virtuels  dans lesquels justement le Microsoft de Bill Gates et ses sorciers de service (voyez l'affaire du casque Hololens en plein premier confinement) veulent les enfermer...

Je ne développerai pas ici la politique du corps qu'on trouve dans la matrice actuelle et qui avait été déjà entrevue par ce "vieux dégueulasse" de Foucault, comme dit un de mes correspondants (vieux possédé en réalité, ce sont des démons contre des démons). C'est un mélange étrange de poursuite de l'idéal des Grecs païens et des Perses zoroastriens du corps parfait et de mépris pour les corps réels, le premier nourrissant le second. En tout cas on voit bien que le "biopouvoir" va s'acharner là-dessus désormais. Mais on peut espérer que la persécution des corps (les entraves à la liberté d'aller et venir notamment) contribuera à libérer les âmes. Les Juifs racontent qu'en 1812, un de leurs sages, en Russie, le Baal HaTanya (Rabbi Shneur ben Baroukh Zalman de Liadi) avait pris parti pour le Tsar contre Napoléon (alors que beaucoup de Juifs considéraient la France issue de la Révolution comme une Nouvelle Jérusalem) en disant que si les tsars tenaient les corps captifs, au moins ils n'emprisonnaient pas les âmes, comme risquait de le faire l'esprit moderne républicain français (il y a d'ailleurs une histoire rocambolesque sur la manière dont ce sage échappa à Napoléon qui recherchait ses ongles et ses cheveux pour lui jeter des sorts).

On peut espérer que plus on cherchera à emprisonner les corps, plus on donnera les moyens aux âmes de s'élever.

Je termine d'un mot avec le débat intéressant qu'a déclenché la chouette arborée par le locataire de l'Elysée sur TikTok la semaine dernière. On a parlé à juste titre du Bohemian Grove. La chouette de Minerve revient souvent dans les créations à connotation maçonnique comme les vidéos que faisait l'auteur de l'habillage sonore du logo de Canal+ (cf ici) ou les sacs à main de Kate Spade (cf ici), et le fameux " Do you think the last paragraph violates the owl/minerva rule ?" dans les mails fuités d'Hillary Clinton en 2011.

En plus la chouette d'E.Macron a une tête en pyramide inversée comme dans The Boy in the Bubble...

Nous ne sommes pas en de bonnes mains...

Lire la suite

Triste journée

6 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Le quotidien

Les temps sont troublés, c'est le moins qu'on puisse dire. M. Véran promet de supprimer le droit de grève des soignants qui refusent le vaccin. Des anti-pass sanitaire font circuler de faut discours de Poutine sur les réseaux sociaux (des discours insipides lotis de sous-titres fantaisistes qui laissent croire qu'il attaque le "nouvel ordre mondial") et m'insultent quand je le leur fait remarquer.

J'écoute des théologiens musulmans parler du christianisme, et Henri Guillemin nous présenter avec son éloquence habituelle la Révolution française... Je suis vraiment content de n'avoir pas à jouer un rôle dans les débats intellectuels. Il y a tant de mauvaise foi partout.

Lire la suite

Le géant de Beyrouth

5 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Proche-Orient

Il y a un an une explosion considérable ravageait le port de Beyrouth : bilan 218 morts, 6 500 blessés (due à 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium selon la version officielle - et une enquête de Human Rights Watch -, plus de 20 fois AZF, un dixième de la bombe d'Hiroshima) . A titre commémoratif, le 2 août, fut inauguré un monument (on n'ose dire une statue) de 25 mètres, pesant 30 tonnes, appelé The Gesture, assemblé à partir des poutres des hangars en métal, distordues et brûlées par l’explosion. L'artiste créateur Nadim Karam explique qu'il a voulu utiliser le "ramad" (les cendres en arabe) pour créer le "mared" (géant - voyez l'affiche du film égyptien de 1964 El Mared avec le monsieur très "horusien" avec son bandeau à la "Madame X"). Il se défend d'avoir bénéficié de soutiens institutionnels, et affirme que les gens ont simplement apporté leurs débris.

Pourtant l'idée du géant qui renaît de ses cendres évoque le phénix maçonnique... Et on a vu que les géants étaient à la mode dans le monde... Les Nephilim sont (presque) là...

D'ailleurs une autre artiste Hayat Nazer avait érigé peu de temps auparavant sur la place des Martyrs un monument comparable représentant, lui, explicitement un véritable phénix, mais a dû l'enlever. Elle a promis de le déplacer sur le port, sous les applaudissements de Global Citizen, la fabrique de happenings mondialistes pro-confinement et pro-vaccination... Ordo ab chao, ça détruit, ça brûle, ça reforme...

Un peu bizarres ces échos maçonniques et cette volonté de braquer le regard du pauvre peuple libanais en pleine crise économique et institutionnelle sur les cendres et la renaissance des cendres. Je ne soutiens pas de thèses particulières à ce sujet. Je m'étonne seulement. Le thaumazein d'Aristote.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>