Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Un acte de piraterie maritime britannique pour provoquer la guerre ?

23 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme

Greth Porter, journaliste auteur de "Manufactured Crisis: The Untold Story of the Iran Nuclear Scare" l'explique aujourd'hui dans "The American Conservative" : l'arraisonnement du tanker iranien Grace 1 dans le détroit de Gibraltar n'était pas seulement un acte immoral participant d'une volonté d'asphyxier le peuple syrien, c'est aussi un acte illégal. Contrairement a ce qu'ont prétendu les autorités britanniques, elles n'ont pas agi conformément au règlement de l'UE de 2012 sur les sanctions contre le gouvernement Assad en Syrie. L' article 35 du règlement du Conseil de l'UE en question précise que les sanctions ne devaient s'appliquer que sur le territoire des États membres de l'UE, à une entité nationale ou commerciale ou à bord d'un aéronef ou d'un navire "relevant de la juridiction d'un État membre". Or à aucun moment il n'a été précisé à quel endroit le tanker a été intercepté, et ce pour la bonne et simple raison qu'il se soit trouvé dans les eaux territoriales de Gibraltar : alors que la souveraineté britannique s'arrêté à la moitié du détroit, le Grace 1 se trouvait dans la voie de navigation orientée vers l’est en direction de la Méditerranée, qui se trouve au sud de la voie pour les navires se dirigeant vers l’ouest vers l’Atlantique, et donc nettement plus proche de la côte marocaine que de la côte de Gibraltar. En outre, même si le navire était passé dans la zone sous contrôle britannique la convention de l'ONU sur le droit de la mer interdit explicitement aux États riverains du détroit d'interférer dans le passage en transit d'un navire marchand, à quelques exceptions près très étroitement définies.  Il s'agit donc purement et simplement d'un acte de piraterie qui méconnaît la liberté de circulation dans les détroits, de sorte que l'Iran a été parfaitement fondée à prendre une mesure similaire contre un tanker similaire dans le détroit d'Ormuz afin d'obtenir plus rapidement la libération de son équipage immobilisé.

En outre, selon Porter, cette opération aurait été inspirée par le sinistre conseiller néo-conservateur de Donald Trump John Bolton. Selon la déclaration du ministre en chef de Gibraltar, la décision de saisir le navire a été prise après la réception "d'informations" qui fournissaient "des motifs raisonnables" de soupçonner qu'il transportait du pétrole destiné à la raffinerie syrienne de Banyas. Le correspondant de la BBC Jonathan Beale a déclaré: «Il semblerait que les renseignements viennent des États-Unis». Le ministre espagnol des Affaires étrangères par intérim, Joseph Borrell, a déclaré le 4 juillet que la saisie britannique avait fait suite à «une demande des États-Unis au Royaume-Uni». Le 19 juillet, Guy Falconbridge , correspondant de Reuters à Londres , a rapporté que «plusieurs sources diplomatiques ont déclaré que les États-Unis avaient demandé au Royaume-Uni de saisir le navire». En outre le 29 mai 2019, juste au moment où le tanker entamait son voyage pour approvisionner la Syrie, le conseil national de sécurité du Panama lui a retiré son pavillon - ce qui le prive d'accès aux assurances - alors que ce pays avait reçu pour instruction de cesser d'accorder des pavillons aux navires iraniens dès 2018. Cette décision précisément axée sur le déplacement du Grace 1, selon toute vraisemblance, a été prise sur ordre de Washington qui dès la fin mai avait ce pétrolier dans son collimateur.

«Aujourd'hui, nous le proclamons fièrement: la doctrine Monroe est bien vivante», avait déclaré Bolton, en avril dernier en Floride, réaffirmant ainsi le droit séculaire que s'arrogeaient les Etats-Unis de limiter la souveraineté des Etats dans l'hémisphère occidental. Rien d'étonnant donc à ce qu'il ait ainsi instrumentalisé le Panama, à quelques semaines de l'entrée en fonction comme nouveau président de la République du social-démocrate patriote Laurentino Cortizo qui s'était distingué dans les années 2000 par son opposition à un traité de libre-échange avec Washington. Avant hier, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohamad Yavad Zarif, a estimé que le conseiller américain à la Sécurité nationale, dirigeait "son poison contre le Royaume-Uni dans l'espoir de l'entraîner dans un bourbier". S'agit-il pour lui de pousser Londres à mener une guerre que Trump rechigne à lancer contre Téhéran ?

Dans le même sens que Porter, l'ex-sénateur, leader des libertariens anti-guerre Ron Paul souligne sur le site de son Institut que Bolton sur Twitter s'était dit "surpris - mais ravi - par l'action britannique contre le pétrolier iranien" au moment-même où Washington envoie 500 soldats en Arabie Saoudite, une première depuis le retrait officier des troupes américaines de ce pays en 2003. En tout cas, comme le note Patrick Cockburn, cet action du gouvernement britannique comme simple valet des néo-conservateurs américains alors que Londres est censée rester officiellement sur la ligne européenne qui est en faveur du maintien de l'Iran dans l'accord nucléaire et la condamnation des sanctions unilatérales adoptées par Washington augure mal de ce que sera la politique étrangère britannique après l'achèvement du Brexit.

Lire la suite

L'affaire Epstein, une autre opération Weinstein des milieux occultistes ?

15 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Grundlegung zur Metaphysik, #Donald Trump

A l'occasion le 6 juillet de l'arrestation du milliardaire prédateur sexuel Jeffrey Epstein. dont je vous parlais en mars dernier, beaucoup voient se vérifier les annonces du groupe Qanon (en français ici). C'est notamment le cas, en langue française du canadien Alexis Cossette sur Radio Québec dont une lectrice m'a recommandé la vidéo (ci-dessous).

Alexis Cossette évoque le sketch qu'avait fait l'humoriste Bill Maher pour se moquer des infos diffusées par Qanon sur Epstein. Cossette précise que Bill Maher est impliqué dans les mêmes réseaux qu'Epstein. On le voit sur une photo avec des chaussures rouges, une image qu'il rapproche des chaussures rouges de John Podesta - ce qui signifie dans la sémiologie des sociétés secrètes que les pieds baignent dans le sang du sacrifice. Sa boîte de production s'appelait "Kid love" (amour des gosses, tout un programme de pédo-satanisme).

Dans la collection d'art de Tony Podesta, le frère du directeur de campagne d'H. Clinton (les deux étaient très liés et assistaient ensemble au "spirit cooking" de la sorcière Abramovic à New York), rappelle Cossette, il y avait des enfants aux chaussures rouges, et une image d'enfants aux pieds rougis dans une piscine, image qui renverrait en fait au domaine des Vanderbilt (un empire économique américain du 19e siècle autour des chemins de fer et de la navigation, autrefois au coeur du groupe maçonnique de la Table Ronde et de la Pilgrim Society, et liés aux Skull and Bones), piscine dépourvue de drains (donc qui n'avait rien d'une piscine), avec des lanières aux murs pour les tortures. Cossette montre aussi une photo de la mère du présentateur de CNN Anderson Cooper Gloria Vanderbilt portant un collier de sorcière sous l'image d'une divinité isiaque entourée du soleil et de la lune. Selon Alexis Cossette, avec les photos des dining rooms sur l'île d'Epstein, la preuve de la pratique de la cuisine spirite éclatera avec le procès du milliardaire.

Beaucoup cependant sont plus circonspects (par exemple sur Youtube "A call for un uprising" ou Paul Romano). Compte tenu des liens que Trump lui-même avait eus avec Epstein, il se pourrait que cette arrestation, ne soit qu'un coup de pub pour monter au pinacle des stars de l'alt right (droite alternative) qui, à l'image d'Alex Jones, multiplient les signes d'allégeance à l'occultisme, tout comme l'affaire Weinstein l'avait été pour promouvoir le mouvement féministe hollywoodien illuminati MeToo. En l'occurrence ici l'arrestation d'Epstein s'inscrit dans le cadre de poursuites du bloggeur pro-Trump Mike Cernovitch (un homme dont les tweets manifestent qu'il a un rapport étrange aux faux-viols et au signe du 666) contre le milliardaire. Les sociétés secrètes qui contrôlent une large part de l'establishment judiciaire et policier américain n'auraient vendu Epstein qui est un des leurs que pour monter en épingle l'affrontement entre démocrates et droite alternative pro-Trump, mais cela en évitant bien de révéler tout l'arrière plan pédo-sataniste et surtout l'ensemble des protagonistes susceptibles d'être impliqués (y compris dans l'entourage de Trump) dans les rituels sanglants auxquels Epstein était mêlé.

Par exemple, le "hall of fame" de la grande maison d'Epstein à New-York comportait selon le NY Times du 8 juillet les photos de Woody Allen ou du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane : qui va mener une enquête sur l'homme fort de la monarchie wahhabite qui a le bon goût en ce moment d'inviter au festival du méga-complexe de Djeddah la rappeuse sataniste Nicki Minaj ?

Lire la suite

Etats-Unis/Iran : La Chambre des représentants veut limiter le pouvoir du président de déclencher une guerre

13 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme

La Chambre des représentants américaine a approuvé cette nuit par 251 voix (principalement démocrates mais tout de même 27 Républicains) contre 170 un amendement bipartisan à la loi annuelle de politique de défense (équivalent de notre loi de finances) parrainé par les représentants Ro Khanna (député de la Silicon Valley - Californie proche de Bernie Sanders) et Matt Gaetz (républicain Floride, un protégé de Trump dont la circonscription comprend beaucoup d'anciens combattants) visant à interdire les dépenses relatives à une action militaire contre l'Iran, à moins que cette action n'ait été expressément autorisée par le Congrès ou en cas de conflit politique. urgence nationale créée par une attaque contre les États-Unis.

La chambre a aussi abrogé la loi autorisant la guerre contre Saddam Hussein en Irak, qui bizarrement restait toujours en vigueur, et à l'initiative de Ro Khanna, un amendement formalisant la fin de la guerre en Corée et un amendement interdisant les fournitures de munitions et de renseignements aux troupes de la coalitions saoudienne qui occupent le Yémen. Le New York Times du 11 juillet insiste sur le fait que même les démocrates modérés comme Makie Sherrill qui a conquis sa circonscription du New Jersey aux dernières élections législatives, même s'ils hésitent à résister à Trump à qui ils n'accordent pas les sommes qu'il exige pour le budget de la défense (la dépense serait plafonnée à 750 milliards de dollars seulement 30 milliards de plus que sous Obama, mais deux fois plus qu'en 2002...), se sentent poussés par leur électorat à stopper la course aux armements et à l'ingérence qui est l'alpha et l'oméga de la politique du Pentagone depuis plusieurs années.

D'autres mesures contre le mur de Trump à la frontière mexicaine et la discrimination des LGBT dans l'armée font partie de ces amendements.

Le lobby  libertarien "Americans for prosperity" des frères David H. Koch et Charles G. Koch propriétaires d'un vaste conglomérat pétrochimique, commercial et financier a contribué à rallier à l'amendement anti-guerre en Iran des Républicains. Cet amendement bi-partisan est une étape importante dans l'inversion de la logique belliciste au sein de la classe politique américaine, qui prolonge celle de résolution d'avril dernier contre l'engagement militaire américain au Yémen.

Toutefois la mesure risque de se heurter à la résistance des Républicains du Sénat,. Un dispositif similaire introduit par les démocrates Tom Udall, du Nouveau-Mexique et Tim Kaine, de Virginie, et les républicains Mike Lee, de l'Utah, et Rand Paul, du Kentucky, avait été rejeté par le Sénat le mois dernier.

Lire la suite

La Novlang médiatique sur un fait divers charentais

13 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Très typique du décalage entre le traitement, plein de non-dits, complètement "politiquement correct" et hors sol (avec une photo d'illustration complètement bidon) de l'actualité par un grand média ("20 minutes" avant-hier et repris par la multinationale Yahoo) et les réactions des gens qui connaissent les ficelles de la propagande et manifestent un besoin de plus de réalisme sociologique :

FAITS DIVERS - Une jeune femme a été victime d’un coup porté en plein cœur alors qu’elle s’interposait entre deux femmes sur fond de querelle amoureuse

Elle a été poignardée en pleine rue de La Rochelle, mercredi après-midi, rue du docteur Calmette, dans le quartier Bel Air. Une femme est morte après avoir reçu un coup de couteau au niveau du cœur selon France 3 Nouvelle Aquitaine.

La victime se trouvait chez une amie, lorsqu’une autre femme d’une vingtaine d’années s’est mise à hurler derrière la porte. Selon les premiers éléments de l’enquête, elle était venue pour avoir des explications auprès de la locataire de l’apparemment, chez qui son petit ami aurait passé la nuit.

En voulant s’interposer entre les deux femmes, la victime se serait alors pris un coup de couteau fatal. Lors de leur arrivée sur place, les pompiers ont tenté de la réanimer, en vain. L’auteure présumée du coup a pris la fuite, avant d’être interpellée un peu plus tard par la police. (la photo qui illustre cela montre une rue commerçante de la ville - cf à gauche).


Commentaires :

" scrutator 

Aziza ? Aïcha ? Aurore ? Catherine ? 

 Sophie

La vente de couteaux a de beaux jours devant elle, avec l'invasion et la "culture" muzz [musulmane], d'autant plus que les femmes s'y mettent ...

Joop

Faudrait pas oublier non plus que cela s'est produit dans le très chic quartier de Mireuil où même les keufs osent pas sortir de leurs bagnoles, quartier chic s'il en est... Faut pas se fier à la photo qui est une très gentille et très calme petite rue du centre-ville de La Rochelle et la population n'est pas la même, les meurtres, les agressions et les coups de couteau font partie de la vie de tous les jours. C'est pas un féminicide, juste un truc comme il y en a tous les jours, je le sais bien puisque je suis justement rochelais... Un aperçu de Mireuil (si le lien passe) et encore c'est une belle image: ici.

jean 

Pas d'homme impliqué ! Schiappa doit être furieuse ?? "

Hey les journaleux, vous n'en avez pas marre de travailler pour la Pravda ? Et vous chers lecteurs, ne pourriez vous pas décider une bonne fois pour toutes de boycotter les grandes chaînes de TV et radio nationales et les grands portails façon MSN, Yahoo, Orange etc ? Bon, je sais, un jour les commentaires seront complètement verrouillés par des algorithmes et on vous gavera d'infos officielles en les branchant directement sur la puce électronique que vous aurez accepté de mettre dans votre cerveau. Mais en attendant, boycottez toutes ces demi-vérités faites seulement pour vous exploiter comme du cheptel ovin.

NB : Tout cela est à rapprocher de l'occupation du Panthéon hier par les "Gilets Noirs" (les sans-papiers qui occupent des logements insalubres)... Notez que le point en l'air sur leur tract rappelle étrangement celui des organisations financées par Soros (Otpor, Canvas etc). Tout cela au milieu aussi des violences provoquées par les supporters algériens après la victoire de leur équipe favorite en coupe d'Afrique. Castaner reproche aux Algériens d'avoir manqué de respect à l'égard de "leur pays" (et non pas de la France en saccageant des commerces français. On ose dire que la police a été prise de cours (quand je travaillais à "Brosseville" évidemment tous les pouvoirs publics étaient sur le qui-vive quand se jouait un match de foot impliquant l'Algérie, notamment dans la coupe du monde 2010. Ambiance démissionnaire des pouvoirs publics pour la défense des frontières et des valeurs nationale, avec un discours lénifiant des médias pour envelopper tout cela.

Lire la suite

Le néo-conservateur Bolton sur le départ ?

11 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis

Selon des bruits de couloir, l'Establishment républicain en charge de la sécurité nationale serait paniqué à l'idée que Donald Trump puisse remplacer l'infâme conseiller à la sécurité nationale John Bolton (qui vient de féliciter le gouvernement anglais d'avoir arraisonné un navire qui iranien qui livrait du pétrole à la population syrienne) par le colonel anti-interventionniste Doug Macgregor, qui soutiendrait son projet de se retirer des guerres afghane et syrienne et mettre fin à l'état de guerre en Corée.

Beaucoup ont remarqué que Bolton avait été envoyé en Mongolie le jour où Trump a décidé de rencontrer Kim Jong Un sur la ligne de démarcation entre les deux Corées le 30 juin. Trump était entouré seulement de ses fidèles Mike Pompeo, Mick Mulvaney, Jared and Ivanka Trump et son nouveau conseiller Tucker Carlson que Fox New crédite d'avoir sorti Washington d'une logique de frappes aériennes sur l'Iran le 21 juin. Pompeo a envoyé un tweet rageur à cette occasion contre ceux qui ont annoncé sans concertation un projet de gel nucléaire dans la péninsule contre gel des sanctions,  ce qui faisait référence à un briefing de l'envoyé spécial en Corée Stephen Biegun. Thomas Wright du think tank Brookings Institution dans Atlantic.com 5 juillet 2019 détaille les étapes d'une autonomisation de Trump à l'égard de son entourage et précise que Bolton fait de la surenchère en ce moment pour sortir de l'équipe de Trump la tête haute en montrant qu'il était "trop dur pour Trump". Le président pourrait ainsi se présenter à sa réélection comme un "deal maker" (faiseur de pactes), capable de dureté à l'égard de ses alliés et de faire la paix avec ses ennemis. Mais la position du président reste fragile car il est toujours à la merci de la signature d'accords qu'il ne comprend pas et qui pourraient se retourner contre lui.

Lire la suite

Un militant anti-pédocriminalité en cavale arrêté au Venezuela

11 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Christianisme

 

Stan (Christian) Maillaud, ancien gendarme, ancien parachutiste, devenu vigile, qui avait enquêté sur les réseaux pédo-sataniques et sur le système MK Ultra, ainsi qu'un mouvement clandestin de résistance, a été arrêté par Interpol le 10 juillet sur l'île de Margarita au Venezuela, a fait savoir sa compagne Janette Semann sur YouTube. Il avait été condamné à cinq ans de prison ferme le 30 août 2018 par le tribunal correctionnel de Saintes pour avoir enlevé les trois enfants de Sandrine Gachadoat, une femme qui avait accusé son mari d'attouchements sur ses enfants, mais qui a été internée en hôpital psychiatrique par la suite.

Le procès de 2018 avait mis en lumière des sympathisants de Stan Maillaud comme Christophe Borja (Tof) qui se sont engagés dans le combat anti-pédocriminalité à la suite du reportage d'Elise Lucet "Viols d'enfants la fin du silence" de 1999 (France 3) et du témoignage de l'ex-magistrate Martine Bouillon auteure de "Viol d'anges".

S. Maillaud était sur le point de télécharger une de ses conférences sur le réseau russe RuTube.

En 2018 le Parisien (qui n'est pas une référence à mes yeux), Sud-Ouestl'Obs et M6 (66 minutes) etc. avaient instruit un procès à charge contre ce personnage. Un de ses camarades Jérémy Lehut jugé à Saintes lui avait reproché d'avoir appelé au chahut à l'audience de son procès, et beaucoup de gens dans la mouvance anti-pédocrimininalité dénoncent sa mythomanie.

Cet homme semble-t-il fait partie, comme bien d'autres dans les milieux dissidents (comme une "juriste" qui a été mise en avant sur You Tube pendant l'insurrection des gilets jaunes sur laquelle j'ai obtenu quelques infos récemment, mais bon je préfère ne pas trop verser dans le "name dropping"...), de ces personnalités à l'Ego un peu trop gonflé et instable qui se discréditent sottement par divers coups d'éclats, alors qu'il y aurait sans doute plus à faire dans le cadre du respect strict de la légalité. (D'ailleurs la faiblesse de leur personnalité outre leur goût pour le coup d'éclat se révèle dans leur propension à créer leur propre "mouvement de résistance" au lieu de composer avec des groupes plus vastes qui existent déhà).

Certes le travail patient d'information sur Internet ne fait pas rapidement bouger les choses tant le système est verrouillé, mais en quoi les appels à rébellion de l'armée, les monologues un peu ridicules devant les caméras, et les opérations nocturnes bizarres font-elles progresser les choses davantage ? Je pense aussi à Eric Fiorile, inventeur de la "Démosophie" qui a cru pouvoir copier le "modèle" du Conseil national de transition libyen et appeler au coup d'Etat le 14 juillet 2015. Cet homme vient d'annoncer sa démission du mouvement qu'il avait créé. Lui aussi a parfois des intuitions justes sur le pédo-satanisme. Nous savons que ce mouvement religieux est une réalité, et il suffit de voir tous les signes "Illuminati" dans les chansons et les films que je signale souvent sur ce blog pour voir qu'il bénéficie de soutiens élevés au sein des élites nationales et mondiales. Peut-être même est-il à deux doigts d'obtenir l'hégémonie (et la Bible nous enseigne qu'il l'obtiendra "in fine", l'ayant déjà eue, de toute façon, sous des formes plus atténuées). Le pizzagate révélé aux Etats-Unis par les fuites sur Wikileaks juste avant l'élection de Trump, en mouillant les Clinton, Soros, Abramovic, Hollywood l'a montré. Mais la fragilité des "héros vengeurs" qui, en France, entreprennent de combattre ces forces obscures finit par faire le jeu de ces dernières. Il faut beaucoup de sérieux, de patience et d'humilité quand on veut défendre une cause juste. Méfions nous des "têtes brûlées"...

Lire la suite

Rapport Bachelet sur les droits de l'homme au Venezuela

9 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Débats chez les "résistants"

Je suis hostile à l'ingérence contre le Vénézuela, j'ai signé une pétition contre le putsch de Pompeo parue dans "Le Soir" de Bruxelles en mars, et je me suis réjoui des grands manifestations populaires pour défendre sa souveraineté, mais il ne faut pas pour autant se mentir sur ce qui se passe dans ce pays où le gouvernement Maduro ne respecte plus les droits individuels comme le faisait jadis Chavez. Le rapport de Michelle Bachelet sur le Vénézuela pour la commission des droits de l'homme de l'ONU était très attendu, du fait notamment que Mme Bachelet s'est rendue sur place à Caracas, ce que n'avaient pas fait ses prédécesseurs. Il a été publié la semaine dernière (le 4 juillet) et son verdict est sévère pour Caracas.

A partir de 558 entretiens avec des victimes et des témoins de violations des droits de l'homme et de la détérioration de la situation économique au Venezuela et dans huit autres pays, ainsi que d'autres sources, sur la période de janvier 2018 à mai 2019, le rapport déclare :

"Depuis plus de dix ans, le Venezuela a adopté et mis en œuvre une série de lois, de politiques et de pratiques qui ont restreint l’espace démocratique, affaibli les institutions publiques et porté atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire. Bien que ces mesures aient été adoptées dans le but déclaré de préserver l'ordre public et la sécurité nationale contre de prétendues menaces internes et externes, la militarisation des institutions de l'État et l'emploi de la population civile dans des activités de renseignement et de défense se sont multipliés.
 

Tout cela a permis au gouvernement de commettre de nombreuses violations des droits de l'homme. Les autorités ont notamment attaqué certains individus et groupes, notamment des membres de l'opposition politique, considérés comme une menace pour le gouvernement en raison de leur capacité à exprimer des positions critiques et à mobiliser d'autres personnes. Cette répression sélective se traduit par une multitude de violations des droits de l'homme, qui peuvent constituer une persécution pour des raisons politiques. Ces violations nécessitent un complément d’enquête pour déterminer la responsabilité de l’État et la responsabilité pénale individuelle.
 
Des milliers de personnes, principalement des jeunes hommes, ont été tuées lors d'affrontements présumés avec les forces de l'État ces dernières années. Il existe des motifs raisonnables de croire que nombre de ces décès constituent des exécutions extrajudiciaires perpétrées par les forces de sécurité, en particulier les FAES (Forces d'action spéciale, des escadrons de la mort). Le Haut commissariat aux droits de l'homme HCDH craint que les autorités n'utilisent les FAES, et éventuellement d'autres forces de sécurité, dans le cadre d'une politique de contrôle social. Ces morts violentes nécessitent une enquête immédiate pour assurer la responsabilité des auteurs et des garanties de non-répétition.
 
Les peuples autochtones du Venezuela sont victimes de graves violations de leurs droits individuels et collectifs. Le HCDH est particulièrement préoccupé par les informations faisant état de menaces et d'actes de violence contre les autorités et les dirigeants autochtones et par la répression sélective des Pemons qui s'opposent au gouvernement. Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur les droits des peuples autochtones, en portant une attention particulière à la répression des peuples autochtones et aux violations de leurs droits collectifs à la terre, aux territoires et aux ressources.
 
L'État a systématiquement nié les droits des victimes de violations des droits de l'homme à la vérité, à la justice et à réparation. L’impunité a permis la répétition de violations des droits de l’homme, a enhardi les coupables et a laissé les victimes de côté. Le Haut-Commissariat s'inquiète de ce que, si la situation ne s'améliore pas, l'exode sans précédent des migrants et des réfugiés vénézuéliens continue de s'accroître et que les conditions de la population restée dans le pays ne se détériorent."

Rafael Ramírez Carreño qui fut président du trust pétrolier public PDVSA sous Chavez sur Aporrea défend ce rapport en ces termes  :

"Au cours des deux occasions que j'ai eu de participer aux travaux Haut Commissariat à Genève, à la fois pour dénoncer les persécutions politiques et les agressions de toutes sortes dont je suis victime en raison de mes positions critiques, ainsi que pour dénoncer les persécutions et les enlèvements de travailleurs de PDVSA et les officiers de nos Forces armées nationales bolivariennes, j’ai fourni des documents, des preuves, des vidéos, des photos, des faits publics et notoires, irréfutables, ainsi que de longs entretiens de témoignages. Dans le cas des travailleurs de PDVSA, j’ai remis les lettres de leurs propres parents, avocats, avec leurs numéros de téléphone et leurs courriels respectifs à contacter, puis à interroger l’équipe du Haut-Commissaire. Ce n'est pas un travail, facile ou léger. Tout a dû être corroboré.

Par conséquent, personne ne peut accuser le rapport de manque de rigueur, de profondeur et de détail; tout simplement, parce que cela ne sert pas leurs intérêts ou leurs priorités politiques. Au contraire, il s’agit non seulement d’un document établi avec la rigueur méthodologique du système des Nations Unies, coordonné par l’ancienne Présidente Bachelet, personne honorable et sérieuse, qui ne se prête à aucune manipulation, mais qui dispose de témoignages et de documentation. écrasante au sujet d’une situation qui, au lieu de mettre des facteurs politiques sur la défensive, devrait ouvrir un grand débat national sur la violence politique dans le pays, l’intolérance et la violation des droits de l’homme dans son ensemble."

Lire la suite

Quelques thèmes d'actualité aux quatre coins du globe

8 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Billets divers de Delorca, #Le monde autour de nous

J'avoue que je n'ai pas pleuré sur le sort de Tsipras vaincu aux législatives de Grèce, car il fut un traître  sa cause. Il est seulement dommage que cela ramène au pouvoir à Athènes des héritiers. "Les bloodlines".

Je ne pleure pas non plus sur Theresa May qui a tenté de trafiquer le Brexit. Plutôt que de se demander si Boris Johnson sera son successeur on ferait sans doute mieux de se demander pourquoi le rejeton du prince Harry est baptisé "en secret" - les médias ne savent même pas qui seront ses parrains, ni qui assistera à la cérémonie - dans un style très "Rosemary's baby", si vous voyez ce que je veux dire. Mais je ne suis pas d'humeur à commenter l'agenda du Nouvel ordre mondial, notamment son versant féministe avec cette promotion lamentable du football féminin. C'est du "devide et imperat" (diviser pour régner, attiser le ressentiment et le mal-être de tout côté) de bas étage.  

Je ne développerai pas non plus sur les déconvenues des bacheliers. Les syndicats mènent un mauvais combat en prenant le bac en otage, et plus encore en encourageant les recalés à saisir la justice. Le président Macron n'est pas crédible quand il rappelle les enseignants à leurs devoirs, alors qu'il ne l'a pas fait pour les sbires de notre police qui, face aux Gilets jaunes (mais pas seulement face à ceux-là) ont couvert notre pays de honte (et je ne parle pas de la Justice qui ne fut guère correcte dans cette affaire, comme dans d'autres). Tout cela sera monté en épingle pour supprimer prochainement le bac, comme on supprime les concours de la fonction publique - et comme mon ancien camarade Mion, directeur de Sciences Po, abroge le concours d'entrée à cette école. Il faut liquider tous ces modes de sélection objectifs pour faire des recrutements "intuitu personae" à la Benalla : recruter les gens au berceau grâce à la puce qu'on mettra dans leur tête, si possible parmi les "fils de" comme en Grèce, les faire grandir dans des réseaux occultes, qui font des sacrifices au clair de lune, et les nommer ensuite à la tête de nos ministères, voilà l'objectif pour la France de demain. Vous allez me dire : c'est déjà le cas pour nos banques... Au fait bravo à notre numérologue en chef Christine Lagarde, pour son passage du FMI à la banque centrale européenne !

Laissons tous ces sujets épuisants et regardons plutôt les news locales de ce globe qui ne font pas la "une" de notre presse aux ordres. Le président du Sri Lanka s'oppose à un accord militaire avec les Etats-Unis, n'est-ce pas une bonne nouvelle pour ce pauvre petit pays martyrisé par des attentats suspects à Pâques ? N'est-ce pas un beau geste stoïque ? 

En Birmanie, loin des regards (l'armée a complètement censuré Internet et les journaux) le gouvernement central paraît perdre la guerre dans l'Etat de Rakhine où de nombreux Rohingyas ont été persécutés. Sans afflux d'armes de l'étranger dit-on.

En Afrique occidentale on prédit des jours mauvais pour la future monnaie qui devrait bientôt succéder au franc CFA. Construite sur le modèle de l'euro, elle en présenterait tout les défauts et devrait conduire nos anciennes colonies à aligner leur politique conjoncturelle sur le Nigeria, le géant de la région, qui, lui, a du pétrole mais pas elles... Passer du colonialisme français au placement de l'Afrique francophone à la remorque des chouchous de Wall Street (le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Rwanda) était une idée sarkozyenne qui continue d'avancer... mais qui fera reculer le continent.

En Argentine aux prochaines élections d'octobre 2019, Alberto Fernandez ex chef de cabinet de Cristina Kirshner pourrait gagner les élections et mettre fin à l'horrible parenthèse libérale de Macri. On le souhaite à ce pays, même si les deux camps ont une bonne dose de corruption dans leurs placards. Mais on espère aussi que notre "cher" Macron maintiendra son refus de ratifier l'accord scélérat signé par l'Union européenne avec le Mercosur qui devrait permettre aux produits bovins brésiliens et argentins de surclasser sans aucun standard de qualité nos productions nationales. Accord purement idéologique, au nom du dogme du libre-échange qui défie les lois du bon sens et de l'écologie - même l'ex-ministre Hulot s'en est indigné.

Ah, j'oubliais, dans ce petit tour d'horizon des actualités "locales" ou "régionales" de ce monde : quel dommage que nos préfets aient reçu de Castaner l'ordre de faire la chasse aux accords de coopération signés par nos communes et le département de la Drôme avec leurs homologues du Haut Karabakh arménien (Artsakh) ! Cette enclave n'est sûrement pas un endroit très enthousiasmant à visiter - l'article d'Investig'action, le site de Collon, à ce sujet, n'en donnait pas du tout envie - mais je pense qu'il faut avoir le courage de défendre un redécoupage des frontières au sein de l'ex-URSS pour réparer les tripatouillages de Staline et de Khrouchtchev (Transnistrie, Crimée,Ossétie du Sud etc). Et surtout les collectivités peuvent collaborer avec le Mali, le Maroc, pourquoi pas avec des enclaves caucasiennes ? La motion qui exprime une amitié, comme les appels des mairies communistes à aider le Nicaragua dans les années 1980, n'empiète nullement sur les prérogatives diplomatiques du Quai d'Orsay. Cela fait partie du débat démocratique, voilà tout. On voit en tout cas ce que serait devenu un accord de coopération entre Brosseville (pseudonyme de la ville où j'officiais en 2011) et l'Abkhazie, si on l'avait fait adopter par le conseil municipal - on y avait songé l'espace de deux ou trois secondes, mais pas plus...  (au fait, Brosseville sera bientôt un pseudo transparent car un article de Wikipedia récemment rédigé précise de le vrai nom de la municipalité pour laquelle je travaillais quand je me rendis à Soukhoumi... 

Bon, promis, la prochaine fois je ferai un billet plus structuré et approfondi que ces considérations nocturnes décousues.

Lire la suite

Taddei et Bouteldja

30 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #La gauche

Hier Frédéric Taddei sur Russia Today invitait Houria Bouteldja. Le mouvement de Bouteldja (les Indigènes de la République) ne représente plus rien dans l'opinion publique française, même dans les banlieues, et cependant Taddei s'obstine à la remettre en selle, lui qui avait déjà monté de toutes pièces sa notoriété dans les années 2000. Pour qui ce présentateur de télévision qui ne m'a jamais inspiré rien de bon travaille-t-il ? Quels intérêts sert-il ?

Lire la suite

Les étudiants de Gaza condamnent le "deal du siècle" en français

29 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient

Les jeunes palestiniens qui étudient le français dénoncent l'Accord du siècle /Deal du siècle de Trump-Kushner dont on parlait sur ce blog le 27 mai dernier (voir la vidéo ci-dessous).

Lire la suite

Le rôle du New Age dans la promotion du gouvernement mondial

29 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Les régimes populistes, #Divers histoire, #Vatican

On a déjà souligné ici que le projet de gouvernement mondial était très lié à la franc-maçonnerie. Celle-ci utilisa pour parvenir à l'imposer la Société de Théosophie, à l'origine dans les années 1960 du "New Age".

Dans son ouvrage publié initialement en 1991 "En route to global occupation", le haut fonctionnaire américain Gary H. Kah rappelait, en se fondant sur le livre du cardinal chilien José Maria Caro Rodriguez "Misterio ! Descorriendo el velo" de 1924,  qu'Helena Blavatsky, la sorcière russe fondatrice en Inde et dans d'autres colonies anglaises de la religion théosophique (luciférienne), avait intégré à Paris la Loge symbolique Grand X de France » quand la loge française Libres penseurs la créa en 1892 (alors que les anglo saxos refusaient les femmes encore la maçonnerie féminine), que sa disciple Annie Besant était vice-présidente du Conseil suprême de l’ordre international de co-maçonnerie,  et que son successeur Alice Bailey était épouse de franc-maçon et que dans son livre écrit sous l'inspiration du pseudo-guide tibétain invisible (en fait un démon) Djwal Khul prétendait restituer un esprit maçonnique "pur". Aussi bien le thème du monde unifié que celui du Nouvel Age sont très répandus dans la maçonnerie (Kah rappelle qu'au printemps 1985, son ancien camarade d’université Don Boyer, directeur de marketing et de relations publiques de la chanteuse chrétienne Sandi Patti Helvering avait découvert que le Conseil du Monde de la Mère suprême (Mother supreme council of the world) du Rite écossais basé à la Maison du Temple de Washington éditait une revue intitulée "New Age Magazine".

Alice Bailey créa au début des années 1920 la Lucifer Publishing House qu'elle plaça au coeur du dispositif de la Société des Nations. Cet organe rebaptisé Lucis Trust qui est toujours actif au sein de l'ONU reste opaque. Gary H. Kah affirmait que Robert Mc Namara (l'homme à l'origine de la guerre du Vietnam), l'ex-président Ronald Reagan, le stratège Henry Kissinger et le financier Rockefeller en ont fait partie (mais cette liste revient peut-être à identifier le Lucis Trust à l'ensemble des Illuminati). Executive Intelligence Review (le groupe de LaRouch) a affirmé aussi que Gorbatchev en était membre.

Dans les années 1970-1980, les adeptes du New Age se sont beaucoup mobilisé pour l'instauration d'un gouvernement mondial, en jouant sur le thème de l'écologie, et sur celui de la pauvreté dans le monde.

Dans notre précédent article sur Greta Thunberg on rappelait qu'un des pères fondateurs de la célébration (ça lui a valu une mention spéciale cinquième festival annuel de la Terre entière en 1974, de l'État de Californie) du Jour de la Terre (célébré pour la première fois le 22 avril 1970), le docteur José Argüelles (1939-2011), déclarait en 1999 au sommet de la paix du Costa Rica (World summit on peace and time) que le choix de la treizième lune dans le calendrier du temps naturel pour cette journée reconnue par l'ONU correspondait à une "application universelle aux mathématiques et à la cosmologie du calendrier maya... qui présente une opportunité profonde de changer les consciences". Aguelles se qualifiait lui même de "prophète et visionnaire" et s'affublait du nom païen de "Valum Votan".  Au Sommet de la terre de 1992 un groupe "transformaliste", les "gardiens de sagesse / wisdomkeepers" entretinrent un cercle de feu activé par des tambour et de la méditation pour entretenir l'énergie de la conférence inaugurée par le Dalai Lama.

Gary H. Kah met pour sa part aussi l'accent sur une autre groupe New Age, la World constitution and parliament association (WCPA) dont il suivit les activités en 1986-1987. Ce groupe créé en 1958 par Philip Isely s'évertuait à doter le monde d'un parlement (dont la première session se tint en 1982) et d'une constitution. Lors de la 3e session de son parlement en 1987, Tous les chefs spirituels invités à s'exprimer étaient des des yogis et des swamis, ainsi que le révérend  Jesse Jackson, célèbre politicien du parti démocrate, membre du Council on foreign relations (CFR - le shadow cabinet mondial des grandes banques) et chef du mouvement pour les droits civiques Rainbow coalition

En p. 196 de son livre dans les annexes Kah produit la lettre du WCPA adressée à chaque dirigeant de grands pays du monde le 10 février 1989 leur demandant d’être "patriotes du monde" et qui insistait en p 2 et 3 sur la crise climatique. Comme on le voit, cet embrigadement autour du climat chez les occultistes ne date pas d'hier...

Ce WCPA n'est il qu'un groupuscule d'illuminés isolés ? Selon Kah la WCPA allait de pair avec la World Union : en 1987 le secrétaire général de World union, Sri A. B. Patel était président à vie de la WCPA et le président-chairman de la World Union N S Rao est un des 2 co présidents de la WCPA (p 83). Ces gens étaient des théosophes : en août 2018 le spécialiste brésilien de l'écologie Maurício Andrés Ribeiro évoquait sur son blog le souvenir de Sri A. B. Patel qu'il avait rencontré en 1977 en Inde et qui était un disciple des thèses du yogi Sri Aurobindo à la fois sur le volet du yoga et sur celui de la fédération mondiale.  Sri A.B. Patel a écrit qu'à "la veille de l'indépendance de l'Inde, Sri Aurobindo a envoyé un message à la nation indienne dans lequel il déclarait avoir constaté que presque tous les mouvements mondiaux qu'il espérait voir réalisés au cours de sa vie étaient déjà en route réussi, même si au début ils semblaient être des rêves irréalisables. Dans son message, il avait évoqué cinq rêves; le troisième d'entre eux était celui d'une union mondiale constituant le fondement extérieur d'une vie plus juste, plus brillante et plus noble pour tous les hommes". Le N.S. Rao était président émérite de la principale compagnie d'insecticides agraires en Inde et d'une banque coopérative de Mumbai, mais surtout un illustre karma yogi qui avait été associé très tôt à la World Union.

Or la World Union a fusionné avec la Bonne volonté mondiale, émanation du Lucis Trust en 1961, et elle comptait dans les années 1980 quatre membres du CFR dans ses rangs selon Kah. Tout ce petit monde a un pied dans le dialogue interreligieux, puisque Cynthia Wedel,  la première femme présidente du Conseil national des Églises aux Etats-Unis (un organe oecuménique qui réunit orthodoxes et protestants soit environ 40 millions de personnes aujourd'hui),  était membre honoraire du Parlement mondial provisoire,du WCPA.

En outre dans son second grand ouvrage The demonic roots of globalism (1995), qui complète le précédent, Kah  montre que dans le même esprit que cette Journée de la Terre il fut créé le premier "World healing day", journée mondiale de la guérison. Ce jour fut inventé par John Randolph Price et fixé par lui au 31 décembre 1986. Price est un conférencier New Age qui se disait guidé par l’esprit de l'entité “Asher”. Il inscrivait son projet dans la continuité de l'opération "USA for Africa" (on se souvient des paroles de la chanson qui reconnaissaient que Satan était le maître des artistes qui y participaient). Dans Billboard magazine (Report from the planetary commission, 1e mai 1986 cité dans le livre de Kah en p. 112) le crooner Harry Belafonte "ambassadeur de bonne volonté" de l'UNICEF l'année suivante déclarait que ce “We are the world” qu'il avait lancé appelait à régler le problème de la famine au niveau de l’ONU (donc d'une forme de gouvernement supranational. Comme le concert de charité Live Aid de juillet 1985 (avec toutes sortes d'occultistes comme Jimmy Page, Madonna, Freddy Mercury, Sting, Bono, Mc Cartney, Bowie etc) vu par 2 milliards de personnes grâce à une opération de synchronisation des chaînes de télévisions qui était une première mondiale, ce Jour de la guérison devait réunir simultanément le un maximum d'énergies mentales sur la Terre pour créer un égrégore.  

Barbara Marx Hubbard (1929-2019), une juive agnostique  new yorkaise inspirée par Teilhard de Chardin (Kah p. 119) à qui un faux Jésus avait parlé en 1980, nominée pour le poste de vice-présidente par le parti démocrate en 1984, avait agi pour que l'URSS soit aussi associée à ce happening new-age en rencontrant à Moscou Joseph Goldin (1944-2000)  - le père du premier pont spatial entre les USA et la Russie, partisan du remplacement de l'âge des religions par celui de la communication -  qui avait un projet similaire.  Pour elle ce jour de guérison devait être une « Pentecôte planétaire », tandis qu'elle définissait la pentecôte des apôtres comme « un champ magnétique de conscience créé  qui a activé les pouvoirs dormants qui existent en chacun de nous » (Voir son livre Manual for co creators of the quantum Leap p 10-11). Trois ans plus tard Gorbatchev allait rencontrer le pape Jean Paul II au Vatican (décembre 1989), puis entretenir un correspondance intensive avec lui comme il allait le reconnaître dans le Denver Post de 1992, en le décrivant comme la plus haute autorité spirituelle du monde. En octobre 1986, ce pape avait organisé à Assise les « Journée mondiale de prière pour la paix », première grande rencontre interreligieuse mondiale où l'on célébra pêle-mêle (si l'on en croit le journal La Croix du 27 oct 1986) la grandeur du syncrétisme bahaï, les origines israélites de Saint François d'Assise, et où sikhs et hindous se  rejoignaient pour former un groupe unique de prière avec les zoroastriens et les "giaïanistes" (ou plutôt "gaïanistes")...  "Un quartier plus loin, dans un local bénédictin, des bouddhistes roulent entre leurs mains le rosaire, afin que les êtres humains soient délivrés des souffrances du corps et de l’esprit.", notait béat l'envoyé spécial Georges Mattia de La Croix. Il ne précisait pas si ces "rosaires" n'étaient pas des chapelets faits avec des morceaux d'os humains comme le sont souvent les chapelets tibétains.

En 1986, il y eut aussi l'opération "Million minutes of peace" (Kah p 127) soutenu par le Lucis Trust, le Dalai Lama (le grand "chef spirituel" qui a pris 1 million de dollars pour aller parler devant la secte sexuelle NKIVM), la Scientologie etc à la cathédrale Saint Jean le Divin (St John The Divine) à Manhattan où à l'époque on pouvait voir un Christ féminin avec des gros seins (un peu comme l'affiche du "Je vous salue Marie" de Godard). En 2018, il se tint une parade des morts-vivants dans cette cathédrale pour Halloween au son terrifiants de la musique du film sataniste Nosferatu. A 32 ans d'écart les constantes sont visibles. L'événement rassembla "plus d'un milliard de minutes de paix sous forme de prières, de méditations et de pensées positives" selon l'organisation Brahma Kumaris qui s'en attribue la paternité.

Pour approfondir le sujet, il faudrait croiser le travail de Gary H Kah avec celui de Mgr Michel Schooyans, professeur émérite à Louvain qui, dans "La face cachée de l'ONU" (eds Le Sarment p. 67) présentait en ces termes la Charte de la Terre (considérée par M. Gorbatchev en mars 2000 comme le "décalogue de la nouvelle éthique globale") en ces termes : "A la lecture de l'ensemble du texte, il saute aux yeux que la Charte de la Terre est imprégnée de tous les stéréotypes divulgués par le Nouvel Age. On remarque, en particulier, la place centrale accordée au thème du holisme ; le grand tout du monde ambiant a plus de réalité que les éléments qui en procèdent et en font partie." Une forme de totalitarisme que M. Shooyans dit inspirée de la notion de holisme inventée par le général philosophe Jan Christiaan Smuts, (1870-1950), une des figures de proue du groupe maçonnique de la Table Ronde (fer de lance de l'impérialisme anglais et de la mise en place de la Société des Nations), collaborateur de Churchill - voir notre billet sur le WWF.

En tout cas on voit bien à la lecture de Kah se mettre en place dès les années 80 la matrice d'un mondialisme mi-luciférien, mi-hindouïste syncrétique (sachant que pour l'hindouïsme toutes les religions sont potentiellement des émanations de leurs divinités), avec très probablement une certaine maçonnerie à l'arrière plan, dont les manifestations n'ont été ensuite que de plus en plus visibles sous Bill Clinton et dans les années 2000. Si l'on ne tient pas ensemble le projet politique d'empire mondial quels que soient les leaders qui le mettent en oeuvre (Napoléon, la reine d'Angleterre, Hitler, le secrétaire général de l'ONU ou le président des Etats-Unis) et ses racines spirituelles, on ne comprend rien à la dynamique profonde du mondialisme.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Les racines néo-nazies supposées de NXIVM au Mexique

24 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Donald Trump

La Youtubeuse canadienne Amazing Polly les 23 et 29 mai derniers enquêtait sur les ramifications du réseau de la secte NXIVM (dont on avait vu les rapports avec les Clinton, le dalaï lama, Trump et Trudeau),  au Mexique.

Elle partait de Nancy Salzman, née Loshin, l'ex-infirmière psychiatrique présidente de la secte, une spécialiste de la programmation neuro-linguistique (une technique d'hypnose comportementale).

Son mari, le docteur Michael A. Salzman était diplômé de l'université autonome de Guadalajara au Mexique puis est devenu spécialiste du laser (le laser qui a fait parler de lui dans l'affaire NXIVM parce que les esclaves sexuelles étaient marquées par ce moyen). Beaucoup de personnes impliquées dans l'affaire NXIVM jugée à New York actuellement sont mexicaines. Par exemple Rosa Laura Junco de la Vega, esclave-recruteuse qui prétendait travailler à l'imposition de critères éthiques dans les médias, est la fille d'un important patron de presse mexicain (Alejandro Junco), notamment fondateur du journal "El Mural". De grandes familles de Monterrey sont aussi impliquées.

Le groupe anonyme pro-Trump Qanon dans un post du 10 mai 2018 avait attiré l'attention sur le fait que le "N" de NWO (nouvel ordre mondial) ne renvoyait pas à "new" (nouvel) mais à "nazi", en précisant que les événements le prouveraient bientôt. C'était quelques jours avant l'arrestation du gourou de la secte, Raniere, à Mexico.

Amazing Polly s'est penchée sur le néo-nazisme au Mexique. En avril 2018, un certain Diego Aviles a affirmé avoir trouvé une pièce datée de 2039 sur laquelle figurait le symbole de l'aigle impérial Nazi et les mots "Nouvelle Allemagne" (une nouvelle qui a été produite à un seul exemplaire puis reprise par des centaines de médias, au point qu'il pourrait s'agir d'une simple opération de manipulation mentale de l'opinion). Elle se demande si tout cet imaginaire n'est pas lié à celui du peintre Orozco qui peignait des fresques murales ("murales") dont une (faite pour un gouverneur de Guadalajara) montre des mélanges étranges de svastikas et d'étoiles rouges. Les membres du culte sexuel NXIVM liés à Guadalajara se considéraient comme des réincarnations d'Hitler et de Goering.

Elle a aussi enquêté sur l'organisation secrète néo-nazie mexicaine "Los Tecos", co-fondée à l'université autonome de Guadalajara par  Carlos Cuesta Gallardo, alias “Traian Romanescu” un des pères du révisionnisme hispanophone. Il aurait été en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale. En fait les Tecos existaient déjà dans d'autres villes dès les années 1950. A Guadalajara ils se sont opposés à Yunque, le groupe dont on a parlé sur ce blog à propos du parti espagnol Vox.

Entre 1964 et 1974 l'université de Guadalajara a reçu  près de 20 millions de dollars de USAID et de riches fondations américaines. Son vice doyen était Antonio Leano, présenté par la youtubeuse comme un haut responsable de Los Tecos. Los Tecos avait pour but d'infiltrer les sphères gouvernementales et les strates intellectuelles de la société. Amazing Poly cite EIR, le groupe de LaRouche sur le sujet (article de 2004) sur ce groupe mais son histoire est plus détaillée ici.  Tecos est une version courte de Tecolotes , pluriel d'un terme mexicain signifiant "chouette". Qanon avait demandé de s'intéresser aux signes autour de la chouette et du Y (qui est aussi présent dans les organisations de l'université de Guadalajara).

Un autre diplômé de la faculté de médecine de Guadalajara fut le docteur Larry Schacht, l'homme qui  prépara le poison pour Jim Jones, un théosophe qui créa une secte d'inspiration communiste, le Temple des Peuples, dont l'expérience se termina par un suicide collectif massif dans le Guyana en 1978. Schacht, fils d'une communiste juive qui dirigeait le Parti communiste à Houston, avait été médecin de la secte.

Pourquoi deux cultes secrets liés à Guadalajara ? Pourquoi tout cet argent américain accordé à cette université ? Le New York Times du 28 décembre 1971 recensait 1220 étudiants américains en médecine à Guadalajara sur un total de 3 000 à l'étranger, dont une moitié de Juifs. Pourquoi tous ces Juifs seraient dans une université où se trouve ce groupe néo-nazi ? Amazing Polly avance que ce groupe Los Tecos pourrait être un groupe d'extrême gauche qui se fait passer pour étant d'extrême droite. Mais l'hypothèse me paraît pour l'instant un peu tirée par les cheveux. Il y a peut-être en tout cas de ce côté là des pistes pour comprendre les dessous sulfureux du Nouvel ordre mondial, comme il y en avait peut-être derrière ces subventions de la mairie de Bordeaux et du CERN à une occultiste admiratrice de la secte nazie du Vril et de ses expériences sous le Troisième Reich.

Lire la suite

Fin de la crise politique en Moldavie 

24 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie, #Peuples d'Europe et UE, #George Soros

Au début du mois de juin la Moldavie s'est retrouvé avec un gouvernement du Premier ministre Pavel Filip soutenu par l'oligarque Vlad Plahotniuc et la cour suprême, et l'autre regroupant les socialistes pro-russe de l'ex-président Dodon et le bloc AKUM derrière Maia Sandu (AKUM). C'est finalement cette dernière qui a été reconnue comme unique Premier ministre légitime avec le soutien des ambassades de la Fédération de Russie et des États-Unis.

Avant cette stabilisation, Filip avait cru pouvoir, le 11 juin, décider que Chisinau déplacerait son ambassade  en Israël de Tel Aviv à Jérusalem semble-t-il pour séduire Trump (communiqué 21 juin) mais l'entretien de l'ambassadeur américain avec Plahotniuc (Kommersant du 14 juin) n'aura pas permis pour autant à Filip d'acquérir une légitimité aux yeux de Washington. Selon la même revue qui citait Dmitri Kozak, vice-Premier ministre de la Fédération de Russie, l'oligarque avait aussi promis secrètement à Moscou un fédéralisation de la Moldavie pour règler le problème transnistrien.

"En examinant le contenu de l'enveloppe, j'ai été étonné de voir les propositions du parti démocrate ouvertement anti-russes visant à modifier le cours politique de la République de Moldova par le biais d'une réorientation à l'égard de la Russie et du règlement du conflit transnistrien fondé sur la fédéralisation de la République de Moldavie", a déclaré M. Kozak. Toutefois, selon ses allégations, le vice-Premier ministre russe aurait recommandé aux socialistes et au président de la République de Moldova, Igor Dodon, "de ne pas prendre en compte les propositions secrètes de Vladimir Plahotniuc ou d'autres partis". Dans l'interview, Kozak insiste sur le fait que la formation d'une coalition parlementaire et d'un nouveau gouvernement à Chisinau n'est pas le choix de Moscou, mais un problème interne à la République de Moldavie. Selon Dmitri Kozak,

La Moldavie a donc choisi la voie suggérée par Washington et Moscou :  organiser de nouvelles élections, mais sur une autre base législative et disposer d'un autre pouvoir exécutif pour jouir de la confiance de tous, avec, dans l'intervalle, la création d'une coalition temporaire entre européistes et pro-russes.

Après son échec Plahotniuc s'est réfugié en Suisse où vivent sa femme et ses enfants. De même certains caciques liés à l'oligarques que Maia Sandu a menacé de traduire en justice ont fait leurs bagages.

Plahotniuc représente une force politique importante. Il a financé des médias plutôt anti-européistes (alors que l'oligarque Victor Topa soutenait les pro-occidentaux). Il aurait aussi contrôlé la justice depuis l'époque du président pro-russe Voronine sous lequel il avait commencé à amasser sa fortune dans les grands trusts étatiques, ce qui explique le soutien que lui a apporté la Cour suprême. L'entente entre les socialistes et l'oligarque s'était manifestée en 2017 avec le vote commun d'une réforme électorale introduisant une moitié de scrutin uninominal comme en Allemagne, mais la rivalité entre les deux forces était restée très vive, avec la suspension du président Dodon par la cour constitutionnelle pro-Plahotniuc en janvier 2018, ce qui explique le ralliement final des socialistes à Sandu.

En décembre 2016 l'oligarque était devenu numéro 1 du parti démocrate (officiellement lié à l'Internationale socialiste) parti relancé dans les années 2000 par un ex-poulain de Voronine.

Il semble que par delà son discours prônant la neutralité à l'égard de Moscou et ses alliances ponctuelles avec les socialistes il soit en fait depuis trois ans proche du clan Soros-Clinton. Début juin 2016, le New York Times avait présenté une photo le représentant aux côtés de Victoria Nuland, ex collaboratrice de Madeleine Albright et secrétaire d'État adjointe d'H. Clinton pour l'Eurasie. Steve Nicandros membre de l’Atlantic Council (qui coopère avec l'Open Society de Soros) et fondateur de la société Frontera qui cherche du gaz dans le sous-sol moldave avait joué les intermédiaires, En 2017 le gouvernement ukrainien entièrement dépendant de Soros avait accusé les services secrets russes d'être derrière un groupe qui préparait l'assassinat de Plahotniuc. 

En 2017 également Plahotniuc a été blacklisté au Etats-Unis à l'initiative des députés républicains Randy Weber et Trent Franks pour avoir, en 2014 organisé le vol d'un milliards de dollars à trois banques moldaves, dont des prêts du FMI ! Le vote de cette loi a nourri des débats sur la question de savoir si l'oligarque avait utilisé Moscou pour blanchir cet argent, sur celle du lien entre Plahotniuc et la traite des blanches, et, enfin sur l'engagement (contre finances) de l'ambassadeur trumpien en Allemagne Ric Grenell au soutien des déclarations pro-occidentales du magnat.

La coalition entre socialistes et pro-occidentaux annonce-t-elle la fin de l'empire de Plahotniuc en Moldavie ?

Lire la suite

Le faux-moine abkhaze du père Tikhon

22 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Abkhazie, #Christianisme

Je lisais tantôt dans "Everyday Saints and Other Stories" du père Tikhon (Chevkounov) qu'on dit être le confesseur de Vladimir Poutine, l'histoire vraie d'un brigand qui s'est fait passer pour un orphelin dont la mère - une religieuse - avait été brûlée vive par des brigands en Abkhazie (voir ici). C'était en 1986, le jeune homme a usurpé une identité authentique après avoir volé des richesses dans un monastère à Omsk (en Sibérie), puis s'est réfugié au Monastère des grottes de Pskov (au Nord Ouest de la Russie). Chevkounov l'a démasqué grâce à une révélation divine qui l'a conduit à faire un tournage à Osmk (pour une vidéo qu'il souhaitait présenter en Géorgie) où les méfaits du faux moines lui ont été rapportés, ce qui lui a permis par recoupement de percer les mensonges de son protégé. 

C'est une histoire édifiante sur le thème du risque permanent de retomber dans le péché, puisque, le faux moine s'étant finalement converti pour de bon, finit quand même ses jours assassiné par la mafia en 2001 pour avoir continué de traiter un peu trop avec elle... Un avertissement en ce qui concerne mes propres mauvais penchants. 

Elle a attiré mon attention parce qu'elle révèle que, dans les années 1970-80, il était possible de se déplacer sans papiers particuliers en Abkhazie soviétique, ce qui était rare à l'époque, et qu'il existait une filière permettant à des moines orthodoxes de s'installer dans les montagnes à l'Est de Soukhoumi. L'orphelin Augustin dont le jeune brigand avait usurpé l'identité avait vu sa mère périr par le feu après avoir été couverte de kérosène par des chasseurs éméchés qu'elle avait accueillis dans une scène digne de Viridiana de Buñuel qui en dit long sur la dureté des moeurs caucasiennes.

J'avais croisé en 2013 un photographe, M. Poli, qui avait été impressionné par le monastère de Nouvel-Athos (Novi Athos). Pour ma part, lors de mon voyage dans ce pays en 2009, je n'avais hélas guère pu m'intéresser à cet aspect des choses.

Lire la suite

La polémique sur l'attaque du pétrolier japonais au large d'Oman

20 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants"

Washington joue la stratégie de la tension avec l'Iran : le 13 juin dernier des explosions étaient signalées à bord d'un tanker norvégien  tandis que le tanker japonais Kokuka Courageous essuyait des tirs aériens au large des côtes du sultanat d'Oman. La veille d'autres pétroliers dans la zone avaient été pris pour cible. Le 13 au soir, , l'armée américaine affirmait qu'un bateau de la marine iranienne aurait enlevé une mine non explosée fixée à la coque du Kokura Courageous.  Les Américains ont ensuite précisé que la mine-ventouse identifiée sur cette coque est "semblable à celles utilisées par l'Iran", (déclaration du commandant de l'US Navy, Sean Kido le 19 juin). Les médias iraniens reconnaissent que des commandos spéciaux iraniens ont été dépêchés sur place pour neutraliser l’engin explosif mais ajoutaient que la mine a été transférée en Iran pour une enquête plus approfondie parce que Téhéran soupçonne que l'engin pourrait avoir été placé là par les Occidentaux qui menaient dans cette même zone des exercices de minage ou de déminage. L'Union européenne a manifesté des réserves sur la version des faits états-unienne, et personne ne voit bien pourquoi Téhéran aurait attaqué un tanker japonais au moment-même où le premier ministre de ce pays effectuait une visite historique en Iran. Pour beaucoup Washington, qui impose des sanctions sévères à Téhéran, a plutôt voulu adresser un avertissement à son allié japonais pour le dissuader de développer les échanges commerciaux avec son ennemi tout en faisant monter la confrontation militaire dans le Golfe arabo-persique.

Donald Trump dans cette affaire cherche-t-il à obtenir un meilleur accord avec Téhéran au terme d'un bras de fer comme il l'a fait avec Pyongyang l'an dernier ou cède-t-il aux néo-conservateurs alliés d'Israël qui souhaitent aller au bout du processus de guerre avec l'Iran ? La question fait débat.

Lire la suite