Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Oublions un peu Donetsk, lisons Mme David-Néel

14 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités

Je crois que je vais me désengager un peu de mon projet de livre avec mon petit camarade qui est à Donetsk. Je ne suis pas convaincu de la cohérence entre sa partie "chronique de guerre" et mon introduction "analytique".

 

Je retiens ce qu'il m'a dit et qui m'avait déjà été précisé par le Dissident internationaliste : il y a aussi une extrême-droite chez les pro-russes, et pas seulement dans les troupes de Kiev. Mais ça, on le savait : il suffisait de voir l'archange sur leur drapeau. Rien n'est jamais tout noir ni tout blanc, évidemment.

 

A part cela ma petite reprise des infos d'Antiwar.com sur un gros mensonge de guerre américain en Irak, fait son effet sur le blog de l'Atlas alternatif (plus de 100 likages en une journée) et aussi ma synthèse sur les recours possibles des Palestiniens devant la cour pénale internationale (50 likages). Ce qui est court et efficace est apprécié.

 

china.jpgJe lis "Voyage d'une Parisienne à Lhassa" d'Alexandra David-Néel après avoir aperçu un reportage sur cette étrange bonne femme il y a peu. J'apprends qu'elle est une disciple d'Elisée Reclus, ce qui en soi est très prometteur (et je ne dis pas cela parce que cet auteur anarchiste a beaucoup pratiqué le Béarn comme moi, mais parce que son oeuvre est objectivement considérable). Quand on entre dans un récit de voyage comme celui de feu-cette dame sans autre lecture préalable, on est toujours bien sûr frustré, parce qu'on sait qu'on ne connaît rien d'elle, ni de son milieu social, ni de son vécu antérieur. C'est comme si quelqu'un que vous n'avez jamais vu venait vous parler à l'oreille ; on ne se sent pas bien préparé. Mais d'un autre côté, cela a aussi son charme. On se sent très vierge, très frais, plus à l'écoute. On découvre son style, on tente de deviner à travers lui une tournure d'esprit, un savoir accumulé, et bien sûr toute une époque en arrière-plan. La dame savait beaucoup de choses, avait suivi des tas de cours au collège de France. Les textes sacrés indiens et tibétains n'avaient pas beaucoup de secrets pour elle par exemple. Il est intéressant qu'elle ait croisé cela si tôt avec une tournure d'esprit libertaire. Et je crois qu'on n'a pas fini de mesurer les implications que cela put avoir, notamment l'ampleur de cette initiative qu'elle eut : de partir en tant que femme seule, sur les routes du Tibet, sous les traits d'une mendiante. Dans les mythes grecs ce sont les dieux qui se déguisent en clochards, là c'est Mme David-Néel qui le fit, toute femme qu'elle était, et toute étrangère dans l'Himalaya en 1924 ! Quelle histoire extraordinaire... Je vous en reparlerai peut-être.

Lire la suite

Poésie donetskienne

13 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Voilà qui m'apprendra à laisser mon téléphone portable au fond d'un tiroir (non, en fait j'ai bien l'intention de l'y laisser jusqu'à la fin du mois) : je tombe cet après midi sur un message déposé sur mon répondeur hier de... BBC Afrique... La journaliste me demande mon avis sur le convoi humanitaire russe à destination du Donbass...

 

Bon, je suppose que le sujet a un peu trop vieilli pour qu'il soit utile que je la rappelle (24 heures dans le milieu des médias c'est énorme...).

 

A part ça, mon camarade avec qui je vais écrire le livre sur la République populaire de Donetsk est arrivé dans le Donbass hier soir. Il m'écrit ce matin : "Cher Frédéric, Ce petit mail pour te confirmer que je suis bien arrivé sur le terrain des combats. Je suis entré ce matin à l’aube  dans Dontesk (la nuit passée, à cause des bombardements sur la route, cela n’a pas été possible : mon chauffeur n’a pas voulu et nous nous sommes arrêtés dans une bourgade à quelques kilomètres de la ville). Un de mes contacts à Donetsk, pro-russe, est un poète ukrainien assez connu ici ; il parle très bien le français (sa femme réside d’ailleurs à Paris où ils ont un appartement). Il se bat avec les mots mais aussi avec les armes (il s’est enrôlé dans une milice, malgré son âge – il a plus de soixante ans)."

 

J'aime l'idée qu'il y ait des poètes dans l'armée de Donetsk. Je ne sais pas pourquoi ça m'a fait penser aux images de cette vidéo sur l'Abkhazie à la minute 2'35.

 

Lire la suite

Pierre-Henri Gouyon sur l'inné et l'acquis

12 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

Vous savez que je suis un lecteur attentif de la psychologie évolutionniste et un adversaire du constructivisme intégral. Voici une conférence qui permet de préciser un peu les concepts de la génétique.

 

 

 
Pour le plaisir un petit topo de Gouyon aussi sur les OGM :
 
Lire la suite

Article publié dans "Courrier du Maghreb et de l'Orient"

11 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

YÉMEN – « L’autre » guerre entre sunnites et chiites… Aux portes du royaume saoudien

 

par Frédéric Delorca

 

Les projecteurs de l’actualité internationale, en ce moment, sont braqués sur la création d’un califat intégriste sunnite au nord-ouest de l’Irak (l’États islamique – EI) et la mobilisation des milices chiites qu’elle suscite en réaction à Bagdad et dans le sud du pays. Mais un conflit entre chiites et sunnites a connu un regain de violence récemment, au sud du royaume saoudien, en République du Yémen.

Le 23 juillet dernier, le président yéménite Abed Rabbu Mansour Hadi effectuait une visite surprise à Amran, à 72 km au nord de la capitale, Sanaa, et annonçait le déblocage de 23 millions de dollars pour la reconstruction des installations urbaines ravagées par les récents affrontements entre Ansar Allah (les combattants du mouvement houthiste, chiites, en conflit permanent, depuis de nombreuses années, avec le gouvernement corrompu et totalitaire de Sanaa) et la 310ème brigade blindée contrôlée et dirigée par un membre du parti Islah (principal parti d’opposition, lié aux Frères musulmans sunnites), unité d’une armée régulière yéménite elle-même en proie à la guerre des chefs. Les combats ont aussi provoqué la fuite d’une centaine de familles qui s’ajoutent au demi-million de personnes déplacées à l’intérieur du Yémen depuis 2004.

 

Lire la suite ici

Lire la suite

Un jour sans fin

10 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik

luneIl paraît qu'il y a une super Lune ce soir. Le ciel est nuageux. Je ne la verrai donc pas. Tant mieux.

 

Arte ce soir diffusait "Le jour sans fin" ("Le jour de la marmotte"). Une comédie à coloration métaphysique : un type est coincé dans un coin perdu de Pennsylvanie, et condamné à revivre sans cesse le même jour.

 

Moi aussi je suis entré dans un jour de la marmotte depuis 8 mois (bientôt le temps d'une gestation) en ce sens que je n'ai plus aucun contrôle sur ce qui m'arrive. Toutes les pédales ont lâché, je ne peux plus rien anticiper des réactions des gens à mon égard, je ne décide pas vraiment ce que je fais, ce que je dis, et je vois bien que les propos que m'adressent les gens, en bien comme en mal, ne me sont pas vraiment destinés et ne dépendent pas vraiment de ce que moi-même je leur dis.

 

Une médium (et maître de reiki) vendeuse de fromage dans un  supermarché (ça n'empêche pas, et ça va même plutôt ensemble sembe-t-il) du côté d'Aubagne me disait, lors de la dernière soirée de lune noire : "Il te suffit de te laisser porter". Bigre ! Mais ça n'a jamais été ma philosophie ça, ma bonne dame ! Moi je m'suis fait tout seul. Fils d'ouvrier, grandes écoles, blabla... Tsst tsst ! cause toujours mon bon ami ! la Lune a changé de place. Maintenant tu n'as plus ton mot à dire. Supporte ta migraine et laisse le volant aux autres... ou aux Autres...

Lire la suite

Souvenirs plotiniens

10 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

plan 031Quand j'étais étudiant à la Sorbonne (Paris IV), en licence de philo, en 1991, je me sentais à la fois auréolé du double prestige d'avoir été lauréat en philo du concours général des lycées, et étudiant en cursus parallèle à Sciences Po (ce qui était rare à l'époque), et, en même temps, un peu idiot du village dans cette fac, moi, qui étais très branché "philosophie contemporaine" (Hegel, Nietzsche, Heidegger), surtout lorsque je côtoyais des gens qui traitaient des sujets particulièrement exotiques...

 

J'avais notamment été sonné quand j'avais croisé un petit mec grassouillet aux cheveux raides qui m'avait dit qu'il comptait faire sa maîtrise sur Plotin (je ne me souviens plus exactement sur quel aspect du plotinisme). Il me paraissait proprement fou d'avoir envie de traiter pareil sujet. Pour moi (et pour la vulgate de l'époque) Plotin était une sorte de forme abâtardie (et rifidifiée avec ses "hypostases") du platonisme, suspendue un peu au dessus de rien (puisque cela n'annonçait même pas le christianisme), une branche morte, tardive, un peu folklorique avec ses croyances dans la magie, son végétarisme ascétique etc. Ni Hegel, ni Nietzsche, ni Heidegger n'en avaient (à ma connaissance) rien dit de bon, donc ça ne méritait pas qu'on s'y attarde (je pense que j'aurais pensé la même chose de la cohorte des philosophes que cite Diogène Laërce et qui ont fait le délice des méditations solitaires du présent blog depuis cinq ans...). Donc le type qui se lançait dans une maîtrise là dessus me semblait d'une audace folle, et cela m'impressionnait beaucoup (ne serait-ce d'ailleurs que parce que cela supposait de bien maîtriser le grec ancien).

 

Aujourd'hui je suis intrigué de lire des petites lignes sur la théorie de la puissance chez Plotin et ses similitudes avec le shivaïsme du Cachemire. J'y perçois une familiarité avec tout mon fonctionnement intime, mes valeurs, ma façon d'être, sans même avaler des livres entiers là dessus (à quoi bon ?). Tout revient tout le temps, finalement...

 

 

Lire la suite

Prohodos-epistrophe

10 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

ganesh.jpgJe lisais ce matin un texte universitaire très intéressant sur le double mouvement prohodos-epistrophe (dispersion de l'Un, reconcentration) chez Plotin. Le chercheur mettait l'accent sur les points communs entre ce monisme idéaliste néo-platonicien et celui du shivaïsme du Cachemire (dont bien sûr je n'avais jamais entendu parler). Il est amusant de voir que la notion plotinienne au fond est très accessible, intuitivement, pour quiconque a pratiqué Heidegger dans sa jeunesse (avec sa problématique du "retrait de l'être").

 

Dans les années 80, Heidegger était un ersatz de spiritualisme et de mysticisme. Sa présence comblait un vide intellectuel dans l'école républicaine rationaliste française. S'il disparaît aujourd'hui au profit de l'étude de l'empirisme anglo-saxon, je ne suis pas sûr que ce soit un gain réel pour la formation des ados de notre époque.

 

J'ai appris aussi que le shivaïsme offre une variante "féminine" (tantrique) fondée sur l'Un comme pouvoir plutôt que comme pureté immobile (qui est sa vision "masculine" dans les Upanishad). On reconnaît là le langage de la filiation Héraclite-Hegel-Nietzsche.

Lire la suite

Also sprach Ganesh

10 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca

Que celles et ceux qui ont trahi mes combats cet été ne me recontactent plus jamais. Qu'ils aient au moins la décence d'aller se murer dans leur trou à rats.

 

 

Lire la suite

Jupiter

9 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik

Souvenir des écrits de Nietzsche sur la solitude. Souvenir de la fascination de Deleuze pour l'art japonais de l'épure. Contrairement à ce que soutiennent les "coach" et thérapeutes en tout genre, la vie n'a pas pour but de "devenir ce qu'on est". La vie n'a tout simplement aucun but, et c'est cette absence de but qui devrait nous la rendre très légère à vivre.

 

amon.jpgJournée de samedi dans une solitude complète à terminer l'écriture d'un livre (j'en suis à 94 pages A4) dont je n'attends strictement rien (je pense le faire paraître chez Edilivres, complètement incognito). Puis pour faire plaisir à Pierre Piccinin qui partira pour Donetsk lundi, je vais tenter d'écrire les premiers chapitres de ses chroniques de terrain sur l'Ukraine qui paraîtront sans doute chez l'Harmattan. Ces écrits politiques me paraissent moins fondamentaux que tout ce que je fais d'inutile loin des regards.

 

Je songe beaucoup à cette image de Caton d'Utique dans Lucain renonçant à visiter le sanctuaire d'Amon en Egypte (où Alexandre le Grand avait consulté l'oracle, marrant comme les philosophes se définissent souvent par opposition à Alexandre, pensez à Diogène) parce que, disait-il, "Jupiter est en moi", de sorte qu'il n'y avait pas besoin d'aller le consulter en plein désert. Cela rappelle bien sûr ce passage de l'Evangile où Jésus fait scandale en disant que le temple de Salomon n'a aucune valeur car Dieu peut le détruire d'une pichenette, aucune valeur à côté de la présence de Dieu en nous. Si l'on agit en politique, si l'on tente de faire connaître la vérité, si l'on fait de l'art, si l'on écrit, si l'on aide son prochain, c'est pour manifester le Jupiter qui est en nous. Mais cette théophanie ne doit être qu'un élément accessoire d'une présence en soi d'une force qui doit être à elle-même son propre but.

 

Si cette présence n'est pas suffisamment tangible il existe des techniques pour mieux l'éprouver en soi. Mais l'action (l'écriture, le combat etc) ne doit être qu'un attribut secondaire de la présence, pas un succédané.

Lire la suite

Encore les soldates chinoises !

7 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

Trois de mes lecteurs hier provenaient du forum ici sur lequel quelqu'un a posté mon article de février 2012 sur la milice chinoise (ici). Cela m'a donné envie de revoir cette vidéo du défilé militaire de 2009.

 

Les femmes sous nos latitudes sont si décevantes à titre individuel à tous égards (bon d'accord, les hommes le sont aussi, mais ce n'est pas le sujet de ce billet), que le regard masculin français va trouver une satisfaction compensatoire à les contempler par "blocs de bataillon" sous des cieux orientaux... Il en admire l'ordre, la puissance, en même temps que le côté décalé (il fallait être chinois pour oser concevoir ces uniformes roses fushia !).

 

Même si le Parti communiste chinois n'avait à son actif que l'organisation de ces défilés et l'entretien de ces formations militaires pour le plaisir de nos regards, cette réalisation à elle seule excuserait toutes ses éventuelles erreurs à la tête du pays le plus peuplé du monde. Dis kai tris to kallon ! (Que ce qui est beau revienne deux ou trois fois !)

 

Lire la suite

Donetsk va tomber

6 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

don_quichote300.jpgCa fait quelques jours que je le dis à mon camarade qui veut m'emmener à Donesk : inutile d'aller nous exposer aux missiles Grad car la ville va bientôt tomber. Parce que Poutine l'a lâchée. Poutine c'est le capitalisme russe et le capitalisme ne connaît aucune loyauté. La Transnistrie avait une 15ème armée russe commandée par Lebed sur son sol. Pas la République populaire de Donetsk. L'issue de l'Histoire tient à ce genre de "détail".

 

Cette nuit je pense à la chute de Barcelone, telle que narrée par mon grand-père... Selon lui ç'avait été aussi une affaire de trahison. Je crois que c'est Alexandre Zinoviev qui écrivait dans Homo sovieticus, que la trahison se cache sous chaque aspect de la vie et qu'il faut apprendre à faire avec. Si c'est si vrai... Seuls les gens peut exigeants, adaptés à la routine et à la dimension la plus superficielle de la vie, ne voient pas à quel point ils sont trahis à longueur de journées...

Lire la suite

Deleuze sur Israël, le suicide, Caton le Jeune

3 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Avez-vous vu ce texte de Deleuze sur Israël ici ? Je ne savais pas qu'il avait écrit là-dessus aussi...

 

J'ai déjà dit il y a peu combien Deleuze a compté pour moi du temps où je lisais beaucoup Nietzsche (et du temps où Deleuze vivait encore car je suis un vieux de la vieille). Ca ne veut pas dire que je suis un inconditionnel. Je ne sais plus qui lui reprochait d'avoir un peu abaissé la philosophie en écrivant sur le tennis et ce genre de trivialité. Et puis je n'ignore pas tout le débat qu'il y a eu contre les facilités de la "pensée 68". Aujourd'hui j'aime bien le côté chamanique de Deleuze, je l'ai dit, notamment sa position sur le langage et le cri animal. Peut-être aurait-il même pu aller plus loin sr ce terrain là, mais le milieu universitaire reste singulièrement coincé sur la question des instincts, et de l'animalité (c'est pourquoi aussi ce milieu est dépourvu de générosité, d'où le fait qu'il a trahi la révolution et minutieusement flingué la gauche en quelques décennies).

 

En tout cas, je me réjouis que ce philosophe ait écrit cela sur la Palestine. Ce qui se passe à Gaza est criminel, inique, et la lâcheté des Occidentaux dans leur inaction d'une vulgarité sans nom. Hollande et Valls seront jugés par la postérité à l'aune de leur couardise sur ce dossier aussi.

 

A part ça, loin de Deleuze, mon inconscient (car j'ai trop d'articles et de livres à écrire en ce moment pour avoir consciemment le temps et l'énergie de lire) rumine des bouts d'idées dont je ne sais pas quoi faire. Par exemple je pense beaucoup au suicide. Parce que je songe à des amis qui ont une propension à se rendre dans des zones de combat. Et parce que je regarde aussi ce qu'il y a eu de suicidaire en moi, plus d'une fois, dans mon comportement au cours des derniers lustres. Est-ce une pulsion suicidaire soft ? Je ne sais pas. La question m'intrigue beaucoup parce que pendant longtemps j'ai condamné, sous l'influence de Nietzsche, le bouddhisme comme étant une pensée suicidaire (le christianisme aussi d'ailleurs). Mais en même temps j'admire le stoïcisme, qui peut-être n'est pas moins suicidaire que la sagesse du Bouddha. Et la Bhagavad Gita hindouiste n'est elle pas elle aussi suicidaire ?

 

Le suicide chez les stoïciens est-il essentiel ou accessoire dans leur doctrine ? L'homme qui place les principes au dessus de la vie n'est-ils pas suicidaire ? Voilà une considération très nietzschéenne. Les principes sont un concentré de vie à très haute intensité, selon moi. Donc si c'est se suicider que de les défendre, c'est sans doute non pour rechercher une destruction, mais pour accéder à une vie d'un niveau supérieur. C'est un suicide pour "plus de vie". Il n'y a peut-être pas de paradoxe dans cette affirmation.

 

cato.JPGJe tiens intuitivement Lucain pour un génie, au vu des quelques pages que j'ai lues au hasard dans sa Pharsale. J'ai déjà dit pourquoi ici à propos du siège de Marseille ou de la retraite de Pompée. Je rumine en ce moment, quand je me promène dans les rues, ses lignes sur l'avancée des légions de Caton dans le désert des Syrtes. L'essence suicidaire de l'idéalisme stoïcien de Caton y apparaît dans toute sa crudité...

 

Une pensée pour le portrait du Caton d'Utique trouvé à Volubilis qu'on peut encore admirer en Provence dans une exposition temporaire. Présentation très correcte de ce portrait ici. Le culte de Caton d'Utique dura jusqu'à Marc-Aurèle, ce n'est pas pour rien. Caton d'Utique était aussi le père spirituel de Brutus qui était son gendre, ne l'oublions pas...

Lire la suite

"La lente reconquête du Donbass et l’enlisement du régime de Kiev"

1 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

goya.jpgBernard-Henri Lévy a une curieuse manière de présenter les mineurs et les ouvriers du Donbass enrôlés dans les milices d’auto-défense de la République populaire de Donetsk : «Dans l'est de l'Ukraine, le moins que l'on puisse dire est que Poutine a joué avec le feu, écrivait-il dans le bloc-note du Point fin juillet. Il a ramassé et mobilisé ce qu'il y avait de pire dans la région. Il a transformé en soldats des voyous, des voleurs, des violeurs, des repris de justice, des pillards.» Ses mots ont le mérite de mettre des images colorées sur l’opinion distillée par nos grands médias à longueur de journées à propos des milices d’auto-défense du Donbass.

 

Ces grands médias s’intéressent cependant davantage à leurs missiles. Et sur ce point, la destruction de l’avion de lignes MH 017 de Malaysia Airlines est devenu un enjeu majeur de propagande de guerre à l’Ouest.

 

Dans un premier temps, il ne s’était agi « que » de mettre en cause les séparatistes de Donetsk.  La suite de cet article sur Esprit Cors@ire ici

Lire la suite

Pour le centenaire de la mort de Jaurès

31 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

jauresmeetingpresaintgeuk6.jpgJe vous rappelle ce texte sur les socialistes de 1900, écrit par Romain Rolland, témoin oculaire, qui fait un portrait intéressant de Jaurès, et "sur le vif" - sans reconstitution a posteriori. Cliquez ici.

Lire la suite

"Tu dors Brutus ?"

31 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca

augusteAujourd'hui nous assassinons Jules César (puisque nous terminons le mois de Jules) demain César-Auguste (le mois d'Augustus) lui succèdera.

 

Ad augusta per angusta.

L'arrivée de César-Auguste fut vraiment une bonne chose à rome (et donc dans tout le monde occidental de Cadix à Zeugma), parce que tout était vraiment trop embrouillé à Rome avant lui. Plus rien ne tenait debout, trop d'options essayées, contradictoires, trop de jeux de séduction incohérents.

Il fallait laisser les étoiles redistribuer les cartes.

"Externi generi uenient qui sanguine nostrum nomen in astra ferrant"

 

Auguste avait un observatoire des étoiles. Il était fils symbolique d'Apollon comme Pythagore (toute l'Enéide parle le langage pythagoricien, y compris le "in astra ferrant" d'ailleurs). Tout cela les rattachait au nombil du monde : Delphes.

 

Comme ils l'ont bien compris dans la très pythagoricienne Massalia, ville sous la double protection d'Apollon et de P1010391l'Artèmis d'Ephèse (une Artémis qu'on peut assimiler à tout et son contraire y compris à Iphigénie, comme le notait Salomon Reinach jadis), Apollon et les déesses-mères sont liés. Dans mon village en ce moment toutes les affiches ne parlent que de la fête de la sainte patronne, qui aura lieu à la moitié de mois, et qui est aussi une déesse-mère.

 

lucreceOn assassine César, et les fonds spéculatifs assassinent la très attachante Cristina Hernandez de Kirchner, présidente d'Argentine, la Donetsk ou la Gaza de l'hémisphère austral. Borée relève toi, ils sont devenus fous !

Lire la suite