Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Ron Paul gagne en Transdniestrie

25 Janvier 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie

Transnistria_State_Flagsvg-copie-2.png Un exemple de la propension des gens de gauche à davantage compter sur la droite conservatrice pour défendre leurs intérêts que sur les partis de gauche ou de centre-gauche, cet article paru dans le Tiraspol Times du 4 janvier 2008 : Ron Paul wins in Transdniestria (http://www.tiraspoltimes.com/news/ron_paul_wins_in_freedom_loving_transdniestria.html). La Transnistrie comptait plus sur la victoire à l'élection présidentielle américaine du candidat républicain anti-néo-cons Ron Paul pour pouvoir défendre son particularisme (y compris ses acquis sociaux hérités de l'URSS) que sur celle du Parti démocrate. Jean Bricmont dans le dernier film de Béatrice Pignède dit aussi beaucoup de bien de Ron Paul.
Lire la suite

Izquierda

24 Janvier 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

Beaucoup de gens de la gauche radicale que je côtoie semblent se résigner à l'idée selon laquelle les idées de gauche en tant que telles n'ont plus de place dans ce monde. A les entendre, un scénario comme les élections serbes - où il n'existe pas de troisième option entre la droite néo-libérale et la droite nationaliste - préfigureraient l'avenir du monde. Le socialisme n'a plus de modus operandi, la socialdémocratie,  transformée en social-libéralisme, s'est ralliée au néo-libéralisme (comme dans le gouvernement d' "ouverture" de Sarkozy), disent-ils. Les tentatives de conservation d'un certain égalitarisme qu'on trouve au Venezuela ou à Cuba par exemple pourraient aussi se développer dans le cadre de modèles sociaux "de droite anti-mondialisation", qu'ils soient laïques, chrétiens intégristes, hindouïstes, islamistes etc. Et même ces modèles de droite, plus réalistes et pragmatiques qu'une gauche intellectuelle sentimentale et fumeuse, constitueraient finalement un rempart plus efficace face aux folies du néolibéralisme.  undefined

Voilà ce que disent ces gens. Dans le triptyque socialisme-libéralisme-conservatisme que dessine Wallerstein, ils gomment le socialisme, qui ne serait plus qu'une vue abstraite. Une certaine atonie des mouvements de gauche, en Europe, mais aussi dans le Tiers-Monde (en Afrique, au Proche-Orient) leurs donnent raison. Pourtant d'autres régions (l'Amérique latine, le sous-continent indien) invalident leurs thèses.

J'entends ces discours, et, pour le moment, me garde d'émettre le moindre jugement sur leur compte.
Lire la suite

A propos de l'optimisme historique

24 Janvier 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

undefined"Les communistes affirment que les conflits entre le Communisme et le Capitalisme, bien que le capitalisme puisse remporter quelques victoires partielles, conduiront finalement à l'établissement du communisme. Ils n'envisagent aucune autre conséquence ; il y en a une pourtant tout aussi probable : le retour à la barbarie!; nous savons tous que la guerre moderne est une affaire d'une certaine importance et que dans la prochaine guerre mondiale, il est probable que d'immenses populations seront en fait exterminées par les gaz toxiques et les bactéries. Peut-on imaginer sérieusemnt qu'après une guerre par laquelle les grands centres de population seront détruits, ce qui restera de population sera d'humeur à établir le communisme scientifique ? Il est à peu près certain que les survivants se livreront à tous les excès, luttant tous pour le dernier navet ou la dernière betterave. Marx avait coutume de travailler au British Museum ; mais après la Grande Guerre, le Gouvernement britannique plaça un tank juste à l'extérieur du musée, sans doute pour apprendre aux intellectuels quelle est leur place (...). Je crains que l'optimisme dogmatique de la doctrine communiste ne puisse être considéré que comme une survivance de l'époque victorienne".

Bertand Russell, Histoire des idées au XIX ème siècle, Gallimard, Paris, 6 ème édition 1951, p. 175
Lire la suite

Savoir raccrocher

24 Janvier 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Dans un entretien que publiera la revue de langue allemande Cicero le mois prochain, Peter Handke explique avoir dit tout ce qu’il avait à dire, ce qui rendrait inutile la poursuite de ses écritures, après quarante ans d’activités littéraires : ”Il est temps d’arrêter désormais” (http://passouline.blog.lemonde.fr/). 

A méditer...
Lire la suite

Bertrand Russell à propos des nationalités

19 Janvier 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

russell2.jpg
Il est difficile d'exposer exactement le principe des nationalités. En gros, il proclame que n'importe quel groupement géographique qui désire constituer une unité gouvernementale a le droit d'être un Etat unique indépendant. Mais dans la pratique, il comporte des restrictions. Quand en 1917 une seule maison de Pétrograd, s'appuyant sur ce principe, se déclara nation luttant pour son droit à la liberté, on trouve qu'elle allait trop loin, et même le Président Wilson ne l'encouragea pas. L'Irlande avait le droit d'invoquer le principe contre l'Angleterre, mais les comtés de Fermanagh et de Tyrone ne pouvaient l'invoquer contre le reste de l'Ulster du nord-est. Ainsi, une des restrictions de ce principe consistait en ce qu'il ne devait pas intéresser un territoire trop petit. Une autre restriction était que le territoire ne devait pas se trouver en Asie ou en Afrique ; cela parut évident à tous les gens bien-pensants, jusqu'à ce que les Russes eussent été battus par les Japonais. Et enfin, il fallait que le territoire en question n'ait pas d'importance internationale exceptionnelle, comme Suez ou Panama.

Pour les libéraux, jusqu'en 1871, ces restrictions ne furent pas évidentes, car à leur sens, une nation était une entité mystique, possédant une âme presque aussi définie que celle d'un être humain. C'est ce sentiment qui assura un contenu valable au principe de nationalité.


Bertand Russell, Histoire des idées au XIX ème siècle, un livre publié dans l'entre-deux-guerre. Gallimard, Paris, 6 ème édition 1951, p. 303
Lire la suite