Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Nouvelle interview de Frédéric Delorca sur BBC Afrique

16 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

ukrainePour ceux que cela intéresse j'ai été à nouveau interviewé sur BBC Afrique, cette fois ci sur la loi d'autonomie du Donbass, cela sera diffusé demain ici (édition des infos du matin en version audio).

Lire la suite

The tide is high

12 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma

Cécile Duflot l'a dit assez intelligemment à l'émission de Laurent Ruquier il y a huit où quinze jours lorsqu'elle y présentait son livre anti-Hollande : la politique c'est une dynamique, disait-elle en substance, ça ne s'arrête jamais, ça penche dans, un sens, dans l'autre. On se place à un endroit, ça bouge dans un sens, on se place à un autre, ça bouge dans l'autre, ce n'est jamais stabilisé (une image que synthétise bien ce petit passage du Muppets show...)

 

 

Voyez l'Ukraine. Il y a eu la Révolution orange très pro-occidentale, un basculement "centriste" (pas si pro-russe que ça) avec Youkanovitch, puis l'Euromaïdan fascisant, la belle réaction du Donbass (même s'ils ont leurs fachos aussi), et puis aujourd'hui ce journaliste du Guardian qui écrit en substance "you ain't see nothing yet", parce que les néo-nazis qui ont été vaincus dans le Donbass veulent faire payer l'ardoise à Porochenko, et que cela selon lui pourrait conduire au coup d'Etat (le second) à Kiev... Là non plus ça ne s'arrête jamais. Une fois que la boite de Pandore du néo-nazisme est ouverte on ne sait pas où cela va.

 

En Irak, on a ouvert la boite de Pandore d'Al Qaida en dégommant Saddam, on se retrouve avec EEIL. Hollande joue les gros bras, se vante d'avoir dégommé le chef des Shebab (un peu trop bruyamment, on dirait qu'il veut des attentats sur son sol) et semble content de se pavaner à Bagdad au soutien d'Obama, mais comme dit Villepin dans Le Monde aujourd'hui "on a l'air malins avec notre quinzaine de foyers djihadistes aux quatre coins du monde musulman" (c'est en substance son message, je crois) et on se demande bien quelle nouvelle catastrophe nous prépare la spirale de l'ingérence (au fait, vous y croyez vous à l'ouverture d'une ambassade de l'Azawad aux Pays Bas ? Les Maliens en ont l'air convaincus...).

 

Chacun vit cela aussi dans sa vie personnelle évidemment. Je peux vous citer des tas de gens qui ont été enthousiasmés de me rencontrer au premier semestre et qui, aujourd'hui, m'accablent de leur mépris (ça c'est un mécanisme psychologique assez connu surtout chez la gent féminine surtout quand on publie des livres : "oh, vous publiez des livres, vous êtes écrivains comme c'est intéressant, ça fait plaisir de parler avec quelqu'un de subtil !", l'égo de la personne est flatté de dialoguer avec vous, se gonfle, se gonfle, et ça finit par "ha ha, quel écrivain de pacotille et humainement sans intérêt j'ai croisé sur mon chemin !", le processus est plus ou moins rapide mais fréquent, et très banal). Cette inconstance humaine rend notre espèce intéressante, mais aussi très fatigante à la longue, et finalement assez minable, de mon point de vue.

 

Heureusement le citoyen, peut suivre la politique nationale et internationale comme un téléfilm en se disant que les épisodes suivants ne seront pas nécessairement aussi noirs que le prédisent les Cassandre, et suivre aussi sa propre vie comme un  film en se distrayant dans la lecture d'un livre, le zapping sur les réseaux sociaux, n'importe quel hobby.

 

En parlant de film, je regarde "Au hasard Balthazar" de Bresson en écrivant ce billet. Pourquoi diable en minute 21'45 y a t il une voiture immatriculée dans mon coin de France paumé, le Béarn ? La voiture est immatriculée MQ, celle de mes parents pendant mon enfance était JQ, un peu plus ancienne donc. Tourner avec un baudet des Pyrénées, était-ce raisonnable ? Oui, le film se passe entre Béarn et Pays Basque. La convocation en minute 35"46 est à la brigade de police de Mauléon.

 

 

A part cela, je dois l'admettre, l'esthétique du film ne me convainc pas trop, même si l'idée de mettre en scène un animal "biblique" comme dit Bresson n'est pas mauvaise, de même d'ailleurs que l'idée de produire des énoncés sur un ton monocorde. Marrant comme la curauté fascinait les années 60, époque où on n'a jamais autant commenté Sade. Cela dit à la minute 1H09 il y a une bonne scène où le langage de la douceur se retourne en langage de la méchanceté, cela rejoint bien l'idée de "dynamique qui ne s'arrête jamais". "La vie n'est qu'un champ de foire, un marché où la parole n'est même pas nécessaire" dit le paysan dans le film.

 

En parlant de foire, voyez la phrase de Michel Onfray à propos de l'ex-maîtresse de François Hollande, "quelqu'un qui se venge, qui est jaloux, qui est méchant dont on connaît le trajet de Rastignac. Ce n'est pas une oie blanche, on sait que la libido lui a beaucoup servi dans son trajet". C'est quand même plus réaliste que le brûlot de cette Mme Bourcier de Lille 3 non ? Chaque affaire de moeurs de nos politiques, tous les ans, est prétexte à polémique théatrale entre féministes, amoureux de l'amour, rigoristes, que sais-je encore. Une fois ce sont les excès de M. Strauss-Kahn, une autre les rancoeurs d'une ex-concubine du président...

 

Pour finir une petite interview de Bresson :

 

 

 

Lire la suite

La chasse aux BRICS

11 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

dollarJe vous invite à regarder sur le blog de l'Atlas alternatif les opérations de déstabilisation du "soft power" occidental contre Jacob Zuma en Afrique du Sud (via la titulaire du poste de Médiatrice), et contre Dilma Rousseff au Brésil (avec la candidature aux élections du 5 octobre de Marina Silva soutenue par le WWF et le groupe Rothschild, c'est-à-dire la monarchie britannique et la City... c'est à se demander si l'accident mortel du candidat qu'elle remplace cet été était si "accidentel" que cela...).

 

Il semblerait que la nouvelle banque des BRICS qui prête des milliards à l'Argentine et veut évincer le dollar fait vraiment peur... Tout est fait pour casser les BRICS !

Lire la suite

Une ex-ministre

7 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Mme Filipetti à la Une de l'Huma dimanche. La grande presse de centre-gauche, pour sa part, fait des portraits croisés : Mme Filipetti la normalienne chiante qui cite Aragon et reste fidèle à la gauche, Mme Fleur Bidule, son successeur, ENA-ESSEC, social-libérale, dialoguant avec des rapeurs à la TV, branchée, moderne.

 

Retrouvé dans mes archives un lien URL

http://www.primo-europe.org/showdocs.php?rub=11.php&numdoc=Do-718022906 où Mme Filipetti était verte tendance "Mamère" (il y a 10 ans) et tentait de diviser la résistance à la guerre à l'Irak et à la colonisation des territoires palestiniens en appelant les Palestiniens "modérés" à se dissocier des "radicaux" dans les manifestations. Dommage, le lien ne fonctionne plus.


Lire la suite

L'individu et l'institution

7 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Un président patriote devant l'hymne de son pays. L'individu et l'institution qu'il incarne. Il la tire vers le haut ou vers le bas. Elle le tire vers le haut ou vers le bas. Le président Hollande après ses reniements et les attaques (plutôt basses) de son "ex" (voir le bon commentaire de la journaliste "Ariane Bozon") : "Je dois protéger l'institution que je représente". Trop abstrait pour les journalistes (qui incarnent le versant non institutionnel de la nomenklatura). Pas assez abstrait pour les juristes.

 

Quiconque participe au débat public se forge une petite image institutionnelle de lui-même qui légitime sa prise de parole (sans quoi il ne se sentirait pas autorisé à parler). Le citoyen dans la constitution est une institution.

 

Sujet de méditation...

 

Lire la suite

Les Kurdes et la question d'une politique "proactive" et prospective

5 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Avant l'été j'ai mis en contact le jeune docteur Assem Sayede, juriste kurde syrien, avec le rédacteur en chef de l'e-zine "Courrier du Maghreb et de l'Orient".

 

Puis, en ma qualité de responsable de la section française du site, j'ai procédé à la relecture et correction de son article. La question kurde est particulièrement délicate comme tant d'autres au Proche-Orient, mais on ne peut pas la glisser sous le tapis sous prétexte que les Israéliens ou les Américains seraient susceptibles de l'instrumentaliser contre des Etats-nations fragilisés.

 

On ne peut pas imposer aux Kurdes syriens de rester une nation marginalisée et opprimée par un Etat central se réclamant d'un panarabisme d'un autre âge. Les Kurdes sont une question sérieuse en Irak, en Turquie, en Syrie, en Iran, comme les Albanais et les Hongrois l'étaient en ex-Yougoslavie. On ne peut pas ériger un tabou de l'intangibilité des frontières sans regarder en face les problèmes humains que celle-ci pose. A la lecture de l'article d'Assem Sayede, même si on relativise son parti pris, on voit bien en quoi le statu quo n'est pas tenable, en quoi l'anti-impérialisme ne doit pas être un alibi à l'immobilisme, en quoi il faut être tourné vers l'avenir, prospectif, pro-actif, ce que la gauche de la gauche ne sait pas toujours faire hélas...

 

L'article est en ligne ici.

Lire la suite

Il y a 50 ans, Carlos Castaneda...

4 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik

penan.gifLa plupart des médiums en France (quelle que soit leur place dans la hiérarchie de l'inspiration) sont "secs" : ils obtiennent leurs révélations sans stupéfiant, sans substance. Tel n'était pas le cas dans le vieux monde chamanique amérindien. Jeune anthropologue d'origine latino, Castaneda explorait leur univers il y a 50 ans jour pour jour.

 

Dans "L'herbe du diable et la petite fumée", je lis en ce qui concerne 1964 : "Le samedi 5 septembre vers le soir, le vieillard a chanté la chanson du peyotl pour recommencer la cérémonie. Cette fois-là, je n'ai mâché qu'un seul bouton, et je n'ai pas écouté les chants (....) Pendant que les hommes chantaient, j'ai demandé au Mescalito, à voix haute, de m'apprendre une chanson. Ma demande se mêlait aux chants des autres. Immédiatement, j'ai entendu un chant à mes oreilles. Je me suis retourné e je me suis assis le dos tourné aux autres. J'ai écouté. J'ai entendu.(...) Le matin venu, j'avais chanté ces deux chansons un nombre énorme de fois. Je me sentais rajeuni et plus fort".

 

Cet épisode que je cite juste parce que nous en célébrons le cinquantenaire aujourd'hui (ce que je viens de découvrir) n'est pas le plus marquant du livre, qui décrit des découvertes absolument sidérantes sous l'empire des herbes des sorciers (sidérantes, mais aussi, souvent, horriblement pénibles). Il y a 25 ans (à mi-chemin entre 1964 et aujourd'hui), il y avait des livres de poche de Castaneda dans les supermarchés (ce qui n'est plus le cas - notez qu'il y avait aussi des que-sais-je dans les magasins Galeries Lafayette de province), et je m'en détournais avec mépris (signe que j'étais moins libre et ouvert d'esprit qu'aujourd'hui). Aujourd'hui, je trouve très forte et courageuse l'aventure de ce chercheur. Et en même temps la petite familiarité que j'ai acquise avec la pensée inspirée au printemps dernier me fait trouver assez logique ce qu'il a découvert. Au fond il a été récompensé à proportion de ses efforts (mais s'il a fait l'effort d'aller avaler des substances au milieu des Amérindiens c'est parce que quelque chose de profond en lui l'y poussait, il n'est donc pas absurde que ce "quelque chose" ait trouvé ce qu'il y avait à trouver). Il est sans doute cependant un peu dommage qu'il ait cherché ensuite à faire une analyse "structurale" de tout cela. Ce dont le milieu universitaire ne l'a d'ailleurs pas su gré, et qui l'a empêché d'aller au bout de son initiation. Mais il est probable aussi qu'une limite "en lui" devait nécessairement le conduire à ce repli vers les platitudes du structuralisme, qui, in fine, l'ont maintenu du côté de la raison didactique, qui demeurait sa vocation première.

 

Lire la suite

"L'Age d'Or" de Bunuel

4 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma

Avant de me plonger sérieusement dans l'oeuvre de Robert Bresson, je jette un oeil à "L'Age d'Or" de Bunuel, dont il est précisé dans la vidéo juste en dessous (autour de la 10 ème minute) quel sort lui fut réservé à Paris. Le film ne présente plus guère qu'un intérêt historique (pour les similitudes avec des films ultérieurs de Bunuel, voire avec des films plus lointains comme les Carabiniers de Godard - sur au moins trois ou quatre points), mais après tout puisque je vous avais proposé une interview de Soupault il y a un an, nous pouvions poursuivre avec un nouveau souvenir du surréalisme.

 

Lorsque j'aurai remisé les relations internationales dans mes tiroirs (c'est-à-dire lorsque j'aurai terminé ma contribution au livre sur la guerre du Donbass), le surréalisme gardera sans doute toute sa place dans mes exercices de focalisation intérieure.

 

Certes il ne fut qu'un divertissement juvénil de bourgeois parisiens. Mais il assume une parternité dans tout ce qui fut libertaire ultérieurement (par exemple dans la Nouvelle Vague des années 60). Les esprits libres ont donc une dette à son égard. Cela est difficile à comprendre aujourd'hui où le libertarisme est devenu un produit marketing de pacotille, un motto de gens branchés, dépourvu de toute profondeur. Moi qui ai connu les villages français des années 1970, qui suis même le produit de ces choses là, étranges, qu'on appelle les mondes ruraux du dernier tiers du XXe siècle, bien que modéré dans mon libertarisme (en apparence du moins...) je sais quel étroit et puissant canal de transmission ce courant de pensée fut pour nous, et la somme de bêtises qu'il nous aida à surpasser, même si aujourd'hui la bêtise, quoiqu'aussi redoutable, est désormais tout autre.

 

 
Lire la suite

Cheminons

4 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

chreibenNous savons tous qu'il y a des gens violents, des gens qui rient quand ils en voient d'autres tomber par terre. Ce blog est un moyen de construire un monde ou des mondes loin de ces gens là (mon nouveau système de filtrage des commentaires, entre autres, devrait y contribuer). Il y a peut-être un paradoxe à vouloir encore parler de guerres et formuler des critiques politiques en prétendant se situer au delà de la violence. Je crois cela possible cependant, en se bornant à tenir le propos politique au dessus de la basse polémique, en ne le plaçant que sur un horizon positif, constructif. La radicalité ne doit pas se formuler "contre" mais "pour". Le "contre" est toujours faible.De toute façon, je crois que je parlerai aussi de moins en moins de politique et de relations internationales, beaucoup de choses étant déjà dans mes livres là dessus (je me bornerai à orienter les internautes vers leur lecture).

 

J'ai terminé ma contribution à l'ouvrage l'Ukraine cette semaine. Je n'ai plus de texte de commande en souffrance, ni de manuscrit à écrire (trois sont devant les comités de lecture des éditeurs), et puis donc plus librement désormais cultiver mon imaginaire, sans plus avoir aucune dette à l'égard de personne.

 

Avez vous vu ce documentaire hier sur Arte concernant ces bushmen namibiens mobilisés pour interpréter les traces de nos grottes préhistoriques ariégeoises ? La façon dont pour eux la nature est une bibliothèque a quelque chose de fascinant. Deleuze parlait du rapport à la trace et à l'animalité. Ils ont vécu dans un univers de signes paysagers, nous avons vécu dans un monde de signes linguistiques. Vers quel monde nous même nous dirigeons nous qui pourrait garder quelque chose de ces deux univers, tout en en produisant un autre, en faisant signe d'autre chose ?

Lire la suite

Ecrire à l'instinct

28 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

saint jeromeJe retourne dans ma tête les raisons pour lesquelles mon article sur le stoïcisme a été refusé par le Monde Diplomatique. Elles sont sans doute voisines de celles pour lesquelles je n'ai pas fait "carrière" au Centre de sociologie européenne il y a dix ans. Quand j'étais passé dans les locaux de ce journal, il y a un an, j'avais bien vu qu'ils attendaient surtout de moi que j'écrive sur la sociologie des institutions - toujours cette obsession de vous enfermer dans la case étroite d'une "spécialité" qui n'inquiète surtout personne, donne l'impression à celui qui vous lit d'acquérir un savoir "positif" sur un sujet donné surtout sans remettre en cause ses catégories de pensée.

 

Oui, je sais, pour acquérir une légitimité pour écrire "au dessus" de la case "spécialiste", il aurait fallu que je compose un livre de philosophie sur ce fameux néo-stoïcisme (je veux dire un livre plus philosophique de "Eloge de la liberté sexuelle stoïcienne") et non pas seulement l'écrire, mais mener des stratégies compliquées pour le placer chez un grand éditeur, ce qui supposait (sans garantie de succès d'ailleurs), d'écrire un livre plus "fun" dans un premier temps, comme la nana qui prostitua son écriture dans un livre polémique contre la procréation ("No kids") ou que sais-je encore, bref, comme me l'avait écrit un éditeur en 2012 "faire sanglant".

 

Mais non désolé, je ne suis pas fait de ce bois là. Deux, trois ans à accepter de jouer les spécialistes ou les putes, sans d'ailleurs la moindre garantie d'être mieux compris ou mieux accepté in fine, ce n'est pas mon truc. Rien à faire, je ne suis pas une Pénélope. Il convient de se faire à l'idée que, dans le monde actuel, si l'on veut que sa pensée continue d'avancer et ne se corrompe pas dans l'attente d'une vaine reconnaissance, il faut vraiment n'écrire pour personne. Comment Nietzsche disait-il cela déjà ? "Un livre pour tout le monde et pour personne" ? Etait-ce lui qui disait cela d'ailleurs. Anyway. L'idée est bien celle-là.

 

J'envoie en ce moment deux livres de témoignages à des éditeurs, je gratte, comme on m'a demandé de le faire (pardon, on ne gratte pas sur un clavier, mais cette image héritée de l'époque du stylo me plait) 45 000 signes pour un ligne collectif sur l'Ukraine chez l'Harmattan. Renoncement dans l'action, je n'en attends rien. Mais j'avance. Je reste moi-même. Là je commence à écrire aussi une critique pour Parutions.com d'un livre sur la féminité, et comptez sur moi pour le descendre en flamme.

 

Les gens comprendront-ils ma vision d'ensemble des choses, moi qui n'aurai finalement jamais eu le temps de l'expliciter dans un ouvrage complet ? Je ne sais pas. Et, après tout, peu importe. Je suis au seuil de la vieillesse, et n'ai plus rien à gagner à tenter de saisir les raisons pour lesquelles je suis compris ou ne le suis pas. Il faut fonctionner "à l'instinct" comme dirait l'autre. Et mon instinct continue de me dire que j'ai eu raison de ne pas passer de compromis avec le Diplo...

Lire la suite

Obama contre la France

26 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Barack Obama

Cela m'avait échappé, un article réaliste du Figaro, du 21 juin, intitulé "Quand Obama menace Hollande" qui commence ainsi : "L'Américain n'a pas ménagé le Français lors de la visioconférence préparatoire au G8 qui s'est tenu le 14 juin et à laquelle participaient Angela Merkel, David Cameron et Enrico Letta. À propos de l'exigence française d'exclure les biens culturels des négociations pour un traité de libre-échange transatlantique, Obama a menacé le président français de «représailles massives» si «l'exception culturelle» était étendue aux nouvelles technologies. Selon un participant à la vidéoconférence, le président américain a affirmé qu'il «ne plaisantait pas» et précisé qu'une liste de contre-mesures pouvait être transmise à Paris pour que François Hollande «se rende bien compte de ce que cela veut dire». L'échange a eu lieu peu avant que les vingt-sept ministres du Commerce trouvent un accord ménageant, au moins provisoirement, la position française."....

 

grille.JPGEt l'affaire des satellites du projet européen Galileo concurrent du GPS placés sur une mauvaise orbite. Un "sabotage américain" ou un "projet réalisé à bas coût par une PME allemande, décidé par des fonctionnaires de Bruxelles ne regardant que le prix"  comme le disent certains commentateurs ?

Lire la suite

Election présidentielle en Abkhazie

25 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Abkhazie

Raoul Khadjimba, l'ancien vice-président de feu-Sergueï Bagapch qui avait démissionné en 2009 pour protester contre les accords douaniers avec la Russie, est donné vainqueur de l'élection présidentielle d'hier, dès le premier tour avec 50,57% contre le chef du Service de sécurité par intérim Aslan Bjania et le ministre de la Défense Mirab Kichmari ont recueilli respectivement 35,91% et 6,4% des suffrages.

 

Khadjimba était présenté comme le candidat de l'opposition. Il succède donc à Alexandre Ankvab démissionnaire. Les Abkhazes semblent avoir pris l'habitude d'élire leur président dès le premier tour pour éviter les déchirements de seconds tours fratricides, armes au poing,comme on en a vus au cours des années 2000, comme on l'avait souligné dans notre livre sur ce pays. C'était, pour Khadjimba, sa quatrième élection présidentielle. Il était le seul politicien professionnel, et bénéficiait de la popularité du mouvement social déclenché en mai qui avait chassé Ankvab du pouvoir. Dans les sondages (qui avaient prévu la victoire de Khadjmba), 60 % de la population se plaignait du chômage, de l'absence de croissance économique, de la criminalité et de la corruption, de la mauvaise qualité des soins de santé. Khadjimba était donné favori.

 

A noter que pour cette élection beaucoup d'Abkhazes de Russie (1 000 sur 131 000) et de Turquie ont pu prendre part au vote - de même que des Géorgiens de Mingrélie, ce qui est mal perçu par les Abkhazes, selon les sondages, mais aussi par les Russes et les Arméniens d'Abkhazie (les Arméniens avaient été courtisés à Moscou par le nouveau président dans le semaine précédent le scrutin). Khadjimba est aujourd'hui l'avocat de l'ouverture des frontières économiques avec la Russie, qui entretient une présence militaire de 4 000 hommes sur le sol abkhaze, ouverture assez largement soutenue par la population.

 

 

.

Lire la suite

Tensions autour de la Transnistrie

21 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie

Transnistria_State_Flagsvg-copie-1.pngDes journalistes continuant de s'intéresser à mes compétences sur la Transnistrie (sur laquelle j'ai publié un livre il y a 5 ans) pour la réalisation d'un documentaire, je lis ce soir les journaux de Tiraspol.

 

Des nouvelles inattendues, comme celle-ci selon laquelle l'émissaire de Poutine en Crimée Oleg Belavenets a déclaré le 19 aout lors d'une visite au Forum de la jeunesse que la Transnistrie finira par faire partie de la Russie.

 

Un bilan aussi intéressant dans Novostipmr de l'impact de la crise ukrainienne sur la dévaluation du rouble et des monnaies de Biélorussie et de Moldavie. L'article explique que la dévaluation du rouble russe par rapport au dollar fera monter les prix en Transnistrie (l'inflation au premier semestre était pourtant stabilisée à 2 % contre 20 % en Biélorussie). Des mesures d'austérité sont attendues. Tout cela dans un contexte de réorientation du commerce de la Transnistrie vers la Russie (14 % seulement des exportations actuelles) comme l'avait précisé la ministre des affaires étrangères Nina Shtanski il y a 8 jours.

 

En lien aussi avec la crise ukrainienne le président Yevghéni Chevtchouk a rappelé tous les réservistes pour une formation d'un mois par décret signé hier.

 

La rumeur règne partout. DnestrTV a dû démentir que  le président Chevtchouk ait le cancer ou qu'il vive dans un appartement luxueux, ainsi que la thèse, diffusée selon elle par les services moldaves et par l'oligarque de Dniepropetrovsk Kolomoiskly, qui veut que la ministre des affaires étrangères ait passé ses vacances à Leizig ou à Prague aux frais de l'Etat. Plus grave : dans la région d'Odessa (Bessarabie) des voitures avec des hauts parleurs annoncent à la population que la Transnistrie va attaquer l'Ukraine. Il s'agit de dissuader les pro-russes de Bessarabie de s'insurger contre Kiev (on parle même de l'envoi de milices de Secteur droit dans la région). Kiev redoute la création d'un axe Gagaouzie-Transnistrie-Crimée.

Lire la suite

Les Contes de Canterbury

20 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma

Je prépare un bref voyage à Canterbury, dans le Kent. Cette ville est célèbre au moins pour deux choses : Saint Thomas Beckett assassiné dans sa belle cathédrale (ce qui fit de celle-ci la destination d'un important pélerinage) et les Contes de Canterbury par Chaucer (qui se présentent comme des contes de pélerins sur le chemin de la cathédrale).

 

Sur Saint-Thomas-Beckett, il y aurait beaucoup à dire - beaucoup plus que la fiche Wikipédia qui ne permet pas du tout de comprendre pourquoi cette homme a été canonisé puisqu'elle se termine même en disant qu'il fait partie des Anglais les plus détestés dans son pays (sic). Il fait partie des hommes que des auteurs comme Chateaubriand et Custine ont sans doute adorés. Homme de pouvoir et de fastes en tant que chancelier du roi d'Angleterre, il épouse la cause de l'église et de l'ascèse dès qu'il devient archevêque de Canterbury et s'oppose au pouvoir séculier. Il fait partie lui aussi des perdants de l'histoire, mais son destin fait s'interroger sur ce qu'aurait été l'Europe si, au lieu de prendre le chemin qu'elle a pris (celui d'être un espace d'Etats laïcisés), était devenue un empire ecclésiastique. Peut-être aurait-elle présenté certains traits qui surprennent Custine dans l'Espagne des années 1820 : le côté "règne des clochards" par exemple. Nous aurions été sans doute un continent de "renonçants". Peut-être plus "tibétain" en un sens (malgré le phénomène des moines paillards, qui aurait peut-être été moindre).

 

pasoliniEn ce qui concerne les Contes de Chaucer, j'ai commencé à voir ce que Pasolini a voulu en faire. On est frappé par la prééminence que le cinéaste accorde dans ce film aux culs : il n'y a pas d'autres mots, je crois qu'on manquerait sa visée si l'on parlait de popotins, de postérieurs ou de fesses. Plus que dans tout autre film, c'est un langage des culs qu'il essaie de mettre en musique si l'on peut dire, dans sa dimension aussi bien génitale que scatologique. Par exemple quand le marchand Janvier est attiré par sa promise Mai, ce n'est pas par son visage qu'il est séduit, mais par son arrière-train qui se présente spontanément dénudé à lui. Le procédé est aussi repris quand les étudiants rencontrent la femme et la fille du meunier. Ninetto Davoli dans un supplément du DVD explique que Pasolini a voulu restituer la truculence de l'anglais médiéval, quelque chose qui pourrait faire penser au français de Rabelais. Mais c'est une mystification. Quand on lit Chaucer, évidemment il y a de la scatologie (dans le Conte de l'Huissier par exemple). Mais il n'y a pas la même omniprésence des fessiers. D'abord parce que les contes sont entrelardés de beaucoup de considérations philosophiques et de références aux auteurs classiques que Pasoloni a sabrées. Et puis parce que les processus de séduction y sont bien plus convenus que chez Pasolini (même si les prises de possession sexuelles sont tout aussi rapides) : dans le Conte du Marchand, Janvier tombe bien amoureux du visage de Mai, et non de son postérieur.

 

Quand on regarde les Mille et une nuit, on devine un projet politique chez Pasolini de définir l'amour sous un jour plus "primaire", et plus enfantin en un sens que tout ce que la tradition littéraire en a fait : l'amour n'est rien d'autre que le cri d'Ali Shar recherchant sa Zumurrud par monts et par vaux. De même on peut se demander s'il n'y a pas dans les Contes de Canterbury un projet politique chez lui de remplacer les visages par des fesses, et de faire en sorte que l'essence des rapports sociaux passe par là. Projet carnavalesque d'inversion des valeurs diraient certains. Sauf qu'il ne s'agit pas de remplacer la tête par le ventre (qui pour le coup serait la version la plus orthodoxe de l'inversion). Il faut poser les fesses en "tiers parti" ou "tierce instance" entre les deux, et les porter au pouvoir. Intéressante économie du corps qui s'accompagne d'une façon de le filmer très différente des conventions de la pornographie moderne, et au fond plus compatible avec la possibilité de sauver du récit, donc de sauver du projet politique, sans asservir celui-ci à la fascination médusée du gros plan sur le corps.

Lire la suite

Interview de Frédéric Delorca sur BBC Afrique

19 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

ukraineUne interview de Frédéric Delorca sur l'Ukraine sera diffusée demain matin dans l'édition de BBC Afrique de 7-8h ici.

 

L'extrait retenu est en ligne ici - seulement 2 mn sur 18 mn d'Itw

 

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x2454b8_delorca-ukraine-2_travel

 

Lire la suite