Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Intox mainstream et dissidente, Corée du Nord, Equateur, Donbass, Mossoul, Piketty

20 Février 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Peuples d'Europe et UE, #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme

Difficile vraiment de faire la part des choses entre l'info et l'intox. Les médias mainstream mentent, les propagandistes de droite aussi. Mais aucun ne ment tout le temps sur tout, difficile de se frayer un chemin.

Trump parle de violences en Suède. Les médias le raillent "il se trompe". Ses partisans maintiennent qu'il y a des violences dans ce pays que les médias passent sous silence.

On nous explique que les prétendues violences sexuelles perpétrées par les réfugiés des pays musulmans à Cologne le 31 décembre 2015 qui furent montées en épingle par la droite seraient un montage pur et simple parce que certains témoins seraient bidons. Mais impossible d'avoir tous les éléments pour savoir si tout est faux à ce sujet ou seulement une partie. Il y a peu j'avais dénoncé dans ce blog un mensonge de Poutine sur le prétendu acquittement d'un immigré pédophile en Autriche.

Quand l'actualité politique ne s'appuie plus que sur des faits divers, on verse dans le grand n'importe quoi...

A ce jeu là, c'est la presse quotidienne régionale qui devient la plus performante. Les Derniers nouvelles d'Alsace (DNA) nous servent un magnifique article sur la jeune femme indonésienne de 25 ans soupçonnée d'avoir aspergé lundi d'un liquide mortel le demi-frère dissident du leader nord-coréen, lundi dans le hall de l'aéroport de Kuala-Lumpur (Malaisie), qui croyait participer à un canular télévisé, après avoir déjà été payée pour verser de l'eau sur la tête des passants. Les DNA détrônent le Monde en matière d'infos internationales.

Bonne nouvelle en Equateur : le dauphin de Rafael Correa gagne le premier tour de l'élection présidentielle avec 39 % des voix, mais peut-être pas assez pour éviter un second tour (il faut avoir plus de 40 % et 10 points de plus que le deuxième). Son challenger avait promis de virer Assange de son ambassade londonienne après la publication de la fuite de Wikileaks sur l'espionnage des élections françaises de 2012 par la CIA. Croisons les doigts pour que l'Equateur choisisse de rester dans le "bon camp" comme l'a fait le Nicaragua récemment.

Ici un article de Chris Black sur l'agression ukrainienne contre le Donbass, le projet de référendum d'adhésion à l'OTAN du régime putschiste de Kiev, et l'alignement progressif de Trump sur une ligne anti-russe. Le Donbass résiste bien. Porochenko vient de décerner à titre postume le titre de héros de l'Ukraine au chanteur d'opéra Vasyl Slipak qui, après avoir été soliste à l'opéra de Paris, était retourné dans son pays en 2014 pour mourir au front en 2016 dans les rangs des néo-nazis de Secteur droit. Ah ! l'opéra !

Je préfère la légende de cette combattante kurde qui aurait tué plus de cent djihadistes. Elle a enflammé les réseaux sociaux en 2014 et circule encore. Sauf qu'elle était fausse... Le chercheur Carl Drott l'a rencontrée : elle ne faisait pas partie des unités d'avant garde (sa brigade relevait de ce que les Anglais appelle "home guard" et aucun tireur d'élite n'a jamais tué cent djihadistes). Une pensée pour Mossoul qui, comme Syrte en Libye naguère, sortira sans doute détruite à 80 %, et pour les 3 500 femmes yézidies encore otages de Daech, ainsi que leurs enfants conditionnés pour jouer les kamikazes (mais il faudrait parler aussi de leurs alter ego nigérians, et de la famine au Sud Soudan, bref arrêtons là le tour du monde de la tristesse).

 A part ça, le projet de Piketty porte-parole d'Hamon sur un parlement de la zone euro ne me plaît pas du tout. Et évidemment Hamon n'a pas d'idées sur l'OTAN. Mais entre une victoire d'Hamon et celle de Macron, je préfèrerais quand même la première... Mélenchon retire toi !!!

Lire la suite

Histoire : Les Yézidis et l'URSS

13 Février 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Divers histoire, #Aide aux femmes yezidies

Puisque nous approchons du centenaire de la révolution bolchévique, un extrait du Bulletin périodique de la presse russe 8 septembre 1923 p.6 à propos des Yazidis du Caucase.

Conférence de Yézidis et de Kurdes à Tiflis.

La Pravda (30-8) annonce la clôture d'une conférence organisée par les Yézidis et les Kurdes de Transcaucasie. La Conférence, à laquelle le gouvernement soviétique a donné , tout son appui, s'est ouverte à Tiflis en présence d'une cinquantaine de délégués. Les Yézidis, qu'on désigne encore sous le nom d'Adorateurs du diable en raison des cérémonies bizarres qui accompagnent leur culte, forment avec les tribus kurdes des minorités nationales en Arménie soviétique. Les principaux groupements yézidis habitent le voisinage du mont Alagheuz et forment plusieurs villages le long de la frontière russo-turque.

Au début de la Conférence, les représentants du parti communiste de Russie rappelèrent aux délégués l'état de mépris et d'isolement dans lequel tous les régimes avaient tenu Kurdes et Yézidis. Il leur fut donné l'assurance que le gouvernement soviétique, défenseur des minorités nationales et des peuples opprimés, ferait tous ses efforts pour donner à chacun la possibilité de travailler et de vivre, tout en profitant des bienfaits de la culture soviétique.

En réponse, les délégués Yézidis déclarèrent qu'après des siècles d'oppression, d'alarmes et de persécutions, ils ont enfin trouvé de la tranquillité sous le régime soviétique.

Après la lecture de nombreux rapports, les délégués décidèrent de demander au gouvernement soviétique d'Arménie d'ouvrir des écoles nationales dans tous les villages yézidis d'Arménie. Avant de clôturer la Conférence, un rapporteur yézidi attira l'attention des délégués sur le fait que la publication du livre yézide (Chame)  (La Lumière) a été faite pour la première fois sous le régime des Soviets. (1)

(1) Le code de la doctrine des Yézidis contenu dans le « Livre » a été traduit de l'arabe en anglais par MM. Layard et Badger. Ce Livre, qui se réduit à quelques feuillets, paraît avoir été écrit à une époque relativement récente. M. J. Menant, de l'Institut, a donné sur les Yézidis une étude d'ensemble dans le vol. 5 des Annales du Musée Guimet.

Lire la suite

Scorsese et le martyre, Berl et le silence

9 Février 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Grundlegung zur Metaphysik

Vu le dernier film de Scorsese "Silence", film astucieux mais sans intérêt sur le plan moral. Le cinéaste s'y regarde trop le nombril au prisme de la religion. Depuis La dernière tentation du Christ, il aime mettre en scène les doutes des croyants, mais, contrairement à ce que veut faire croire son film, l'engagement religieux ne peut se borner à glisser au milieu du scepticisme de la fin de vie une amulette interdite dans un cercueil. Cela dit, il met un certain talent "technique" au service du sujet considérable que représente le martyre des chrétiens au Japon au XVIIe siècle (voir ici notamment p. 175 et suiv).

Tous les martyres sont impressionnants, et ils sont le propre de beaucoup de religions. Ils m'impressionnent quand ils ne se font pas avec des ceintures d'explosifs car là, ce n'est plus du martyre, c'est de l'assassinat. J'ai découvert celui de religieux mandéens (sabéens) au XVIIIe siècle il y a peu : en 1782 les musulmans de Perse ne parvenant pas à obtenir par l'argent et la ruse les livres sacrés de cette secte jettent leur clergé en prison et les torturent. Plusieurs sont tués, empalés,mutilés, on leur coupa les membres en commençant par les doigts, corps égorgés, yeux brûlés au fer rouge, têtes coupées selon le témoignage de J. de Morgan. Le Gauzevra Adam auquel les Perses avaient coupé le poignet droit s'enfuit en Turquie avec le livre "Iniani" sous le bras qu'il recopia en cachette de la main gauche.

Je lis Emmanuel Berl en ce moment qui fut une sorte de Montaigne du XXe siècle. Il a raison de dire qu'au fond tous les athées, de Nietzsche à Picasso, furent de grand religieux. Sauf que ces gens là plaçaient leur Dieu trop loin et trop haut pour le croire susceptible d'imposer des lois à l'homme. C'est qu'il leur manquait la foi aux démons (ou plutôt la connaissance des démons), un peu moins d'orgueil, un peu d'humilité dans la façon d'observer des phénomènes comme la voyance et la médiumnité les auraient ramenés aux dures réalités du "deuxième ciel" et ils auraient alors compris pourquoi les lois morales existent. Voyez par exemple la séance où Malraux va voir une médium spirite pour lui faire dater un tapis antique et en ressort comme s'il sortait d'un labo d'analyse scientifique, telle que Pauwels la raconte. Un peu de modestie et de curiosité sans préjugés auraient ouvert à Malraux des boulevards d'élévation spirituelle. Idem pour Kant s'il avait eu l'honnêteté minimale de témoigner de sa fascination initiale (qu'il confesse dans ses lettres) devant l'intuition de Swedenborg sur l'incendie de Stockholm, plutôt que d'enterrer tout cela sous une tonne d'arrogance ironique dans "Rêves d'un visionnaire".

J'aime bien quand Berl dans "A contretemps" fait l'éloge du silence et transforme la phrase de Jésus "Que votre oui soit oui, que votre non soit non, tout le reste vient du Mauvais" (Mt 5:37), en "Dites oui oui dites non non et tout le reste vient des démons". Moi aussi j'aimerais avoir la sagesse de ne pouvoir parler que pour dire "oui" ou "non".

Un fervent musulman a commenté un billet récent de ce blog. Il y a des tas de religions comme l'Islam, le bouddhisme etc dont je me dis que plus je les connais et moins j'en sais sur elles. Mais j'ai une méthode bien à moi pour approcher ces sujets. Je ne creuse que ce qui m'est indispensable, quitte à devenir très pointu sur d'infimes détails (comme vous avez pu le remarquer sur ce blog avec mes remarques sur le pythagorisme), car le sens profond est dans le détail, sans jamais rechercher l'encyclopédisme ni l'académisme. Pour le reste il faut accepter de ne rien comprendre.

Lire la suite

Nigérians, Rohingya, Yémen et Eirik Vold

8 Février 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Proche-Orient

Continuons de rendre justice aux victimes de massacres qui indiffèrent l'opinion publique. On l'a dit, il y a les victimes (principalement chrétiennes) de Boko Haram et des milices islamistes fulani (l'ethnie de l'actuel président, client d'Hilary Clinton) qui, grâce à la complicité de l'Etat assassinent et violent en masse en ce moment (ici un article qui raconte les parachutages d'armes sur les milices juste avant qu'elles passent à l'attaque sans que l'armée nigériane ne fassent rien). Au Myanmar il y a les massacres et viols de musulmans Rohingya depuis l'assassinat le 9 octobre dernier de neuf garde-frontières birmans. La cruauté atteint son comble dans ce pays : le haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Zeid Ra'ad Al Hussein  a déclaré "Quel genre de haine pourrait pousser un homme à poignarder un bébé qui pleure pour avoir le lait de sa mère. Et pour que la mère soit témoin de ce meurtre au moment même où elle est violée par les mêmes forces de sécurité qui devraient la protéger ?". Une cruauté qui en tache de sang l'auréole de la prix Nobel de la Paix amie de Soros, Aung San Suu Kyi, aujourd'hui au pouvoir. L'organisation de la conférence islamique en Malaisie le 19 janvier a condamné ce crime... pas nos journaux...

Camp KutuPalong

Camp Cox's Bazar

Trump s'égare avec son interdiction aveugle d'accueillir des réfugiés de pays en guerre qui frappe même des alliés potentiels : il a été annoncé que la député irakienne yézidi Vian Dakhil ne pourrait se rendre le 8 février à la remise de prix de la Fondation Lantos (autrefois patronnée par Shimon Peres et qui avait soutenu H. Clinton, le Dalaï Lama et les adeptes du Falun Gong), et que le jeune yézidi au visage brûlé Dilbreen soigné à Boston dont le petit frère d'appelle Trump ne pourrait pas y recevoir sa famille. Plus choquant encore le fiasco de cette opération terrestre américaine au Yémen contre un prétendu collaborateur d'Al Qaida qui s'est soldée par la destruction du village de Yakla et la mort de beaucoup de civils fin janvier. Antiwar.com soupçonne Trump de vouloir désigner le néo-cons Elliott Abrams au poste de secrétaire d'Etat adjoint ce qui pourrait remettre en selle les faucons et menacer la paix avec la Russie. Et des apprentis sorciers du parti républicain évoquent des redécoupages de frontières dans les Balkans au profit des Albanais. Prudence, prudence !

Nous parlions des experts alternatifs il y a peu, en voici un qui dénonce les complots américains contre l'Equateur, c'est un Norvégien, Eirik Vold.

Lire la suite

La Transnistrie et l'histoire de l'antisémitisme

6 Février 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie, #Grundlegung zur Metaphysik

En 2013, j'ai déjà signalé le lien entre la Moldavie et l'extermination des Juifs par les nazis à propos du bordel de Soroca, que décrit Malaparte dans Kaputt. Le lien est très fort aussi pour la Transnistrie dont le nom même, appliqué par les Roumains au pays, est le terme administratif utilisé par les nazis pour la zone au delà du Dniestr pou la mise en oeuvre du programme d'extermination.  Mais le rapport de la Transnistrie, et de la Moldavie à l'histoire de l'Antisémitisme, est plus ancien encore, évidemment.

Si vous avez lu mon livre sur ce pays, vous savez sans doute que je me suis rendu à Dubossary qui est un village transnistrien à majorité moldave. Or, en lisant aujourd'hui le livre du théosophe anglais George Robert Stow Mead publié en 1903 "Did Jesus live in 100 BC ?", j'apprends que selon le Times du 2 mai 1903, la populace de Chisinau a assassiné "environ 60 juifs et juives" et en a blessé "environ 500 de plus" avec "plusieurs cas de viols trop horribles pour une description détaillée" en raison d'un supposé "meurtre rituel" perpétré par les Juifs de Dubossari, et ce malgré la publication de la preuve absolue du caractère mensonger de l'accusation (à cette époque on accusait les Juifs de sacrifier des enfants et manger leur chair).

Une lecture du journal "L'Aurore" du 17 août 1903 p. 2 sur Gallica me donne ces éléments : 

"Les horribles massacres qui ont eu lieu à Kichineff ont été présentés par M. Krouchevau, l'éditeur du journal antisémité Bassarabets comme les représailles d'un prétendu crime rituel.

Les faits ont été relatés : quelques semaines avant les fétes de Pâques on avait trouvé S, Doubossari,. non loin de Kichineff, le cadavre d'un adolescent de dix-sept ans, Michel Ribalenko, assassiné de façon mystérieuse et dont le cadavre présentait cette particularité que le col était criblé de coups de canif, comme si l'assassin s'était complu à faire couler goutte à goutte le sang de la victime. Il n'en fallut pas plus au Bessarabets pour annoncer que Ribalenko avait été tué par les Juifs qui l'avaient saigné pour préparer les mazzi (pain azyme). La légende fut acceptée par laf oule avec enthousiasme, et nous connaissons les atrocités qui suivirent.

Un agent de la police secrète d'Odessa ne fut point convaincu par les "révélations" du Bessarabets. Il avait passé sa jeunesse parmi les juifs ; il connaissait à fond leurs moeurs, parlait même leur jargon et l'accusation qui pesait sur eux le laissa sceptique. Il s'affubla du costume des juifs polonais et fréquenta les petites synagogues, les restaurants et les bazars où les juifs s'assemblèrent, et il fut bientôt convaincu que bien loin de pétrir le pain azyme avec du sang chrétien les israélites ne touchaient pas au sang des animaux. un jour il vit un juif corriger d'importance son fils parce que l'enfant lui avait servi un bifteck saignant. Ce juif était convaincu qu'en avalant une goutte de sang de boeuf il avait commis un grand péché devant l'Eternel... Il fallait chercher ailleurs l'auteur de l'assassinat.

Existait-il des gens qui eussent intérêt à supprimer Ribalenko, se demanda alors Matviev.

Pour résoudre cette question, il mit de côté l'habit juif polonais et s'accoutra du costume d'un paysan de la Bessarabie : blouse blanche, hautes bottes et bonnet d'astrakan. Il entra en relations avec le grand père de la victime, Kouzma Ribalenko, un riche paysan qui possédait beaucoup de terrains, de vignes et d'argent comptant. Un peu avare, il n'aimait guère sa famille et s'en plaignit à son nouvel ami en la lui présentant sous les traits les plus noirs.

Matviev sut s'insinuer dans les bonnes grâces du vieillard à force de petits cadeaux et d'attentions. Il apprit bientôt que Kouzma Ribalenko détestait par dessus tout son ex-gendre, un certain Timotchouk, veuf de la fille de Ribalenko, qui avait eu de son premier mariage un fils, Ivan, qui était avec le malheureux Michel l'héritier du grand-père.

- Ce Timotchouk, disait le vieux au détective, n'a jamais su travailler et maintenant que Michel est mort et que son fils Ivan devient l'unique héritier, il me tuera pour entrer plus vite en possession de son bien.

Ces confidences furent un trait de lumière pour Matviev.

Le détective eut recours à un troisième travestissement ; il s'habilla en journalier qui cherche de l'ouvrage chez les gros paysans. Il devint un habitué des cabarets et lia connaissance avec jardinier, Antone, gardien de la propriété contiguë à celle qui avait été le théâtre de l'assassinat de Michel Ribalenko".

Après avoir courtisé la fille de Tomotchuk, Matviev, dans le rôle du gendre potentiel, apprit de
Antone le jardinier qu'en effet Tomotchouk avait tué l'adolescent. Il leur reprocha à lui et son compagnon de n'avoir pas mis à profit le crime rituel pour piller les juifs de Doubossari.

"Nous avons été plus avisés à Kichineff, du le jardinier, nous leur avons appris ce qu'il leur en coûtera de cribler nos jeunes garçons russes de coups de couteau... Vous êtes des pleutres, des timorés, des imbéciles..."

"Piqué par ces sarcasmes, ajoute le journal, Antone se rebiffa :
- Ah ! tu nous prends pour des pleutres ? C'est toi qui un imbécile !... Tu crois que ce sot les juifs ui ont tué Michel Ribalenko ?

Ha ha ha ! Eh bien ! non, tu n'est pas malin ! ... Mais c'est Timotchouk et moi qui avons fait le coup, imbécile !" Et le jardinier de raconter comment le 16 février au soir Antone avait saigné l'adolescent pour faire croire qu'il s'agissait d'un rituel juif.

Lire la suite

Hidalgo et la salle de prière, le corporatisme de France Info contre Trump, les "médiamensonges", la victoire d'Hamon

1 Février 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Les Stazinis, #La gauche

Quelques news un peu en vrac :

Par un arrêt du 26 octobre 2015, la cour administrative d'appel de Paris a annulé pour méconnaissance de la loi sur la laïcité de 1905 la délibération du Conseil de Paris des 22 et 23 avril 2013 et la décision du maire de Paris de conclure le bail emphytéotique administratif consenti à la société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam -  Grande Mosquée de Paris - (voir info ici) qui consistait en fait à céder à bas prix à cette association la salle de prière que la ville avait fait construire pour plus de 13 millions d'euros. Selon Causeur, seuls le Parti de gauche et le franc-maçon socialiste M. Gugliemi avaient en 2013 protesté contre ce bail. Paris devra sans doute rembourser le contrat de vente à la GMP s'il est annulé derrière. Le requérant selon Causeur Guy Hanon 75 ans est un athée, ex-French doctor du Biafra et du Kosovo (pro-kosovar) dont les videos sont reprises sur Riposte Laïque. Son action en justice a peut-être provoqué l’abandon, par Anne Hidalgo, début septembre 2015, de la « phase 2 » de l’ICI, qui devait prendre la forme d’un second centre culturel islamique (pour 15 millions d'euros), avec salle de prière également, rue Polonceau, à la place d’une ancienne mosquée, aujourd’hui détruite. La question du remboursement à la société des Habous fait la une de quelques blogs en ce début d'année 2017. Le lien entre le centre-gauche et l'Islam pose problème : non que je sois contre la liberté de culte des musulmans, bien au contraire, mais ce règne de l'entourloupe pour cacher aux citoyens les circuits de financement ne me plait pas. L'affaire des dons du Qatar et de l'Arabie saoudite (ou du président du Nigéria dont la justice couvre les décapiteurs de chrétiens dans son pays) à Hillary Clinton, avec les contre-dons qui venaient derrière via sa chef de cabinet liée aux Frères musulmans, posait aussi ce genre de question.

Une article ignoble sur France Info, qui dénonce le fait que Trump ne cautionne pas les mensonges de CNN sur son compte et brise le rituel de la grand messe des journaux institutionnels en donnant plus la parole aux journaux de droite et même aux bloggueurs. Le corporatisme journalistique se révèle dans toute sa violence avec les représailles qui vont avec - on n'enverra plus que des stagiaires, on mènera par derrière des enquêtes anti-Trump purement à charge etc (une violence transatlantique s'il vous plaît). C'est du Bourdieu mis en pratique.

Ici Trump redresse quelques mensonges médiatiques (si la video ne s'affiche pas, cherchez la sur sur Youtube c'est l'interview sur Fox News du 26 janvier) :

Comprenez moi bien. Je n'aime pas beaucoup Trump, avec ses mesures un peu folles comme le bras de fer avec la Chine ou la fermeture brutale des frontières aux réfugiés de pays en guerre (je le préfère quand il tweete comme hier "Senators should focus their energies on ISIS, illegal immigration and border security instead of always looking to start World War III"). Mais tous les jours les médias inventent une immondice sur son compte. Ils ont prétendu que le nouveau président a viré de son bureau la statue de Martin Luther King - c'est faux -, qu'il y aurait eu une sombre manip russe derrière son élection - ça ne tient pas debout -, qu'il n'y avait presque personne à son investiture - les images ont finalement montré le contraire. Toujours les mêmes sarcasmes contre lui, le même sourire aussi imbécile qu'arrogant contre tous ses propos. Aujourd'hui même une revue de midinettes (une revue "people") se permettait de le prendre de haut en disant "il est mal placé pour critiquer la vulgarité de Madonna à son encontre lui qui disait vouloir prendre les femmes par la chatte" - sauf que ce dernier propos il l'a tenu en privé et un micro indiscret l'a divulgué, quel rapport avec les éructations délibérées de la popstars devant des milliers de personnes. Et pendant ce temps évidemment personne ne dit que Trump se bat contre l'establishment républicain pour débloquer de l'argent pour les routes, pour les écoles, comme il le dit dans son interview... Evidemment, car si on le disait il faudrait admettre que la moitié du peuple américain qui a voté pour lui n'est pas seulement une populace crétine et facho...

Cette semaine le site de gauche Huffington Post, relayé en "une" de Yahoo, annonce la couleur en appelant à la destitution de Trump sous la plume de Robert Kuttner, fondateur de l'Economic Policy Institute financé par Soros.

De toute façon, les journalopes ont réponse à tout et retombent toujours sur leurs pattes. Hamon sort-il vainqueur de la primaire ? On fait une "une" le lendemain pour dire que ça va faire triompher Macron. Bah voui ! On va quand même pas admettre qu'il reste encore des gens de gauche en France, même au PS ! des gens qui refusent le brainwashing merdiatique... Alors oui, que des gens préfèrent Hamon à Valls ça ne peut avoir aucun sens, aucun intérêt pour les médiacrates. C'est juste un coup de pouce à leur chouchou centriste  libéral, ça ne peut avoir que cette signification-là. Les médias ont toujours détesté la gauche du PS. En 81, ils haïssaient le programme de Mitterrand qui avait devancé le centrisme de Rocard. C'était de la ringardise à leurs yeux, ils ont adoré son abandon en 1983. Les corporations journalistiques n'aiment pas le socialisme, ni non plus le gaullisme. Rien qui puisse protéger le citoyen. Ils auraient adoré Fillon s'il n'avait pas été si chrétien ni si pro-russe. Au moins son thatchérisme leur convenait-il à merveille. Heureusement pour eux les scandales financiers risquent de couler l'ex-premier ministre, et tout le monde en 2022 aura renoncé au principe des primaires.

Hamon peut-il s'imposer face à la haine médiatique autrement qu'en écrasant Mélenchon ? Pas évident. L'homme a aussi peu de charisme que l'ensemble des "frondeurs" qui pendant tout le quinquennat furent incapables d'en imposer à Valls. En tout cas saluons la défaite de ce dernier. L'homme qui a brutalisé la jeunesse de ce pays avec la réforme du code du travail et l'odieuse répresssion du mouvement étudiant, le matamore en chef, spécialiste de l'état d'urgence à perpétuité,méritait de disparaître aux oubliettes. Hélas l'amour des journalistes pour lui pourrait encore nous imposer sa binette dans cinq ans. Ah ! Si seulement Mélenchon ne s'était pas présenté ! Hamon aurait eu de meilleurs chances d'écraser Macron et le candidat de la droite... Mélenchon, la candidature de trop. Il avait déjà tout dit en 2012... et dilapidé bêtement son capital politique en offrant ses voix sans contrepartie au candidat Hollande au 2ème tour. Aucun principe moral n'oblige à se présenter à chaque élection. Il eût mieux fait d'attendre la suivante...

Lire la suite

Le malaise du Biafra et la guerre de religion au Nigéria

29 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

L'apôtre John Suleiman appelle les chrétiens à l'auto-défense armée face à Boko Haram. Les services de sécurité fédéraux l'ont convoqué hier. Un leader spirituel musulman, le sultan de Sokoto avait demandé son arrestation. D'autres prédicateurs chrétiens avaient pourtant eux-aussi tenu le même genre de discours que John Suleiman. Il est vrai que ce Suleiman va peut-être un peu plus loin que les autres. En 2016, quand des villageois chrétiens de l'Etat de Kaduna ont été massacrés par les éleveurs peuls musulmans (fulani), John Suleiman avait prophétisé que le gouverneur Nasir El-Rufai mourrait sous quatre jours.

Le journal biafrais Biafra Telegraph s'indigne de l'impunité des fondamentalistes musulmans au Nigeria, et du refus du premier ministre britannique de s'engager pour les chrétiens persécutés dans ce pays, tandis que les militants du mouvement indépendantiste Peuple indigène du Boafra (IPOB) dont 20 membres furent tués le 20 janvier lors de leur manifestation pro-Trump sont inculpés de complot contre l'Etat devant une cour de Port Harcourt (le grand port pétrolier du Sud-Est); Leur procès a été ajourné jusqu'à demain. Ils sont 38.

Le leader de l'IPOB et directeur de Radio Biafra Mazi Nnamdi Kanu reste emprisonné et encourt la prison à perpétuité. Des médias britanniques ont affirmé que les journalistes étrangers ont été interdit d'accès à son procès qui a eu lieu début janvier devant la cour fédérale d'Abuja. Le Gatestone institute (un think mainstream) avait tenté d'attirer l'attention l'an dernier sur le Biafra, et vanté l'action d'Amnesty International qui serait, selon cet instut, la seule ONG à s'intéresser à la répression anti-biafraise (notamment à l'assassinat de manifestants d l'IPOB en mai 2016 et les arrestations et tortures éxtrajudiciaires).

Conscient de la montée des revendications biafraises, l'ex-président nigérian Obasanjo a reconnu que les Igbos (l'ethnie du Biafra) devraient pouvoir accéder à la présidence du pays en 2019, mais en même temps a soutenu pour cette date la candidature de leur principal ennemi, l'actuel président Muhammadu Buhari. Celui-ci, sympathisant de la charia, n'a cessé depuis deux ans de discriminer les Igbos dans les nominations à la tête de l'Etat comme dans les investissements publics. Une discrimination qui ne fait que favoriser l'indépendantisme.

L'instabilité générale du pays plaide aussi dans ce sens. Certaines régions du Nigéria sont au bord du chaos en ce moment sous l'empire de l'extrémisme des fondamentalistes musulmans. A Kano, au nord du pays, une femme kamikaze qui  portait un bébé sur son dos s'est fait exploser le 13 janvier. Dans cette ville les meurtriers de la commerçante chrétienne igbo (originaire donc du Biafra) Bridget Agbahime, 72 ans (à qui des jeunes musulmans avaient coupé la tête à cette femme de pasteur parce qu'elle avait demandé à un d'entre eux de faire ses ablutions loin de son commerce) ont été libérés...

Lire la suite

Justice ou injustice : des Kurdes au Botswana...

29 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #La gauche, #Peuples d'Europe et UE

Justice divine, justice terrestre... Moi qui travaille beaucoup sur l'histoire des religions en ce moment, je ne peux manquer de m'interroger sur l'articulation entre les deux. Prenez les Kurdes : du point de vue terrestre leurs cause paraît juste, et d'autant plus depuis qu'ils remportent de belles victoires militaires contre Daech. Pourtant bien des éléments les condamne au regard des textes sacrés. Leurs sites sur Internet à la gloire de Marx ont des liens avec des sites pornos (si si, j'ai vu ça il y a huit jours !). L'activiste Nurcan Baysal (dont on a déjà parlé ici) écrivait la semaine dernière sur le site T24 un billet contre l'atteinte au patrimoine historique de la capitale du Kurdistan turc Dyarbekir / Amed que représenterait le projet d'Erdogan de réaménager la ville à la mode ottomane. L'article défend les statues assyriennes de lions à tête humaine, tout comme beaucoup de sites kurdes irakiens prônent le retour au zoroastrisme. Voilà qui place Erdogan dans le sillage abrahamique et les Kurdes dans le camp de l'idolâtrie... Tout comme la promesse de Mélenchon d'inscrire le droit à l'avortement dans la constitution ne doit pas le placer très haut dans l'échelle de la justice divine, c'est le moins qu'on puisse dire, même si sa défense des pauvres le situe haut dans la justice terrestre... Cela me rappelle les mots de Claudel qui reconnaissait dans son journal que les bolchéviques malgré leurs horreurs anti-chrétiennes avaient au moins rêglé son compte au démon de l'argent comme le catholicisme n'avait jamais pu le faire...

Notez que, du point de vue de la seule justice terrestre elle-même, on peine aussi à faire la part du bon et du mauvais. Prenez la cause sahraouie. Le Maroc qui a quitté l'Union africaine (ou son ancêtre) en 1984 à cause de cette question postule à une réintégration malgré l'hostilité de l'Algérie et de l'Afrique du Sud. Est-ce une cause juste ? Presque tous les Marocains pensent de bonne foi que les Sahraouis ne sont pas un peuple, comme les Israéliens considèrent que les Palestiniens n'en sont pas un. Qu'est-ce qu'un peuple ? Les Californiens allergiques à Trump prétendent de plus en plus en être un et l'on parle de sécession à San Francisco. Le patron de Facebook qui a exproprié des indigènes d'Hawaï avait l'air de ne pas considérés les pactes ancestraux qui régissaient leurs terres comme émanant d'un "peuple" sujet de droit...

Question complexe que celle du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Bertrand Russell dans un livre d'histoire des idées, rappelait que Wilson n'avait pas été jusqu'à le reconnaître aux habitants d'un quartier qui prétendaient faire sécession de leur pays pour ne plus y payer d'impôts... Cette semaine le Petit Quotidien, journal pour les enfants, bourre le crâne de nos chères petites têtes blondes en faisant sa "une" sur une info de la plus haute importance "un cerf mange du maïs dans une forêt au Kosovo". Le seul but de l'info apparemment est d'apprendre aux enfants où se trouve le Kosovo et leur faire croire que c'est bien un Etat. Promis si vous m'élisez président un jour j'obligerai le Petit Quotidien à faire se "Une" sur les belettes de Transnistrie...

En parlant de Transnistrie, avez-vous vu que le nouveau président socialiste moldave dont on a déjà parlé dans ces pages, en visite à Moscou cette semaine, laisse entendre qu'il pourrait dénoncer le traité d'association avec l'Union européenne en 2018 après les élections législatives ? La Moldavie regarde vers l'Est, Trump dénonce le traité trans-pacifique et soutient le Brexit, le Kenya s'apprête à emboiter le pas de la Gambie, du Burundi et de l'Afrique du Sud dans le retrait de la cour pénale internationale (CPI). Les institutions transnationales pro-occidentales ont du plomb dans l'aile. Même si Soros arrivait à renverser Trump ou Poutine il n'est pas sûr que cela suffirait à inverser la tendance.

Bien sûr ce n'est pas parce que l'on dynamite ces bureaucraties ou ces clubs inféodés à l'oligarchie que le monde ira mieux. La manie des murs des populistes au pouvoir à Washington et à Budapest n'annonce pas forcément des lendemains meilleurs pour l'humanité, bien au contraire. Mais on ne sait plus à quelle info se fier pour l'évaluation des bienfaits des politiques publiques. Un institut privé cette semaine publie un palmarès de la corruption et prétend que les régimes populistes nationalistes sont plus atteints par ce fléau que les pays sous contrôle des organismes internationaux. Elle explique qu'en Afrique le pays le plus vertueux est le Botswana... Comme par hasard c'est "l'élève" le plus pro-occidental du continent avec le Sénégal (notamment sur la question de la coopération internationale). Pour savoir si le Botswana est vraiment très intègre et si les régimes "populistes" ne le sont pas, il faudrait peut-être savoir si Soros (ou un de ses semblables) a financé ce palmarès. Mais même si le palmarès est acheté (donc corrompu) est-il faux pour autant ? De même un régime réputé corrompu comme celui de la Biélorussie (dont les syndicats étaient en visite à Cuba cette semaine) est-il nécessairement injuste alors qu'il maintient, par exemple, des niveaux de loyer très bas pour les pauvres ?

Lire la suite

Emmanuel Berl et le Béarn

26 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Béarn, #Grundlegung zur Metaphysik

C'est un phénomène très étrange : le Béarn est une province française insignifiante et éloignée de tout, et cependant il s'y est passé à divers moment des phénomènes littéraires, politiques et métaphysiques intéressants. Souvent ils furent le fait de personnalités de passage plus que de natifs.

J'ai abondamment parlé sur ce blog de ce phénomène étrange qu'y fut la réforme protestante d'où est né cet apport indéniable quoiqu'ambigu au système politique et social français que fut la royauté d'Henri IV. Mais il y a plus : ont respiré l'air du Béarn Saint John-Perse, ou encore une grande mystique catholique de la fin du XIXe siècle récemment canonisée originaire du Liban, et le cinéaste Robert Bresson, auteur d'un magnifique film sur Jeanne d'Arc qui y tourna "Au hasard Balthazar", ou le chanteur populaire Daniel Balavoine qui fait encore parler de lui à travers les médiums. Le philosophe marxiste Henri Lefebvre y organisait des retraites intellectuelles avec ses pairs où l'on planifiait le soutien au Nicaragua. Agatha Christie et Sommerset Maugham y ont écrit. Ce sont des choses que les Béarnais eux-mêmes ne savent pas, des canards boiteux comme la République des Pyrénées se gardant bien de le leur apprendre.

Lors de mon dernier séjour là-bas je m'émerveillais encore de ce fait météorologique étrange caractéristique de la région : les Pyrénées y apparaissent ou disparaissent d'un jour sur l'autre suivant que le temps va virer à la pluie ou pas. A ma grande surprise, en regardant l'interview d'Emmanuel Berl devant la caméra de Boutang en 1971 diffusé par une chaîne de télévision ce soir, j'entends Berl citer ce phénomène (*), et évoquer le temps où, juste après la première guerre mondiale, il fréquentait à Pau Francis Jammes et Drieu La Rochelle. J'aurai dû attendre mes 46 ans pour apprendre que Berl avait vécu dans ma région natale.

J'ai toujours éprouvé de la sympathie pour Berl malgré son parcours erratique qui fit de lui à un moment la plume de Pétain. Bien sûr ce n'est pas l'aspect du personnage que je préfère. J'aime mieux évidemment le collaborateur de la revue Europe (la revue de Romain Rolland) qu'il fut auparavant. Il était le cerveau du parti radical socialiste, et un vrai dilettante, une "nature passive" dit-il dans son interview en se référant aux catégories de Sartre dans son livre sur Flaubert, comme je le suis aussi à bien des égards. Je pense que j'éprouve une attirance instinctive pour sa génération d'écrivains qui fut broyée par la guerre et en conçut une mélancolie incurable, plus que pour la génération d'enfants gâtés des 30 glorieuses façon Philippe Sollers qui a transformé la France en parc zoologique d'électeurs d'Hollande et Macron.

En lisant "Europe" en 2014 j'avais relevé qu'il citait Epaminondas au moment où cette référence pythagoricienne croisait mon chemin d'une manière inattendue. "Il y aura beaucoup d'Epaminondas" aurait dit Apollonios de Tyane à propos de l'Aquitaine romaine où se préparait une insurrection contre Néron. J'ignore si l'anecdote est authentique, et, à part Joseph Bonaparte dont l'acolyte en Provence se surnommait Epaminondas, je pense que Berl fut le seul à se soucier de ce héros thébain... Mais Berl a souvent eu un regard juste sur les sujets vraiment importants. Et il l'a eu sur les Pyrénées béarnaises... Il mérite encore sans aucun doute d'être lu...

-----

Il l'avait fait dans "Sylvia" paru dans "La Nouvelle revue française" de Gallimard en 1953 :

" Le Béarn favorise les confusions du réel et de l'imaginaire ; les Pyrénées surgissent ou s'effacent selon les sautes du vent, tantôt si proches qu'elle font corps, indissolublement avec le paysage, tantôt si bien cachées qu'on n'ose plus parler d'elles aux touristes ; soi-même, on les oublie, jusqu'à ce qu'elles reviennent, véhémentes, vous reprocher votre manque de foi."

Lire la suite

Gambie, la guerre contre les liquidités et le prix de la "guerre contre le terrorisme"

24 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Comme les médias/merdias sont très unanimistes, sur certains dossiers un peu pointus la possibilité d'avoir une info alternative repose parfois sur seulement un ou deux individus dissidents.

Par exemple sur les pressions étrangères faites pour obtenir un "regime change" en Gambie, il semble que l'homme-ressource soit Abayomi Azikiwe directeur du Pan-African News Wire qui sur Globalresearch explique en quoi la Gambie était devenue gênante depuis qu'elle refusait de participer aux manoeuvres militaires sous la houlette de l'Africom (le commandement militaire américaine pour l'Afrique) et s'était retirée du traité de la CPI.

Apparemment il existe aussi un spécialiste capable de nous expliquer en quoi USAID (l'agence étatique d'aide au développement américaine) est derrière l'opération de "démonétisation" menée par Modi en Inde, qui a plongé des millions de pauvres dans le désarroi. C'est l'économiste allemand Norbert Haering qui explique que dès janvier 2016 USAID avait présenté au ministère des finances indien ce projet de démonétisation pour digitaliser toute la monnaie... Tout cela s'inscrit dans le cadre d'un projet mondial lancé en 2012, la Better Than Cash Alliance dans lequel on trouve des banques américaines, la fondation Bill Gates, Ford, Mastercard etc avec comme enjeu le contrôle par les Etats-Unis des banques et des citoyens étrangers. J'avoue que le plan "global" derrière l'aventurisme du premier ministre indien m'avait échappé...

La "War on Cash" touche aussi l'Europe...  Le parlement grec a récemment été obligé par ses tuteurs oligarchiques internationaux de voter une loi imposant aux fonctionnaires de payer obligatoirement une partie déterminée de leurs salaires en cartes bancaires.

La guerre contre le liquide bat son plein. Celle contre le terrorisme aussi. Et elle coûte cher...

"Eradiquer la faim dans le monde coûterait 5,2 milliards de dollars par an. C'est juste un peu plus que le coût d'un mois d'occupation de l'Irak. Sauver 8 millions de personnes - dont 6 millions d'enfants - qui meurent chaque année de maladies faciles à soigner ou faciles à guérir coûterait 35 milliards de dollars" avaient écrit Wim De Ceukelaire et Bert De Belder dans notre Atlas alternatif il y a 10 ans...

Aujourd'hui on apprend que la facture de la guerre américaine contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie a atteint 11,5 milliards de dollars en deux ans et demi. Moins cher que l'occupation des années 2000, mais quand même plus que le coût de l'éradication de la faim dans le monde. Un cinquième correspond au coût des bombes. Le reste est pour les frais de vol des avions : faire "sortir" un avion de combat coûte des dizaines de milliers d'euros à chaque fois... Tout cela pour réparer les effets de nos ingérences et du soutien de nos alliés turcs, saoudiens et qataris aux terroristes. Quel gâchis !

 

 

Lire la suite

Montenegro, Trump, néo-paganisme de droite, douma russe, Biafra

22 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme

Un très bon article, drôle et pertinent, du reaganien Doug Bandow sur l'inutilité d'ajouter la dictature monténégrine (dont l'armée compte 2 000 hommes) à la liste des membres de l' "OTAN obsolète".

Bon à part ça, croyez vous que les "pro-Trump bikers" (ça fait penser aux supporters des clubs de foot autrefois en ex-Yougoslavie) vont affronter les femmes qui manifestent derrière Madonna contre le nouveau président ? Des sites nous disent que les manifestants pro-démocrates sont payés par Soros, ce que je ne crois pas trop, même s'il est vrai que Soros (avec son club d'amis dans les milieux médiatiques) veut la peau de Trump comme il veut celle du Brexit. Et Trump a des problèmes pour trouver des ambassadeurs... et même pour faire accepter son nouveau directeur de la CIA. Dilemme de toutes les révolutions populaires. Si vous ne voulez pas des amis de Jacques Attali à la tête de l'Etat (comme chez nous M. Macron) la pénurie des cadres risque de créer un vide politique...

Entendu sur le Net une interview du chef des jeunes du FN sur Onfray par hasard hier. Déjà s'abaisser à dialoguer avec Onfray n'est pas très bon, et le jeune homme ne le faisait pas brillamment. En se réclamant de Nietzsche il insistait sur le fait que le christianisme ne doit rien au judaïsme. Heum heum... non seulement cela n'est pas vrai, mais en plus on voit bien à quel genre d'héritage chrétien (néo-païen en fait) cela veut nous rattacher. Un héritage a-moraliste qui rêve de brumes scandinaves et brûle les dissidents. Pas terrible. Le versant chrétien et le versant athée du FN doivent se rejoindre quelque part en ce point de néo-paganisme qui n'annonce pas des lendemains qui chantent...

J'ai lu dans L'Humanité hier que la Douma russe venait de "dé-criminaliser" à l'unanimité les violences conjugales à l'initiative de la même présidente de commission qui avait fait passer une loi anti propagande LGBT l'an dernier. J'ai beau trouver beaucoup d'avantages à la famille traditionnelle ainsi que, plus généralement, au classicisme, comme "moindre mal", je ne suis pas sûr que ce coup de pouce à l'alcoolisme des pères de familles violents soit une très bonne idée et je suis triste de voir si bien fonctionner la dialectique entre d'un côté le parti de Wallstreet avec ses causes sociétales, et de l'autre, les résistances nationales avec leur logique machiste. Quel dommage que nous n'ayons pas un troisième parti ! Chavez avait réussi, en défendant son pays tout en promouvant les droits des femmes. Mais le sujet est profondément complexe (et pourri par les démons). La liberté personnelle (l'émancipation des dissidents, des minorités, du sexe opprimé) favorise toutes les violences, l'anarchie, la fin des Etats, sa répression favorise d'autres violences institutionnelles qui minent tout autant l'ordre social. L'humain est un animal politique (zoon politikon) ingérable. Les Turcs en savent quelque chose en ce moment... Et pas seulement eux.

Après les Kurdes, les Biafrais nigérians crient "Vive Trump !" (et se font tirer dessus par l'armée nigériane) - le président nigérian a versé 500 millions de dollars pour la campagne de Mme Clinton. Je doute qu'en France quelque nouveau Malraux rêve de voler à leur secours comme dans les années 60. Peut-être le berger béarnais Jean Lassalle ? Bon, c'était juste pour rire un peu...

Lire la suite

Les stats des fans de la page "TV Atlas alternatif" sur Facebook

21 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Atlas alternatif

La page vient de passer le cap des mille fans. Une occasion de faire le bilan des provenances et du profil sociologique.

Femmes 45 % - Hommes 55 %

 

Pays

Vos fans
Algérie
941
France
19
États-Unis
4
Brésil
3
Maroc
3
Royaume-Uni
3
Suisse
2
Arabie Saoudite
2
Allemagne
2
Belgique
2
Ville
Vos fans
Alger, Wilaya d'Alger, Algérie
292
Oran, Wilaya d'Oran, Algérie
65
Sétif, Wilaya de Sétif, Algérie
42
Annaba, Wilaya d'Annaba, Algérie
37
Constantine, Wilaya de Constantine, Algérie
31
Batna, Wilaya de Batna, Algérie
28
Blida, Wilaya de Blida, Algérie
26
Béjaïa, Wilaya de Béjaïa, Algérie
26
Tizi Ouzou, Wilaya de Tizi Ouzou, Algérie
22
Tlemcen, Wilaya de Tlemcen, Algérie
19
Langue
Vos fans
Français (France)
797
Arabe
167
Anglais (US)
10
Français (Canada)
8
Anglais (UK)
4
Allemand
2
Portugais (Brésil)
2
Afrikaans
1
Espagnol (Espagne)
1
Espagnol
1

 

Lire la suite

A la veille de la prise de fonctions de Trump

19 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #La gauche

Grande agitation au sommet de l'oligarchie occidentale à l'approche de la nomination du nouveau président étatsunien. Trump soutient le Brexit et encourage d'autres pays à quitter l'UE. Les "élites" européennes s'insurgent : "Les Etats-Unis nous déclarent la guerre". Le journal "Le Monde" brise son idole des années 2000 sous le titre "L'insoutenable arrogance de la City" parce que les milieux d'affaires britannique osent penser qu'ils vivront mieux dans un "Brexit dur" que sous la tutelle de Bruxelles. Le ministre anglais Boris Johnson compare Hollande aux nazis des films de la Seconde guerre mondiale, accusant Paris de vouloir sanctionner Londres. Au milieu de tout cela Mélenchon prononce un discours insuffisant (comme toujours) au parlement européen promettant aux oligarques "une autre Europe" que celle de l'argent et de la guerre, sans autre précision...

Et ce n'est pas tout. Parce que Trump s'est aussi fendu d'une petite déclaration contre l'OTAN "obsolète". Un général français haut placé dans la structure admet que l'organisation se répand trop en interventions extérieures. Le débat sur la légitimité de cette alliance progresse, même si les libertariens d'Antiwar.com ont tort de voir dans la communiste S. Wagenknecht (dont on a déjà parlé sur ce blog) une voix représentative de l'opposition allemande à ce sujet (il est vrai qu'ils ne disent pas à leurs lecteurs qu'elle est communiste).

Du coup, l'Establishment démocrate américain profite de ses dernières heures d'hégémonie (sauf s'il organise un coup d'Etat contre Trump avant la fin de l'année à coup de fausses news comme celle de la très suspecte "golden shower" moscovite) pour balancer ses troupes contre la Russie en Pologne, signer un pacte de présence militaire en Lituanie, infliger des sanctions aux Serbes de Bosnie, autoriser les troupes albano-kosovares à intervenir au nord de l'Ibar pour empêcher la circulation du premier train Belgrade-Pristina envoyé depuis 20 ans (il est vrai que le train avait des couleurs très patriotiques, mais bon...).

Obama fait son show comme d'habitude, verse beaucoup de larmes, et commue la peine de Chelsea Manning mais pas celle de Snowden, ni celle de Abdulelah Haider, le journaliste yéménite détenu par ses alliés dont il a empêché la libération en 2013. Les forces irakiennes libèrent le tombeau de Jonas et la mosquée de Mossoul. Une démocrate passée dans le camp de Trump, l'étonnante députée hindouiste ancienne soldate en Irak T. Gabbard dont on a aussi parlé sur ce blog, rencontre Assad pour préparer la paix. Chose étrange...

Israël se réjouit de la nomination de Trump, la Chine fourbit ses armes... Et la classe politique française poursuit une campagne sans envergure. Fillon, l'élu de la fraction troisième âge des sympathisants des Républicains, stagne dans l'opinion avec son programme thatchérien offensif, les socialistes ne font plus rêver personne avec leur primaire et prennent des baffes au sens propre - ils s'entredéchirent aussi, Hollande traitant presque Hidalgo d'imbécile. Et au milieu de tout cela, des tas de gogos trouvent que le "jeune" Macron ferait un président très présentable (n'importe quoi...). Quand est-ce qu'on remplace définitivement l'élection par le tirage au sort ?

Lire la suite

Réunion-débat avec Nils Andersson le 31.1.

18 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Conférences vidéos de résistants, #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

Une info utile pour nos lecteurs parisiens concernant le livre dont j'ai fait la recension ici :

Mardi 31 janvier : réunion-débat avec Nils Andersson

 
A l'occasion de la parution récente de son livre "Mémoire éclatée : de la décolonisation au déclin de l'Occident" (Ed. d'en bas),
la Librairie Le Point du Jour vous invite à une rencontre avec Nils Andersson
 
mardi 31 janvier, 19h30
Cinéma La Clef
34 rue Daubenton, Paris 5e
(métro L7 Censier-Daubenton, bus 47 ou 27)
 
Dans ce témoignage exceptionnel, Nils Andersson évoque plus de soixante ans d'un parcours culturel et politique engagé : il fut éditeur militant en Suisse de publications anticolonialistes et marxistes-léninistes ; il a soutenu le peuple algérien dans sa lutte pour l'indépendance ainsi que les militants des réseaux d'aide au FLN et les insoumis ; il a travaillé en Albanie socialiste de 1967 à 1972 ; solidaire des luttes de libération, il est encore aujourd'hui dans l'action concrète contre les interventions militaires occidentales...
 
Nous écouterons Nils Andersson nous faire partager cet engagement en conscience et obstiné, et nous débattrons avec lui sur le sens de ses combats - qui furent et sont encore les nôtres - pour comprendre non seulement l'histoire passée, mais aussi les luttes nécessaires du présent.
 
Parmi les sujets que nous pourrons discuter : Quel rôle pour le livre dans les batailles idéologiques et politiques ? Que retenir des mouvements anticoloniaux et que reste-t-il de l'anticolonialisme ? Quel lien entre les luttes de libération et les luttes de classe dans les métropoles ? L'internationalisme est-il toujours d'actualité ? L'importance des mouvements anti-guerre pour dénoncer et combattre les agressions militaires, y compris celles sous couvert du "droit d'ingérence humanitaire" ou de la "lutte contre le terrorisme" ? Quelles leçons tirer de l'expérience des pays socialistes, de celle de l'Albanie en particulier ?
 
Soirée animée par Patrick Bobulesco (LPJ) et deux grands amis de Nils Andersson : Daniel Blondet (militant anti-impérialiste) et Christian Pierrel (porte-parole du PCOF).
 
Venez nombreux (entrée libre).
 
Lire la suite

Kissinger-Trump : faire éclater l'organisation de Shanghaï

15 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

"Kissinger’s strategy essentially tweaks the early 1970s Trilateral Commission, largely advanced by his rival dalang Dr Zbigniew “Grand Chessboard” Brzezinski, according to which geopolitics is to be managed by North America, Western Europe and Japan.

A nice touch is that Kissinger, alongside “T Rex” Tillerson and Dr Zbig himself, is on the board of trustees of Washington think tank the Center for Strategic and International Studies (CSIS). It’s all in the family."

Je ne suis pas toujours d'accord avec Pepe Escobar, mais sur ce coup là, il est convaincant : il faut lire son article sur Asia Times ici. Grâce à lui je comprends mieux pourquoi Trump a rencontré Kissinger l'an dernier. Tout devient clair.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>