Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

"L'art pour l'art" de Flaubert

9 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #XIXe siècle - Auteurs et personnalités

flaubert.jpgFlaubert en 1870, dans sa religion de l'art pour l'art (si hostile aux autre cultes : socialisme, catholicisme) angoissé à l'idée que le support de cette religion - la France, Paris - puisse être balayé par l'invasion prussienne (la hantise que la France devienne un pays bigot affaibli comme l'Espagne, ou "un pays plat et industriel comme la Belgique"). Cette crainte lui arrache même une petite sympathie nostalgique pour la République (dans une lettre Sand, notez qu'il dialogue mieux quand mêm avec la gauche - Sand - qu'avec la droite), quoiqu'il raille la mode du retour à 1792 dont il est témoin (comme de Gaulle dans ses mémoires raillera la "mode révolutionnaire" de 1945-46, une mode qui a bien failli s'emparer à nouveau des médias à un moment de la campagne de Mélenchon cette année).

 

Je me suis décidé à acheter sa correspondance que jusque là je m'étais contenté de parcourir dans les bibiothèques. En fait je cherchais les souvenirs de G. Sand qu'Amazon tarde à me livrer, mais ils sont introuvable dans la plus grande librairie d'une ville moyenne française.

 

Une pensée pour les tentatives d'utiisation de Flaubert par Sartre et Bourdieu, celle de Bourdieu notamment trop prise dans une grille de lecture assez "inutile et incertaine" comme aurait dit l'autre...

 

C'était quoi alors cet "art pour l'art" (auquel Nietzsche aussi adhéra à sa manière) ? Un sorte d'hypersensibilité à toutes les formes d'injustice (Flaubert a toujours le mot "Justice" à la bouche), de facilité, de lâcheté, un refus de la démagogie (notamment d'évolution du monde à l'"américaine", déjà il s'en préoccupait, peut-être sous l'influence de Tocqueville), le choix de Voltaire contre Rousseau, de l'élitisme, dans un esprit de complet désintéressement (Flaubert ne vivait pas de sa plume, et sa vision de l'art est incompatible avec l'utilisation cuistre et superficielle qu'en font les bourgeois. Le tout dans une recherche intransigeante d'une totale exactitude formelle.

 

Flaubert pensait que la victoire prussienne annonçait le triomphe du positivisme, et donc un déclin inévitable de la civilisation française (quelque part Flaubert qualifie sous Napoléon III la France de première nation du monde, ce à quoi sans doute beaucoup de Français souscrivaient à l'époque). A-t-il eu raison ? Les année 1860 furent-elles le sommet de ce sommet de ce que pouvait réaliser l'art littéraire français ?

 

Je n'ai sans doute pas la sensibiité assez affutée pour en juger. Un lecteur anonyme a bien voulu en passant par ce blog m'y traiter courageusement de "bourrin" et il y a sans doute du vrai là-dedans.

 

Dans un précédent billet j'ai dit que le positivisme n'avait été que le poil à gratter de la période suivante. Il n'a pas vaincu, tout comme les Prussiens n'ont pas fait de Paris un "nouveau Varsovie". Il y a encore eu le symbolisme, Mallarmé etc. Mais la mécanique de la modernité industrielle était là, avec son travail incessant,  sa manière bien particulière de rythmer le temps et d'asservir par ce biais les sensibilités, c'est indéniable.

 

Aujourd'hui il n'y a plus "d'art pour l'art" bien sûr. Il n'y a plus chez les critiques que la recherche des "motivations socio-psychologiques", la volonté de se rincer l'oeil ou de compatir dans une débauche de bons sentiments, la recherche de messages politiques, et chez les auteurs l'abdication de tout élitisme, la passivité devant la bêtise et l'injustice, la volonté de plaire à tout prix, de se faire un nom, de ne pas "investir pour rien" etc. Bref rien qui relève d'aucune justesse de regard ni de ton, encore moins de l'élégance stylistique.

 

En tout cas cet "art pour l'art" avait quelque chose d'éthiquement irréprochable (c'était d'ailleurs son ambition, presque platonicienne) et constitue toujours une sorte de point abstrait de référence pour accéder à une lucidité supérieure, une sorte de point d'Archimède sur lequel on gagne à asseoir son jugement. Par exemple si l'on veut se faire une opinion sur la Commune de Paris. Quand Flaubert y voit un grand retour au Moyen-Age (et dans la bouche d'un Spinoziste post-révolutionnaire comme lui, ce n'était pas un compliment), la remarque interpelle, et donne à réfléchir...

Lire la suite

Un mot de Flaubert

9 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #XIXe siècle - Auteurs et personnalités

A propos des succès de Thiers :

 

"Les prostituées, comme la France, ont toujours un faible pour les vieux farceurs"

 

(Lettre à George Sand, 18 décembre 1867)

Lire la suite

Agapé

8 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Ma correspondante turque qui planche sur Comte-Sponvile m'écrit ce soir que des traducteurs chinois lui écrivent parce qu'ils ne savent pas traduire chez ce philosophe le mot de "amour charité/agapé" !

 

Blaise_Pascal.jpg

Quel cauchemar ! quelle barbarie ! Tout le monde a l'air de se résigner "ben oui, mot trop chrétien, trop classique, intraduisible". En Turquie, en Chine, on capitule. Un mot métaphysique, ça n'a plus d'intérêt à notre époque. Je hurle, j'exhorte : allez voir dans vos langues comment furent traduits Pascal et Denis de Rougemont ! On ne peut pas laisser ce mot orphelin, on ne peut l'égorger au coin d'une rue ! non ! Le monde meurt s'il perd ce mot !

Lire la suite

George Sand vue par Debû-Bridel

8 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #XIXe siècle - Auteurs et personnalités

Sand.PNGJ'écoutais tantôt à la radio la conférence de 1954 "George Sand, homme politique", par le sénateur "gaulliste de gauche" (mais ex maurrassien) et "grand résistant" Jacques Debû-Bridel. Dans cette conférence Debû-Bridel célèbre la radicalité populiste de George Sand en 1848 mais blâme son choix de soutenir Jules Favre (avec qui elle avait travaillé 22 ans plus tôt au cabinet de Ledru Rollin) contre Gambetta en 1870. Il est vrai qu'il y a quelque chose de pétainiste dans ce négociateur de la paix avec Bismarck. Lorsqu'il remarque que les ouvriers que Sand avait appelé à descendre dans la rue le 16 avril 1848 furent accueillis par la Garde nationale au cri de "A bas les communistes" le sénateur ajoute qu'à l'époque on parlait déjà des communistes mais que les choses étaient plus simples car alors ils n'étaient pas liés à une "puissance étrangère" (sic). J'ai trouvé cela amusant, et somme toute assez vrai. Pour lui ce 16 avril eût pu être un succès pour les Républicains et les socialistes mais il remarque à juste titre que les journées qui réussissent sont célébrées par la postérité comme des "révolutions" et les journées qui échouent condamnées comme des "émeutes".

 

Je veux bien revisiter un peu le XIXe siècle avec Mme Sand et viens de commander "Histoire de ma vie". Je m'étais enthousiasmé pour la Confession d'un enfant du siècle  de Musset et Choses Vues d'Hugo à 16 ans, puis j'ai un peu négligé cet univers là, en grande partie sous l'influence de mon époque. Il convient de revenir à ce siècle un peu bizarre à nos yeux de révoltes ouvrières, d'utopies saint-simoniennes, et de résistance au cléricalisme omniprésent. Pourquoi ne pas le faire avec Mme Sand ? Ne lui prête-t-on pas toutes les qualités : bonne amante sensuelle (mais fidèle avec ça, même dans sa relation chaste - par la force des choses - avec Chopin), bonne mère, bonne aristocrate par son père (descendante du maréchal de Saxe), et par sa mère bonne fille du peuple qui aime à faire des confitures ? Je trouve un peu sot son amour candide et rousseauiste des paysans, mais c'est une écrivain de génie, alors il doit quand même être bien agréable de passer quelques heures en sa compagnie. Je vous dirai.

 

A part ça, ce soir Michel Onfray jugeait que la maître de Camus, Jean Grenier était un personnage "pas très sympathique" parce qu'il n'aimait pas sortir le soir (si si, réécoutez sa conférence à l'Université populaire de Caen, c'est exactement ce qu'il dit). De même qu'il n'aimait pas Kant parce que celui-ci n'avait pas eu de vie sexuelle. L'ennui c'est que ce genre de caractéristique concerne les trois quarts de la haute intelligentsia, qui, par définition, pour aimer la lecture et l'écriture, doit avoir des penchants monastiques... J'en conclus qu'Onfray est plus proche des noceurs paillards, mais le niveau de sa pensée est en conséquence...

Lire la suite

Alep, les docus TV ouverts aux dissidents, l'Espagne, la fille qui connaît la Défense

7 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Il est profondément douloureux de voir un pays de culture ancienne comme la Syrie tomber dans le chaos. Une guerre de tanks et d'artillerie dans une grande ville comme Alep (même si elle a été vidée de ses habitants) est une catastrophe qui va détruire pour longtemps tout ce qui faisait sa force et sa beauté. A cela s'ajoute l'horreur médiatique, ce mensonge institutionnalisé qui veut faire croire qu'il y a les bons et les mauvais dans ce combat, et que tout le mal incombé au régime dictatorial. En vérité c'est une très sale guerre, comme toutes les guerres civiles, avec des exactions énormes des deux côtés,  et une guerre dans laquelle nous devrions être neutres, ce que nous ne sommes pas. Et dire que M. Sarkozy (je suis bien gentil de l'appeler "Monsieur") continue de verser de l'huile sur les flammes dans ce pays, même tout dépouillé de la fonction présidentielle qu'il se trouve. Un vrai nouveau José Maria Aznar. Pauvre homme !

 

Je n'épiloguerai pas, cela ne sert à rien. Une fois de plus l'opinion publique occidentale est piégée et désarmée. Et une fois de plus les rares petits collectifs qui tentent de faire de l'info alternative, comme celui que j'ai tenté d'aider en juillet se discréditent tout seuls : citoyens dormez sur vos deux oreilles et consommez.

 

0013

Cet après midi il y avait un reportage sur la fin de l'URSS sur la chaîne parlementaire. Tranquillement parmi les intervenants ont donnait la parole à Chomsky qui disait qu'Eltsine était "un dictateur "alors que Gorbatchev eût pu amener la démocratie sociale à l'URSS, et que l'Ouest avait préféré à partir de 1991 soutenir la dictature. Ce soir Arte montrait un documentaire très favorable à la politique de nationalisation des multinationales par Castro après sa prise du pouvoir à Cuba. Est-ce parce qu'il s'agit dans les deux cas d'histoire "ancienne" qu'on donne la parole à la gauche sur ces sujets ? Je l'ignore.

 

De toute façon la gauche n'inquiète personne en ce moment. L'Espagne est en train de couler, et Izquierda unida n'est créditée que de 8,5 % selon les derniers sondages. La zone euro va peut-être se défaire sous le poids de mécanismes économiques un peu obscurs, et la gauche n'y aura été pour rien. Il faudrait que je vous parle de mon dernier déjeuner à la Défense avec cette femme dont je vous ai parlé en 2008. Elle travaille dans ces tours, voudrait publier un livre sur les gens (ses collègues) qui là-haut, décident des dégraissages d'effectifs en Inde ou à Shanghaï. Mais elle ne le fera pas. Parce que mon éditeur ne l'accueille pas à bras ouverts. Les égos, toujours les égos. Quand on ne leur offre pas le tapis rouge les gens se replient sur leur quant à soi. Dommage. Elle était probablement une des meilleures connaisseuses du capitalisme actuel, tel qu'il fonctionne tous les matins au dessus de nos têtes, avec toute sa bêtise et sa médiocrité, pas celui que filme Cédric Klapisch. One more missed opportunity...

Lire la suite

Post spiritum omne revolutio tristis est

7 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

On oublie aujourd'hui combien, à l'époque du bergsonnisme triomphant, la révolution bolchévique put être perçue par des gens comme Romain Rolland, Anatole France, puis Paul Nizan, et même André Malraux, comme le prolongement du panthéisme de Tolstoï (rappelez vous que j'ai souligné sur ce blog aussi combien même Gandhi dans les années 30 insistait sur le potentiel spirituel du socialisme russe).

 rolland

Le spiritualisme, notamment en France (et la France dominait encore le monde intellectuel de l'époque, en tout cas l'intelligentsia de gauche d'Europe), était certes gêné par le positivisme de tous les scientifiques professionnels à la Russell ou inventeurs en herbe dont bien des humoristes d'Alfonse Allais à Céline (dans Mort à crédit) parlent abondamment, ainsi que par un certain nihilisme de la jeunesse désespérée par la saignée de 14-18, qui étaient des sortes de poil à gratter susceptible de contester son hégémonie, mais il aurait peut-être survécu s'il n'avait été anéanti dans les années 30 par le propagandisme fasciste (Goëbbels) et capitaliste (Bernays) qui visaient l'abrutissement généralisé.

 

Il faut entendre les effets du fascisme largo sensu. Un témoin direct comme Borghese par exemple voit dans le totalitarisme stalinien une contagion du fascisme italien avec cette mode du règne des milice, de la brutalité  divinisée et des grands défilés paramilitaires qui écrasent l'individualité.

 

l_nine.jpgAprès le double rouleau compresseur capitaliste et fasciste, l'idée révolutionnaire en France n'est plus devenue, dans les années 60, qu'un vague élan de revendications catégorielles de la jeunesse contre l'autorité de la vieille génération, élan doublé d'un travail intellectuel de disqualification de la culture classique (le structuralisme), tout cela demeurant parfaitement compatible, finalement, avec le capitalisme américain triomphant, et non exempte d'élément fascisants (dans l'attaque personnelle mesquine des adversaires, le totalitarisme intellectuel, des éléments qui étaient étrangers au socialisme spiritualiste d'un Romain Rolland ou d'un Jean Jaurès par exemple).

 

Comme vous le savez, j'ai regardé avec beaucoup d'intérêt (et même soutenu tout en en mesurant les insuffisances) la tentative de Mélenchon d'acclimater à l'hexagone la révolution chaviste en lui insufflant une dose de mitterrandisme et une autre de néo-jacobinisme. Lui paya son écot à la conception "post-spiritualiste" de la révolution, le volet soixante-huitard en mobilisant au sein du PG la rhétorique féministe, celle de l'ouverture à "l'altérité" du tiers-monde etc, après avoir initialement été accusé de machisme et de soutien à l'esprit réactionnaire sur les questions "sociétales". La chanson révolutionnaire de Mélenchon bien sûr ne portait aucune trace du spiritualisme des années 1920, pas plus d'ailleurs qu'aucun autre aspect de la culture contemporaine française.

 

DSCN4664.JPGJ'ai remarqué qu'au mois de juillet l'Humanité Dimanche ne parle plus de Mélenchon. Peut-être fatiguée par la théatralité un peu forcée que le tribun socialiste a fait sienne, et déçu par le score électoral en demi-teinte auquel tout cela a abouti, l'hebdomadaire communiste préfère maintenant parler des fromages du terroir et interviewer le député auvergnat André Chassaigne. C'est d'une autre révolution qu'il s'agit là. Celle de la ruralité, de la vieille France qui défend sa poste et son bureau de tabac, puisqu'André Chassaigne est au communisme ce que Jean Lassalle est à la démocratie-chrétienne. Ce courant écolo-communiste est encore trop faible pour supplanter le mélenchonisme. Nul doute que s'il parvenait à s'imposer ses adversaires ne tarderaient pas à le qualifier de "néo-pétainiste". Il sera en tout cas intéressant d'en examiner le devenir dans les années à venir. Je connais un peu cette France de villes moyennes et de villages (non pas celle de l'Est qui vote pour Marine, mais celle du Massif central et du Sud-Ouest), qui, par attachement à ses vieux murs de pierre accorde de meilleurs scores au Front de gauche que la moyenne nationale. On ne peut pas dire que sa "révolution" soit porteuse d'idées très adaptées aux enjeux contemporains (notamment aux questions que la technologie nous pose). Mais sa réticence profonde à l'égard des folies de notre temps est des plus respectables et il ne serait pas mal qu'une force politique sérieuse (plus sérieuse que les enfantillages du Parti les Verts-Europe écologie) prenne en charge ce qu'elle exprime. Ce n'est plus le grand élan spirituel des années 20, juste une volonté d'inertie, presque taoïste, probablement nécessaire dans un monde qui court trop vite.

Lire la suite

Post spiritum omne natio tristis est

6 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Philosophie et philosophes

J'entendais tantôt à la radio un publiciste rappeler que Paul Nizan en 1938 avait écrit une apologie de Descartes puis exhorté en 1939 le PCF à définir une ligne autonome à l'égard de l'URSS. Il était sans doute un penseur potentiel du "socialisme à la française" fauché par la seconde guerre mondiale, comme Péguy l'avait été par la première.

 

Il faut reconnaître que la seconde guerre mondiale a enterré l'idée française parce qu'elle en a liquidé le potentiel utopique (dont peut-être le programme du Conseil national de la Résistance fut l'ultime avatar). Les deux générations qui ont suivi cette liquidation n'ont fait que gérer l'héritage sur un mode bureaucratique tandis que le pays s'alignait sur les Etats-Unis et se déconsidérait dans sa lenteur à décoloniser (tandis que les intellectuels, eux, se perdaient en folies idéologiques), même pendant la parenthèse anachronique de la présidence de De Gaulle.

 

Voilà pour le XXe siècle. Il est bien plus évident encore au XXIe que l'idée française est morte. Cependant au XXIe siècle la mort de la France ne peut plus nous arracher de regrets, car, à la vérité, toutes les nations sont aujourd'hui mortes, et ne sont plus que les ombres de dieux morts projetées sur les parois de la caverne peut-on dire ici pour plagier Nietzsche.

 

0017.jpgEt il y a à cela une raison simple que Sloterdijk a très bien entrevue dans certaines de ses pages sur l'humanisme : c'est que l'existence des nations européennes était solidaire d'une quête morale et spirituelle, oui, spirituelle, immatérielle. Or tout le spirituel a complètement déserté notre monde (et qu'on ne me parle pas des transes du renouveau religieux un peu partout qui ne sont que des thérapies de souffrances pathologiques bien éloignées de la finesse de ce qu'on entendait autrefois par le spirituel !).Lorsque je voyage dans mes souvenirs je trouve un écho de ce que pouvaient être les projets nationaux au XIXe siècle (tous les projets nationaux) dans les vagues impressions que j'ai gardées en 2003 d'un jardin public (déjà anachronique) à Riga que je sillonnais aux côtés d'une jeune Lettonne réellement éprise de son pays. Ce jardin peuplé de statues de "grand hommes" non loin du minuscule palais de la présidence, était rempli d'un calme un peu mélancolique qui pouvait faire penser à la Suisse. Les projets nationaux étaient solidaires de ce calme là, de cette poésie des parcs dans laquelle pouvait germer une aspiration morale personnelle à laquelle la nation pouvait apporter une réponse.

 

Les nations aujourd'hui ne sont plus que des coquilles vides, des conservatoires de vieilles habitudes, dont le seul projet peut être d'incarner ce que les autres ne sont pas, sans pour autant porter le moindre souffle ni le moindre avenir. Qu'est-ce que la nation russe par exemple, sinon un projet collectif purement négatif : celui de ne pas être asservi par encore plus vulgaire et plus abject que soi - ne pas être asservi par Mac Donald's, les pétroliers texans et l'hypocrisie de l'administration Obama ? La nation américaine devenant à son tour et symétriquement une simple volonté de ne pas tomber sous le joug d'autres projets identifiés comme tyranniques (l'étatisme russe ou chinois, que sais-je encore). Ce qui est obscène dans le projet national russe, comme dans tout projet national, ce n'est pas quil soit incarné par un rustaud qui veut "buter les terroristes au fond des chiottes". Car des rustaud, la nation russe en a porté bien souvent au pouvoir, à commencer par Ivan le Terrible. C'est que ce rustaud ait pour seule perspective ontologique de consolider Gasprom face à Exxon, ou l'agroalimentaire russe face à Monsanto, sans que son peuple puisse être poussé vers l'avenir par la moindre rêverie spirituelle.

 

L'acte de décès de la France en tant que nation s'ajoute ainsi à celui des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine, de l'Inde, etc dan un très long registre d'Etat Civil. La spiritualité jadis, dans ses formes plus ou moins raffinées, n'était peut-être qu'une illusion, mais qui tenait debout l'humanité. En son absence l'humain se parodie lui-même dans tout ce qu'il essaie d'être et ses nations ne sont que de décors de carton pâte (mais de décors hélas armés, et capables de s'entredétruire de la pire des manières).

 

Je ne suis pas nostalgique quand j'écris cela. Je ne vois pas du tout comment les choses auraient pu évoluer différemment. Je prends acte de la réalité voilà tout.

 

Et ceux qui ont cru que les empires (fussent-ils des empires de la Paix et des bons sentiments) prendraient le relais des nations mortes se sont trompés. Les Jacques Delors, les François Mitterrand, se sont égarés. Ils n'ont créé que des machines sans âmes comme l'eurocratie actuelle, car pas plus dans les empires que dans les cadavres des pays l'esprit humain ne survivait.

 

arcus.JPGEn parlant de Mitterrand, je dois dire que j'ai à nouveau pensé à lui quand je suis allé traîner cette année encore dans le Charentes. L'an dernier c'était du côté d'Angoulême et de Jarnac, cette année à Saintes. Le douceur et le calme des villes moyennes de cette région ne cessent de me surprendre. Dans ma province natale, le temps à maints égards s'est arrêté, dans bien des domaines (la musique par exemple), mais les gens cherchent à combler leur anachronisme en affichant des passions actives, notamment pour le sport (et les médailles d'or de M. Estanguet leur en ont encore donné le prétexte). En Charente, au contraire l'immobilité semble se vivre dans un plaisir tranquille, comme la lente dérive des gabares touristiques sur le fleuve... On comprend que cette région ait encouragé Mitterrand à rester toute sa vie un homme des années 30, un étudiant ligueur nostalgique du temps d'avant. Sa spiritualité à lui ne lui a donné aucune inspiration en politique (il fut un des politiciens les moins inventifs de notre histoire) et a fini par dériver vers un pharaonisme de pacotille à l'image de la crise morale que son pays traversait. La Charente, je pense, l'aidait au moins à vivre sans douleur l'ensevelissement collectif dans le matérialisme publicitaire. Les Charentais, comme les Lettons, ont encore des jardins publics très silencieux qui au moins enveloppent de calme les égarements des dernières décennies.

Lire la suite

Que se passe-t-il à Alep ? / Que faut-il espérer pour l'Asie ?

30 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Vous savez, vous, ce qui se passe à Alep ? Depuis un an je refuse de gober le mythe des "gentils opposants syriens pro-démocratie aidés par le Qatar et la Turquie contre le méchant régime baasiste aux abois qui ne doit sa survie qu'à la Russie". Bon, mais après ? Le mythe est ridicule comme tous ceux que nous montons contre nos ennemis depuis depuis deux siècles, mais le réel, quel est-il ?

 

Ce matin Ria Novosti nous expliquent que les rebelles syriens, dirigés par un général fêlon (on n'est plus au niveau des colonels comme en janvier, les armées ennemies ça s'achète, comme on l'a vu à Bagdad et à Tripoli), ont conquis un poste de contrôle de contrôle stratégique dans la deuxième ville du pays dont ils veulent faire leur "Benghazi". Quoi, Ria Novosti serait-elle pro-Occidentale ?

 

Les médias pro-Assad et leurs partisans en France avec la finesse stylistique qu'ils avaient déjà déployée à l'époque de la guerre de Libye démentent en bloc, et proclament qu'au contraire les déserteurs sont mis en déroute. Qui croire ?

 

jeu_dames.jpgLes analystes de géopolitique se font des frayeurs : le Liban va éclater, la guerre civile va s'installer en Syrie car les Alaouites tiendront la montagne et le pays deviendra une constellation de principautés comme les néoconservateurs en ont rêvé (le coup de l'explosion complète du pays on nous l'a déjà fait sur la Serbie, l'Irak et la Libye, mais ça ne s'est pas produit, que je sache). Israël va gagner sur  toute la ligne en renversant Assad disent certains, il n'y aura plus d'obstacle à la guerre contre l'Iran (personnellement je n'en suis pas du tout convaincu, car l'Iran se rapproche du Pakistan et peut nuire à l'équilibre du Yemen, donc la chute du baassisme syrien ne serait qu'une bataille perdue pour eux, pas la fin de la guerre).

 

Bref, les gens cogitent dans tous les sens, élaborent des scénarios. Certains pas forcément pro-américains ni enthousiastes de la médiacratie occidentale se disent qu'un nouveau régime, plus ou moins teinté d'idéologie des Frères musulmans, ne serait pas nécessairement néfaste à l'avenir de ce pays. Pour ma part je ne sais que penser. Les dictatures nationalistes moustachues ne correspondent plus aux attentes de la jeune bourgeoisie urbaine, même sous les traits relativement souriants du Docteur Assad. Un régime barbu ne serait pas nécessairement nihiliste, il y aurait  sans doute des arrangements pluralistes pour plaire aux bailleurs de fond qui eux-mêmes ont des intérêts divergeant (Américano-euro-israéliens, saoudiens et qatariens n'ont pas tout à fait les mêmes intérêts dans ces affaires, idem qu'en Egypte). Je continuerai de faire de l'information alternative sur ce pays, mais tout en demeurant résolument sans opinion sur ce qui est bon pour son avenir.

 

D'une manière générale je reste très agnostique sur le destin du continent eurasiatique. En ce moment on parle de l'adhésion du Vietnam à l'union douanière Russie-Kazakhstan-Biélorussie alors que Hanoï s'oppose amèrement à Pékin sur le conflit territorial de la mer de Chine méridionale. Les Russes, comme les Chinois cherchent à s'implanter en asie du Sud Est et le Pacifique - ils vendent des armes à l'Indonésie, ont de bonnes relations avec la Thaïlande, ont poussé Nauru à reconnaître l'abkhazie
 
A terme il y aura des tensions entre Moscou et Pékin, c'est déjà le cas au Turkéménistan, très pro-chinois qui s'oppose à Moscou sur les projets de consortium gazier.
 
Pour ces deux grands pays le diable américain est une chance car il joue un role fédérateur (celui du fédérateur négatif comme le barde Assurancetourix dans Astérix). Le jour où l'Oncle Sam se retirera d'asie il se feront une guerre froide.

 

La France historiquement a vocation à rester neutre entre les puissances atlantiques (anglo-saxonnes) et les forces continentales de Russie et de Chine.

Lire la suite

Vive l'art !

29 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Chers amis lecteurs, je suis enclin à vous écrire ce soir sur le ton de la confidence. Sans doute ne devrais-je pas car je ne sais pas qui me lit, et les regards malveillants sont nombreux. Mais le choix de la sincérité est signe de liberté, il montre que je ne crains pas les jugements, même les jugements des idiots, de ceux qui veulent me nuire. D'ailleurs ma sincérité sera bien innocente et peu compromettante car je n'ai sur le coeur que des idées pures, tournées vers le Bon, le Beau et le Vrai, en bon platonicien (bon, je sais qu'on condamne parfois à boire la ciguë pour cela, mais tant pis, ces valeurs euphorisent le coeur et donnent l'illusion de l'invincibilité, c'est bien connu, alors suivons notre daimon ! Je rigole bien sûr...).

 

Il est bon de voir qu'au coeur des vacances estivales quelques personnes tapent sur Google "Delorca" "blog de Delorca", en plus de celles qui accèdent à ce blog directement parce qu'il est dans leur signet. Qui sont ces personnes ? Des gens de ma famille ? Des militants ? Des gens qui ont lu mes livres ? Des habitués de ce blog ? des inconnus ? Qu'y cherchent-ils ? Un prolongement du travail fourni sur le blog de l'Atlas alternatif ? quelque chose de plus artistique ?

 

La question revient en boucle sous mon clavier depuis six ans. Je n'y trouve pas de réponse complète, ce qui est normal, et dans un sens, je crois que je ne cherche pas de réponse, parce qu'au fond ce n'est pas très important. Les lecteurs comptent pour le sentiment d'interaction avec le monde, avec autrui, l'humanité au fond de nous a besoin de ça, mais ce n'est pas de nature à vraiment surdéterminer ce qu'on écrit, qui dépend de paramètres différents des attentes des lecteurs.

 

Il faut parler de ce qui est, du monde réel et imginaire (en distinguant bien les deux), de ce qui doit être, dans nos actes, et nos grilles de lecture. On ne peut pas être un simple "journaliste", il faut être un homme à part entière, donc un philosophe, et, un peu, si possible, un artiste, et ce blog est là pour nous y aider - pour m'y aider, et peut-être aussi pour aider certains lecteurs, s'il est vrai que, comme disait Nietzsche, écrire c'est lancer une flèche à quelqu'un, on ne sait pas qui, qui la rattrappera un jour, et la lancera à son tour.

 

1couv_montagnes-copie-1.jpgDans le courant de l'année, quand je bosse, j'ai tendance à oublier que je suis romancier. Auteur d'un roman que certains ont aimé, voire adoré (mon éditeur par exemple), et qui en a laissé d'autres indifférents (rappelez vous par exemple le jury du premier roman de Draveil, des vieux bourgeois avait dit un lecteur de ce blog, peut-être...). J'aurais pu en écrire d'autres. Je l'aurais peut-être fait si des critiques littéraires avaient soutenu celui-ci, et peut-être ces critiques m'auraient-ils lu si j'avais fourni des efforts titanesques pour leur faire connaître ce livre plutôt que d'aller écrire sur le stoïcisme ou sur l'Abkhazie. Je n'ai peut-être pas été assez persévérant. Les choix sont si difficiles mes amis ! A tout moment quand on a un peu de temps libre il faut se demander : dois-je le consacrer à ma famille , à des amis, à jouer les essayistes ou les romanciers, à rencontrer de nouvelles personnes ou cultiver les réseaux existants, à défendre ce qui a déjà été écrit ou à explorer d'autres univers, à écrire sur le Népal, sur la Bolivie, à lire, à dénoncer une nouvelle injustice, à s'intéresser à quoi ? A presque 42 ans je suis à un point où, sans être célèbre (et donc en restant libre de ce fait) je peux vouloir valoriser beaucoup de savoir-faire ou beaucoup d'investissements dans des domaines variés, et sans savoir, à chaque instant, si les choix que je fais (souvent désinvoltes, c'est le prix de la liberté) ne sont pas les plus imbéciles.

 

P1010600-copie-1.jpgJe ne sais plus trop ce qui, ces derniers temps, m'a rappelé que j'étais un romancier. Peut-être ce détail : de retour de Pau, j'ai été contacté sur Facebook par le profil d'une crêperie de cette ville que je ne connaissais pas. C'était juste une démarche publicitaire, mais je leur ai parlé de mon roman, et il paraît qu'il y a une chance qu'ils acceptent d'en mettre quelques exemplaires en vente dans leur établissement. Joyeux mélange des genres, nourriture et ouvrages. Cela ferait un point de vente de ce livre, il y en a peu en France, mon éditeur n'ayant jamais eu les moyens de le faire connaître. J'aime que cet ouvrage soit un intermédiaire entre moi et ma ville natale que je peine de plus en plus à reconnaître. Que le fil de plus en plus ténu qui me relie à mes origines et au passé tienne à la fiction et à une crêperie, voilà une très belle chose.

 

Oui, j'ai un peu envie de me sentir romancier quoique la reconnaissance sociale ne soit pas au rendez-vous de ce côté là. A-t-on besoin de reconnaissance lorsqu'on est dans la création ? En zappant devant la TV tantôt je tombai sur un concert de Jim Morisson, bel exemple de radicalité. Il en faut un peu pour s'envoler, et le rôle du romancier (j'emploie le mot "rôle" à dessein, puisque je n'ai pas de "vocation") peut y aider. Parce que la radicalité "humaine", profonde, ne peut pas se limiter à répéter tous les deux mois dans un essai "halte à l'impérialisme", "halte à l'européisme libéral" etc : ça c'est juste de la radicalité "mécanique", fadouille, qui fatigue et décourage tout le monde à la longue.

 

L'action politique, elle, (nécessaire pour assumer des responsabilités concrètes à l'égard de ses semblables) reprendra à la rentrée. Un journaliste connu m'a proposé d'assister à une réunion de lancement d'un média alternatif solide. Peut-être une perpective intéressante ? En revanche je laisse tomber le collectif de sensibilité "indignado" pour lequel j'avais commencé à recruter des correspondants début juillet et qui me semble aussi creux qu'un discours de Clémentine Autain (et surtout bien fourbe : les mecs pendant mes vacances ont complètement défiguré sans m'en informer un projet d'agence de presse du Sud alternative sur lequel ils m'avaient fait bosser début juillet).

 

Donc oui, allez, vive l'art ! Vive la liberté de la création ! Passons cette soirée dans cet état d'esprit pour changer un peu...

 

Je lis en ce moment le "Journal atrabilaire" de Jean Clair "de l'académie française", et "Sexe et caractère" de Otto Weininger (un livre assez fasciste, et donc assez désagréable à lire pour moi mais qui fut très influent jadis, j'aurais dû le lire plus tôt, entre 17 et 25 ans quand je m'intéressais à la psychologie, cependant mieux vaut tard que jamais, et je ne désespère pas que mes connaissances en sociologie et en darwinisme, ainsi que mon expérience personnelle m'aident à trouver quelque chose de pertinent à dire sur ce bouquin que je me serais contenté de percevoir à travers la grille de lecture dictée par mon époque à 20 ans). Il faudra que je vous reparle de tout ça.

 

Bon allez, trêve de bavardage ! la nuit est déjà bien avancée, allons nous coucher !

 


 
Lire la suite

"Julien dit l'Apostat" de Jerphagnon, "Métronome" de Deutsch, le déclin de Madonna

27 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Antiquité - Auteurs et personnalités

julien-dit-apostat.jpgIl m'est arrivé de dire pis que pendre des écrits de feu Lucien Jerphagnon, surtout ceux des années 80 (qui pourtant me plaisaient à 25 ans) à cause de leur anticléricalisme sommaire. Je dois dire que son ouvrage relativement récent échappe à mes reproches antérieurs. C'est même un très bon livre sur un sujet passionnant : l'expérience solitaire d'un homme qui, porté au pouvoir par un coup du sort, tenta d'imposer au monde une passion de jeunesse personnelle (le paganisme), alors que la société romaine très christianisée depuis 40 ans n'avait même plus suffisamment de prêtres qualifiés pour en dispenser le culte.

 

C'est un livre émouvant et assez crédible (d'ailleurs préfacé par Paul Veyne) que nous propose Jerphagnon. On y découvre le beau fantasme nourri par un empereur né dans une famille chrétienne mais qui avait trop lu Homère et Hésiode et les avait pris au sérieux pour résister à son entourage. Il avait restauré le culte solaire, le platonisme et les trésors poétiques de l'hellénisme en les remaniant un peu à sa sauce personnelle (tolérante au début, puis bêtemet fanatique ensuite en excluant les chrétiens des chaires de philosophie - heureusement sans jamais provoquer d'effusions de sang - puis en multipliant les maladresses, jusques et y compris dans sa "croisade" païenne antiperse).

 

Avec beaucoup de finesse Jerphagnon rend compte des mérites et des égarements de cet empereur né trop tard dans un siècle déjà trop chrétien, de la logique intime de ses actes (y compris de son projet de rendre aux Juifs le temple de Jérusalem et leur Terre Sainte) sans rien cacher de ce qu'il y eut de trop naïf (et parfois criminellement naïf) dans sa démarche.

 

Au fond cette entreprise de restauration du paganisme n'aura duré que quatre années, mais c'est déjà beaucoup comparé à tant de révolutions politiques ou réformes religieuses tuées dans l'oeuf. Personnellement j'aime toujours les expériences politiques à contre-courant comme le coup d'Etat des militaires soviétiques en 1991, cela a quelque chose de délicieusement donquichottesque et de profondément mélancolique. Sauf que Julien était peut-être trop muré dans ses erreurs pour concvoir à quel point son entreprise était inadaptée à son époque, et donc en saisir lui même la grandeur tragique (ce qui en faisait la beauté réelle).

 

Je pourrais vous parler longuement des remarques importantes de Jerphagnon sur l'hostilité de l'hédoniste ville d'Antioche au mélange d'ascétisme païen et de charité copiée des chrétiens que Julien voulait lui imposer, de l'histoire du temple de Daphné et de tant d'autres choses, mais laissons cela pour une autre fois peut-être.

 

Au passage il faut ici saluer le mérite du comédien Lorant Deutsch d'avoir dans son émission TV Métronome rendu justice à la présence de Julien à Lutèce (sur le site de l'actuel palais de justice) et aux conditions de son couronnement par les troupes gauloises et germaniques (dont Jerphagnon parle mieux). Je signale d'ailleurs que je ne partage guère l'hostilité du Front de gauche parisien au travail de Deutsch qui a le mérite quand même de faire de la bonne vulgarisation, intégrant des recherches récentes (comme sur la présence des vestiges de la Lutèce gauloise à Nanterre). Je ne crois pas qu'il soit juste de reprocher à Deutsch d'avoir fait la part trop belle au rôle ds rois. Celui est toujours nécessairement décisif dans l'aménagement de la capitale d'un royaume.

 

tvoldEt puisque nous en sommes au affaires parisiennes, je lisais ce soir un article sur le fiasco de Madonna à l'Olympia : un concert à plus de cent euros qui ne dure que trois quarts d'heures. Quand on prétend faire la leçon politique au monde avec notamment cette vidéo grotesque montrant la responsable du FN avec une moustache hitlérienne le minimum est de faire preuve de professionnalisme artistique. Etre bon dans son domaine de prédilection avant de ce poser en conscience universelle dans les autres secteurs. Or elle avait déjà eu 1 h 30 de retard à Dubaï en juin. Berlusconi accusait Madonna d'être communiste, mais c'est sans doute lui faire bien trop d'honneur. En tout cas à trop vouloir monopoliser la tête d'affiche depuis trop longtemps et s'enivrer de ses succès comme l'empereur Julien, elle court le risque de finir piteusement comme lui...

Lire la suite

Une petite fête en Béarn

27 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La Révolution des Montagnes

Pas tout à fait l'ambiance "La Révolution des Montagnes" surtout à cause de la musique US mais bon le jurançon coulait à flot. C'était mardi dernier...

 

 

 

Lire la suite

Russell n'était-il pas quand même "un peu trop" pacifiste ?

27 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

russellDédicace spéciale à Jean Bricmont et aux petits gars du « BRrussells tribunal »

« [Durant la crise d’Ethiopie en 1935] Le pacifisme, un pacifisme absolu, régnait dans les communautés britanniques et reliées à l’Angleterre. (…) Si Huxley partageait la richesse mondiale et disposait de l’Empire britannique, acceptant comme argent comptant  l’accusation fasciste qui représente la SDN comme un syndicat de nations monopolisatrices,  Bertrand Russell devait aller un pas plus loin, et disposer de l’Angleterre elle-même. A supposer que le pis en vienne en pis, dit-il un an plus tard, Hitler et ses troupes envahiraient l’Angleterre, on devrait les accueillir comme des touristes et les saluer amicalement. « Quelque dommage que nous puissent alors faire les Allemands, ce ne serait pas pire que le dommage qui résulterait du combat, en admettant que nous l’emportions. Les nazis trouveraient, j’imagine, quelque intérêt à notre façon de vivre et l’on pourrait guérir de leur raideur. » Il est éminemment heureux que ces personnalités remarquables aient plus de crédit dans le monde de l’archéologie, de l’imagination créatrice ou des mathématiques que dans la politique à proprement parler. Si le contraire était vrai, rien ne serait plus favorable à Hitler et Mussolini. » (G.A. Borgese, Goliath, La marche du fascisme, Editions Desjonquères, 1986, p. 153-154, version anglaise 1938)

Lire la suite

« Goliath – La marche du fascisme » de GA Borgese et la question de l’humour en résistance

21 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités

Il est un peu facile peut-être de lire des ouvrages des années 30 quand tant d’événements horriblement injustes sont suscités aux quatre coins du globe par nos gouvernants (et plus encore par des lobbys puissants et déterminés qui influencent des pouvoirs faibles façon Flamby)

Mais justement les temps actuels n’étant pas réjouissants, il est bon de retrouver ceux qui, en des temps  eux aussi déprimants, constituèrent leur camp retranché loin des folies de leur époque. Tel est le cas de Giuseppe Antonio Borgese.

Cela fait vingt ans que je connais l’existence de son livre Goliath – La marche du fascisme et j’ignore pourquoi je me décide seulement cette année à l’acheter et le lire.

A travers Etiemble qui l’a préfacé, je découvre un milieu d’écrivains en exil à l’université de Chicago, dont Etiemble, Borgese, la fille de Thomas Mann, tous soumis à la dictature d’un chef de département nazi et de sa secrétaire intrigante (j’aurais beaucoup à dire sur les pestes que sont la plupart des secrétaires de direction, monuments de bêtise arrogante et aigrie qui ont sans doute pourri tant d’occasions dans le fonctionnement de la société et dans l’ordre de la création). Tous ces gens là avaient leurs désaccord (pour ma part, je penche plus du côté d’Etiemble qui était presque aussi sévère à l’égard de la « ploutocratie » américaine qu’à l’égard du fascisme et reprochait à Mann son aveuglement sur ce point, il faudra que je reparle d’Etiemble un jour), mais au moins tous avaient la même lucidité à l’égard du mussolinisme, étrange calamité dont Borgese écrivit la genèse.

 

Avec Borgese donc on respire un air pur. L’air d’un humanisme qui aurait voulu que le patriotisme italien gardât quelque chose de l’inspiration universaliste de Mazzini plutôt que de se noyer dans l’abjection nationaliste, égoïste et impérialiste dès les années 1910. Borgese revient souvent sur une citation de Mommsen, grand spécialiste de l’antiquité, qui insistait sur le fait que la prétention des Italiens à prendre Rome comme capitale, c’est-à-dire à la soustraire au Pape, devait impliquer que ce peuple se dotât d’un projet politique ouvert à toute l’humanité (on aurait pratiquement envie de dire la même chose aujourd’hui de ceux qui prétendent faire de Jérusalem leur capitale politique).

Je repense vaguement aux impressions de Romain Rolland dans ses Mémoires qui séjourna longtemps à Rome dans les années 1870, peu de temps après l’unification italienne et la disparition des Etats pontificaux.
La peste brune européenne née en Italie, la folie du fascisme. Borgese en retrace l’origine dans cette expérience picaresque de d’Annunzio gouverneur de Fiume. Quelques mois au sortir de la grande guerre, au cours desquels tout fut inventé, tout le matériau que Mussolini et Hitler allaient utiliser : les slogans, le salut romain. C’est de l’anthropologie du fascisme que Borgese nous offre là, de l’anthropologie telle que nos universitaires l’affectionnent, mais plus pure que celle des universitaires, parce qu’elles procèdent d’un témoin direct, qui a mangé à la table de Mussolini en 1918 à la Scala de Milan, au grand dîner offert pour accueillir Wilson. Une fois de plus de profite de cette mention pour vanter les témoignages directs et plaider pour l’élimination des intermédiaires (les historiens, les sociologues).

 

Qu’on le veuille ou non l’histoire qu’on nous enseignait dans les années 80 dans les lycées valait vraiment quelque chose, avec ses accents marxisants et sa fidélité au républicanisme français elle avait beaucoup de clarté sur les « grands drames européens » comme l’histoire du fascisme, qu’elle ne réduisait  pas à une sorte de Mal théologique comme le fait la pensée droit-de-l’hommiste actuelle. Cet enseignement à l’époque nous apprit le nom de d’Annunzio, mais omit peut-être d’en  décrire la geste (au sens médiéval du terme). Les aventures individuelles comme celle-là sont toujours instructives, parce qu’elles produisent des symboles poignants, plus efficaces dans l’histoire de l’humanité que le jeu arithmétique des conflits d’intérêt et des rapports de classe. Sans ces moments étranges où un homme flanqué de dix acolytes, croient en leur bonne étoile et saisissent un drapeau, qu’ils se nomment d’Annunzio, Lénine, de Gaulle ou Castro, l’histoire des peuples demeurerait aussi plate qu’un morne cahier de comptabilité de grand trust financier.
D’Annunzio fut de ces aventuriers qui pouvaient casser en deux l’histoire d’un continent, pour le meilleur et pour le pire. Lui pour le pire assurément.

C’est bien sûr quand il parle de Mussolini que Borgese est le plus convaincant (et mérite probablement le plus le prix Nobel qu’Etiemble voulait lui décerner). Quand il dénigre ses entretiens avec Emil Ludwig, ses tentatives d’essais philosophiques, sa débilité littéraire. Il y a dans les remarques de Borgese des anecdotes qui nourrir une longue réflexion. Je pense à cette phrase de Mussolini (p. 60) « Les gens d’aujourd’hui n’ont pas le temps de penser. Il est incroyable comme l’homme moderne est disposé à croire » Zweig dans son « Monde d’hier » avait lui-même décrit l’accélération de la vie dans la première moitié du XXe siècle. Il est beau de constater que le fascisme des années 20 est le fruit de cette accélération, et moi qui me bats becs et ongles pour ralentir les rythmes de vie, j’aurais envie de dire que le fascisme médiatique et consumériste du XXIe siècle n’est pas moins l’enfant de la précipitation que le mussolinisme.

 

J’aime le refus de Borgese d’imputer le nihilisme de Mussolini à son enfance vécue dans la pauvreté comme le tyran lui-même fut enclin à le faire, et comme nos belles âmes contemporaines  paternalistes le feraient sûrement. Aucune condition sociale ne permet en soi d’expliquer les causes de chimères personnelles. J’apprécie aussi son refus d’accorder du crédit aux commérages des biographes de bas étage et de faire de la psychologie de comptoir. Il rapporte toujours Mussolini à sa soif de pouvoir dans ce qu’elle a de grotesque au regard de la médiocrité du personnage et cela suffit à faire de l’histoire du fascisme une farce grossière

Or c’est cela qui fait la très grande force de la prose de Borgese. Ce parti pris de l’humour méprisant. Celui dont nos contemporains n’ont plus le courage.  Car nous aussi devrions traiter avec le plus grand dédain, la stupidité puante de nos médias et de nos politiques – quand par exemple ils nous racontent comme le Wall street journal que la Syrie a « les plus grands stocks mondiaux » d’armes de destruction massive (et pourquoi pas aussi que Bachar el Assad mange les enfants tant qu’on y est ? Ca c’est pour la semaine prochaine !). Bien sûr c’est cela le ton juste : vous nous prenez pour des abrutis, mais les crétins c’est vous ! Il faut savoir renvoyer la violence à la violence. La violence de l’imbécilité politique dominante est toujours la même (celle du fascisme médiatique actuel équivaut à celle de Mussolini). Ne pas lui opposer la déploration indignée à la Zweig. L’humour corrosif à la Borgese vaut bien mieux. Mussolini était un pitre, porté par d’autres pitres, ne pas lui faire le cadeau de voir en lui un symptôme sérieux de quoi que ce soit. La crise dont il est le fruit était tragique, mais pas sérieuse.

D’ailleurs Borgese était aussi corrosif à l’égard du bolchévisme auquel Mussolini était censé s’opposer. Il montre que celui-ci avait échoué dès 1920 face aux armées franco-polonaises, et que donc c’est par pure imposture que le fascisme a pu se présenter comme un rempart contre lui (un peu comme le mythe du Bushisme « rempart » contre le terrorisme international de Ben Laden…).

En écrivant ces lignes, je suis d’ailleurs tenté de sauter aux conclusions extrêmes. Si le courage – et non seulement le courage, mais la seule attitude intellectuelle moralement juste à l’égard du fascisme - est dans le portrait littéraire ironique que Borgese fait du fascisme, toute analyse universitaire « rationnelle » et modeste, sociologisante (notamment marxisante) ou psychologisante n’est-elle pas entâchée du défaut inverse, celui de la lâcheté ? Dès lors ne faut-il pas soutenir avec force que notre époque vouée au culte des experts, médiateurs universitaires du réel, qu’ils soient sociologues, psychologues, politologues, cultive pour cette raison la lâcheté à tous les niveaux ? Le savoir objectivant frappé d’une insuffisance éthique… Mais alors, si nous plaçons le courage au fondement des savoirs, quelle garantie a-t-on que le savoir soit exact ? On ne peut placer se fier à l’éthique seule sans verser dans l’irrationalisme, et cependant c’est un fait que la raison objectivante sans l’éthique est faible, médiocre, visqueuse comme la pensée académique de notre époque et, pour cette raison, impuissante à contrer les fascismes contemporains. Je referme ici la parenthèse (que j’aurais d’ailleurs pu prolonger en parlant de la gauche, de Mélenchon, du socialisme néo-jacobin qu’il tenta d’inventer le temps d’une campagne, toutes choses qui se sont si vite périmées faute d’un sens réel des problèmes de notre temps, mais cette digression nous mènerait trop loin).

 

L'humour et l'ironie méprisante sont sans doute la seule arme éthiquement juste face à la bêtise oppressante. Cela Voltaire nous l’a enseigné. Mais cela suppose évidemment qu’on fasse preuve dans l’humour d’un talent littéraire éprouvé (ce dont Borgese disposait), et aussi, comme assiette ou point d’appui de ce talent, un système de valeur limpide, en tout supérieur au système qu’on dénigre. Remarquons ici que Borgese a l’intelligence d’adosser son combat à Platon, à Kant, bref à des philosophies de la transcendance. Je crois qu’il a raison. L’hégelianisme (comme celui de Croce) et toutes les pensées de l’immanence (y compris peut-être le nietzschéisme, sauf à trouver certaines formes de transcendances dans Nietzsche, au moins celle de l’art) s’accommodent nécessairement du fascisme (à commencer par le fascisme des émotions brutes). Certes le platonisme produit aussi des doses de violence (chez les néo-conservateurs straussiens), il est une condition nécessaire et non suffisante de la résistance éthique, mais nécessaire quand même. Hors d’une pensée de la transcendance, de la verticalité,  la résistance manque de cohérence.

Peut-être le mussolinisme se prête-t-il particulièrement à l’humour méprisant, plus que l’hitlérisme, parce que, bien qu’ils soient tout aussi médiocres l’un que l’autre, la version allemande du fascisme avait quelque chose de pathologique, et à ce titre fort inquiétant, que ne parvenait pas à égaler son original italien. Mussolini reste en effet avant tout un velléitaire, cynique certes – qui pendant la première guerre mondiale n’est bon qu’à jeter une grenade sur deux pauvres soldats autrichiens désœuvrés sur une portion du front où il ne se passe rien, comme d’attaquer la Grèce en 1923 sans même lui déclarer la guerre, puis l’Ethiopie et l’Espagne sans ultimatum (pour ne pas permettre à l’adversaire de capituler ce qui briserait l’élan de la victoire comme le note délicieusement Borgese) – mais tout en restant accessible à des formes de crainte devant les forces criminelles qu’il déchaîne (voir l’entretien du Duce avec l’auteur du livre juste avant l’assassinat de Matteotti), voire de repentir.

Si la médiocrité du mussolinisme mérite la plus mordante des ironies, ce n’est pas pour le fanatisme délirant qu’elle déchaîne à la manière du nazisme, mais parce qu’elle place la violence d’un abruti au dessus de la loi et de la raison, et, en ce sens, ouvre la voie à la folie nazie, et à tant d’autres formes de démence humaine.

 

En ce sens la nature de la condamnation qui doit peser sur Mussolini est de même nature que celle que Victor Hugo fit planer sur la tête de Napoléon III.

y avait juste un petit reproche à adresser à Borgese, c’est peut-être de n’avoir pas tenu jusqu’au bout le parti pris de la dérision. Après avoir obstinément refusé de créditer de quelque génie que ce soit le dictateur italien, il finit, quand il décrit l’ascension de son mode de gouvernement à partir de la capitulation de l’Eglise chrétienne, par lui accorder une certaine envergure. Peut-être est-ce là un avatar ultime et subtil du syndrome de Stockholm. En tant qu’exilé, et donc que victime, peut-être Borgese pour donner sens à son infortune ne pouvait-il pas s’abstenir quand même de trouver une certaine forme de grandeur à celui qui en était responsable.

Lire la suite

Fin de Zweig, pour tourner le page

17 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Bon, je dis un dernier mot du "Monde d'hier" de Zweig. Je comprends que beaucoup aient été agacés par mes nombreux billets sur cet auteur qui, outre qu'il est à la mode, a le défaut d'avoir été politiquement très (trop) prudent, jusqu'à se complaire souvent dans la fuite esthétique (il se vante de n'avoir jamais voté dans son pays par exemple). Même si j'avais besoin de son point de vue pour mieux comprendre Romain Rolland, ou même si sa foi pacifiste me semble avoir eu beaucoup de valeur (en 14-18) et recélé bien du mérite, je conçois tout à fait qu'on vienne me dire qu'il ne faut pas s'y attarder trop.

 

Je maintiens quand même qu'il fallait en parler. Parce que les gens qui ne sont pas forcément nos sources prioritaires d'inspiration ont toujours quelque chose à nous apporter, surtout s'ils sont des esprits profonds et honnêtes (ce qu'était Zweig, malgré beaucoup de naïvetés, sur le monde anglosaxon, sur l'intelligentsia etc). Aussi parce qu'il ne faut pas laisser les grands classiques au petits apparatchiks du système médiatique actuels qui les utilisent comme autant de marteaux pour nous empêcher de penser (Zweig au service de la doxa européiste libérale creuse de notre époque).

 

Son livre mérite le respect, ne serait-ce que parce qu'il est écrit au dessus du chaos et au seuil de la mort, comme le  De Officiis de Cicéron, un autre ouvrage que je respecte beaucoup (sauf que Cicéron lui, a pris beaucoup plus de risques que Zweig pour sauver le monde ancien et ses idéaux, au point même de se couvrir les mains de sang, ce que n'a jamais fait Zweig). Dans ces circonstances extrêmes l'humanité se surpasse souvent en sincérité et en justesse et c'est le cas chez l'auteur autrichien.

 

Le livre fonctionne comme un antidote à beaucoup de facilités. Par exemple la facilité des jugements à l'emporte pièce sur Freud, un des derniers apports de son témoignage, dans l'ultime chapitre, qui fonctionne un peu comme "Les derniers jours d'Emmanuel Kant" de Quincey. Je me suis souvent opposé au freudisme et à la psychanalyse sur ce blog, mais les phrases de Zweig sur Freud à Londres, même si elles comportent probablement une part de candeur, sont un antidote phase aux montages grossiers dont Onfray s'est fait le spécialiste (contre Freud, contre Sartre, contre tant d'autres) et dont malheureusement notre époque de plus en plus dépourvue de profondeur humaine est friande.

 

Il y aura quelque chose à garder de Zweig par delà l'écoeurement que le pharisianisme libéral nourrit à juste titre chez beaucoup d'entre nous : l'aversion pour le fanatisme, pour le culte de la violence et de la mauvaise foi dont les fascismes furent l'illustration. La pensée dominante a fait de la hantise antitotalitaire un slogan vide de sens alors qu'elle même asservissait (et continue d'asservir) massivement les individus et les peuples. Mais le témoignage de Zweig redonne une concrétude à ces fantômes que le libéralisme officiel prétend combattre.

 

Comme je l'ai mentionné dans un récent billet la question est de savoir maintenant comment on peut conserver quelque chose des valeurs positives de l'ancien système aristocratico-démocratique (notamment en terme de respect des libertés individuelles, de la culture etc, à travers les corps intermédiaires qui les défendent), sans verser ni dans ses dévoiements actuels ni dans toutes les formes de césarisme auxquelles sa contestation expose les esprits superficiels. Ce n'est pas un maigre enjeu...

Lire la suite

L'URSS selon Stefan Zweig

12 Juillet 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités

Il y aurait beaucoup à dire encore sur "Le Monde d'Hier" de Stefan Zweig. J'ai encore cité ce livre par exemple sur le blog La Lettre volée à propos des causes immédiates de la guerre de 1914, car Zweig fait des récits très précis là dessus, et sur les occasions manquées d'avoir une paix négociée dès 1916 (qui eût épargné tant de souffrances ultérieures). Tous les souvenirs de Zweig sonnent admirablement juste. Par exemple sur les horreurs d'une société ravagée par l'inflation, comme l'Autriche en 1919 ou l'Allemagne des années 20.

 

l_nine.jpgJe ne pouvais que prêter une oreille attentive à son témoignage sur l'URSS, qu'il a  visitée entre la mort de Lénine et l'ascension de Staline, ès qualité d'écrivain reconnu et apprécié (préfacé par Gorki). Là comme ailleurs le regard est juste, sur cette société qui mêle des archaïsmes invraisemblables (une société "rouillée" dit-il), à des éléments d'ultra-modernité ("les soviets et l'électricité") qu'elle est impatiente d'incorporer à son fonctionnement. Ses pages sont touchantes sur ce peuple jeune - que Zweig perçoit beaucoup à travers ses lectures de Dostoïevsky et de Tolstoï, mais c'est un angle d'approche pas plus mauvais qu'un autre - un peuple presque enfantin, touchant dans sa fierté d'être devenu soudain un modèle pour l'Europe, ouvert à toutes les innovations culturelles et cependant si bien converti à l'égalitarisme par la révolution qu'il ne témoigne aux écrivains que de l'amour et jamais du respect...

 

Je glisse ici juste une page (parce qu'il fallait n'en choisir qu'une seule), sur Léningrad. Le propos sur les jeunes filles de 12 ans qui ont Hegel et Sorel sur leur pupitre me renvoie à celui sur les jeunes allemandes qui pendant la période d'hyper inflation prennent l'habitude de boire des alcools forts mais au fond auraient préféré des menthes à l'eau (je cite de mémoire). Ce genre de détail est parfait, plus juste que de longues thèses.

 

Lors de son séjour Zweig hésite entre l'envie sincère de partager l'enthousiasme collectif qui l'entoure en permanence et l'inquiétude que provoque chez lui cette lettre anonyme glissée dans sa poche qui lui explique que les gens autour de lui ne sont pas libres d'exprimer ce qu'ils pensent.

 

Ce malaise de Zweig m'a rappelé le sentiment mêlé que j'ai éprouvé moi-même lors de mon voyage en Abkhazie via Moscou devant cette espèce de "holisme" à la fois bonenfant et oppressant des Russes qui a tantôt séduit tantôt exaspéré les peuples qui leur étaient associés (et qui les exaspèrent eux-mêmes car c'est un holisme brouillon, souvent désinvolte qui vous oblige à supporter vos camarades en toute circonstance, y compris quand ils vous grillent la priorité dans les files d'attentes et autres "incivilité" habituelle dans cet univers).Zweig a eu le bon goût de s'imposer beaucoup de réserve sur l'URSS après son retour de Moscou. Ni pro-soviétique, ni-anti. Solution de facilité diront certains, et pourtant ô combien difficile à tenir à l'époque. Solution de sagesse selon moi et qui était cohérente avec la position profonde de Zweig à la fois ouverte aux mouvements populaires et soucieuse de préserver les libertés "formelles" bourgeoises.

 

La question "que penser de la Russie ?" demeure pour moi d'actualité, ce pays étant resté à maints égard "post soviétique" et donc tributaire d'un héritage lourd. Hier je parlais avec un ancien contributeur de l'Atlas alternatif qui me disait à peu près ceci : "J'ai rencontré un vice ministre russe il y a peu, il m'a assuré que les Américains étaient fous et prêts à utiliser la bombe atomique". Cela m'a fait penser au bouquin de Sylvain Tesson qui raconte qu'en Sibérie il tombe sur un Russe qui lui explique que le monde est tenu par les Juifs (sic) sauf en France où ce sont le Arabes qui gouvernent (resic). Il y a beaucoup de paranoïa et de délires chez les Russes. Ca fait partie de l'héritage soviétique. Voyez par exemple ce faux discours de Mme Thatcher, cité par Anatoli Loukianov, ancien président du Soviet suprême (excusez du peu) à l'appui d'une démonstration selon laquelle l'effondrement de l'URSS serait dû seulement à un coplot occidental. Il ne faut pas trop entrer dans le mode de pensée du pouvoir russe (même si par contre je trouve que Poutine a raison dans ses dernières déclarations à propos de la démence de McCain).

 

036--1995--6.8.95-4.11.95--137.jpg

Lire la suite