Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Pénuries, Soudan, missiles hypersoniques, Afghans aiguillés vers l'Europe

26 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Revue de presse

Les actualités géopolitiques sont un peu inattendues en ce moment. Je vous les livre en vrac telles que les lis ce soir. Les Russes sont heureux de voir l'Union européenne se diviser sur la tarification de l'électricité (avec la France et l'Espagne - où la flambée des prix met en péril l'avenir du secteur énergétique - qui voudraient renationaliser ces tarifs pour les désindexer du prix du gaz, et l'Allemagne et ses alliés qui s'y opposent) au risque d'aboutir à un black-out cet hiver. Divers médias israéliens se félicitent du coup d'Etat au Soudan dont ils ont trouvé l'évolution pro-sioniste trop timide (c'est Al-Manar qui le raconte). Moscou en proie au Covid (le fou de Jirinovski s'est fait vacciner six fois) s'inquiète d'une possible pénurie de camionneurs comme en Europe (une pénurie assez étrange que l'on explique par des salaires insuffisants) avec de fortes conséquences sur l'approvisionnement des magasins.

Et puis on nous dit que la Russie aurait pu livrer récemment une technologie de missiles hypersoniques à la Chine et à la Corée du Nord indétectables par les radars du Pentagone, ce qui changerait profondément l'équilibre des forces en Asie. Et encore que les Américains ont transformé leur base kosovare de Camp Bondsteel en "sous-Guantanamo" vers lequel ils ont exfiltré une soixantaine d'Afghans "suspects" (parmi les 60 000 accueillis sur leur sol). Des milliers d'Afghans aux Etats-Unis sont en attente d'être redispatchés en Europe notamment. L'Ukraine serait prête à en accueillir 5 000, et Lyoubov Steputchova de Pravda.ru prédit une application prochaine de la charia dans par les tribunaux ukrainiens comme celle qu'a admis en 2018 la justice britannique en matière de divorce. En tout cas aujourd'hui la pénurie alimentaire sévit en Afghanistan.

On sent les Etats pris dans des rapports de forces très instables au dessus d'un abîme de crise économique possible à tout instant. Cela me surprend toujours qu'il y ait des gens qui soient candidats à la présidence de la République dans un contexte mondial aussi difficile.

Lire la suite

La France carthaginoise

26 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #XIXe siècle - Auteurs et personnalités, #La gauche, #Divers histoire, #Billets divers de Delorca, #Lectures

Pierre Leroux, communiste chrétien - quoiqu'hérétique, il croyait en la métempsyhcose (1797-1871) : "Je suis né vers le temps où la Convention luttait contre le négociantisme anglais, où Saint-Just dénonçait à tous les peuples de la terre la Carthage moderne. Et je vois la France carthaginoise, et le négociantisme au gouvernement, ou, comme on dit aujourd'hui, aux affaires !" (Malthus et les Economistes, 1849).

Lire la suite

Chomsky veut mettre les non-vaccinés en quarantaine

25 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Débats chez les "résistants", #Les Stazinis, #1950-75 : Auteurs et personnalités, #Colonialisme-impérialisme

Ayant collaboré jadis à un ouvrage collectif sur le célèbre linguiste militant anti-impérialiste américain Noam Chomsky, il me faut ici préciser que je suis en total désaccord avec sa position actuelle sur les vaccins anti-covid, tout comme je n'approuve pas celle de son disciple Jean Bricmont. En minute 9'14 de cette vidéo du 24 octobre 2021 sur la chaîne Primo Radical de You Tube (cf ci-dessous) il déclare à propos des non-vaccinés : "Si les gens veulent se sentent libres de tuer les autres, désolé, la communauté a le droit d'user de la force (workforce) et de se défendre contre eux. Si vous voulez encore vous sentir libre de tuer les autres, allez ailleurs".

"Les gens vaccinés peuvent malgré tout répandre la maladie" lui oppose l'intervieweur : "Désolé, ces probabilités sont extrêmement basses. Voyez comme les hôpitaux sont débordés dans des Etats non vaccinés comme l'Idaho, l'Alabama qui sont des Etats non vaccinés, par presque 100 % de non vaccinés" (logique remarquez puisque peu de gens y sont vaccinés, mais il oublie le cas des Seychelles ou d'Israël où beaucoup de gens étaient vaccinés et les hôpitaux ont été remplis de gens vaccinés malades...).

Cette vidéo démontre l'absence de compréhension de la part de Chomsky de ce qui se trame réellement derrière l'intox anti-Covid. J'avais déjà dénoncé en mai la manière dont Chomsky soutenait l'administration Biden et criminalisait l'opposition républicaine sur la question climatique. Cela rejoint aussi mes précédentes remarques plus générales sur la gauche pro-vaccin et le piège du progressisme dans lequel elle est prise. Les masques tombent.

Lire la suite

Rumeurs de guerre (suite)

22 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis

 

Le secrétaire à la Défense américain Lloyd Austin a rencontré mardi 19 octobre des responsables ukrainiens à Kiev, un jour après sa visite en Géorgie. Le voyage fait partie des plans de Washington renforcer son appui aux deux pays .

Avant le voyage, des responsables du Pentagone avait fait savoir au Washington Times qu'Austin y expliquerait qu'il existe une « porte ouverte à l'OTAN » pour l'Ukraine et la Géorgie. La Russie a pourtant déclaré de son côté que l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN serait une "ligne rouge", à ne pas franchir. Ce à quoi Austin a répliqué : qu'« aucun pays tiers n'a de droit de veto sur les décisions d'adhésion à l'OTAN. L'Ukraine, comme vous m'avez entendu le dire plus tôt, a le droit de décider de sa propre politique étrangère future et nous espérons qu'elle pourra le faire sans aucune ingérence extérieure », a-t-il dit.

Dans la même tonalité, Washington change de ton sur la question de Taiwan où la CIA vient d'installer une base d'espionnage. Alors que les Etats-Unis étaient restés longtemps ambigus sur leur attitude en cas d'attaque de la Chine continentale contre cette île, Biden jeudi a déclaré que désormais dans une telle hypothèse il n'hésiterait pas à la défendre. Une position assez paradoxale puisque depuis les années 1970 Washington ne reconnaît plus le gouvernement de Taiwan comme gouvernement légitime de la Chine. La Maison Blanche ait tenté de clarifier les commentaires de Biden pour calmer la situation, vendredi, affirmant que le président "n'annonçait aucun changement dans notre politique et qu'il n'y avait aucun changement dans notre politique". Mais l'organe de presse chinois Global Times fait remarquer que Biden avait déjà tenu des propos similaires en août en assimilant Taiwan aux membres de l'OTAN et au Japon. L'Union européenne elle aussi multiplie les gestes en direction de Taiwan.

Pendant les vacances de la fête nationale (du 1 au 5 octobre), la Chine a envoyé plus de 150 avions dans la zone d'identification de défense aérienne autoproclamée du sud-ouest de l'île de Taïwan en réponse à une initiative fin septembre de la Grande-Bretagne  d'envoyer un navire de guerre, pour la première fois depuis 2008, dans le détroit de Taïwan, emboîtant ainsi le pas aux Américains, aux Canadiens, aux Français et aux Australiens.

Début  octobre une mission du Sénat français  conduite par Alain Richard, président du groupe d’échanges et d’études Sénat-Taïwan (ex ministre de la défense de Jospin et à ce titre bombardeur de la Serbie), a rencontré la présidente Tsai Ing-wen. Les autres membres de la délégation étaient Max Brisson, sénateur des Pyrénées-Atlantiques, et Else Joseph, sénatrice des Ardennes (Les Républicains), ainsi qu’Olivier Cadic, représentant les Français établis hors de France (Union Centriste). C'était le troisième voyage du genre depuis 2015 mais le premier qui ait suscité l'hostilité ouverte de la presse chinoise.

 

Sur un autre front, Maurice Lemoine sur Mémoire des Luttes dénonce l'extradition vers les Etats-Unis par le Cap Vert d'un diplomate vénézuélien qui avait été arrêté pour avoir tenté d'éviter à son peuple le poids inhumain des sanctions américaines...

Lire la suite

Des nouvelles du débat sur le vaccin anti-Covid

21 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants", #Bill Gates, #Grundlegung zur Metaphysik

Le débat sur les vaccins anti-Covid est tellement censuré et verrouillé par des acteurs tenus par des conflits d'intérêt (voyez par exemple à quelle vitesse en septembre une vidéo d'A. Henrion-Caude interrogeant les risques du vaccin sur la fertilité des filles et des garçons a été supprimée de You Tube en septembre), que chacun doit rechercher des informations auprès de chercheurs indépendants qui, eux-mêmes, ne peuvent évidemment avancer leurs informations avec la même certitude que s'ils avaient derrière eux un laboratoire capable de certifier la validité de leurs trouvailles (c'est pourquoi d'ailleurs le professeur Raoult a fait l'objet d'attaques si violentes car lui dirigeait un institut prestigieux et avait toute la légitimité requise pour ramer à contrecourant sur des sujets clés comme la prise en charge médicale du Covid 19).

Ainsi j'écoutais hier sur Odysee  une interview de début septembre du Dr Julien Devilleger dont j'avais déjà signalé cet été les expériences sur le magnétisme des vaccins. Même si je suis en désaccord avec certains de ses partis pris métaphysiques (quand il parle des chakras), ses résultats sont intéressants puisqu'il trouvait 46 % de magnétisme chez le vaccinés contre 7 % chez les non-vaccinés. Mais il faut reconnaître que son étude se rapporte à un nombre assez faible de personnes. Et il admet la difficulté qu'il y a par exemple à vérifier la question de savoir si les vaccinés émettent des ondes susceptibles d'être captées par la Wifi car personne n'a pu tenter l'expérience dans une cage de Faraday. Son interview mérite d'être écoutée, notamment le passage où il explique que le magnétisme qu'il a constaté est corrélé à de fortes douleurs à l'endroit de la piqûre. Il n'exclut pas que, dès lors que le vaccin est en phase 3 d'expérimentation (ce que le ministre Véran a essayé de nier à la télévision, mais il a dû être démenti par les menteurs du journal Le Monde le 8 juillet sur ce point), on puisse avoir comme l'ont affirmé des indépendants en Europe de l'Est qu'il puisse y avoir un tiers d'injectés au placébo (sérum biologique).

Je ne sais pas trop quelle importance il faut accorder aux références spirituelles des gens, mais c'est vrai que ça m'ennuie de voir beaucoup de guérisseurs et de gens qui travaillent avec les djins ou de gens qui adoptent leur vocabulaire dans le combat anti-pass sanitaire. Cet été, j'ai dialogué avec un blogueur évangélique du Morbihan en lui faisant remarquer que le journaliste Richard Boutry, ex journaliste de France 3 puis de France Soir , icône anti-pass, avait un vocabulaire très New Age. Il m'a reproché de créer de la division, et a ajouté que je me battais sur le pont alors que les gens se battent bêtement sur le pont alors que le navire coule. Sauf que quand Boutry en vient à faire de la pub pour les thèses de l'alchimiste néo-païen Allan Duke sans chercher à prendre du recul sur ses présupposés comme moi-même je l'avais fait dans ce billet, il agit sur le monde invisible dans un sens qui ne sera pas historiquement favorable au combat anti-pass.

Le journaliste Guy Boulianne accorde au cours des dernières semaines de l'intérêt aux propos du lieutenant-colonel à la retraite de l’armée américaine, Royston Potter qui lui même synthétise les découvertes des docteurs Carrie Madej et Franc Zalewski. Je vous les livre comme je les lis, en émettant un peu plus loin des réserves sur Mr Zalewski.

Carrie Madej décrit les étranges particules jamais vues auparavant et qu’elle a pu observer au microscope x 400 en analysant le contenu des injections ARNm de Moderna et Johnson & Johnson…  Elle a d’ailleurs identifié le parasite synthétique sous le nom « hydra vulgaris ». Le Dr Madej est une spécialiste en médecine interne et elle a plus de 20 ans d’expérience dans le domaine médical. Elle est diplômée de la Kansas City University Of Medicine Bioscience College of Osteopathic Medicine School en 2001. Elle affirme qu'après avoir fréquenté de près des responsables du système médical et de l'intelligence artificielle qui prétendaient nous contrôler, dans la même logique que Craig Venter (qui parlait déjà d'injecter des substances en les faisant passer pour des vaccins) elle a dû quitter les Etats-Unis pour se rendre en république dominicaine pendant 5 ans à cause des menaces dont elle faisait l'objet (beaucoup de médecins holistiques ou des lanceurs d'alerte, mais aussi des médecins "classiques" ont perdu leur vie en dénonçant les projets de Big Pharma au cours des dernières années).

Il faudrait que d'autres chercheurs puissent confirmer cette découverte inquiétante (d'autant qu'EnterTheStars, lui qualifie Carrie Madej de "New Age Christian"...) . L'autre enquêteur qui témoigne avoir trouvé  ce type de parasite dans certains vaccins est Franck Zalewski. Guy Boulianne le présente comme "un docteur polonais" mais qui est docteur en philosophie spécialiste autoproclamé en minéralogie, ce qui m'inspire quelque méfiance car il est vraiment éloigné du domaine de la médecine...

Il dit lui aussi avoir trouvé dans le vaccin Cominarty de Pfizer un organisme parasitaire qu’il surnomme "la chose".  « C’est pourquoi il y a du graphène ajouté à l’intérieur des vaccins, qui nourrit l’œuf », dit-il (peut-être à rapprocher de l'oeuf orphique qu'EnterTheStars trouvait dans l'animation "I Pet Goat 2". Il s'agit d'une forme de vie insolite à base d'aluminium/carbone. On ne les trouve que dans certains vaccins d'autres étant seulement à base de solutions salines pour ne pas effrayer les populations.

Royston Potter rattache cette découvertes aux technologies de l'Internet of Bodies . Il interprète cette substance comme étant une matérialisation du thème spirituel une semence de serpent : un thème qui revient aussi souvent chez EnterTheStars. La Science fiction a déjà bien préparé les esprits à tout cela.

Certains remarquent en commentaire des vidéos de Zalewski que ces filaments font penser à la maladie des Morgellons.

Attention quand même en ce qui concerne ce Franc Zalewski : il est adepte de théories bizarres sur les visites d'extraterrestres sur Terre pendant la Haute antiquité comme il l'a révélé dans cette vidéo sur l'archéologie de Malte... Il n'est pas sûr que ses recherches ne présentent pas des garanties de sérieux suffisantes...

Je voudrais aussi signaler à titre de piste de réflexion, mais sans en tirer de conclusions, cette bizarrerie relevée par A Call for an Uprising du fait que beaucoup d'éclairages urbains aux Etats-Unis ces derniers temps sont devenus pourpres. Les médias ont évoqué des erreurs techniques (aussi peu vraisemblables en réalité que les alibis mis en avant pour les pénuries dans divers secteurs économiques depuis quelques mois). Le thème peut-être mis en rapport avec la future bioluminescence des vaccins, préparée par le brevetage des patchs quantiques à la luciférase de Bill Gates.

A suivre...

 

Lire la suite

Les mythes spatiaux (suite) après le vol de William Shatner

14 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis

Aujourd'hui A call for an uprising commentait la publicité accordée hier par CNN, le New York Times etc (les grands médias de la Matrice qui donnent le "la" à toute la presse mondiale) au voyage dans l'espace de l'acteur de Star Trek, William Shatner, 90 ans, dans la fusée Blue Origin New Shepard du patron d'Amazon Bezos et la controverse qu'elle a provoquée avec le Prince William membre de la famille royale (maçonnique) britannique.

Pour lui, tout cela est faux. Les images mêmes du décollage de sa fusée et de son retour sur Terre au Texas ne sont tout simplement pas crédibles : c'est du mauvais cinéma. Tout cette comédie serait selon lui seulement destinée à  faire fantasmer les gens sur l'espace et leur faire accepter les visites démoniaques que l'on présentera comme des contacts avec les extraterrestres (tout comme l'avait annoncé le mage Aleister Crowley, idole de la plupart de la pop culture omniprésente aujourd'hui, à travers la figure de son "alien" Lam).

C'est l'occasion de revenir sur le débat sur la question : toute cette  histoire de conquête de l'espace est-elle une vaste escroquerie ? autrement formulé : la NASA n'est elle qu'une vaste entreprise de blanchiment d'argent douteux ? On s'était penché là dessus en décembre 2018 : je vous renvoie aux sujets abordés dans ce billet sur les révélations du cinéaste Stanley Kubrick dans "Shining", l'appartenance à la franc-maçonnerie du cosmonaute Buzz Aldrin.

 

Le mois dernier, Allan Duke, qui est souvent bien informé même s'il est trop "néo-païen" à mon goût, précisait un peu cette thématique en rappelant que dans le film d'animation de Pixar de 1995 Toy Story, l'astronaute Buzz l'Eclair (en référence à Buzz Aldrin) découvre qu'il n'est pas un "ranger de l'espace" mais seulement un jouet. Or, remarque Duke, quand Buzz l'Eclair découvre qu'il n'est qu'un objet incapable d'aller dans l'espace, il le fait sur un fond qui reproduit les motifs de la moquette très "vintage" de Shining où l'on voit un enfant avec une fusée "Apollo 11" sur son pull. Autrement dit Pixar a pu ainsi subliminalement valider la révélation de Kubrick sur le fait que c'est lui qui a filmé l'alunissage.

Duke est très précis sur l'appartenance maçonnique de Buzz, puisqu'il dit qu'il avait la bague maçonnique des shriners, un ordre ouvert au delà du 33ème degré de la maçonnerie du rite écossais. Les shriners organisent la cérémonie de remise des Oscars à Hollywood (le dieu Ptah). Le lien NASA-cinéma passe donc par les sociétés secrètes. Il montre aussi la vidéo d'Aldrin disant à une fillette : "On n'est pas retourné sur la Lune parce qu'on n'y est jamais allés".

Allez, pour terminer et pour le plaisir, j'ajoute cette vidéo d'Italodance de 1985 "Under the Ice" de Topo and Roby (dont le leitmotiv aura servi au générique d'une émission à succès de la très maçonnique chaîne de TV française Canal +). La chanson est un éloge du monde de l'espace et des extraterrestres, avec une chanteuse tout en noir et blanc (un gant noir, un gant blanc), style loge de la franc-maçonnerie : quand elle lève la main droite (en blanc) en baissant celle de gauche, à la septième seconde du clip, on peut se demander si elle ne nous fait pas un "as above so below" occultiste (le bas est comme le haut) à la manière du Baphomet : la main droite vers la lune blanche en haut, la main gauche vers la une noire en bas. Sous des dehors sympathiques et divertissants le morceau est si maléfique qu'il fait même référence au pôle Nord de Saturne, un thème qu'on avait évoqué à propos des démêlées de Pénélope Fillon avec les disciples d'A. Crowley. (D'ailleurs si quelqu'un peu m'interpréter la pochette du disque ici, je suis preneur). Ce sont toujours les mêmes qui nous entretiennent dans les mythes spatiaux. .

J'ajoute que le titre "Under the ice" (sous la glace), qui parle d'un robot androïde aux circuits gelés sous la glace, peut renvoyer à certaines interrogations actuelles sur le fait que les ordinateurs quantiques censés nous ouvrir à de nouveaux univers parallèles (démoniaques ?) ne peuvent fonctionner que dans le froid, ce qui en a poussé d'aucuns à supposer que des manipulations climatiques pour nous amener un froid polaire (sous couvert de lutte contre le réchauffement climatique) en vue de favoriser des importations d'entités de ce "deuxième ciel"... mais je ne développe pas ce point un peu trop spéculatif, à mon sens, du moins pour le moment...

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Poignée de main maçonnique de Pelosi au Vatican

13 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Vatican, #Avortement, #Les Stazinis, #Peuples d'Europe et UE, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

La poignée de main entre Nancy Pelosi, speaker democrate de la chambre des représentants américaine, soi-disant catholique, qui a largement contribué à faire passer dans la législation l'avortement jusqu'aux derniers jours de la grossesse aux Etats-Unis avec le Pape François au Vatican le 9 octobre a fait couler beaucoup d'encre. La poignée de main entre les deux personnalités avait toutes les caractéristiques d'une salutation maçonnique selon les règles des sociétés secrètes. Certains comme Taylor Marshall l'identifient même à la poignée de maître à apprenti.

Ce geste des deux mains sur la poitrine (signe égyptien ?) intrigue aussi. Il fait aussi penser au geste de la catholique tendance 666 Arielle Dombasle dans une émission de France O en juin 2019 au moment où elle condamnait "l'intégrisme religieux" (cf la photo ici).

Après avoir rencontré Nancy Pelosi, le pape s'est adressé aux parlementaires qui étaient à Rome pour une réunion préparatoire avant la conférence annuelle de l'ONU sur le climat, qui commence à Glasgow, en Écosse, le 31 octobre. François a fait référence à un appel conjoint que lui et d'autres chefs religieux ont signé ce semaine qui appelle les gouvernements à s'engager sur des "objectifs ambitieux" (dictatoriaux et globalistes) lors de la conférence des Nations Unies, que les experts considèrent comme une opportunité cruciale pour lutter contre la menace du réchauffement climatique.

On apprend aussi que le pape vient d'être nommé guide moral de la fondation créée par Lynn Forester De Rothschild, épouse de Sir Evelyn Robert de Rothschild, un financier britannique très proche de Bill et Hillary Clinton, et de Jeffrey Epstein (puisque son nom figure sur les Lolita Express). Cette fondation s'appelle les "Gardiens". Elle comprend Rajiv Shah, président de la Fondation Rockefeller et ancien partenaire de l'escroquerie de Bill Gates en Afrique appelée AGRA dont on a parlé ici, Darren Walker, PDG de la Fondation Ford, un des pilliers de l'impérialisme américain dans le monde, et le gang bien connu de la vaccination obligatoire, du traçage des gens et de la suppression des monnaies nationales : Visa, Mastercard, Bank of America, DuPont, The Estée Lauder Companies, Johnson & Johnson et BP.

Au moment de la visite de Pelosi, une partie des 500 000 militants anti Green pass (pass sanitaire) réunis dans les rues de Rome, guidés, selon Zagami, par Nicola Franzoni prenaient bizarrement d'assaut les locaux de la CGT italienne plutôt que ceux du Capitole... Le site "FromRomeInfo" explique que Leo Zagami (ex-franc maçon proche de l'AltRight Américaine et d'Alex Jones) veut un coup d'Etat quand Franzoni (entrepreneur ligure anti-FM qui cumule les persécutions judiciaires depuis son engagement anti-dictature sanitaire), serait partisan de la non-violence.

Lire la suite

La nouvelle guerre "cognitive" de l'OTAN

12 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Benjamin Norton dont on cite parfois les interventions sur Twitter, publie sur The Gray Zone un article intéressant sur le  nouveau type d'action que mène l'OTAN  baptisé "la guerre cognitive". Jusqu'à récemment, explique-t-il, l'OTAN avait divisé la guerre en cinq domaines opérationnels différents : air, terre, mer, espace et cyber-guerre. Elle vise maintenant un sixième domaine : l'humain. Autant dire qu'il s'agit désormais de cibler les gens. Le rapport sur le sujet publié par l'Organisation en 2020 dit explicitement que « l'objectif de la guerre cognitive est de nuire aux sociétés et pas seulement à l'armée ».

Les militaires occidentaux doivent, selon ce rapport, travailler plus étroitement avec les universités pour armer les sciences sociales et humaines  en vue d'accroître « la militarisation de la science du cerveau » pour  « une cinquième colonne intégrée, où chacun, à son insu, se comporte selon les plans de l'un de nos concurrents » (la Chine et la Russie).

En septembre dernier, rappelle Ben Norton, au Canada (qui vient d'interdire, rappelons le, à tous les non-vaccinés de sortir de son territoire), le Commandement des opérations interarmées de l'armée de ce pays a profité de la pandémie de Covid-19 pour mener une guerre de l'information contre sa propre population nationale, testant des tactiques de propagande sur les civils, comme l'a révélé le site Ottawa Citizen.

Deux fois par an, l'OTAN organise ce qu'elle appelle un« défi de l'innovation ». Ces campagnes – l'une organisée au printemps et l'autre à l'automne, par des États membres en alternance – font appel à des entreprises privées, des organisations et des chercheurs pour aider à développer de nouvelles tactiques et technologies pour l'alliance militaire. Le prochain Défi d'innovation de l'automne 2021 de l'OTAN est organisé par le Canada et s'intitule « La menace invisible : outils pour contrer la guerre cognitive ».

Le communiqué de presse du gouvernement canadien précise que : « Son objectif est de semer la dissonance, de susciter des récits contradictoires, de polariser l'opinion et de radicaliser les groupes. La guerre cognitive peut motiver les gens à agir de manière à perturber ou fragmenter une société par ailleurs cohésive. »

François du Cluzel, ancien officier de l'armée française à l'origine en 2013  du NATO Innovation Hub  (iHub) associé de près aux opération de l'OTAN, qu'il gère depuis depuis sa base de Norfolk, en Virginie, dans une conférence du 5 octobre dernier a précisé que la « guerre cognitive est un nouveau concept qui commence dans la sphère de l'information,. C'est une sorte de guerre hybride ».  « Cela commence par l'hyper-connectivité. Tout le monde a un téléphone portable », a-t-il poursuivi. « Cela commence par l'information parce que l'information est, si je puis dire, le carburant de la guerre cognitive. Mais cela va bien au-delà de la seule information, qui est une opération autonome – la guerre de l'information est une opération autonome... il s'agit de tirer parti des mégadonnées ».

Cela va au delà du simple espionnage des sociétés des adversaires ou de la "cinquième colonne" au sein de nos propres sociétés. 

Selon du Cluzel, qui a précisé les choses dans une étude officielle de l'OTAN de novembre 2020 : « Il est crucial de comprendre qu'il s'agit d'un jeu sur notre cognition, sur la façon dont notre cerveau traite l'information et la transforme en connaissance, plutôt qu'un simple jeu sur l'information ou sur les aspects psychologiques de notre cerveau. Ce n'est pas seulement une action contre ce que nous pensons, mais aussi une action contre notre façon de penser, la façon dont nous traitons l'information et la transformons en connaissance. En d'autres termes, la guerre cognitive n'est pas simplement un autre mot, un autre nom pour la guerre de l'information. C'est une guerre contre notre processeur individuel, notre cerveau.» « Tout utilisateur des technologies de l'information modernes est une cible potentielle. Il cible l'ensemble du capital humain d'une nation ». On peut par ces technologies « atténuer l'agressivité et favoriser les cognitions et les émotions d'affiliation ou de passivité ; induire de la morbidité, de l'invalidité ou de la souffrance ; et « neutraliser les opposants potentiels ou entraîner leur mort ».

Le rapport citait le général de division américain Robert H. Scales, qui résumait la nouvelle philosophie de combat de l'OTAN : « La victoire se définira davantage en termes de capture du terrain psycho-culturel plutôt que géographique ».

Pour atteindre le but il s'agira de mobiliser un savoir en sciences humaines, mais aussi les nanotechnologies, la biotechnologie, les sciences cognitives.

Si, comme l'a souligné il y a peu un humoriste, "la police vous parle tous les jours sur BFM TV", il s'avère que derrière les médias et derrière nos instruments technologiques de connexion, ce sont, non plus les policiers, mais directement les armées nationales et l'OTAN qui nous surveillent et nous manipulent. Cette emprise croissante en Occident des armées sur les esprits et les interactions sociales est d'ailleurs facilitée au niveau du conditionnement mental par des opérations du type du remplacement des cars scolaires par des équipements conduits par des militaires aux Etats-Unis ou celui de soignants qui refusent le vaccin par des militaires, ou encore en Espagne l'an dernier l'utilisation de 2 000 soldats pour traquer les nouveaux cas de Covid.

 

Lire la suite

La mainmise de Bill Gates sur le sommet alimentaire mondial de l'ONU

12 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Bill Gates, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Après l'enquête de l'ECLJ parue cet été sur l'influence de Soros sur les agences de l'ONU en matière de politique du genre, défense des minorités sexuelles, et dynamitage des familles, voici l'article du site Grayzone sur la manière dont Bill Gates a pris le contrôle du 4ème  sommet alimentaire mondial de l'ONU réuni le 23 septembre dernier.

Dans cet article, Nls McCune et Camila Escalante expliquent que le Forum économique mondial de Klaus Schwab (forum de Davos) a détourné les acquis des luttes des mouvements populaires pour faire ouvrir les portes de l'ONU à la société civiles, en faisant valoir que les grandes multinationales elles aussi étaient des  "acteurs sociaux" comme les syndicats et mouvements paysans. Parmi ces derniers la Via Campesina (200 millions d'agriculteurs) avait obtenu en décembre 2018 après 18 ans de négociations la reconnaissance d'un droit pour les ruraux à accéder à l'eau, à la terre, aux semences. 70 % de la nourriture mondiale aujourd'hui est produite par de petits agriculteurs sur un quart des terres agricoles totales.

La Fondation Bill et Melinda Gates pour sa part a créé en 2006 l'Alliance pour une révolution verte en Afrique, ou AGRA, qui a promis de doubler les rendements et les revenus de 30 millions de familles tout en réduisant de moitié l'insécurité alimentaire dans 13 pays africains avant 2020.

L'AGRA a collecté 1 milliard de dollars de dons, et en a dépensé 524 millions dans des programmes promouvant l'utilisation de semences génétiquement modifiées et hybrides, d'engrais commerciaux à base de combustibles fossiles et de pesticides chimiques. Elle a poussé les gouvernements africains à verser un milliard de dollars supplémentaires par an pour subventionner les produits agrochimiques et les semences importées provenant de sociétés agroalimentaires américaines et européennes, ainsi que des politiques de privatisation des terres communales et de réduction des impôts sur les sociétés.

Bilan : une étude de l'Université de Tufts (Massachussets) de 2020 a montré que, dans les 13 pays cibles de l'AGRA, la faim avait augmenté de 30%, les agriculteurs étant poussés à abandonner les polycultures traditionnelles et nutritives pour se concentrer sur les champs de monoculture de semences de maïs importées.

C'est pour résister à ce phénomène que Via Campesina a tenté de gagner sa place dans les instances de l'ONU comme délégué observateur, explique l'article. Trois rapporteurs spéciaux consécutifs des Nations Unies sur le droit à l'alimentation ont largement approuvé les propositions de La Vía Campesina : la réforme agraire redistributive et l'agriculture agroécologique peuvent mettre fin à la faim tout en réduisant l'impact écologique. Mais en juin 2019, le bureau du secrétaire général de l'ONU António Guterres, sans discussion préalable à l'Assemblée générale ou tout autre processus intergouvernemental, a signé un partenariat stratégique avec le Forum économique mondial. C'est dans ce cadre qu'a été organisé le sommet du 23 septembre. Contrairement aux précédents sommets sur l'alimentation, aucun organe intergouvernemental n'a convoqué le sommet.

L'actuelle présidente de l'AGRA, la rwandaise Agnes Kalibata, a été nommée envoyée spéciale du secrétaire général au sommet. Plus de 500 organisations de la société civile en mars 2020 ont dénoncé le programme de ce sommet dont l'objectif (en réalité dépopulationniste) est désormais le zéro carbone. Son but est une mainmise totale sur la biodiversité.

Rappelons que le contrôle des multinationales sur l'alimentation concerne à la fois le Tiers-Monde et les pays riches, car en janvier dernier, plusieurs grands médias américains ont révélé que Bill Gates était le plus grand propriétaire de terres agricoles aux Etats-Unis en lien avec les projets de fabrication de nourriture industrielle artificielle imprimée en trois dimensions qui exploitent du sérum bovin foetal en lieu et place de l'agro-pastoralisme accusé d'émettre du méthane à l'origine du réchauffement climatique. Ce genre de thématique trouve des soutiens dans divers réseaux vendus au système mondialiste comme le Vatican - voir la conférence sur l'alimentation du 11 novembre dernier à l'Académie pontificale des sciences. Nous avons déjà souligné sur ce blog quels intérêts servait l'écologie instrumentalisée par les multinationales, à propos du WWF, et de Greta Thunberg. Dans le cadre de la grande réinitialisation (Great Reset) voulue par le Forum de Davos, le responsable du premier investisseur mondial Blackrock envoie une lettre annuelle aux PDG des grandes entreprises les sommant de publier leur "business model" pour arriver à une émission de carbone nette nulle", tout en continuant lui-même d'investir dans les énergies fossiles et de défendre le libre-échange pollueur. Ces contradictions révèlent que ces lobbies n'ont aucun objectif écologique en tête (tout comme nos gouvernants n'ont pas d'objectifs sanitaires) : le seul objectif est la dépopulation et la dictature mondiale.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

"Vaincre Macron" du chrétien communiste Bernard Friot

9 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Programme pour une gauche décomplexée, #Philosophie et philosophes, #Christianisme, #Débats chez les "résistants"

Il existe une détermination apocalyptique du sens de l'histoire, mais on ne peut en déduire qu'il faille s'abandonner à la contemplation passive des complots antéchristiques pour, au sein des élites, réduire l'humanité en esclavage (qui ne sont qu'une partie des complots des forces des Ténèbres menés à tous les niveaux contre l'humain, et dont nous sommes complices par nos vices et nos aveuglements) : le devoir de charité nous impose de continuer, humblement, à tenter d'aider la société dans laquelle nous vivons et oeuvrer à son organisation pour limiter les effets désastreux (aliénants) de l'exploitation économique et morale. C'est pourquoi on ne peut pas négliger l'analyse économique pour s'en tenir à une posture purement moralisatrice, même si la morale est aussi nécessaire et non entièrement réductible à l'économie.

Et donc, à titre personnel, même si j'ai dépassé le clivage droite gauche, je continue d'évoquer de temps en temps la réflexion sur la transformation sociale que j'avais menée dans mon livre (ma brochure) "Programme pour une gauche française décomplexée" (paru il y a quatorze ans au Temps des cerises, et republié depuis) et continue à dialoguer avec la pensée marxiste, comme je l'ai fait il y a peu à propos du "chrétien révolutionnaire" communiste Loïc Chaigneau. Je veux aujourd'hui parler d'un autre chrétien communiste, ex prof de sociologie à Paris X-Nanterre, membre du PCF, Bernard Friot, et plus précisément de son livre publié en 2017 "Vaincre Macron".

L'intérêt premier de ce livre, dont je trouve le titre un peu réducteur, est de rappeler que le travail doit appartenir aux travailleurs. Par là ceux-ci peuvent s'approprier le pouvoir social sur le monde et sur eux-mêmes, ce qui est une façon de poser la question sociale en des termes diamétralement opposés aux théories de la régulation et au misérabilisme du discours en faveur du revenu universel garanti que même Soros soutient en vue d'imposer un gouvernement mondial (mais c'est la même chose pour ceux qui soutiennent le projet au niveau national). Comment prétendre encore sauver le pouvoir du travailleur sur le fruit du travail quand la religion actuelle de l'intelligence artificielle menace de supprimer tout travail humain ? Voilà une question qui vient immédiatement à l'esprit et l'on peut se demander si l'espoir communiste de réappropriation du travail ne procède pas d'une volonté chimérique de repousser une apocalypse déjà largement commencée dans le processus du Great Reset du Forum de Davos, mais c'est un point que nous ne pourrons aborder qu'après avoir détaillé plus en détail les thèses du "Vaincre Macron".

Le point important du livre de Friot est qu'il part de l'existant, et notamment de l'héritage communiste qui existe en France à travers la grande conquête que fut la création de la Sécurité sociale sous la houlette du PCF en 1946 (une expérience que j'avais évoquée dans mon livre sur la résistante communiste Denise Albert), un héritage que la culture bourgeoise mainstream déforme, mais qui au départ était conçue pour permettre aux salariés de contrôler directement la redistribution au titre de l'assurance maladie et des retraites d'un tiers du fruit de leur travail prélevé sous forme de cotisations obligatoires. Friot fait un récit brillant et synthétique de cette conquête sociale qui ne doit rien contrairement à ce que prétend l'histoire officielle à une harmonie préétablie gaullo-communiste.

L'autre conquête de nature communiste quoique moins directement liée à l'exercice formel du pouvoir politique par le PCF c'est la définition du salaire comme attaché à une qualification, donc à une participation au procès de production, une valeur propre de l'individu dans son emploi et même au delà et non pas à la valeur de la force de travail, salaire attribué à vie indépendamment de sa part dans la valorisation du capital (que ce soit pour un médecin à qui la sécurité sociale fournit une rémunération après même la fin de son activité professionnelle, par répartition de la part de richesse socialisée, pour un fonctionnaire à travers son statut).

Le salariat n'a donc pas été seulement une prison pour la classe ouvrière comme l'a prétendu par exemple Castel, mais par les revendications syndicales (spécialement de la CGT au XXe siècle), qui ont abouti à la définition du patron comme employeur (astreint aux obligations du code du travail), il a abouti à une sorte de front commun des salariés, ouvriers et cadres confondus a pu se créer (p. 44), ce qui explique que le capitalisme aujourd'hui s'acharne à détruire le salariat pour le remplacer par la sous-traitance et le travail indépendant comme au XIXe siècle.

Il y a donc eu une mise en place d'une sortie du capitalisme déjà présente. Par exemple avec la fonctionnarisation des soignants (même libéraux) qui inaugure les "prémices d'une production communiste de la santé".

Le problème avec le néo-libéralisme, nous dit Friot, c'est moins le déplacement de la répartition de la valeur au bénéfice du capital, mais celui du contrôle accru de la bourgeoisie sur la production. Face à cela il ne faut pas demander une meilleure répartition de la richesse mais une meilleure valorisation du producteur. La caisse d'amortissement de la dette sociale est une machine à payer des intérêts aux créanciers. Le gel des cotisations remet en selle les régimes complémentaires aux coûts de gestion bien plus onéreux que le régime général de sécurité sociale. L'indemnisation des chômeurs au pro rata des cotisation brise la logique d'un salaire à la qualification personnelle à vie hors du cadre de l'emploi, de même que l'indexation (en 1986) des retraites sur les prix et non sur les salaires pour ne plus en faire un salaire continué, le projet de Macron de transformer la retraite en récupération des cotisations versées, l'alignement du salaire sur la performance etc. Le RMI est une "aide aux pauvres" dont le concept se substitue à celui de salaire.

Pour contrer cette réaction Bernard Friot propose un combat pour un statut économique des personnes non négociable et inscrit dans la constitution ainsi que pour la propriété d'usage de l'outil de travail par le travailleur (qui choisira les stratégies, les investissements, les financements) et pour un recentrage complet de la démocratie autour du travail (au point qu'il n'y aurait plus d'impôts mais uniquement des prélèvements de l'entreprise que l'Etat tirait le financement de ses services publics et du salaire à vie, et les banques seraient remplacées par des caisses d'investissements gérées par les travailleurs, ce qui prolongerait le geste de collectivisation inauguré par la Sécurité sociale de 1946 au delà du seul domaine de la santé).

Je trouve le travail de Friot très utile pour éclairer le sens des mots des luttes sociales à la lumière de leur histoire réelle, en se désintoxiquant du lexique bourgeois médiatique. Il souligne aussi l'importance de réfléchir à la souveraineté du travailleur entendu au sens large (amener ses enfants à l'école c'est un travail), une souveraineté-dignité qui se retrouve tout d'abord dans les mots (refuser de parler de "dépenses de santé" en lieu et place de "travail de soin médical", refuser la "victimisation" du pauvre, la simple demande de rééquilibrage des répartitions de richesse etc). Mais il me semble que son discours est plus spirituel (il a failli devenir prêtre voyez la vidéo ci-dessous) que marxiste en ce sens que sa revendication vise principalement à l'inscription dans le droit d'un statut du travailleur libéré des caractéristiques de l'emploi et de sa participation à la valorisation du capital. C'est un marxisme réformiste et non de rupture, très axé sur le juridisme, qui pense changer les choses en changeant la loi. L'apport chrétien "dé-virilise" ici un peu le marxisme. Et je ne suis pas étonné que Friot avoue sans s'en repentir avoir adhéré aux sottises de l' "eurocommunisme" dans les années 1970.

C'est à divers égards une dévaluation du marxisme (même s'il en réhabilite l'utilité pour la réflexion sur la praxis quotidienne des gens), qui, en retour, dévalue aussi le christianisme, parce qu'il laisse entendre en filigrane qu'on contribue à la venue du Royaume de Dieu en oeuvrant à l'émancipation du travail du cadre capitaliste, ce qui est une façon de dire que le Royaume pourrait n'être "que ça". Or rappeler que l'Evangile ne cesse de parler du "travail" et de la justice (mais n'oublions pas que la justice de Dieu n'est pas celle des hommes... voyez les ouvriers de la 11ème heure...) est utile, penser la charité (au sens le plus fort du terme) à ce niveau l'est aussi, mais rabattre le christianisme sur cette dimension (ce fut une tentation très forte chez les chrétiens de gauche dans les années 1970) n'est pas seulement blasphématoire et suicidaire pour les âmes individuelles : cela conduit aussi à désarmer les peuples dans le combat titanesque qui s'annonce contre le globalisme luciférien avançant aujourd'hui sous le drapeau de la pseudo-pandémie. Le travail de Bernard Friot est donc à prendre pour le moins avec des pincettes...

Lire la suite

Les "Duke" et les symboles

8 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Débats chez les "résistants"

Une très bonne vidéo ici d'Allan Duke (sans doute un pseudo) sur l'union du masculin et du féminin sacrés et l'étoile de David chez les francs-maçons (illustré par le compas et l'équerre et l'étoile de David, le carré et le cercle, l'homme de Vitruve etc). Il montre que Mickey (My-Key, ma clé) a une tête à trois cercles en forme de triskèle. Cette forme est liée aussi aux trois phases de la lune, la femme à ses trois âges. La souris, qui accompagne le dieu éléphant Ganesh en Inde, représente l'Atman, le souffle divin, qui, sous le nom de Timothée (celui qui honore Dieu) chez Walt Disney (l'ancien des clubs De Molay) souffle ce qu'il doit faire à l'éléphant Dumbo, "le bête". La petite créature ou la souris qui conseille revient toujours dans ce genre de dessin animé. La petite souris est la source mère. Allan Duke remarque que l'astronaute Buzz Aldrin sur lequel on avait précisé ici qu'il était franc-maçon comme tous à la NASA, portait une montre Mickey.

Il résume aussi l'utilité des symboles dans la diffusion énergétique. De bonnes remarques aussi sur les égrégores liés aux tatouages. Je n'approuve pas le néo-paganisme des "Duke" qui les porte vers la magie et l'alchimie (avec tout ce que cela implique de négation du grand apport du zoroastrisme au judaïsme, au christianisme et à l'Islam : le dualisme), mais on peut retenir le contenu informatif de leurs vidéos qui sont assez érudites. La question qu'on peut se poser, c'est de savoir si nous devons, pour restaurer un peu de Bien en ce monde, récupérer les symboles qui nous sont balancés dans un sens négatif via la matrice culturelle en en inversant le sens, ou s'il suffit de rester dans une pratique spirituelle "pure" sans s'occuper des symboles et de leurs effets sur nous. Le théologien orthodoxe canadien Jonathan Pageau sur YouTube pose aussi ce genre de question.

Lire la suite

Loïc Chaigneau et le dialogue marxisme-christianisme

30 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #La gauche, #Christianisme, #Débats chez les "résistants"

Ma conversion et mon intérêt maintenant pour la sémiologie apocalyptique ne me font pas dédaigner complètement mes apprentissages antérieurs en philosophie et en sociologie. Il y a une raison profonde à cela. Un chrétien doit placer la Révélation scripturale au dessus des spéculations humaines, et donc aussi de la raison humaine, tout en laissant également une place à l'action de l'Esprit saint dans sa vie quotidienne pour l'éclairer. Mais ce principe ne saurait faire regarder comme vaine toute rationalité. Ce serait là céder à une facilité qu'apprécient les charismatiques mais qui peut faire verser dans un obscurantisme dangereux. Le Livre de la Sagesse dans l'Ancien Testament, la désignation de Jésus comme Logos dans l'Evangile de Jean, le fait que Saint Paul se soit donné la peine d'argumenter devant l'Aréopage d'Athènes sont une preuve que cette fonction rationnelle introduite par Dieu en l'homme n'est pas supposée être éradiquée, même s'il convient de fortement l'endiguer et d'empêcher sa fétichisation orgueilleuse.

L'histoire du christianisme occidental est celle de la difficile localisation de la place légitime de la raison, avec des poussées en sa faveur (dans la scolastique, dans le classicisme de Bossuet, dans le christianisme libéral français - quoique ce fût avec une coloration romantique très sulfureuse, comme pour les théologies de la Libération au siècle suivant) et des retours vers l'intuition charismatique en réaction (le mysticisme du XVII ème siècle, la charge de Léon Bloy contre les dominicains et contre le christianisme de salon à la fin du XIX ème siècle etc).

Un enjeu important de cette place à donner à la rationalité est de savoir quel poids il faut accorder aux lois de l'économie, car dans cette thématique se glisse toute la problématique de la pauvreté matérielle et culturelle, et celle du juste salaire qui est très importante déjà dans le Nouveau Testament (mais aussi dans l'Ancien), ce qui signifie qu'elle l'est aussi pour Dieu, ce que les chrétiens bourgeois évidemment évitent de prendre en considération en se contentant de diaboliser le communisme et les mouvements révolutionnaires. Si l'on est purement charismatique, on se borne à mener une action spontanée inspirée au service des pauvres comme l'a fait Savonarole à Florence avec tous les égarements apocalyptiques que cela a entraîné (car aucune inspiration n'est à 100 % exempte d'influence démoniaques). Si l'on laisse une place à la raison, il faut entretenir une forme de dialogue avec les sciences sociales athées (marxisme, bourdieusisme etc), sans se laisser prendre au piège de leurs présupposés antéchristiques mais en conservant seulement ce qui dans leur méthode d'analyse relève d'un exercice de la raison et d'une défense du bien commun conformes aux lois divines.

Dans le cadre de ce "maintien du dialogue", j'ai été intéressé par les prises de position du jeune Loïc Chaigneau, ancien professeur de philosophie de lycée, et membre du Parti communiste français, marxiste "classique", qui peut m'être sympathique à la fois parce qu'il défend une position réellement conforme aux intérêts des classes populaires françaises (refus du pass vaccinal anti-Covid, refus des mythes écologistes, défense de la démocratie directe et de la sortie de l'Union européenne), et parce qu'il adhère aussi dans le même mouvement au christianisme révolutionnaire.

Il faudrait prendre du temps pour discuter des thèmes qu'il traite dans ses vidéos et dans le cadre de son "Institut Homme Total". Je me contenterai simplement pour l'heure de brèves observations. Lorsqu'il instruit le procès du bourdieusisme ou du spinozo-bourdieusisme dans cette vidéo contre le salaire universel recommandé par Frédéric Lordon, il relance le vieux débat entre idéalisme et matérialisme dialectique, en reléguant Bourdieu clairement dans le premier camp (Bourdieu étant pour lui réduit à sa composante wébérienne), là où Marx permettrait de penser une praxis des classes populaires, beaucoup plus fondamentale et efficiente, par delà le jeu des catégorisations. Il s'agit là d'un procès ancien fait à Bourdieu qui néglige le fait que celui-ci entendait synthétiser à la fois Weber-Durkheim et Marx dans un structuralisme à la fois linguistique et pratique, pour intégrer en quelque sorte toutes les interactions ou inter-implications pourrait-on dire entre la structure et la superstructure. Bourdieu prétendait laisser toujours une place à la praxis, contrairement à ce que laisse entendre Loïc Chaigneau.

On peut penser qu'il le faisait insuffisamment parce qu'il laissait une place excessive au constructivisme néo-kantien qui réduit la réalité sociale à des représentations. C'est ce que j'ai développé il y a plus de dix ans maintenant dans mon article sur Bourdieu et Chomsky ici. Loïc Chaigneau combat cette dérive qu'il qualifie de "contre-révolutionnaire" au nom d'une philosophie de l'histoire (que l'on peut qualifier d'eschatologique) qui restitue à la praxis sociale son autonomie indépendamment du langage. La révolution devrait être pensée à partir de cette praxis seule, et à partir des contradictions systémiques qu'elle révèle. Je ne sais pas trop ce que cela peut signifier concrètement. Ce que je sais c'est que cette analyse du sens de l'histoire ne peut pas reposer sur un matérialisme dialectique, puisque la matière par elle-même ne pense pas. Sauf à la considérer sous l'angle du travail et la praxis le partenariat entre Dieu et l'âme humaine (l'idée promue par le Nouveau Testament que Jésus partage le joug avec ses disciples), dans la définition concrète au niveau du travail d'un horizon social nouveau. C'est peut-être ce que Loïc Chaigneau désigne quand il fait référence dans une autre de ses vidéos au fait que le Royaume de Dieu est à la fois à venir et toujours déjà. Mais cela pose un problème premièrement à l'égard du marxisme : car si c'est de la présence de Dieu qu'il s'agit, il n'est plus question ici d'une matière qui se donne à elle-même ses propres loi, et pourquoi devrait-on étudier les lois qui régissent les facteurs de production, si l'issue historique peut dépendre du lien privilégié de l'âme à Dieu, ou au diable d'ailleurs (comme on le voit souvent avec l'émergence des leaders providentiels ou démoniaques dans l'histoire des peuples) ? Le deuxième problème est à l'égard du christianisme : concevoir le Royaume de Dieu comme simplement un horizon d'émancipation sociale, c'est, comme Joaquim de Flore, intercaler un possible millénarisme avant la fin définitive des temps (ce que je retrouve aussi dans les prophéties catholiques sur le Grand Monarque). Mais intercaler des millénarismes, des sortes d'Age d'Or de Saturne, qui retardent la fin dernière, c'est possiblement désarmer les croyants qui sont censés veiller spirituellement, et au contraire les endormir sous un règne antéchristique (car George Soros et Bill Gates peuvent très facilement vous pondre un Grand Monarque ou une République communiste égalitaire dont ils tireront les fils en vous disant : voici le Royaume de Dieu sur Terre). Et c'est aussi ré-introduire la possibilité d'un temps cyclique chère au paganisme et à l'hindouïsme (et à sa synthèse New Age), dans lequel les apocalypses ne seraient que des événements périodiques sans que la regénérescence complète du monde matériel et spirituel ne soit vraiment envisageable.

Si, comme le laisse entendre Loïc Chaigneau la révolution n'est pas seulement affaire de déterminations (ou de volonté divine) mais aussi de volonté humaine (de participation de nos âmes), ce qui est effectivement conforme à l'image du partage du joug dans l'Evangile que je citais plus haut, alors on peut penser aussi que l'Apocalypse finale ne peut être le fruit que d'une volonté conjointe de Dieu, des incroyants et des croyants. La somme des trois étant ce qui aboutit à la révélation de l'Antéchrist et au retour de Jésus. Mais si le Royaume est pensé en des termes économicistes marxistes sous la catégorie de la fin de l'exploitation (ou de la fin du néo-fascisme capitaliste actuel), je crois qu'on ne fera que retarder cette Apocalypse, et donc retarder la venue de ce que doit être réellement le Royaume de Dieu, un Royaume dont l'économie n'est qu'une  partie et non pas le centre.

Lire la suite

La matière noire des clips et le graphène

26 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma

Beaucoup de spéculations ont été développées sur la matière visqueuse noire qu'on voit sortir des visages et des corps des gens dans beaucoup de clips, par exemple dans la chanson de la sataniste Billie Eilish "When the party's over".

 

Ou Lady Gaga ici :

Ou le film Venom (2018) :

Certains ont rapproché cela de l'espèce de suie noire qui sort des sarcophages égyptiens. Mais d'autres explorent une autre piste (pas forcément exclusive d'ailleurs de la référence ésotérique à l'Egypte) : ces clips n'annonceraient-ils pas le graphène noir qui pourrait bien se trouver dans les vaccins, dont la formule chimique est symbolisées par des hexagones popularisés notamment par le programme Cyberpolygon du Forum économique mondiale. L'oxyde de graphène ou ferrofluide que l'on peut activer à distance avec un aimant a en effet des caractéristiques qui évoquent beaucoup cette suie.

Ce weekend, la nouvelle couverture du supplément dominical du Guardian accroît le soupçon. On y voit la jeune Greta Thunberg, icône de l'écologie - dont la dictature va de pair avec la dictature sanitaire, d'autant que Thunberg a été recrutée comme experte coronavirus par la chaine CNN au printemps 2020, souvenez-vous.... - couverte d'une sorte de glue sombre... Enfin... couverte à moitié... car la photo bien sûr s'arrange pour qu'un oeil reste ouvert, comme c'était déjà arrivé dans des photos antérieures, référence à l'oeil d'Horus des occultistes.

Bon, on nous dit qu'elle est recouverte de "pétrole". Mais nous ne sommes pas censés les croire. La matrice nous montre depuis des années cette matière noire, et les "marées noires" d'hydrocarbures figurent, elles, 10 000 fois moins dans les représentations collectives (dans la Matrice) que cette glue mystérieuse omniprésente dans le clips. De sérieux arguments plaident pour qu'en ces temps de grande tromperie (voyez l'analyse que j'avais faite du clip "deceiver"/trompeur de la DJ favorite d'Emmanuel Macron en septembre 2018, issue d'un pays qui vient d'introduire la biométrie sans contact dans le programme national de vaccination ) cette photo ne représente pas ce qu'elle prétend être et, seulement, vienne faire système avec un autre dispositif de représentation destiné à "engluer" notre inconscient dans la matière noire manipulable à distance, comme les vaccins sont en train d'engluer nos corps.

 

Lire la suite

Soros contre BlackRock sur la Chine

22 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #George Soros, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

 

Blackrock la plus grosse société de gestion d'actifs et d'investissements au monde (dans tous les domaines : armement, énergie verte etc) avec près de 9 500 milliards, dirigée par un ancien conseiller de Trump (et qui impose aux entreprises la neutralité carbone)  lance un ensemble de fonds communs de placement et produits d’investissement pour les consommateurs chinois. Cela fait d'elle la première société à capitaux étrangers à exploiter une entreprise en propriété exclusive dans le secteur des fonds communs de placement en Chine. Ils estiment "pouvoir aider la Chine à faire face à sa crise croissante des retraites en fournissant une expertise, des produits et des services en matière de système de retraite" (comme en France où ils font aussi pression pour obtenir la privatisation de notre système de retraite.

Le 7 septembre le milliardaire Soros écrit dans le Wall Street Journal que le projet de BlackRock en Chine comme une « erreur tragique » qui « porterait atteinte aux intérêts de sécurité nationale des États-Unis et d’autres démocraties ». Le 30 août le patron de l'Open society avait aussi, dans le Financial Times, estimé que les investisseurs dans la Chine de Xi Jinping étaient confrontés à un “réveil brutal” depuis qu'il a pris des mesures défavorables à leur encontre, ce qui montrait qu’il “ne comprend pas l’économie de marché”. Il s'est appuyé sur la faillite du géant de la construction chinois Evergrande pronostiquer une crise économique sévère à court terme dans ce pays (ce qu'il avait déjà fait en 2016).

La chaîne de TV chinoise Global Times dès le 4 septembre avait répondu à Soros en le qualifiant de "terroriste économique global" notamment parce qu'il finance le  "Rupert Murdoch d'Asie", Jimmy Lai, à Hong Kong (voir aussi ceci). Quatre jours plus tard elle ajoutait : "Compte tenu du fait que la société d'investissement de Soros a récemment liquidé ses positions dans un certain nombre de sociétés chinoises cotées aux États-Unis telles que Tencent Music Entertainment, Baidu Inc et Vipshop Holdings, sa dernière critique contre la Chine ressemble davantage à une évacuation de sa frustration face aux lourdes pertes d'investissement". Mais reconnaissait aussi que l'alarmisme de Soros pourrait provoquer des paniques sur les marchés comme il l'avait déjà fait contre les bourses asiatiques à la fin des années 1990.

Le journaliste indépendant  spécialisé dans l'ingérence des ONG F. William Engdahl dans New Eastern Outlook, de son côté, penche plutôt pour l'alarmisme de Soros : "La Chine, écrit-il, possède déjà la plus grande étendue de voies ferrées à grande vitesse du monde et celles-ci perdent de l’argent. L’initiative « Belt Road » s’enlise dans des dettes que les pays sont incapables de rembourser et les banques chinoises ont fortement réduit les prêts aux projets de route de la soie, qui passeront de 75 milliards de dollars en 2016 à 4 milliards de dollars en 2020. La crise démographique signifie que le flux ininterrompu de main-d’œuvre rurale bon marché qui construisait cette infrastructure est en forte baisse. La classe moyenne est profondément endettée pour avoir acheté des voitures et des maisons neuves lorsque la conjoncture était favorable. En 2020, la dette totale des ménages, y compris les prêts hypothécaires et les prêts à la consommation pour les voitures et les appareils ménagers, représentait 62 % du PIB. L’Institute of International Finance (IIF) a estimé que la dette intérieure totale de la Chine atteindrait 335 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020." BlackRock viendrait jouer les pompiers de l'incendie de la dette en Chine, et ouvrir la voie à d'autres investisseurs américains, pour éviter qu'un effondrement chinois ne provoque une crise mondiale comparable à celle de 2008...

BlackRock dans le rôle du pompier, et Soros dans celui du pyromane sur les marchés ? Affaire à suivre...

Lire la suite

Recul de Russie Unie aux élections législatives russes

20 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

Selon le secrétaire du Conseil général de Russie unie, Andrei Turchak, les résultats provisoires des élections législatives qui se sont déroulées sur trois jours du 17 au 18 septembre indiquent que les membres du parti présidentiel Russie Unie peuvent compter sur 120 mandats sur la liste du parti et 195 sièges sur la base des résultats des élections dans les circonscriptions uninominales et totaliserait 49,8 % des voix. Ce n'est pas assez pour atteindre la majorité constitutionnelle des deux tiers.

Mais en ce qui concerne les scrutins de liste qui font aussi partie pour moitié du processus électoral le parti communiste (18,9 %) réalise de bons scores et passe devant Russie Unie dans diverses régions : le territoire de  Khabarovsk en extrême orient, en Iakoutie en Sibérie, dans la République des Komis, près du cercle polaire ou l'oblast d'Oulianovsk sur la Volga.

Les médias occidentaux attribuent la progression des communistes à l'appel du pro-américain Alexeï Navalny au "vote intelligent" ("smart vote") en faveur des partis les mieux à même de tenir en échec Russie Unie. Quelques cas d'arrestation temporaires de ses partisans sont avérés, mais il est peu probable que son influence soit si grande - une manifestation qu'il avait organisée n'avait réuni que 1 500 personnes à Moscou en mai 2018. L'Union européenne a dénoncé hier un « climat d'intimidation » et des irrégularités dans ces élections. Le 4 août l'OSCE avait refusé d'envoyer des observateurs car elle désapprouvait le contingent insuffisant d'émissaires que Moscou lui accordait.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>