Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Réformer les moeurs

30 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

Pour moi, l'équation est très simple : un bon citoyen doit être un bon philosophe, et un bon philosophe doit être un réformateur des moeurs.

 

Citoyenneté et philosophie, tout le monde comprend ces premiers termes de l'équation depuis la Troisième république : on ne peut s'engager sans une réflexion sur le bien commun, la condition des individus et des groupes, la vie, la mort,le savoir adéquat etc. On ne peut pas, comme certains le croient, se contenter de critiquer le système, les institutions, dénoncer les mensonges, sans expliciter les valeurs que l'on défend et l'ordre social que l'on souhaiterait voir substituer à l'ordre actuel. Or toute cette explicitation requiert nécessairement un travail d'élucidation proprement philosophique sur le sens des choses.

 

plato-copie-1.jpg

Les autres termes sont moins évidents car le libéralisme nous apprend à ne pas vouloir orienter les moeurs de l'humanité, à plutôt "laisser-faire", et laisser chacun à ses pires penchants, même les plus destructeurs, quitte à mobiliser une armée de thérapeutes en aval, armée de thérapeutes dont le présupposé premier et qu'il faut "adapter" l'individu au fonctionnement de la société. Un "laisser-faire" très hypocrite qui en vérité laisse la place à des conditionnement de masse très dangereux par le consumérisme ambiant.

 

J'entendais cet après-midi sur une chaîne publique des débatteurs disserter sur la tristesse des Français, le fait que les gens ne rient pas assez, qu'il leur faut des massages pour se porter mieux etc. Il point sous ces discussions des nostalgies pour le temps de nos grands parents où l'on vivait davantage en plein air, où l'on savait moins de chose, où l'on était moins perfectionniste, où l'on culpabilisait moins, et où on rigolait d'un rien après avoir bu un bon verre de rouge qui tache.

 

Ces discussions petites bourgeoises passéistes et frileuses ne font qu'entretenir le pessimisme des gens et leur morosité.

 

Le tropisme petit-bourgeois et conformiste est extrêmement fort quel que soit le sujet qu'on aborde. Prenez les religions par exemple. On veut qu'elles se renient. On veut les "adapter" au système social actuel, tout comme les individus : il faut absolument que le pape reconnaisse la nécessité du préservatif (quelle rigolade...), la légitimité du mariage gay, et la nocivité pour la santé de l'abstinence (une nocivité pourtant complètement non démontrée et qui n'existe souvent qu'à cause de la condamnation sociale dont l'abstinence fait l'objet). Le codicile est qu'il faut aligner le christianisme sur le système petit bourgeois consumériste. Il n'y aura pas de grand éditeur pour ouvrir son catalogue, ni de chaîne de TV pour ouvrir ses ondes à un auteur qui prônerait au contraire un christianisme plus radicalement chaste comme celui des encratites par exemple, ou à l'opposé un christianisme collectiviste qui prônerait un communisme sexuel adamite, voire un christianisme qui prônerait la fabrication de robots anthropomorphes et accepterait l'accouplement avec ceux-ci. Or ouvrir les ondes et les bibliothèques à ces tendances-là serait du plus grand intérêt pour la réflexion sur ce que peut être l'humain et sur ce qu'une religion peut prôner tout en étant fidèle à ses principes initiaux (or mon intuition est que les corpus religieux du fait de leurs contradictions internes sont beaucoup plus souples qu'il n'y paraît et ouverts aux interprétations les plus audacieuses).

 

Voyez l'Islam aussi. On veut depuis plusieurs décennies pousser cette religion à abandonner la polygamie, qui, dans sa version traditionnelle, semble avoir consititué effectivement un carcan pour tout le monde (hommes, femmes, enfants) si j'en crois certains témoignages africains notamment. Pourquoi ne donnerait-on pas la parole à des auteurs favorables au contraire au maintien de la polygamie et à son évolution ? Au nom de la souveraineté de la femme, dit-on, de sa liberté, de ses droits. Mais d'où sort-on que la polygamie est nécessairement contraignante pour les femmes ? Les concubines du "musulman polygame de Nantes" (lesquelles étaient, je crois, au moins pour partie des chrétiennes ou athées converties) qui a défrayé la chronique cette année n'avait pas l'air de l'entendre de cette oreille. Pourquoi ne pas imaginer une polygamie "libre" éventuellement tolérante aussi à l'égard de l'adultère féminine ?

 

Le débat dans les sphères religieuses artificiellement structuré autour d'une cassure entre soi-disant "conservateurs" (traditionalistes) et "modernistes" (c'est-à-dire petits bourgeois soumis au consumérisme ambiant) est triste et pusillanime. Il l'est aussi hors du champ religieux, dans la sphère laïque où pourtant aucun principe théologique ne retient la pensée.

 

Quand on pose la question de la tristesse des Français, de leurs inquiétudes, personne dans les grands médias ne soulève en arrière-plan l'interrogation sur une réforme radicale des rapports intersubjectifs, des structures familiales, du cadre professionnel etc.

 

C'est sur ce terrain là que je voudrais placer mon prochain livre, et peut-être une bonne partie des billets de mon blog l'an prochain si ce blog existe encore...

Lire la suite

La journée, Gbagbo, Aphsny or not Aphsny

29 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Abkhazie

Le Dissident internationaliste m'écrit aujourd'hui, sur ce que lui ont dit des gens de l'ARAC, et des jeunes de banlieue qu'il a rencontrés après qu'ils aient vu M. Tonneau. Chacun de ses mails est un projet d'action en puissance, une incitation à construire des stratégies, mais il faut toujours rester conscient du peu de gens que cela concerne, et de l'ampleur des obstacles qui attendent chacun de ces projets.

 

Je suis content d'avoir reçu les commentaires de Dustyboy et de ce M. Pedja qui semble être un nouveau lecteur du blog.

 

Et je suis effrayé de voir se mettre en branle la machine impérialiste contre la Côte d'Ivoire. Diabolisation, gros titres de l'Immonde sur le "génocide" à venir etc.

 

Que peut-on opposer à cela ? Une déclaration du Parti communiste ouvrier français - "Non à l'ingérence impérialiste en Côte d'Ivoire, Non à la guerre civile réactionnaire" (http://www.pcof.net/fr/) ? Une déclaration du Parti communiste algérien  sur Bellaciao ?

 

J'ai des envies de retour en Abkhazie (Aphsny), ou du moins d'y reprendre quelques contacts. Je ne sais pas trop pourquoi. La médiocrité française qui m'étouffe. Les mystères que j'ai laissés là bas. Tant de choses que je n'ai pas comprises sur ce minuscule pays. J'ai en tête cette fin de l'appel d'un site abkhaze du Vénézuela à recréer la solidarité entre Cuba "et la vieille terre soviétique d'Abkhazie". Ca sonne bizarre. Et pourtant il y a du vrai. Ils ont vraiment un côté soviétique. Soviétique postmoderne, qui mélange la popmusic et les chants traditionnels mais quand même... En ce moment tous les sondages montrent que les peuples d'Europe de l'Est ont une nostalgie du communisme. Les Abkhazes, eux, ont conservé le collectivisme et ne sont pas pressés de le liquider. Dimanche dernier, une journaliste idiote qui bossait pour Schneidermann autrefois et a trouvé un planque sur la chaîne parlementaire expliquait à la TV qu'en Lettonie on ferme les hôpitaux, qu'on fait des quotas de gens qui ont le droit de passer des scanners, que les autres sont refusés, alors que des cliniques privés se remplissent les poches à faire des liftings à la clientèle suédoise. Une correpondante abkhaze m'avait dit sur son pays "Ici jamais aucun hôpital ne refusera de te soigner, ce n'est pas comme aux Etats Unis où on jette les gens dehors s'ils n'ont pas d'assurance maladie".Pourtant les hôpitaux y sont complètement démunis.

  abkhazie

Songez combien d'anthropologues et  de linguistes de Dumézil à Ginzburg ont été fascinés par les Abkhazes, comme s'ils étaient pour nous des espèces de papous blancs, un conservatoire de pratiques et de croyances biscornues. Alors, un retour à Soukhoumi prochainement avant que l'Abkhazie n'ait été avalée par le grand ogre russe ? Si la France continue de m'exaspérer comme elle le fait aujourd'hui, ce n'est pas à exclure.

Lire la suite

1986, de l'Italie à la Suède

28 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Vous souvenez-vous quand Deleuze disait que le philosophe ou l'écrivain buvaient parce que la vie est en excès pour eux et qu'ils ont besoin de boire pour supporter ce qu'ils en perçoivent ? Je trouve que c'est particulièrement vrai pendant l'adolescence. Tout ce que l'on reçoit du monde, et notamment ce que l'on reçoit à travers les femmes, est immense, écrasant. Une jeune femme russe, une jeune américaine, une italienne, une suédoise portent en elles tout un univers démesuré, toute une culture. Avec l'âge on apprend à relativiser ce sentiment, on se dit qu'une Bulgare ou une Turque qui vous fait payer une pension alimentaire est une emmerdeuse avant d'être un morceau sublime de l'empire byzantin ou ottoman. Mais ce n'est pas ainsi qu'on raisonne à 16 ans.

 

Quand j'écoutais cette chanson italienne, "Ti sento" de Matia Bazar (cf ci dessous), pendant l'été 1986 (je l'ai découverte avec un an de retard), je la trouvais presque trop lyrique pour moi. Un mélange de passion et de sophistication trop intense pour que je puisse la prendre trop au premier degré.

 

Aujourd'hui en l'entendant je suis surtout sensible à la beauté de cette langue : l'italien, qui va si bien avec la voix de la chanteuse. Une langue que je comprends très mal. Je lis les paroles qui disent ceci :

 

"La parola non ha ne' sapore ne' idea
ma due occhi invadenti petali d'orchidea
se non ha anima .... anima


Ti sento, la musica si muove appena
è un fuoco che mi scoppia dentro,
ti sento, un brivido lungo la schiena
un colpo che fa pieno centro!

Mi ami o no ... mi ami o no .... mi ami?


Che mi resta di te, della mia poesia
mentre l'ombra del sogno lenta scivola via
se non ha anima ... anima

Ti sento, bellissima statua sommersa
seduti, sdraiati, pacciati!
Ti sento atlantide isola persa,
amanti soltanto accennati !
mi ami o no ... mi ami o no .... mi ami ?
Ti sento, deserto lontano miraggio
la sabbia che vuole accecarmi
ti sento, nell'aria un amore selvaggio,
vorrei incontrarti ....."

 

Rien que le vers "Ti sento, bellissima statua sommersa" est une trouvaille extraordinaire.

Passé à la moulinette du traducteur automatique, ça donne ça.

 

"Le mot n'a pas ni saveur ni idée
mais deux yeux envahissant des pétales d'orchidée
si ça n'a pas âme…. d'âme...
Je te sens, la musique bouge à peine
il est un feu qui éclate en moi,
je te sens, un brivido long le dos
un coup qui fait mouche !

Tu m'aimes ou… tu ne m'aimes pas ou non…. m'aimes-tu ?


Qu'il me reste de toi, de ma poésie
pendant que l'ombre du rêve lentement glisse au loin
si ça n'a pas d'âme… d'âme

Je te sens, tres belle statue submergée
assis, sdraiati, à plat ventre !
Je te sens île de l' Atlantide perdue,
amants qui se sont seulement faits signe !
tu m'aimes ou… tu ne m'aimes pas ou non…. m'aimes-tu ?
Je te sens, désert mirage lointain
le sable qui veut m'aveugler
je te sens, dans l'air un amour sauvage,
je voudrais te rencontrer ....."

 

 

L'Italie de notre époque n'a donné à la France que des sous-produits (Carla Bruni, Monica Bellucci) de ce que la précédente génération avait engendré (Sophia Loren, Gina Lolo Brigida). Et je n'ai jamais rencontré dans notre génération de femme italienne qui soit à la hauteur de la beauté de sa langue, cette langue étrange, ce dérivé si musical du latin, si léger, si inventif par rapport au sobre espagnol de mon père et au lourd gascon de ma mère. Même pas parmi les napolitaines que j'ai croisées en Campanie ou les Florentines en Toscane. Aucune sauf peut-être la photographe milanaise Morgana Marchesoni (mon Dieu quel nom envoûtant - et elle le savait la bougresse) avec qui j'ai seulement dialogué sur Facebook quelques semaines durant sans jamais la rencontrer.

 

Comparez cette chanson avec cette autre de la même époque, du groupe Secret service, suédoise jusque dans la danse un peu maladroite des figurants du clip, et qui cependant, à 16 ans, me paraissait si soignée que je la croyais anglaise. Point d'effusion lyrique sous ces froides latitudes (encore moins que dans A-ha). Et cependant, une émotion très maîtrisée, condensée dans ce bel éloge de la danse à deux, dans ce rêve impossible d'un temps partagé suspendu, d'une immortalité dans la danse. Une Réunionaise de 27 ans trouvait récemment les paroles très belles (les paroles, parce que la musique ne peut plus parler à des gens "post-new wave"). Preuve que cette chanson peut encore accéder à une certaine universalité. C'était un temps où la piste de danse pouvait revêtir une dimension magique, puisqu'il pouvait s'y passer n'importe quoi... un slow par exemple.

 

 

Night is gone

Now we’re alone
I feel your body near mine
We just have to dance one more time
Your face turned down
I can’t deny
This feeling with you is a fate
I don’t care if the hour is late at all

 

Let us dance just a little bit more

Even if the band walks out the door
And all the others go
Let’s pretend that the music’s on
Even if we’re dancing all alone
And the night is gone

Just for a while
I saw your smile
I know I’ve sang in your ear
«God it’s good to be near»
Your hand in mine
So warm and fine
If only this moment would stay
If only the band was to play some more

Let us dance just a little bit more
Even if the band walks out the door
And all the others go
Let’s pretend that the music’s on
Even if we’re dancing all alone
And the night is gone

Lire la suite

La montée de l’Extrême droite en Europe de l’Est

27 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Un texte de moi circule un peu chez les militants en ce moment : une "oeuvre de commande" comme on dit, en fait un article "La montée de l'Extrême droite en Europe-de l'Est" écrit un peu vite à la demande de l'Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) pour leur journal, mais il faut croire qu'il répond à un besoin d'information. L'article est disponible ici.

Lire la suite

Gbagbo, la Corée du Nord, la Biélorussie

20 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Vous le savez, j'aime bien répercuter sur le Net des infos qui vont à contretemps des médias dominants, ce qui ne signifie pas forcément que je sois alors "du côté" des gouvernements auxquelles ces infos peuvent rendre service, mais simplement parce que je ne supporte pas cet instinct grégaire aux dimensions planétaires prêt à se repaître de mensonges ou de caricatures généralement sur le dos de petits pays ou de petits peuples que personne n'a vraiment intérêt à soutenir.

 

emiliano_zapata_en_la_ciudad_de_cuernavaca.jpg

J'ai eu envie aujourd'hui d'écrire sur la Côte d'Ivoire, parce que la manière dont on traite le point de vue de Laurent Gbagbo ne me plaît pas. Non que je croie que Gbagbo a raison, mais j'estime que l'on doit pouvoir trouver quelque part et entendre dans son intégralité la version des faits d'un responsable politique qui draine des millions de gens derrière lui.

 

J'ai donc consacré trois heures à ce sujet-là. L'envie m'est venue en lisant une interview de Me Vergès, bien que celle-ci ne soit pas très précise sur les élections ivoiriennes (et que le journaliste y confonde "dalton" et "daltonien"). J'ai écouté avec attention l'interview du sociologue pro-Gbagbo Dedy Seri et j'ai fait un petit article "patch work" avec tout ça.

 

M. Seri n'est pas un grand orateur, mais il mérite d'être entendu. Il y a semble-t-il, "comme un petit problème", dans la façon dont la commission électorale a géré la publication des résultats. Evidemment ce "petit problème" qui met en cause sa légitimité et la légitimité de tout le processus, n'est pas mentionné sur Wikipedia ni dans les grands médias et n'est débattu nulle part. Il faut interroger la composition de cette commission, la façon dont elle a annoncé les résultats à l'hôtel du Golf siège de l'opposant à Gbagbo, s'interroger sur sa forclusion à le faire, sur les pressions qu'elle a subies, sur cet échaffaudage juridique qui voulait que le Conseil constitutionnel prît la relève. Trop ennuyeux ? Les gens n'aiment pas réfléchir sur les faits, les journalistes n'aiment pas les collecter. Ils croient juste que le seul fait valable est que M. Ouattara a gagné... Quelle époque !

 

Et puis toujours ce deux poids deux mesures : quand les malversations servent nos alliés, au Burkina, en Guinée, dans le camp de M. Ouattara, elles sont bonnes. Quand elles proviennent de nos adversaires, elles sont diaboliques... Bêtise manichéenne quand tu nous tiens !

 

Parlons aussi de la Corée du Nord, "régime paranoïaque et dangereux" (comme celui de M. Gbagbo). Dimanche un docte expert comme on en a vu tant pendant la guerre de Yougoslavie, nous expliquait, cartes à l'appui, sur BFM TV comment le régime nord coréen serait renversé s'il y avait une guerre, en mentionnant juste au passage le "petit conflit" nucléaire que les populations auraient sans doute à subir dans ce contexte - mais pour la bonne cause évidemmet puisque la Corée du Nord serait finalement vaincu. Je retrouvais dans sa voix une forme de petite jouissance tranquille que j'ai aussi entendue dans la voix d'Alexandre Adler à propos de la guerre du Kosovo jadis. Un spectacle parfaitement obscène en vérité.

 

Alors parlons-en de la paranoïa de la Corée du Nord. Tout le monde s'est indigné en novembre du fait qu'elle tire sur des soldats sud coréens. Personne n'a dit qu'elle avait averti la Corée du Sud (particulièrement belliqueuse depuis l'élection de son actuel président), de ne pas effectuer d'exercices militaires dans la zone en question qu'elle considérait comme appartenant à ses eaux territoriales. "Paranoïa" ? Du bon sens, je trouve. Aujourd'hui, personne ne le dit (tout comme personne ne cherche à faire la lumière sur cette histoire de naufrage d'un navire sud-coréen aux causes hâtivement attribuées à Pyongyang), mais le molosse sud-coréen a voulu "laver" son honneur national, en refaisant des exercices militaires dans la même zone contestées (on parle juste de nouveaux exercices en des termes vagues). Le monde retient seulement que la Corée du Nord "se dégonfle", qu'elle nous prive donc du spectacle visiblement tant attendu de la chute du régime de Pyongyang dans un feu d'artifice de "petites" bombes nucléaires. On pourrait quand même dire que sur ce coup là le régime de Pyongyang n'est quand même pas si "parano" et délirant qu'on ne le prétend. En revanche le régime sudiste m'inquiète un peu plus. Le manichéisme de notre époque sur ce dossier ne serait peut-être pas si obscène s'il ne s'asseyait allègrement sur les centaines de milliers de cadavres de la guerre déclenchée par l'Oncle Sam dans la péninsule coréenne il y a 60 ans, tout comme les gloussements antiserbes de nos journalistes il y a 11 ans s'asseyaient sur les cadavres de la résistance serbe au nazisme. Légèreté et amnésie historique, ça fait quand même beaucoup.

 

Et finissons par la Biélorussie. Aporrea.org à l'occasion de la réélection de son président hier rappelle que ce pays est le plus industrialisé d'Europe de l'Est, une oasis que le capitalisme n'a pas ravagée parce que 51 % des gens sont employés là bas par des entreprises d'Etat. Du coup le PNB n'y a pas reculé en 15 ans comme il l'a fait dans tous les pays alentours. En outre j'aurais envie d'ajouter qu'il est le seul pays d'Europe à faire partie du Mouvement des non alignés. Ca ne fait pas de M. Loukachenko un saint (d'ailleurs quel gouvernement dans cette région mérite-t-il une auréole ?), mais quand même cela aussi mérite une place dans le regard que nous posons sur la carte de l'Europe, si nous voulons penser le monde d'une façon indépendante des think tanks étatsuniens.

 

Lire la suite

Mon positionnement sur des thèmes "identitaristes" : réponse à un lecteur de ce blog

19 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Le lecteur de ce blog Patrick C. m'a prié en 8 questions de bien vouloir préciser mon positionnement politique à l'égard de divers intervenants dans le champ du débat politique actuel, estimant que tant que je n'avais pas répondu à ses questions, ma grille de lecture demeurerait "confuse" à ses yeux. Comme je le dis souvent la clarté de ma grille apparaît surtout dans mes livres (par exemple 10 ans sur la planète résistante), mais je comprends que les lecteurs de ce blog n'aient guère envie de se lancer dans la lecture d'ouvrages.

 

Je vais donc répondre à Patrick C. dans l'ordre des questions qui me sont posées, tout en sachant que ses questions elles-mêmes trahissent un univers d'interrogation assez influencé par une certaine culture contestataire d'Internet et certaines problématiques assez typées (je veux dire que peu de gens hors de la blogosphère contestataire et hors des débats sur  l'identitarisme et l'ethnicisme s'interrogent sur des gens comme Alain Soral ou Kémi Seba). Les questions auraient pu aussi bien porter sur François Hollande, Dominique de Villepin, Lady Gaga ou le pape. Elles portent sur des personnalités qui correspondent à d'autres problématiques, j'y réponds comme elles viennent, ce qui ne signifie pas cependant que ces thématiques soient aussi centrales pour moi que les questions ne peuvent le laisser entendre. Mais tout bon citoyen doit être prêt à répondre librement et clairement aux questions politiques qu'on lui pose, c'est donc pour m'acquitter de ce devoir que je réponds ici (tout comme c'est aussi par respect de ce devoir que j'écris des livres et tiens à jour un blog).

  CSONU.jpg

Je précise que, sur la question ethnique, ma ligne est "plutôt Front de Gauche" au sens où je considère que la question sociale est primordiale, et je ne m'intéresse à la dimension "ethnique" (mot que je n'aime pas mais que l'on utilise par commodité sous l'influence anglosaxonne) ou culturelle que pour autant qu'elle crée des inégalités sociales : autrement dit, par exemple, le fait que quelqu'un est arabe ou noir ou occitan en France ne m'intéresse que pour autant que le regard porté par les milieux dominants sur sa couleur, sur sa culture, son accent etc. entraîne des discriminations à son égard ou contribue à le confiner dans des positions sociales inférieures. Mais je reproche au Front de Gauche de souvent refuser de voir en quoi le problème de la différence culturelle ou ethnique occasionne des inégalités et nécessite des mesures le prenant en compte spécifiquement (sans verser dans l'ethnicisme). De même d'ailleurs que je critique le Front de gauche pour son manque de sens de la défense des frontières des Etats, seul instrument de régulation possible du capitalisme mondialisé de nos jours, son manque d'enthousiasme pour le volet progressiste de l'histoire de France, son faible sens stratégique etc (mais on peut se sentir idéologiquement proche d'un mouvement tout en le critiquant beaucoup, surtout si les autres présentent des défauts encore plus rédhibitoires).

 

Tout ceci étant posé lançons nous.

 

1 - Dans plusieurs de vos articles présent sur ce blog, vous avez enscencé Houria Bouteldja, qui est poursuivis par la justice de notre pays pour propos racistes après avoir traité de "sous-chiens" les français dit "de souche" lors d'une émission télévisuelle en 2007. Que pensez-vous de son mouvement le P.I.R. et de sa ligne politique?

 

J'ai en effet rencontré plusieurs fois Mme Bouteldja en 2009, j'ai lu attentivement les productions du PIR, discuté de leurs initiatives et de leur évolution avec diverses personnes. J'en ai dit du bien à divers moments, tout en précisant ensuite, à d'autres endroits de ce blog, que je m'en suis éloigné. Pour résumer les choses, je dirais ceci.

 

Il y a trois dimensions qui m'ont intéressé dans ce mouvement. La première, c'est la volonté de placer la société française devant son ethnocentrisme (la prédominance des références "blanches" et chrétiennes) : un travail intellectuel intéressant qui était resté confiné jusqu'ici dans les cultural studies universitaires anglo-saxonnes ou leurs prolongement français. La seconde : une volonté de développer chez les immigrés issues de nos ex colonies et leurs descendants une conscience du fait que l'assimilationnisme teinté de paternalisme dont ils faisaient l'objet était le prolongement d'une domination coloniale (l' "indigénat") et une volonté par conséquent de se réapproprier l'héritage des héros des luttes anti-coloniales (à une époque où le néolibéralisme tente de l'occulter ou de le dénigrer). Troisièmement la personnalité d'Houria Bouteldja, dont j'ai apprécié la performance face à Alain Finkielkraut à Ce soir où jamais, m'a impressionné, ce qui prouvait "par le facteur humain" si l'on peut dire, que les idées qu'elle défendait pouvaient effectivement lui donner la force de dépasser les censures sociales que les intellectuels dominants imposent aux gens issus de son milieu : son assurance prouvait l'efficience d'une doctrine, tout comme, si on veut, la puissance de la lutte anticoloniale s'incarnait dans l'aplomb du discours de Lumumba face au roi des belges le jour de l'indépendance du Congo.

 

J'ai cependant pris mes distances à l'égard du PIR lorsque j'ai vu que ceux-ci tendaient à faire passer la différence culturelle avant la question sociale, à la différence de l'ANC en Afrique du Sud par exemple, notamment en dissuadant les "souchiens" d'adhérer au mouvement. Très logiquement ce différencialisme du PIR l'entraine à s'enfermer dans des replis sur soi intellectualistes (une atmosphère très Derrida, Quartier latin, postmoderne) et l'ignorance des luttes sociales comme celle pour la défense des retraites (alors que le démantèlement de l'Etat providence ne va faire qu'accentuer le racisme dont les adhérents du PIR s'estiment victimes et qu'il veulent combattre). Il faudrait donc que le PIR réintègre la question sociale comme le faisaient les mouvements anticolonialistes naguère.

 

Je préfère le positionnement de groupes comme Emergence, qui a présenté des candidats aux dernères élections régionales en Ile de France et qui tente de défendre les quartiers populaires sans distinction entre "souchiens" et "non-souchiens" et garder la question sociale au centre de ses préoccupations, tout en mettant en avant des revendications culturelles spécifiques destinées à répondre au problème ethnique que crée le racisme des dominants (lutte contre l'islamophobie par exemple).

 

Le mot "souchien" (délibérément déformé en "sous-chien" par les adversaires du PIR) ne me gène pas. C'est un terme inventé par un sociologue québecquois je crois. Il désigne ceux qui se revendiquent comme des Français de souche ou peuvent être traités comme tels par les institutions. Sa consonnance souligne l'absurdité qu'il y a à croire en la "souche" s'agissant d'un pays comme la France où tout le monde est peu ou prou issu d'une immigration ou d'un processus d'assimilation au terme d'une conquête. Il n'y a pas de "France de souche éternelle".

 

2 - Que pensez-vous de la ligne politique du M.D.I. de Kémi Séba, mouvement qui a fraternisé à plusieurs reprises avec le P.I.R?

 

Je ne connais pas bien le MDI. Il m'est arrivé de lire leur prose qui est souvent excessive et gratuitement polémique. Ils me paraissent radicalement ethnicistes, ce qui est en complète contradiction avec mon propre positionnement. Je ne sais pas s'ils "fraternisent" avec le PIR. Si c'est le cas, ça ne veut pas forcément dire que le PIR, lui, "fraternise" avec eux. La réciprocité ne fonctionne pas forcément. En tout cas il existe un risque qu'en perdant de vue la question sociale et l'idée d'un combat commun des classes dominées contre le capitalisme mondialisé le PIR effectivement finisse dans sous les mêmes latitudes que le MDI.

 

3 - Ou vous situez-vous, par rapport à la ligne politique de l'association Egalité et Réconciliation présidé par Alain Soral (gauche du travail, droite des valeurs,...) ?

 

Soral est un esprit imaginatif qui a tenté une aventure audacieuse : réconcilier les franges issues de l'immigration avec un prolétariat "souchien" massivement rallié au Front national. Il fallait un certain courage pour tenter cela, et j'apprécie que des gens s'engagent au risque de leur réputation et de leur intégrité physique sur des terrains compliqués comme il l'a fait. Mais je crois que lui et Dieudonné n'ont pas suffisamment étudié la situation politique de notre pays, peut-être parce qu'ils étaient issus du monde du spectacle et raisonnaient exclusivement en termes de slogans publicitaires et de polémiques superficielles (Soral n'est jamais autant en verve que dans la critique ad hominen de stars médiatiques de Besancenot à Attali, mais, passé l'effet humoristique, cela finit par tourner à vide).

 

Leur première erreur d'analyse tenait au fait que si le Front national capte en effet un électorat ouvrier, il s'agit d'un parti petit-bourgeois très occidentaliste, très ethnocentrique ("souchien"), xénophobe, et très atlantiste (la sauvegarde de l'intérêt de la France étant très liée, dans son idéologie, à la solidarité avec les Etats-Unis d'Amérique). Même si Jean-Marie Le Pen dans certaines de ses intiatives a pu évoluer vers un certain "non-alignement" (sur le soutien à l'Irak et à l'Iran par exemple); son parti est né au départ dans la mouvance atlantiste, et il y retourne très clairement maintenant sous la houlette de Mme Marine Le Pen, ce que Soral a dû lui-même admettre mais dont il ne tire pas les conclusions en abandonnant son entreprise E&R.

 

La deuxième erreur concernait les gens issus de l'immigration postcoloniale : il n'était pas juste, comme le leur demandait Soral, d'enterrer leur ressentiment historique contre les ex-colonisateurs alors même que les crimes de la colonisation commencent à peine à être sérieusement explorés. En Afrique du Sud, la réconciliation s'est bâtie sur le socle d'une transparence complète en ce qui concerne les crimes commis, et un aveu explicite des crimiinels. Quel soldat français de la guerre d'Algérie avoue aujourd'hui les crimes dont il fut témoin voire l'acteur ? Au contraire on force les victimes algérienne à se taire et on diabolise le drapeau algérien. C'est le contraire de ce qu'il faut faire si l'on souhaite une réelle réconciliation et restaurer comme le prétend Soral la grandeur du drapeau français.

 

Le slogan "gauche du travail, droite de valeurs" lui-même n'est pas bon. Que veut-il dire ? Que la gauche, le prolétariat, le monde du travail, n'a pas de valeur ? ou que la droite n'est pas le monde du travail ? Ca n'a pas de sens. Le projet de réconcilier le petit commerçant d'extrême droite et l'ouvrier au chômage issu d'une famille communiste a ses limites. D'abord parce que sur le terrain social, la PME reste un des espaces assez dur d'exploitation des salariés, un domaine où l'on applique le moins le droit du travail (même M. Fillon n'a pu imposer des conseils syndicaux dans les PME). De même les intérêts en matière de politique fiscale du commerçant et de l'ouvrier ne sont pas le mêmes.

 

L'idée d'une "réconciliation nationale" par delà la contradiction de classe entre le petit salarié et le petit commerçant n'a de sens que si on place la question de la domination internationale et le devoir de sauver la patrie au centre de tout. Cette mise entre parenthèses du pluralisme politique, des conflits de groupes, de la lutte des classes (ou la métamorphose de la lutte des classes en un combat contre la "surclasse" internationale, sur la base d'une lecture de Michéa) correspond à ce qu'ont voulu faire toutes idéologies d'extrême droite promues par des gens venus de la gauche, à commencer par le fascisme mussolinien, mais cela signifie qu'on dit aux ouvriers et employés : oubliez vos demandes légitimes tant que nous n'avons pas abattu le capitalisme international, ce qui n'a pas de sens. On ne s'étonne pas ensuite de voir qu'Alain Soral a dénigré le combat sur les retraites comme une simple "pièce de théatre" à laquelle il ne voulait pas prendre part.

 

Cette façon de suspendre la lutte des classes pour en faire un combat mondial contre une "pieuvre planétaire" s'accommode beaucoup d'une vision complotiste du monde, et d'une culture Internet qui ne prend plus trop le temps de réfléchir aux mécanismes concrets des relations sociales. On substitue à l'analyse précise et nuancées des faux scoops tapageurs sur l'action de tel ou tel club de banquiers qui transformerait tout le monde en marionnettes. Cela devient de la pensée magique, de l'irrationnel pur, de la fausse pensée critique. En fait c'est de la non-pensée, le culte de la dissidence pour elle-même, dont le contenu s'effiloche.

 

La thématique antisioniste dans ce contexte-là rejoint l'esprit de l'entre-deux guerres, tout comme la thématique anti-franc-maçon. On y reviendra dans les questions suivantes.

 

Pour en terminer avec la question de la mise entre parenthèses de la question des classes sociales, du clivage gaiche-droite et des conflits d'intérêt, je pense qu'elle n'est légitime, comme en 1942 dans le cadre du conseil national de la résistance, que ponctuellement et sur des objectifs précis : la sortie immédiate de l'Union européenne et de l'OTAN (comme le suggère l'Union populaire et républicaine - UPR), ou la défense de la langue française - encore que je soupçonne l'UPR de défendre la langue française contre les langues régionales et les langues des migrants, ce qui peut être une forme d'ethnicisme déguisée : selon moi il faut défendre un trilinguisme qui inclurait la langue affective choisie par le locuteur, la langue nationale (le français), et la langue internationale (anglais, espéranto, français, chinois etc selon les rapports de forces qui s'établiront).

 

Dans l'idéal j'aimerais que les diverses tendances des partis encore sensibles à la question nationales (Front de gauche, MRC, POI, DLR, République solidaire...) puissent concrètement suspendre la lutte des classes et le conflit droite-gauche sur l'objectif concret de sortie de l'Union européenne tant il me semble urgent de soustraire la France à cette structure antidémocratique.

 

4 - Pourquoi n'avez-vous pas évoqué sur ce blog, la tenue de ce samedi à Paris, des "Assises internationales sur l'islamisation de nos pays" ou la majorité des intervenants et du public sont des gens issus de la gauche républicaine et laïque, alors que les médias cherche à les faire passer pour "d'affreux nazis" sous pretexte qu'ils sont coude à coude avec le Bloc Identitaire sur cet ligne là?

 

Tout d'abord, je n'étais pas au courant. Je m'intéressais plus vendredi soir à la réunion du Parti ouvrier indépendant avec Louisa Hanoun, mais je n'ai pu y assister.

 

Ensuite, même si j'avais été au courant de ces Assises sur l'islamisation, je n'en aurais pas parlé et n'y aurais pas assisté puisque je ne pense pas qu'il y ait un risque "d'islamisation" massive de la France à court ni à moyen terme, et donc je ne vois pas l'intérêt de réunir des assises contre ce danger imaginaire. Ces assises sont selon moi sans objet.

 

Cela ne signifie pas que je diabolise ses participants ni que je les traite gratuitement de nazis (ce que je ne fais à l'égard de personne). Il en est même à cette tribune dont je puis apprécier quelques productions intellectuelles par ailleurs, comme Renaud Camus qui a rendu d'importants services à la langue française. Mais je crois que ces gens qui organisent des assises fabriquent des fantasmes contre des cultures et des groupes qu'ils connaissent mal. Ils ont peur ou cherchent à provoquer la peur chez leurs partisans et la peur n'est pas une bonne source d'inspiration en politique.

 

5 - Qu'elle est votre position par rapport à l'islam et à la montée de l'islamophobie, en France et en Europe?

 

L'Islam est un monothéisme universaliste intellectuellement intéressant, à l'origine très semblable au christianisme proche-oriental (notamment  le christianisme "hérétique" ou, disons, "dissident"). Le monothéisme radical est toujours une source de grands progrès éthiques pour les individus, mais aussi une source potentielle d'intolérance. L'Islam a eu dans l'histoire les mêmes tendances à l'intolérance que le judaïsme et le christianisme, et les mêmes tendances à l'ouverture et au compromis à d'autres époques à divers endroits (et encore aujourd'hui). La structure non-impériale de l'Islam (sans pape ni hiérarchie ecclésiale) est d'ailleurs plutôt un facteur d'ouverture et de tolérance en son sein. La société islamique initiale à l'époque du "Prophète" fonctionnait sur des principes contractuels et non légaux, liées à la base sociale du mouvement (des commerçants bédouins). Il est regrettable que le colonialisme, puis le néo-colonialisme occidentaux contemporain (en Palestine, en Irak, en Afghanistan, au Yémen, au Soudan etc) favorisent des replis conservateurs (je dis bien "favorisent" car ils ne sont pas l'unique facteur).

 

Les sociétés musulmanes traversent de très graves crises identitaires et sociales, avec des dissensions internes énormes entre modernistes et traditionnalistes (ou qui se croient tels), des dissensions qui peuvent même traverser un même individu. L'Occident doit se garder de toute ingérence maladroite vu le rôle qu'il a lui même joué, dans un premier temps, pour détruire les structures traditionnelles de ses sociétés, puis, dans un second temps, pour détruire les mouvements de gauche progressistes (communistes, nasséristes, bassistes) tout en soutenant les pires obscurantismes (Arabie Saoudite, Pakistan, Afghanistan).

 

foulard.jpg

A titre personnel, je souhaite que les peuples du Proche-Orient et d'Afrique du Nord évoluent vers des visions du monde religieuses ou athées qui les disposent à avoir la perception du réel la plus exacte possible, un système politique qui développe le "social empowerment", c'est à dire la possibilité pour les citoyens d'être sujets de leur destinée collective, et un comportement à l'égard de l'espèce humaine le plus solidaire possible. De mon point de vue, cette exactitude et cette solidarité s'atteignent plutot dans un cadre philosophique laïque voire athée. Mais je reconnais que l'athéisme ou la laïcité ont souvent produit de l'égoisme et de l'injustice et que des pensées religieuses ont parfois provoqué des avancées significatives sur la voie de la justice. Par exemple, j'ai cru comprendre qu'en Iran l'islamism a apporté des progrès sociaux inattendus (en matiere de droit du travail par exemple), ce qu'une révolution strictement laïque n'aurait peut-être pas été en mesure de faire (à supposer même que les laïques fussent assez puissants pour renverser le shah). De même l'alliance de l'Iran avec des régimes progressistes à forte sensibilité sociale comme la Biélorussie ou le Venezuela va dans le sens de l'émancipation des peuples. Les systèmes religieux peuvent donc avoir des effets plus progressistes qu'un esprit rationaliste comme le mien pourrait a priori le penser.

 

En tout cas ce n est pas aux Etats occidentaux qu'il appartient de définir ce qui est bon pour les autres peuples.

En revanche, à l'intérieur de nos frontères, oui, il nous appartient de décider de l'avenir de notre société, et donc de la place que nous voulons réserver à l'Islam. Cette culture touche près de 10 % de la population.Le choix de l'immigration fait dans les années 1960-70, à la demande du patronnat européen, à cause de l'ampleur numérique qu'elle a pris, fut une source de malaise autant pour les pays d'accueil que pour les migrants, et l'on a bien fait, dans les années1990, d'en limiter le volume. Mais la réalité de la présence des gens issus de l'immigration postcoloniale sur notre sol est irréversible.Parmi ces personnes beaucoup sont juridiquement ou se sentent complètement françaises. Beaucoup aussi ne se sentent ni d'ici ni de leur pays d'origine (phénomène de la "double absence" que l'on peut essayer de positiver sous la forme de la "double appartenance"). Il est évident que l'on ne peut les renvoyer dans nos anciennes colonies, et notre société a objectivement besoin d'elles. Mais elle ne peut pas les laisser confinées dans un malaise identitaire et social.

 

On ne peut pas s'abriter derrière une neutralité républicaine abstraite pour dénier le problème du racisme dont elles font l'objet (je pense surtout aux jeunes de sexe masculin encore plus qu'aux femmes d'après les statistiques de l'éducation et du chômage), et on ne peut pas s'abriter derrière une laïcité conçue à l'origine essentiellement contre le pouvoir de l'église chrétienne pour refuser que l'Islam, avec ses lieux de culte, ses pratiques alimentaires etc. ait sa place à part entière dans la culture française. Et je pense que les autres pays européens ont intérêt a faire aussi une place à l'Islam dans leur propre culture, dans l'esprit d'une laïcité inclusive, comme elle est pratiquée au Québec par exemple. Ils doivent aussi faire une place à l'hindouisme et à bien d'autres aspects de la nouvelle diversité culturelle de nos sociétés, sans oublier pour autant de valoriser l'héritage "souchien" (pour parler vite) de la France (catholicisme, protestantisme, judaïsme, courants philosophiques rationalistes, art de vivre issu de notre histoire millénaire, cultures régionales etc).

 

6 - Quel regard portez-vous sur la Franc-Maçonnerie française?

 

Je regrette l'existence d'une école de pensée qui met un tel point d'honneur à oeuvrer à l'abri des regards. Je pense qu'elle est moins puissante qu'on ne le croit, mais il est clair qu'un tel mouvement en privilégiant le secret nourrit beaucoup de fantasmes autour de lui. Il n'est pas sain pour la démocratie que des placés à des postes importants puissent s'entendre entre eux et se couvrir sur la base d'une entente sur la préservation du secret de leur appartenance commune à une organisation commune. C'est très malsain. Il n est pas normal que l'on puisse, en France, comme cela semble être le cas, une suppression de contravention, l'accélération d'un procès en justice ou une promotion de carrière parce qu'on est franc-maçon.

Par contre je ne crois pas que la franc-maçonnerie soit capable d'organiser des complots internationaux (d'ailleurs des complots contre qui et pour quoi ?) comme l'a longtemps cru une partie de l'extrême droite.

 

L'existence de la franc-maçonnerie pose plus largement la question du degré de tolérance que l'Etat doit avoir à l'égard de tout système d'entraide privé qui cache son mode de fonctionnement, y compris d'ailleurs des systèmes d'entraide syndicaux, partisans etc lorsque ceux-ci ne sont pas transparents.

 

7 - Faites-vous une différence et laquelle, entre l'antisémitisme et l'anti-sionisme?

 

Le sionisme est un projet colonial né dans la veine des nationalismes romantiques bourgeois. Il s'est imposé en Palestine au détriment des droits légitimes du peuple arabe qui s'y trouvait. Il a été encouragé par les Occidentaux qui y ont vu un moyen d'affaiblir le nationalisme arabe et garder un contrôle sur le pétrole du Proche-Orient, tout en se donnant bonne conscience à l'égard des gens de culture juive après le génocide commis par les nazis. Tout engagement contre le colonialisme est nécessairement antisioniste. Aussi, je suis favorable à la création d'un Etat palestinien sur l'ensemble de l'ancien mandat britannique à l'ouest du Jourdain et au droit au retour des Palestiniens exilés.

 

Selon toute logique cet Etat ne pourra exister que sur la base d'un compromis avec les citoyens israéliens qui représentent aujourd'hui plus de 40 % de la population de l'ancien mandat britannique et dont certains y vivent depuis des décennies. Il appartient aux sionistes et aux Arabes de Palestine de dessiner eux-mêmes les formes de ce compromis, mais la partie sioniste dans la négociation doit savoir en tout cas qu'elle ne peut plus compter sur le soutien des Occidentaux (sans quoi le poids occidental fait nécessairement peser la balance dans le sens de l'injustice). Il ne s'agit pas de "lâcher" complètement les Israéliens comme de Gaulle l'a fait des pieds-noirs (ce qui ensuite produit des OAS, et là il s'agirait d'une OAS surarmée). Il faut convaincre les Palestiniens de leur garantir un droit à rester en Palestine, mais en plaçant d'abord le droit de la Palestine à exister et le droit des Palestiniens à avoir des terres (et non pas, comme on le fait aujourd'hui, le droite d'Israël à sa sécurité, qui est en fait un pur slogan pour justifier la poursuite de la colonisation).

 

L'antisionisme n'a normalement rien à voir avec l'antisémitisme. C'est le refus d'un projet colonial que certains Juifs (mais aussi certains chrétiens) ont soutenu mais aussi que beaucoup de Juifs ont combattu et combattent encore (il faudrait d'ailleurs être très nuancé sur cette notion de "juif" que l'on emploie dans un sens nationaliste et communautariste des plus douteux).

 

Je m'inquiète en revanche de voir l'antisionisme utilisé dans des délires complotistes du genre "derrière chaque divorce il y a un sioniste" (pour ne citer que le plus caricatural), où on sent ressortir les mécanismes de pensée antisémites des années 30 plaqués sur la réflexion antisioniste. Sans oublier les amalgames "juifs-sionistes" que de plus en plus d'antisionistes pas très cultivés font, cela m'inquiète. Il faut revenir à un antisionisme raisonnable et qui refuse résolument toute forme d'antisémitisme.

 

8 - Pensez-vous que le mouvement du Hamas est un mouvement de libération qu'il faut activement soutenir?

 

A titre personnel j'aurais aimé que la principale résistance palestinienne fût un mouvement laïque. Mais les Occidentaux ont tout fait pour affaiblir la gauche palestinienne, et transformer l'OLP en vassal du gouvernement israélien. Ils ont aussi tout fait pour empêcher l'unité de se créer entre l'OLP et le Hamas, conduisant celui-ci à s'enfermer dans son bunker de Gaza pour assurer sa survie politique.

 

Hamas_flag2.png

Je n'ai pas beaucoup de sympathie pour le Hamas dont certains aspects (notamment certains points de sa charte) rappellent de mauvais souvenirs des années 30. Mais la politique à ce niveau là n'est pas affaire de sympathie. L'existence du Hamas, comme celle du Hezbollah, est aujourd'hui une garantie contre l'hégémonisme israélien au Proche-Orient. Ils sont des organisations militaires efficaces comme l'ont montré leurs succès face aux attaques israéliennes. En outre ce sont des structures d'entraide sociale très profondément ancrées dans les sociétés qu'ils représentent. Il faut inciter Israël à négocier avec eux, d'autant que si Israël boycotte le Hamas, comme autrefois il boycottait Arafat, la prochaine étape sera le développement du Djihad Islamique parmi la jeunesse palestinienne désespérée, et là, la négociation sera encore plus difficile. Enfin, bien sûr, je suis pour que l'embargo sur Gaza (auquel participe hélas la France) soit complètement levé car rien ne justifie les punitions collectives infligées à des civils - et en l'occurrence la punition est d'une très grande cruauté, puisqu'elle étouffe littéralement l'ensemble d'une société.

 

---- Voilà donc mes réponses sur tous ces points. Evidemment tout cela reste ouvert à la discussion, et si mes arguments apparaissent trop faibles je suis prêt à les réévaluer !

Lire la suite

Mensonges, mentiras, lies

16 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Lisez cette nouvelle qui fait la Une de la presse serbe aujourd'hui. Demandez vous pourquoi notre presse n'en parle pas et dans quel monde nous vivons...

 

FD

--------------------

Kosovo.jpg

 

Marty: Everyone knew about shocking crimes

 

16 December 2010 | 19:19 | Source: B92, Tanjug 

 

PARIS -- Council of Europe (CoE) Rapporteur Dick Marty addressed reporters today as his draft report on human organ trafficking was adopted.

 

The Swiss, known for his exposure of illegal CIA-run prisons in Europe, put together a damning report on allegations that Serb and other civilians in Kosovo were kidnapped in the wake of the 1999 war, and taken to Albania where their organs were removed and sold in the black market.

 

The document names current Kosovo Albanian PM Hashim Thaci, formerly one of the leaders of the so-called Kosovo Liberation Army (KLA), as being responsible for these, and other serious crimes.

 

As the CoE Legal Affairs and Human Rights Committee met today in Paris to adopt the report and draft acresolution that is expected to be debated in late January, Marty spoke to journalists during a news conference.

 

He stressed that he was "particularly shocked" to find out during his two-year investigation that a large number of people, and organizations, knew about the crimes but "did not wish to talk about it".

 

Marty noted that his report "said nothing new", and that "everybody knew about the crimes of the KLA".

 

What is new, the Swiss explained, "is that someone has said it, and put it in writing".

 

Marty told reporters that his task was to determine the facts related to a book written by former Chief Hague Prosecutor Carla Del Ponte - who first publicly mentioned the organ trafficking allegations in early 2008 - and that his job was "very delicate", because many people chose not to talk to him or his associates.

 

"The report simply determines that disturbing things have happened, that there is serious evidence that indicates the crimes did happen, that the crimes were committed by KLA members, and that to this day, these crimes have not been punished," Marty said.

 

The CoE rapporteur added that "these crimes have never been the subject of a serious investigation."

 

"Another revelation is that they include the territory of Albania. In that absolutely chaotic period in 1999 and 2000, that is, after the end of (NATO) bombardment and establishment of UNMIK, the KLA exercised power in the entire territory (of Kosovo), and that is when the crimes were committed. People were kidnapped, deported to Albania. You are aware that EULEX has opened an investigation related to secret prisons, Kukesh in northern Albania is mentioned there."

Marty went on to say that some parts of his report document "open ties between organized crime and politics, including representatives of the government", and that he was "not guided by rumors, but described the crimes based on many testimonies, documents and objective findings".

 

"Finally, we arrived at the conclusion that these events were known to many intelligence services from many countries. This was known to the police, to a large number of people, who would privately say, 'yes, I am aware of that', but who, for the sake of political opportunism, would decide to remain silent," he continued.

 

"What has shocked me is that most facts in this report were known to a large number of organizations, and yet that there was silence about it until this day. I believe that a future of a country cannot be built without truth, without insisting on truth and memory. There will never be peace between various communities if the principle of 'not wanting to know' continues," Marty warned.

 

-----------------------------------------------------------------

Post scriptum : Le Monde a enfin daigné commenter l'info mais le 17.12 (le lendemain) et surtout pour dénigrer le rapport de Dick Marty en se fondant pratiquement sur le seul avis... de mon ancien maître de conf' à Sciences Po Jacques Rupnik qui s'était déjà distingué en 1999 dans de brillantes analyses du genre "Milosevic est un fou suicidaire qui laissera anéantir son pays plutôt que de signer la paix avec l'OTAN". Circulez y a rien à voir on vous dit !!!!!

Lire la suite

Cinématographons autour du Venezolita

16 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca

Pour ceux que ça intéresse, Vanessa Stojilkovic, l'ancienne comparse du Robocop de la contestation internationaliste Michel Collon, vient de cinématographer autour du pays d'Hugo. Ci-dessous la bande annonce :

 

Lire la suite

Sterben und Sterben

15 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Une réaction à mon article sur la vie et la mort :

 

"J'ai lu ton texte il y a une semaine sans trouver le temps d'y répondre. Il m'a habitée cependant plusieurs jours car, comme je te l'ai déjà dit , je fais partie d'un groupe de travail sur l'accompagnement de fin de vie et j'accompagne un monsieur en fin de vie depuis un an...et oui! mourir ça peut prendre du temps...ce que tu m'as écrit m'a donc laissée pensive...


La mort n'a rien de silencieux. Du moins, si on se contente de la regarder en adoptant une posture de retrait...Que l'on soit "valide" ou handicapé mentalement, comme le sont les gens que j'accompagne, la mort réveille des angoisses. Quand vient le soir notamment. Il n'est pas rare, (en fait on le fait systématiquement) que l'on allume une veilleuse pour la nuit afin d'apaiser la personne.

Les angoisses peuvent amener la personne en fin de vie à gémir toute la journée...;si bien que cette musique lancinante berce et rythme tout le pavillon sans discontinuer...souffrance réelle? souffrance de l'âme? Il y a fort à parier que l'on se place sur les deux plans. Certes les morphiniques agissent aujourd'hui de manière efficace et l'on parvient à bien les doser. Idem pour les anxiolitiques qui permettent de calmer les fameuses angoisses...mais lorsque le corps est devenu décharné au point de ressembler aux fantômes sortant des camps de concentration à la fin de la guerre...on se dit que l'on est trahi par une part de soi...le corps n'est plus que peau reposant sur un squelette. Les escarres font leur apparition et la douleur vous ramène à la vie....mais quelle vie?

Je lisais hier un poème d'Emily Dickinson où elle disait qu'elle aimait le regard d'un mourant car il n'y a rien de plus vrai que ce regard...cette morbidité n'est pas à mon goût....trop "extrémiste" ...le regard d'un mourant est difficilement soutenable . Pour ma part, mon application à faire les soins d'urgence qui s'imposaent m'a permis de le soutenir, mais sans ce contexte, je ne sais pas si j'y serais parvenue...

Une personne qui meurt en s'étouffant ou en manquant d'air, ça n'a rien de silencieux... Une personne qui souffre...ça n'a rien de silencieux....

La seule 'belle mort" est celle qui vient te prendre dans ton sommeil?...et encore...est -on sûr qu'à l'instant fatidique la paisibilité demeure?...

Alors la mort est-elle silencieuse? Pas celle que j'ai pu accompagner...Pas celle de ceux que je vois errer dans les rues  (et crois moi, jeunes, vieux, ils sont de plus en plus en plus nombreux) Pas celle de ceux qui meurent de froid dans la rue car avant de s'eteindre, ils auront maintes hululé sous nos fenêtres ou insulter les passants...parce que vivre dehors ce n'est rien d'autre que vivre en surcis. C'est sans cesse se demander comment on va manger, où on va dormir, comment on va gagner 4 sous. C'est abandonner une part de sa dignité en faisant ses besoins entre deux voitures ou dans des buissons. C'est à devenir fou...beaucoup le sont d'ailleurs! Mais ne faut-il pas au moins cela pour pouvoir tenir?

Comme le dit un des médecins en soins palliatifs avec qui nous travaillons en collaboration: "mourir est une épreuve"...comme si la vie ne nous en avait pas offert d'autres avant....

Je te livre ma pensée un peu pêle-mêle...mais ce qu'il faut en retenir je crois, c'est que pour moi la mort n'est pas silencieuse si peu que l'on tend l'oreille..."

Lire la suite

Régionalismes, particularismes, "nos ancêtres les Gaulois"

14 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Difficile de décrire ce qu'est une colonisation culturelle quand le peuple colonisé est bien nourri, n'a pas subi de vol de terres, bref, vit en apparence plutôt bien.Je pense à la colonisation de la France du Sud.

 

On vous dit "Tout cela n'existe pas. Ou alors tout le monde est acculturé : nos banlieues où personne ne se souvient de l'histoire des lieux sont acculturées, toute la France est acculturée par la culture Mac Do, le monde est acculturé etc".

 

Difficile d'expliquer qu'il y a un problème spécifique au Sud de la France.

 

Je l'ai déjà écrit sur ce blog : je vois dans ma région beaucoup (le Béarn) de signes du colonialisme culturel comme  l'enfermement des gens dans la culture du sport et de la bonne bouffe, la  conviction qu'ils ont tous que le savoir est illégitime, qu'ils sont hors de  l'histoire etc.

 

drapeau-b-arn.png

Ca se combine avec des phénomènes sociologiques - fuite des élites, désindustrialisation etc on ne se demande jamais pourquoi la France du Nord est si féconde en ce moment  (pas seulement ses immigrés, les normands, les franciliens de souche etc) et pas celle du sud - c'est à étudier (même si je suis loin de soutenir que dénatalité et crise de la culture vont nécessairement de pair, mais dans un pays où la protection sociale et le statut de la femme sont les mêmes du nord au sud on peut se poser des questions).

L'acculturation des banlieues est un peu différente de celle du sud. Dans le sud c'est la désertification, dans les banlieues ce sont les déplacements de population. L'acculturation par le capitalisme globalisé est une autre dimension qui se surajoute au reste.

 

L'acculturation des banlieues fait l'objet d'une attention politique et médiatique plus soutenue du fait qu'elle concerne une population jeune, active, et qu'elle touche en partie aux relations internationales.

 

Celle de banlieue et celle du sud ont en commun un rapport avec une spoliation historique.

 

Au fond de tout cela il y a un vide qui n'est pas seulement lié à l'affaiblissement de l'Etat central. C'est un vide lié à la colonisation, exactement comme celui que décrit Naipaul quand il parle des Indiens et des Noirs des Caraïbes. On a détruit les institutions de la France du Sud (pour ne prendre que cet exemple), pendant deux siècles, mais nous savons bien, nous sentons bien, que la culture française "universelle" qu'on a voulu imposer à la place venait recouvrir une destruction.

 

Bourdieu qui n'aimait pas les régionalismes a écrit quelque part qu'une culture française du sud s'est créée (au 19ème siècle) en lieu et place de la culture occitane détruite, et que cette culture, avec son accent spécifique, est tout autant méprisée par la France du Nord que l'était la culture occitane disons juste après l'annexion du Languedoc.

 

On peut reprocher à la culture dominante de ne toujours pas "réparer" l'injustice, en n'intégrant pas "sérieusement" à son point de vue l'histoire telle que la perçoit le sud de la France, et en se bornant à folkloriser sa culture.

 

A l'inverse, on peut reprocher aux régionalismes beaucoup d'erreurs : leur foi en l'Union européenne (qui en fait les instruments objectifs de l'impérialisme étatsuniens, heureusement certains groupes sont de plus en plus ouvertement anti-OTAN, et bientôt j'espère anti-europe comme Libertat), la construction d'artifices comme l'occitanisme, et, au sein de cette construction, la création de nouveaux mythes potentiellement ravageurs.

 

vrcg-copie-1.jpg

"Mes ancêtres n'étaient pas les Gaulois mais les Aquitains" me disait un ami béarnais il y a peu. Moi aussi je disais cela il y a dix ans, mais c'est là un nouveau mythe qu'il faut dénoncer. Car à y regarder d'un peu plus près l'affaire est plus complexe qu'il n'y paraît.

 

Le patriotisme français empreint de nationalisme universitaire nous a imposé des simplifications outrancières comme "nos ancêtres les gaulois". Les réponses apportées à cet excès sont tout aussi fausses.

Les régionalistes basques veulent imposer aux Gascons un "nos ancêtres les protobasques" (cf le Que-sais-je "les basques") sur la base d'une toponymie douteuse qui assimile au basque des noms qui peuvent être ibères

Les occitanistes gascons défendent un "nos ancêtres les aquitains" qui est tout aussi faux.

Oui, César a écrit qu'au delà de la Garonne il combattait les Aquitains et pas les Gaulois. Mais quand on sait ce qu'était la géographie en son temps (cf la carte romaine des Gaules reconstituée par Goudineau), ce témoignage n'a pas en soi une valeur probante (pas plus que sa décision de fixer au Rhin les limites de la Gaule)

Ce qui est sûr c'est qu'en effet l'Aquitaine était une terre plus "mêlée" de la future Gaule "celtique" (les romains diront aussi la gaule lyonnaise), ce qui peut justifier qu'on la distingue du reste de la Gaule - comme on distingue la
Galilée, autre terre de sangs mêlés (et à vrai dire, surtout de cultures mêlées), de la Judée.

De ce point de vue là l'Aquitaine était comme l'Espagne du Nord (la Cantabrie disaient les Romains), avec ses "celtibères" (encore une invention académique un peu arbitraire).

Mais n'oublions pas qu'il y avait beaucoup de Gaulois (mot latin), de Celtes (mot grec strictement synonyme) en Aquitaine ! Burdigala (Bordeaux) est une ville celte. Turba (Tarbes) est un mot celte (même si Iluro - Oloron - et Elimberrum - Auch - sont plus ibériques ou protobasques). Le principal peuple d'Aquitaine, les Tarbelles dont le grand oppidum était Dax (Aquae tarbellicae) mais qui couvrait aussi le nord du Béarn, était un peuple gaulois,
celte (comme étaient gaulois et celtes tout le nord de l'Italie, une partie des Balkans, et le centre de l'Anatolie...). Il y avait donc beaucoup de gaulois (de celte) dans l' "identité" aquitaine, même si ce n'est pas au sens "nationaliste français" du terme. Toutes ces questions demandent beaucoup de finesse et de prudence. Mais le manichéisme objectif de l'action politique et les (auto-)censures auxquelles condamnent les structures de domination dans la société ouvrent difficilement la voie aux nuances et à la complexité.

 

-------------

NB : j'aborde un peu tout ça, sur le ton de la comédie, dans mon roman "La révolution des montagnes"

Lire la suite

L'Algérie et nous

14 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Voici une vidéo comme il en circule quelques unes sur Internet. Je ne suis pas d'accord avec ce qui est dit sur la volonté de Charles X d'acheter son électorat (même si c'est vrai - c'est une thèse de Péan - ça me paraît anecdotique). Ce dont tout le monde devrait se souvenir, c'est que l'invasion de l'Algérie par la France (et ça Wikipédia l'explique très bien) est liée au fait que l'administrateur turc d'Alger fut le seul à reconnaître la République française en 1793, à lui fournir du blé et lui prêter de l'argent. Cette générosité fut à l'origine d'un litige entre Alger et la Restauration monarchique sur le remboursement de la dette (litige auquel est directement lié l'affaire de l'éventail). Ainsi Alger comme Saint Domingue ont payé lourdement sous Charles X leur enthousiasme pour la Révolution française.

 

Pour faire bonne mesure, après cette vidéo, je colle le témoignage de Mme K sur la guerre d'Algérie. Un de ces témoignages qu'il est difficile d'écrire, et pour lesquels il n'y a guère d'espace dans le monde actuel (alors que Mme Le Pen, elle, a tout l'espace qu'elle veut). Mme K n'a trouvé l'occasion de l'écrire que dans le cadre d'une de ces festivités théatrales cathartiques qu'on organise parfois en banlieue (mais qu'on organisera de moins en moins maintenant que l'Etat assèche les budgets des collectivités locales). Un témoignage qui doit nous faire respecter les couleurs du drapeau algérien, comme celles du drapeau de la Palestine et celui de la Révolution française. Des drapeaux qui ont flotté pour s'insurger contre le mépris et réparer des spoliations.

 



"Moi,
je me souviens :
-fusillade, morts, sang, cris….
- chars
- retenue à l’école….

Je me souviens :
- des pas des soldats, du chocolat donné par ces mêmes soldats
- ces soldats qui nous ordonnent de sortir de nos maisons,
- fusils et baïonnettes pointés en notre direction….

Je me souviens de la terreur qui se lit sur les visages de nos proches…
Je me souviens du pan de la robe de ma mère avec lequel je me cachais
Les pleurs de ma sœur..

Je me souviens de nos regards apeurés, innocents, ne sachant ce qui nous attend..
Je me souviens des bousculades, on nous rassemble, femmes, hommes, enfants , vieux, bébés sur un terrain vague près de l’hôpital de Nédroma, ma ville natale…
Il fait chaud, très chaud, les bébés pleurent, on a soif, on a faim, on est parqué en plein soleil pendant des heures et des heures…
Il y a un monde fou, on attend quoi ?? Un hélicoptère, le général de gaulle ??

Je me rappelle des coups de feu, une bombe….Les gens courent, se piétinent, pleurent crient…

Ma mère nous saisit par la main et nous crie, ne regardez pas, courrez, courrez….

La mère pleure, son père et son frère (âgé de 16 ans) sont en prison, le grand frère tué par les soldats français, la mort dans la famille se succède…. Un oncle, un cousin, un frère, un neveu…

Je me souviens des hommes voilés (haïk) comme des femmes qui venaient souvent à la maison, j’entends souvent « Moudjahidines » .

Je n’oublie pas la détresse, le désespoir , la tristesse et l’impuissance de ma mère devant l’arrestation de mon père qui s’était caché sur la terrasse et que les soldats l’ont fait sortir avec des coups de pied et baïonnette pointé sur le dos tout en lui disant, la main sur la tête et lui crie avance…. Avance…plus vite que ça…

Je me souviens jouer avec mes petites voisines: Rachida, Farida , à la poupée en chiffon que je fabriquais avec 2 bâtons de bambou , de la laine de couleur pour les cheveux et du coton pour le corps, habillée avec les chutes de tissus que ma mère jetait..

Je me souviens des billes que je lançais avec aisance et fierté avec les garçons : Fethi, Rahmi et Jamel,
Je me souviens de la corde à sauter, de la balle à lancer en chantant « à ma balle…..
Je me rappelle de la radio que mon père écoutait, l’oreille collée, le silence absolu….

Je me souviens de la venue de mon grand-mère, oncles et tantes fuyant le village, le deuil….
Je me rappelle de ma robe « vert, blanc, rouge » et pantalon, chemise et cravates de même couleur que ma mère confectionnaient en cachette, en silence….

Je me souviens du lance pierre que mon frère (allah y rahmou) utilisait pour casser les lampadaires de la rue Sidi Bouali où nous habitions..pour que les Moudjahidines puissent venir sans être vus…

Je n’oublie pas le jour où , enfin, j’ai vu ma mère rire, courir, pleurer avec les voisines Zakia, Ghoutia, Amaria, Leila, en brandissant les drapeaux en criant à tue tête « Tahia Houria, Tahia eldjazair, l’hymne national…, kassaman et les youyous…

Mon père est revenu mais pour longtemps, il est parti en France je n’ai rien compris…
Les grands parents pleurent, nous partons aussi….
Je me souviens des valises, couvertures entassées dans une petite voiture direction Oran, puis train.. Je me souviens du froid, de la neige… Paris..
Mon père est là….. Nous sommes heureux…

Nous sommes des enfants victimes d’une guerre, des enfants perdus, sans repaire , à la recherche d’une vérité cachée, à la recherche d’une identité .. Français- Algérien /Algérien-Français ?? Emigrés, clandestins et sans papiers….
Mme K"
Lire la suite

Actualités : l'extradition d'Aurore Martin, le mitterrandisme d'Henri Emmanuelli

11 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

Comme le blog d'Edgar "La lettre volée", et comme "rue89", je m'indigne de voir une citoyenne française extradée vers l'Espagne en vertu d'un mandat d'arrêt européen, et qui plus est elle serait jugée en Espagne pour son appartenance à un parti illégal outre-pyrénées mais légal en France sur la base d'un délit d'opinion. Il existe une frontière au niveau des Pyrénées. Certains croient oeuvrer à son dépassement en versant dans le n'importequoïsme européiste, et ce faisant ils rognent une fois de plus les libertés des citoyens.

 

La fédération du parti communiste des Pyrénées-Atlantiques tient une position assez juste dans son communiqué à ce sujet et rappelle que cette extradition est le fruit d'une modification de la constitution française en 2003 que le PCF a été le seul à combattre.

 

Puisque nous en sommes à parler du PCF et de la gauche, je dois dire que je suis fort sceptique en ce moment sur les chances politiques de la gauche de la gauche, et même de la gauche largo sensu, pour 2012.

 

A gauche de la gauche, il reste un problème structurel : un PCF qui compte beaucoup de militants, mais dont le nom fait fuir les électeurs. Du coup, à supposer même que la mode Mélenchon se perpétue dans les médias, les militants du PCF, eux, n'auront pas trop envie de coller des affiches pour un candidat du PG (parti auquel ils ont déjà offert de beaux postes d'élus locaux) et préfèreront imposer un Chassaigne ou un autre candidat de ce genre, qui fera 2 % des voix... La malédiction de 2007 toujours présente.

 

Au PS ça ne va guère mieux. Mélenchon explique dans son blog cette semaine que le PCF et le PG ont fait voter à l'assemblée nationale une proposition de loi contre le contrôle par la commission européenne des budgets nationaux. Votre pour ce projet : 23 députés - PCF + PG et.... Henri Emmanuelli au PS. Mélenchon dit qu'il sauve l'honneur. Emmanuelli, le béarnais Emmanuelli. Quand je l'écoute dans son université d'été sur son blog, je l'entends parler de "révolution citoyenne" comme Chavez, et nous expliquer que si tous les mécontents du PS venaient nourrir l'aile gauche de ce parti (qu'il est censé incarner) celui-ci redeviendrait jaurésien ! Cela sent l'ecroquerie mitterrandienne à plein nez. D'ailleur Emmanuelli a les tics de langage de Mitterrand son mentor, notamment sa façon de placer des "quoi" à la fin de ses phrases. Mauroy avait ça aussi. Typiquement socialiste, le "quoi" en fin de phrases sonne pour le "peuple de gauche" comme la voix de la trahison de 1983... J'en ai confirmation quand je regarde la vidéo ci dessous où Emmanuelli tacle Mélenchon en disant qu'il se plaignait moins quand il est sénateur socialiste (ce qui est faux, je me souviens des billets sur son blog du temps où il s'évertuait à demeurer dans ce parti) et reconnait que, bien qu'il soit en désaccord avec Strauss-Kahn, il doit bien malgré tout tenir compte du fait qu'ils sont dans le même parti ! O l'odieux réflexe de l'apparatchik ! Comptez sur lui ensuite pour résister au pouvoir de la finance internationale...

 

Lire la suite

Un mot sur Renán Vega Cantor

10 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Je vous ai indiqué récemment que j'étais en contact avec une étudiante colombienne intéressée par l'Atlas alternatif, qui proposait de me mettre en contact avec Renán Vega Cantor des éditions Pensamiento Crítico à Bogota.

 

Pour moi quand on évoque la Colombie, je songe toujours à un pays "de la ligne de front" qui est un des trois principaux bénéficiaires (avec Israël et l'Egypte) de l'aide militaire étatsunienne et où Obama veut construire sept bases militaires. Pas étonnant qu'on y prenne l'Atlas alternatif plus au sérieux qu'à Paris.

 

Les promesses de publication à l'étranger généralement ne mènent à rien (sauf si on aligne de l'argent, mais en ce qui me concerne ça ne peut être le cas), mais c'est une occasion de découvrir des personnalités, des parcours de vie qui reflètent diverses possibilités existentielles sous des latitudes qui ne sont pas les nôtres. J'ai donc jeté un coup d'oeil à ce qui se disait sur Internet, sur ce Renán Vega Cantor.

 

Voici ce qu'en dit Rebelion.org : son parcours politique commence à 17 ans, en 1975, dans une grève des étudiants du collège salésien  d'un quartier populaire de Bogota (ui même est issu d'une famille de paysans pauvres). En 77 il a intégré l'université du district de Bogota pour y être formé en sciences de l'éducation (doctorat), puis à l'université d'Etat en économie, ainsi qu'en histoire. Après un DEA il a étudié à Paris pendant une année et écrit un essai sur la sécession du Panama.

 

Il a publié 22 ouvrages dont un sur la constitution d'un syndicat dans l'industrie pétrolière bolivienne, et un travail important sur les luttes sociales en Colombie entre 1900 et 1930 (Gente muy rebelde). Dans son interview il dit n'avoir pas cessé d'être marxiste même quand les intellectuels de sa génération ont commencé à se droitiser.

 

Chavez lui a remis le prix critique Libertador 2007 avec une dotation de 150.000 $.

 

Je trouve qu'il est intéressant de souligner que ce chercheur parle français et qu'il a effectué une partie de son cursus à Paris, ce que n'a pas manqué de mettre en exergue l'étudiante qui m'a contacté via Facebook. Cela doit nous rappeler une fois de plus le rôle important qu'a joué notre pays encore récemment (les années 1980) pour le maintien et le développement de la pensée critique dans les pays du Tiers-Monde, et donc la responsabilité collective que nous avons à défendre le non-alignement de la France, dans l'intérêt gééral de l'ensemble des peuples.

 

Voici une vidéo où il tient une discours pas politiquement correct sur le 11 septembre et l'Irak (tiens au fait je n'ai pas encore trouvé son nom dans Le Monde diplo...)

 

Lire la suite

Le Louvre

9 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Le croirez-vous ? Hier j'ai payé un billet d'entrée au Louvre uniquement pour aller photographier une statue de Chrysippe de Stoles pour la future couverture de mon livre - que j'espère bien faire paraître en 2011 !!! C'était mon petit luxe à moi, m'offrir le Louvre juste pour une photo (et n'avoir pas ensuite à m'interroger sur les droits d'auteur dans cette société bouffée par les querelles juridiques).

 

Je dois dire que j'ai été émerveillé par la nouvelle organisation du Louvre. Toute cette fluidité, plus aucune file d'attente nulle part, alors qu'il y a vingt ans on faisait la queue dans la cour d'honneur devant la pyramide sosu la pluie pendant des heures. Franchement certaines choses progressent en France et c'est heureux. Je suis moins enthousiaste en revanche pour les pubs sur le futur Louvre "délocalisé" dans le golfe arabopersique... La France se vend, se prostitue. M. Sarkozy "fier" d'avoir décroché de meilleurs contrats qu'Obama en Inde. Il n'y a plus que ça qui compte.

 

Ce musée est réellement magnifique. Mélenchon dit que la dette doit être rapportée au capital et que le capital de la France n'est pas évaluable : le Louvre n'a pas de valeur. Il n'a pas tort.

 

P1020737.JPG

"Le Louvre et ses pillages" ajouteraient les Italiens qui n'ont pas digéré que Paris garde la Joconde. C'est vrai que même les Antiquités romaines issues des collections italiennes sont impressionnantes. Mais tout n'y est pas que fruit du vol et des rapines. Les tableaux de David sont du pur génie national. Quelle valeur cela aura-t-il le jour où plus personne ne croira à la culture ? Voilà la question. Mais bon, puisque les écoles françaises sont mauvaises (selon un classement récent) on peut espérer que les Chinois prennent le relais dans la valorisation du passé, et qu'ils cultivent à leur tour le fétichisme de nos oeuvres d'art, tout comme ils se convertissent en ce moment à notre christianisme, et font ainsi monter la valeur du Crucifié à la bourse internationale des croyance, là où les Irakiens (par exemple) jouent cette valeur à la baisse en faisant fuir ses adeptes.

 

Je n'ai effectué aucun détour par les tableaux. Seul Chrysippe m'intéressait. Evidemment les gardiennes beaufette ignoraient où il se trouvait. J'ai quand même fini par le dénicher. Je l'ai mitraillé comme un paparazzi. Une statue du IIème siècle après Jésus Christ trouvée en Anatolie, copie d'un original athénien. J'aurais eu tort de me gêner. Chysippe, le grand Chrysippe, deuxième scolarque de la Stoa, qui le premier commenta un tableau pornographique qui mettait en scène la fellation qu'Héra offrit à Zeus (je crois vous en avoir déjà parlé dans ce blog), Chrysippe qui choqua son époque, comme doit choquer tout bon philosophe qui se respecte, mais que ses adversaires accusaient comme Alain Minc de plagiat (ou plus précisément de consacrer la moitié de son oeuvre à citer ce que disaient les autres).

 

Quel que fût mon intérêt pour cette sculpture, mes yeux n'ont malgré tout pu ignorer la statue de Germanicus, celle de Trajan, ni ce magnifique trio de Grâces, si délicat, que j'ai eu la tentation de photographier aussi (mais le passage incessant des touristes autour d'elles m'en a dissuadé). Les esthètes s'eniivrent au Louvre à longueur de journée. Moi, trop de beauté me fatigue, et peut-être mes origines plébéiennes nourrissent-elles en moi une forme d'hostilité à l'égard de tous les musées. Je me suis donc enfui assez vite, après un rapide déjeûner au carré des restaurants qu'on trouve sous la pyramide. Il faut bien que le fait de vivre à Paris nous apporte quelques avantages.

Lire la suite

Le Royaume d'Espagne compte un Répubicain de plus, et le Béarn va bien

8 Décembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Hier matin, juste avant la tempête de neige parisienne, je suis allé chercher mon passeport espagnol. Me voilà titulaire de la double-nationalité. Un petit luxe que je me suis offert maintenant que c'est permis, par fidélité à l'égard du combat de mo grand-père paternel chassé d'Espagne par le fascisme.

 

don_quichote300.jpg

Une infidélité à la France ? Non point. J'aime sans doute plus ce pays que la plupart de nos ministres qui la vendent aux Etats-Unis en ce moment - voir la belle citation d'Asselineau "si vous ne voulez pas servir les intérêts de la France, vous servirez ceux des Etats-Unis". Mais je serai doublement patriote, jusqu'au jour où cela deviendra illogique et, alors, je ne défendrai plus que le pays dont je parle la langue depuis le berceau et qui m'a instruit : la France.

 atlas_alternatif_ptb.jpg

Mais bon, il faut admettre que celle-ci me traite fort mal en ce moment. Hier sur Facebook un colombien était prêt à me livrer les clés d'un contrat pour la parution en espagnol de l'Atlas alternatif à Bogota. Le tout a été négocié en 10 mn chrono. Je peux faire la part de l'enthousiasme sans lendemain de cet échange, mais il est troublant de susciter tant d'intérêt à des milliers de kilomètres de distance quand, dans la ville où l'on habite, on n'a jamais reçu le moindre soutien : car enfin, quel journal en France, et même quel blog a parlé de l'Atlas alternatif à sa sortie ?

 

Mais revenons à l'Espagne, bien sûr j'ai des réticences face à un pays où les gardes civils forcent les controleurs aériens à reprendre leur travail sous la menace d'un pistolet et où les routes sont encore bordées des fosses communes des Républicains de 39. Mais le mouvement républicain y renaît de ses cendres sous l'imposture monachique vantée par les Etats-Unis (selon Wikileaks), et le village de mon père, coeur de la révolution anarchiste décrite dans Land and Freedom, et où les rues arborent les noms de Franco, de Primo de Rivera, de Mola, fait sa petite révolution tranquille sous l'impulsion d'un nouveau maire du Parti régionaliste d'Aragon (PAR).

 

1couv_montagnes-copie-1.jpgEt ma nationalité béarnaise me direz-vous ? Car je dois bien en parler, n'est-ce pas, à vous qui me renvoyez sans cesse à mon accent et à mon illégitimité méridionale... Ce petit Montenegro pyrénéen qui faillit plusieurs fois réunir sous son autorité toutes les grandes villes du coin de Bayonne à Perpignan, et peut-être même sur l'autre versant des montagnes, se porte bien. Mais sa langue se porte mal. Dimanche sur Radio Pais, j'endendais l'ex député socialiste Georges Labazée s'exprimer dans un béarnais très mêlé de gallicismes, j'étais un peu triste pour elle. Sur le fond je l'entendais dire que les Pyrénées Atlantiques basculeraient peut-être dans l'escarcelle du PS aux prochaines cantonales, une première historique quand on sait combien le Pays basque conservateur avait jusque là contribué à ancrer le département à vall-e-d-ossau.jpgdroite, même en 1981. Mais tout change, même la Bretagne et le Pays Basque, surtout depuis que le PS n'est plus à gauche.

 

L'élue pour laquelle je travaille en banlieue parisienne est basque. Elle m'avait dit en riant lors de notre première rencontre "Vous êtes béarnais, les Basques et les Béarnais ne peuvent pas s'entendre". Historiquement elle a raison. Mais dans le cas particulier elle a tort. Je l'apprécie beaucoup, et il n'y a eu aucune tension entre nous depuis un an. Je lui avais passé la Révolution des Montagnes, j'ignore si elle l'a lue. Elle qui était au Mouvement des citoyens naguère a adjoint son nom de jeune fille basque au nom français de son mari, et le drapeau de l'Euskadi pend au rétroviseur de sa voiture (quoique je connaisse plus de mots basques qu'elle, et pourtant j'en connais très peu). Un signe des temps je suppose.

 valmy_.jpg

La nouvelle France plurielle, le jour où elle sortira de l'OTAN et de l'Union européenne, devra composer avec tout cela !!!

 

Lire la suite