Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Conférences sur l'Islam

7 Octobre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Conférences vidéos de résistants

Quelques vidéos d'une journée de conférences à Nanterre à laquelle j'ai en partie assisté (le matin). Source
http://conscience-musulmane.over-blog.com/

 

J'en profite pour réitérer ici mon hostilité totale à la loi sur la burqa.

 

 

 

 

Lire la suite

Sous le soleil libéral exactement

5 Octobre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Je  ne suis pas fan de la revue Books qui diffuse la propagande libérale anglosaxonne en France (une revue qui parvient à faire de temps à autre l'éloge de BHL c'est tout dire), mais j' apprends toujours beaucoup de choses en la lisant et reconnais en la parcourant (tout comme lorsque j'ouvre The Economist) ce que Marx avait mieux compris que ses disciples : le libéralisme est un système prodigieusement intelligent et efficace (au vu des fins qu'il se donne) et le combattre constitue un défi terrible. Je recommande à ceux qui y sont abonnés l'interview de Matt Ridley et l'article sociologique remarquable sur les origines de Facebook.

 

engrenage.jpg

Je pense, comme Ridley, que sur un plan quantitatif l'humanité va vers du mieux, et de ce point de vue, je n'adhère aucunement au catastrophisme apocalyptique en vogue chez certains écolos, les gauchos, et l'extrême droite, comme ce fut le cas aussi au 19ème siècle. En revanche, à la différence des libéraux, je crois que ce progrès va s'accompagner d'une forme de totalitarisme, dont précisément des réalités comme Facebook sont la préfiguration. C'est une idée qui prévalait déjà dans la critique du bureaucratisme des années 1930 et des années 1960 : le progrès matériel et la rationalisation de la vie en société appauvrissent la diversité humaine et l'originalité de chacun (ne serait-ce que parce que cette rationalisation démonte beaucoup de mythologies personnelles que tout un chacun pouvait auparavant échaffauder). Autrement dit, l'humanité se portera mieux, brassera plus d'informations sur sa situation, sera plus lucide sur ses intérêts, mais se montrera selon toute probabilité plus conformiste, plus égoïste, plus résignée devant les injustices, plus désinvolte et moins sensible à la qualité du style personnel, à la recherche d'une noblesse individuelle qu'elle ne pouvait l'être dans le passé. Voilà vers quel horizon le libéralisme nous conduit.

 

NB sur l'apport d'Internet à notre temps on peut aussi lire une interview de Dominique Cardon ici.

Lire la suite

Out of Internet

3 Octobre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Lorsque je vois exploser mes stats sur l'article "Mehlang Chang" je me dis que je me suis planté complètement quand j'ai cru qu'Internet pouvait être un support pour ce que j'avais à exprimer. Sur Internet je ne peux faire passer que le moins important, le plus superficiel, et encore, c'est dans ce qu'il y a de plus superficiel dans le superficiel, dans le reliquat le plus grégaire et le plus inintéressant que les lecteurs se retrouvent le mieux. C'est une grave erreur que de croire que ce média puisse véhiculer autre chose que de l'instinct grégaire (y compris la grégarité de la fausse dissidence).

 

Bon, allez, encore un mot et une vidéo pour illustrer le totalitarisme du "sympa" qui étouffe notre époque, sur Internet et à la TV, un numéro de deux (mauvais) clowns qui, par le rire, tentent de museler leurs critiques (et y parviennent en grande partie).

 

Lire la suite

Out of metaphysics

1 Octobre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

"Les lignes qui précèdent voudraient reculer le moment où je me poserai cette question : si elle ne se fût battue contre le peuple qui me paraissait le plus ténébreux, celui dont l'origine se voulait à l'Origine, qui proclamait avoir été et vouloir demeurer l'Origine, le peuple qui se désignait Nuit des Temps, la révolution m'eût-elle, avec tant de force, attiré ? En me posant cette question je crois donner la réponse. Qu'elle se découpât sur fond de Nuit des Commencements - et cela, éternellement, la révolution palestinienne cessait d'être un combat habituel pour une terre volée, elle était une lutte métaphysique. Imposant au monde entier sa morale et ses mythes, Israël se confondait avec le pouvoir. Il était le Pouvoir. La vue seule des pauvres fusils des feddayin montrait cette distance incommensurable entre les deux armements : d'un côté peu de morts ni de blessures graces, de l'autre l'anéantissement accepté et voulu par les nations européennes et arabes." (Jean Genet, Le captif amoureux, Folio Gallimard p. 239)

 

C'est justement de ces projections métaphysiques sur le Proche-Orient qu'il faut se défaire.

 

Lire la suite

Top 10 des articles de mon blog les plus lus

1 Octobre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

1. Mehlang Chang
2. Femmes noires, regards de Blancs
3. Roudinesco et Onfray
4. A propos des salons de massage chinois (suite)
5. Une femme à Berlin - Journal 20 avril-22 juin 1945
6. Une hardeuse dissidente
7. Bricmont, Chomsky et la loi Gayssot
8. Sex and Art, Dirty Diaries
9. L'Empire n'a pas de scrupules
10. MacKinnon prend des rides

 

jeu_dames.jpg

Sans surprise, dans le Top 10, 5 sujets plus ou moins en rapport avec la sexualité (beaucoup de gens utilisent Internet surtout pour ça, et, en version féminine, pour les recettes de cuisine et conseils pratiques).

 

Plus étonnant la percée de l'article "Mehlang Chang" et des mots clés qui vont avec (ils font exploser mes stats depuis deux jours) : la vidéo-canular a fait un tabac sur le Net. Beaucoup auraient aimé que Mehlang Chang existât vraiment, je suppose. Il y a aussi un canular sur un Allemand qui parle de la France sur le même ton que Mehlang Chang. Le masochisme national se porte bien.

Lire la suite

Le public et le privé en Seine-Saint-Denis, à Cuba, en Chine...

29 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

A Aubervilliers la municipalité socialiste va construire une école en recourant au Partenariat public privé (PPP), un système très onéreux pour les collectivités publiques qui consiste à laisser la maîtrise des travaux et de l'entretien à une grosse entreprise privée pendant 15 ou 30 ans contre rémunération sous forme de bail. Le président socialiste du conseil général de la Seine-Saint Denis Claude Bartolone s'apprête à choisir cette option pour la construction de nombreux collèges. Pourtant la formule qui a été abondamment utilisée dans le monde anglo-saxon (14 % des investissements publics en Grande-Bretagne) y est désormais fort décriée. Mais notre pays adore adopter à contre-temps les modèles qui ont échoué ailleurs.

 

Du reste l'Union européenne avec ses normes drastiques concernant le déficit budgétaire et l'endettement public leur laisse-t-elle le choix ? Les PPP coûtent cher (plus cher que le taux de remboursement des prêts) mais sont financièrement invisibles dans les bilans des collectivités. La Seine-Saint-Denis qui fait beaucoup d'enfants a besoin de construire des collèges. Une fois de plus c'est moins le procès de telle mesure particulière, même si elle est un cadeau aux grandes entreprises, qu'il faut instruire que celui de l'ensemble de la doxa néolibérale qui nous gouverne depuis 30 ans.

 

Je lis dans le Monde Diplo d'octobre un article sur l'échec annoncé de cette doxa en Irlande (un des fameux PIGS dans le collimateur des banques) où la thérapie libérale dictée par le privé prépare une récession. Nous ne sommes pas sortis  des crises.

 

fidel-castro.jpg

Je ne puis m'empêcher de rapprocher cet article d'un autre, dans le même journal, qui concerne Cuba, où l'on apprend que l'Etat doit pour beaucoup sa survie à l'aide du Venezuela, et traine une masse de 25 % d'employés oisifs qu'il doit occuper d'une autre manière, soit par des réaffectations bureaucratiques (le retour imposé aux champs ?) soit en ouvrant l'économie au privé sur le modèle vietnamien ou chinois (en évitant une braderie gorbatchévienne). Fidel Castro avec son "notre modèle ne fonctionne plus" aurait validé la seconde option soutenue par son frère.

 

Que peuvent faire des collectivités publiques étranglées ?

 

china.jpgCertains se demandent en ce moment si la Chine n'est pas le pays qui en vient à équilibrer le mieux l'Etat (le socialisme, l'économie socialisée) et le capitalisme. "Contrairement à une image qui doit trop à notre occidentalo-centrisme, le capitalisme chinois est moins "libéralisé" qu'on ne le croit. L'une de ses forces de frappe réside dans ses entreprises étatiques. Elles sortent gagnantes de la crise 2008-2009, indiquait cette semaine le ministère chinois des finances. BTP, énergie, pétrochimie, téléphonie, aéronautique : dans ces secteurs, l'Etat chinois a favorisé la création de grands groupes publics. Et ce sont eux qui ont empoché l'essentiel des gargantuesques commandes passées au nom du plan de relance annoncé en 2008." reconnaît l'édito assez anti-chinois du Monde du 23 septembre dernier. Au lieu d'en tirer la conclusion selon laquelle la Chine devrait devenir plus libérale, le quotidien des grandes entreprises devrait peut-être inverser la proposition : que les libéraux extrémistes se mettent un peu à l'école chinoise.


Lire la suite

Mobilis in mobile

28 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

Le Dissident internationaliste accepte plus aisément que moi d'être père et pédagogue. Peut-être parce qu'il a procréé avant moi, peut-être parce qu'il a dix ans de plus, peut-être parce que son métier d'enseignant l'a conforté dans ce rôle. Il voudrait être le père d'un révolution à venir ou de ferments révolutionnaires qui écloront un jour peut-être ici ou là. Plus optimiste que moi, il guête les endroits où ça peut bouger, les analyse, étudie de près le langage de ceux qui demain peut-être changeront la société. Plus patient, il tolère leurs approximations, leurs incohérences, leur désordre contre-productif. Il était prêt à parrainer naguère un non-alignement transnistrien. Aujourd'hui une reconstruction rebelle de banlieues populaires en France. Il a raison.

 

Les grandes révolutions ne sont jamais où on les attend, ni dans les formes qu'on espérait d'elles, mais il faut garder à l'esprit leur possibilité. La société change et changera, pas forcément pour le pire. Ne perdons pas de vue le changement, oeuvrons à l'accompagner.

 

L'historicité de l'être.

 

C'est comme dans la vie privée. Un jour vous découvrez qu'un être cher a le cancer. Ce qui semblait immuable dans la relation que vous entreteniez avec lui révèle son caractère éphémère. Le cancer écrit la vérité cachée du monde que vous croyiez stable, cette vérité que les mots essentialistes "je" "tu" "nous" figent à l'excès. Chaque mort et chaque naissance rappelle le fleuve d'Héraclite et la branloire pérenne de Montaigne. Et comme ils vous sembleront lointains un jour les lapsus calamiteux de la pauvre Dati, et le cynisme de notre gouvernement ! Ce qui ne signifie pas que tout sera mieux. Tout sera autre.

 

Ce weekend en Béarn où je fêtais mes 40 ans, dans cette région natale dont l'essence, celle que je garde en moi, s'éloigne à jamais, je feuilletais au hasard des livres de la bibliothèque de mes 20 ans. Trois lignes de Sollers ici, un aphorisme de Cioran là, une page de "De l'amour" de Stendhal, une phrase de Baudrillard. Beaucoup de mots qui ne me parlent plus du tout. Où ai-je vu quelques lignes de Nietzsche sur le langage ? Je ne sais plus. Je sais en tout cas que je n'étais pas complètement d'accord avec ces lignes. Elles faisaient du langage un artefact qui appauvrit la diversité du réel, et notamment de la réalité corporelle. C'est en partie vrai, en partie faux. Car la diversité du corps, et la richesse individuelle, se construisent aussi à travers la stabilité (et même parfois la répétition rituelle) de mots figés. Je le vois tous les jours avec mon fils. Le langage n'est pas qu'une superstructure qui, comme je le disais plus haut, sclérose le devenir. Il y a de l'entrelac du stable et du mobile en chacun d'entre nous. Et dans le fonctionnement de l'univers, de la matière. Des lois, et des systèmes de lois si complexes que la prévisibilité disparaît. Point de prévisible sans l'imprévisible, point d'imprévisible sans le prévisible.

 

A Pau, il y a beaucoup de mots. Des mots occitans, des mots français. Je prenais un verre dimanche avec un enseignant épris de festival de Siros autant que de la lecture de Zizek. Mobilis in mobile. Il me disait aussi qu'il y avait dans sa ville des Congolais qui parlent russe, pour avoir étudié à Moscou quand Sassou Nguesso était pro-soviétique, et puis, comme partout, des gens qui se mettent au Chinois.

 

A Pau on ne se sent pas encore obligé de parler de "webdocumentaire" et autres anglicismes à la mode à Paris, qui ne font que signer la haine des élites pour leur langue et leur culture. On vit la globalisation différemment. A Brosseville aussi. Ce matin à la permanence du maire, sur quatre femmes venues exposer leurs problèmes sociaux, trois étaient voilées. Leurs récits sont toujours les mêmes. Beaucoup d'enfants, des logements trop petits, des salaires trop faibles, des problèmes de santé. Toutes expertes dans l'art de passer d'une administration à l'autre pour grapiller quelques euros supplémentaires pour boucler les fins de mois. Comment fait-on de ces petites vies de gens oubliés dans leurs quartiers oubliés des destins de citoyens capables d'influencer l'histoire de l'humanité ? Je ne sais pas. Le Dissident internationaliste y travaille.

 

Lire la suite

Mehlang Chang

23 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Toutes mes excuses auprès de mes lecteurs. Cet après-midi je vous ai balancé une vidéo chinoise d'un certain professeur Mehlang Chang (Mélenchon) sans voir que c'était un "hoax", comme ils disent outre-atlantique. Ce que c'est que d'aller trop vite. Mais bon,moi au moins je présente mes excuses quand je me plante, pas comme d'autres sites et blogs que je ne citerai pas (pour ne rien dire des journalistes des grands médias).

 

P1020404-copie-1.jpg

A propos de Mélenchon, il a eu le bon réflexe ces derniers jours de souligner que la commissaire européen luxembourgeoise (mieux vaut oublier son nom) est allé trop loin sur l'affaire des Roms. Entre Sarko et la commission qui ira le plus loin dans le grotesque ? Si cela fait grandir le sentiment anti commission c'est bon à prendre. Messieurs les manifestants anti retraites, allez plus loin ! Grève générale jusqu'au retrait du projet de loi + grève générale jusqu'à la sortie de l'Union européenne : tels devraient être les mots d'ordres. Sans quoi, même si Sarko par improbable retirait son projet de réforme, M. Barroso vous le resservirait par d'autre biais.

 

A Washington on tremble de voir l'Europe se désunir. Continuons à les faire trembler et que notre république libérée du joug euratlantiste reconstruise enfin un sens du débat poitique digne de ce nom !

Lire la suite

Philosophies

23 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

C'est étrange. Ce matin je me suis réveillé avec la sensation d'avoir dépensé beaucoup d'énergie dans la nuit à rêver de philosophie. Pendant ma période de rêve mon cerveau avait beaucoup argumenté.

Encore au réveil j'étais embarqué dans des réflexions sur le piège du kantisme, la question (qui m'a toujours intrigué) : pourquoi Hegel rompt-il si aisément avec le kantisme pour installer à sa place un grande dramaturgie historique, et puis pourquoi toutes ces ratiocinations de Schopenhauer et Nietzsche sur la volonté et la représentation, pourquoi le néo-kantisme de Cassirer et le méta-kantisme de la phénoménologie, pourquoi le néo-réalisme d'un Stove.

 

plato-copie-1.jpg

Aujourd'hui la philo (celle qui avance vraiment, pas celle qui tourne en rond dans de la vaine rhétorique comme nous la sert Arte), se développe dans le monde anglo-saxon et s'attèle à des questions très scientifiques. On se demande s'il y a du rien avant le Big Bang (il faudrait prendre le temps en ce moment d'essayer de comprendre cette idée d'Hawking selon laquelle l'avant-Big Bang était un simple principe : celui de la gravitation), ou si l'ensemble des données de mon cerveau greffées sauvegardées sur un ordinateur seraient encore "moi" - question que je trouve chez Eric T. Olson et chez Daniel Dennett. On peut se demander d'ailleurs si l'obsession scientifique anglo-saxonne, qui est l'inverse du déni des sciences de la philosophie allemande postkantienne (et de nos joyeuses French theories soixante-huitardes), n'est pas exagérée, s'il ne faudrait pas un tout petit peu "déplacer la perspective", ou l'élargir, mais je reconnais que c'est délicat car le risque d'idéalisme est grand.

 

Quelques indices ténus m'ont conduit à ces rêves nocturnes d'aujourd'hui. Mon supérieur hiérarchique au bureau qui vient me parler de Boltanski et qui me dit "c'est chouette ces débats sur le capitalisme, ça élève l'esprit, c'est comme la philo, au début on a du mal à entrer dedans, mais c'est un langage, ça aide ensuite à respirer". Et puis il y a eu la BD d'Onfray sur Nietzsche. Une lecture récente de Schopenhauer, à laquelle une référence d'Assouline faisait heureusement écho, et encore l'amusante adaptation télévisée hier soir de la Peau de Chagrin hier soir qui met en scène un jeune philosophe.

 

La philosophie est la seule activité intellectuelle (avec peut-être l'art placé à son plus haut niveau) qui ne vous fait attendre aucune écoute d'autrui, aucune approbation - et qui donc brise toutes les dépendances. Ce n'est pas une activité de "partage" comme l'affectionne le totalitarisme du "sympa" contemporain. Elle se suffit à elle-même - ce qui explique qu'Aristote la définît comme praxis au même titre que la respiration, et non comme poiesis comme le sont l'art et toutes les productions finalisées. Je donne cent fois raison à Aristote à ce sujet. On devrait accorder plus de temps à la philosophie.

Lire la suite

Les employés du privé

18 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Ce sont des diplômés d'une fac littéraire parisienne, master 2 de LEA. Ils bossent dans une PME de traduction. Ils sont très inintéressants. Je pense qu'ils font exprès de l'être, cela résulte d'un choix renouvelé d'année en année depuis leur sortie de l'enfance. Ils ont fait de l'absence totale d'intérêt un art de vivre, une seconde nature qui leur colle à la peau. Ils seraient complètement incapables aujourd'hui d'avoir un regard original sur quoi que ce soit. Ca se voit à leur aisance dans l'absence d'originalité, on perçoit bien que l'absence d'originalité ne leur pèse pas, qu'elle les protège, qu'ils ne comprendraient même pas qu'on puisse exister sur un mode différent de celui-là.

 

engrenage.jpg

Au vernissage de l'expo de la galerie privée de leur patron, ils n'ont pas une pensée plus haute qu'une autre, pas un mot de travers. Ils remercient bien poliment quand on leur tend un petit toast. Ils disent que leur travail est très bien, très varié, qu'ils traduisent aussi bien des contrats que des relevés de notes d'examens scolaires, qu'ils apprennent plein de mots, que leur patron est très fort parce que lui il n'a pas de dictionnaire, qu'il a été vraiment très gentil de leur accorder 4 mois de stage alors que la "crise financière" normalement ne lui permettait raisonnablement que de recruter pour 3 mois, que la fac exagérait quand même un petit peu de prévoir pour ses étudiants des stages de six mois.

 

Bref, "ils vont bien tout va bien", comme disait l'autre. Ils trouvent que les tableaux là tout autour sont très bien, qu'il n'y a rien qui dénote. C'est comme la vie en somme quoi, c'est bien fait, ça va.

 

Je ne leur ai pas demandé ce qu'ils pensaient de la dernière réforme de la médecine du travail que leur préparait M. Woerth et qui, selon divers spécialistes, nous ramène plusieurs décennies (voire un siècle) en arrière. Ils m'auraient sans doute dit que de toute façon ils sont en bonne santé ou que la médecine du travail ils ne savent même pas que ça existe. Je ne pense pas qu'ils soient du genre à protester contre la moindre mesure gouvernementale. Ou alors peut-être peuvent-ils en dire un peu de mal s'ils voient que leur interlocuteur en face d'eux est très remonté contre ça, mais uniquement pour lui faire plaisir. De toute façon on voit bien que personne ne doit jamais parler de politique avec eux, ni même d'aucun thème un peu dérangeant. Sur l'art, sur l'histoire sur tout ils doivent passer leur temps à n'entendre que des banalités creuses parce que tout simplement personne n'oserait prendre la responsabilité de briser leur placide vacuité.

 

Le soin particulier qu'ils mettent à ne pas réfléchir en dehors du cadre d'insipidité totale qui leur est imposé peut ressembler à un exercice masochiste vu de l'extérieur, mais je suis convaincu qu'il leur apporte du plaisir, et un parfait sentiment de confort, de sécurité. Ils ne trouveraient aucun avantage à le troquer contre une autre manière d'être et de voir.

 

Ces jeunes gens votent sans doute Royal-Cohn-Bendit-Bayrou-Villepin sans grande difficulté. Un jour de déprime ils glisseront peut-être un bulletin Besancenot dans une urne en pensant avoir osé là le geste le plus fou de leur existence.

 

Ils sont probablement prêts à valider n'importe quel bombardement de centrale nucléaire en Iran, à l'image de ceux qui il y a douze ans m'expliquaient doctement qu'il fallait attaquer militairement la Serbie "génocidaire". A vrai dire, ils ne se sont sans doute pas posé la question jusqu'ici parce que pour le moment on leur a juste demandé de penser que ce pays est une sombre dictature cléricale. Mais si demain le New York Times et Le Monde leur dit qu'il faut faire exploser une centrale nucléaire en Iran pour améliorer la condition des femmes dans le monde ou éviter le triomphe de l'islamisme au Proche-Orient (ou toute autre fausse raison absurde), je pense qu'ils s'y résoudront. De toute façon, le New York Times et le Monde ne leur présenteront jamais ce choix en des termes si abrupts, parce que que ces deux journaux aussi - comme tous les autres - respectent leur besoin de douce vacuité. On leur dira juste qu'il faut accepter quelques "frappes chirurgicales", "interventions homéopathiques", "petites dispositions contraignantes", pour maintenir l'équilibre du monde. Ils seront d'accord. Quand on vit dans un monde si bien fait, avec un patron sympa, des petits toasts qui sont bien préparés, des conventions de stage "qui vont bien" (comme on disait à l'armée), on ne peut pas avoir envie de s'opposer à ce que tout le monde est censé approuver. Ce n'est même pas pensable.

Lire la suite

Styles de résistances

17 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Quand un journaliste du Mensuel de Gauche sort un roman sur Cuba, son éditeur et l'Association France Cuba organisent une "rencontre-cocktail" sur une péniche un soir à Paris. Ca fait partie de la "résistance chic", tendance beaux quartiers, ex-moteur de l'altermondialisme triomphant du début des années 2000.

 

A côté de la "résistance chic", il y a la résistance sulfureuse, celle qui s'est fourvoyée de plusieurs manières. Des gens qui reviennent d'Iran en disant que Sakineh Mohammadi-Ashtiani n'a pas été condamnée pour adultère mais pour meurtre, et que la lapidation ne fait pas partie du code pénal iranien. Mais cette "résistance" est habituée des coups médiatiques, et s'est fourvoyée si souvent qu'on n'ose trop la croire.

1majmumbai.jpg

Il y a une résistance délirante sur Internet, celle qui croit aux Illimunati et à toutes sortes de complots pour détruire nos vies et faire triompher l'Antéchrist.

 

Il y a les résistances populaires des organisateurs de collectifs et de comités qui se réunissent une fois, puis après oublient de se téléphoner, passent à autre chose.

 

Il me semble que la bonne résistance, celle qui peut porter ses fruits à terme, doit être soutenue par un certain style, un style qui doit sonner juste, et qui doit aider à la foirs à supporter le monde tel qu'il est, à voir au delà de lui, et à soutenir un engagement persévérant pour le faire changer. Le style est solidaire du fond. Le style aide à la solidité et à la viabilité du fond. Ceux qui veulent changer le système actuel devraient, je crois, davantage veiller à leur style.

 

F.

 

ps : par contre si vous voulez connaître le style de ceux qui ne résistent à rien, jetez donc un coup d'oeil au blog des correcteurs du journal le Monde, par exemple cette page. Vous y découvrirez une foire d'empoigne de gens très médiocres qui, tout en prétendant se corriger les uns les autres, ne font qu'exposer leurs propres maladresses orthographiques et grammaticales. Les historiens dans 300 ans, s'il en existe encore, pourront utiliser ce genre de page comme révélateur de l'état castastrophique de notre culture bourgeoise.

Lire la suite

Un vernissage à Paris

16 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

Une loisir de petit chef d'entreprise parisien. La galerie Artis Vitae au Village Suisse (Paris 15ème). J'y ai promené ma caméra oisive ce soir.

 

Lire la suite

Les Roms, l'Union européenne et les compteurs Linky

16 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Inutile d'épiloguer trop longuement sur ces sujets très bien traités sur d'autres sites.

  Journaux-3-2.jpg

Sur la politique anti-rom de M. Sarkozy et les admonestations de la commission européenne, je crois que le blog "La lettre volée" ce matin dit tout ce qu'il faut dire.

 

Quant aux nouveaux compteurs électriques obligatoires Linky qui seront à la charge financière des ménages dès 2012, l'UFC-Que choisir? critique à juste titre la décision hâtive de les installer, sans même qu'ils aient été testé l'hiver, avec les risques d'incidents techniques, de violation de la vie privée et autres. Souvent les sites Internet rappellent que le producteur de ces compteurs est français... mais l'échéance d'entrée en vigueur de l'obligation de les installer a été prise... par Bruxelles évidemment, et n'est donc pas amendable...

Lire la suite

"Vous" de Cassie

15 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

1983. En Béarn les premières "radios libres" récemment légalisées se font entendre. J'ai 12 ans et demi. J'écoute "BFM", "Béarn FM". La présentatrice annonce soigneusement les titres. Moi j'enregistre avec mon magnétophone. elle dit : "Et maintenant 'Cassie : Vous' ". Elle est donc restée dans mes cassettes. J'aimais le style très classique des paroles de cette chanson, c'est si délicieusement désuet, presque une parodie de Corneille. Je croyez même qu'elles disaient "Ici vous eûtes un coeur qui n'a pour se défendre qu'un amour méconnu". Mais c'est "vous souffle un coeur", dommage.

 PAU.jpg

Quand je l'ai enregistrée, la chanson avait déjà un an. Le style musical faisait déjà très 70s, comparé aux tubes d'Imagination ou de Kim Carnes qu'on écoutait au même moment.

 

Je n'ai jamais vu le visage de la chanteuse. Beaucoup de sites (voir par exemple celui-ci en bas de page) qui publient les paroles de la chanson la confondent avec une autre Cassie née en 1986...

 

Les érudits du dimanche qui commentent les chansons nous disent, sur le Net, que "Cassie tout comme Lesley Jane sont les 2 seules Ma-Ry-Lènes à avoir tenté l'expérience de chanteuses après leur période de gigoteuses derrière Martin Circus"... Voilà qui ne parlera pas aux moins de 35 ans ... Et même on lit que "c'est une adaptation d'une méga vieille chanson, j'ai un 78 tours totalement ruiné, c'est un ténor qui chante, et il s'adresse à une "étrange femme"… ça doit dater des années 30" ! La création est un éternel recommencement...

 

 

 

Lire la suite

Vous avez dit démocratie parlementaire ?

15 Septembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La droite

Aujourd'hui le président de l'assemblée nationale décide de ne plus appliquer le règlement intérieur de son assemblée, et de faire comme bon lui semble, au nom d'un "principe constitutionnel" sorti de son chapeau. M. Accoyer se prend pour le conseil constitutionnel. Je propose donc aussi que le président de la République, le gouvernement, les autorités administratives et les élus locaux cessent, de la même façon, d'appliquer les lois et règlements au nom de leur interprétation des principes constitutionnels qui régissent notre République. De même les citoyens ordinaires : cessez d'appliquer la loi, et référez vous à votre propre interprétation des droits de l'homme !

 

Décidément on aura tout vu !

 

Lire la suite