Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #bearn tag

Un bus béarnais à Pancevo

11 Octobre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

La République des Pyrénées, journal palois, aujourd'hui s'amuse de trouver un bus du réseau de Pau à Pancevo (Serbie). Elle remarque que "contrairement à ce qui prévaut habituellement, la signalétique des bus n'a pas été modifiée en Serbie. STAP et Idelis s'affichent toujours, dans leurs couleurs, sur les flancs des véhicules. Et, encore plus étonnant, le bandeau "Je ne prends pas de passagers" continue de dérouler, en français, au-dessus du pare-brise...".

1couv_montagnes-copie-1.jpgL'Europe de l'Est reçoit tous nos équipements d'occasions (transport urbain, matériel agricole).

Concernant Pancevo (70 000 habitants), la ville a aussi deux autres particularités : l'OTAN a bombardé sans vergogne son complexe pétrochimique en 1999 au mépris de la santé de ses habitants, et US Steel a longuement asphyxié sa population dans les années 2000 comme l'a noté le journal Libération en 2007 (pas de chance : ils envisagent maintenant de quitter les Balkans et délocaliser en Asie, bien que le gouvernement généreusement en 2011 ait baissé sa taxe sur le droit à polluer). Le Béarn, qui fabrique des bérets pour les troupes de l'OTAN, forme les parachutistes français, et accueille des "Davos de l'armement" devrait aussi s'intéresser à ces "détails" là...

 

Lire la suite

Emmaüs-Lescar vu par TF1

11 Mars 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

Samedi TF1 consacrait, à une heure de grande écoute, un reportage (voir ici) au village d'Emmaüs-Lescar que j'ai visité en décembre. Attention, en 8 ème minute vous aurez de la pub (TF1 oblige). Je vous rappelle les débats sur Emmaüs -Lescar que nous avons eus sur ce blog ici

Lire la suite

Visite du village d'Emmaüs Pau-Lescar

30 Décembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

fresque.JPGJ'étais hier de passage chez Emmaüs Pau-Lescar, des "compagnons" très engagés dans les luttes sociales qui refusent la "gestion de la pauvreté" et ont transformé, à l'occasion de leurs 30 ans d'existence, leur communauté en un village écologique et égalitaire. A l'entrée la fresque qui alignant Sankara, Che Guevara, Gandhi et Mandela sous le titre "Oser, risquer l'utopie avec et pour l'homme" - fresque autrefois dessinée sur le mur de la mairie de Billère en solidarité avec les sans-papier - en dit long sur l'ampleur du projet. Ici on se donne les armes pour construire une société alternative.

J'ai été accueilli par la chargée de communication Cécile Van Espen et par le directeur Germain Sarhy, 58 ans, qui se considère comme le "préfet" du village (lequel élit par ailleurs un maire et un "conseil municipal"), et nous avons déjeuné ensemble. Il m'a ainsi longuement expliqué le fonctionnement de sa communauté et les principes qui la régissent -formulés dans le journal local le 9 janvier 2012 : "Le compagnon qui vient dans la communauté est nourri, logé, blanchi et il participe à l'activité de la communauté qui est à la base la récupération, en fonction de ses capacités physiques et intellectuelles. Nous ne sommes pas dans une logique de production mais dans une politique participative.Ils perçoivent un "pécule" autour des 450 euros par mois d'argent de poche. Faites le calcul par rapport au smic. On cotise aussi à l'Urssaf et chaque compagnon a droit à la couverture sociale et à la retraite." Le statut est régi par la loi sur l'accueil en organismes communautaires et d'activités solidaires.germain

Germain Sarhy insiste sur le fait que sa structure ne perçoit aucune subvention et ne vit que des ressources de la récupération. Il se sent ainsi libre à l'égard des pouvoirs locaux dont nous parlons en détail (leur attitude en période électorale, en dehors des élections etc, Emmaüs).

 

A notre table un jeune Malien compagnon pour un temps de la communauté : l'occasion d'un échange intéressant avec un homme attaché à d'autres valeurs (l'islam, les hiérarchies aristocratiques du Mali) et qui au nom de ça à quelques problèmes avec certains aspects de la vie du village comme le calendrier de nus et le tutoiement immédiat de tous (mais néanmoins le cadre égalitaire et l'esprit d'accueil du lieu permet de gérer la différence de valeurs sans conflit).

logements

Après le repas je visite avec Germain le village. Il me montre les constructions de pavillons pour les personnes présentes depuis deux mois qui pourront bientôt accueillir environ 80 personnes au total (ce qui fera environ 200 pensionnaires avec la partie réservée aux jeunes visiteurs) . Ces pavillons suivent les normes de l'habitat écologique (écohabitat), autosuffisants en énergie, d'une grande élégance esthétique (car Emmaüs est attaché à ce que la pauvreté n'empêche pas la qualité de vie, l'attachement au beau, alors que le village donne sur la chaîne de montagnes).montagnes.JPG

Emmaüs veut s'ouvrir sur l'extérieur avec une ferme qui met en valeur les espèces locales, l'épicerie qui devrait ouvrir au printemps. il veut aussi se doter d'une école sur le modèle du Colibri. On me montre aussi le champ de blé bio dont le village tire sa farine fabriquée dans un moulin basque de 1885.

 

La culture ici n'est pas considérée comme un luxe, et on l'a place au centre du devenir des compagnons. Déjà le site accueille en juillet le principal festival musical de la région (10 000 personnes chaque année). En marge du festival l'an dernier ils organisaient des conférences dans le cadre du forum mondial de la pauvreté, en partenariat avec Paul Ariès et le journal « Le Sarkophage ». Cette année ce sera sur le "buen vivir" (good living/bien vivre). Je parviens sans peine à convaincre Germain de lancer un salon du livre des éditeurs indépendants comme cela existe à Paris où il n'y aurait pas à engager des sommes pour louer les stands. Il envisage aussi la mise en place d'une librairie permanente.

 

Sensible à la solidarité internationale, Emmaüs Lescar est en contact avec la Bolivie, et le Burkina Faso (via l'association AIDIMIR) sur des projets de reboisement. De ce côté là aussi il y aurait des choses intéressantes à envisager.

 

Evidemment ce genre de visite vous redonne de confiance dans l'aventure humaine. A Emmaüs-Lescar vie au grand air, liberté anti-conformiste et sens de la solidarité et de la justice se conjuguent à un point d'harmonie qu'on n'aurait plus cru guère possible sous la dictature des banques, des multinationales, et de la bêtise lâche et égoïste de nos contemporains. Un autre quotidien est possible !

 

 

Lire la suite

Le conseil général du 64 n'oublie pas Aurore Martin

1 Décembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

Aujourd'hui dans un communiqué de presse, le conseil général des Pyrénées-Atlantiques a fait savoir qu'il avait voté à l'unanimité hier une motion suite à l'incarcération de la militante basque Aurore Martin s'adressant "aux autorités de l'Union européenne, au président du Conseil et à la Commission européenne, afin qu'ils interviennent face aux disparités d'application" du MAE et "remédient aux situations d'injustice engendrées".

 

Déjà le 2 novembre le président du Conseil général socialiste avait  à propos de l'arrestation d'Aurore Marton "regretté une telle décision précipitée au moment où beaucoup de citoyennes et de citoyens et de leurs représentant (e) s mettent tout en œuvre pour trouver les voies pacifiques d’un règlement définitif."

 

On rappellera qu'il y a quinze jours une sénatrice écologiste de Seine et Marne avait interrogé le gouvernement à ce sujet. Le texte de sa question est ici. La réponse est très langue de bois. On peut se demander notamment si la protection consulaire promise a été effectivement mis en oeuvre (la sénatrice Mme Lipietz laissait entendre qu'il n'en était rien à la date du 15 novembre dernier).

 

Lire la suite

Shows très chauds en Béarn...

4 Novembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

Discussion digne de l'ambiance de mon roman "La révolution des montagnes" aujourd'hui. Un DJ me racontait une prise de bec entre deux gogo dancers dans une boite connue de Pau : "L'une d'elle avait pris le melon, disait-il, elle disait 'moi je touche 1 800 euros au black, je fais des soirées privées pour le PDG de telle grosse boîte. Ici c'est de la merde de danser pour un public ordinaire' - c'est clair qu'elle avait bu un peu trop et qu'elle avait pris de la coke, ça s'est terminé en crise de larmes entre les danseuses dans les loges". Bon bien sûr il m'a dit le nom de la boîte (très connue) mais je serai discret !

 

Et vous saviez vous que Chris Anderson était à El Palacio à Pau récemment ? et vous saviez vous qu'il avait produit Keen'v ? Oui bien sûr vous saviez, bon moi je ne savais pas... Plus difficile : vous saviez vous que Gizane y était aussi (un autre jour)  avec ses serpents (cf la vidéo ci dessous) ? Le DJ en question eut la lourde tâche de porter ses pythons... dur dur d'être un DJ...

 

 

Lire la suite

Sand et les Pyrénées

1 Septembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

vall-e-d-ossau.jpgQuels écrivains romantiques n'ont pas vanté les Pyrénées ? Les gamins de nos écoles béarnaise dans les années 70 chantaient le poême de Vigny "Le cor" ("Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées") qui semble avoir été fort célèbre au XIXe siècle, au point que Flaubert le paraphrase sur un ton plaisant dans sa correspondance en disant qu'il n'est pas comme Vigny, et se plaignant du son du cor sous ses fenêtres à Croissy.

 

Je ne sais plus trop pourquoi George Sand s'est rendue à Tarbes et Luz-Saint-Sauveur en 1825 (qui pour nous béarnais sont les "Pyrénées des voisins" en quelque sorte...). J'ai cru comprendre que son mari était gascon.

 

Voici deux extraits de son journal de voyage (elle avait 21 ans).

 

038--1996--31.1.96-10.4.96--201.jpg

038- 1996 (31.1.96-10.4.96) 202

 

A côté des élans enthousiastes devant la beauté de la nature, il y a tous les agacements de devoir supporter la compagnie des crétins avec qui la jeune Aurore Dupin/George Sand voyage. La solitude de l'artiste en compagnie d'idiots. Un problème bien connu...

Lire la suite

Expressions béarnaises

19 Juin 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

P1000061Vous vous souvenez de "Ce que parler veut dire" de Bourdieu ? La langue. La langue concrète. Quand j'ai lu mon premier dictionnaire français-béarnais en 1990 j'y ai trouvé des tas de mots que ma famille ne connaissait pas. C'était de l'artificiel comme en produisent à tour de bras les milieux lettrés (surtout les milieux hors-sols comme les occitanistes qui parlent une langue essentiellement pratiquée dans les écoles et oubliée dans la vie réelle). Même quand ils ressortent des mots connus, les auteurs de dictionnaires ne savent pas forcément quelle signification ils avaient, dans quelle intention on les employait, et qui n'est pas la même d'une langue à l'autre, ni même d'un milieu à l'autre (voire d'une famille à l'autre).

 

Comme je sais que personne ne prendra la peine de le faire, jai envie de signaler ici quelques termes que j'ai beaucoup entendus dans la bouche de ma mère dans les années 1970 et qui étaient une survivance de mots qu'elle avait entendus dans la bouche de ses propres parents autour de 1945-50, parents qui eux faisaient des conversations entières en béarnais, alors que me mère n'en prononçait plus que des bouts de phrases en forme de clins d'oeil ou de signes de reconnaissance familiale. N'ayant pas appris l'orthographe occitane "rénovée" en vogue dans les milieux savants. Je restitue les mots dans une orthographe française approximative. Je pense que cela fait aussi partie de mon devoir de témoin de mon époque, s'agissant de réalités que les autres témoins (dans les milieux populaires) n'ont jamais été enclins à juger digne d'être transposée dans l'espace de l'écriture.

 

Voici la liste de mots :

 

drapeau-b-arn.png Lamo : lame. Employé pour quelqu'un de bavard "qu'a bouno lamo"

Hèro : Foire. Terme extrèmement vague que j'ai beaucoup entendu dans l'expression "quino hèro aquo !" On pourrait être tenté de la traduire par "quel bazar" voire "quel bordel". Mais la notion me semble plus vaste que bazar. "Quino hèro" peut désigner aussi un pétrain, quand des gens se sont fourés dans une situation inextriquable, un imbroglio, un ensemble de problèmes liés à une série de fautes, et une position globalement coupable au vu des normes sociales.

Menin : petit enfant (comme les Ménines de Velazquez). Utilisé dans l'expression affectueuse : "Hé lou petit menin". Le petit enfant à sa maman. Sans aucune connotation ironique.

Hum : fumée - qu'ey partit a hum - il est parti à toute vitesse - cf "A hum des caillaou"

Praubin : pauvret. S'utilise dans l'expression : "praubin des petit" qu'utilisait déjà la mère de ma mère. "Pauvre petit" est utilisé sans que cela signifie qu'on plaint l'enfant.

Mus : museau, har lou mus, faire la tête

Camat : qui a des jambes. S'emploie pour dire qu'une fille a de jolies jambes : "Qu'ey pla camadola gouyato". Phrase un peu passe-partout qu'employaient les hommes pour montrer qu'ils avaient remarqué qu'une fille était belle.

Mascouyonatquanteybis (Tumascouillonnéquandjetaivu). Expression toute faite pour désigner quelqu'un qu'on ne connait pas : "Quin s'apero ? - Mascouyonatquanteybis" Comment il s'appelle ? - Mascouyonatquanteybis . Variante : Quin s'apero ? Capdestero" (comment s'appelle-t-il ? Premièrebûcheduntasdebois, en béarnais ça rime). L'équivalent se trouvait un peu dans l'armée française dans les années 1990 quand pour désigner un quidam on l'appelait "Machproduguidon" (promule toute faite que sortaient tous les soldats comme un automatisme). idem : Trucoli Labatmalo

Cabèco : chouette. Mot qu'on utilisait pour désigner une vieille dame usée, aigrie, pas sympathique, une vieille sorcière : uo bieillo cabeco.

Guito : canne. Se dit d'une dame ou d'une fille à qui l'on en veut, qu'on déteste. "Aquero guito". Le mot est moins insultant et haineux que "salope" (ou "connasse") en français et pourtant de nos jours dans ce genre de situation c'est le mot qui vient le plus à la bouche des gens, preuve que nous sommes dans une société où les sentiments sont plus violents que dans les provinces éloignées des années 50 (voir Renaud Camus là dessus)

Purnacho : punaise. Dans le même sens que Guito, mais avec la connotation d'une femme un peu libérée, qui s'affirme beaucoup (qui par exemple a une grosse voix et ne s'en laisse pas compter), et qu'on déteste à cause de ça.

Piguèto : chipie. Mais peut-être le mot est-il moins bien délimité que chipie en français.

Esparbè : maladroit. Mais dans les milieux populaires ça évoque surtout le fait d'être maladroit avec ses mains, ce qui inspire beaucoup d'exaspération et peut-être parfois un brin d'indulgence.

Coun : con. D'un usage aussi répandu qu'en français. "Quin coun aqueth" Quel con celui là. "Gran Coun de la Cana" (ça je n'ai jamais su ce que ça peut dire). Mais je ne sais pas pourquoi j'ai toujours trouvé "coun" moins froidement haineux que "con", ce pourquoi d'abord il fallait le combiner avec d'autres insultes pour lui donner du poids : "aqueth hilh de puto de gran coun", "aqueth hilh de puto de macareu de gran coun"...

Tarabastè : turbulent. Se dit d'un enfant qui fait le fou et casse tout. Mais c'est beaucoup moins recherché que turbulent..

Ni ha ni cho : rien du tout (dans l'expression : n'a pas dit ni ha ni cho)

Pèlo : pèle. Classique dans "qué hè un hret que pèlo" - il fait très froid ("un froid qui pèle"). En français les jeunes de mon collège en Béarn disaient "ça pèle".

Guit : canard. Spécialité du coin. Employé par exemple dans "Hé l'has hicat la camiso de mindia guit ?" (tu as mis ta chemise du dimanche - mot à mot "ta chemise pour manger du canard")

Arregoulic : frileux. Mais comme le mot est plus long qu'en français, ça lui donne plus de volume et d'importance. Etre arregoulic devient ainsi presque une faute morale.

Mico : restes. Entre dans l'expression "plouro mico" : pleurnichard (mais c'est moins laid que le suffixe en "ard" donc le mot est plus doux).

Lénièro : remise à bois. "A la lanièro tout aquo !" : "A la remise à bois tout ça". Expression toute faite poru dire qu'on va se débarrasser d'une série de vieilles choses qu'on a en trop (dans une armoire, sur la table).

Bugado : Lessive, lavage du linge. Se dit aussi du fait de boire de l'eau quand on a trop bu d'alcool "que cau ha la bugado adaro" (il faut faire la lessive, boire de l'eau maintenant)

Pelut : Pubis velu. S'utilise bizarrement entre hommes pour qualifier un bon vin "quey dou pelut aqueth".

Hart : repus (ou ivre). "Qué souy hart" j'en ai assez (ou encore "quen ey hartero" : j'en ai marre). Avec le proverbe "aou harts la hartèro" (à ceux qui sont repus va la nourriture) équivalent de "l'argent va à l'argent".

Chichangue : dans maigre comme une chichange, esmagrat.

Lè : laid - qué canto lè : il chante mal. Lou lè sapou : l'affreux jojo (mot à mot : le crapaux laid)

"Toupi de habos é tistet de desos !" (pot de fèves et panier de petits pois) - pour évoquer quelque chose dont on se vante mais qui n'existe pas

"arrir tistet douman qué hérar beth" - ris panier demain il fera beau (dicton)

"qu'ey claro l'estello" "l'étoile est claire" quand on voit les étoiles la nuit et qu'il fait beau

"et hougna !' quand on doit pousser et bousculer (bully around en anglais)

Abisot : attention ! par exemple "abisot de cadé" ("attention tu vas tomber") quand quelqu'un trébuche.

Estadit : fatigué. "Qu'èro tout estadit"

Bourouys : dans "Qué plau a bourouys" (il pleut à verse) ou "né's harto pas de plabé" - ça n'arrête pas de pleuvoir"

Camaligos : des histoires des petits merdes, des petits problèmes - cercar camaligos, cherchez des histoires. "Camaligos toustem" : toujours des histoires ! "Camaligos, ven !"

Douçament : doucement "Paousoli douçament !" (pose le doucement) apostrophe ironique à quelqu'un qui travaille sans énergie

Prega (prier) : Paga etprega (payer et prier) se dit quand on doit demander trop longtemps quelque chose "oh hé paga e prega"

lagagne : chassie - donne le nom "lagagnous"

estarrocar - tuer

"Ben qué t'en prey" (bah, je t'en prie) expression de lassitude devant quelque chose qui ne tient pas debout

Saoumo : anesse - en has poupat leit de saumo (tu en as têté du lait d'ânesse - signifie : tu es un idiot)

Per diu : par Dieu ! (juron) expression étonnante : "a la gim quoi per diu" ("n'importe comment" - "qu'ei heit a la gim quoi perdiu - c'est fait n'importe comment"

Pèc, pégot, pégoto. Idiots du village." Aqueth qu'ey drin pèc".

hestahagnar : bourrer - qu'esthanho aqueth roustit. Il bourre ce rôti

pus : cuite ou derrière - aquth qu'a la pus (celui-là est saoul), la pus de Clèro (le derrière de Claire - expression consacrée)

attenté : attends ! (attenté drin - attend un peu)

é push qué mey ! : et puis quoi plus!

cabeilhat - monté (une salade par exemple) - "lous caoulets qué soun touts cabeilhats (les chous sont montés)

sanctous ("saint saint saint" cantique), se balancer sur sa chaise comme quand on dit "sanctus sanctus" à l'église, se dit des vieux

hà tetets : passer la tête à la fenetre (pour regarder les gens)

desbesar : vomir - qu ey bou ta ha desbesar lous caas (c'est bons à faire vomir un chien)

bestiesos : bêtises - bestiesos ben -bah des bêtises

qué t'en prey - je t'en prie (ex : ben que t'en prey que cau escouta tout - en traduction non mittérale mais juste on dirait bah, ne m'en parle pas, il vaut mieux laisser dire)

abisoth' : attention (abisot' dé cadé : fait attention à ne pas tomber - on dit souvent cela quand on a trébuché ou quand on est déjà tombé, ironiquement)

Matapipos : Machpro Duguidon (comme Mascouyonat cuan t'ey bis). Qui s'apèro, Matapipos de Laseubo ? (ou Matapipos Dus)

Estello : étoile : qu'ey claro l'estello - on voit bien des étoiles  (signe de beau temps)

pécole : peau du c* qui se décolle

"blous" : sans rien d'autre - "drin de pan tout blous". Pan qu'ey tousttem pan

deicha : laisser - deicho ha tu (laisse faire)

mourgagna : marmoner : qué mourganos ? (se dit aussi d'un mal, qui taraude un membre)

esbrigaillèros : débris (par exemple des miettes de pain) - en has deishat esbrigaillèros asiu

biroulets : tournants - "tan qué biro ha lou tour" "tant que tu tournes fais le tour" disait mon grand père dans les tournants

esbrigalhièros : débris

poupous : lolos (vient de poupar sucer)

heit  : fait - plà heit - bien fait pour toi

gai :  joie - frotti lou cuu dap ai quem'héras gai

sapou : crapeau - ouh lou lè sapou ! : affreux jojo !

Toco : touche - dio de sainto toco. Jour de paie (en français du 19e siècle aussi on disait Sainte Touche, voir souvenirs d'un parisien de Coppée p. 19)

Estadit : fatigué - que souy tout estadit houey

Baco - vache - tout comprendre de travers : coumprener baco per boueu (comprendre vache au lieu de boeuf)

cueilhà : chercher - qué souy anat cueilhà lou paa (je suis allé chercher du pain). Beth a cueilho (va te faire cuire un oeuf)

abizo't : fais attention (abizo't de cadé - fais attention à ne pas tomber)

Des syndromes du comportement : pétèro, caguèro, tousidèro, esternudèro, desgulèro, grattèro - qué t'ey uo pétère houey cooucarè dé pla

Des sentiments : lou tristè, lou curiousè, un état : lou bieilhè

A bourouys (à verse, des trombes d'eau) : que plau a bourouys houey

Lire la suite

Revenus du 64

8 Juin 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

Pour les lecteurs du 64 uniquement - source ici
 
Lire la suite

Les derniers cagots de Luz-Saint-Sauveur

22 Avril 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

vall-e-d-ossau.jpgHier un de mes oncles qui vit en Béarn et qui a passé une partie de son enfance à Luz-Saint-Sauveur en Bigorre me disait se souvenir d'y avoir vu une famille de cagots qui vivaient derrière l'église, des personnes de petite taille, qui avaient une entrée spéciale dans les édifices religieux. Il paraît que France 2 en a parlé récemment en ressortant un reportage effectué par Le Figaro dans ce village en 1964. Les cagots, qui étaient rémunérés en nature surtout pour des travaux qu'ils faisaient pour les institutions chrétiennes, sont un peuple mystérieux qu'on a parfois dit descendant des wisigoths, parfois des extraterrestres (et examinés par certains savants comme Ambroise Paré, avec parfois des résultats étranges qui ont nourri le fantasme) ! Traités en parias au Moyen-Age, ils obtinrent l'égalité des droits avec les autres Français à la Révolution, puis disparurent progressivement. Ils étaient particulièrement nombreux en Béarn (2 500) mais il y en avaient aussi quelques uns dans d'autres régions y compris en Bretagne.

 

Sur le sujet on peut aussi se reporter à cet article et celui-ci. J'avais vaguement eu connaissance de sujet à 20 ans, mais je n'en avais pas mesuré toutes les dimensions, loin de là, et j'ignorais que des gens de ma famille en avaient connus.

 

 

Lire la suite

Superstitions dans nos campagnes

2 Mars 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #Grundlegung zur Metaphysik

Actualisation avril 2016 - après mes enquêtes sur les médiums, je ne souscris plus au point de vue exprimé dans cet article qui correspondait à ma période rationaliste étroite. N'oubliez pas cependant que tout acte de sorcellerie, y compris celui de se faire porter, comme la consultation de voyants peut être un pacte avec le monde invisible et avoir des effets secondaires très graves...

Dans une petite ville du Béarn près de Pau, lorsque quelqu'un a le zona, presque tous les généralistes en viennent à lui dire "si vous y croyez vous pouvez aller vous faire porter". Qu'entend-on par là ? Se faire porter c'est aller chez un guérisseur. On m'a parlé d'un d'entre eux. Sexagénaire (né en 1944) deux fois divorcé, un pauvre homme revenu de toute forme de relation avec les femmes. Employé de la ville de Pau, il a dû abandonner son boulot pour cause de dépression. Ses parents vendaient des matelas. Je n'ai pas pu en savoir beaucoup plus sur lui. On m'a expliqué la nature de ses séances (pour lesquelles il reçoit 10 à 15 euros en moyenne, il n'est pas rare que les gens en fassent trois ou quatre). 

En arrivant on vous demande si vous y croyez. Le guérisseur a le "pouvoir" de "porter sur lui" le zona des autres parce que lui-même a eu cette maladie. Il prononce alors la formule en béarnais "que portos tu ?" (j'adopte la graphie française en réaction à l'occitanisme) - que portes tu ?. La personne doit répondre "lou cindre" (le zona, en fait même les vieux qui connaissent un peu le béarnais sont peu nombreux à savoir qu'ainsi se nomme la maladie dans cet idiome), puis elle met ses mains sur le dos du guérisseurs qui alors effectue plusieurs fois le tour de la table en prononçant des formules pour lui-même, formules obscures et incompréhensibles. Au fur et à mesure il jette sur la table neuf bâtonnets qu'il a confectionnés. Quelqu'un m'a expliqué que le chiffre neuf a quelque chose de magique "depuis toujours". Jadis on disait que si un malade n'était pas guéri au bout de neuf jours il allait mourir, et l'on faisait dire des messes de neuvaine. A la fin de la séance le guérisseur recommande au malade de réciter trois "je vous salue Marie" le soir ce qui est indispensable à l'efficacité de ce "traitement".

J'ai été surpris de découvrir que ce genre de pratique existait encore et même était encouragé par les médecins professionnels. Compte tenu du nombre de cas de zona, cela doit concerner un nombre de personnes non négligeable.

La persistance de ces pratiques doit être liée au caractère périphérique de cette région (comme celui de la Bretagne ou de l'Auvergne). On a toujours du mal à penser les bizarreries liées aux périphéries. Elles se nichent dans toute sorte de pratique. Quand on me parle du fonctionnement de certaines administrations ou de certaines juridiction en Béarn je reconnais aussi souvent, des signes de son côté "périphérique", mais il demeure toujours clandestin. Cela ne se crie pas sur les toits.

 

Lire la suite

La tombe de Marguerite d'Angoulême à Lescar

2 Mars 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

Visite à la tombe de Marguerite d'Angoulême "reine de Navarre et écrivain illustre" comme l'indique une plaque des années 1960, à  la cathédrales de Lescar.

 

La reine est toujours aussi absente de l'histoire collective de cette région. Au Château de Pau, mal nommé "Château d'Henri IV", les lettres "H" (pour Henri d'Albret) et "M" (Marguerite d'Angoulême) sont partout présente mais nul ne connaît leur signification sauf les guides qui la mentionnent trop rapidement.

 

Derrière l'occultation de Marguerite d'Angoulême, il y a, comme je l'ai déjà dit, du machime, un refus de connaître la Renaissance, un refus de s'intéresser à al littérature, au statut complexe d'une noblesse prise entre catholicisme et idées nouvelles ; pour le Béarn une impossibilité à penser une identité non "kosovoïsée" qui intègre des intéractions avec l'Italie, les Charentes, la Couronne de France. La fixation grossière sur le "Vert galant" au dernier tiers du siècle, évite aux gens de comprendre cette partie bien plus intéressante qui tourne autour des années 1530-1540. Dommage pour cette région et pour la conscience historique de notre époque.

 


 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Pau dans l'Heptaméron de Marguerite de Navarre

18 Février 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

bruegel.jpgChose promise, chose due, voici un extrait de l'Heptaméron, la 68ème nouvelle dans l'édition de Michel François, qui se passe à Pau, et l'on y voit que les questions d'amour n'y sont point seulement platoniques.

 

heptameron-0.jpg

heptamer2 modifié

heptameron-3.jpg

 

 

Lire la suite

Républicains espagnols/Républicains français : vallée d'Aspe 1939

20 Septembre 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

juillet-2006-099.jpgComme vous le savez, je ne fais pas de localisme pour le localisme. Et s'il m'arrive de me pencher sur des détails de l'histoire de la vicomté de Béarn et des Basses-Pyrénées, comme je l'ai fait à propos du calvinisme et de la Révolution de 1789, c'est toujours dans l'espoir, à partir d'un vécu "micro-social" peu connu de l'historiographie officielle, de comprendre en profondeur quelles traces les grandes idées ou les grands événements laissent dans la vie des gens, à quel point ils les imprègnent ou non, dans quel sens ils les font réagir.

 

Dans cet esprit, l'ouvrage "Le Béarn à l'heure de la guerre d'Espagne" publié par l'association Mémoire collective en Béarn en 1995, offre des témoignages du rapport entre la France "profonde", ou, pourrait-on dire, la périphérie française pyrénéenne, et l'Espagne républicaine, qui me paraissent très utiles pour saisir quelque chose de ce qu'était le républicanisme français de l'entre-deux guerres.

 

Bien sûr il faut faire la part de ce qui est très particulier à la région considérée. Tout d'abord son début de déchristianisation - moins marqué qu'en Bigorre voisine, mais davantage qu'au Pays Basque. Notons aussi que c'est traditionnellement une terre de petits propriétaires, dont aurait sans doute rêvé Jean-Jacques Rousseau, une situation qui a son importance pour le rapport à soi-même, aux institutions, à la vie collective.

 

J'aime beaucoup à cet égard le témoignage d'un habitant de la Vallée d'Aspe, un certain Jean-François Bayé-Pouey (p. 17) :

"Les Espagnols ont été très bien accueilis par les Aspois. A la fois très bien vus, comme des frères, et un peu méprisés aussi : ils avaient tous de la terre en Espagne, mais, une fois arrivés en Aspe, c'étaient surtout des ouvriers, ils ne possédaient plus de terre.

 

Alors, pour l'Aspois qui a toujours possédé la terre depuis le haut Moyen-Age (il n'y avait ni fermage ni métayage en Aspe), qui a toujours été le paysan propriétaire, même s'il n'avait qu'un demi hectare ou un quart d'hectare, il y avait toujours ce petit mépris, cette commisération pour celui qui était "sans terre". Cela valait aussi pour le curé ou l'instituteur, qu'on respectait J'ai entendu mon père dire : "C'est le regent*, mais il n'a même pas deux mètres de terre pour s'y faire enterrer dedans !"

 

Mon propre grand père républicain espagnol, bien que comptable dans une usine, avait lui aussi quelques lopins de terre en Aragon. Le mot "mépriser" est ici un peu mal choisi. Le témoignage montre en tout cas que ce n'est pas du mépris xénophobe. On trouve aussi un témoignage d'un femme de Pau (Mme Benne p. 44) qui montre qu'on était très loin de la commisération apitoyée très à la mode dans l'ambiance médiatique actuelle et qui a notamment présidé à l'accueil des Kosovars en France en 1999 : " Dans ma famille - mon père était très à gauche - on accueillait [les Républicains espagnols] très chaleureusement parce qu'on savait qu'ils quittaient leur pays par force (...) A la rue de la Fontaine où j'habitais, il y avait un lavoir et ce lavoir était pris d'assaut par les femmes espagnoles. Et les femmes françaises disaient : "Oh ! ces Espagnoles, elles ne font que laver ; qu'est-ce qu'elles sont propres, etc". Et puis les Espagnols faisaient beaucoup d'efforts pour parler le français (...) A l'école, on commençait même à être un peu jaloux de l'intérêt que leur portait la maîtresse, ou de leur succès scolaire".

 

Ce bon accueil est en grande partie lié à l'imprégnation républicaine de la société française qui touche une bonne partie du monde rural (sauf les catégories restées complètement dans le giron de l'Eglise). Moi qui ai travaillé sur les milieux communistes en région parisienne lesquels, en 1936-39, soutinrent les Républicains par pur "internationalisme prolétarien", je découvre la nuance qu'apporte le républicanisme rural.

 

Revenons au témoignage de Jean-François Bayé-Pouey (qui se prolonge p. 46) :

 

"Je pense que nous étions tous, les Aspois, les adultes et même nous les enfants, du côté des républicains (espagnols), automatiquement. Et on ne sait pas très bien pourquoi puisqu'on n'était pas très au fait de ce qui se passait. J'étais enfant de choeur à l'époque - nous étions quatre enfants de choeur -. Il y en avait deux qui portaient la soutane rouge et deux autres la soutane bleu clair. On se précipitait à la sacristie pour avoir la rouge et pour ne pas porter la bleue, parce que le rouge c'était la couleur des républicains espagnols et le bleu c'était celle des franquistes.

 

La population de Borce** était très républicaine et très patriote. Vous savez, notre génération a été élevée à l'école par les anciens de 1914. Dans les villages, que ce soit le berger, le paysan comme mon père, le facteur, le curé, l'instituteur, le forgeron, tous ne parlaient que de 14.


poilus

J'ai vu mon père rencontrer l'oncle de ma femme qu'il n'avait pas vu depuis trente ans et, dix minutes après, ils étaient tous les deux à Verdun ! Ils ne badinaient pas avec le patriotisme, ces gens-là ! L'instituteur qui n'allait jamais à la messe, faisait déplacer l'harmonium jusqu'à l'église par deux anciens combattants, pour la messe du 11 novembre.

 

C'était le seul jour de l'année où il y allait parce que c'était la messe des anciens combattants, alors qu'il était plutôt anticlérical, comme il était de bon ton de l'être à l'époque***...

 

A côté de cela, est-ce qu'ils avaient envie d'aller aider les Espagnols ? Pas du tout ! Je n'en ai jamais entendu parler Par contre, pour les Espagnols qui arrivaient, c'étaient leurs frères d'avant, c'étaient les mêmes, c'était la même communauté de pauvres paysans, des deux côtés des Pyrénées. Mais quant à aller se battre pour les Espagnols en Espagne, non, ils n'y pensaient même pas."

 

J'aime beaucoup ce passage parce qu'il dit toute l'importance de la guerre de 14-18 pour l'ancrage du sentiment républicain dans la génération de Français nés vers 1895 et chez leurs enfants nés autour de 1920-30. C'est une de mes marottes que de répéter que 14-18 ne fut pas une "guerre civile européenne" où tous les torts étaient partagés comme on veut nous le faire croire aujourd'hui (et comme on en vient à le dire aussi de 1939-45), mais une guerre de résistance de la seule grande République européenne (ses ennemis étant une coalition d'empires et de monarchies) face à un danger parfaitement objectif en Europe à l'époque qui était l'idéologie pangermaniste.

 

Ce récit dit l'importance de 14-18 dans l'imaginaire et la pietas de la population d'un village de montagne (évidemment en écrivant ces lignes je pense à Bernanos) mais aussi ce qui allait stériliser définitivement la République française et l'enfoncer dans la lâcheté : parce qu'il y avait eu la saignée de 14-18, on n'avait plus envie de se battre pour la République espagnole, ni pour Dantzig un peu plus tard. Cela ne voulait pas dire qu'on était dans l'amoralisme le plus complet - comme le sont maintenant beaucoup de Français hypnotisés par la désinformation médiatique. On fait encore la différence entre Franco et la République en Espagne, et l'on sait se montrer solidaire et accueillant avec le camp qui porte la justice (un camp d'ailleurs très similaire à soi-même, comme le relève le témoin, parce que ce sont des petits paysans des deux côtés des montagnes, mais aussi, on le sait par ailleurs, parce que la République espagnole, plus présente chez les paysans aragonais que le communisme et même que l'anarchisme, avait le républicanisme français, et chantait la Marseillaise). Mais on n'est pas prêt à guerroyer pour le bien commun de l'Europe. Ce qui bien sûr ne pouvait que conduire au désastre. Beaucoup de ces gens-là (Républicains espagnols et français) allaient se ressaisir en se retrouvant dans la Résistance un peu plus tard. Non pas sur un mode idyllique d'ailleurs, et non pas sans malentendus (non seulement le gouvernement de De Gaulle n'allait rien faire pour aider à une opération de Reconquista via le Val d'Aran, mais encore aucun Français "ordinaire" n'allait s'engager dans ces bataillons, preuve que la communauté d'objectifs n'existait plus vraiment), mais tout de même suffisamment pour permettre une bonne "absorption" des enfants des Républicains dans les listes des bons Français.

 

FD

 

* maître d'école en béarnais

** village aspois où naquit le chanteur populaire Marcel Amont. On y visite un ours pyrénéen en captivité.

*** anticlérical et très à gauche, il était, nous dit son fils plus haut, abonné au Réveil du Combattant de l'ARAC, un journal qui existe toujours et dans lequel j'ai écrit l'an dernier, ce qui ne l'empêchait pas d'avoir un fils enfant de choeur.

Lire la suite

Deux échecs historiques : la Réforme protestante et la Révolution française en Béarn

22 Août 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

drapeau-b-arn.pngDepuis quelques années sur ce blog nous avons périodiquement l'occasion de nous intéresser aux réformes politiques ou religieuses. Malheureusement nous ne disposons pas de données très précises sur les réformes anciennes comme celles d’Akhénaton, de Zaratoustra, la révolution bouddhiste, l’apparition du monothéisme chez les Isréaélites ou le développement du christianisme dans l’empire romain.

Nous possédons en revanche des éléments plus détaillés sur de réformes plus récentes : l’essor du protestantisme au 16ème siècle, et la révolution française de 1789-1794. La lecture de la Revue de Pau et du Béarn de 1994 (numéro 21), me donne l’occasion de mieux saisir la réalité sociologique de ces réformes qu’on peut considérer, s’agissant du Béarn, comme des réformes « par en haut », dans la mesure où dans cette province la base sociale qui leur était favorable fut à l’origine des plus réduites.

Commençons par dire un mot de la conversion du Béarn au protestantisme.

Je partirai ici de l’article du professeur britannique Mark Greengrass (Revue de Pau et du Béarn n°21 p. 37). On a au début du 16ème siècle, un royaume de Navarre (capitale Pau – population du royaume 150 000 habitants, comparable à certain Etats princiers allemands) avec des institutions (fors) revitalisée par Henri II d’Albret (cour d’appel, chambre des comptes), ce qui permit un bon état financier, le maintien de la monnaie, l’organisation de milices, la fortification « à l’italienne » de Navarrenx, renforcement du caractère électif de la royauté et du rôle de son conseil.

Selon une légende les Béarnais étaient originaires de Berne en Suisse. L’indulgence des Albret à l’égard du protestantisme serait à l’origine de la reconnaissance papale de l’annexion de la Navarre du sud par l’Espagne en 1512. Le premier groupe protestant apparut à Pau en 1545 grâce à la tolérance des institutions, à l’époque où la république de Genève dirigée par Calvin est à son apogée. Les fors n'accordaie,t qu’un pouvoir limité aux magistrats civils en matière d’hérésie, et les évêques d’Oloron et Lescar étaient des clients des Albret. Gérard Roussel de Meaux (membre d’un cercle « pré-protestant ») avait été nommé évêque à Oloron par l’entremise de Marguerite de Navarre (Marguerite d’Angoulême, femme d’Henri II et sœur de Françoi Ier qui vient de mourir). Selon Florimond de Raemond, Roussel à Nérac et Oloron supprima dans ses messes l’élévation de l’hostie et référence aux Saints et à la Vierge, mais le point est contesté.

Le protestantisme en Béarn est d’emblée une religion de l’élite francophone, « dont l’horizon dépassait les limites du pays » et qui habitait à Pau. Gentilshommes et dames de la cour des Albret, étudiants de Bordeaux et Toulouse, commerçants, médecins, quelques artisans.

Jeanne d’Albret née à St Germain en Laye en 1528, et reine de Navarre depuis la mort de son père en 1555 proclame sa foi protestante calviniste à noël 1560 à Pau. Mais des résistances perdurent : aussi bien le Conseil souverain que les Etats de Béarn sont loin d’être entièrement protestants (et son mari Antoine de Bourbon resté catholique). Les barons de Béarn, qui ont des attaches familiales en Navarre espagnole, s’opposent aussi à la Réforme (et notamment à la suppression du défilé de la fête du Corpus Christi), ainsi que les bergers des vallées (qui craignaient de ne plus pouvoir faire paître leurs troupeaux en Espagne).

Avec l’aide du pasteur Merlin formé à Genève et du théologien Pierre Viret envoyé par Calvin, Jeanne fait avancer la Réforme en envoyant des commissaires protestants dans les villages, puis en interdisant par des ordonnances de 1566 à l’Eglise catholique de recevoir des dons et legs. Toutefois la résistance populaire demeura très forte, contre les prédicateurs calvinistes allant même jusqu’à une tentative d’insurrection (Pentecôte 1567) déjouée seulement par la défection de certains de ses membres.

En 1569, profitant d’un voyage de Jeanne d’Albret à la Rochelle pour soutenir Condé et Coligny, Charles IX saisit les terres de la maison de Navarre et envahit le Béarn. L’armée catholique du baron de Terride occupe le Béarn pendant 2 mois, mais la forteresse de Navarrenx où se sont réfugiés l’armée et les protestants résistent. L’armée protestante du comte normand de Montgomery libère les assiégés et écrase l’armée catholique française. Jeanne d’Albret victorieuse, s'appuyant sur la soif de revanche des calvinistes, édicte alors en novembre 1571 des ordonnances inspirées par Pierre Viret (qui est premier ministre mais mourra peu avant la promulgation des ordonnances) pour « bannir toute fausse religion, idolâtrie et superstition » du Béarn. Elles prohibent la magie, la sorcellerie, la danse, les chansons grivoises, les jeux de hasard, l’usure, le blasphème et un grand nombre de délits sexuels. Tous les revenus ecclésiastiques sont transférés à l’église calviniste (ce qui n’eut pas d’équivalent ailleurs en France).

Apparemment (et selon Greengrass ce fut aussi la règle ailleurs en Europe), le protestantisme eut du mal à gagner le cœur des paysans. La liturgie met du temps à être traduite en béarnais (ainsi que les Psaumes de David) et en basque (on traduit le Nouveau testament pour la Basse-Navarre). Le clergé protestant se complaît dans un registre savant. Le nombre de pasteurs décline de 80 à 60 en 25 ans. Une part du budget ecclésiastique va à l’effort de guerre, et les jeunes formés à l’université d’Orthez n’ont pas encore l’âge pour devenir pasteurs. Le Conseil souverain du Béarn résista une première fois en 1576 à la tentative d’Henri (futur Henri IV) d’imposer une restauration du catholicisme. En 1599 il limita autant que possible l’application de l’édit de Fontainebleau qui était pour le Béarn l’inverse de l’édit de Nantes en France. Dès 1603 le catholicisme renaît en Béarn. A Jurançon (près de Pau et qui était dans le périmètre de prédication d’un pasteur palois), d’après les baptêmes enregistrés, on estime la communauté catholique à 500 personnes (10 %) de la population. Ceux-ci obtiennent à nouveau de l’influencé au sein du Conseil souverain, rachètent leurs terres. Et quand Louis XIII annexe le Béarn en 1620, le protestantisme s’effondre comme un château de cartes.

valmy_.jpgVenons-en maintenant, deux siècles plus tard, à la Révolution française de 1789-1794. L’article du lieutenant-colonel Louis Cedelle (dans la même livraison de Revue de Pau et du Béarn p. 207 et suiv) nous propose une approche intéressante du phénomène à partir non de l’étude des villes, mais d’une chronique de cette révolution dans un petit village de 3 000 habitants, à une dizaine de kilomètres au sud de Pau sur la route des montagnes, Gan.

Qu’apprend-on sur la manière dont la révolution française s’est déployée dans ce microcosme ?

En 1789, la communauté de Gan était dirigée, comme ailleurs en France par un noble, De Peyre-Guilhempau, qui avait acheté l’office de mire, assisté de trois « jurats » et d’un conseil de onze représentants. La communauté, qui jouit de certains privilèges fiscaux depuis 1686, ne rédige son cahier des doléances qu’avec retard (le 16 mai, alors que les Etats-généraux à Versailles sont réunis depuis le 1er mai). Elle n’y demande que l’allègement de certains impôts et taxes.

La 4 août à Paris l’assemblée nationale a voté l’abolition des privilèges. Le 28 octobre une émeute a lieu à Pau, capitale du Béarn. L’avocat Mourot provoque une assemblée extraordinaire des députés de la région paloise qui proclament l’intégration à la France.

Le 12 novembre l’assemblée constituante crée les municipalités. Gan va devoir recenser ses habitants – et notamment ses « citoyens actifs », assez riches pour voter, environ 400 – ce qui donne lieu à des polémiques entre conservateurs et révolutionnaires (plusieurs décomptes seront publiés).

Le 12 février 1790, les citoyens actifs réunis à l’église élisent un maire, Sere, qui était déjà un des représentants dans l’ancienne communauté. Un autre ancien représentant fait parie des 12 « notables » membre de l’assemblée municipale. Ferran l’ancien greffier est nommé secrétaire-greffier et l’on jure fidélité « à la nation, à la loy et au roy ».

Des conflits apparaissent entre anciens jurats et nouveaux officiers municipaux. Sere saisit l’intendant d’un refus d’anciens jurats de lui verser des intérêts de son ancienne charge de lieutenant du maire. La remise des comptes et des archives est laborieuse.

Le 3 octobre 1790, Serre ayant été élu au directoire du district de Pau, c’est Jean-Pierre Rances qui est élu avec 8 voix d’avances. Mais l’élection est contestée car le curé Monségu a voté comme citoyen actif alors qu’il n’a pas prêté serment à la constitution civile du clergé. L’ancien maire Guillempau et les anciens jurats se plaignent de ne pas figurer dans la nouvelle liste des notables et officiers municipaux, ce qui laisse penser qu’un clivage important existe entre les esprits acquis au nouveau régime et les autres. Dès avril 1791 de affiches pro-ancien régime sont placardées. Des réunions secrètes ont lieu où, selon les délibérations du conseil il est décidé d’assassiner les chefs patriotes (cela se reproduira en 1792), il faut alors assurer la paix civile avec des gens « de confiance »

Autre signe de la difficulté de la révolution à impose sa loi, en 1791 beaucoup de Gantois refusent de porter la cocarde ou portent des cocardes fantaisistes

Le 11 juillet 1792 les Prussiens avançant vers Paris (juste avant Valmy), l’assemblée a proclamé « la patrie en danger ». Un décret national a été signé le 8 juillet qui décide que le conseil municipal sera permanent pour faire face aux dangers. Les officiers municipaux assurent leur tâche à tour de rôle et le conseil doit se réunir tous les dimanches. L’ordre est répercuté à Gan le 27 juillet 1792 mais les conseillers municipaux s’en acquitteront sans zèle. Il faudra de nouvelle mesures de la convention nationale, et un arrêté du représentant en mission montagnard d’Artigoyte à Auch le 11 novembre 1793 déclarant suspect tout notable ou officier municipal à deux réunions d’affiler (p. 211). La présence aux conseils reste des plus irrégulières et pourtant personne ne sera déclaré suspect pour ce motif.

Rance ayant été élu à son tour au directoire du district de Pau le 13 décembre 1792, le 6 janvier 1793 (la France est désormais une république) le chirurgien Fourticot, 64 ans, est élu maire. Cachou ancien représentant sous l’ancien régime fait partie des  sept nouveaux officiers municipaux, ce qui manifeste une certaine continuité. C’est que le scrutin tenu à l’issue des vêpres a subi la pression des royalistes menés par Guillempau qui avaient demandé de renvoi : précédemment ils avaient nommé une nouvelle municipalité entre eux alors que le président avait levé la séance, élection annulée par le district de Pau.

Guillempau continuera à répandre des rumeurs contre l’équipe de Fourticot et à tenir des assemblées nocturnes contre elle. Le nouveau conseil municipal républicain compte en majorité des cultivateurs, et des petits artisans, mais les étiquettes sont trompeuses. Rances ancien maire qui figure comme « cultivateur » en 1789 faisait partie des contribuables ayant versé la contribution patriotique, c’est un rentier.

La municipalité manque de personnel pour l’Etat civil (un temps confié au curé Antoine Simon Maluquer), et pour l’instruction publique.

En avril 1793, des réunions séditieuses se poursuivent (p. 218). Les nobles s’opposent à leur désarmement. Monestier du Puy de Dôme prend un arrêté pour éloigner les nobles des frontières et les déporte « en deçà du gave de Pau ». C’est notamment le cas d’Antoine Peyre-Guilhempau. Mais en fait ils sont placés en résidence à Pau et reviennent en « permission » à Gan où ils continuent d’organiser des incidents et des « attroupements contre-révolutionnaires »

Une société populaire de défense de la révolution liée au club de Pau des « Amis de la constitution » n’est crée que tardivement, le 11 août 1793 pour lire la presse républicaine dan une salle du presbytère.

Cette société est née dans la foulée d’une initiative des patriotes qui décidèrent la veille de faire brûler en place publique les chaises des aristocrates qui ne se rendaient pas à la messe (sic) – la municipalité ferma les yeux.

La loi du 17 septembre 1793 définit les suspects et ordonne leur arrestation, Bibe fin octobre comme « aristocrate et fanatique », Peyre-Guilhempau « cultivateur » pour propos inciviques au même moment.  Arrêtés juste pour une dizaine de jours. Fourticot lui-même et son ami Vignau seront classés suspect en janvier 1794 sur une dénonciation non fondée puis ils reprendront leurs fonctions.

Thermidor reconduira Fourticot comme maire, tout en réintroduisant le royaliste Bibe comme assesseur. En janvier 1795 Peyre-Guilhempau aura l’audace de se représenter à la mairie pour réclamer les armes qui lui furent confisquées et demander un certificat de civisme

Chaque village voulait sa garde nationale (pour Jurançon voir ici). Gan eut 6 compagnies de cent hommes (mais il n’y a qu’une centaine de fusils). On demandera en vain des gendarmes.

Quelques dizaines de soldats mobilisés en 1791 pour les guerres. Puis 200 hommes pour la levée des soldats de l’an II. Puis en août 1793 on ignore combien de soldats furent mobilisés par la « levée en masse ». Problème des réquisitions de bétail et de grain, de billes à jouer, de papier, des savetiers. En 1794 inondations et grêle.

Sur le plan religieux le curé Monségu était réfractaire. Il menaça de poignarder son vicaire Barat en juin 1791 qui donnait des messes à la maison des pauvres. Le curé à partir de 1790 refusa de lire les documents officiels. En octobre1791 l’abbé jureur Maluquer fut élu curé, mais Monségu refusa de céder et occupa le presbytère. Le maire dut envoyer un détachement de la garde nationale à la cure où il s’était enfermé. Le curé s’échappa à cheval par la route de Lasseube. Sa servante fut mise en prison, mais Monségu la fit libérer par le tribunal du district. Monségu mourut en janvier 1892. Après mars 1794 (déchristianisation) Maluquer et les prêtres jureurs du haut de Gan défroquent par amour de la constitution. Le maire Fourticot transforme l’église en Temple de la Raison et faisait détruire l’autel, les tapisseries et les statues. Mais en l’absence de Fourticot, Vignau fit une déclaration selon laquelle il fallait laisser les gens pratiquer la religion qu’ils voulaient. En 1795  l’ancien curé jureur (ils étaient de moins ne moins nombreux) d’Audejos Cuyeux allait reprendre les offices à l’église

En juillet 1800 le préfet désignait Peyre Guilhempau maire qui nommait ses amis au conseil. Certains gantois s’en émurent car il y avait parmi eux des déserteurs et des analphabètes. Le préfet demanda qu’on lui propose une liste. Fourticot sollicité refusa car il préférait s’occuper de ses malades. Il y eut des règlements de compte contre certains républicains (le vieux secrétaire Ferran, le juge de paix ex-maire Rances). La nouvelle équipe municipale est donc monarchiste. Dès l’Empire à Gan c’est comme si la Révolution n’avait pas eu lieu.

Entre la Réforme du XVIème siècle et la Révolution de 1789 on a donc ainsi deux exemples de changements politiques et moraux imposés « par le haut » et très influencés par les événements parisiens qui dans une région reculée comme le Béarn ne laissent qu’une empreinte éphémère. Dans les deux cas les problèmes sont les mêmes : manque de personnel d'encadrement, décalage entre ceux-ci et les croyances du petit peuple, impossibilité de s'enraciner dans le temps, dans un contexte de guerre où les situations sont précaires. Tout cela faisait des transformations politiques et religieuses de la région des échecs programmés.
 

Lire la suite

Béarn-Irlande

12 Juillet 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

vall-e-d-ossau.jpgExtrait de Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d'agir, 2004 (ouvrage publié post-mortem), p.114 :

 

"J'ai découvert peu à peu, surtout peut-être à travers le regard des autres, les particularités de mon habitus qui, comme certaine propension à la fierté et à l'ostentation masculines, un goût avéré de la querelle, le plus souvent un peu jouée, la propension à s'indigner "pour peu de chose", me paraissent aujourd'hui être liées aux particularités culturelles de ma région d'origine(*) que j'ai mieux perçues et comprises par analogie avec ce que je lisais à propos du "tempérament" de minorités culturelles ou linguistiques comme les Irlandais. Ce n'est en effet que très lentement que j'ai compris que si certaines de mes réactions les plus banales étaient souvent mal interprétées, c'était peut-être parce que la manière - le ton, la voix, les gestes, les mimiques, etc. - dont je m'exprimais parfois, mélange de timidité agressive et de brutalité grondeuse, voire furieuse, pouvait être prise pour argent comptant, c'est-à-dire, en un sens, trop au sérieux, et qu'elle contrastait tant avec l'assurance distante des bien nés parisiens qu'elle menaçait toujours de donner des allures de violence incontrôlée et querelleuse à des transgressions réflexes, et parfois purement rituelles, des conventions et des lieux communs de la routine universitaire et intellectuelle".

 

(*) le Béarn.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>