Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #debats chez les "resistants" tag

Débats sur une initiative de BDS en Espagne

19 Août 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Le chanteur juif américain Matisyahu a été interdit de concert à Benicassim (province de Castellon) pour avoir refusé de faire une déclaration politique pour reconnaître aux Palestiniens le droit à avoir un Etat. Le Rototom Sunsplash, festival dans le cadre duquel il devait se produire est consacré au dialogue entre les peuples. La campagne pour l'interdiction du concert a été lancée par BDS-Pays valencien en raison de ses prises de position pro-israéliennes. Les partis de droite (PP, Ciudadanos et UPyD) ainsi que le parti socialiste ont condamné cette interdiction. Un porte-parole du PP a crié à l'antisémitisme et a souligné que les sympathisants de BDS stigmatisent la démocratie israélienne et soutiennent une dictature comme Cuba, celui de Ciudadanos a parlé de "judéophobie". Gauche unie (IU) et Podemos ont approuvé cette décision. L'eurodéputée de Gauche Unie Marina Albiol avait fait partie de la campagne de BDS pour l'interdiction. Elle fait partie de la liste noire établie par diverses associations pro-israéliennes sous le titre "Les noms des Eurodéputés qui ne veulent plus de coopération avec Israël."

A ma connaissance il n'y a pas d'eurodéputé français membres de BDS, mais je ne sais pas trop pourquoi.

Lire la suite

Comment aider les résistants à Daech ?

14 Août 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Débats chez les "résistants", #Aide aux femmes yezidies

Comment aider les résistants à Daech ?

A défaut de pouvoir pousser nos dirigeants à mener une action militaire d'envergure contre Daech ("Etat Islamique"), les citoyens européens peuvent mener des actions de solidarité. Il y a ceux qui s'engagent dans les milices de gauche du Parti Union démocratique (PYD) syrien. Et puis il y a aussi la possibilité d'aider ceux qui prennent en charge les femmes réduites en esclavage par Daech.

Je vous ai déjà parlé de Nareen Shammo (voir le reportage de la BBC sur elle ici), basée au Kurdistan irakien, qui travaille courageusement chaque jour avec son association Al-smoqi charity assembly à la libération de femmes kurdes yézidi (yazidi) utilisées comme esclaves sexuelles par Daech. 1 500 femmes sur les 7 000 enlevées depuis août 2014 ont pu être libérées. Mais une fois libérées, beaucoup sont rejetées par leur famille, ou se retrouvent veuves ou orphelines. Il faut assurer leur logement. L'association de Nareen Shammo loue des maisons pour ces femmes. Mais cela lui coûte 450 dollars par maison chaque mois.

Avec 100 euros vous pouvez subvenir aux besoins alimentaires et sanitaires d'une de ces femmes et de ses enfants pendant dix jours. Si vous souhaitez faire un acte de solidarité en leur direction n'hésitez pas à m'écrire à mon adresse mail atlasaltern@hotmail.com, je vous communiquerai une référence pour transmettre de l'argent à l'association de Nareen Shammo via le compte bancaire de son association ou via Western Union (ça se fait très facilement par Internet, et le paiement est sécurisé). Si vous vous méfiez des intermédiaires (comme c'est mon cas), vous pourrez directement cibler une ou plusieurs femmes que vous choisirez d'aider, et recevoir périodiquement de ces nouvelles. Ce n'est qu'une action modeste contre la barbarie fasciste de Daech, et cette entreprise massive d'asservissement de la féminité lancée par ces fanatiques en Irak et en Syrie. Mais si beaucoup de gens se lancent dans cette entraide, cela soulagera des associations comme celles de Nareen Shammo qui ont des moyens très limités et sont dépassées par l'ampleur de la tâche.

Pour mieux vous convaincre de faire un geste, et pour que cela soit plus concret pour vous, j'ai demandé à Nareen de me transmettre les photos de cinq femmes que j'ai un peu aidées, afin qu'elles soient en quelque sorte les visages de cette cause des femmes persécutées par Daech en Irak et en Syrie.

Comment aider les résistants à Daech ?

Voici donc ces photos

Comment aider les résistants à Daech ?

.

Comment aider les résistants à Daech ?

.

Comment aider les résistants à Daech ?

.

Comment aider les résistants à Daech ?

.

Lire la suite

Praxis de la Grande Politique

3 Juillet 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Ecrire pour qui pour quoi

Praxis de la Grande Politique

Internet rend vraiment con au delà de ce qui est imaginable. Quand je vois les "eurocritiques" s'enfermer dans leurs petites marottes, et leurs jeux d'appareils minables, lancer leurs petites revues à 50 lecteurs etc, j'ai envie de dire à ces types (ou ces dames, mais il y en a moins dans ces milieux) : ouvrez vos fenêtres, vous ne faites pas de la politique, vous faites de la triste tambouille, de l'épicerie de bas étage, secouez vous, vous êtes en plein naufrage, et vous entraînez du coup le destin de votre pays dans vos impasses minables alors que l'espoir de l'humanité pourrait reposer sur vos épaules si vous vous dépassiez, un peu !

D'abord, ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'il n'y a pas de Grande Politique (j'ose ce mot emprunté à Nietzsche), sans contact direct avec les grandes réalités humaines. Pour vous en persuader, relisez les chapitres de Chateaubriand sur la Révolution et l'Empire.

Les tristes sires du milieu "eurocritique" français croient que je ne fais plus de politique parce que je me désintéresse de leur petite cuisine. Quel aveuglement ! S'ils lisaient correctement ce blog, ils y trouveraient de la politique à chaque ligne, et pas seulement quand j'y rédige des billets sur la Transnistrie ou le Yémen !

Mais moi, je fais de la politique autour des grands enjeux humains, qui sont ceux qui nous montrent le vrai visage de notre époque, et nous donneront des clés pour trouver des idées qui vont au delà des problématiques "je vote pour tel parti" ou "je vote contre".

Par exemple le Kurdistan qui est le lieu de tous les héroïsmes en ce moment. J'insiste auprès de Nareen Shammo, qui est en Irak, pour qu'elle me donne des voies d'aide concrète aux femmes yézidi. Je suis en contact permanent avec un avocat kurde syrien, j'approuve à 100 % l'engagement de Graeber pour les Kurdes. Non pas pour faire de la "charité", mais parce que dans cette "praxis"-là comme diraient les marxistes, tout un chacun peut trouver autant d'idées et de force que j'en avais trouvé dans mon engagement aux côtés des Serbes en 1999 (voir mon livre là-dessus), et un vision qui m'empêchera de retomber dans les problématiques anecdotiques ou les impasses de mes camarades parisien. "La vertu est la santé de l'âme" disait Ariston de Chios, mais pour moi "ta praxis est la santé de ton engagement". Ne jamais enliser ses idées dans des propos de comptoir de bistrot.

Lire la suite

Connus

24 Juin 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

J'ai un peu connu Régis Debray jadis. J'en ai parlé dans mes livres. Je m'amuse de le retrouver cité dans cet article. Mieux vaut en rire.

Le journaliste qui a donné cette interview à L'Orient le jour au Liban, je le connais aussi. Voilà un homme qui fait honneur à sa profession qui en a bien besoin.

Et puis lui aussi je l'ai connu, mais seulement de vue, croisé souvent à la Maison d'Amérique latine à Paris dans des débats, dans les années 2000 quand les mélenchoniens n'avaient pas encore quitté le PS. François Delapierre, décédé samedi dernier. Il avait mon âge.

Connus
Lire la suite

Solitudes préférables

6 Juin 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Certaines solitudes valent mieux que les actions de groupe. Depuis que je ne collabore plus à aucun collectif, mes livres ne sont pas cités, mes articles ne sont plus repris sur le Net et l'on ne me propose plus de figurer parmi les premiers signataires d'aucune pétition. Certains s'en désoleraient, je m'en réjouis plutôt.

Et de temps à autre certaines anecdotes confortent cette satisfaction en moi. Ainsi, hier, j'ai reçu le texte d'une pétition anti-OTAN dont il vaut mieux que je ne vous donne pas le lien (car je ne souhaite pas polémiquer ni entrer dans des logiques de critiques ad hominem). Certains signataires sont de mes amis ou anciens amis, mais leur nom figure à côté de ceux de guignols. Je suppose qu'ils n'ont pas eu le choix. En outre la pétition dénonce la "Révolution orange" ukrainienne. Elle n'a que 10 ans de retard... car le problème aujourd'hui c'est Euromaïdan, pas la Révolution orange des années 2000...

Ce genre de texte montre que l'opposition aux logiques bellicistes n'est point à la hauteur de la gravité des événements. Le député à qui j'ai proposé une question au gouvernement sur l'Etat islamique s'est bien sûr gardé de me répondre - aujourd'hui les juges en font plus que les députés en matière de relations internationales, et je plains celui qui devra, après la plainte du Qatar, dire, au vu de ses très faibles pouvoirs d'investigation, si oui ou non cette pétromonarchie soutient l'EI, pour décider si le propos de M. Filippot était diffamatoire ou pas...

Et pourtant il y a tant à faire quand je vois par exemple le sinistre Porochenko appeler à la "guerre totale" contre la Russie !

La faiblesse structurelle de l'opposition au système atlantiste se révèle dans le caractère éphémère des sites sur le Net. Esprit corsaire a fermé ses portes en décembre dernier, La Tour de Babel en novembre (dommage, j'avais besoins de clés pour comprendre la résistance des profs au Mexique, La Jornada ne me donne que des fragments)...

Pour ma part j'attends toujours qu'un site d'info en géopolitique apparaisse qui fasse clairement la part des choses entre les diverses propagandes, et nous donne au moins toutes les versions en présence. Par exemple, quand on lit le 20 mai dernier sur le site de la chaîne du Hezbollah libanais Al Manar :

"Le dirigeant du Kurdistan d’Irak, Massoud Barzani souhaite la reprise des relations avec Israël comme durant les années 70 et 80 du siècle dernier. Barzani a tenu ses propos dans une interview accordée à la deuxième chaine de télévision israélienne, dont l'équipe se trouvait au Kurdistan de l'Irak, pour un reportage sur la situation politique et sécuritaire."

Il est bon de trouver dans la foulée sur Kurdpress News :

"Barzani’s Media Advisor, Kefah Mahmoud Karim, has denied the president has interviewed with any Israeli media. He told al-Maalomeh that the Lebanese daily report is completely baseless. Karim stated Barzani has not made any interviews with any Israeli media as the stance of the region towards Israel is quite known. "

Ce travail de confrontation systématique des infos à partir d'un point de vue indépendant n'est hélas fait nulle part. Ni dans les médias mainstream trop serviles, ni chez les fragiles opposants.

Lire la suite

Ad nauseam

27 Mars 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Un connard de penseur "anti-Union européenne" dit sur une vidéo qu'Onfray est un grand homme et un "gros travailleur" (quelle rigolade !), qu'Epicure c'est la libre-pensée (quand se décidera-t-on à lire Koch Pettre à propos de la religiosité dogmatique de l'église épicurienne ?), que Démocrite c'est le progrès. Toute cette pensée matérialiste à deux balles qui ne comprend rien à l'Antiquité et ne lit les auteurs qu'à travers des digests. Tous ces profs de lycée de pacotille qui prétendent servir la "cause du peuple", analysent le système bancaire, l'histoire de la pensée, la politique, à travers la lecture des "Que sais-je ?". Tous ces rigolos, ces flemmards, tout juste bons à se pavaner sur You Tube ont trahi leur pays, trahi leur époque. C'est à vomir. La pensée anti-système, c'est autant le désert de Gobi que la pensée pro-système. Des esprits secs, des coeurs secs, des petits narcisses de superette. Les pires des marécages.

Lire la suite

Murray Bookchin

29 Octobre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

grille.JPGJe hais les pédagogues, depuis toujours. Parce que celui qui instruit autruit à tout moment court le risque d'être un imposteur (d'enseigner des choses fausses), ce que ne manque pas de dénoncer son disciples lorsqu'il lui vient à l'esprit de se rebeller (et le ressentiment du disciple frondeur et ingrat doit être bien triste à vivre). S'il nous faut accepter de jouer ce rôle auprès de nos enfants, gardons nous de le tenir auprès de nos pairs (voilà pourquoi je plains par exemple ceux qui prennent dans la vie privée des compagnes et compagnons beaucoup plus jeunes qu'eux car la tentation d' "enseigner" doit y être omniprésente entre celui qui a eu le temps de beaucoup vivre et beaucoup penser, et celui qui est plus novice, ce qui expose la relation en permanence aux impasses redoutables du rapport pédagogique). Seule la pédagogie par l'exemple existentiel de ce qu'on est, pédagogie involontaire, vaut quelque chose.

 

Je ne vous expliquerai donc point en détail ce qu'est l'anarchisme écologique de Murray Bookchin. J'ai entendu parler de cet auteur uniquement à travers l'ethnologue David Graeber qui disait que le très stalinien Parti des travailleurs kurdes (PKK) en Turquie s'était converti à ses théories. En le lisant ces derniers jours, je découvre un penseur avant-gardiste, qui, déjà dans les années 1970-80, avait déjà poussé très loin sa réflexion sur la décroissance, la nécessité d'affranchir les individus du consumérisme obsessionnel et de l'angoisse "d'optimier leur vie", le retour à des communautés humaines mieux dimensionnées, la production de biens durables, la recherche de voies d'émancipation collective plus harmonieuses, dans le respect de l'environnement.

 

A-t-il raison après Bakounine de décrire le capitalisme sous la catégorie théologique du "Mal" ? Le choix du mot est peut-être trop américain, mais l'analyse de la perversion des rapports humains dans tous les domaines par ce système (déjà magistralement faute par Karl Polanyi) est juste. J'ai pensé aux idées d'Arnsperger sur un "yoga anti-consumériste" (voir la référence dans ce billet). Il est toujours bon de garder ces gens dans son paysage intellectuel.

 

NB : A propos de l'impossibilité de réformer le capitalisme dans le sens de l'écologie, voir cet article sur Naomi Klein.

Lire la suite
Lire la suite

PDGphilie

21 Octobre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

L'indécent concert de louanges à la gloire de Christophe de Margerie, patron de Total décédé aujourd'hui... Là pour le coup, c'est Gérard Filoche avec ses Tweets qui a raison.

Lire la suite

Une ex-ministre

7 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Mme Filipetti à la Une de l'Huma dimanche. La grande presse de centre-gauche, pour sa part, fait des portraits croisés : Mme Filipetti la normalienne chiante qui cite Aragon et reste fidèle à la gauche, Mme Fleur Bidule, son successeur, ENA-ESSEC, social-libérale, dialoguant avec des rapeurs à la TV, branchée, moderne.

 

Retrouvé dans mes archives un lien URL

http://www.primo-europe.org/showdocs.php?rub=11.php&numdoc=Do-718022906 où Mme Filipetti était verte tendance "Mamère" (il y a 10 ans) et tentait de diviser la résistance à la guerre à l'Irak et à la colonisation des territoires palestiniens en appelant les Palestiniens "modérés" à se dissocier des "radicaux" dans les manifestations. Dommage, le lien ne fonctionne plus.


Lire la suite

Les Kurdes et la question d'une politique "proactive" et prospective

5 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Avant l'été j'ai mis en contact le jeune docteur Assem Sayede, juriste kurde syrien, avec le rédacteur en chef de l'e-zine "Courrier du Maghreb et de l'Orient".

 

Puis, en ma qualité de responsable de la section française du site, j'ai procédé à la relecture et correction de son article. La question kurde est particulièrement délicate comme tant d'autres au Proche-Orient, mais on ne peut pas la glisser sous le tapis sous prétexte que les Israéliens ou les Américains seraient susceptibles de l'instrumentaliser contre des Etats-nations fragilisés.

 

On ne peut pas imposer aux Kurdes syriens de rester une nation marginalisée et opprimée par un Etat central se réclamant d'un panarabisme d'un autre âge. Les Kurdes sont une question sérieuse en Irak, en Turquie, en Syrie, en Iran, comme les Albanais et les Hongrois l'étaient en ex-Yougoslavie. On ne peut pas ériger un tabou de l'intangibilité des frontières sans regarder en face les problèmes humains que celle-ci pose. A la lecture de l'article d'Assem Sayede, même si on relativise son parti pris, on voit bien en quoi le statu quo n'est pas tenable, en quoi l'anti-impérialisme ne doit pas être un alibi à l'immobilisme, en quoi il faut être tourné vers l'avenir, prospectif, pro-actif, ce que la gauche de la gauche ne sait pas toujours faire hélas...

 

L'article est en ligne ici.

Lire la suite

Partir pour le Donbass ?

30 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

kosovo-copie-1.jpgDéjeuné avec Pierre Piccinin hier. Il me propose de me rendre dans le Donbass ukrainien avec lui. Témoigner pour les sans-voix. S'exposer au feu des balles, des obus, des missiles avec lui et ceux qui souffrent en silence. C'est tentant. Je voulais déjà le faire quand Belgrade était bombardée il y a 15 ans. Mais Pierre Piccinin n'a pas d'enfant et j'en ai un.

 

Lui et moi avons les mêmes valeurs, le même imaginaire. Il est dommage qu'un certain manque de recul à l'égard des événements (très forts) qu'il vivait, ait parfois nui à sa réputation, comme je l'ai indiqué dans mes recensions de ses livres pour Parutions.com.

 

Une pensée pour Gaza. Les salauds sur Internet qui nous parlent des "combats à Gaza vus de l'espace" devraient savoir que ce qu'on voit de l'espace, ce ne sont pas "les combats" : car les tirs de kalachnikovs du Hamas ne se voient pas de l'espace. Ce qu'on voit de là haut, ce sont les bombes israéliennes qui pilonnent sans pitié. Ce ne sont pas "les combats". Et s'il vous plaît, que la TV française arrête d'inviter tous ces pseudos spécialistes (vous voulez que je cite leurs noms ?) qui n'ont à la  bouche que cette phrase "le Hamas aussi commet des crimes de guerre". Ces gens, grassement payés, et qui ont pignon sur rue, sont des insultes permanentes au sens élémentaire de la justice que tous les êtres humains sont censés avoir en partage.

Lire la suite

Les chrétiens d'Irak, la vérité et le "crime contre l'humanité"

22 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Le sort des chrétiens d'Irak m'a posé deux questions ces derniers temps.

 

Gaulois1) Le premier problème est celui de la vérité factuelle.

 

Pierre Piccinin da Prata (Piccinin, ça sonne mieux que Péchiney-Ugine-Kulman) avec lequel je collabore sur Courrier du Maghreb et de l'Orient écrivait début juillet :

 

"Les Chrétiens eux-mêmes, qui avaient craint pour leur vie et s’étaient enfuis des régions annexées par le Califat, s’aperçoivent que, de manière générale, Daesh ne persécute pas leur communauté et les laissent libres d’exercer la plupart de leurs activités, sans porter atteinte à leurs propriétés, comme le commande le Coran (les Chrétiens étant considérés comme « impurs », certains métiers leur sont toutefois désormais interdits, comme les professions relatives aux soins de santé ou celles qui concerne la distribution de l’eau courante, par exemple). Les Chrétiens, dont beaucoup s’étaient réfugiés au Kurdistan, commencent dès lors à regagner leurs foyers ; il leur faut cependant payer l’impôt islamique prévu par le Coran à l’intention des Chrétiens et des Juifs."

 

Il était le seul Occidental dans la région. Aujourd'hui les chrétiens s'exilent en masse. S'est-il trompé ? Dans quelle mesure (de temps et d'espace) la vérité qu'il a constatée sur place était-elle juste ? En quoi et pourquoi a-t-elle changé depuis lors ?

 

Problème de la pénurie des informateurs. J'apprécie chez Pierre Piccinin ce que j'aimais chez Samuel Laurent en Libye : son regard nuancé sur les djihadistes.

 

2) Deuxième problème : les concepts

 

Le conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution qui condamne "le plus fermement possible la persécution systématique par l'EI et des groupes qui lui sont affiliés d'individus issus de minorités et de personnes qui refusent l'idéologie extrémiste de l'EI" et qualifie cela de possible "crime contre l'humanité"...

 

Le conseil de sécurité est prudent, il emploie un conditionnel sans doute parce que seule la Cour pénale internationale pourraît qualifier le crime. Mais qu'est-ce qui est un "crime contre l'humanité" ? de tuer des gens parce qu'ils sont chrétiens ou de les soumettre à un impôt ou encore de leur dire "ne soyez plus chrétien" ?

 

Je comprends les chrétiens quand ils disent "nous sommes la religion la plus persécutée au monde". Ils ont peut-être statistiquement raison, quoiqu'ils doivent reconnaître aussi qu'ils sont la religion qui culturellement imprègne les nations les plus riches, les plus puissantes militairement, celles qui soumettent à leur loi l'avenir de la planète, et à ce titre ils restent la religion qui structure le plus l'imaginaire mondial, les livres d'histoire, la littérature etc.

 

La question que je me pose est de savoir en quoi serait une atteinte grave à l'ensemble de l'humanité le fait qu'il n'y ait plus de chrétiens en Irak ? Je veux dire, au début des années 80 ont disparu dans les Pyrénées les dernières personnes capables de parler une langue sifflée, comme ont disparu dans les années 60 les derniers "cagots" et disparaissent tous les ans dans le monde des tas de cultures et de langues que ne connaissent plus que quelques vieux. Processus ancien déjà dénoncé dans Tristes tropiques de Lévi-Strauss. Personne ne jugera que le médecin qui a laissé mourir le dernier vieillard qui parlait la dernière langue d'une nation anéantie a commis un "crime contre l'humanité". Est-ce un crime quand le dernier porteur de culture meurt ? En est-ce un quand on en tue cent ou mille ? A partir de quel seuil est ce un crime ? Est-ce un crime si on ne les tue pas mais simplement si on les empêche de parler leur langue et pratiquer leur religion ?

 

Et surtout, encore une fois, en quoi est-ce que cela atteint "toute l'humanité" (puisque c'est à partir de cette idée d'atteinte générale à l'espèce que le concept a été forgé par le tribunal de Nüremberg) ? Est-ce que l'espèce a besoin d'une diversité religieuse et de la conservation de toutes ses composantes religieuses en chacune des régions du globe ? Si oui, alors même la transformation interne d'une religion peut être un crime contre l'humanité. Vatican II est un crime qui a supprimé le latin des églises. Et si demain les églises se convertissent au New Age et dressent dans les églises des statues de Marie-Madeleine nue en prêtresse d'Isis, bracelet de serpent au bras comme le souhaitent beaucoup d'esprits inspirés, ce sera aussi un crime contre l'humanité puisqu'il liquidera le catholicisme traditionnel...

 

On voit bien que la notion pose mille problèmes, par delà toutes les réactions hystériques qu'elle favorise. Son problème majeur est qu'elle porte un regard d'entomologiste sur l'humain, espèce qu'il faudrait figer, dont il faudrait garder la physionomie et la "biodiversité" transformée en "culturodiversité" comme nous y exhorte en permanence la chaîne de TV Arte. Il est tentant bien sûr de braquer des missiles et de la condamnation morale (nous aimons tellement la morale imprécatrice, au détriment d'une éthique authentique) sur des barbus qui embêtent les chrétiens. Mais faut-il hausser leur brutalité au rang d'atteinte à ce que l'humanité a de plus fondamental ? Je n'en suis pas si sûr. D'ailleurs leur barbarie n'est-elle pas plus un "moteur de l'humanité" qu'une crime contre l'humanité ?

 

Une dame naïve que je ne connais pas du tout m'envoie un message sur le profil FB d'Atlas alternatif "C'est aberrant interdire un être humain, de l'être pleinement parce qu'il aime autrement ! Le Monde est en souffrance un peu partout, non à cause de l'amour, qu’elle que soit la façon dont il s’exprime! ce qui est en train de tuer le Monde de l'Humanité, c'est la HAINE! pas l'Amour!" Je ne sais pas trop ce que son mail veut dire, mais je sais moi que la haine n'a jamais "tué le monde". Elle a fait partie de ce qui le faisait tourner. Rien de nouveau sous le soleil.

 

La notion de "crime contre la civilisation" était au moins plus claire que "crime contre l'humanité" parce qu'on voyait mieux ce qu'elle désignait. Elle ne postulait pas une humanité par définition bonne contre laquelle un crime "extérieur" sévirait. Le "bon" à défendre c'était la civilisation. L'ennui est que la notion était raciste. Parce qu'il y avait le civilisé et celui qui ne l'était pas.

 

J'arrête à ce point ma réflexion, juste pour signaler que la revue Books parlait il y a peu d'un livre de Bryan Ward-Perkins qui s'est mis en tête de rétablir l'idée (refusée par les germanophiles et la chaîne Arte depuis des anénes, et par contagion l'establishment universitaire européen) selon laquelle les invasions germaniques sont vraiment à l'origine de la chute de l'empire romain et ne furent pas une simple balade touristique de familles gothes et franques pétries d'admiration pour Rome dans un empire déjà mal en point. Une thèse convaincante.

Lire la suite

Manifestations pro-Palestine : une folie de M. Valls

18 Juillet 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

En interdisant les manifestations pro-palestiniennes M. Manuel Valls ridiculise notre pays. Le premier ministre appuie sa mesure sur les incidents de Bastille dimanche dernier, dont le Daily mail entre autres (cf ici) a rappelé qu'ils avaient les allures d'une pure provocation de la LDJ. Espérons que le référé-liberté introduit au tribunal administratif contre l'interdiction de manifester dimanche prochain prospèrera.

 

Lire la suite

La non-ingérence de gauche

14 Novembre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

L'équipe de l'Atlas alternatif a été invitée à un "forum des résistances" ou quelque chose dans ce goût là qui ouvrait ses portes à des gens de droite et de gauche. J'ai décliné l'invitation, dans la mesure où le livre "Atlas alternatif" et le blog qui l'a prolongé tiennent une ligne de gauche qui refuse le dépassement des clivages.

 

Deux ou trois contributeurs de l'Atlas sont un peu plus ouverts que moi cette question, mais la ligne que je défends reste majoritaire au sein des gens qui contribuent à l'actualisation du blog et à sa diffusion. J'ai entendu il y a peu dans une interview le préfacier du livre dire qu'il n'était plus de gauche, expression qu'il a explicitée en disant qu'il était "de la gauche historique mais que la gauche historique n'existe plus". Cette position ne me paraît pas défendable. En 1940 le PCF était rallié au pacte germano-soviétique et la SFIO votait les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Est-ce pour autant que les militants socialistes ou communistes trahis par leur direction cessaient de se dire de gauche ? L'appartenance à une mouvance politique résulte d'une réflexion sur 200 ans d'histoire, et non pas du fait qu'on ait été exclu de telle ou telle réunion ou qu'on n'aime pas tel ou tel personnage ni l'orientation de tel ou tel parti.

 

Etre de gauche c'est défendre les défavorisés contre les aristocraties et les mafias, en sachant bien hiérarchiser les ennemis : les mafias des banques et des multinationales occidentales sont plus dangereuses que les mafias étatiques qui peuvent exister en Russie ou ailleurs, ou que les corporations de hauts fonctionnaires ou de médecins etc qu'on peut avoir en France, et évidemment plus dangereuses que les éventuels petits conglomérats syndicaux dont, certes, on peut dénoncer parfois les abus de pouvoir, mais qu'il serait absurde de mettre sur le même plan que les multinationales, ou de dénoncer comme des "valets" des multinationales, ainsi que le fait l'extrême-droite.

 

La défense des défavorisés passe selon moi par la défense des structures étatiques et de leurs services publics, surtout en France (même s'il faut rester critique sur le fonctionnement de ceux-ci et chercher à les placer toujours plus au service des citoyens - sans pour autant d'ailleurs les aligner sur un esprit de consommation que certains citoyens nourrissent à leur égard). Au nom de cette défense des structures étatiques, il faut défendre le droit à la souveraineté des Etats, notamment ceux du tiers-monde, telle qu'elle résulte de la charte des Nations-Unies (et même la défendre au besoin contre les Nations-Unies quand c'est nécessaire), car on sait combien diverses mafias locales, notamment sécessionnistes, sont promptes à instrumentaliser un "devoir d'ingérence" en s'alliant à la super-puissance américaine. Ce refus du devoir d'ingérence, ne doit cependant pas faire perdre de vue un sens de l'internationalisme, et de la solidarité avec des mouvements inspirés par des valeurs de gauche (émancipation des hommes et des femmes, refus des excès de l'individualisme, du consumérisme et de l'obscurantisme (ce qui n'implique pas nécessairement un refus absolu des religions). Il n'est notamment pas question de se résoudre à ce que des peuples restent à jamais sous la coupe de disctateurs à cause de la non-ingérence. Mais la solidarité entre partis ou entre mouvements sociaux et associatifs, qui peut éventuellement aussi passer par des sanctions commerciales au niveau des Etats (chaque Etat restant libre de ses alliances et de ses inimitiés au nom de ses intérêts mais aussi de ses principes) ne peut passer par des voies de coercition militaire qui, de toute façon, ne font en règle générale que radicaliser les tendances dures des régimes oppressifs ou semer le chaos, provoquer le règne des bandes armées, au détriment du bien-être des peuples et des chances d'établir des solutions politiques stables à long terme.

 

La défense des défavorisés d'un point de vue de gauche suppose que l'on refuse aussi, évidemment, toute forme de complotisme - qui noie la compréhension fine des phénomènes sociaux -, et toute forme de racisme ou de sexisme (si l'on entend par sexisme la volonté de diminuer la légitimité de l'un ou l'autre sexe à exercer ses droits dans la sphère politique et à jouir de ses droits sociaux).

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>