Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #debats chez les "resistants" tag

Un nouveau parti à gauche du PC chinois

12 Novembre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Elle est prof associée à l'Institute of Economics and Management de Pekin (Beijing), elle est fan de Bo Xilai l'ex leader de la gauche du PC chinois (numéro un du PC à Chonqing) tombé en disgrace. Elle a déjà fait de la prison à cause de deux lettres ouvertes pour le défendre, et une grève de la faim. Elle est convaincue que c'est un homme humble et droit. Elle s'appelle Wang Zheng (prononcer Wang Tcheng). Cette quadra fait partie des fondateurs d'un nouveau parti à gauche du PCC : Zhi Xian (pouvoir suprême de la constitution). Ce parti a été créé bizarrement par lettre ouverte au congrès national du PC chinois et aux leaders des 9 autres partis tolérés (New York Times du 11 novembre). Selon Weng, il ne s'agit pas de remettre en cause le leadership du PCC nécessaire à l'unité de la Chine mais reconnaître la liberté de réunion,d'association, et la primauté de l'article 1 de la constitution qui affirme le caractère socialiste de l'Etat chinois, pour faire prévaloir la propriété collective, alors que la Chine se débat dans trop d'inégalités depuis trente ans. Elle estime qu'une parti révolutionnaire comme le sien n'a pas à se faire enregistrer, et que le PCC lui n'a jamais eu recours à ce genre de procédure.

 

Dans des déclarations à Reuters elle a reconnu que les fondateurs de ce nouveau parti n'ont pu joindre Bo (condamné à la prison à vie) pour obtenir son accord. Sima Nan, un commentateur de TV supporter connu de Bo (et par ailleurs fervent admirateur de Socrate et adversaire des pseudo-sciences), estime que ce nouveau parti est une farce, c'est ce qu'il a déclaré à Reuters, ajoutant que Bo n'accepterait jamais d'agir hors des cadres du PCC.

 

Il va falloir suivre dans les années qui viennent l'évolution de ces néo-maoistes de la mouvance de Bo, qu'ils soient au sein du PCC ou en dehors, maintenant que leur chef est en prison.

 

 

 

Lire la suite

Des nouvelles de la pétition pour Piotr Ikonowicz

10 Novembre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

P1020404-copie-1.jpgUn mail que j'ai reçu au sujet de la pétition que j'ai signée (voir ici) pour la libération de Piotr Ikonowicz :

 

"Aux dernières nouvelles, le directeur de la prison où Piotr Ikonowicz a été emprisonné a demandé au tribunal de permettre à ce qu'il soit "libéré sous contrôle électronique" ce qui démontre que la pression marque les autorités polonaises mais ce qui ne règle évidemment pas le problème puisqu'il ne s'agit pas d'obtenir la libération à n'importe quelle condition de Piotr mais d'obtenir la révision de ce procès politique inique et un moratoire sur les expulsions de logements pour permettre la mofication de la loi inconstitutionnelle permettant l'expulsion à la rue de personnes en situation de fragilité.

 

Plusieurs médias électroniques, journaux et stations de télévision polonais importants ont relaté l'évolution de l'affaire sous un jour objectif, soulignant en particulier le fait que le président de la république de Pologne, Bronislaw Komorowski, avait depuis le début de son mandat amnistié plus de 250 condamnés parmi lesquels des personnes coupables de malversations financières, de corruption, de commerce de drogue, de vol et d'attaques violentes, alors qu'il avait refusé d'examiner le dossier d'Ikonowicz dans lequel le verdict était faussé de façon flagrante et que tous s'accordent à dire que les activités bénévoles de Piotr Ikonowicz en faveur des personnes démunies et sans aide juridique est exemplaire. La presse russe et ukrainienne a diffusé largement l'information. Nos efforts pour diffuser l'information auprès des médias progressistes occidentaux se poursuivent.

 

Les députés du parti de centre gauche "Ton mouvement" manifestent dans l'hémicycle (voir attaché) pour la libération de Piotr au moment même où ils vont présenter un projet de loi réformant la loi sur le logement et qui a été préparé avec la coopération active de Piotr et la Chancellerie de la justice sociale dont il est un des fondateur. Des députés d'autres partis d'opposition ont également fait savoir leur appui à Piotr

La pétition qui a été lancée par le maire (bourgmestre) de la banlieue varsovienne d'Ursynow continue a recueillir de nouvelles signatures en faveur de la libération de Piotr. Des intellectuels connus de l'ex-dissidence d'avant 1989 ayant connu des évolutions politiques différentes ont aussi fait savoir au président leur opposition à l'internement de Piotr. De même plusieurs personnes issues de la mouvance "ex-communiste".

 Notre pétition internationale continue de recueillir de son côté des signatures d'associations et syndicats ou de personnalités marquantes de la vie associative, culturelle, intellectuelle et politique. Le groupe vert au parlement européen, tout en proclamant son refus de "s'ingérer dans les décisions de justice polonaises ...s'étonne" de l'internement de Piotr Ikonowicz connu pour ses activités bénévoles socialement utiles.


Devant la prison où il est interné un village de tentes s'est formé avec des militants exigeant la libération de Piotr.

 Pendant ce temps, une vague inédite de manifestations et de grèves touche la Pologne depuis la rentrée, ce qui témoigne du ras-le-bol grandissant du peuple de Pologne devant la dégradation constante de sa situation sociale alors même que les autorités claironnent le "succès" du "modèle polonais" à l'extérieur et soulignent une croissance économique dont la population, après vingt ans de transformation systémique, ne voit toujours pas les fruits au quotidien. Il faut rappeler que, malgré l'émigration de plusieurs millions de Polonais au cours de la dernière décennie, le taux de chômage, inconnu en 1989, reste très élevé et la misère sociale massive. C'est bien entendu dans ce contexte qu'il faut comprendre les mesures répressives qui visent Piotr Ikonowicz, un des rares ancien dissident, fondateur du syndicat Solidarnosc et du Parti socialiste polonais, à être resté fidèle à l'objectif d'autogestion ouvrière proclamé dans la foulée des grandes grèves de 1980."

 

ps - finalement les initiateurs de la pétition ont publié ce communiqué le 18 novembre 2013 :

 

"Nous vous écrivons pour vous remercier de votre engagement massif et vos signatures pour obtenir la libération de Piotr Ikonowicz qui a été condamné à trois mois de prison pour s'être opposé pacifiquement en 2000 à l'expulsion d'un couple de personnes agées, à l'occasion de quoi il a été accusé de comportement violent. Chose qui a été infirmée tant par les témoins de la défense que de l'accusation. Ce verdict inique et clairement politique a abouti à l'arrestation récente de Piotr alors que les prisons polonaises sont surpeuplées et ne peuvent contenir toutes les personnes condamnées.

Il est clair que Piotr a été amené en prison à un moment où les tensions sociales se multiplient en Pologne (grève générale en Haute-Silésie il y a quelques mois, 200 000 manifestants à Varsovie en septembre, vagues de grèves et de manifestations ininterrompues à travers tout le pays). A un moment donc où ses activités de soutien juridique aux exclus, aux locataires menacés d'expulsion, aux salariés victimes d'une exploitation frauduleuse, etc. rencontrent une popularité grandissante montrant que l'on peut s'opposer à la fatalité du capitalisme sans limites. Alors aussi que la Chancellerie de la justice sociale dont il est un des principaux animateurs a préparé avec un groupe de députés de centre gauche une loi sur le logement qui devrait empêcher les expulsions et prévoit de nombreuses améliorations des droits pour les plus démunis. La répression qui vise Piotr ne représente que la partie la plus visible de répressions visant beaucoup d'autres personnes militant en faveur de leurs droits ou des droits sociaux en Pologne.

C'est dans ce contexte que Piotr, en prison, a déclenché une grève de la faim, suivie de son épouse et du Député Jacek Kwiatkowski. Alors que le Président de la République de Pologne, Bronislaw Komorowski, avait procédé depuis le début de son mandat à plus de 200 grâces, il a refusé catégoriquement et sans avoir consulté les actes du procès d'envisager une telle décision concernant Piotr Ikonowicz, malgré l'appui que lui ont manifesté de nombreux Polonais, citoyens, militants syndicaux, députés, dirigeants politiques, anciens dissidents de diverses tendances politiques ainsi que plusieurs syndicats et associations. Sur le terrain international, notre pétition a rencontré également un appui sur tous les continents de citoyens, militants, dirigeants, élus, syndicalistes, personnalités du monde du travail, de la science, de la culture, etc. Malgré cette large mobilisation, à l'occasion de la fête nationale du 11 novembre, le Président de la République de Pologne a procédé à de nouvelles amnisties visant des personnes condamnées pour malversations financières, crimes ainsi qu'un prêtre pédophile.

Considérant que cette dernière décision avait désormais démontré clairement le cynisme absolu des dirigeants polonais, des amis de Piotr, parmi lesquels des militants et des députés, ont demandé que le versement d'une somme d'argent exigée par le pouvoir soit faite afin de pouvoir le libérer au lieu de continuer à voir sa santé se dégrader en prison, et afin qu'il puisse reprendre sans tarder le combat pour la révision de son procès, en profitant de la vague de sympathie qui l'a entouré depuis son internenement et afin qu'il puisse récupérer ses droits civiques et participer à toutes les initiatives juridiques et politiques en faveur des victimes des politiques sociales et économiques imposées aux Polonais depuis trop longtemps. A un moment où la nécessité de reprendre également le combat contre les expulsions de locataires devient urgent.

L'arrestation, l'internement, la grève de la faim, les résistances du pouvoir polonais face aux tentatives d'améliorations de la législation polonaise en faveur des exclus, des victimes d'un droit du travail minimum et trop rarement appliqué ont permis de démontrer désormais hors de tout doute que la Pologne suivait une pente dommageable pour les intérêts de son peuple et pour sa notoriété internationale. Piotr a été libéré après avoir perdu 15 kg, il est sous observation médicale et se rétablit lentement. C'est grâce au vaste mouvement de solidarité en Pologne et dans le monde qui sa libération a été possible à l'initiative d'un groupe de parlementaires.

Soyez tous et toutes remerciés pour votre solidarité. Piotr, sa femme, ses amis, ses soutiens ont été très sensibles à votre engagement à ses côtés, ce qui lui donne la force de poursuivre son combat pour la justice sociale. Il faut désormais s'appuyer sur cette expérience pour faire monter les exigences sociales. Par vos signatures et interventions individuelles et collectives auprès des autorités polonaises et d'organismes internationaux, vous avez grandement aidé à faire connaître la vérité et à isoler les dirigeants polonais qui avaient jusque là tendance à vivre dans une bulle d'autosatisfaction s'appuyant sur des taux de croissance illusoires.

 

Le combat continue en Pologne pour le respect des libertés constitutionnelles, le droit du travail, le droit des chômeurs et précaires !"

Lire la suite

Les plumitifs en tournée de promo à Alger

10 Novembre 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

hilton-alger.jpgLes petits préposés à l'anti-impérialisme (ceux qui ont marqué mon année 2000 et dont j'ai parlé dans "12 ans chez les résistants") étaient réunis à l'hotel Hilton d'Alger dans le cadre du 18 ème salon du livrehier après midi (9 novembre) après quelques jours de relaxation au soleil de l'Algérie.

 

Commentaire d'un ami qui y était, à propos de leur conférence : "Même madame la ministre de la culture Khalida Toumi était présente. C'était pas fameux, sauf le Scientifique belge et un certain Pierre Conesa de l'Iris. Des désaccords presque vifs entre le Scientifique belge et le Missionnaire(*).Le premier a souligné que le débat sur la guerre n'était pas un débat qui reflétait les divisions gauche/droite aux Etats-Unis. Et, aussi, le Scientifique belge disait que les facteurs de la guerre et du bellicisme U.S. ne sont pas surdéterminés par les intérêts économiques, contrairement à ce que pense le MissionnaireJ'ai pas tout écouté parce qu'au bout d'un moment, ça devenait chiant avec les autres (surtout l'Ecrivain engagé, un autre journaliste et un anthropologue). Y avait plein de gens qui sont partis voir et acheter les livres du Missionnaire; presque personne n'est venu voir le Scientifique belge  et personne ne s'est intéressé vraiment à l'Ecrivain engagé (ça j'en suis content). Avant la conférence ils avaient tous dîné avec la ministre".


Je suis sûr que l'Ecrivain engagé n'oserait pas s'afficher avec le Scientifique belge et le Missionnaire à Paris, sauf chez Taddei...
----------------------
(*) J'attribue à ces personnes les surnoms qui sont les leurs dans le livre 12 ans chez les Résistants.
Lire la suite

L'anti-impérialisme, au rythme de l'actualité

17 Août 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Jacques Vergès est mort. Comme pour Henri Alleg en juillet (cf ici) je m'abstiendrai d'écrire une rubrique sur lui, et ce d'autant plus que lui (à la différence d'Alleg), je ne l'avais jamais croisé nulle part. J'ai parfois admiré son audace, mais désapprouvé ses méthodes. Cela tient au fait que je considère le monde avec le regard du juge, et lui le faisait avec celui de l'avocat, ce qui est une facilité narcissique.

 

Les événements du Proche-Orient soufflent sur les anti-impérialistes un peu dans tous les sens. Ceux qui se sentaient une proximité avec les chiites libanais, syriens et iraniens ont pu se réjouir quand Assad a reconquis des positions à Homs. Ceux qui ont cru en Tariq Ramadan et étaient prêts à faire un bout de chemin avec les Frères musulmans sunnites doivent aujourd'hui supporter de voir les partisans de Morsi décimés en Egypte. Et les laïcistes européens, eux, toujours drapés dans un fantasme de pureté et de supériorité intellectuelle, courent toujours après cette société proche-orientale chimérique qu'ils voudraient peindre aux couleurs de leur propre pays... Quelqu'un dans un journal tunisien sur le Net accusait récemment récemment la gauche de la gauche tunisienne de vivre sur une autre planète, et, en jouant la carte maximaliste face à Ehnahda, de pousser tout droit le pays vers la dictature ou la guerre civile. Difficile d'évaluer jusqu'où le maximalisme peut être utile ou dangereux.

 

tony blair is a wanker 1206058457Sous George W. Bush dans les années 2000, le maximalisme anti-impérialiste était utile pour éradiquer l'esprit de croisade occidental. Mais devant des sociétés aussi divisées que celles du monde arabe, où faut-il placer le curseur de l'intransigeance ?

 

Je me posais aussi la question ce matin en regardant l'interview d'Inna Shevshenko sur Euronews. J'ai dit que les médias accordaient trop de place aux Femen il y a 6 mois.Ils créent le phénomène avant même qu'il n'existe, puis quand il a sa place dans la société, les médias peuvent hélas difficilement l'éviter. Shevshenko m'a paru plutôt modérée, apte à relativiser le rôle de son mouvement dans la société. Cela m'a surpris.

 

On trouvera peut-être mon dernier billet sur le blog de l'Atlas alternatif un peu trop favorable aux Frères musulmans égyptiens (même si je ne passe pas sous silence par exemple, les violences qu'ils font subir aux Coptes). C'est que, comme le dit Vijay Prashad (ex contributeurs de l'Atlas alternatif sur Facebook), on ne doit pas se résigner que les conflits politiques au Proche-Orient se règlent sur le mode de la boucherie. Pour la même raison j'ai jugé indéfendables les bombardements par Assad en Syrie et ai fini par faire la recension du livre de Pichinin, même si je reste hostile à toute aide occidentale à la rébellion syrienne. Ce n'est pas du ninisme : je pense juste qu'il ne faut pas être complice des boucheries. Dans l'affaire égyptienne c'est une position d'autant plus facile à tenir que les massacres sont perpétrés avec l'argent de l'Arabie saoudite et des Etats-Unis, autrement dit les grands chefs de l'ordre mondial que nous contestons. Il est amusant de voir d'ailleurs en ce moment le Qatar et la Turquie rejoindre le Venezuela dans la contestation de la répression égyptienne. Les amis d'un jour des chefs de l'ordre mondial peuvent devenir ses ennemis le lendemain. Mais bon, le Qatar, qui fut à la limite de déplaire à Bush en 2004, n'est quand même pas prêt de devenir un ennemi de Washington, ni Erdogan non plus. En politique, au niveau des Etats, il y a toujours place pour beaucoup de nuances.

 

A part ça, rien de spécial. J'attends la rentrée. Du crédit dont je jouirai à ce moment-là (par exemple celui que peut me conférer une publication dans le Diplo si elle m'est accordée) dépendra mon envie de m'engager sur des projets nouveaux (j'en ai trois ou quatre en tête en ce moment, mais reste prudent et circonspect).

Lire la suite

Les oligarchies "progressistes"

5 Août 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Robert_Mugabe-copie-1.jpgJ'ai rédigé un petit billet factuel sur l'élection de mercredi dernier au Zimbabwe pour le blog Atlas alternatif :

 

Un ami communiste m'écrit :

 

"De mon point de vue, Mugabe est effectivement à lui tout seul un excellent symbole de l’Union Africaine, c’est un excellent agent de l’impérialisme.

L’Union Africaine, en particulier son union régionale, la fameuse SADC, le soutient comme elle soutenait Ben Ali et Kadhafi, comme elle soutient la totalité des dictatures africaines.     

Moi personnellement, je soutiens par exemple les mineurs de Marikana. "

 

Certains contributeurs de l'Atlas alternatif rejetteraient cette position (très répandue aujourd'hui au sein de la direction du PCF et du PG) comme trotskysante, trop axée sur la défense des mouvements sociaux, excessivement hostile au rôle des Etats (bien souvent répressifs surtout quand ils font l'objet de pressions impériales extérieures comme c'est le cas du Zimbabwe), remparts naturels du capitaliste mondialisé, et de ce fait, objectivement "utile"  au capitalisme international.


Pour ma part, je suis beaucoup plus nuancé. On ne peut pas se dire de gauche et révolutionnaire et se résoudre à ce que des peuples vivent sous la coupe d'une oligarchie locale même si cette oligarchie se pare des attributs du progressisme. Et l'on sait que la passion des pouvoirs forts est le moteur principal du rouge-brunisme (on le voyait en Serbie en 2000 par exemple). A mon avis on ne doit pas faire preuve d'une indulgence excessive pour les pouvoirs "forts" qui dans le tiers-monde s'opposent aux Occidentaux lorsque ceux-ci ne servent pas la cause de l'émancipation de leur peuple (création de coopératives, programmes de distribution des richesses et des droits sociaux volontariste comme cela se fait dans les pays de l'ALBA) et engraissent des oligarchies (russe, chinoise etc) tout à fait comparables à l'oligarchie occidentale. Mais il y a un devoir d'intelligence qui nous oblige à lire, faire connaître et intégrer le point de vue de ces oligarchies, et des forces sociales qui les soutiennent, ainsi que de montrer en quoi les inititiatives de ces oligarchies contrarient les projets planétaires des nôtres. C'est ce qu'essaie de faire le blog de l'Atlas alternatif (qui par ailleurs accorde aussi une place importante aux mouvements sociaux et à d'autres facteurs de progrès social pour l'humanité).

Lire la suite

Le jour de Clare Daly

24 Juin 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Ces derniers temps, chaque jour est le jour d'une femme sur le front du courage politique : avant hier celui de Medea Benjamin, hier celui de Randa Kassis, aujourd'hui celui de Clare Daly, député du parti socialiste d'Irlande.

 

Lire la suite

Antifascistes contre extrême droite

6 Juin 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Le meurtre du jeune étudiant de Sciences Po, hier à la gare de RER Haussman. Les voix qui s'élèvent pour la "dissolution" des groupes d'extreme droite (attention de ne pas aller trop loin dans la répression d'un courant de pensée auquel je suis hostile mais qui a sa liberté d'expression comme tous les autres).

 

Certains jeunes d'extrême gauche (car c'est dans la jeunesse que la tentation de la violence est forte, qu'elle soit verbale ou physique) qui fantasment sur l'Italie des années de plomb, sur Rouillan, sans se rendre compte qu'un conflit ouvert entre milices d'extreme gauche et d'extreme droite dans un pays où la plupart des classes populaires en milieu semi-rural votent FN se terminerait par la victoire de la réaction comme en Italie en 1922. Si nous étions dans la Russie des années 1860 les jeunes étudiants de gauche essaieraient d'aller haranguer la France pro-FN démoralisée par la mondialisation libérale, ce qui serait peut-être un moyen de recoudre le tissu social. Mais le fossé sociologique entre les deux Frances est trop grand. Et c'est sur les épaules du faible gouvernement social-dem (par ailleurs écrasé par la politique d'austérité prônée par l'Allemagne), certes pourvu de la main de fer de M. Valls (mais les ministres de l'intérieur socialiste, de Weimar, comme de la IVe République en 1947 ne peuvent pas à eux seuls apaiser la tempête qui monte) que repose la pacification des esprits. C'est demander beaucoup à des gens qui ont peu.

 

Schneidermann ce matin met en garde les fausses symétries créées par les journalistes. Une spécialité de ce milieu et de tous les pouvoirs conservateurs. Les médias aussi pourraient jouer un grand rôle pour apaiser le climat, mais ils n'ont hélas pas été formés à cela. Continuons pour notre part à défendre les espaces de dialogue, même de dialogue conflictuel. Pourquoi le gouvernement ou les municipalités ne créeraient ils pas des forums de débat "live" (pas sur Internet qui favorise l'hystérie) entre les deux Frances prêtes à en découdre dans la rue ?

Lire la suite

Les combats pour la justice, les pièges du Proche-Orient...

26 Mai 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

L'idéal de justice que j'évoquais hier au nombre des trois valeurs constitutives du "beau", est un idéal esthétique non seulement parce qu'il n'y a pas de beauté sans justice, mais parce que la justice est un exercice délicat, subtil, qui doit se pratiquer àla fois avec fermeté et avec nuance.

 

La lutte de Medea Benjamin contre les drones et contre Guantanamo est une lutte belle et qui sert la justice, comme celle de Julian Assange, comme l'initiative de Ken Loach de rappeler la grandeur du travaillisme anglais d'avant Thatcher. En revanche la manière dont certains en France se laissent aller à prendre partie dans la confessionnalisation (chiites/sunnites) du conflit général du Proche-Orient, singulièrement depuis l'entrée en guerre du Hezbollah contre les insurgés syriens (mais c'était déjà le cas avant). n'est aucunement belle ni fidèle au principe de justice, ni en ce qui concerne ceux qui vont dans le sens des Frères musulmans, ni en ce qui concerne les inconditionnels de Téhéran. Belles aussi sont les oppositions au Traité de Partenariat transpacifique et au Grand marché transatlantique (décidément chaque décennie a ses traités commerciaux à combattre : autrefois l'AMI grâce à une mobilisation mondiale et l'ALENA-NAFTA, grâce en particulier aux efforts de Chavez ). Le combat pour la justice est un art...

Lire la suite

La manif anti-ingérence d'Antioche, le devoir d'information et la gauche

30 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

La gauche de la gauche en France n'aime pas la dictature syrienne. Pensez par exemple au député de Seine-Saint-Denis François Asensi qui dès 2011 demandait à la France de rompre les relations diplomatiques avec Bachar El-Assad. On la comprend. Elle estime, non sans raison, que les peuples de langue arabe méritent mieux que des dictatures. Il y a des exceptions : certains communistes "old school" par exemple, qui se rappellent que la Syrie baassiste avait quand même quelque chose de non-aligné et de pro-Palestinien (au moins par intermittence), et surtout qui se disent qu'entre le baassisme (éventuellement un peu "démocratisé") et l'éclatement du pays (façon Somalie) ou la guerre civile larvée ou ouverte (façon Irak) le choix devait plutôt pencher pour la première option. Les mêmes divisions se rencontrent un peu partout. Apparemment en Syrie aussi il y a des communistes bacharistes et d'autres anti.

Moi je n'ai pas d'opinion très tranchée sur la Syrie, si ce n'est que je suis résolument contre les ingérences occidentales. Je suis prêt à reconnaître face aux fanatiques du "regime change" que le bacharisme est réformable par des moyens plus "soft", et face aux amis du régime syrien que l'ASL n'est pas la bande de fous intégristes qu'ils prétendent (mais l'ASL pèse-t-elle encore ? ou est-elle déjà hors circuit face à Al-Nosra comme la LDK kosovare de Rugova l'était déjà au printemps 1999 face à l'UCK de Thaci ?).

Je regrette seulement que la position plutôt inconsistante des appareils politiques à gauche de la gauche soit aujourd'hui un obstacle à l'information des citoyens. Par exemple la position plutôt anti-Baas du Parti communiste français ne permet pas au lecteur moyen de l'Humanité ou de l'Humanité Dimanche de savoir que la gauche de la gauche turque (ou grecque, ou portugaise) est beaucoup plus radicalement anti-ingérence occidentale que le PCF. Et elle ne permet pas à ce lecteur de savoir, par exemple, qu'il y a eu une grande manifestation à Antioche dimanche dernier contre l'ingérence occidentale organisée par le PC turc, en collaboration avec le PC syrien. De même qu'elle ne permettait pas en 2012 à ses lecteurs "de base" de savoir que les dernières tribus kadhafistes étaient liquidées vraisemblablement à l'arme chimique à Syrte et à Bani Walid en Libye - une information qui aurait pourtant pu être utile au lecteur-citoyen, quoi que l'on pense, par ailleurs, du kadhafisme (d'autant que cette liquidation est loin de n'avoir fait que des victimes militaires).

Cela a pour inconvénient de faire peser sur de simples individus le devoir de "contre-information", ce qui est lourd à porter pour lesdits individus (je songe à ce site français d'information bachariste dont je n'approuvais pas le contenu, mais dont la fermeture pour cause de lassitude de son auteur me paraît très révélatrice des limites de ce type de diffusion d'info, alors qu'il était pourtant très lu), touche un public limité et prête à caution sur le plan de la fiabilité (car les initiatives individuelles peuvent facilement glisser vers le n'importe quoi).

Tout pourrait être très différent si la gauche de la gauche était plus pluraliste en son sein et moins intimidée par ceux qui la somment de s'aligner sur les dominants. Par exemple cette gauche de la gauche au lieu de chanter la louange d'Aung San Su Kyi, prix Nobel de la paix birmane, au seul motif que son père était un socialiste marxisant, aurait prêté un oreille attentive l'an dernier aux Rohingyas, minorité birmane cruellement massacrée par les extrémistes boudhistes dans l'indifférence générale des occidentaux (et d'Aung San Su Kyi), sans laisser l'Iran se faire leur principal avocat.

Toute notre culture collective serait très différente si la gauche de la gauche "officielle" (et ses médias) était plus pluraliste en son sein et plus capable de contrer les vérités officielles. Ainsi, au lieu de connaître par coeur le nom d'Ingrid Betancourt, une grande bourgeoise colombienne faite citoyenne d'honneur de la ville de Paris uniquement parce qu'elle fut prisonnière de la guérilla des FARC, peut-être les lecteurs de gauche connaîtraient-ils celui d'Anhar Kochneva, journaliste ukrainienne qui, après avoir été enlevée par la guérilla syrienne de l'ASL s'est héroïquement libérée elle-même (sans aucun soutien de chef d'Etat occidental). Anhar Kochneva était présente au meeting communiste d'Antioche. Je me suis demandé si cette journaliste avait des affinités avec la gauche de la gauche turque où, d'après le compte-rendu de l'Association pour la paix, elle jouit d'un immense capital émotionnel de sympathie. Les gens de gauche en France n'auront pas le loisir de se poser la question, car il est évident qu'elle ne sera jamais invitée à aucun meeting du Parti de gauche ou du PCF, lesquels pourtant communiaient sans réserve naguère au culte d'Ingrid Betancourt. Ainsi vont les choses...

Lire la suite

Un "fake" sur Sarah Palin : Tchétchènes et Tchèques

25 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

C'est bien connu, on ne prête qu'aux riches. Depuis quelques jours une nouvelle circule sur le Net : à la suite de l'attentat au marathon de Boston, Sarah Palin aurait appelé sur Fox News (la chaine de droite) à envahir la Répubique tchèque (qu'elle confond avec la Tchétchénie).Des commentateurs français se sont emparés de la nouvelle.
 
Bien sûr cela sentait le "fake" à plein nez dès le début : 1) l'ambassadeur de la République tchèque à Washington la semaine dernière avait regretté que beaucoup d'Américains confondent Tchéquie et Tchétchénie, il était tentant d'attribuer ce genre d'erreur à la conne de droite interventionniste (néoconservatrice) de service, trop tentant même 2) la news est partie d'un site spécialisé dans les "fake" et n'a pas été reprise par des sites plus sérieux 3) il n'y avait pas de traces des déclarations de Palin sur Foxnews
 
Le démenti le plus sérieux est sur cette vidéo (ci dessous). Amis lecteurs gardez cet exemple à l'esprit : ne caricaturez pas vos adversaires (Mme Palin est sans doute un peu bête mais pas assez pour lancer à tout bout de champ des appels à la guerre ni pour commettre TOUTES les confusions des Américains moyens - elle a été quand même gouverneur de l'Etat d'Alaska). Vérifiez vos sources avant de diffuser une nouvelle sur Facebook, et rappelez-vous aussi le précédent de Mehlang Chang !
 
Lire la suite

Un grand moment d'ouverture au débat et de discussion rationnelle

18 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Michel Onfray et Michael Paraire. Comment peut-on sortir le débat intellectuel des pièges de l'égo ?

 

 

 

Lire la suite

La difficulté de discuter sur les faits

17 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Discussion avec une militante socialiste belge ce soir à propos d'Alexandra Kollontaï sur Facebook :

 

"Elle : Alexandra Kollontai était punk, une affranchie aussi

Moi - Non se faire livrer des manteaux de pelisse achetés rue de la pompe à Paris aux frais de l'Etat soviétique quand le peuple russe crevait de faim c'est pas punk du tout.

Elle : -  Et en plus tu es mysogyne, classe ! Non mais je rêve !

- Non, ruiner un peuple qui creve de faim, qu on soit femme ou mec c'est pas punk

- N'importe quoi ! elle n'a pas ruiné la Russie, elle a participé à son rayonnement !

-  Ce que je dis est vrai j'ai toutes les archives.

-  Elle a contribué à l'émancipation des femmes. Elle a fait avancer la condition des femmes russes.

- En 1917 oui. Mais en 25 elle a mal tourné.

- C'est quand elle était ambassadrice ?

- Mais je suis d'accord sur le fait qu'en 17 elle avait raison

-  Elle n'a pas ruiné la russie, la seule a échapper à la mort des cadres communistes, par son intelligence et son talent.

- Elle a perdu son poste à Oslo à cause de ses dépenses somptuaires, c'est indécent. Tu dirais quoi si l'ambassadeur d'Ethiopie à Bruxelles était viré pour excès de dépenses somptuaires ?

-  Je dirai que tu es démago, poujadiste et calomnieux - attaquer la personnalité sur des rumeurs c'est pas digne.

- J'ai photocopié les archives du centre Marguerite Duras à paris, je suis inattaquable sur le sujet. Che Guevara lui refusait d'avoir une voiture avec chauffeur.

-  Je ne t'attaque pas. Tu es inattaquable. Tu sais tout. Tu lis tout.

- Pas du tout ce sont des journaux d'époque.

- Ce n'est pas plus fiable que d'autres sources.  Si tu te bases sur Minute, Libé ou le Figaro tu peux avoir des lectures différentes.

-  Tu crois qu'on l'a rappelée à Moscou pourquoi ? 3 fois ils ont hésité à la rappeler. Mais à la longue ils en ont eu marre.

- Parce qu'elle a été l'objet d'une campagne de diffamation.

- Mais non, tous les gens qui la croisaient disaient qu'elle avait des tenues sompteuses. C'était une aristocrate.

- Bon je ne suis pas à cours d'argument mais je vois qu'ils ne servent à rien. Tu continues à te baser sur les rumeurs et les coupures de journaux pour asseoir ta vérité historique. Dans deux minutes tu vas me ressortir ton diplome et ton intelligence

-  Tu sais que lorsqu'elle harrangait les marins communistes à Sebastipol, ceux ci qui répliquaient "hourra madame" et non "hourra tovaritch" parce qu'elle était si élégante qu'ils retrouvaient à son égard le vieux respect des serfs ? Je te cite des faits, pas des diplômes.

- Les faits de mes couilles, ils sont tronqués. Il n'y a pas de vérité historique.

- Elle était fille d'aristo, élevée dans la soie. C'est un fait objectif."

 

On a dans cette discussion tous les méfaits du relativisme, et de l'utilisation des disqualifications subjectives pour éviter d'examiner sérieusement les arguments présentés.

Lire la suite

Réchauffement climatique selon Vincent Courtillot

17 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

On reparle du réchauffement climatique ? Je ne connais pas ce M. Courtillot, je connais mal la climatologie. Donc je me garderai de conclure sur le fait de savoir s'il a complètement raison ou pas. Mais son propos est rempli de bon sens.

 

 

 

Lire la suite

Ma contribution au débat sur la défense lancé par ICD

29 Mars 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #ICD

gazLa très sympathique, très utile et très progressiste association "Initiative citoyenneté défense-ICD" (je vous invite chaudement à vous intéresser à ses travaux et même à y adhérer) a bien voulu me demander une contribution au débat qu'ils organisent sur la réforme de la défense nationale française. Vous trouverez ici l'article que  je leur ai adressé et qu'ils viennent de publier sous le titre "Pour une défense progressiste, populaire et non alignée". Il faudra suivre de près les discussions sur leur site et dans leur revue "L'Arme et la Paix".

Lire la suite

Armes chimiques, Asensi/Fabius, musique

28 Mars 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Une fois de plus la gauche anti-impérialiste et la gauche anti-conspirationniste s'étripent et s'accusent mutuellement de servir des pouvoirs oppressifs et de crypto-fascisme. Cette fois-ci le thème de la confrontation ce sont les armes chimiques en Syrie et un article paru à ce sujet dans Bellaciao.

 

Comme vous le savez je suis neutre sur la question syrienne : je ne crois pas que le régime Assad soit éternellement voué à être une dictature (et sans doute se serait-il réformé plus facilement sans l'ingérence qataro-saoudienne), et je ne crois pas non plus que la rébellion armée soit nécessairement porteuse d'un régime de type Al-Qaida (d'ailleurs elle ne l'a pas été en Libye, quoi qu'on en dise, et Piccinin a raison de souligner que c'est l'enlisement du conflit qui contribue à la radicaliser). Je ne me reconnais aucun moyen intellectuel pour trancher des conflits de propagande comme celui sur les armes chimiques (alors que nous avions des moyens plus solides de contrer les propagandes de part et d'autre, par exemple, en 1999, sur le conflit du Kosovo, car la Serbie était un régime plus ouvert). Donc la neutralité est la seule attitude raisonnable dans ce conflit.

 

Je suis aussi neutre entre anti-impérialistes et anti-conspirationnistes, sachant que les deux camps ont des risques de se faire manipuler et de perdre de vue l'horizon de transformation sociale qui doit rester le moteur des mouvements progressistes. Donc lisez tous ces débats, avec à l'esprit l'idée que personne dans tout ça n'a complètement raison ni tort, et, ensuite, pensez au réel, continuez de vous informer sur le monde et de tenter d'y agir : car les luttes de chapelles ne doivent être qu'une toute petite partie de l'engagement.

 

assnatAu fait, vous avez vu les démêlées du député Asensi pour faire avancer la cause de la reconnaissance de la Palestine par la France ? Lisez, lisez...

 

A part ça amis lecteurs je réfléchis à un projet musical pour le peuple nord-coréen, si si, musical ! Ca vous étonne ? Un bon chomskyen rationaliste comme moi croit aussi aux vertus des arts et au bon usage des émotions !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>