Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #donald trump tag

Elon Musk contre Bill Gates ?

19 Octobre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE, #Les Stazinis, #Donald Trump, #La droite

Réelle opposition ou façon artificielle de monter un pseudo-rivalité comme autrefois entre Steve Jobs et Bill Gates ? Voici en tout cas qu'on nous présente un affrontement entre le fondateur de Tesla Elon Musk et celui de Microsoft Bill Gates.

On a déjà évoqué l'idéologie du contrôle des naissances de Bill Gates, et son projet de traçage par la luciférase sous un brevet qui compte 666 dans ses chiffres. Elon Musk, lui, se vante d'avoir eu dix enfants, et affirme que le surnombre de l'humanité peut être absorbé par la conquête de Mars à 54,6 millions de km de la Terre à bord du "Starship".

Bill Gates n'ayant pas adhéré au projet de Tesla (voitures électriques) sur le changement climatique, Musk en avril dernier a refusé une offre d'action philanthropique commune avec sa fondation. Gates n'a pas caché non plus qu'il ne croit pas en l'option de la conquête de Mars. Le chinois Jack Ma fondateur d'Alibaba, en août 2019 lors de la conférence mondiale sur l'IA où il avait rencontré Musk a souligné qu'il croyait plus lui aussi aux actions sur la Terre. Bill Gates croit à l'hydrogène comme source d'énergie, Elon Musk au solaire.

Les prises de position de Musk sont appréciées par la droite américaine et européenne, et par les défenseurs des libertés individuelles, malgré le contenu clairement transhumaniste de beaucoup d'entre elles. Beaucoup ont cultivé de faux espoirs quand Musk a annoncé vouloir racheter Twitter et assouplir sa censure. Mais l'heure est plutôt au refroidissement autour de Musk en ce moment, et Trump cet été a rappelé dans un meeting que Musk lui mangeait jadis quasiment dans la main quand Tesla et SpaceX avait besoin des milliards de dollars du budget fédéral américain.

Les adversaires de la guerre en Ukraine ont aussi eu un élan de sympathie récemment en voyant Musk proposer la paix dans ce pays, et se faire blacklister par le régime de Kiev.

Depuis le printemps dernier 20 000 unités satellites Starlink fabriqués par SpaceX d'Elon Musk ont ​​été mises à disposition de l'Ukraine, permettant à son armée de rester connectée même si les réseaux de téléphonie cellulaire et Internet ont été détruits par les Russes. Mais l'opération a coûté 80 millions de dollars à SpaceX et dépassera les 100 millions de dollars d'ici la fin de l'année, ce qui est trop pour SpaceX a fait savoir la firme. En juillet le général Valerii Zaluzhniy, a demandé 8 000 terminaux Starlink supplémentaires. SpaceX demande au Pentagone de payer l'addition.

Musk a déclaré que, ce faisant, il ne faisait que suivre à la lettre la recommandation de l'ambassadeur d'Ukraine en Allemagne, Andrij Melnyk, qui a répondu plus tôt ce mois-ci au plan de paix revendiqué par Musk pour la guerre de la Russie en Ukraine en disant sur Tweeter: "F *** off est ma réponse très diplomatique à vous @elonmusk." (preuve du niveau de vocabulaire des diplomates du régime de Kiev). Le fonctionnement de Starlink est marqué par diverses pannes sur le terrain au coeur de la contre-offensive ukrainienne.

Les pays de l'Union européenne, toujours stupides, envisagent de mettre la main au porte-feuille.

Musk, le fléau des Papous, va-t-il rentrer dans le rang dans l'affaire ukrainienne comme il l'a fait sur le projet d'achat de Twitter ? Ce n'est pas impossible. Comme le rappelait George Webb récemment, Musk est un ancien de la Mafia de Paypal au passé peu reluisant qui a aussi engendré le patron de YouTube.

Shalom Girl qui dit être rescapée des Illuminati et avoir été employée de maison chez les Musks en Californie. Selon elle, le vrai nom est El Elyon du fondateur de Tesla et a vocation à présenter la marque sans laquelle selon l'Apocalypse on ne pourra ni acheter ni vendre. Mais cette femme n'a pas l'air très crédible et ses affirmations sont assez gratuites et peu circonstanciées.

Quoi qu'il en soit le fait que Musk soit le principal co-contracteur du Département de la défense, comme l'a confié Kash Patel, ancien collaborateur de Trump sur Fox News, est en soi suffisamment significatif sur ses liens avec l'Etat profond. Et les petits éléments ci-dessous aussi. Il n'ira pas contrebalancer Bill Gates.

-- Posté sur Tweeter puis retiré juste après, hier (dans la série "art des fausses alertes")

--- Posté par un observateur : le parfum de Musk qui évoque l'enfer

 

Lire la suite

Trump en embuscade : les étranges dispositifs symboliques à son sujet

28 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Donald Trump, #Les Stazinis, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Cinéma, #La droite

Il existe un dispositif étrange autour de Donald Trump dans les productions hollywoodiennes, un dispositif qui a des ramifications de tous les côtés, dans la presse, dans la musique, et que Casey Brown (EnterTheStars) étudie depuis des années. Ce dispositif symbolique associe parfois Trump au 11 septembre (par exemple sur NBC News en 1980 quand on l'interviewe sur son intention d'acheter le World Trade Center  en insistant sur le fait qu'il a 33 ans - chiffre maçonnique - ou quand une publicité pour un ordinateur Toshiba de 1996 montre un jeune homme qui écoute la radio sur 101.9 MHz/119, puis juste après un répondeur téléphonique qui dit "C'est Donald Trump"). Il l'associe aussi au voyage dans le temps, à Tesla, à Abraham Lincoln - rappelez vous des éléments de programmation prédicative déjà mentionnés à son sujet dans Back to the Future II, ou dans Donnie Darko. Quand on sait que la haute politique se joue de pair avec la sorcellerie comme nous le rappelait Jacques Attali qui accordait une belle place à ce concept dans son Dictionnaire du XXIe siècle, on ne peut pas exclure que toutes ces correspondances ne soient pas totalement gratuites.

Quel intérêt, direz-vous, puisque Trump n'est plus président ? Il se trouve qu'il reste en embuscade et pourrait être prochainement réélu. Et beaucoup de ses fans vont jusqu'à le considérer comme l'équivalent de Jésus-Christ (voyez par exemple le livre bizarre du Sud-Africain Helgard Müller paru en janvier 2022 "President Donald J. Trump, The son of Man - The Christ" qui circule dans les meetings du Parti républicain américain), tandis que certains de ses adversaires, voient parfois en lui l'Antéchrist. Simples querelles de fanatiques ? Possible. Après tout ils sont nombreux à avoir théorisé le fait qu'Obama, le pape, et tant d'autres avant eux étaient l'Antéchrist (ce qui bibliquement n'est jamais faux puisque les Antéchrists sont nécessairement nombreux avant l'ultime). Mais il y a quand même anguille sous roche si l'on en juge par toutes les représentations qui l'évoquent dans la matrice culturelle dominante, et, s'agissant d'un personnage qui avait annoncé vouloir faire reconstruire le Temple de Jérusalem (condition d'avènement du dernier Antéchrist) et dont le gendre avait acheté à prix d'or le bâtiment sulfureux situé au 666 de la 5e Avenue à New York (et mis à l'honneur dans beaucoup de films par les sociétés secrètes hollywoodiennes), et il y a peut-être matière à y regarder.

Revenons donc aux travaux de Casey Brown (EnterTheStars) qui récemment se penchait sur le film Gremlins 2, sorti en 1990, où les références à Trump sont pléthoriques, et dans un système serré de correspondances avec le 11 septembre, le Covid 19 etc.

On ne développera pas toutes les spéculations de Brown sur ce film. Seulement quelques unes en suivant chronologiquement ce qu'il démontre. Ca commence par une jeu bizarre où Daffy Duck prend le pouvoir sur le bouclier de Bugs Bunny. On ne comprend pas trop ce que signifie ce préambule dans le film, sauf à voir dans Daffy Duck le pendant noir de Donald Duck (dans une logique maçonnique du noir et blanc, ce n'est pas absurde), or beaucoup on comparé Donald Trump à Donald Duck (et les jeux de mots sur Don, Donnie dans les films font souvent système avec des références possibles à Trump). Le vilain canard narcissique qui prend le pouvoir contre le gentil lapin, ça pourrait être Trump... Puis la première image est un zoom sur les Twin Towers à Manhattan. On pourrait croire que cela est gratuit. Sauf que le héros du film est Daniel Clamp (ce qui sonne comme Donald Trump) qui est un magnat de l’hôtellerie comme Trump dont l'empire dans le film lui-même est comparé à une pieuvre. Pour que personne n'ait de doute sur l'identification entre Trump et Clamp, on notera que que lorsque la guide de l'immeuble de Clamp (Brown le montre à la minute 16'17 de sa vidéo le livre de Clamp intitulé "I took Manhattan" la couverture est à maints égards semblable à celle de "Art of the Deal" de Trump).

Ce qui conduit à penser que le zoom initial sur les Twin Towers (qui reviennent souvent dans le film) n'a rien de gratuit, et qu'il s'agit bien de lier Trump au 9/11 est cette scène où les journalistes interviewent Clamp, et les micros devant lui forment un 9/11 (rappelons que le film est de 1990), avec d'ailleurs cette manière très particulière de styliser le 11 comme deux tours ce que firent aussi les Simpsons dans de la programmation prédictive de 1997 (voir ici).

Or, ce qui est très intéressant c'est non seulement que le film lie Trump au 11 septembre 2001, mais aussi qu'il est imprégné d'un bout à l'autre d'allusions au vampirisme (avec un Dracula qui passe souvent) et à la recherche scientifique sur les virus et sur l'ADN. Car un laboratoire travaille pour Clamp. Et d'ailleurs vampirisme et recherche médicale se recoupent dans le fait que l'acteur qui joue le Dr Cushing Catheter  dans Gremlins 2 a aussi joué Dracula par le passé, il s'agit de Christopher Lee. Or Christopher Lee, n'est pas un "acteur amusant" parmi tant d'autres. C'est quelqu'un qui est engagé dans l'occultisme, et qui avait expliqué dans une interview en 1975 que de véritables rituels incantatoires peuvent être filmés sur scène et infligés aux spectateurs - voyez mon billet sur le vampirisme ici. Là où s'affiche la comédie peut donc se jouer quelque chose de beaucoup plus sérieux, et beaucoup plus dangereux. Le danger et la tromperie de la magie réside là-dedans.

L'intrigue basique tient au fait que le milliardaire Clamp veut acheter des Gremlins à un Chinois. Or les Gremlins sont des virus qui se multiplient lorsqu'ils sont mouillés.

Cela renvoie au jeu trouble qui a existé autour d'un autre 11 septembre, le 11 septembre 2019, dans la période précédant les jeux militaires de Wuhan sur lesquels enquête George Webb. Trump achetant le virus aux Chinois pour asseoir son pouvoir, est une hypothèse étonnante. C'est en tout cas ce qu'un certain décodage du film laisse entendre.

Brown montre que le film nous donne à voir apparemment sans raison un Rambo lançant une flèche, qui peut correspondre au fameux paradigme d'Apollon cher à Celeste Solum et Tim Alberino qui était aussi annoncé dans l'Apocalypse de Jean... La flèche du vaccin qui est aussi celle qui donne la maladie (Apollon étant le dieu de la peste de sa guérison tout à la fois). L'allusion à la flèche se retrouvera plus loin avec un Robin des Bois qui brise sa flèche (encore une image qui n'a aucun sens dans le film mais en prend un dans la logique occultiste de la trame cachée du film). Juste après cette image, le Chinois se met à tousser. Puis on voit deux écrans jumeaux qui renvoient au fait que Trump est du signe des Gémeaux (ce qui a souvent été aussi souligné par les occultistes, avec le côté Janus de ce milliardaire). La gémellité revient souvent dans le film, avec notamment à un moment un laborantin qui est double.

Sur la dualité et la gémellité, il y a une image intéressante que Brown montre en minute 7'07 de son second décryptage du film. On voit un tableau représentant un projet immobilier, où les Twin Towers, les tours jumelles, avoisinent deux autres bâtiments jumeaux, des bâtiments chinois, avec au milieu un dragon qui envahit les arbres. Brown ayant observé dans ses précédents décodages que souvent à Hollywood les arbres peuvent être identifiés aux êtres humains, et que le serpent dans la poitrine, ou toute autre forme de reptile, est à la fois symbole de maladie (un des jumeaux un peu plus tard ppellera les Gremlins des reptiles et l'autre dira "non ce sont des virus") et de possession, on pourrait y voir l'exposition d'un projet de possession générale de l'humanité, articulé autour de la gémellité.

Le film regorge d'allusions plus ou moins voilées à des sujets qui en 1990 n'intéressaient personne et étaient inconnus : la manipulation de la double hélice d'ADN, au contrôle climatique et aux "smart cities" (la guide y fait référence dans la tour de Clamp) au "mind control" avec la vache qui a un casque de fer sur la tête, à la grippe du singe (voir au paradigme plus général du singe autour de 12 Monkeys), au traçage des gens avec le code-barre (pas encore le R code), l'omniprésence des caméras, le culte solaire (avec "Sunworshiper film" et l'affiche SOL- Spice o'life), aux ruches hexagonales où dorment les Gremlins/démons (je ne vous refais pas le cours sur les hexagones du graphène, du World Economic Forum, et de la ruche de Beyonce "queen of the bees"). Et puis il y a carrément de l'occultisme pur et dur avec la femme aux cheveux rouges, et une chèvre représentant le Baphomet.

Brown y voit des confirmations sur ses analyses antérieures à propos du chiffre 58 lié à Trump (les 58 étages de Trump Tower) qui revient dans le film sous forme inversée, les parapluies analogues aux seringues, ou encore sur le lien entre Trump et le papier toilette (souligné en 2016 par The Economist qui renvoie en fait aux origines écossaises de Trump), le lien entre pandémie et imagerie des chauves-souris etc. Toutes ces choses dont, encore une fois, la présence dans le film peut sembler absurde si on ne la relie pas à une trame secrète.

Pour finir sans trop nous appesantir soulignons que Trump lui-même a parfois parlé des Gremlins en bien, et dans les mêmes termes dont en parlait l'auteur du film dans les années 1990, ce qui est un peu étrange quand on songe que ces bestioles ont un aspect clairement démoniaque, notamment dans leur faculté à se démultiplier.

Surtout il existe une étrange petite vidéo que Casey Brown/EnterTheStars a déterrée dans laquelle le rappeur Kodak Black, d'origine haïtienne, récemment converti à la religion israélite, fait aussi un lien entre Trump et les Gremlins. C'est en apparence une vidéo purement humoristique mais de cet humour complètement stupide, n'ayant ni queue ni tête, comme il y en a souvent dans les émissions américaines à forte inspiration maçonnique comme par exemple SNL, et ou l'émission d'Helen DeGeneres. Dans cette vidéo de février 2022, intitulée "Sundae Conversation with Caleb Pressley", le rappeur précise en minute 1'07 qu'il a été gracié par Trump en 2021, malgré son port illégal d'armes, parce qu'il lui a rendu un service, et il appelle Trump son "Jumeau Gémeau" et ajoute que Trump est un "super Gremlin" et qu'il est un "vautour au corps entier qui peut se lever et marcher" (full body vulture who can stand up and walk"). Super Gremlin est un chanson que le rappeur a sortie en 2021 (le soir d'Halloween). Plus loin dans l'interview il parle de tunnels et de souterrains à propos de Trump. Des mots qui sont soit absurdes soit codés, comme les images de Gremlins 2... 

Lire la suite

Les biolaboratoires mobiles français en Chine selon George Webb

18 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Les Stazinis, #Donald Trump

L'enquêteur George Webb n'en démord pas : les papiers concernant le président Macron saisis dans la résidence de Donald Trump ne concernent pas sa femme Brigitte qui serait un homme, comme l'ont soutenu successivement une journaliste free-lance du Sud-Ouest, la TV russe et même la TV albanaise.

Non. La vraie piste d'investigation serait du côté du coronavirus. Cette fois-ci le chercheur ne s'intéresse plus à l'attaque informatique sur la laboratoire P4 de Wuhan, mais aux laboratoires mobiles "de fin du monde" français (les "Doomsday Labs").

De quoi s'agit-il ?

Il faut partir de l'histoire mise au jour notamment par Antoine Izambard. En 2003 la Chine, comme une grande partie de l’Asie, est frappée par une pandémie de pneumonie atypique (SRAS), qui est selon l’OMS la première "nouvelle" maladie infectieuse du XXIe siècle à être transmise de l'animal à l'homme. Elle souhaite avoir à Wuhan un laboratoire P4 comme celui qui a été inauguré à Lyon en 1999 et qui peut avoir une fonction aussi bien civile que militaire.

Un détail intéressant : le journaliste Matthew Pottinger conseiller adjoint à la sécurité nationale de la présidence américaine de 2019 à 2021, très impliqué dans l'opération Warp Speed, fut un des premiers à suivre de près en 2003 pour le Wall Street Journal  l'épidémie de SRAS à Hong Kong.

Après une enquête minutieuse du Secrétariat général à la Défense, Jacques Chirac et son Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, donnent leur feu vert au projet, mais sous condition, d'autant qu'on apprend en juin 2004 que les Chinois veulent en construire 5 autres, 3 civils et 2 militaires.

Dans un premier temps Matignon autorise l'exportation de quatre laboratoires mobiles P3 en Chine. Et le sort de ces laboratoires mobiles est devenu très vite incertain.

Antoine Izambard rapporte un témoignage d'un fonctionnaire français sur la période qui suivit : " Nous leur avons demandé [aux Chinois] ce qu’étaient devenus les P3 et ils nous ont répondu que certains, situés dans une région proche de l’Himalaya, avaient gelé durant l’hiver et que d’autres avaient disparu. C’était assez déroutant. "

Dans un article de 2020 pour Challenge Izambard allait cependant relativiser cette affirmation : " Expert technique sur le P4 auprès de l’ambassade de France à Pékin de 2012 à 2017, écrit-il, Gabriel Gras pointe pour sa part certains "fantasmes". "Bien sûr que l’on doit être prudent et vigilant mais il faut aussi déconstruire certains mythes, juge-t-il. Par exemple, les quatre laboratoires P3 mobiles, que j’ai pu contrôler, sont tous en Chine, à Canton, Shanghai et Pékin. Ils n’ont absolument pas été détournés de leur usage initial. Quant au P4, oui les travaux ont pris du temps, cela a été difficile, mais il fait partie des plus beaux et plus sécurisés au monde." "

Les laboratoires mobiles chinois ont-il disparu ou pas ?

George Webb pense qu'ils ont vraiment disparu durant la période critique juin 2019-février 2020, période de "live exercices" des jeux olympiques militaires de Wuhan et qu'ils ont pu en outre participer à une "énorme projet de cartographie de l'exosome humain". L'exosome est un complexe protéique capable de dégrader les différents types de molécules d'ARN. Ces vésicules d'excrétion de la cellule constituent en quelque sorte un moyen de communication privilégié entre les différentes cellules de l'organisme. Chaque exosome représente une forme de colis dans laquelle la cellule est capable d'inclure différentes protéines ou des ARN. Arrivé à destination, l'exosome va fusionner avec la membrane de la cellule cible et son contenu va être pris en charge. Des projets visent à l'utiliser pour soigner le cancer.

BioMerieux qui vend les laboratoires mobiles est spécialiste de l'isolement des exosomes. Se peut-il, demande George Webb, que Pottinger, qui ne serait en fait qu'un émissaire de l'Etat profond (il serait lié à Henry Kissinger par son patron à la NSA Robert O'Brien et par son père le haut fonctionnaire Stan Pottinger), ait "littéralement déplacé des biolabs mobiles comme un cirque pour cartographier l'ensemble de l'exosome en créant de petites pandémies de feu de brousse pour tester différentes parties de l'exosome" des gens ? Il avance d'ailleurs l'hypothèse audacieuse selon laquelle les biolabs mobiles chinois ou des labos assimilés aient pu parcourir l'Afrique en 2014-2016 et provoqué des épidémies d'ébola, de zika.

A vrai dire, quelques unes des hypothèses de Webb laissent assez sceptique. Fondées sur de simples recoupements, elles font penser à certaines pistes que lançait QAnon naguère pour dénoncer des complots de l'Etat profond que Trump serait censé combattre. Ici Webb paraît de plus en plus enclin à charger Pottinger qui serait une sorte de marionnette de Kissinger (peut-être comme Macron), une marionnette d'ailleurs très liée au Big Pharma (son frère a travaillé sur les dispositifs de test Covid) et qui serait directement l'informateur du FBI pour les investigation à Mar-a-Lago... Mais cela revient une fois de plus à disculper un peu facilement Trump de toutes ses indulgences (pour ne pas dire plus) à l'égard de Fauci and co. Les questions qu'il pose à propos des biolabs mobiles, ceux vendus à la Chine, mais aussi indirectement ceux que l'Institut Mérieux peut vendre à d'autres pays, sont intéressantes, mais cela mériterait d'être complété par d'autres investigations de journalistes free-lance ou de lanceurs d'alertes... voire, qui sait, des enquêtes de justice...

Lire la suite

Les documents de Mar a Lago et les origines du Covid

25 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Donald Trump, #Les Stazinis

Le 8 août le FBI a perquisitionné la résidence de Trump à Mar a Lago. Les agents du FBI ont saisi 26 boîtes du club, dont 11 ensembles de documents gouvernementaux classifiés, dont quatre ensembles ont été classés comme top secret , trois ensembles ont été classés comme secrets et trois ensembles de documents ont été classés comme confidentiels. e reçu de propriété, signé par l'avocate de Trump, Christina Bobb, à 18h19 à la fin de la perquisition, a montré que Trump possédait des documents portant la mention "TS/SCI" et un autre élément intitulé "Info re : Président de la France". Le journaliste indépendant George Webb en épluchant les fuites auxquelles il a eu accès.

Le 11 septembre 2019 (9/11 est un symbole fort dans les sociétés secrètes, prétendument lié à la vériable naissance du Christ - cf le coup d'Etat orchestré par la CIA le 11 sept. 1973 au Chili, le 11 sept 2001...), une cyberattaque aurait provoqué un dysfonctionnement des systèmes de climatisation de l'Institut   de virologie de Wuhan, provoquant la maladie de trois employés et a entraîné un remplacement très coûteux du système de climatisation de l'Institut de virologie de Wuhan le 16 septembre 2019 et pourrait avoir occasionné une fuite du virus.

Trois jours plus tard, le président Donald Trump a signé un décret pour créer un groupe de travail national sur les vaccins contre la grippe pour la création rapide de vaccins utilisant la technologie de l'ARNm de Moderna de la DARPA à partir de la technologie développée à la Defense Threat Reduction Agency à Ft. Belvoir.

Un communiqué du département d'État américain a documenté cette "fuite potentielle de laboratoire" pour le Conseil de sécurité nationale (NSC), et Matt Pottinger du Conseil de sécurité nationale a été nommé l'homme de confiance du NSC pour suivre les développements en Chine.

Un câble du département d'État américain est parvenu au président français, Emmanuel Macron, par la voie diplomatique depuis qu'une entreprise française a construit l'Institut de virologie de Wuhan. Le Français qui a coupé le ruban à l'Institut de virologie de Wuhan, Yves Levy, a joué le rôle clé dans la génération du "911" international pour le laboratoire de Wuhan à Macron, par l'intermédiaire de son épouse, la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn.

Lire la suite

Méfie toi des Ides de Mars

4 Janvier 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Donald Trump

On avait dit à Jules César : "Méfie toi des Ides de mars" (il mourut le jour de ces Ides, le 15 mars). Aujourd'hui beaucoup (comme Oonao) préviennent :"Méfiez vous du 6 janvier prochain", qui sera l'anniversaire de la psy op tragi-comique du Capitole. En effet, si l'on prend le 11 mars 2020 comme date officielle du début de la pandémie, en lui ajoutant 666 jours, on tombe sur le 6 janvier 2022.

A Call for an uprising, lui calcule à partir du 10 mars 2020, et met plutôt en garde contre le 5 janvier date du déploiement de la 5G aux Etats-Unis censée clouer beaucoup d'avions au sol (mais cette date vient d'être reportée au 19 janvier) . Il le relie à un étrange plan du Pentagone en cas d'attaque des zombies révélé en 2014.

Mais il existe, semble-t-il, de meilleurs arguments pour un calcul à partir du 11 mars qui fut la date officielle pour l'Organisation mondiale de la santé (dont le directeur a laissé échapper le 25 décembre que beaucoup de pays utilisaient les vaccins pour tuer des enfants - cf le démenti un peu embarrassé de l'OMS juste après). Le Code 311 est important qu l'on le retrouve depuis des années dans de nombreux films et aussi dans tous les films d'animation Pixar. 311 est aussi le miroir de 113.  Dans sa vidéo Oonao remarque le le 11 mars 2020 fut la date de sortie sur la boutique Fortnite du "Détrousseur spécial" (avec son masque et son "oeil divinateur" sur le dos) dans la boutique Fortnite. Il rappelle que Trump a tenu une conférence le 6 janvier en disant à ses partisans "on va se battre comme l'enfer !" (à propos du Trump on peut renvoyer à la découverte récente d'EnterTheStars sur le fait que le décorateur d'une de ses propriétés célèbres qui a peint son Char d'Apollon tiré par l'Aurore est aussi celui de l'hôtel de Tesla à New York, un lien de plus entre le milliardaire et l'inventeur génial), et renvoie en commentaire de sa vidéo au rapprochement entre Hill Valley et Hell Valley dans Retour vers le Futur.

Pour finir une petit vidéo d'une chanteuse californienne des années 1980, EG Daily, qui plagie le film de l'initié Stanley Kubrick Lolita. EG, en gematria, ça fait 5G, ou 57 chiffre souvent associé à Trump (qui aura apporté aux Etats-Unis la 5G et le vaccin anti-Covid... pas mal pour un soi-disant politicien anti-système, un peu comme en France le gouvernement Jospin avait apporté le plus de privatisations : beaucoup de choses en politique - mais pas tout, car dire cela serait être un gnostique - relèvent de l'illusion et de l'inversion). EG Daily a aussi fait un clip "Mind over matter" qui commence par un double 666, une décorporation, une possession collective etc. Bref tout ce qu'on "aime". Et enfin sur la 5G rappelons que des débats ont lieu pour savoir s'il y a des antennes 5 G dans l'éclairage urbain (certains en ont trouvé : cf photo à gauche).

Lire la suite

Grand reset et communisme : les debunkers se moquent du monde

20 Novembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Donald Trump, #Les régimes populistes

Si vous cherchez sur YouTube une courte vidéo capable d'expliquer à vos enfants ce qu'est le "Great Reset", la "grande réinitialisation", vous n'allez pas trouver grand chose en langue française. Seulement cette vidéo "qu'est-ce que la grande réinitialisation" postée sur la chaîne "mainstream" (plus d'1 million d'abonnés) du site Konbini. Une vidéo destinée à "debunker" le point de vue "complotiste".

Une des idées "complotistes" que cette vidéo entreprend de disqualifier est celle selon laquelle Karl Schwab, président du Forum Economique Mondial (World Economic Forum) dit "Forum de Davos", qui a publié en 2020 le livre "Covid 19 : The Great Reset" serait favorable à l'abrogation de la propriété privée.

"On peut lire par exemple, dit l'intervenant à la minute 2'21, que (...) Davos voudrait aller vers une société communiste, ce qui est un peu ironique quand on parle de Davos qui est quand même le temple du libéralisme, il n'est absolument question nulle part d'abolir la propriété privée".

Evidemment, cet homme n'a pas envie que vous alliez vérifier... Donc, pour vous en dissuader, une minute plus tôt, il a employé ce que, dans le programme MK Ultra de la CIA on appelait des "trigger words" : des mots qui vont déclencher des processus dans votre cerveau. Là, le processus est de vous empêcher d'aller vérifier l'information, et les mots sont les suivants : "Trump", "droite", "souverainistes"accompagnés d'une phrase pour expliquer que les complotistes ont le cerveau qui ne raisonne pas bien (alors que ceux qui les critiquent sont forcément plus rationnels et plus intelligents : ils sont dans le camp du Bien).

"Le compotisme est quand même très marqué à droite, dit le "journaliste" en minute 1'22, très, très polarisée autour de Trump et de tous les mouvements souverainistes or Davos incarne exactement tout ce que Trump rejette. Le corpus complotiste se compose souvent de manière régressive c'est-à-dire que l'on identifie un mot clé, on essaye de le rechercher a posteriori dans tout ce qui a été publié et à chaque fois qu'on le trouve on dit 'ah regardez la preuve que ça existe' "

Or, si vous avez la force morale de résister à cette manipulation, cette intox, qui flatte votre Ego en vous faisant croire que vous êtes les plus malins, et vous invite à mépriser le contradicteur, pour surtout ne pas rechercher la vérité, vous allez tout simplement vous rendre sur le site du Forum économique mondial, le World Economic Forum, et vous allez tomber sur cette page datée du 12 novembe 2016, un article de Ceri Parker "commissionning editor" du Forum économique mondial, donc son porte-parole officiel, qui liste 8 objectifs affichés par le Forum à atteindre d'ici 2030 "8 predictions for the world in 2030".

La prévision (présentée positivement, ce qui vaut objectif) affichée en première place, donc prioritaire, inspirée par la député social-démocrate danoise Ida Auken : "1. Tous les produits seront devenus des services. Je ne possède rien. Je ne possède pas de voiture. Je ne possède pas de maison. Je ne possède ni électroménager ni vêtement », écrit la députée danoise Ida Auken. Le shopping n'est plus qu'un lointain souvenir dans la ville de 2030, dont les habitants ont craqué pour l'énergie propre et empruntent ce dont ils ont besoin à la demande."

Les gens qui ont trouvé ce passage ne sont pas des esprits tordus qui ont raisonné "de manière régressive" en essayant de "rechercher a posteriori dans tout ce qui a été publié" , mais seulement des gens curieux et honnêtes qui ont essayé d'aller regarder par eux-mêmes ce que le Forum économique mondial de Klaus Schwab disait au sujet de la propriété privée.

Veritas index sui, disait le philosophe Spinoza, la vérité se dit d'elle-même, et donc, dès que vous avez fait l'effort de dépasser le mensonge institutionnel (qui joue sur tous vos bas instincts à la fois : orgueil, conformisme, haine des dissidents) vous tombez sur la page du Forum Economique Mondial, qui, elle-même, démontre que le debunkeur essaie de vous enfumer.

Lire la suite

Les sanctions américaines tuent 40 000 vénézuéliens en deux ans

15 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Donald Trump

Lu dans "The Canary" :

"Alena Douhan est la rapporteure spéciale des Nations Unies sur l'impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l'homme. Douhan s'est rendu au Venezuela le 1er février 2021 «pour évaluer l'impact des sanctions unilatérales sur la jouissance des droits de l'homme par les personnes vivant au Venezuela et par toute autre personne touchée».

Le 12 février, Douhan a publié ses conclusions préliminaires fondées sur «des consultations approfondies avec un large éventail d'interlocuteurs». L'expert indépendant de l'ONU a reconnu l'impact négatif des sanctions coercitives sur les droits de l'homme et a exhorté les banques européennes à «dégeler les avoirs de la Banque centrale du Venezuela». Elle a également souligné comment la pression pour un changement de régime «viole le principe de l'égalité souveraine des États».


Depuis que l'administration Barack Obama a déclaré le Venezuela «une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale» en mars 2015, le pays sud-américain est tombé sous l'un des régimes de sanctions les plus sévères au monde. Ces sanctions ont ciblé l'industrie pétrolière du Venezuela, coupant la principale source de revenus du pays.

Un rapport du Center for Economic and Policy Research (CEPR) a estimé que les sanctions américaines avaient tué 40 000 Vénézuéliens entre 2017 et 2018."

Voilà qui rappelle l'impact des sanctions américaines sur l'Irak dans les années 1990.

Lire la suite

La fin du trumpisme

20 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Christianisme, #La droite, #Les régimes populistes, #Divers histoire, #Donald Trump

C'en est donc fini du trumpisme. Après cette triste pantalonade au Capitole que j'ai appelée ironiquement l'opération"Send in the clowns". On peut se demander d'ailleurs si tout le mandat de Trump n'a pas été une opération "Send in the clowns" : une opération pour ridiculiser les idées conservatrices aux Etats-Unis en laissant un clown, un batteur d'estrade, Donald Trump, les porter. Car finalement qu'aura-t-il été d'autre sinon un illusionniste qui se trompait lui-même, une grande-gueule et un velléitaire, qui n'a jamais osé vraiment rompre avec les lobbies (le "Big Pharma", le "Big Tech", le lobby de l'armement etc) qui finalement l'ont broyé. Il n'avait pas meilleure mine qu'un Kadhafi ou un Milosevic en fin de course quand chassé du dernier pouvoir qu'il avait, celui du verbe, sur Twitter, il en était réduit à désavouer ses partisans qu'il n'avait pourtant cessé de chauffer à blanc depuis des mois, et encore lors de son meeting à Washington DC ? Un chef qui lâche ses partisans, bêtement, platement, pour au moins sauver sa fortune, et qui n'amnistie avant de partir que les fraudeurs, et pas Assange ou Snowden. La droite américaine méritait sans doute mieux.

Les charismatiques qui à l'émission de Sid Roth disaient que Jésus leur était apparu pour leur dire que Biden ne serait pas le prochain président en seront pour leurs frais (cela devrait les faire réfléchir à la légitimité des accents charismatiques de la religion). De même ceux qui ont suivi Qanon, qui n'était finalement qu'une opération psychologique de la CIA - une opération utile au système : 60 000 comptes Twitters supprimés dans cette mouvance, autant de personnes probablement fichées à vie, une bonne affaire pour le système. Aujourd'hui l' "extrême centre", toujours aussi cruel et pervers qu'à l'époque de la commune de Paris - quand il faisait fusiller les communards en 1871, avant de liquider ce qu'il restait de royalisme en France dix ans plus tard, en la personne de Joe Biden aura les coudées franches pour imposer son totalitarisme. Il va offrir aux américain la dictature des pouvoirs  exceptionnels, dont rêvaient les partisans de Q quand ils croyaient que Trump préparait des mandats d'arrêt secrets contre les Clinton. A commencer par les pouvoirs spéciaux liés à la dictature sanitaire : en premier lieu celui de la vaccination anti-Covid.

Là encore Trump aura bien préparé le terrain pour Biden. Avec l'opération Warp Speed qui visait à faire produire et tester les vaccins à marche forcée pour les administrer en un temps record. En avez-vous vu le logo (ci-dessus) ? Il porte un symbole reiki : celui de l'antahkarana. Vu ce qu'on sait des effets nocifs du reiki entre les mains des médiums en terme d'invocation des entités les plus négatives, qui peut imaginer que cette opération ait porté en elle quoi que ce soit de positif et de bien intentionné ? Et qui peut croire  que Trump qui flirtait tant avec les religieux évangéliques, catholiques traditionnels et juifs, avait quoi que ce soit d'authentiquement compatible avec le monothéisme ? On avait déjà souligné ses liens avec l'ésotérisme, pas seulement dans la mouvance d'Alex Jones (voyez par exemple le signe d'Auramoth qu'il faisait avec les mains). La programmation prédictive autour de lui dans la sorcellerie hollywoodienne à grand renfort de mobilisation de voyants n'aura probablement servi qu'à souligner son rôle dans le projet millénaire que sert la dictature sanitaire actuelle, mais ce n'était sûrement pas pour annoncer qu'il serait un demi-dieu comme ses partisans l'ont parfois cru. Il n'était pas le Kraken mythologique qui rendrait justice au petit peuple américain provincial contre les puissants. Ceux qui mettent à tort toute leur confiance dans un homme quel qu'il soit devront en tirer les conséquences qui s'imposent.

La disparition de la résistance trumpienne n'est pas une bonne nouvelle pour le peuple français, comme ne l'étaient pas celle de Saddam Hussein ni la disparition de quelque résistance que ce soit. C'est quelque chose que les gens piégés par le paradigme droite/gauche ou droite/centre/gauche, ne peuvent pas comprendre. Quand une résistance disparaît tout le monde est perdant. Pour cette raison, la droite américaine devrait s'émouvoir de la suppression sur Twitter de comptes de ministres cubains et vénézuéliens (disparition dont peu de médias ont rendu compte), comme la gauche européenne devrait s'émouvoir de la censure du trumpisme. La fin du trumpisme est particulièrement une mauvaise nouvelle parce que c'était une résistance (maladroite, idiote, dépourvue de stratégie à long terme, mais tout de même une résistance...) au coeur du système mondial, au sommet de sa première puissance militaire. A côté de cela, celles qui peuvent surgir en Ouganda (qui vient à juste titre de bannir Twitter du pays), ou même en France sont nécessairement périphériques et de moindre portée. Mais bon, mieux vaut une dissidence périphérique que pas de dissidence du tout. Que chacun continue à cultiver la sienne... en dosant avec finesse ses moyens d'action...

Lire la suite

Send in the clowns

8 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Donald Trump, #Les régimes populistes, #Colonialisme-impérialisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Cinéma

Il est très important de rire de ce que vous présente la télévision. Non pas d'un rire désespéré, mais, nourri de votre foi, d'un rire sain, détaché, qui sait que le théâtre d'ombres médiatique est la plus ridicule des inventions destinée à ceux qui, au fond, victimes de leur peur, ont délibérément choisi de ne jamais rien savoir ni rien jamais comprendre.

J'ai bien ri ce matin en regardant cette vidéo de "A Call for an uprising" qui, à force d'être censuré par YouTube (comme je le suis moi-même : ma vidéo sur Soros sur TV Delorca - abonnez vous ! - a été détruite, et mon droit à publier suspendu pour deux semaines) ne publie plus que des séquences courtes et allusives, mais c'est comme avec les aphorismes : plus c'est court plus c'est drôle. De peur que même sa petite séquences soit censurée, et pour ceux d'entre vous qui ne comprennent pas l'anglais, je vous résume son propos : "Ha ha, de toutes les opérations psychologiques (psy ops) de la CIA celle-ci est vraiment la plus drôle. On pourrait l'appeler 'Send in the clowns'. Regadez ça : les gens rentrent dans ce bâtiment - la Capitole - sans dispositif policier, c'est comme entrer avec un bazooka dans un aéroport avec les félicitations du personnel de sécurité. Cette opération psychologique c'est 'Send in the clowns'. Regardez ces scènes surréalistes de types qui escaladent les murs comme des Spidermen. Quel citoyen ordinaire pourrait faire ça ?"

Et pour compléter cette présentation je vous mets ici (sur Dailymotion) le petit diaporama qu'il a fait sur la prise du Capitole par les partisans de Trump sur fond de "Send in the Clowns" (Faites entrer/envoyez les clowns), chanson interprétée jadis par Frank Sinatra (puis par Barbra Streisand et quelques autres).

Il est toujours délicat de devoir expliquer pourquoi quelque chose est drôle, mais il est clair qu'il faut avoir en tête une ou deux choses pour pouvoir apprécier le sel de cette lecture de l'actualité par "A Call for an uprising". Tout d'abord il faut savoir ce que c'est qu'une "psy op" de la CIA : c'est une opération de manipulation des foules : il y en a eu beaucoup au temps de la guerre froide (voyez cette video mainstream à ce sujet). On recrutait une équipe de psys avec un but particulier : désamorcer la résistance communiste dans tel ou tel pays (les Philippines, les Sud Vietnam, le Guatemala). Et on définissait un modus operandi : par exemple envoyer des agents sous des couvertures bidons (instituteurs, prêtres etc) pour aller convaincre les paysans des vertus du dictateur en place, ou monter une énorme intox contre un opposant. Ca marchait aussi dans les milieux intellectuels. Il a fallu du temps pour comprendre que ces psy ops étaient aussi menées chez les alliés (en France par exemple), et contre la population américaine elle-même. En fait tout le monde est la cible de ces opérations, comme tout le monde est la cible de l'espionnage comme l'a montré Snowden.

Bien sûr cette opération burlesque d'invasion du Capitole après un discours de Trump a toutes les apparences d'une "psy op" pour liquider ce qui reste du trumpisme.

Peu importe que ce soit la CIA elle-même qui l'ait conçu, ou toute autre officine privée, publique, parapublique, tout cet Etat profond américain et qui, en réalité n'est même pas américain (il est transnational au service des milieux financiers mondialistes). Tous ces organismes maintenant sont interchangeable : CIA, officine de sécurité israélienne ou turque, blackmatters, entreprise informatique française ou britannique, ONG artificielle : ce sont les mêmes managers qui naviguent de l'une à l'autre.

Connaissant l'état d'esprit des types qui dans ces organisations conçoivent la manipulation des foules, on imagine bien que l'un d'entre eux aurait pu se dire avec leur cynisme nihiliste habituel : "Appelons cela 'Send in the clowns' " . On ne saura peut être jamais qui a défini l'opération d'hier ni comment ils l'ont appelée, mais l'idée de A Call for an uprising à ce sujet cible au coeur même du réel, et le synthétise au mieux, car c'est au fond effectivement ce qu'ils ont fait : ils ont attrapé un paquet de clowns dans la manif de Trump pour les faire entrer au Pentagone. Tandis qu'en direct des abrutis de nos grands médias titraient "Coup d'Etat aux Etats-Unis". Tout cela est d'un ridicule achevé. "But the joke is on you" comme disent les Américains, la plaisanterie (joke) est sur vous et contre vous, comme un joug (yoke). En balançant ce genre de sketch aux spectateurs et en sachant que beaucoup y adhèreront, ces manipulateurs ne font que leur prouver qu'ils sont vraiment devenus un troupeau décérébré.

Cela fait longtemps (bien avant le film "le Joker") que dans le cinéma et les jeux, le système de la société du spectacle valorise le clown comme nouveau héros/anti-héros. Peut-être même la chanson de Sinatra participait-elle d'une programmation prédictive sur ce thème. C'est une façon de tourner en dérision l'humanité et de lui renvoyer en miroir sa propre folie, de lui montrer qu'elle n'est plus qu'un rat de laboratoire qui tourne dans sa roue (et qui, pour cette raison, est bonne pour la vaccination obligatoire, le masque et toutes sortes de dynamitages - voyez ce qu'en a dit Cathy O'Brien, elle a connu le sujet dans sa chair...).

Donc, oui, les clowns ont été envoyés au Capitole. Des partisans de Trump sur Twitter hier montraient que certains visages parmi eux avaient été aussi photographiés dans des manifestations d'antifas... C'est très probable (on a même dans la "troupe" un supporter du régime de Kiev que les grands médias font passer pour pro-russe). Mais ça n'a guère d'importance. Qu'ils soient trumpiens, antifas ou contorsionnistes dans des cirques, les gens qui sont employés dans ce genre de "performances" sont aussi polyvalents que leurs employeurs. Un jours ils sont ici. Un autre là.

Ils ont en tout cas ainsi parachevé le travail de sape du trumpisme, qu'avaient déjà bien développé pendant le mois de décembre l'establishment républicain lequel avait progressivement lâché le président sortant, ne laissant la place qu'à acharnés un peu ridicules façon Sydney Powell (la dame qui croyait que le fantôme de Chavez avait manipulé les résultats électoraux de 2020) intoxiqués par Qanon. L'opération a été ficelée comme les pires révolutions colorées de Géorgie ou d'Ukraine. On crée du spectacle télévisé, on verrouille les pouvoirs institutionnels. La Géorgie, aux mains des Républicains, bascule dans le camp démocrate pour livrer à ceux-ci le Sénat (ils ont ainsi les pleins pouvoirs). Ted Cruz et le dernier quarteron des résistants (même l'irréductible Rand Paul, le fils de Ron) doivent reconnaître la (fausse) victoire de Biden... End Game.

Après on fait le nettoyage... On veut provoquer un impeachment de Trump en le faisant passer pour fou, comme on a tenté de faire passer pour fous Fourtillan et Assange dans les attendus du jugement qui refuse son extradition en Amérique. Les vieilles recettes brejnéviennes ont séduit nos décideurs. Psychiatriser les gêneurs, c'est tellement plus facile. Et tant pis pour la fragilité des institutions : tant pis si un impeachment de Trump à quelques jours de la fin du mandat ouvrirait la voie à un précédent dangereux pour d'autres présidents ultérieurs. Seul le spectacle compte. Et tant pis aussi si cela plonge ses partisans dans toujours plus de désespoir et d'extrémisme. Tant pis s'ils fomentent des révoltes sporadiques ici ou là dans les années qui viennent. Le chaos est si agréable aux yeux de nos chefs... "Ordo ab chao" voilà leur slogan.

Devra-t-on regretter Trump ? On ignore quelle part de lui aura été sincère et laquelle relevait de l'illusionnisme ou même d'une dangereuse magie occultiste, pas seulement parce que son gendre avait acheté le 666 de la 5e avenue à New York. Je publierai prochainement des éléments sur la symbolique de sa campagne de vaccination qui risquent de vous sidérer. De toute façon il n'est pas fini. Ce genre de personnage est utile au système quoi qu'il advienne, et beaucoup de "bons esprits" peuvent le garder en réserve comme ils le font avec Sarkozy ou Hollande. Il faut des marionnettes pour le spectacle. Voyez combien le Parti démocrate américain est toujours sur le point d'imploser entre son aile gauche et son aile droite dès qu'il n'y a plus la haine commune de Trump pour le fédérer. Le ressortir des cartons de temps à autre sera toujours utile.

En tout cas n'investissez aucune passion dans les farces que vous présentent en boucles vos écrans. Ni dans les affects des médias mainstreams qui veulent vous mobiliser sur le thème "faites vous vacciner, obéissez nous, résistez au fascisme, au complotisme, au terrorisme", ni dans ceux des "alternatifs" sur Internet qui vous embrigadent dans des révoltes stériles lesquelles pourraient bien finir plus mal que la pantomime du Capitole (rappelez vous des LBD pour les Gilets Jaunes). Le plus important pour l'avenir du monde ne se joue pas dans ces théâtres d'ombres... mais d'abord dans vos coeurs !

Lire la suite

NEOM et l'intelligence artificielle

31 Décembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Bill Gates, #Donald Trump, #Proche-Orient, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants"

Revenons d'un mot sur le  projet saoudien NEOM que l'on avait évoqué en avril 2018 à propos de l'affrontement entre l'ami des démocrates (et de Bill Gates) Al Waleed et le pro-Trump Ben Salmane. Nous avions expliqué à l'époque que le prince Ben Salmane a confié un projet de nouvelle mégalopole industrielle NEOM à 500 milliards de dollars (construite au prix d'expropriations arbitraires) à l'ex PDG de Siemens Klaus Kleinfeld lobbyiste du forum de Davos et financé par le groupe japonais SoftBank Group dirigé par Mark Schwartz ancien de Goldman Sachs

NEOM est censée constituer une mégapole de 10 000 kilomètres carrés (la raille de la Belgique), véritable Etat indépendant, avec des voitures volantes et une lune artificielle, alimentée par des énergies renouvelables, une ville "avec plus de robots que de personnes", le paradis de l'intelligence artificielle. Son nom mêle le mot grec"nouveau"  (Neo) et le mot arabe "avenir" (Mostaqbal). Ce sera le pendant en plus gros de la ville de Bill Gates "Belmont" dans l'Arizona.

Certaines voix musulmanes en France comme celle du chiite Yahia Gouasmi ancien responsable du Centre Zahra affirment que ce projet est antéchristique et vient prolonger le geste de la création, au pied du mont Sinaï, du Veau d'Or par le Samiri (selon le Coran), qui serait selon lui une préfiguration de l'Intelligence artificielle, cette "intelligence acquise" de Lucifer (Iblis),  opposée à l'intelligence directement inspirée de Dieu, intelligence qui prospèrera avec le Dejjal à la fin des temps avant d'être vaincue par le Messie. On notera que l'Arabie saoudite reconnaît elle-même cette continuité au moins sur le plan géographique. Le 18 mai dernier, un article du journal pakistanais "The Daily Times" précisait que selon Charles Whittaker le mont Sinaï est bien situé dans cette zone, au mont Jabal al Lawz (Djébel-el-Lawz, la montagne des amandes) ce qui a donné lieu à un documentaire de 24 mn de la "Doubting Thomas Research Foundation" (cf ci dessous), une thèse aussi soutenue par le Dr Colin Humphreys, professeur de sciences à Cambridge qui affiche par ailleurs ses convictions baptistes. C'est devenu d'ailleurs un argument pour des visites touristiques thématiques.

Yahia Gouasmi n'est pas le seul interprète du Coran à associer l'Antéchrist (Dejjal/dajjal) à l'intelligence artificielle notamment du fait des prophéties qui disent qu'il "sera un jeune homme"aveugle ou défectueux dans son œil droit. Cet œil ne sera "ni proéminent ni enfoncé, et ressemblera à un raisin flottant" (voyez par exemple à ce sujet les vidéos du jordanien Tamer Mahmoud, ou de Cheikh Imran Hosein).

En novembre dernier la ville de Neom a été encore à la "une" de nos médias pour avoir été le siège d'une rencontre secrète entre Netanyahou et Ben Salmane. Elle le sera vraisemblablement dans les années à venir pour les expérimentation qui mélangent (comme d'autres projets pharaoniques saoudiens) virtuel et réel et asservissent l'humain au robot à l'ombre de la 5G.

Lire la suite

Donald Trump a-t-il un rapport avec le voyage dans le temps ?

21 Novembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Donald Trump, #Christianisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Les régimes populistes, #Cinéma

Casey Brown, le chrétien américain qui anime EnterTheStars sur You Tube n'est pas toujours facile à suivre, et la manière dont il intègre au canon le Livre d'Hénoch est un peu intrépide, mais je prends ses intuitions au sérieux depuis qu'il m'a montré divers aspects du culte de l'adrénochrome (voir ici) et qu'il m'a enseigné comment le logo du laboratoire de Wuhan figurait dans un jeu vidéo anticipant sur le Covid à travers notamment la figure du raton laveur "raccoon" (anagramme de c-corona) également utilisé par Microsoft (voir ).

Il est maintenant persuadé que, dans l'économie des sociétés secrètes et de l'ésotérisme, Trump est lié à Abraham Lincoln (sur le mode de Janus, du double), et que tout cela peut avoir un rapport avec le cuivre, la 5G et les machines à remonter le temps. Bien sûr, il n'a pas une thèse là dessus, mais il essaie de comprendre comme nous tous en tâtonnant. Mais je suis convaincu que sa méthode, fondée sur l'exégèse des productions culturelles de masse comme les séries hollywoodiennes, est pertinente et inspirée par Dieu. D'ailleurs il a des milliers d'abonnés aux Etats-Unis pour cette raison. Et ceux qui, en France, likent en masse en ce moment mon billet sur le rapport malsain de Joe Biden aux jeunes filles, feraient bien mieux de s'attacher à mes billets sur EnterTheStars, car ce sont eux qui peuvent les aider à sortir de la "matrice" culturelle dans laquelle Hollywood (saturée de sociétés secrètes) et les médias tentent de nous enfermer. Evidemment c'est un travail lent, ingrat, qui requiert de la patience et de l'humilité, mais je pense qu'il en vaut la peine (St Paul dit qu'il faut fixer le regard sur les choses éternelles).

J'en veux pour preuve le fait que récemment il est apparu que l'intuition d'EnterTheStars sur le lien Lincoln-Trump via l'inventeur serbe de Croatie Nikola Tesla (dont l'oncle de Trump a récupéré les papiers pour le FBI, ça c'est un fait historique) a été confirmée par un prédicateur évangélique dominicain, Lorenzo Soto Garcia, qui n'est pas du tout du même bord que Casey (Casey qui refuse maintenant le paradigme gauche droite était plutôt proche des républicains au départ alors que ce prédicateur comme beaucoup d'hispanos est de gauche), et qui n'avait aucun contact avec lui (c'est un abonné d'EnterTheStars qui a souligné la "synchronicité"). Je ne vous conseille pas du tout de lire la brochure "Tesla, Lincoln, Trump et la machine à remonter le temps", publiée en mai 2020 de Soto Garcia qui est mal écrite. Disons simplement qu'il y  raconte comment Nikola Tesla, ayant appris à construire une machine pour voyager à travers le temps, se téléporte à l'époque d'Abraham Lincoln, puis, va s'allier au "meilleur président républicain de l'histoire", pour empêcher Donald Trump de provoquer une guerre mondiale en 2022. Le point intéressant est que sa façon de relier Tesla-Lincoln-Trump et la machine à remonter le temps recoupe exactement, par la voie de l'imagination, ce que Casey pendant l'été 2020 a repéré au terme d'une étude serrée de diverses productions hollywoodiennes notamment celles qui mettaient en scène la Tour de Trump comme "Person of Interest".

Il y a un mois, le 12 octobre, Casey dans une vidéo s'intéressait à une série tournée sur l'île natale de la mère de Donald Trump, l'île de Lewis au Nord de l'Ecosse : Outander.

Cette série, sortie en 2014, parle aussi du voyage dans le temps, mais ce n'est pas la seule bizarrerie que Casey y a dénichée...

Dans l'épisode 18 (saison 4) de Quantum Leap/Code Quantum (série parue en 1989), Justin Thompson joue le rôle de Donald Trump quand il avait 12 ans, le 10 mai 58 (46 ème anniversaire de sa mère). 58 est le parallèle nord qui passe par l'île de Lewis (et la tour de Trump à NY a 58 étages).

L'île de Lewis, où se passe Outlander, c'est l'île de Lugh. Lugh est le dieu ou le héros lumineux (assimilée par les Romains à Hermès-Mercure) qui tua une sorte de cyclope géant (en enfonçant son "troisième oeil" avec la pierre d'une fronde, comme David le fit avec Goliath). Selon des légendes locales de l'île de Lewis, les mégalithes (Callanish standing stones) étaient des géants qui ont refusé d'être convertis par Saint Kieran de Saighir (un des "douze apôtres" irlandais compagnons de St Patrick) et transformés en pierre à titre de punition. Le plus grand géant attesté de l'histoire non pathologique Angus MacAskill, 2,36 m né en 1825 (et mort un 8/8) était aussi originaire de Lewis. On peut aussi estimer que l'ile est liée aux Nephilim avec les "hommes bleus de Minch", créatures marines d'un détroit qui borde l'île.

La mère de Trump  (était-elle versée dans la sorcellerie ?) est née à une vingtaine de kilomètres des mégalithes de cette île qui sont mis en scène dans la série "Outlander" comme des instruments de voyage dans le temps. L'actrice principale d'Oustlander, l'irlandaise Caitriona Balfe, qui est née un 4 octobre (10/4) à 88 jours de la fin de l'année (8/8 est un chiffre souvent mis en scène dans les films qui parlent de voyage dans le temps). L'horloge de Doc Brown dans Back to the future (sorti en 1985) marque 10h04 quand commence le voyage dans le temps. Elle a donc été choisie dans le casting pour la connexion de sa date de naissance avec le voyage dans le temps. On peut se demander d'ailleurs si cela ne fait pas système avec le fait que la chanson phare de Back to the Future de 1985, "The Power of Love" ait été chanté par Huey... Lewis - un commentateur d'EnterTheStars rappelle qu'une autre chanson de Back to the future "Johny B. Goode" a été chantée par Chuck Berry en 1958, ce qui renvoie à Quantum Leap et au parallèle de l'Ile de Lewis...

L'actrice dans le film est une infirmière, Claire Randall, mais en fait on comprend à demi-mots qu'il s'agit d'une sorcière (on ne s'étonnera pas que la série dans le premier épisode de la deuxième saison en 2016 ait fait de la programmation prédictive, comme le laisse entendre le York Dispatch de juin dernier, ait fait de la programmation prédictive sur la fermeture des commerces pour éviter la propagation d'un virus, en faisant d'ailleurs allusion à l'alchimiste "comte de Saint Germain", qui a acquis l'éternité et voyage dans le temps lui aussi). Elle va donc utiliser les mégalithes pour voyager dans le temps, après un sacrifice rituel de samhain (le halloween gaélique). Casey va jusqu'à supposer qu'elle peut être une sorte d'analogue de la mère de Trump, y compris dans le fait qu'à un moment elle épouse un homme qui va grimper dans l'échelle sociale à travers la franc-maçonnerie, ce qui est peut-être aussi le cas du père de Trump.

EnterTheStars s'est aussi demandé si le lien entre Unilever (qui produit du savon et du papier toilettes, promeut des bains de bouche contre le Covid en ce moment, et a fait de l’argent sur le papier toilette via sa filiale Seventh Generation pendant le confinement) et Lewis ainsi qu'entre Unilever et Trump pouvait expliquer que la  carte "Jugement" du tarot en "Une" du magazine The Economist (des Rothschild occultistes) de 2017 aient représenté le président américain sur du papier toilettes, mais on peu en douter. Son argument est que sur cette image le président Trump porte à la main droite le globe emblématique des tweed Harris. Le fondateur d'Unilever, le vicomte William Lever a possédé l'île de Lewis, et cette île, dans sa partie nord appelée Harris, est bien le berceau des célèbres tweeds...

C'est en tout cas clairement vers l'île natale de la mère de Trump que The Economist a pointée en 2017.

Pendant la campagne électorale de 2016, 88 jours après le 88 ème jour de l'année, le 25 juin, Trump est allé parler au cours de golf qu'il possède à Aberdeen en Ecosse et déclarer qu'il se sentait complètement écossais. La référence à l'Ecosse dans une combinaison de chiffres 88 (176 ème jour du calendrier grégorien) pourrait souligner le rattachement de Trump aux prophéties gaéliques et à ce qu'il se joue de magie autour des mégalithes de l'île de Lewis.

Il faut aussi, pour comprendre ces voyages dans le temps, les penser à la lumière de Donnie Darko, film sorti le 9 janvier 2001 qui met en scène le 88 (cf image à gauche )et fait aussi système avec Quantum Leak, Back to The Future et Outlander. C'est un film  qui fait des références à "Back to the future" et opère une remontée dans le temps à travers des sacrifices. Il est en outre chargé de références prédictives au 11 septembre 2011 : la scène au ralenti d'un moteur à réaction déchirant un drapeau américain inversé au plafond de la chambre de Donnie Darko vers la fin du film, sauf que le crash de l'avion sur la maison du Middlesex a lieu le 1er novembre 1988 (toujours 88...) - il y a aussi des détails qu'on obtient par arrêt sur image, par exemple le 1:16 sous "Twin pines mall" (référence aux tours jumelles) qui à l'envers (non pas de droite à gauche, mais renversé) donne 9:11 (voir ici mn 36'11) ou encore quand le Dr Emmit Brown attend au Twin Pines Mall le 26 octobre 1985, et montre deux mini-horloges qui affichent 1:19 (ici min 41:07). Il est chargé de références à l'oeil d'Horus (la constellation Sirius), aux portails interdimensionnels, notamment la Porte du Lion du mois de juillet, aux éclipses qui peuvent avoir joué un rôle dans la préparation du 11 septembre (pour l'ouverture de possibilités d'accès aux mondes parallèles) comme dans la préparation de l'affaire du Covid (on en avait déjà parlé en mai dernier ici). EnterTheStars évoque un lien possible avec Trump à travers la mention "triumph" sur le T-Shirt du héros, ce qui renvoie aussi aux Arcs de Triomphe, portiques de communication avec les mondes invisibles, comme l'arche de Baal à Palmyre. Je ne développe pas... Il y a de nombreuses vidéos d'EnterTheSTars et de TheologyEd là dessus, qui utilisent d'ailleurs un peu les mêmes matériaux, notamment le court-métrage d'animation canadien "I, Pet Goat II" de 2012 (rempli aussi d'ésotérisme, et de programmation prédictive qui recoupe en partie les films précités) que vous pouvez parcourir si vous comprenez l'anglais. Je reviendrai sur le sujet quand j'aurai un peu avancé dans la recomposition de ce puzzle.

Lire la suite

La Fondation Rockefeller, l'identification numérique et le Covid 19

8 Octobre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Donald Trump, #Les Stazinis, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #Les régimes populistes, #Débats chez les "résistants"

Etrange initiative de Donald Trump qui dans sa déclaration à la sortie de l'hôpital laisse entendre qu'il est allé au devant de la maladie (l'a-t-il prise sur lui, portée, comme un chamane ?) pour appeler les Américains et le monde à ne plus avoir peur de ce Covid 19.

Voilà qui évidemment ne peut pas plaire aux dictateurs qui chez nous prolongent l'état d'urgence jusqu'en avril 2021 (la commission des lois du Sénat l'a réduit à  de deux mois, mais c'est un pur détail qui peut-être renversé en séance ou en deuxième lecture). Saluons quand même la tentative de Mme Emmanuelle Ménard, députée non inscrite de l'Hérault, d'introduire un amendement en article 1er ainsi libellé "Rien ne justifie en l’état actuel de prolonger la sortie de l’État d’urgence sanitaire jusqu’au 1er avril 2021." C'était bien tenté. Bravo aussi aux députés du PCF et de la France Insoumise et aux deux députés autonomistes corse et breton qui par leurs amendements de faire supprimer la prolongation de cet état d'urgence scandaleux.

Il y a huit jours la canadienne Isabelle du blog "Conscience du Peuple", attirait l'attention sur l'espèce de rapport délirant  de la Fondation Rockefeller de 2010 intitulé "Scenarios pour le futur de la technologie et du développement international" que je vous invite à lire en anglais ici. France Info le 13 mai déjà bêtement essayait (avec l'argent de nos impôts) de "déminer" les débats sur ce rapport en soulignant qu'il ne parle pas du Covid 19 (évidemment), mais ce qui est intéressant dans cette fiction rockefellerienne c'est la manière dont elle étudiait la possibilité de conditionner l'opinion publique à l'occasion d'une pandémie.

Voyez notamment le passage de cette "fiction" (p. 19) sur le confinement et le masque : "Pendant la pandémie, les dirigeants nationaux du monde entier ont fait preuve autorité et règles étanches imposées et restrictions, du port obligatoire du visage masques aux contrôles de la température corporelle aux entrées aux espaces communs comme les gares et supermarchés. Même après la disparition de la pandémie, ce contrôle et cette surveillance plus autoritaires des citoyens et de leurs activités bloqués et même intensifié. Afin de se protéger de la propagation de problèmes de plus en plus mondiaux - depuis les pandémies et le terrorisme transnational jusqu'aux crises environnementales et à l' augmentation de la pauvreté - des dirigeants dans le monde entier ont pris une emprise plus ferme sur le pouvoir" (During the pandemic, national leaders around the world flexed their authority and imposed airtight rules and restrictions, from the mandatory wearing of face masks to body-temperature checks at the entries to communal spaces like train stations and supermarkets. Even after the pandemic faded, this more authoritarian control and oversight of citizens and their activities stuck and even intensified. In order to protect themselves from the spread of increasingly global problems—from pandemics and transnational terrorism to environmental crises and rising poverty—leaders around the world took a firmer grip on power)

" Dans un premier temps, la notion d'un monde plus contrôlé a été largement acceptée et approuvée. Les citoyens a volontairement abandonné à une partie de sa souveraineté - et leur vie privée - à des Etats plus paternalistes en échange d'une sécurité et d'une stabilité accrues. Les citoyens étaient plus souples et même désireux de direction et surveillance de haut en bas, et national les dirigeants avaient plus de latitude pour imposer l'ordre de la façon qui leur paraissait la plus appropriée . Dans les pays développés, ce la surveillance accrue a pris de nombreuses formes: identification biométrique pour tous les citoyens, par exemple, et réglementation des industries clés" ( "At first, the notion of a more controlled world gained wide acceptance and approval. Citizens willingly gave up some of their sovereignty—and their privacy—to more paternalistic states in exchange for greater safety and stability. Citizens were more tolerant, and even eager, for top-down direction and oversight, and national leaders had more latitude to impose order in the ways they saw fit. In developed countries, this heightened oversight took many forms: biometric IDs for all citizens, for example, and tighter regulation of key industries)

Cette blogueuse (hélas new-ageuse) avait aussi fait remarquer que dans le document de la même fondation intitulé "Prévoyance pour une mondialisation intelligente: accélérer et améliorer les opportunités de développement pour les pauvres" (Foresight for Smart Globalization: Accelerating & Enhancing Pro-Poor Development Opportunities) de 2009 téléchargeable gratuitement en anglais ici en page 14 " vous trouverez une illustration où on voit des personnages assis à chacune des pointes d’une étoile à 11 branches. Cette étoile à 11 branches est d’ailleurs la forme du terrain sur lequel est assis la Statue de la Liberté… Dans la symbolique occulte, dans la Kabbale juive, l’étoile a 11 branches est la représentation des sephirots maléfiques, nommé « l’arbre de mort » en opposition à « l’arbre de vie ». Cette étoile représente aussi les 11 rois qui ont régné sur le pays d’Edom…" (c'est à dire l'Occident selon la tradition kabbalistique). Sur l'occultisme des Rockefeller, leur implication dans le Lucifer Trust et le gouvernement mondial voir ici. Voyez aussi leur rôle assumé dans la destruction de la famille : le producteur libertarien Aaron Russo en 2007 racontait que Nick Rockefeller (membre du CFR et très lié à la Chine) lui avait dit, en 2002 quand il était candidat au gouvernorat du Nevada, que son clan avait financé le féminisme pour pouvoir taxer une moitié de la population (les femmes) et mettre les enfants sous la coupe de l'Etat.

Les Rockefeller sont très actifs dans les tests systématiques des gens. Dans le document de 2020 "National Covid-19 Testing Action Plan" commence à publier une carte des gens testés positifs à partir de leurs téléphones cellulaires et recommande de pouvoir tester 30 millions de personnes aux Etats-Unis. Isabelle renvoie là dessus au militantisme de Timothy Evans, ex directeurs adjoint de l'OMS, et confondateur de Gavi (Global Alliance for Vaccines and Immunization - un bébé de la Fondation Bill & Melinda Gates), pour la gouvernance mondiale, la vaccination et le stockage des identités numériques, notamment à l'Evenement 201 de l'automne 2019 dont on a déjà parlé ici.

Sur le volet numérique, il faut suivre l'Alliance ID2020, l'ONG de partenariat public privé qui, avec le soutien de Microsoft, Accenture et Hyperledger  promeut l'identification numérique de milliards de personnes. Une juriste d'Harvard Elizabeth Renieris, critique de la blockchain, a démissionné de cette structure en mai 2020 en pleine crise du Covid en écrivant à son sujet "Je ne peux pas faire partie d'une organisation trop influencée par des intérêts commerciaux qui ne défendent les droits de l'homme que du bout des lèvres". Isabelle braque un projecteur sur un conseiller d'ID2020, Peter Schwarz, spécialiste de la planification de scénarios, et président du Global Business Network. Il est planificateur chez Salesforce, le géant américain fabriquant de logiciels pour la gestion des contacts des compagnies médicales qui permet de stocker toutes les données sur les rapports avec les clients. L'Australie qui a engagé une politique particulièrement totalitaire sur le Coronavirus, a passé un contrat en septembre avec Salesforce pour une gestion gouvernementale automatisée des résultats des tests. Avant de rejoindre Salesforce Schwartz était co-fondateur du Global Business Network, co-éditeur avec la fondation Rockefeller du document "Scenarios pour le futur de la technologie et du développement international".

Isabelle attire aussi l'attention sur l'utilisation de l'identification numérique dans un dispositif de "Crédit social" chinois (vanté par le Washington Post le 31 juillet dernier), un système qui évalue nos comportements (réseaux sociaux), nos activités en ligne et nos habitudes de consommateur/payeur sur une échelle de scores et ce, en vue de déterminer notre capacité d'adhésion sociale et de conformité aux normes de l'Etat.

Avec bien sûr une désignation claire de l'ennemi : le "complotiste", "extrémiste", "sectaire", propagateur d'un discours de haine. Voyez le mode d'emploi publié par ce cher Forum économique mondial (World economic forum) pour pousser cet ennemi à se taire. "L'UNESCO travaille, nous dit-on sur le site du WEF, avec la Commission européenne, Twitter et le Congrès juif mondial et a créé une série d'infographies pour aider les gens à mieux s'informer", et marginaliser les tentatives de penser par soi-même... Génial !

 

NB : à part ça, une info à vérifier aussi : le brevet des Rothschild sur un test anti-Covid 19 déposé en 2015 et 2017 (aux Pays bas et aux Etats Unis) - mais ce point est à vérifier, ce pourrait être un fake.

Lire la suite

Une ou deux remarques sur les émeutes du Minnesota

1 Juin 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants", #George Soros, #Christianisme, #Donald Trump

Pas d'idées justes, juste des idées, disait le philosophe Gilles Deleuze plagiant le cinéaste Jean-Luc Godard à propos des images. Et pour appréhender la haute politique américaine, souvent on doit s'en tenir à avancer quelques idées sans avoir la garantie qu'elles soient justes.

En voici quelques unes. Tout d'abord il faut savoir que les forces de police américaines comme en Angleterre et ailleurs, appartiennent massivement à la franc-maçonnerie et sont donc tenues au secret de leurs loges. C'est particulièrement le cas au Minnesota où il existe un Ordre fraternel de la Police dont le logo porte un pentagramme avec en bas à gauche l'oeil d'Horus, et au milieu le damier maçonnique. Les forces de sécurité du Minnesota ont d'ailleurs un logo qui porte aussi un pentagramme et une pyramide stylisés (cf à gauche).

Dans les milieux où sévissent les sociétés secrètes, les opérations sous faux drapeau, les provocations, les opérations pièges (sting operations) sont légion. Certains observateurs se sont interrogés sur le sens de l'opération dont a été victime le citoyen de couleur George Floyd, une victime montée en épingle parmi le millier d'homicides commis par la police américaine chaque année dont 23 % sur des Noirs (voir l'interview du chercheur Mathieu Zagrodzki  par Marianne à ce sujet). Ils ont fait observer que son arrestation le 25 mai à Minneapolis (Minnesota) sous les caméras pose question, y compris le fait qu'on l'entende parler mieux encore que les policiers, alors que la caméra est censée  se tenir à quelques dizaines de mètres. Floyd dit "Je ne peux pas respirer" ("I can't breathe"). Les derniers mots d'un autre homme de couleur décédé en garde à vue, en 2014,  Eric Gardner. L'expression est devenue le slogan des anti-Trump en quelques jours. La veuve du basketteur Kobe Bryant a ressorti hier une image de son mari avec un T-Shirt portant cette phrase. On a rappelé en février dernier tous les liens de Bryant avec l'occultisme. Ce qui est le cas de toutes les stars qui en ce moment défendent la mémoire de George Floyd (par exemple Michael Jordan, dont certains ressortent une vidéo où il met en valeur le 666), comme c'était le cas des stars qui ont défendu le confinement pendant la crise du Covid-19 (d'ailleurs certains ont affirmé que Covid en hébreu se traduisait Kobe, et ont avancé que le sacrifice rituel du joueur le 26 janvier avait pu favoriser la pandémie... on ne sait trop ce qu'on peut penser de ça, on peut toujours spéculer à propos de la magie kabbalistique). Ce qui est certains c'est que les troupes qui ont lancé les émeutes suite à la mort de Floyd, des groupes comme Black Lives Matter, sont financées par George Soros (spécialisé dans la défense des minorités un peu partout pour provoquer du chaos social), dont le nom et celui d'un de ses fils revient souvent avec celui de stars occultistes.

Un soupçon se répand selon lequel les adeptes de l' "ordo ab chaos" (ordre issu du chaos) qui ont déjà instrumentalisé le Covid-19 pour pousser Trump à la militarisation de son régime (ce qu'il avait déjà fait en confiant à l'armée la préparation du vaccin et le contrôle du confinement), puisque le coronavirus disparaît un peu trop vite,  peuvent maintenant utiliser les émeutes comme un "second fléau" (qui peut d'ailleurs relancer le premier par la contagion dans les manifestations), pour pousser le président à imposer la loi martiale qui mènerait droit à la guerre civile : voir l'info de ce matin dans le New York Times selon laquelle la Maison Blanche est en état de siège et Trump se serait réfugié dans un bunker. La pétition "colorofchange", qui veut faire arrêter les meurtriers de Floyd a des relents de "regime change" (politique d'ingérence pour changer par la force les gouvernements étrangers) qui repose souvent sur une stratégie du chaos. Il s'agit en tout cas de rechercher une tension maximale comme avec la Marche des Femmes après l'élection de Trump ou celle contre les armes en 2018 (avec les mêmes financements que Black Lives Matter).

Pousser à l'explosion sociale en faisant succéder la violence au confinement, pour ensuite imposer une dictature antéchristique (puisque selon la Bible l'Antéchrist viendra au nom de la paix) ?

La thèse se défend, même si, dans le détail, il y a beaucoup de raccourcis complotistes, par exemple celui selon lequel Soros aurait déclaré en septembre 2014 dans le magazine allemand Bild qu'il financerait des "groupes de haine noire" aux Etats-Unis - interview dont bien sûr personne n'arrive à retrouver une copie... et pour cause : pourquoi Soros aurait-il ainsi révélé ses cartes ?

Affaire à suivre...

PS : Voyez aussi la problématique des blocs de briques "miraculeusement" présents à tous les coins de rues dans plusieurs villes américaines depuis un certain temps...

A Call for an Uprising à propos des blocs de briques dans les rues

Lire la suite

Biopolitique : la dictature mondiale en marche

3 Mai 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Donald Trump, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Bill Gates, #Les Stazinis, #Christianisme

Pour que tout le monde aux Etats-Unis puisse être vacciné d'ici là fin de l'année, Donald Trump annonce la mise en place d'une «Opération Warp Speed», programme qui réunira des sociétés pharmaceutiques privées, des agences gouvernementales et l'armée pour tenter de réduire le temps de développement d'un vaccin à huit mois (c'est à dire sans le tester correctement, au risque de tuer plus de gens que le Covid-19, même problème en Europe d'ailleurs), le tout sous la responsabilité d'un général et d'un amiral ! Il le compare au Manhattan Project qui déboucha sur la réalisation de la bombe atomique américaine - une référence bien morbide s'il en est.

Il l'annonce en faisant avec les mains un signe occultiste. Et, ce faisant, il semble réaliser une programmation prédictive des Simpsons (une de plus) dans laquelle un homme voulait enfermer Springfield et en détruire la population - l'homme faisait le même geste avant d'annoncer cela. Dans la magie sataniste d'Aleister Cowley il s'agit du signe de l'eau de la déesse égyptienne Auramoth, gardienne des morts (les morts que nous sommes censés être ?).

Quoi qu'on pense des signes occultes, le fait que l'on place ce programme sous l'autorité des militaires est une réalité. Et ce n'est pas tout : il y a trois jours le Washington Post annonçait que des chiens étaient entraînés à détecter le coronavirus. Folie américaine ? Non, l'essai est aussi lancé en France ! Comme si les chiens pouvaient détecter les maladies. Comme après le 11 septembre on veut vous faire renoncer à vos libertés, vous habituer à vous faire flairer par des chiens qui vous feront placer en quarantaine au moindre aboiement.

En France encore, le nombre des amendes infligées approche les un million, on instaure  un partage des données médicales «sans le consentement» des malades. Personne ne résiste - la gauche ne sait que demander toujours plus de mesures de protection collective, la droite moins d'impôts, comme si l'essentiel était là...

Le professeur Raoult a beau expliquer que la choloroquine (et peut-être aussi l'artemisia annua ?) a été efficace contre le virus partout et que la seconde vague de la pandémie annoncée par Bill Gates n'est qu'"une fantaisie", les médias ne jurent que par elle. Au besoin on vous la produira dans un nouveau laboratoire façon Pirbright si c'est la condition pour vous faire accepter le vaccin, et le tracking qui ira avec (le tatouage à points quantiques, et l'application NSO, les drones et le reste).

Et pendant ce temps sur France Info TV ce soir (3 mai), à l'émission "Soyons Claire", Claire Chazal interviewe chez lui par Skype le sociologue soi-disant démystificateur de fausses croyances, Gérald Bronner, qui doit ainsi révéler sa déco intérieure (ses inspirations "artistiques"), et, que voit-on derrière lui pendant toute l'interview, bien en vue pour tous les spectateurs ? Un tableau qui représente un grand démon ailé. "You can't make this stuff up" comme diraient les Américains. Il suffit d'être éveillé : tous les signes sont donnés.

Continuez de vous armer spirituellement.

Lire la suite

Miley Cyrus, le serpent couronné, le tarot des Visconti, le vampirisme et le coronavirus

2 Avril 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Avortement, #Christianisme, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Donald Trump, #George Soros, #Bill Gates, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

J'ai hésité avant de publier ce billet, pour plusieurs raisons. La première est que ma réflexion sur le sujet que je vais traiter ici n'est pas arrivée à son terme. C'est un sujet en chantier. Je ne peux donc pas faire une démonstration irréprochable à son sujet. Je peux seulement reprendre les réflexions que jette dans ses vidéos, au fil de ses recherches un citoyen du Connecticut, EnterTheStars, un "truthseeker" que j'ai déjà cité dans mon billet sur l'adrénochrome qui est très lu en ce moment.

La deuxième raison est qu'on est là sur un sujet très épineux qui requiert beaucoup de connaissances et qui ne relève pas de la science exacte. C'est l'herméneutique des signes que produisent les sociétés secrètes qui aujourd'hui dominent la production culturelle de masse globalisée.

Il est très difficile de parler de ces sujets parce que les gens sont conditionnés à voir dans les faits qu'on avance de simples coïncidences, des théories hasardeuses, du "complotisme" (mot clé - trigger-word - pour déclencher le mépris). Amoureux des faits objectifs, j'ai longtemps été comme eux. Pourtant un certain nombre de recoupements que j'évoque souvent sur ce blog montrent bien que oui, il y a une allégeance de beaucoup d'artistes de premier plan, de scientifiques, d'hommes politiques, à une religion occulte (voyez l'affaire Epstein très éclairante à ce sujet). Et, parce que cette religion implique qu'on annonce en avance d'une façon codée (c'est ce qu'on appelle la "programmation prédictive") ce que l'on va faire et le sens de ce qu'on fait pour que ça hypnotise les gens, et les faire participer "énergétiquement" aux processus, il faut prendre du recul à l'égard de ces signes, et savoir les décoder.

Donc, oui, cela vaut la peine de se pencher sur ces sujets, mais il faut le faire très prudemment, sans sauter aux conclusions tout de suite, sans quoi on peut se ridiculiser très vite, ce qui donne des armes aux adversaires.

Justement la prudence pourrait me commander d'attendre un peu, d'avoir plus d'éléments, pour pouvoir faire une démonstration plus structurée. Mais il se peut que pendant des mois rien d'autre ne me soit donné que les éléments dont je dispose aujourd'hui (qui sont, pour l'essentiel, ceux que EnterTheStars a mis sur la table, parfois un peu en désordre dans ses vidéos). Donc voici ce qu'il y a à dire sur ce sujet qui, comme on va le voir, touche aux plans apocalyptiques des sociétés secrètes qui dirigent l'industrie du divertissement (et probablement une partie des scientifiques).

Avançons pas à pas.

Il y a quinze jours, le club des artistes occultistes Ariana Grande, Taylor Swift et Miley Cyrus lançaient un appel au confinement. Cette dernière depuis lors multiplie les émissions sur You Tube pour distraire ses fans. Cette créature du système Disney, est en général un peu bon "baromètre" de ce qui se manigance dans ce monde pour nous enfermer dans une toile d'araignée. Parce que, comme la plupart des stars du système Disney, elle a été préparée depuis son plus jeune âge à être ce qu'elle est devenue et elle est même contrôlée dans tous les messages dont elle est le support (ces programmes de contrôle et de dressage ont été décrits par des transfuges du système comme Cathy O'Brien). On l'a vue afficher des pizzas (symbole pédophile) sur Instagram alors même qu'elle se disait allergique au gluten, se mobiliser pour l'avortement quand Trump nommait un juge "pro-life" à la cour suprême, défendre le pansexualisme, le transgenre, l'Agenda 21 écologiste etc, bref tous les thèmes à l'agenda des groupes maçonniques ou paramaçonniques au niveau planétaire actuellement, avec un sens très poussé de l'affichage des signes occultistes : oeil d'Horus, sols en damiers, colonnes de temples, pyramides, baptême rituel etc.

Nous allons donc "tirer ici" un fil d'enquête autour d'elle, en montrant quelques unes de ses implications possibles, notamment en lien avec le coronavirus, mais sans tirer aucune conclusions pour l'heure parce que, comme on l'a dit, le principe même de l'exégèse autour de l'occultisme est de faire preuve de prudence et de patience : on n'exclut aucune hypothèse a priori, mais, humblement, on ne s'emballe pour aucune d'entre elles tout de suite.

Voyons donc.

En août 2019, la presse people  relatait cette nouvelle : Miley Cyrus, après avoir quitté son mari Liam Hemsworth (alors qu'elle était enceinte depuis fin juillet - cf Gossip.net du 22 oct 2019), s'est rendue à Milan pour se faire faire un tatouage. Cosmopolitan expliquait que ce tatouage symbolisait le clan Visconti qui dominait Milan au Moyen Age et représentait un serpent dévorant un homme (biscione). Ce sceau, repris par les successeur des Visconti, les Sforza, et d'autres familles est aussi utilisé, par une équipe de foot, par une chaîne de TV, par les voitures Alfa Romeo etc.

Ce genre de voyage n'est jamais gratuit . Tout cela est mis en scène pour manipuler un public dont on cherche à capter une énergie. On ne choisit pas Milan au hasard, ni le tatouage non plus.

Ceux qui veulent échapper à l'effet d'hypnose doivent donc se demander : pourquoi le serpent, pourquoi Milan, pourquoi à ce moment-là ?

En lisant les recherches de Alison Manges Nogueira, du musée d'art de Venise, mises en valeur par EntertheStars Reloaded, on apprend un élément surprenant : le troisième duc de la dynastie Sforza qui avait succédé aux Visconti (et avait adopté leur serpent) Ludovico Sforza (1452-1508) avait  présidé à la publication d'un manuel enluminé pour légitimer la succession des Visconti, le Codex Sforza.

Dans ce manuel occupait une place très importante la figure antique de Cyrus roi des perses...

Filelfo, l'auteur du codex, dans une lettre du 20 février 1477 écrite à Bonne de Savoie après l'assassinat de son mari, Galeazzo Maria, comparait le jeune orphelin Gian Galeazzo Sforza (Jean Galéas Marie Sforza), deuxième duc de Milan, au roi Cyrus, qui était aussi orphelin. En choisissant les illustrations du Codice Sforza, Filelfo avait mis l'accent sur le roi Cyrus, et placé son portrait en premier, parmi les héros représentés, peut-être pour relier le roi Cyrus à Ludovico, dont le père était mort peu avant la production du manuscrit se qui faisait de Filelfo, un nouveau Xénophon auteur d'une nouvelle Cyropédie.

Etrange "coïncidence", n'est-ce pas ? comme j'avais trouvé étrange aussi dans mon livre sur les régimes populistes que le prédicateur Lance Wallnau, un des premiers à avoir prévu l'élection de Trump qui serait le "nouveau Cyrus" (le reconstructeur du temple de Jérusalem - "LA" solution au coronavirus selon certains rabbins israëliens), "45 ème président annoncé dans Isaïe 45", l'ait décrit comme la "wrecking ball" (boule de destruction) de la "political correctness"... alors que c'était le titre d'une chanson de... Miley Cyrus...

Pourquoi est-ce qu'on fait coïncider Miley Cyrus avec Trump et le Troisième temple ? Pourquoi est-ce qu'on fait croiser le Cyrus des Sforza avec Miley Cyrus ?

Et souvenez vous, quand j'ai parlé de la programmation prédictive autour du coronavirus, je vous ai aussi signalé cet étrange passage du groupe de rap Wu-tang Clan (nom dans lequel on peut entendre Wu-Han) en 1996 "Six millions de diables viennent de périr de la peste bubonique ou du virus Ebola, sous le règne du roi Cyrus".

Pour EntertheStars Reloaded les "handlers" (dresseurs) de Miley Cyrus auraient même pu choisir de nommer la chanteuse ainsi dès sa naissance en référence aux Sforza. Dans la mesure où ces artistes appartiennent souvent à des lignées occultes, ils peuvent se voir attribuer des noms de famille sur commande en fonction d'un projet de vie déterminé par leurs "grands maîtres", nous dit-il. C'est peut-être aller trop loin dans les hypothèses, encore que... mais continuons d'avancer...

Le choix du serpent des Sforza (qui est très semblable au serpent à plumes amérindien qui dévore un humain), de la part d'une artiste souvent obligée de tirer la langue d'une façon reptilienne sur les clichés, est très lié au monde démoniaque par le fait que cette famille fut à l'origine d'un des premiers, voire le premier des jeux de tarot divinatoires connus dans l'Histoire, le tarot Visconti-Sforza.

J'ai déjà remarqué en août dernier, justement quand Miley Cyrus traînait à Milan, combien les tarologues avaient le vent en poupe, aussi bien au Centre de recherche nucléaire européen (CERN) qu'au Vatican, voyez mon billet ici.

Dans "The Vampire Tarot" publié en 2009 par l'alchimiste Robert Michael Place, on peut lire : "Dans une lettre écrite en 1449 à la reine Isabelle de Lorraine, son agent décrivait deux jeux qu'il avait acquis pour elle mais qui étaient à l'origine créés par Filippo Maria Visconti, Duc de Milan (1392-1447). On y trouve la description de ce qui peut être le plus vieux jeu de tarot. Des deux jeux le plus ancien avait été conçu par l'astrologue du duc, Marziano Rampini di S. Aloisio, appelé da Tortona (...) Le plus ancien jeu de Tarot encore présent aujourd'hui semble avoir été créé par Filippo Maria Visconti, qui était un grand amateur de jeux de cartes. Le jeu est maintenant à la librairie de l'université de Yale (USA). Il est connu comme le "Cary-Yale Visonti Tarot".(...) Dans une note intéressante, l'historien Ross Gregory Caldwell nous informe que lorsque l'empereur de Constantinople Jean VIII Paléologue (1390-1448) visita le nord de l'Italie en 1424 pour trouver des alliés chrétiens et du soutien financier pour résister aux Turcs, le saint empereur romain Sigismond (1368-1437), qui fut le modèle probable de la carte de l'empereur dans les tarots, envoyéason vassal Vlad Dracul (mort en 1447) pour l'accueillir à Venise et lui servir de guide. Après leur séjour à Venise, Vlad et Paléologue passèrent trois mois à Milan comme hôtes de Philippe Marie Visconti. Sans doute a-t-il pu les distraire avec des jeux de tarot entre autres plaisirs. Vlad Dracul était le père de Vlad Tepes Dracula... qui défendit la Transylvanie contre les Turcs."

Evidemment la connexion tarots-Yale (siège de la société secrète des Bush-Kerry and co les Skull and Bones)-vampirisme de Dracula active les imaginaires. Et tout cela recoupe l'engagement véhément de Miley Cyrus pour l'avortement qui a aussi une dimension vampirique et sanglante liée au culte de Moloch (bon, ne perdez pas le fil de la recherche - et gardez à l'esprit que Miley Cyrus est enceinte quand elle se fait tatouer le serpent qui avale l'enfant...).

On retrouve aussi le coronavirus dans cette herméneutique autour du fait que corona veut dire couronne. Il n'y a pas que l'université de Yale dans le Connecticut qui ait aimé le serpent à couronne. Il y a aussi cette école Sandy Hook dans laquelle une tuerie a eu lieu en 2012 et dont les locaux ont été aménagés exactement dans la forme de ce serpent couronné avalant un enfant.

Dans une vidéo sur You Tube du 26 mars dernier  EnterThestars Reloaded  faisait aussi remarquer que les ducs de Milan avec leur serpent couronné, se sont distingués pendant la peste noire de 1348, à la différence de beaucoup d'autres princes de l'époque, par leur zèle a enfermer les gens chez eux... "Les Visconti, seigneurs de Milan, prirent des mesures extrêmes pour conjurer la peste et avec succès. Eux aussi (comme les dirigeants actuels) introduisirent la quarantaine, bouclant la ville, mais son arrivée a provoqua la panique parmi la population, d'autant qu'il y eut un tremblement de terre pendant l'épidémie. Luchino Visconti prit alors la mesure ultime, ordonnant aux autorités de la ville de fermer les maisons dans lesquelles il y avait des cas de maladie, isolant les personnes en bonne santé avec les malades."

FoxNews a souligné récemment (et ça, c'est un fait très brut) qu'une étude chinoise a montré qu'il n'y avait pas de chauves-souris au wet market de Wuhan, et donc les chances ne sont pas minces que le coronavirus soit venu d'un des deux centres de recherches biologiques de la ville dont un des deux (pour mémoire) situé au 666 (nombre apocalyptique) de la route de Gaoxin - n'oubliez pas que ces gens ne choisissent pas leurs adresses au hasard, voyez le gendre de Trump achetant à prix d'or le 666 de la 5e avenue à New York - dont Soros fut un temps actionnaire. A partir de là on peut facilement supposer qu'un plan de longue date, visant à mettre en place le gouvernement mondial (voir les propos de Gordon Brown il y a peu) soutenu  depuis longtemps par la mouvance new-age et maçonnique, une petite action dépopulationniste à travers la vaccination obligatoire façon Bill Gates, et diverses autres mesures liberticides ait été soigneusement monté, depuis plusieurs décennies, éventuellement avec l'aide de médiums, avec ce virus "couronné" comme instrument, clin d'oeil au serpent couronné qui avale les enfants des hommes. Le tatouage de Miley Cyrus à Milan l'été dernier pourrait être une des étapes du déroulement du processus, dans lequel on montre en cachant, et on cache en montrant.

On pourrait montrer dans ce billet d'autres éléments de programmation prédictive sur le Covid 19, comme deux passages des films Indiana Jones liés à Wuhan et au nom du virus (avec un symbole de croix inversée satanique très éloquent) ainsi que des passages du film "I'm a legend" de 2007 avec Will Smith, mais cela nous mènerait un peu trop loin.

Restons pour le moment concentrés sur ce serpent couronné meurtrier (biscione/Quetzalcoatl - euh, au fait et si c'était le Q de QinetiQ ?) et la visée antéchristique qu'il recèle.

Et encore un dernier mot : ce serpent est aussi le symbole de Berlusconi. Pas de chance : il y a un an mourait une dame qui aurait pu apprendre des choses à la justice sur ce que ce symbole signifiait chez cet ex-président du conseil italien...

Lire la suite
1 2 3 > >>