Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #le monde autour de nous tag

Les médias alternatifs, la Syrie, les Kurdes, la Crimée

27 Juillet 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Les médias alternatifs, la Syrie, les Kurdes, la Crimée

Ce blog conserve un nombre assez stable de visiteurs. Du fait que le nouveau dispositif d'Overblog ne fournit plus d'analyse statistique des provenances et a bousillé le lien Google analytics qui me permettait d'en avoir, je n'ai plus aucune idée du profil des gens qui me lisent. Je continue malgré tout à écrire pour eux par fidélité à mon parcours depuis 20 ans, aux livres publiés etc. Je sais bien que Frédéric Delorca n'existe pas dans l'espace du débat public. Il existe encore moins qu'il y a 12 ans du temps où un éditeur était prêt à lui confier la rédaction de l'Atlas alternatif. La diversité de mes centres d'intérêt, l'indépendance de mes prises de position (qui souvent n'hésitent pas à questionner les certitudes des gens qui me sont intellectuellement proches) ont eu raison sans doute de la patience de beaucoup de gens qui aiment à lire les blogs pour y trouver des confirmations de ce qu'ils pensent et de ce qu'ils aiment. Je ne suis cité nulle part, ce qui m'évite d'être mal compris ou critiqué par des gens de mauvaise foi. Et de toute façon, je me console aisément de cet état de fait, en me disant que, même si j'avais ma "petite boutique" avec sa clientèle "fidèle", cela ne servirait pas à grand chose. Supposons que le Monde Diplomatique par exemple ait tenu sa parole de 2012 de publier un de mes articles, à quoi cela m'eût il servi ? J'aurais eu plus de "visibilité" à Paris, on m'aurait peut-être proposé de faire paraître un livre (dans le meilleur des cas), mais j'aurais aussi perdu de ma liberté d'esprit en étant de plus en plus enclin à écrire dans le sens de mon milieu de sociabilité, ce qui aurait borné mes horizons, et je n'aurais pas eu plus de poids pour autant dans le débat public.

Dans Le Monde aujourd'hui, Emmanuel Todd publie un énième article narcissique commençant par "moi le type incomparable qui a le premier annoncé la chute de l'URSS" ou quelque chose dans ce goût là. Voilà à quoi conduit le statut de l'intellectuel "engagé" qui a pignon sur rue. Ca n'a vraiment pas beaucoup de sens.

Quant au grand projet de "médias citoyens" auxquels les gens croyaient il y a 15 ans, et dans lequel j'avais ma place avec mes blogs, tout le monde en est revenu. "Don't hate the medias be the medias" disaient-ils. Oui, mais ceux qui écrivaient cela nous ont gavés de foutaises dans les années 2000-2010 en nous annonçant par exemple tous les jours en 2012 que les kadhafistes reprendraient prochainement le pouvoir en Libye. Ce matin, je lis qu'un colonel du Fatah a été tué au Liban. La source qui a révélé l'information sur place a téléphoné à l'AFP... pas à Michel Collon ! Malgré tous les biais d'approche de nos grands médias menteurs, ceux-ci restent une source incontournable, et les gens qui veulent se faire entendre savent qu'il ne sert à rien de s'adresser à des petites boutiques périphériques.

On continue d'écrire pour se faire plaisir sur de petits blogs à faible lectorat pour se donner l'impression de ne pas être complètement réduit au silence ou au désespoir par le système politico-économique mondial, mais on sait bien (quand je dis "on" je pense à pas mal de journalistes dissidents que je connais, y compris parmi mes amis) que nous avons échoué à inverser les rapports de force dans le champ médiatique, et à faire d'Internet l'arme de cette inversion.

A part cela, le tour d'horizon de l'actualité estivale n'est pas enthousiasmant. Les tentatives de déstabilisation du monde musulman par Daech sont une espèce de spectre qui plane sur les relations internationales, et qui légitiment beaucoup de folies. Par exemple, je lisais il y a peu que les Etats-Unis se vantaient d'avoir infiltré en Syrie par la frontière turque une armé d'islamistes "modérés" équipée par leurs soins pour aller combattre Daech. Ce genre d'initiative n'est pas acceptable. Bien sûr nul ne sait ce que ces mercenaires sont réellement censés faire en Syrie, ni contre qui ils se retourneront. Les opérations militaires contre Daech doivent être menées en collaboration et en concertation avec le gouvernement légal de la Syrie, quoi que l'on pense par ailleurs de ce gouvernement. Il en va de même des frappes d'Erdogan. On voit bien que celui-ci a obtenu un blanc-seing de Washington pour bombarder le PKK kurde en échange de sa participation à l'écrasement de Daech. A la différence de beaucoup d'anti-impérialistes radicaux, je ne veux pas minimiser l'importance de son engagement d'Ankara contre Daech, ni le coût que cela implique pour elle, en termes de représailles terroristes notamment. Mais il est inadmissible que cela se fasse au détriment de la souveraineté syrienne et de la résistance kurde, fort malmenée en l'occurrence alors même qu'elle s'était engagée dans une trêve et que son versant politique s'insérait remarquablement bien dans le nouveau jeu parlementaire turc.

Je vous ai dit il y a peu mon intérêt pour les Kurdes (notamment pour les Yézidi) et je vous en reparlerai prochainement. Mais il ne faut point que cet intérêt se paie de lourdes injustices. Je vois en ce moment le PCF dans les villes de province organiser des manifs de solidarité avec les Kurdes turcs attaqués par Daech. Ce genre de mobilisation est très contestable. Car elle confère aux Kurdes le statut de "victimes à part". On comprend que la Front de Gauche aime la résistance kurde qui est plutôt plus laïque et démocratique que les autres (même si la société kurde, elle, ne l'est pas autant qu'on le croit). Mais on ne peut pas s'émouvoir d'un massacre de Kurdes plus que d'un massacre de Chrétiens ou d'Alaouites. Or je n'ai jamais vu le PCF pondre le moindre communiqué quand des villages de ces communautés en Syrie ont été attaqués par Daech ou Al Qaida au cours des dernières années. Est-ce à dire que les êtres humains de ces groupes n'ont pas droit tout autant que les Kurdes à la paix et à leur intégrité ?

Pour finir un mot sur la Crimée : je trouve très bien qu'un groupe de parlementaires de l'ex-UMP (les Républicains) s'y soient rendus. A mon sens le Front de Gauche aurait dû aussi y envoyer une délégation. Je sais bien que dans genre de visite on vous présente souvent des villages Potemkine, et que le référendum criméen de 2014, survenu sous le contrôle de militaires russes, avec des listes électorales et des moyens de propagande électorale prêtant à caution, s'apparentait plus à un plébiscite qu'à une opération réellement démocratique. Néanmoins on ne peut nier que les Criméens, rattachés injustement à l'Ukraine dans les années 50, se sont toujours majoritairement sentis russes et avaient un intérêt à rejoindre la Fédération de Russie, comme les habitants du Donbass à s'affranchir de la tutelle du gouvernement putschiste pro-occidental russophobe de Kiev. Ce genre d'opération n'est pas plus illégal que les sécessions du Kosovo ou du Sud-Soudan applaudies par nos grands médias, et suit une logique de recomposition de frontières mal dessinées à l'époque soviétique. L'ex-ministre Mme Morano a dit il y a peu que les difficultés de nos éleveurs étaient dues au moins en partie à la rupture des relations commerciales avec la Russie. J'ignore si c'est vrai, mais en tout cas il est urgent de mettre fin à la logique de guerre froide dans laquelle le coup d'Etat ukrainien nous a plongés.

Lire la suite

"Tout compte fait"

16 Juillet 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #1950-75 : Auteurs et personnalités

Le côté bon élève de Simone de Beauvoir dans "Tout compte fait" quand elle raconte les églises romanes charentaises (il est vrai qu'elles sont belles) ou le procès des crimes américains au Vietnam jugés au Danemark (il est vrai qu'ils furent atroces). Son regard plein de bon sens sur les fautes des régimes socialistes : la dérive de Cuba vers la dictature, la répression du "printemps croate" en Yougoslavie, les échecs du gouvernement algérien. Son indulgence compréhensible pour Israël. Ses choix contestables pour les irrédentismes contre des fédérations : pour les Biafrais contre le Nigéria (alors que le PCF et l'URSS comme Nasser et les USA soutenaient la fédération). Elle l'érige en principe, ce qui ne laisse pas de doute sur le fait qu'elle eût soutenu les Tibétains et les Kosovars dans les années 90 si elle avait survécu et persisté dans cette ligne.

Le style qu'elle incarne - l'intellectuel "propre", qui dit tout ce qu'il sait et voit, qui pose tout, et qui donne aussi beaucoup de leçons - dévoyé comme on le sait par des chefs de gang façon BHL -n'est plus trop d'actualité même si des gens comme Chomsky tentent de le poursuivre (avec moins de sens des impasses humaines qu'elle, moins de sens tragique, inhérent à la culture littéraire dont Beauvoir était l'héritière).

Bon, à part cela, l'avis de tempête sur l'Europe ne faiblit pas. Arte se fait peur avec un docu-fiction sur la fin de l'Europe. Chauvinisme grec anti-allemand contre chauvinisme allemand anti-grec, les pires souvenirs de notre continent remontent à la surface. Le capitalisme bancaire aux commandes se réjouit : l'Union européenne qui lui a offert 550 milliards d'euros pour le renflouement du système financier en 2008 lui convient, et son éclatement, avec la guerre de tous contre tous lui conviendrait aussi. En France, des pieds nickelés se font arrêter sur les Champs Elysées pour tentative de coup d'Etat, le Figaro fait sien à leur sujet le point de vue d'une gauchiste docteur ès délation (la nouvelle génération de ce style éculé après Daeninckx et Fourest). On aimerait pouvoir en rire. Comme disait mon grand-père béarnais "nem's hasquès pas arridé qu'ey lous pots bizats" ("ne me faites pas rire, j'ai les lèvres gercées").

Lire la suite

Qui sont les Yézidi d'Irak ?

8 Juillet 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Proche-Orient

En août 2014, des militants de Daech envahissaient la région kurde yezidi de Shingal (Ar Sinjar) au nord de l'Irak. 5 000 hommes étaient exécutés et 7 000 femmes faites esclaves selon le Daily Mail du 14 octobre 2014.

A cette occasion l'opinion publique a découvert les Yézidi, une communauté kurde dont les croyances mêlent un vieux fond iranien à l'islam soufi.

Contrairement à ce qu'ont prétendu les musulmans orthodoxes qui les ont souvent persécutés, les Yezidi n'adorent pas Satan (Iblis) mais lui accordent du respect, ce qui est aussi le cas des soufis. Selon une tradition médiévale, Satan aurait refusé d'accepter la demande de Dieu faite aux anges de s'incliner devant Adam, car il n'acceptait de se prosterner que devant Dieu. Chez les soufis cela signifie qu'il faut être dévoué au point d'accepter. La tradition yezidi a été formée par le maître soufi Shaykh Adi, un missionnaire venu du Liban, qui vécut chez les Kurdes eu 12ème siècle. L'enseignement de ce missionnaire s'est greffé sur un vieux fond de zoroastrisme dissident qui habitait ces régions montagneuses. A l'époque ottomane, les Yezidi kurdes rackettaient les caravanes, et les opérations punitives menées par le pouvoir urbain se faisait au nom de l'orthodoxie musulmane. Mais de nombreux adversaires des Yezidi étaient eux-mêmes kurdes.

Au début du XXe siècle, les intellectuels laïques fondateurs du nationalisme kurde construisirent l'image d'une religion yezidi "première religion originelle" du Kurdistan. Mais c'est un mythe. Aujourd'hui de nombreux restaurants, magasins etc dans le monde kurde portent le nom de Zoroastre ou du livre sacré "Avesta". Dans les années 30, le journal nationaliste kurde Hawar des frères Bedir Khan présentait la religion des Yezidis à tort comme le zoroastrisme. Certes il y a des éléments iraniens chez les Yezidis et les Yaresan, comme le sacrifice du taureau tous les ans (qui fait penser au culte de Mithra), mais ils n'ont pas fait leurs les textes dualistes et ont cultivé une tradition orale plutôt monothéiste.

Les Yezidi estiment être les vrais descendants d'Adam. Outre le sacrifice du taureau, en rapport avec Mithra, ils prient face au soleil, ce qui est aussi lié au mithracisme. Leur mythe du héros vainqueur du serpent, propre à toutes les cultures indo-européennes, pourrait être lié à l'origine même de cet ensemble. Leur culte des sept mystère renvoie à l'heptade zoroastrienne : Ahura Mazda et les les six Amasa Spantas. Les yezidi, comme les druzes, croient en la réincarnation, ce qu'ils appellent "changer la chemise". Ils vénèrent l'ange-paon Malak Tavus. Quatre aspects de leur heptade sont associés aux quatre éléments, et parfois aux archanges islamiques Gabriel, Michel, Israfel et Azrael. Deux autres sont liés à Shaykh Adi et à son successeur Shaykh Hasan.

Comme les Zoroastriens, les Yezidis pensent que le monde sera parfait après le lutte finale de la fin des temps, et qu'il n'y aura plus ni montagnes ni mers. Ils fêtent chaque saison : Navruz (Noruz) le 21 mars, mais pour eux le Nouvel an est le mercredi d'après ; la Fête de l'Assemblée, début octobre, qui est plus importante (et qui a pu correspondre à la fête de Mithra, elle même plus importante que Navruz avant les Achéménides). Ils voient le sacrifice du taureau après la création comme un acte positif (comme le font les Vedas en Inde), alors que les zoroastriens l'investissent d'une connotation négative (l’œuvre du mauvais dieu Ahriman), ce qui serait chez les Yezidi un reliquat du culte de Mithra antérieur au zoroastrisme. Pour eux bien et mal viennent d'une même source (à la différence du zoroastrisme, mais comme dans l'hérésie zurvaniste à l'époque sassanide).

Dans cet article, le chercheur canadien Richard Foltz explique pourquoi le PKK kurde a eu intérêt à cultiver l'équation fausse première religion kurde = yédizi = zoroastrisme. Le néo-zoroastrisme est à la mode chez les Kurdes. Une statue de Zoroastre a été édifiée à Efrin en Syrie en avril 2014, mais le leader religieux local yézidi Shekh Herto Haji Ismail s'est insurgé en indiquant que cela n'avait rien à voir avec leur culte. Cette récupération du zoroastrisme est aussi artificielle que celle opérée par les Pahlavis en Iran ou par les opposants au régime islamique. Les Kurdes sont sans doute, comme les Azeris un mélange d'Iraniens et de Mèdes, et peut-être d'autres éléments, mais qui n'ont rien à voir avec Zoroastre qui venait de l'Est de la Perse, même si celui-ci les a influencés.

Lire la suite

Macrocosme-microcosme

20 Juin 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Macrocosme-microcosme

C'est bien connu : le microcosme se reflète dans le macrocosme et réciproquement. Ne vous étonnez donc pas si le destin général de l'humanité est dominé par le crime, tandis que votre quotidien est pollué par la mesquinerie et la bêtise. Les deux phénomènes se nourrissent mutuellement. Je l'ai bien constaté cette semaine : des minables me pourrissaient la vie au quotidien, tandis que l'actualité de la planète restait marquée par le cynisme de nos dirigeants, dans la guerre du Yémen par exemple, sur laquelle je reviendrai prochainement. La nullité quotidienne nourrit le crime mondial, et réciproquement. Le crime mondial fournit un cadre existentiel aux gens qui légitime leur petite lâcheté et leur petite malveillance au quotidien, et, en retour, leur médiocrité quotidienne justifie le mépris de l'humain que les grands dirigeants et les grandes mafias infligent aux peuples sur l'ensemble du globe. C'est un cercle.

Exemples des grands crimes ou des tripatouillages peu glorieux mondiaux en ce moment : la condamnation à mort de tous les cadres des Frères musulmans en Egypte, expression d'une haine sanguinaire qui s'abat même jusqu'à la moindre collaboratrice de cabinet comme le note Counterpunch. Egalement la hargne américaine pour discréditer la Fédération internationale de foot du seul fait qu'elle avait accordé aux Russes que le mondial se passe chez eux. Ou encore les roulements de mécaniques américains contre la Chine dans l'affaire des îles Spartleys, les pressions inadmissibles sur la Grèce, le lâche abandon de la Libye (Syrte étant désormais contrôlée par Daesh), les viols d'enfants dans cette magnifique récente création de la "Communauté internationale" qu'est le Sud-Soudan etc.

Petits points de consolation : les belles victoires militaires kurdes contre Daesh, les efforts russes pour contrer un projet de résolution anglais inique sur le 20ème anniversaire de Srebrenica. Des petites choses. Il y a du pain sur la planche pour améliorer notre monde.

Lire la suite

Old stones

23 Mai 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Old stones

"Pourquoi est-ce que les vieilles pierres de Palmyre émeuvent plus que le sort des gens victimes de la guerre civile syrienne ?" demande un website français aujourd'hui.

Peut-être parce que les pierres donnent plus de repères que les gens. Pendant la guerre du Kosovo j'étais à l'écoute des Serbes bombardés qui hurlaient contre les Américains. Quand le peuple de Belgrade l'année suivante a pris d'assaut la télévision d'Etat bombardée l'année précédente, un ami communiste péruvien m'a dit : "il ne faut pas être sensible au sort des civils, car les civils changent de camp facilement". Une phrase qui m'a fait froid dans le dos car, en l'occurrence, le peuple serbe n'avait pas "changé de camp", il n'était pas devenu "pro-américain" malgré ce qu'en disaient les Occidentaux. Mais il fallait bien reconnaître que le propos sur la versatilité des peuples n'est pas faux (puisqu'on célèbre les 200 ans de Waterloo, rappelez vous les remarques pathétiques de Châteaubriand sur l'anti-bonapartisme soudain des Français après la défaite).

On ne fait pas l'histoire contre les peuples (même si la gauche de la gauche a souvent gouverné sur des bases que les peuples ne pouvaient pas suivre), mais on ne peut pas non plus avoir les émotions des peuples comme boussole.

Le repère est ailleurs, dans une Vision, du Bien et de la Justice. Une fois de plus, ma fidélité à Caton d'Utique parle ici. Des idéaux qu'incarnent mieux des pierres deux fois millénaires que les sentiments des gens.

A part ça une dame franco-polonaise véhicule un témoignage intéressant sur le Donbass en ce moment dans les milieux alternatifs, j'aimerais l'interviewer.

Lire la suite

EI de Yarmouk aux Philippines...

7 Avril 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

L'Etat islamique prend possession du camp palestinien de Yarmouk, près de Damas, Porochenko propose une décentralisation à géométrie variable en Ukraine, reposant sur des référendums particuliers, mais sans fédéralisme, les houtis progressent à Aden au Yémen tandis que Riyad sollicite l'aide pakistanaise, la Tribune fait l'éloge de l'art stratégique de Tsipras, aux Philippines la négociatrice au nom du MILF Miriam Coronel Ferrer explique, à propos du  Bangsamoro Basic Law (BBL) censé remplacer la région du Mindanao actuellement gérée par le MNLF : "Si vous ne signez pas le BBL avec nous vous aurez l'Etat islamique"!

Lire la suite

Contre Jung

26 Décembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

J'ai rappelé il y a peu les bienfaits et les sottises du jungisme. Sur le volet "sottises", il faut lire "Jung et les Archétypes" de Jean-Loïc Le Quellec paru l'an dernier. Je vous conseille aussi les travaux de Le Quellec sur l'art rupestre du Sahara. Il a changé ma vision du "terreau archaïque" des peuples d'Afrique du Nord (un terreau qui eut aussi une influence sur Apulée).

 

Lire la suite

IAO

20 Décembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Barack Obama

Comme vous l'aurez constaté, je n'écris presque plus sur ce blog, principalement pour quatre raisons 1) beaucoup de gens ont pris l'habitude de "prendre de mes nouvelles" en lisant ce blog plutôt que de me contacter directement, ce qui n'est pas sain ; 2) le niveau des critiques que j'ai reçues dans certains commentaires anonymes de novembre volait si bas que je ne voyais plus l'intérêt d'exposer des idées à ce genre de détracteurs (même si je les sais archi-minoritaires); 3) je suis un peu las de sans cesse répéter depuis 15 ans "halte à la guerre à la Serbie, à la Russie, aux Chinois, à tout ce qui nous résiste" ; 4) je réoriente mon activité personnelle vers des horizons assez nouveaux qui n'ont pas leur place dans le format de ce blog.

 

Voilà donc quatre bonnes raisons de laisser mourir ce blog à petit feu, ce que je ferai probablement dans les semaines à venir.

 

barbudoLa politique actuelle n'est de toute façon pas suffisamment réjouissante pour qu'on s'y attarde. L'arrogance de l'Allemagne qui dicte sa loi à toute l'Europe, y compris à la Serbie, la germanophobie qui, en réaction, se dissimule de moins en moins - voyez chez Mélenchon par exemple -, l'étrange effondrement de la bourse de Moscou (qui fait même trembler les Chinois), les rumeurs (un peu trop vite adoptées par Le Monde par exemple)  d'une cyber-attaque nord-coréenne contre Sony Pictures Entertainment. La seule bonne nouvelle, c'est le rétablissement des liens diplomatiques entre Washington et Cuba, une bonne décision d'Obama (il en aura pris quelques-unes quand même) qui revient à admettre, enfin, l'immoralité de la politique américaine pendant un demi-siècle. L'anti-communisme a des aspects stupides, comme à Villejuif où la mairie UMP-écolo débaptise l'esplanade Georges Marchais, à l'ONU où USA, Canada et Ukraine (en plein réarmement), votent contre une résolution proposée par la Russie pour condamner le nazisme. Il va peut-être s'affaiblir un peu à l'égard de Cuba. Cela dit Cuba est-elle encore si communiste que cela ? Il semble en tout cas que sa jeune génération ne le soit guère, et son enthousiasme à se procurer des voitures neuves et des ordis et des téléchargements de Nicki Minaj ne me dit rien de bon.

 

Comme me disait un diplomate d'une pétro-monarchie il y a peu devant la couverture de mon livre sur la Transnistrie : "Nowadays countries that claim they are communist, in fact they are not". C'est si vrai.

 

plutarque.JPGJe parcours "Isis et Osiris" de Plutarque en ce moment. Livre érudit sur ce qu'il restait de la religion égyptienne à son époque. Livre dédié à une prêtresse d'Isis en Grèce. Mais je ne suis pas enthousiaste pour les spéculations des philosophes sur les arrières plans métaphysiques. La métaphysique n'est qu'une affaire d'actes au quotidien. Là où les actes ne sont pas, la métaphysique n'est pas.

Lire la suite

JJ Candelier pour des relations diplomatiques avec Pyongyang

28 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

kim-jong-ilLorsque je m'étais rendu en Abkhazie en 2009, il avait été question que le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier, aujourd'hui vice-président de la commission de la défense à l'assemblée nationale, nous y accompagne. Puis cela ne s'était pas fait. Je ne suis donc pas plus surpris que cela d'apprendre qu'il ait présenté une proposition de loi pour l'établissement de relations diplomatiques avec la République populaire démocratique de Corée du Nord. Il a été immédiatement désavoué par son parti.

La rupture des relations diplomatiques entre Paris et Pyongyang est une bizarrerie à laquelle lors de son premier septennat François Mitterrand avait promis de remédier après s'y être rendu, vaine promesse. La France est aujourd'hui le seul pays d'Europe avec l'Estonie à ne pas avoir de relations avec Pyongyang, ce qui ne dérange pas le PCF mais cause des problèmes pratiques - par exemple quand j'ai voulu me rendre dans ce pays avec un collègue allemand, ce qui finalement ne s'est pas fait, lui pouvait facilement discuter avec la représentation diplomatique nord-coréenne dans son pays, notamment pour l'obtention d'un visa, et pas moi.

Une vieille question existe traditionnellement dans la diplomatie, qui est de savoir si l'on ne doit reconnaître que les régimes politiques que l'on aime bien ou que ceux que l'on n'aime pas. Bien sûr le descendant de républicain espagnol que je suis sait quelle importance symbolique ces choses ont et combien par exemple il fut douloureux de voir la France reconnaître le régime du général Franco. Mais le réalisme impose quand même d'avoir des relations avec des Etats qui fonctionnent depuis plus de 50 ans, ne serait-ce que pour pouvoir aplanir par la voie des ambassadeurs les tensions qui peuvent apparaître avec eux. Avoir des relations diplomatiques seulement avec des pays amis n'a pas d'intérêt, et c'est se méprendre complètement sur le sens de ce qu'est la diplomatie.

La proposition du député Candelier, à l'heure où la France envisage par ailleurs de reconnaître l'Etat palestinien, me paraît pertinente.

Lire la suite

Védrine, Villepin et Rifkin à la TV

26 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Débat intéressant chez Taddei hier soir entre Védrine et Villepin sur l'intervention en Irak. Villepin "Il ne fallait pas d'olpération militaire, juste du politique, vous allez allumer l'incendie aux quatre coins du monde musulmans". Védrine : "Il fallait des bombes pour contenir EI, on fera du politique dans la foulée".

 

800px-Map_Non-Aligned_Movement.pngPour ma part j'observe aujourd'hui qu'on n'est plus dans le cas de 2003. Le monde entier (y compris les Russes, les Iraniens etc) voit plutôt d'un bon oeil l'opération militaire (même si Poutine a dit "n'attaquez pas Assad"). Empêcher le Kurdistan ou la Jordanie de tomber était une bonne mesure. Et aujourd'hui nous allons bien devoir remettre Téhéran dans le coup, n'en déplaise aux Israéliens. Ca a du bon (d'ailleurs Téhéran est peut être en train de faire tomber le Yémen). Bon si on pouvait profiter du grand nettoyage pour renverser le régime saoudien ce serait utile aussi... Quelqu'un a rappelé à juste titre qu'il coupait autant de têtes qu'EI (pardon, je ne dis pas Daesh, l'acronyme arabe n'ajoute rien au français, Hollande l'emploie juste pour qu'on n'entende pas "Etat" dans EI).

 

Mais pourquoi personne n'est il passé par une résolution du conseil de sécurité de l'ONU ?

 

Just a question.

 

Militairement on n'ira pas très loin contre EI, mais au moins elle sera endiguée. Mais ça peut durer des années si l'on n'a pas les moyens de corrompre les tribus comme la CIA l'a fait avec les seigneurs de la guerre afghans (au fait le régime de Karzaï qui vient de passer le relai à un successeur a bien bien tenu face aux talibans malgré le retrait US, n'en déplaise aux antiimpérialistes dogmatiques, et malgré les 100 morts de cette semaine). Ensuite, il faut peut-être penser la recomposition du Proche-Orient... Bien sûr c'est aux peuples eux-mêmes d'en décider, pas aux Occidentaux, mais par quelles voies les peuples de là bas peuvent-ils parler ? les Etats en place sont des structures d'opérette. Même la Syrie n'a presque plus d'Etat.

 

Après le débat sur le Proche-Orient, les considérations de Rikin sur le coût marginal "zéro" et l'économie "participative" qui renouvellera le capitalisme dans 40 ans, avec les imprimantes trois D, les éoliennes, la mise en réseau. Sûrement prophétique sur certains points, mais dans quelle proportion ? 20 % ou 80 % de la vie de nos enfants ? Des spéculations optimistes en tout cas.

Lire la suite

Soueida

23 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Les Etats-Unis frappent en Syrie sans l'autorisation du gouvernement de Damas (comme ils le firent au Cambodge pendant la guerre du Vietnam).

 

Malgré les horreurs de la guerre civile de petits miracles se passent dans ce pays.  A Soueida dans le Sud on vient de déterrer l'entrée du temple de Baalshamin, seigneur du Ciel des Phéniciens. Le même qu'à Palmyre en plus petit probablement. Un monument qui remonte à Hérode l'Iduméen... Rêvons un peu...

 

Il paraît que le mithraïsme a fait de Baalshamin la projection de Mithra sur Terre... Au fait, vous saviez vous qu'il existe un "néo-mithraïsme" ? Mithra portait déjà en son temps le bonnet phrygien des Républicains contemporains... Il a un temple du côté d'Angers...

Lire la suite

L'individu et l'institution

7 Septembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Un président patriote devant l'hymne de son pays. L'individu et l'institution qu'il incarne. Il la tire vers le haut ou vers le bas. Elle le tire vers le haut ou vers le bas. Le président Hollande après ses reniements et les attaques (plutôt basses) de son "ex" (voir le bon commentaire de la journaliste "Ariane Bozon") : "Je dois protéger l'institution que je représente". Trop abstrait pour les journalistes (qui incarnent le versant non institutionnel de la nomenklatura). Pas assez abstrait pour les juristes.

 

Quiconque participe au débat public se forge une petite image institutionnelle de lui-même qui légitime sa prise de parole (sans quoi il ne se sentirait pas autorisé à parler). Le citoyen dans la constitution est une institution.

 

Sujet de méditation...

 

Lire la suite

Les mots clairs d'un prêtre irakien

18 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

monastere-copie-1.jpgC'est dans Le Monde et il ne mâche pas ses mots :

 

- Mais ne craignez-vous pas d'être utilisés par les Kurdes pour étendre leur territoire et gagner leur indépendance ?

-Ils ont eux aussi été victimes de violences et de la répression. Comme nous, leur lien avec Badgad est coupé. Les médias musulmans font de la propagande et disent depuis quinze jours que Al-Koch est sous le contrôle des islamistes, ce qui est faux. J'’avais un très vieil ami musulman à Desrestoum, près d'’Al-Koch ; le 7 août au soir, il n'’a jamais répondu à mes appels. Pour beaucoup d'’Arabes, ici, l'’Etat islamique n’'est pas un mouvement terroriste.

- Vous ne semblez plus croire en un Irak faisant cohabiter différentes communautés religieuses ?

Depuis 2003, il n’'y pas eu un seul jour de paix. Le sang n'’a pas cessé depuis de couler et la force est le seul langage que l'’on connaisse depuis l’'intervention américaine. Le régime qui a été installé à Bagdad est une farce et n'’est que mensonge. La liberté promise est fausse. La démocratie l'’est tout autant. La capitale n'’a été que le lieu de tractations entre des chefs de bandes.

- Vous imputez aux seuls Etats-Unis la violence régnant dans le pays et celle perpétrée contre les minorités religieuses ?

Je dis que, en effet, la politique menée par les Etats-Unis en Irak a conduit à monter les communautés les unes contre les autres pour parvenir à leurs fins. Mais ici, les équilibres sont très anciens et fragiles, ils ont privilégié une stratégie à très court terme, et maintenant, le pays est dans un chaos indescriptible. Nous, chrétiens, pouvions vivre sous le régime de Saddam Hussein, ce n’'est plus le cas aujourd’'hui."

Lire la suite

Article publié dans "Courrier du Maghreb et de l'Orient"

11 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

YÉMEN – « L’autre » guerre entre sunnites et chiites… Aux portes du royaume saoudien

 

par Frédéric Delorca

 

Les projecteurs de l’actualité internationale, en ce moment, sont braqués sur la création d’un califat intégriste sunnite au nord-ouest de l’Irak (l’États islamique – EI) et la mobilisation des milices chiites qu’elle suscite en réaction à Bagdad et dans le sud du pays. Mais un conflit entre chiites et sunnites a connu un regain de violence récemment, au sud du royaume saoudien, en République du Yémen.

Le 23 juillet dernier, le président yéménite Abed Rabbu Mansour Hadi effectuait une visite surprise à Amran, à 72 km au nord de la capitale, Sanaa, et annonçait le déblocage de 23 millions de dollars pour la reconstruction des installations urbaines ravagées par les récents affrontements entre Ansar Allah (les combattants du mouvement houthiste, chiites, en conflit permanent, depuis de nombreuses années, avec le gouvernement corrompu et totalitaire de Sanaa) et la 310ème brigade blindée contrôlée et dirigée par un membre du parti Islah (principal parti d’opposition, lié aux Frères musulmans sunnites), unité d’une armée régulière yéménite elle-même en proie à la guerre des chefs. Les combats ont aussi provoqué la fuite d’une centaine de familles qui s’ajoutent au demi-million de personnes déplacées à l’intérieur du Yémen depuis 2004.

 

Lire la suite ici

Lire la suite

Donetsk va tomber

6 Août 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

don_quichote300.jpgCa fait quelques jours que je le dis à mon camarade qui veut m'emmener à Donesk : inutile d'aller nous exposer aux missiles Grad car la ville va bientôt tomber. Parce que Poutine l'a lâchée. Poutine c'est le capitalisme russe et le capitalisme ne connaît aucune loyauté. La Transnistrie avait une 15ème armée russe commandée par Lebed sur son sol. Pas la République populaire de Donetsk. L'issue de l'Histoire tient à ce genre de "détail".

 

Cette nuit je pense à la chute de Barcelone, telle que narrée par mon grand-père... Selon lui ç'avait été aussi une affaire de trahison. Je crois que c'est Alexandre Zinoviev qui écrivait dans Homo sovieticus, que la trahison se cache sous chaque aspect de la vie et qu'il faut apprendre à faire avec. Si c'est si vrai... Seuls les gens peut exigeants, adaptés à la routine et à la dimension la plus superficielle de la vie, ne voient pas à quel point ils sont trahis à longueur de journées...

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>