Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #le monde autour de nous tag

A l'approche du 10 ème anniversaire...

21 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Les 620 soldats espagnols vont être retirés de la KFOR au Kosovo. Washington se dit déçue. En Russie la Douma a demandé au président Medvedev d'agir pour renégocier le statut du Kosovo et mettre un terme au mandat de tribunal pénal international sur la Yougoslavie. Deux bonnes nouvelles à l'approche du 10 ème anniversaire du bombardement de la RFY.

Collon sur son site donne la parole à l'ex ministre des affaires étrangères de la RFY : cf

Lire la suite

Closed Zone - Gaza

14 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Lire la suite

Les rapaces contre l'Irak

11 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Vu hier une enquête excellente sur le programme "Pétrole contre nourriture". Voici la partie la plus intéressante du documentaire - il y a aussi dans cette enquête des révélations sur le rôle dans les détournements de fonds de Paul Bremer, l'administrateur néo-conservateur américain en 2003 qui volait des milliards de dollars, stockés dans des camions de billets de banque, à l'Irak au moment même où, la main sur le coeur, il faisait le procès de la corruption sous Saddam. De très bons passages aussi sur les sociétés suisses, et ces juges qui ont récupéré quelques millions de la corruption... pour financer l'Etat suisse, pas pour le rendre à l'Irak. Un documentaire très percutant sur le cynisme de notre époque, tous les vautours occidentaux qui se sont précipités sur les occasions de profit sur le dos d'un pays où 1 million d'enfants mourraient de faim. On attend toujours l'inculpation devant la cour pénale internationale des gens qui ont mis en place ce système (Madeleine Albright, Bill Clinton), de ceux qui ont continué de piller l'Irak après sa conquête (George W Bush, Paul Bremer, Dick Cheney), de ceux qui font encore payer l'Irak aujourd'hui pour des dommages de guerre de 1990 dont beaucoup sont inventés de toute pièce. Ces gens causent un préjudice à l'humanité bien supérieur aux errements du président de la République soudanaise. Plus que les hommes, c'est tout un système économique qu'il faut condamner et combattre, et le faire activement, avec détermination et réalisme, pas avec des rêves.

Lire la suite

Back into Afghanistan

4 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Cette remarque ironique dans un article hostile à l'implication états-unienne en Afghanistan :

In fairness, I should note that the CIA did develop an innovative strategy last year for winning the hearts and minds of some Afghan tribal leaders. An agent in the country's southern region was seeking the help of a 60-something-year-old chieftain, but no go -- until he learned that the man, who has four younger wives, was having performance problems. "Take one of these," said the agent, discreetly offering Viagra pills.


Days later, the agent returned to the village to find the old man wreathed in a glowing grin that only sex can induce. "You are a great man," exuded the happy chieftain, who subsequently became a useful source for the agency. It gives new meaning to the old bumper-sticker, "Make love, not war."


Lire la suite

Anniversaires

3 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

On va bientôt commémorer les 10 ans des bombardements sur la République fédérale de Yougoslavie. Je sais que, malgré la publication de mes "10 ans sur la planète résistante" qui parle beaucoup de ce que j'ai vu en Serbie, personne ne me tendra un micro. Je laisse à d'autres la parlotte sur les estrades. Je me souviens de ceux qui à l'époque me poussaient à écrire, à jouer les porte-paroles. J'ai beaucoup écrit sur de nombreux blogs, pour eux, mais j'ai largement échoué à me faire entendre. Je n'en conçois pas de ressentiment. A l'époque, je songeais surtout à poser des jalons pour l'avenir, laisser des témoignages pour qu'on nous donne raison 20 ans plus tard. La semaine dernière Pierre Lévy me disait : "Tu dénonces l'UCK comme une organisation stalinienne, mais je suppose que ton jugement sur les staliniens a évolué depuis lors". Il a évolué sur le stalinisme, comme sur bien d'autres points. Même si je suis resté fidèle à l'hommage que je rendais à l'époque à la résistance yougoslave et serbe, il est beaucoup de choses que je ne ressens plus de la même façon. A commencer d'ailleurs par ma complicité avec celui que j'appelle Boris et avec qui au fond je n'ai plus rien en commun. C'est une évolution assez naturelle je suppose.

La Yougoslavie s'est un peu éloignée. Je soutiens le combat juridique du gouvernment serbe contre la reconnaissance unilatérale du Kosovo. Mais je ne le soutiens pas dans les mêmes termes que bien des Serbes à Paris le font. Peu importe d'ailleurs : ces nuances n'intéressent ni les Serbes, ni personne d'autre.

Mon éditeur m'a confirmé hier son feu vert pour un livre sur la Pridnestrovie/Transnistrie. Je bâtis de nouveaux projets politiques. Des projets dont je ne pourrai parler que plus tard sur ce blog, quand ils connaîtront un début de réalisation. Le réseau "Atlas alternatif" sur Facebook continue à recevoir des adhérants. Vous pouvez vous y inscrire. Il n'est pas exclu que nous finissions un jour par en faire quelque chose.

Lire la suite

La musique adoucit les crises

4 Février 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Voici les "mélodies de la crise financière". Elles ont été composées grâce à Songsmith, le logiciel musical de Microsoft, à partir des graphiques montrant la chute des cours de la bourse, les morts en Irak etc.



Lire la suite

Sarko au Congo

31 Janvier 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

A noter ceci dans la presse :

"Sarkozy veut dépecer la RDC
(Courrier International 22/01/2009)


Le président français a jeté un pavé dans la mare en proposant une restructuration de la région des Grands Lacs en faveur du Rwanda et au détriment de la république démocratique du Congo. Celle-ci n'apprécie guère." (http://www.africatime.com/Rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=442352 - http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=93652). L'article a été publié dans Le Potentiel (quotidien de Kinshasa - http://www.lepotentiel.com)

Pendant ce temps L'oeil du Patriote écrit :

"Au moment où la classe politique congolaise est divisée  par la succession des événements à l’Est de notre pays, nos envahisseurs, eux, accélèrent l’exécution du schéma d’occupation et d’annexion de la partie Est de notre pays, la République Démocratique du Congo. En l’espace d’un mois seulement, les Congolais ont assisté, hébétés, à l’exécution rapide des  scenarii de la fin d’un processus savamment conçu par Kagamé à Kigali, et soigneusement exécutés en RDC par son digne représentant, «Joseph Kabila»: dissidence de Ntaganda, destitution de Nkundabatware de la présidence du CNDP, annonce de la fin de la rébellion par le nouveau patron du CNDP, Bosco Ntaganda, normalisation des relations entre Kinshasa et Kigali et amorce d’une négociation pour mettre fin à la présence des rebelles hutus rwandais de FDRL, signature d’un accord (secret ?) entre la RDC et le Rwanda autorisant l’entrée de l’armée rwandaise en RDC, d’abord comme «simple observateur» (dixit ministre Tambwe Mwamba, relayé par son collègue Mende), ensuite comme « forces amies pour combattre le FDRL et les milices locales » , et enfin, annonce pompeuse de l’arrestation de Nkundabatware au…Rwanda. Ouf ! Les Congolais n’y ont vu que du feu! Certains, comme des automates, ont même applaudi et remercié le maître de Kigali (et de Kinshasa ?). Les pauvres! Heureusement qu’il y a aujourd’hui des patriotes congolais qui se sont débarrassés des effets soporifiques de cette morphine ! La grogne gagne du terrain. Dieu merci !"

Le Potentiel laisse entendre qu'Obama ne serait pas sur la ligne de Sarkozy sur la balkanisation de la RDC (http://www.africatime.com/rdc/nouvelle.asp?no_nouvelle=443313&no_categorie=). Du wishful thinking ?

Lire la suite

Le retour des options nucléaires

31 Janvier 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Je lis aujourd'hui dans RIA-Novosti sous la plume d'Ilya Kramnik :

"La déclaration sur le déploiement éventuel de cette arme (les missiles iskander) dans la région de Kaliningrad s'explique très facilement : l'implantation du système de défense antimissile américain en Pologne et en République tchèque constitue une menace directe pour le potentiel nucléaire russe. Certes, 10 missiles intercepteurs GBI qu'il est prévu d'installer en Pologne à la première étape, et même 50 de ces missiles, ne pourront parer une attaque de grande envergure des Troupes de missiles stratégiques russes (RVSN) et de porte-missiles sous-marins, mais l'importance de ces missiles intercepteurs s'accroîtra incommensurablement après le premier coup nucléaire éventuel porté par les Etats-Unis à la Russie. Dans ce cas, les intercepteurs d'ABM feront face à un nombre très réduit de missiles russes restés intacts après le premier coup, ce qui permettra aux Etats-Unis de compter sur un succès et de remporter, pour la première fois après les années 50, la victoire dans une guerre nucléaire. " (http://fr.rian.ru/analysis/20090130/119896009.html)

Lire la suite

Chomsky, Obama et la crise

20 Janvier 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Lire la suite

Gaza, le courage et la lâcheté

10 Janvier 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Des images semble t-il filmées par une télévision coréenne, montrent le courage d’une jeune palestinienne demandant pacifiquement à un soldat de Tsahal de ne pas tirer sur la foule.


Un mot de Roland Dumas à propos de la lâcheté française :






Un dessin de Charb dans L'Humanité dimanche du 29 janvier 2009 p. 65


Lire la suite

L'inconstance de l'actualité

30 Octobre 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca, #Le monde autour de nous

Difficile de ne pas céder au flot de l'actualité et de prendre du recul. Peu de blogs et sites y parviennent.

Voyez par exemple le phénomène "Sarah Palin". Il y a un mois elle fascinait les médias, et beaucoup, comme Julia Kristeva dans Libération, y allaient de leurs critiques contre cette forme d'idolâtrie de la "mère conservatrice", crépuscule de la virilité en même temps que du féminisme authentique. On se croyait revenu à Çatalhöyük au 7 ème millénaire avant JC. Et puis, l'adjointe de McCain a révélé son incompétence, elle est devenue un "boulet" pour le candidat républicain, Hustler a fait un film X sur elle, et la voici revenue au statut d'une Edith Cresson ordinaire. L'ordre règne à Varsovie. 

Même chose pour l'essor de la Russie, que l'on a cru entrevoir avec certitude quand le Kremlin résistait à l'aventurisme de Saakachvili en août. Maintenant que la bourse de Moscou s'est effondrée, et avec elle le prix du baril du brut, les doutes sont à nouveau permis.

La crise financière elle-même, personne ne sait trop qu'en faire. Après avoir pressenti l'effondrement imminent du système, on se rabat sur l'hypothèse d'une simple "récession". Le Grand Soir n'est peut-être pas pour demain.

Revenons encore à la politique intérieure étatsunienne. En 2007 Paul Craig Robert pronostiquait sans rire la possibilité pour Bush - ou quelque coterie derrière lui - de déclarer l'état d'urgence, celle d'un coup d'Etat militaire. Puis on a dit que, même si les démocrates gagnaient, ce serait Hillary Clinton, parce qu'elle avait l'argent des multinationales. Même quand elle était au coude à coude avec Obama on pronostiquait qu'elle pourrait être élue comme candidate, même avec moins de délégués qu'Obama à la convention démocrate. Puis quand Obama a pris les devants, au lieu de souffler un peu, beaucoup se sont exclamés qu'il ne le devait qu'à son virage à droite, et que donc rien ne changerait.

Je ne suis pas hostile à chacune de ces analyses prises isolément. Mais ce qui me gène, c'est l'enchaînement : cette façon que tout le monde a d'enchaîner un propos, puis un autre qui le contredit, au fil de l'actualité et de ses rebondissements. C'est une marque de dépendance à l'égard d'un flux dont le rythme reste dicté par les grands médias. La forme même d'Internet, et du blog, favorise cette absence de recul. C'est pourquoi je crois judicieux de se détacher de l'actualité de temps à autre, se pencher sur l'histoire ancienne, sur la littérature, reconstruire dans ce périmètre l'espace d'une pensée à soi qui évitera ensuite de voler au vent comme les feuilles et d'embrasser les credos en vogue ou leur démenti sans la moindre constance. Nous avons tout à gagner à nous éloigner de l'actualité - même s'il est vrai qu'hélas nul ne peut se payer le luxe de l'ignorer complètement.

Lire la suite

Secrets mal gardés

11 Juin 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca, #Barack Obama, #Les Stazinis, #Le monde autour de nous

Le temps n'est plus où les lobbies, les coteries, pouvaient se réunir sans attirer l'attention de personne. A peine l'ex-first lady états-unienne abdique-t-elle dans les primaires démocrates, on apprend qu'elle se rend, en compagnie d'Obama, à une réunion du Groupe des Bilderberg (http://www.come4news.com/hillary-et-obama-en-rendez-vous-secret-chez-les-bilderberg-909982), un club que certains conspirationnistes n'hésitent point à qualifier de "gouvernement mondial occulte" (http://www.prismeshebdo.com/prismeshebdo/article.php3?id_article=472). Obama, lui, est allé prêter allégeance au lobby israélien qui jusque là lui avait préféré Clinton (http://www.europalestine.com/spip.php?article3245). Ces nouvelles ne sont pas bonnes pour l'avenir du monde, mais au moins elles circulent sur Internet. C'est un léger progrès dans la transparence de l'information...

Lire la suite

La manif sur le Kosovo dimanche / élections états-uniennes

15 Février 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca, #Peuples d'Europe et UE, #Barack Obama, #Les Stazinis, #Le monde autour de nous

J'ai reçu ceci hier ceci : "RASSEMBLEMENT CE DIMANCHE A 15 H, PLACE DE LA REPUBLIQUE, PARIS 11EME EN PROTESTATION CONTRE LA DECLARATION D'INDEPENDANCE DU KOSOVO QUI EST ILLEGALE. PREVENEZ TOUS VOS AMIS, VOS PROCHES."

D'aucuns m'incitent chaudement à y assister. Evidemment je suis archi-hostile à l'indépendance du Kosovo de la manière dont elle s'est faite (alors que, sans la pression des Etats-Unis, une solution plus juste, basée sur une large autonomie de la province, ou sur une partition, aurait été possible). Une fois de plus, comme en 1991, on ouvre la boîte de Pandore du redécoupage des frontières en Europe. L'Occident joue avec le feu, fait le jeu des extrémistes, ce n'est pas nouveau hélas. Aujourd'hui une bombe a explosé dans les quartiers nord de Mitrovica. Certains agités albanais sont déjà prêts à parachever le nettoyage ethnique antislave et antirom de 1999.

kosovo-copie-1.jpg

Rien de nouveau sous le soleil, en effet. Et les menaces contre la Russie avec nos sombres manoeuvres en Ukraine vont dans le même sens hélas.

Evidemment, quelles qu'aient été les erreurs des dirigeants serbes ou de leurs supporters à tel ou tel moment de l'histoire (et, quand on parle des Balkans, il faut parfois remonter à des dates très anciennes), et quels qu'aient été les crimes de guerres commis (mais il y en eut dans tous les camps), je crois que notre devoir est de nous tenir aux côtés de ceux qui, aujourd'hui, défendent le droit international, l'intégrité des Etats, la paix en Europe, contre les apprentis sorciers. Or les garants du droit international en ce moment, les remparts contre les folies impérialistes, ce sont les Serbes.

Pour autant les manifestations comme celle de dimanche sont elles la meilleure façon d'exprimer son refus de cette politique irresponsable ? Je n'en sais rien, et même, pour tout dire, j'en doute, mais je conçois toutefois que certains y décèlent une arme politique efficace. Affaire de sensibilité.

En parlant de paix, je lisais ce matin cet extrait d'un discours de Barack Obama que citaient les libertariens d'Antiwar.com :

"I think the pundits have it wrong. I think the American people have had enough of politicians who go out of their way to look tough, who say one thing in a caucus and another in a general election. When I am the nominee of our party, the choice will be clear. My Republican opponent won't be able to say that we both supported this war in Iraq. He won't be able to say that we really agree about using the war in Iraq to justify military action against Iran, or about the diplomacy of not talking and saber-rattling. He won't be able to say that I haven't been open and straight with the American people, or that I've changed my positions. And you know what? The American people want that choice. Because I believe that's what we need in our next President.

"We've had enough of a misguided war in Iraq that never should have been fought – a war that needs to end." - http://www.antiwar.com/justin/?articleid=12366-

undefined
Justin Raimundo sur ce site fait l'éloge d'Obama et voit en lui le nouveau candidat du camp anti-guerre après le retrait de Ron Paul. Il y a un mois pourtant on nous expliquait ailleurs qu'un Obama avec Brzezinski  parmi ses conseillers(le "père" de la guerre d'Afghanistan version 1979) c'était la même chose qu'une Hillary Clinton avec son Holbrooke (http://www.divergences.net/spip/spip.php?article230). L'antisioniste Alan Dershowitz et l'ex reaganien Paul Craig Roberts soutenaient cette thèse. Qui croire ? J'observe que les opposants iraniens sont très remontés contre Obama et Brzezinski, en qui ils voient des empêcheurs de faire la guerre aux mollahs - http://www.iran-resist.org/article3963. Brzezinski l'auteur d'un mode d'emploi pour démanteler la Russie rallié au camp des colombes de la paix ? Ce serait quand même assez étrange...

Lire la suite

La situation au Kenya

4 Janvier 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

L'annonce de la réélection du président sortant Mwai Kibaki au Kenya à l'issue des élections du 27 décembre dernier a plongé le pays dans le chaos. Le bilan des violences s'élèverait à plusieurs centaines de morts et 70 000 déplacés selon la Croix Rouge (AFP/ Reuters 2 janvier 2008). Les dépêches parlent volontiers de "Violences tribales". Le correspondant du Monde à Nairobi dans un article intitulé "Les démons libérés du Kenya", Jean-Philippe Rémy écrit : 

"Le président Mwai Kibaki appartient au groupe des Kikuyu, le plus important numériquement du pays (20 % de la population), influent depuis la période coloniale, fort d'entrepreneurs prospères qui finiraient presque par faire oublier que ses rangs comptent aussi des hordes de miséreux. En face, l'opposition est menée par Raila Odinga, un Luo de l'ouest du pays. Depuis l'indépendance, les Luo attendent impatiemment le jour où l'un des leurs deviendra président, offrant aux siens la promesse d'accéder, accrochés à une gigantesque cordée, à la corne d'abondance du pouvoir. Pour l'anecdote, le père de Barack Obama, le candidat démocrate américain, est un Luo.

Autour gravitent de nombreuses autres ethnies, dont les leaders jouent, depuis quatre décennies, un jeu complexe d'alliances et de trahisons au gré de leurs fortunes personnelles, maquillées sans vergogne en confrontations ethniques. Et la manipulation fonctionne, comme l'ont analysé les auteurs, David Throup et Charles Hornsby, d'un livre de référence sur la politique kényane (Multi-Party Politics in Kenya) : "Depuis le début du multipartisme au Kenya, l'appartenance ethnique s'est révélée nettement plus importante que les idéologies pour déterminer les loyautés politiques." (Le Monde 5 janvier 2008 - http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-995925@51-993693,0.html)

En réalité, selon certains observateurs (cf notamment http://www.newstatesman.com/200801030024), la grille de lecture ethnique cache une fois de plus un problème de classe intimement lié à la mondialisation capitaliste/néo-libérale.

A y regarder d'un peu plus près en effet, et notamment au vu des résultats des élections législatives qui ont eu lieu au même moment, dans de nombreuses circonscriptions kiyuku, beaucoup d'électeurs de cette ethnie ont voté pour le candidat luo ou kalenji ("comme si des électeurs blancs pauvres aux Etats-Unis avaient voté pour Malcom X" ajoutait un commentateur anonyme de cet article). Il s'agit là d'un vote-sanction très fort contre la classe dominante. Une vingtaine de ministres et lieutenants de Kibaki n'ont pas été réélus. Ce vote révèle que la jeunesse kenyane (où la moyenne d'âge est de 18 ans) est prête à évincer une vieille classe politique malgré le respect traditionnel en Afrique à l'égard des anciens.

Depuis quelques années le président Kibaki attirait les capitaux étrangers, et son mode de gestion du pays, qui apportait une croissance soutenue, lui a valu les félicitations des grandes puissances néo-coloniales.

Pourtant cette gestion faite pour plaire à l'Occident (le gouvernement kenyan est même allé jusquà interdire de fumer dans les rues de sa capitale, ce que même en Europe on n'ose pas faire) a laissé les plus pauvres s'enfoncer dans la misère (2/3 des habitants de Nairobi vivent dans des bidonvilles), tandis que régnait la corruption au plus haut niveau de l'Etat.

Le résultat est qu'aujourd'hui le Kenya n'est plus vu comme un pays stable et exemplaire qui attirait 1 million de touristes des pays riches par an, mais comme une "nouvelle Yougoslavie" plongée dans les prémices d'une guerre civile meurtrière. Les deux parrains du régime kenyan, le gouvernement britannique et celui des Etats-Unis ont exprimé leur préoccupation devant le peu de crédit qu'inspirent les résultats annoncés par la commission électorale (http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7164890.stm). Le 2 janvier le premier ministre britannique Gordon Brown, s'est entretenu par téléphone avec MM. Kibaki et Odinga, dans l'espoir qu'ils acceptent de "se rejoindre au sein d'un gouvernement d'union nationale". Le président du Ghana et de l'Union africaine, John Kufuor, doit entamer une médiation commune avec le chef de la mission du Commonwealth, Ahmed Tejan Kabbah (AFP Reuters 2 janvier).

Lire la suite

La Mongolie chinoise

14 Octobre 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Vu aujourd'hui "Le mariage de Tuya" de Wang Qan'an. Un film chinois extraordinaire justement récompensé par l'Ours d'Or du Festival du film de Berlin. Il y a quelque chose du "Bal des Célibataires" de Pierre Bourdieu dans ce film, mais ce n'est pas là l'essentiel. La force de cette fiction tient évidemment à sa manière de montrer la vie à nu, c'est-à-dire lorsque celle-ci est affaire de force de travail et de nombre de bouches à nourrir. A ce moment là les sentiments et l'éthique s'alignent sur cette contrainte fondamentale, la noblesse devient affaire de loyauté à l'égard de ces contraintes. Le choix de la Mongolie chinoise, avec ses paysages aussi grandioses qu'arides, magnifie d'une certaine façon cette pureté de l'existence-survie, qui est le lot des trois quarts de l'humanité en ce bas monde (et qui fut de tout temps le lot du plus grand nombre). Wang Qan'an ayant toutefois le bon goût de ne pas y ajouter de romantisme. le-mariage-de-tuya-257096-copie-1.jpg

Ce film d'une force extraordinaire n'est visiblement pas compris par les critiques occidentaux - par exemple Paris Match qui parle de "comédie de moeurs", Le Monde qui parle de "fin douce amère". Toutes ces expressions toutes faites reflètent la nullité existentielle de critiques bourgeois qui s'offrent des weekends thalasso en Tunisie et ne comprennent rien à ce monde.

Je n'ai trouvé nulle part d'article qui explique comment Wang Qan'an a fait ce film, ni surtout où il a trouvé cette inspiration qui crée une empathie si profonde avec les bergers mongols qu'il filme.

Un des aspects importants du film est la confrontation de cette pauvreté rurale à la richesse moderne des villes, avec toutes les tentations (et toutes les destructurations) qu'elle occasionne. C'est en ce sens que je le compare au Bal des célibataires. La Chine y apparait avec ses contradictions (notamment la montée du capitalisme en son sein), mais tout de même avec un hommage appuyé aux structures communistes : le drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau, très visible au moment où Tuya divorce de son mari, est là pour rappeler aussi que la législation communiste n'est pas pour rien dans la liberté de choix qui est donné aux femmes là-bas (une liberté que certaines chiliennes, polonaises ou irlandaises pourraient envier). Certes cette force d'affirmation des femmes, remonte peut-être plus loins chez les populations mongoles, mais la contribution juridique de la modernité communiste dans ce contexte n'est pas à négliger.
Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 > >>