Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #le monde autour de nous tag

Qinetiq, l'empire militaire privé anglo-américain et le coronavirus

27 Février 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #George Soros

Michael McKibben l'inventeur du social networking expliquait dans le cadre du Mike and Doug Show le 23 fevrier 2020  : Le brevet d'exploitation du Coronavirus aviaire est la propriété du Pirbright Institute depuis 2015 (comme l'a reconnu récemment France Info).

Le Pirbright Institute (institut de recherche en biotechnologies) se situe à l'Ouest de Londres. Il est financé par le Welcome Trust, la deuxième fondation pour les dons planétaires derrière la Fondation Bill Gates (Wikipedia dit le 4eme - une de ses personnalités clés est une ancienne directrice des services secrets britanniques, la baronne Manningham-Buller), financé par ladite fondation ainsi que par l'Union européenne et divers autres organismes. L'institut Pirbright doit son nom à Henry de Worms (1840-1903), premier baron Lord Pirbright. Ce politicien lié au groupe maçonnique de la Table ronde qui sous la houlette de Cecil Rhodes était le moteur de l'impérialisme britannique en Afrique, a épousé une Rothschild et était lui-même le petit fils par sa mère de Mayer Amschel Rothschild fondateur de la célèbre dynastie à la fin du 18e s. De Worms faisait du commerce d'épices et de thé pour la Compagnie des Indes. Installé en Angleterre, il  a été admis comme pair par la reine Victoria en vertu de titres autrichiens que sa famille avait reçus. Ministre du commerce, puis des colonies, un de ses intérêts commerciaux en Afrique était la recherche de poisons d'intérêt pharmaceutique. Il avait aussi des actions dans les mines sud-africaines. Ils sont à l'origine d'une forme de fascisme impérial qui a culminé avec les guerre des Boers où ces gens construisirent des camps de concentration inhumains en Afrique du Sud. Ils investissaient aussi dans l'agence Reuters et dans la communication sans fil pour maîtriser la propagande.

Douglas Gabriel à la 26e minute pose la question du titre que les Habsbourg ont donné à De Worms un titre qui l'introduisait dans la noblesse vénitienne. Il souligne que tous ces organes de charité qui bénéficient d'exonérations fiscales possèdent de véritables empires. De Worms serait-il un simple homme de paille ?

McKibben estime que De Worms n'était pas un homme de paille. C'était un des cadres du système Rothschild. Il utilisait le Conseil privé de la Reine pour le protéger et ce système a perduré jusqu'à nos jours.

Puis il développe le rôle de Qinetiq une entreprise d'armement et de recherche militaire britannique fondée en 2001 par privatisation de la Defence Evaluation and Research Agency (DERA- la recherche militaire britannique). L'institut Pirbright est installé sur la Cobbett Hill Earth Station, un complexe largement souterrain, qui appartient à Qinetiq. La reine a une part stratégique de la compagnie Qinetiq  et la contrôle. La société a été lancée avec les fonds de grandes banques transatlantiques. Qinetiq a reçu 8 milliards de dollars en contrats de défense liés aux programmes spatiaux américains. Serco une autre propriété de la couronne britannique (dans laquelle le groupe  Carlyle Group société de gestion d'actifs mondiaux américaine liée aux Bush) pèse un poids comparable (9 milliards de dollars) en termes de commandes militaires américaines. En 2006 George Tenet ex patron de la CIA est devenu membre du comité directeur de Qinetiq, ce qui prouve encore l'interpénétration de l'establishment militaire anglo-américain, en dehors de tout contrôle parlementaire britannique : comme le système bancaire transatlantique, et comme jadis le système colonial à l'époque de la Compagnie des Indes, il s'agit d'un empire purement privé.

Douglas Gabriel émet l'hypothèse que les deux "q" dans le nom de la société QinetiQ font référence à la reine (queen). Qinetiq peut être lié au chinois Huawei avec lequel le Royaume Uni a passé un accord pour l'installation de la 5G, ce qui a provoqué la colère de Trump (et qui va bientôt produire des équipements de 5G en France).

L'institut de recherche biotechnologique Pirbright, qui a aussi un organe de formation militaire, est incontestablement donc un prolongement du système militaire privé et de Qinetiq.

Cet institut a démenti avoir été financé par la Fondation Bill Gates (Gates a fait des prédictions étonnantes sur le coronavirus en 2019) sur son programme de recherche sur le coronavirus, mais il a reconnu l'être sur d'autres recherches (Le Monde 6 février 2020).

Il est certain en tout cas que Pirbright a un partenaire  - Merial - qui a construit une usine de vaccins à 600 km de Wuhan, en Chine, le foyer du coronavirus humain. // Actualisation 11 mars// Il a pu aussi bien collaborer avec le laboratoire de biotechnologie du 666 de la route de Gaoxin, à Wuhan, WuXi AppTech dans lequel George Soros avait des actions en 2011 (Soros ne publie plus ses actifs depuis lors)...

Le 19 février dernier la revue Time exultait : le Coronavirus a réduit de 100 millions de tonnes métriques les émissions de carbone de la Chine. De quoi réjouir Greta Thunberg (la chouchoute de Bill Gates et de Soros), et ses patrons : ceux qui précisément financent le Pirbright Institute...

-- Pour finir soulignons quand même que ce Coronavirus n'entraîne un taux de mortalité que de 3 %. Comme pour les attentats terroristes, ce genre de virus sert surtout à provoquer des paniques injustifiées et faire accepter des mesures de contrôle de la population draconiennes. Il s'agit d'amputer toujours plus les libertés publiques en plongeant les gens dans le stress et le sentiment d'insécurité. A moins qu'il ne s'agisse de précipiter une crise économique mondiale que la fragilité du système bancaire avait de toute façon rendue inévitable, tout en l'imputant au virus plutôt qu'à l'irresponsabilité de nos élites...

Extrait du livre de la médium Sylvia Browne "End of Days" 2008

Extrait du livre de la médium Sylvia Browne "End of Days" 2008

Lire la suite

Le système de prédation économique globalisé

16 Février 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Les régimes populistes, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous

Voici quelques données économiques objectives qu'aligne dans son ouvrage "Giants, The Global Power Elite" (paru en 2018) Peter Phillips, professeur de l'université de Sonoma (Californie).

17 sociétés transnationales qui pèsent plus de 1 000 milliards de dollars et ont à elles seules la maîtrise sur 51 000 milliards de dollars dans le monde (en 2017).

80 % de la population mondiale à moins de 10 dollars par jour (et presque le moitié avec moins de 2 dollars). 30 000 personnes meurent de la faim chaque jour (alors que l'on gaspille un tiers de la nourriture sans pouvoir la donner à ces gens à cause des règles du capitalisme). La "classe moyenne" mondiale représente donc moins de 20 % de la population, et la classe transnationale représente 1 % de la population.

Le capitalisme concentré qui appauvrit les gens et pollue la planète (70 % des émissions de CO2 proviennent de 100 grandes compagnies) a toujours besoin d'avoir un retour sur investissement, et, ne peuvent l'obtenir qu'en obtenant la privatisation de tout ce qui appartient au domaine public (les services publics, l'eau, les forêts, l'air...).

Les 1 % de la planète en contrôlent 90 % des richesses. Le "coeur activiste" ("activist core") de ce capitalisme transnational représente les 36 trillionnaires parmi les 3 000 milliardaires. Il y a seulement 199 personnes au total dans les conseils d'administration des 17 sociétés qu'on évoquait plus haut. 199, pour décider de la gestion de ces 51 000 milliards de dollars. 

Jeff Bezos, la patron d'Amazon, est le plus riche des 36 trillionnaires, mais il n'est qu'un arbre dans cette forêt de riches qui intéragissent entre eux. Les transnationales pèsent plus que les économies des pays, et utilisent les règles de l'OMC et du FMI pour prêter de l'argent à des pays et les obliger ensuite à effectuer des investissements ou acheter des biens qui seront rentables pour elles. Elles agissent donc partout. Amazon pèse 1 000 milliards de dollars.

56 % du stock d'Amazon est possédé par des transnationales géantes, ce qui enrichit Bezos facilement.

Ces transnationales financent des groupes comme l'Atlantic Council (Conseil atlantique) lié à l'OTAN qui réunit des financiers et des hauts responsables diplomatiques et militaires qui inspire la politique étrangère des Etats. L'Atlantic Council contrôle des organes de communication : Omnicom Group, IPG, WPP, et quelques organes de communication publique aux ordres de ces trois là, qui fabriquent des communiqués que les grands médias (qui sont eux-mêmes la propriété des transnationales, les 6 principaux sont AT&T, CBS, Comcast, Disnay, Fox et Viacom) se contentent de reprendre (le fameux "script médiatique").

L'Atlantic Council en ce moment travaille avec Facebook et d'autres réseaux sociaux pour nettoyer les posts qui s'y trouvent. En arrière plan de l'interview de Peter Phillips par Abby Martin est affiché l'exemple du "Cyber Statecraft Initiative" pour la Pologne exposé à Varsovie les 16-17 janvier 2019 organisés par l'Atlantic Council et la Banque de Pologne (Bank Polski). 80 % des News de la TV sont préparées et packagées par des instituts de relations publiques. C'est par exemple le cas des mensonges sur Venezuela ou sur l'Iran.

Ces structures s'appuient sur la force militaire, que Peter Phillips les nomme "les protecteurs" : les armées de l'OTAN, la police, les sociétés de mercenaires.

G4S est le deuxième plus grand employeur privé du monde derrière Wallmart, avec plus de  500 000 salariés, il est basé dans 120 pays : c'est une société britannique de sécurité qui par exemple fournit des chiens pour empêcher les gens d'attaquer les oléoducs ou attaquer les manifestants (leur siège en Afghanistan a été plastiqué le 28 septembre 2018) ou protéger les colonies israéliennes en Palestine. Ils dirigent même des prisons et peuvent constituer des zones vertes sécurisées où les capitalistes le demandent. Blackwater (Academi) mène des guerres privées en Afghanistan, en Afrique, avec des véhicules blindés, des avions etc pour protéger le capital, organiser des changements de régime ("regime change"), menacer les régimes récalcitrants etc.

Blackrock qui fait des bénéfices dans tout (l'industrie, la guerre etc). Larry Fink (issu d'une famille israélite de Los Angeles) qui le dirige a été un conseiller de Trump est un fervent adepte de la privatisation de la sécurité.

Lire la suite

Un pays après un coup d'Etat : le cas du Honduras

18 Novembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Barack Obama

Avant le cas bolivien, on avait eu l'exemple du Honduras. Le site Grayzone décrit périodiquement l'état lamentable de ce petit pays, depuis l'éviction illégale de son président Manuel Zelaya par les militaires avec le soutien de l'administration Obama en 2009.

Le 18 octobre un tribunal fédéral de district à Manhattan a condamné le frère du président du régime putschiste pour trafic de drogue et d'armes de guerre. La cour a noté qu'il avait «injecté des millions de dollars de recettes de drogue dans les campagnes du Parti national (droite hondurienne) visant à influer sur les élections présidentielles au Honduras en 2009, 2013 et 2017». Selon le tribunal américain, le tristement célèbre seigneur mexicain de la drogue El Chapo a même personnellement versé un pot-de-vin d'un million de dollars au président hondurien pour l'aider à organiser les élections nationales de 2013. Depuis le coup d'Etat le trafic de drogue a doublé. La Sécurité sociale après avoir été largement pillée par les oligarques, a été vendue aux groupes financiers internationaux, et les prestations de santé de se font plus qu'en fonction des cotisations et des revenus (presque rien donc pour les pauvres). La compagnie d'électricité a été privatisée et les gens ne peuvent plus payer leur facture d'énergie. Un enfant sur cinq souffre de malnutrition chronique et seulement 58% sont scolarisés. Le pays a un des taux d'homicide les plus élevés du monde et 300 honduriens quittent le pays chaque jour.

Lire la suite

Anniversaire du mouvement des gilets jaunes - Actes 53-54

17 Novembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Débats chez les "résistants", #Les régimes populistes, #Le monde autour de nous

Boulo affirme sur Twitter qu'il a vu des policiers casseurs mettre le feu puis retourner sur le dos une Peugeot 208. Mélenchon écrit que le député Corbière reçoit un coup de bouclier, il est gazé et un policier à qui il dit « je suis député » en lui montrant sa carte répond « on n'en a rien à foutre ». On fait le compte des blessés, de la répression judiciaire effrénée, en France, comme au Chili et en Bolivie. Libération annonce un durcissement des méthodes répressives, Castaner veut que les forces de l'ordre aillent au contact, l'inverse de ce qui se fait depuis trente ans : commentaire d'un officier des CRS anonyme "il y aura des morts". Les médias défendent toujours autant l'extrémiste Macron qui étatise l'assurance chômage pour ensuite la liquider, comme il va faire de l'ensemble de la sécurité sociale sous les applaudissements des grands médias. Accélération de la casse du programme du Conseil national de la résistance, déjà entamée par l'UMPS depuis vingt ans. Honte aux bobos et aux idiots égoïstes qui osent encore voter pour le parti de Macron ! Les victimes des GLIF4 et des LBD sont l'honneur de la France, et le dernier rempart face à la destruction des périphéries et l'ubérisation généralisée (voir le dernier film de Ken Loach). Quoi qu'en disent les perfides, le souvenir de leur courage ne s'effacera pas.

Lire la suite

Opération anti-castriste du lobby de l'ingérence

13 Octobre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #George Soros

 

Hier la présidence de l'Union des journalistes de Cuba (Upec) a publié un communiqué dans lequel elle dénonçait le fait que les journalistes des médias publics cubains ont reçu des messages et des appels téléphoniques de l'Institut de la presse et de la société (IPYS), leur annonçant qu'ils avaient été sélectionnés pour un concours de chroniques sur les affaires cubaines auxquels ils n'avaient pas participé et que cet institut parraine.

L'Upec précise que l'IPYS est l'organisation la plus importante du groupe GALI (groupe andin des libertés informationnelles), qui canalise les fonds destinés à l'ingérence et à la subversion d'agences américaines face à des «violations de la liberté d'expression». Elle a mené des campagnes de calomnie contre Rafael Correa et Evo Morales entre autres et compte parmi ses principaux notateurs l'Organisation des Etats d'Amérique, le National Endowment for Democracy (NED), lié à la CIA, et Open Society Foundations (OSF) de George Soros. L'opération de corruption des journalistes s'appelle CUBACRÓN, l'IPYS a produit un communiqué pour la justifier après la critique des autorités cubaines.

Lire la suite

Marlène Schiappa et la banalisation de la sorcellerie

10 Octobre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Les rapports hommes-femmes, #Bill Gates

Dans "Elle" ce mois-ci (et la nouvelle est reprise par de nombreux médias), la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa avoue ses attaches avec la sorcellerie (je remercie la lectrice qui m'a alerté à ce sujet).

« Vous êtes assez marquée par l’univers de la magie et de la sorcellerie, comment l’expérimentez-vous personnellement ? »

Marlène Schiappa hésite à répondre à cette question, nous dit-on, « parce qu’on va [la] soupçonner de jeter des sorts aux gens » puis se lance. Elle affirme ne pas tirer les cartes ou ne pas envoyer de « formules de protection » par SMS, comme certaines de ses amies, mais admet que « comme la plume de Dumbo », « cela donne confiance ». Elle évoque également ses racines corses, et « les mythes et la magie » qui y subsistent, et dit avoir recours à ces « croyances » qui « donnent confiance ».

« Je suis originaire de Corse, dit-elle, et, dans mon village, les mythes et la magie font partie de nos légendes depuis toujours. On y pratique encore parfois des rituels pour enlever le mauvais oeil. Par exemple, j’ai du corail autour du poignet et un bracelet avec le chiffre 4. Ces croyances donnent confiance. » Puis elle précise que ses amies sont tarologues, et renvoie à Mona Chollet (du Monde Diplomatique...).

Ne vous y trompez pas : cela n'a rien d'un aveu spontané. Les petites confidences sur la sorcellerie de la part de gens connus ("the influencers") font partie d'un agenda planétaire, tous les pays ont les leurs à intervalles réguliers, et sur le mode de la répétition qui est la base du mind control.

Il y a un mois la célèbre actrice Jennifer Aniston défrayait la chronique de tous les médias mainstream en ligne en avouant organiser depuis vingt ans un "cercle de déesse" ("Goddess circle") avec ses amies dans lequel elle faisait des rituels pour assurer sa bonne fortune. 

La presse féminine est particulièrement aux avant-postes pour la réalisation de cet agenda. 

Il y a neuf mois, dans Grazia n°474 du 21 décembre au 10 janvier 2019, en p.128 la rubrique "Culture" présentait une critique du livre "Paris occulte" de Bertrand Matot qui vantait le Paris "magique et babylonien" du Sar Peladan, de Satie, de Knopff entre 1850 et 193. "Bertrand Matot, raconte chaque pic de cette fièvre ténébreuse qui enveloppa la ville. Désormais, on peut le dire : Paris s'ennuie", pouvait-on y lire. Trente pages avant, y trouvait une interview justement de Mona Chollet, l'inspiratrices de Marlène Schiappa, qui, au nom du féminisme, veut réhabiliter la sorcellerie. Un refrain qu'on connaît bien. L'alibi : la tolérance, le respect de la "rationalité" spécifique des femmes, le droit à la différence et même... l'amour de la nature et de notre pôôôvre planète en danger (le réchauffement climatique). Elle s'y disait juste un peu embêtée que le capitalisme récupère un art si noble dans une logique de marché. "Ca m'agace un peu, dit elle en p. 92. Quand un magazine décrit la "sorcière parfaite", cela revient à rhabiller vaguement les comportements traditionnels et à nous faire acheter des bougies, des huiles essentielles et des cristaux". Puis elle ajoute (très loin de la neutralité sociologie) : "Mais je dois avouer que je n'y suis pas complètement hermétique. La fascination pour les fioles, ça marche aussi pour moi !" Ben voyons...

En août 2017 le magazine Avantages expliquait qu'une "nouvelle génération d'extralucides ringardise Mme Irma et sa boule de cristal". Les articles sur plusieurs pages vantaient la voyance, les talismans, le spiritisme, et incitaient les lectrices à "introduire de la magie dans leur vie". En juillet dernier Madame Figaro vantait les nouvelles formes de médiumnité sur Internet. On pourrait multiplier les exemples.

Evidemment la presse féminine n'est pas la seule sur ce créneau. M6 en octobre 2017 vantait la médiumnité spirite en mettant en garde contre les arnaqueurs (mais pas contre les dangers spirituels de cette pratique). En février dernier la revue Sciences Humaines à la rubrique "spiritualité" reprenait les sottises de Mona Chollet sur le thème du culte de la nature et la réhabilitation de la sorcellerie comme base du féminisme (voyez là dessus l'agenda de la Creative artists agency aux Etats-Unis).

Le but de tous ces articles est de faire croire qu'il existe une "bonne sorcellerie", un "bon contact" avec les entités de l'au-delà, une petite magie "soft", écolo, bienveillante et gentille, à l'opposé de la magie noire, un peu comme dans les années 1980 on vous vantait le "gentil Michael Jackson" contre le "diabolique Prince" (alors que les deux avaient la même allégeance à l'Oeil d'Horus...).

Vous noterez que la tactique est insidieuse. On instille le poison à petites doses juste pour liquider peu à peu ce qu'il reste de petites réticences judéo-chrétiennes. Marlène Schiappa avoue "seulement" qu'elle a quelques talismans, quelques formules fétiches etc, pour ne pas qu'on la "soupçonne de jeter des sorts" avoue-t-elle. Personnellement, je suis absolument convaincu qu'elle fait beaucoup plus que cela, et qu'elle fait partie d'une société maçonnique ou paramaçonnique ésotérique. Tout comme je ne crois pas qu'Emmanuel Macron ne sait pas ce qu'il fait quand, après son élection, il effectue un V de la victoire en forme d'équerre devant la pyramide du Louvre, ou quand il s'affiche à New York, dans une cérémonie organisée en 2018 par Bill Gates, avec une petite DJ androgyne africaine dont le clip "Deceiver" chargé de pyramides est une moquerie adressée aux chrétiens de son continent, ou encore quand le gouvernement laisse organiser une cérémonie luciférienne aux Invalides. Tous ces gens sont impliqués dans beaucoup plus d'actions occultistes qu'ils ne veulent l'avouer. Ils sont tenus au secret. Parfois on découvre les choses trente ans plus tard, à la faveur d'une confidence d'un proche, parfois jamais.

N'oublions pas que la secrétaire d'Etat de Macron, primée par le Grand Orient de France en novembre 2017 (pas pour ses romans érotiques), est fille de l'historien trotskiste Jean-Marc Schiappa, l'un des vieux cadres lambertistes de l'OCI (Organisation communiste internationaliste). Pierre Lambert son fondateur était membre du Grand Orient de France, et la direction du Parti ouvrier internationaliste lambertiste dans les années 2010 était liée à la franc-maçonnerie au travers de la Libre pensée dont le vice-président Christian Eyschen.

Sans doute la confession à Elle de Mme Schiappa est-elle un aveu édulcoré qu'elle nous offre. Mais, comme celui de Jennifer Aniston et d'autres stars, c'est un aveu destiné à conditionner les masses, préparer le terrain, petit à petit, comme les films de Disney, à quelque chose d'autre, quelque chose de beaucoup moins souriant, de beaucoup moins bénin (à supposer d'ailleurs que cette étape là soit si bénigne, car, chacun, dans l'Au-delà, devra en rendre compte, et l'addition sera peut-être plus salée qu'on ne le croit, même pour ceux qui se disent chrétiens : voyez ce témoignage). Ce qui sera la seconde vague de l'occultisme, un jour, que nos dirigeants connaissent peut-être déjà mieux qu'ils ne l'avouent, sera vraisemblablement terrifiante si on les laisse nous entraîner sur cette pente.

Lire la suite

Puharich, les médiums et la CIA

11 Septembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #Divers histoire, #1950-75 : Auteurs et personnalités

Un lecteur du blog attire mon attention sur un personnage à propos duquel il s'est documenté : Henry (Andrija) Puharich, (1918-1995) un Américain d'ascendance croate que Wikipédia présente comme " un chercheur en parapsychologie". "Puharich, m'écrit-il, est un peu celui qui a mis en avant Uri Geller, le type dont tu te souviens certainement qui prétendait faire fondre des cuillères par sa pensée. Au passage, des archives  de la CIA déclassifiées tendent à prouver que les scientifique mêmes de la CIA pensaient réellement que Geller avait un don, d'après leurs propres études à son sujet."  - Geller est maintenant animateur de TV en Israël.

"Bref, poursuit-il, Puharich a rencontré Geller en 1971 et a travaillé avec lui quelques années, il a même écrit une bio en 1974 intitulée Uri. Il voulait le mettre en contact avec ce qui était communément appelé, par les ufologues d'alors, le "Conseil de Saturne" ou le "Conseil des Neuf", ce que Puharich supposait être des extra-terrestres qui interagissaient avec la Terre, voire la contrôlaient, mais basés près des Saturne. Le fait que dans le livre 2001, l'Odyssée de l'Espace, écrit en 1968 par Clark, un signal extra-terrestre soit capté sur Terre en provenance de Saturne n'a absolument rien d'un hasard (je parle du livre, dans le film c'est Jupiter car Kubrick a changé la planète pour une raison que j'ai oubliée)."

Parenthèse personnelle : je me demande si ce n'est pas parce que Saturne est identifiée à Satan dans l'occultisme - il y a une vidéo de David Icke sur You Tube à ce sujet.

"D'autres sources de canalisation, continue mon correspondant, prétendent que le Conseil de Saturne est une base d'entités bienveillantes qui "protègent" la Terre avec une sorte de filet métaphysique pour empêcher l'intrusion d'entités malveillantes venant d'autres planètes, des sortes de Gardiens qui empêcheraient l'humanité d'entrer en contact avec des entités venant d'autres mondes avant qu'elle n'ait atteint un certain stade d'évolution, physique et métaphysique, les deux étant liés. Je n'ai pas d'avis là-dessus, je ne fais que te rapporter le résultat de mes recherches, qui à ce sujet sont assez anciennes."

"J'ai découvert il y a quelques mois que Puharich avait travaillé pour MK Ultra (le programme de contrôle mental de la CIA). A quel niveau de l'organisation il se situait, je ne sais pas, mais j'ai aussi découvert qu'il a utilisé une jeune femme comme "cobaye" de pas mal d'expériences de contrôle mental, au milieu des années 1970. Cette jeune femme, que Puharich et d'autres considéraient comme une medium, semble avoir été traumatisée à un degré assez sévère, et fait aujourd'hui du black metal, ouvertement sataniste.... Elle s'appelle Belita Adair, son site est "http://satanicchurchofthedead.com/", tu constateras ce que je viens de dire en allant jeter un coup d'oeil sur ses photos plutôt malsaines : pentagrammes inversés, images de démons, etc.. Mais surtout, la page la plus intéressante, où rien de tout cela (les trucs malsains) ne figure :  http://satanicchurchofthedead.com/belitaadairmkultra.html. Elle y raconte comment elle a été victime de Puharich et d'autres avant lui. Je peux te dire que j'ai l'impression d'avoir eu une chance énorme de tomber sur cela... Même les transcriptions déclassifiées de la CIA y figurent. Par ailleurs, avant d'être "étudiée" à Stanford, elle l'a été à l'UCLA (université de Los Angeles) aux mains d'une certaine Thelma Moss... la même qui a travaillé sur la photographie Kirlian qui permet de voir les auras... Tout ce petit monde est lié... Pour boucler la boucle, MK Ultra a été dirigé entre 1971 et 1978 par un certain William Thetford, qui a participé à l'écriture de l'une des bibles du mouvement New Age, "A Courses in Miracle" d'Helen Schucman, sorti en 1976, en pleine explosion de ce fameux mouvement New Age. Or, entre 1971 et 1978, on est pile dans la période ou MK Ultra étudie Belita Adair. Je n'ai trouvé aucune information supplémentaire sur son cas, mais c'est l'un des plus documentés que j'aie pu obtenir malgré tout. D'autres liens existent sans doute entre toutes ces personnes et d'autres encore, je n'ai pas creusé plus loin. "

Après le lien beat generation - pop music - new age - satanisme - CIA que j'avais cité dans mon billet  de mai dernier sur les Talking Heads (qui renvoyait aux travaux de McGowan sur le Laurel Canyon) on est là sur le segment médiums - New Age - MK Ultra CIA.

Mon correspondant ajoute : "Puharich s'est intéressé aussi à un phénomène appelé "chirurgie psychique", plutôt dans les années 1960 il me semble... On trouve des individus pratiquant ce genre de médecine parallèle au Mexique et aux Philippines. Je ne sais quoi en penser, des témoins rapportent que "ça marche"... Puharich étant ouvertement un parapsychologue, il s'est intéressé à tout ce qui touchait de près ou de loin au paranormal, donc aussi à ses phénomènes. On se croirait en plein épisode d'X-Files... Je ne me pose plus trop de questions quant aux sources d'inspiration des auteurs de cette série... à rapprocher de Twin Peaks, qui mélange allègrement ésotérisme oriental, ufologie et possession par des démons... Bref, je me disperse, mais tout est tellement lié que ça m'en donne parfois le vertige."

Sur le lien avec l'ufologie (puisque je vous disais que je lis sur la connexion ufologie-démonologie), mon correspondant note que Puharich "connaissait aussi un ufologue parapsychologue du nom de Charles Laughead. Laughead avait travaillé dans les années 1950 et peut-être 1960 avec Williamsom, toujours dans le but d'entrer en contact avec d'autres entités. Laughead a publié avec sa femme l'un des livres de Williamson en 1957, un certain "Book of Transcripts". Pas plus d'infos là-dessus, mais je n'ai pas beaucoup cherché non plus. Puharic parle de Laughead dans son livre "Uri". Dans ce même livre, Puhraric affirme aussi qu'il utilisait Geller pour communiquer avec une entité du nom de "Spectra"... Puharich et Williamson connaissaient tout deux Donald Elkins (alias Don Elkins), le seul ufologue de cette époque à qui j'accorde un certain crédit. Elkins a mis en place un protocole de canalisation extrêmement pointu qu'il appelait "tuned transe telepathy", je mets les termes anglais car j'ai du mal à traduire cela "Télépathie accordée par la transe" éventuellement. Avec son amie Carla Rueckert et un autre compère, Jim McCarty (le seul encore vivant aujourd'hui), ils ont communiqué avec une entité, ou plutôt un complexe d'entités du nom de Ra, et publié le résultat de ces contacts dans "The Law of One", une série de 5 bouquins publiée au début des années 1980, qui contient pas mal de vérités métaphysiques à mon sens, mais noyées dans pas mal de choses fausses (Atlantide, Tarot, Astrologie, une prétendue civilisation martienne qui n'a jamais existé), voire dangereuses (tout est un donc il n'y a ni bons ni mauvais !) Leur premier livre, "Secrets of the Ufo", mentionne Williamson, si je me souviens bien. Ra prétend avoir construit les pyramides... comme toutes les entités canalisées ou presque... sauf qu'elles se contredisent toutes sur les dates et sur les vrais auteurs.  (..) Elkins s'est suicidé en 1984 à 54 ans et le contact avec Ra n'a pas été repris par les deux autres... Rueckert est décédée récemment, il y a quelques années, après avoir affirmé dans les années 2000 que le changement de densité, le passage de la Terre dans l'Âge du Verseau serait pour 2012... Du bon New Age en somme, directement inspiré par Alice Bailey. Tous lisaient aussi abondamment Helena Blavatsky et Aleister Crowley (...) la fondation Edgar Cayce a financé dans les années 1980 une campagne de datation des pyramides d'Egypte au Carbone 14."

Voilà, je livre ce matériau aux lecteurs de ce blog ne sachant trop quoi en faire pour l'instant. Peut-être cela peut-il avoir quelque intérêt pour des gens qui font des recherches sur les rapports entre la CIA et les médiums dans les années 60, la façon dont tout cela s'est "cristallisé" dans le MK Ultra. N'oubliez pas que cela ne concerne pas que des expériences marginales des services secrets mais que les techniques expérimentées dans ce cadre sont aussi susceptibles d'être utilisée à grande échelle à travers les médias : par exemple le "backmasking" qui fait que par des procédés largement surnaturels (inspirés par des forces invisibles), on arrive à glisser dans des chansons des messages qui ne peuvent être entendus que si l'on passe la chanson à l'envers mais qui malgré tout conditionne notre cerveau car celui-ci est inconsciemment capable de "lire" à l'envers ce qu'on lui donne (c'est le sataniste Crowley le premier qui prôné la lecture à l'envers des livres sur les phonographes... inventés par Thomas Edison, grand théosophe devant l'Eternel, et  disciple de la médium Helena Blavatsky ...

Pour les lecteurs de ce blogs qui - à juste titre - s'intéressent plus au destin politique de ce monde qu'au paranormal (mais n'oubliez pas qu'à certains degrés tout cela est lié...),je signale quand même cette interview par le magazine allemand Telepolis en 2008 de Geller, le poulain de Puharich qui raconte ses rencontres (à la demande de la CIA) avec Kissinger (pour un motif mystérieux), Carter (pour le convaincre d'investir de l'argent dans les programmes de manipulation mentale et de divination à distance), sa découverte de pétrole pour le Mexique par des voies paranormales, son rôle dans l'admission d'Israël au sein de la Croix Rouge internationale en 2006 après 59 ans d'exclusion... Vérité, intox ? Allez savoir...

Lire la suite

Les Etats-Unis ont perdu la guerre en Afghanistan

8 Septembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme, #Donald Trump

L'incertitude entoure l'avenir des négociations entre les Etats-Unis et les Talibans afghans que Donald Trump vient d'interrompre suite à une offensive des intégristes dans la province occidentale de Farah à la veille de la finalisation d'un accord. Cet accord devrait permettre notamment le retrait de plusieurs milliers de militaires américains du pays. Les talibans s'engageraient en échange à empêcher toute activité de groupes terroristes sur le territoire qu'ils contrôlent ainsi qu'à entamer un dialogue avec l'actuel gouvernement de Kaboul.

Les libertariens d'Antiwar.com font remarquer que Washington n'a le choix qu'entre un accord avec les Talibans (malgré les oppositions du parti de la guerre - par exemple celle de Petraeus l'ex procurateur de Bush en Irak) ou l'effondrement du régime du président Ghani à Kaboul sans accord du tout, car la guerre américaine dans le pays est de toute façon perdue.

Le 5 septembre dernier 4 militants du Mouvement Tahafuz Pachtoune (PTM) ont été tués dans leur sommeil à Jalabad à l'Est du pays par les services secrets gouvernementaux (NDS) qui les accusaient d'être au service de l'Etat Islamique (Daech), ce qui a entraîné la démission du chef du NDS (bizarrement l'AFP n'a pas précisé l'engagement politique des quatre frères, faisant comme si c'étaient des victimes civiles ordinaires - peut-être une volonté de passer sous silence la cause du Balochistan que le PTM défend ?). Beaucoup affirment que les escadrons de la mort du NDS sont en fait des agents de la CIA déguisés sous faux uniforme. Ils sévissent sous le sigle KPF (Khost Protection Force - 6 500 hommes) dans la région de Paktia et dans l'est du pays, et sont mieux armés que l'armée régulière afghane. Fin août des gens de la même façon avaient été réveillés pendant la nuit et tués froidement à Zurmat. Leur action conjuguée à celle des drones américains (363 civils morts au premier semestre de cette année selon Foreign Policy) fait régner la terreur chez les 500 000 résidents de la province. Cette sale guerre contribue à l'impopularité des Américains (et de leurs alliés indiens) dans le pays.

Selon les statistiques du Long War Journal, sur 32,5 millions d'habitants (398 districts) les Talibans n'en contrôlent que 3,7 (66 districts) mais 13,5 millions sont dans des zones qui ne sont ni sous contrôle des Talibans ni sous celui du gouvernement (193 districts), ce qui revient à dire que ces zones sont de toute façon perdues par les autorités pro-américaines. L'armée afghane endure un tel taux de perte qu'elle doit remplacer un tiers de ses effectifs tous les ans ! Et ce conflit coûte cher aux USA qui ont largué plus de bombes sur ce pays cette année que les autres (avec des records de victimes collatérales). Même si une partie du coût des opérations est couvert par le trafic d'opium, cela fait un coût de 1 000 milliards de dollars et 2 500 soldats américains morts depuis 2003 selon un article de Gil Barndollar, spécialiste militaire dans le Los Angeles Times du 28 août dernier...  La situation est au même point qu'en 2003, 2009 ou 2017 remarque Barndollar, autrement dit tout ce gâchis de vies et de ressources aurait pu être évité avec un accord militaire conclu il y a cinq ou quinze ans. Et, si aucun accord n'est conclu, la situation serait vraisemblement la même encore dans dix ans. Cette sale guerre ne sert donc qu'à enrichir le complexe militaro-industriel, les trafiquants d'armes, de drogues, d'êtres humains etc.

Lire la suite

Les Talking Heads et l'US Navy

18 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis, #Le monde autour de nous, #Billets divers de Delorca

C'est une réalité qui est sortie au grand jour assez récemment. Pendant des décennies, on nous a vendu l'idée que la "contre-culture" des années 60, d'où sont sortis le punk, la new wave, etc était opposée à l'Establishment conservateur américain qui menait une sale guerre au Vietnam. Puis il s'est avéré qu'en fait tous ces artistes étaient très proches de l'Establishment et même travaillaient main dans la main avec lui, parce que tous ces gens appartenaient aux mêmes sociétés secrètes, et, sans doute la culture de "révolte" de la "beat generation" n'avait été qu'une manoeuvre, une opération psychologique comme on dit dans les services secrets, pour désamorcer tout militantisme politique constructif chez les babyboomers. David McGowan par exemple en administra très rigoureusement la preuve dans son livre Weird Scenes Inside the Canyon: Laurel Canyon, Covert Ops & the Dark Heart of the Hippy Dream en 2014 (dont je vous ai déjà parlé), à partir du fait que Jim Morrisson était le fils de l'amiral qui pilotait les opérations dans la Baie du Tonkin à l'origine de la guerre du Vietnam. Morrisson a grandi dans la culture militaire et n'a jamais désavoué son père. Beaucoup de stars du Canyon des Lauriers (Laurel Canyon) qui fut le berceau de la Beat culture sont passés par les mêmes écoles militaires, elles étaient des enfants d'officiers supérieurs et évoluaient à deux pas d'une base militaire secrète. La liste des résultats troublants de son enquête figure en anglais ici (utilisez au besoin le traducteur automatique).

Timothy Leary le pape de la Beat culture avait ses expériences sous LSD financées par la CIA. La même démonstration a été faite pour beaucoup de stars de la pop culture des années 70.  Esther "Jinx" Dawson, chanteuse du groupe rock sataniste Coven, qui plaça des tubes dans le Top 50 américain (le Billboard) de 1973-74 et influença le hard rock auquel elle apporta le signe du cornuto (dont elle reconnaît qu'il était un signe de reconnaissance habituel dans sa famille), et dessina des vêtements pour Jimmy Page, Cher et Barbra Streisand, a avoué dans une interview au Magazine Metalheads Forever du 4 octobre 2016 que son père (Robert Louis Dawson) était un maçon du 33 degré du rite écossais, son grand père Charles Mckinley Dawson I (1893-1973), était lieutenant-gouverneur de l'Indiana, grand prêtre dans la maçonnerie et membre du cercle privé du président Theodore Roosevelt. "Je suis donc plongée dans les Illuminati américains" conclut-elle...

L'officier de la CIA Miles Copeland Jr qui joua un rôle clé dans divers coups d'Etat au Proche-Orient plaça ses trois fils dans l'industrie musicale, dont Stewart Copeland, batteur, qui fonda le groupe "Police". Pas étonnant que même le nom de Sting, comme "sting opération", les opérations sous faux drapeau de la police ou des services secret, évoque cet univers. La carrière de Sting est dirigée par Miles Axe Copeland III, fils de l'officier de la CIA précité qui a créé Copeland International Artists dont le signe CIA, est par lui même très explicite.

Intéressons nous une seconde aux Talking Heads, autre groupe à succès des années 1970. Car ses antécédents sont en soi révélateurs de la structure cachée du pouvoir aux Etats-Unis. La bassiste fondatrice du groupe, Tina Weymouth, a pour frère Yann Weymouth chef de design chez Leoh Minh Pei (le célèbre architecte qui vient de décéder à 102 ans) qui a travaillé entre autres sur la pyramide du Louvres, le Musée Salvador Dali de St Petersbourg... et l'immeuble qui, vu d'en haut, suit le plan d'une pyramide avec un oeil d'Horus, de la Creative artists agency (l'Agence des artistes créatifs) à Los Angeles, récemment QG du mouvement féministe "What's up".  

Leur père était Ralph Weymouth vice-amiral de l'US Navy et, selon Mark Devlin, grand maître de la grande loge du Maine.

Quand on a ce genre de grade on n'épouse pas n'importe qui, et le vice amiral épousa la française Laura Bouchage, arrière petite fille de l'écrivain breton Anatole le Braz (1859-1926) qui fut lecteur à Harvard en 1906 .

Le Braz épousa en troisième noce Mabel (Mary Lucinda) Davison la soeur d'un grand banquier de Manhattan (plus précisément associé principal de la JP Morgan Bank, bras armé des Rothschild aux USA, qui participa à la création contre la volonté des élus de la banque centrale en 1913) : Henry Pomeroy Davison (1867-1922). Celui-ci fut aussi créateur de la Croix Rouge Internationale. Son fils Henry P. Davison Jr (1898-1961) fut membre de la société secrète Skull and Bones de Yale en 1920 quatre ans après Prescott Bush, l'ancêtre de George Bush Sr, qui fit déterrer la dépouille du chef indien Geronimo - la chaîne ABC en avril 2001 a filmé un de leurs rituels d'initiation consistant à embrasser un crâne. Il dirigea le célèbre Time Magazine, dont le fondateur Henry Luce était aussi membre des Skull and Bones (de 1919), avec l'argent de JP Morgan et Rockefeller... On remarque au passage le lien banque-empire de presse-Skull and Bones dès les années 1920.

Tina Weymouth n'est pas issue de ce lignage mais de Reine-Anne-Yvonne Bouchage (1891-1963), la fille de la première épouse de Le Braz, Augustine Le Braz (1853-1906), qui épousa un médecin savoyard Ambroise Francois Amédée Bouchage, eut trois enfants dont Laura. Le frère de Laura (donc l'oncle de Tina Weymouth) était le styliste Lucien Bouchage, "partenaire de  vie" de Jean Schlumberger, designer de Tiffany & Co, dont les pièces ornaient les cous, et poignets et d'icônes du style des années 1960 et 1970, telles que Jacqueline Kennedy, Audrey Hepburn, Elizabeth Taylor et Rachel «Bunny» Mellon.

N'importe quel médecin français n'a pu donner sa fille en mariage à un vice-amiral franc-maçon de haut grade. Effectivement on apprend sur Gallica que le docteur Ambroise Bouchage diplômé de la Faculté de Paris était aussi membre du Collège Royal des Chirurgiens d'Angleterre (Royal College of Surgeons of England RCSENG) - il le mentionne dans son livre "Les indications médicales de Vernet-les-Bains" publié en 1914) . Il était fils d'un magistrat de cour d'appel de la Réunion (voir Le Journal du 18 avril 1914).  Le RCSENG créé en 1800 compta Winston Churchill parmi ses membres, et l'institution est très liée à la franc maçonnerie.  Stephen Knight's dans The Brotherhood (1990),  a écrit : "La plupart des membres les plus expérimentés de la profession (médicale) sont des francs-maçons, en particulier ceux qui travaillent activement avec le Royal College of Physicians et le Royal College of Surgeons, qui ont bénéficié d'un énorme fonds de fiducie de 600 000 £ créé par la Fraternité pour la recherche médicale." (cité récemment dans une enquête du Huffington Post britannique sur la franc-maçonnerie et la médecin). La présomption d'appartenance à la maçonnerie à un haut niveau d'initiation est renforcée par le fat que Vernet-les-Bains a une réputation dans l'occultisme : en 1966 l'ésotériste François Brousse y aurait croisé "l'immortel" Comte de Saint-Germain, à l'occasion d'une réunion du "Club de l'Amitié" qui s'intéressait de près à ses travaux. Les ascendants français sont donc aussi vraisemblablement des maçons de haut vol.

Sans doute avec tout cela ne doit-on pas s'étonner de voir David Byrne, chanteur des Talking Heads afficher l'oeil omnivoyant, l'oeil d'Horus.

Le lien franc-maçonnerie-armée-haute administration-rock se révèle autour de Talking Heads comme pour Coven ou pour Police. On ne peut pas en déduire que forcément ces groupes font tous partie d'opérations téléguidées par les services secrets dans le cadre des loges, mais cela nuance au moins fortement l'image qu'on avait, il y a vingt ou trente ans, d'une industrie du divertissement coupée de l'appareil militaire. Et l'on ne peut pas ensuite s'étonner de voir les stars faire bloc avec les politiciens dans de grandes opérations de propagande impériale autour des attentats, de la dernière présidentielle aux Etats-Unis ou du Brexit... (pour voir la position des Talking Heads sur ces sujets, voir ceci). 

Lire la suite

Gilets jaunes, Gaza, Notre Dame de Paris, Clooney-Soros et les Yézidis

5 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Proche-Orient, #Aide aux femmes yezidies, #Peuples d'Europe et UE, #Les régimes populistes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme, #Christianisme, #Avortement

J'ai passé presque un mois sans bloguer. Parce que je sais bien que ce blog ne sert à rien. Bien peu de gens le lisent, et moins encore y trouvent le moindre intérêt. Je ne veux pas être comme tous ces Youtubeurs qui jouent à la star devant leur écran. Ce culte de l'égo sert tellement le système. Le problème, c'est que si je ne blogue pas, à part mon boulot quotidien et mon rôle de père de famille, je ne trouve pas d'utilité sociale à mes diplômes, ni à mon expérience militante des années 2000. Donc, soit je blogue et ça ne sert à rien, soit je m'enterre dans le silence, et c'est alors une façon de capituler, puisque j'admets alors d'avance que cela n'a servi à rien. Je choisis donc aujourd'hui la première option, en pondant un nouveau billet. Il ne sera pas long car je n'ai pas des heures devant moi pour écrire. Je vais me limiter à quelques phrases pour ceux de mes abonnés qui voudraient savoir où en est ma grille de lecture de ce monde.

Et je commencerai par deux hommages. Le premier aux Gilets jaunes, pour leur persévérance à se battre alors que le système répressif les persécute durement. "La manifestation d'hier à Paris, m'écrit un de mes correspondants dans cette ville qui défile avec eux chaque samedi, a regroupé plus de monde que celle des médias de samedi d'avant. La manifestation d'hier était dans l'est de Paris et elle a montré que les gilets jaunes sont toujours soutenus par ceux qui étaient à leur fenêtre." En province ils reviennent sur les ronds points. J'ignore quelle est la meilleure stratégie, mais je suis de tout coeur avec eux, et comment peut-il en être autrement moi qui déjà il y a dix ans avais défendu la démocratie directe et le tirage au sort dans "Programme pour une gauche française décomplexée" ? J'ai vu ce matin le beau film de Rufin "Y a du soleil". Rufin comme bien d'autres ont hélas tendance à cultiver un fond de commerce sans se soucier de la concurrence, et donc son film ne parlera pas d'Etienne Chouard ou d'aspirations du mouvement qui ne collent pas avec son agenda. Mais qu'importe. Son regard sur les Gilets jaunes est sincère et ceux qu'il a interviewés sont magnifiques. Bravo aussi aux artistes qui les soutiennent - voir l'article ici. Peuple de France ne lâchez rien, vous êtes un des derniers à pouvoir défendre une souveraineté. Le contexte est très difficile, vos ennemis sont d'un cynisme inouï, eux, qui détournent tant de milliards d'euros chaque année et qui ont organisé un système mondial au dessus de vos têtes. Il vous faut beaucoup de vertu pour résister à cela, et il faut souhaiter qu'une inspiration surnaturelle vous guidera. Mais c'est à votre portée. Les dés ne sont pas jetés. Le sort n'est pas scellé.

Je veux aussi rendre hommage à Gaza. L’aviation israélienne a mené 150 raid hier, tuant 5 Palestiniens, dont une enfant de 2 ans et sa mère enceinte. Une quarantaine d’autres ont été blessés. Des destructions massives, maisons, stades, usines, immeubles, centres culturels, sont détruits ou endommagés. J'étais avec les Serbes bombardés en 1999, avec les Libyens sous Sarko, je le suis sans me résigner avec la population de Gaza aujourd'hui, et je le serai demain. Nous ne savons pas toujours quoi faire contre l'injustice que subit cette ville. Mais nous n'ajouterons pas l'oubli à l'impuissance.

Pour le reste je dirai un mot de deux autres événements qui ont ponctué le mois écoulé. Le premier est l'incendie de Notre Dame. Incendie apparemment volontaire si l'on tient compte du fait que du bois de vieux chêne ne brûle pas si vite si on ne l'aide pas un peu. Même l'empressement des médias à vendre les thèse de l'accident (alors qu'aucune expertise n'avait été faite) est suspecte. Le script était écrit d'avance. Y a t il une dimension rituelle, compte tenu de ce que nous savons des sociétés secrètes auxquelles nos élites appartiennent ? Probablement. Walt Disney et les Simpsons, deux sources bien informées proches des milieux initiés américains, avaient fait de la programmation prédictive sur ces sujets.

Notre Dame était une cathédrale templière, devant laquelle le grand maître De Molay avait été brûlé (quand on sait l'importance de De Molay chez les francs-maçons rosicruciens). Kes statues des apôtres avaient été décapitées huit jours plus tôt soi disant pour étudier leur structure, comme l'avaient été celles des rois d'Israël lors de la Révolution. Beaucoup se sont penchés sur la nouvelle qui a fait le tour du monde selon laquelle des centaines de milliers d'abeilles qui vivaient sous le toit de Notre Dame ont survécu. L'anecdote paraît anodine, mais les abeilles jouent un rôle important dans l'occultisme.

Il y a treize ans la prédicatrice protestante américaine Barbara Aho avait rappelé qu'une prophétie de l'Ancien testament (Juges 13: 2, 24) concernant Samson, le héros de la tribu de Dan tournait autour des abeilles trouvées dans une carcasse de lion, symbole du fait que cette tribu d'Israël apostate d'où sortira l'Antéchrist comme cela se dit depuis Irénée de Lyon au début du christianisme, usurpera la royauté d'Israël. Des abeilles dorées ont été trouvées sur le manteau funéraire du Roi Childeric Ie, en 1653, dans les Ardennes, ce qui reliait la dynastie magicienne des Mérovingiens (héros de certains courants occultistes) à la tribu de Dan (on retourne ainsi le sens du Da Vinci Code, je ne peux pas vous expliquer cela ici, ça mériterait un billet à part). Elles furent confiées à Léopold-Guillaume de Habsbourg, puis récupérées par un Napoléon très lié à la maçonnerie qui en fit le principal ornement de ses habits. Les abeilles sont un ancien symbole de la déesse Semiramis et symbolisent la royauté en Egypte. Cela renvoie à la royauté de la reine des abeilles, avatar d'Isis-Semiramis. Il faut aussi garder à l’esprit le rapport avec le miel de Samson évoqué au premier chapitre de ce livre. Le symbole est aussi utilisé en franc-maçonnerie ainsi que chez les mormons, et il est mis en avant de nos jours par des artistes occultistes comme Beyonce, ce qui fait supposer à certains complotistes qu’il a toujours visé à imposer un conditionnement à l’espèce humaine.

Or parmi les bizarreries de cet incendie du 15 avril, outre le fait que la femme de Bernard-Henry Lévy, Arielle Dombasle, a chanté un très gros Ave Maria apparemment incompatible avec l'affiche occultiste de son dernier film (sauf si le but était de libérer des "énergies mariales" comme disent les médiums New Age...), il y a les déclarations d'une grande amie de Beyoncé justement ... Michelle Obama (dont Trump lui-même désormais admet à mots couverts qu'elle est plus un "il" qu'une "elle", comme l'avais révélé Joan Rivers, mais ça c'est une autre question).

C'est Qanon qui a attiré l'attention sur son lien avec Notre Dame, en la reliant aux tweets de Trump du 15 avril. Juste après l'incendie de Notre Dame, Michelle tweete à propos de Beyonce. Il existe à ce sujet une théorie compliquée (à base de numérologie) avancée par Q sur la base de tous les tweets de Michelle Obama à Beyonce depuis 8 ans, avec des codes couleur bleus et noirs (voyez l'explication en anglais ici). Je n'en dirai pas plus car le sujet est complexe et on avance sur le terrain d'hypothèses que certains jugeront gratuites. Mais Beyonce est reine des abeilles, "queen of the bees"...

Pour finir, sur le terrain plus ferme non des hypothèses mais des faits, je tiens à dénoncer une fois de plus la récupération honteuse de la cause des femmes yézidies violées enlevées, torturées, par le lobby des mondialistes américains pro-démocrates financé par Soros. On a vu en avril à l'ONU Amal Clooney et Angelina Jolie, marionnettes de Soros et du Council on Foreign Relations, et adeptes de l'oeil d'Horus et autres signes rituels, défendre (hélas avec le soutien de la France, de l'Allemagne, de la Belgique et de l'Afrique du Sud) sous couvert de soutenir les femmes yézidies, un texte qui instaurerait une justice supranationale et encouragerait l'avortement chez les victimes. Le projet de résolution sur ces deux points est au service d'un agenda bien plus vaste. Le premier celui de l'ingérence supra-nationale, qui a un passé chargé depuis au moins les tribunaux spéciaux sur la Yougoslavie et le Rwanda (et même plus longtemps), le second s'est illustré encore au début de cette année dans l'Etat de New York où depuis le 22 janvier l'avortement est maintenant légal jusqu'à la naissance de l'enfant. On comprend mieux pourquoi Bill Gates, lié par ses parents et par ses campagnes de stérilisation dans le Tiers-Monde au planning familial et à la dépopulation, posait avec la yézidie Nadia Murad en septembre dernier.

Washington, Moscou et Pékin le 23 avril ont vidé cette résolution de son contenu, mais l'offensive a montré quels lobbies étaient en présence. Je ne dis pas que le clan Trump avec sa clique pro-israélienne nichée au 666 de la 5e avenue à New-York vaut nécessairement mieux que la galaxie Soros. Mais sur ce vote au moins, il a rejoint Poutine et Xi Jinping. Méfiez vous toujours de ceux qui vont exploiter une situation de souffrance humaine réelle ou un problème quelconque pour faire avancer un agenda qui n'est pas favorable au progrès de l'humanité mais facilitera, au contraire, son asservissement à des lobbies aussi habiles que discrets... 

Lire la suite

Le Venezuela assiégé résiste

26 Février 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #La gauche, #Le monde autour de nous

Le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, Nikolai Patrushev, a  dénoncé aujourd'hui les récents l'arrivée en Colombie de troupes américaines ainsi que de forces spéciales à Porto Rico dans le but de renverser le président légitime du Venezuela, Nicolás Maduro, tandis que le Vatican (qui pèse lourd dans la région) joue ouvertement le jeu de Trump dans cette affaire. Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo dimanche dernier avait affirmé que les jours de Maduro étaient comptés.

Néanmoins le communiqué approuvé lundi par les pays membres du Groupe de Lima, comme l'Union ruropéenne, rejette le recours à la force militaire contrairement à ce qu'avait demandé le soi-disant président autoproclamé Juan Guaido. Le vice-président brésilien, et général à la retraite Hamilton Mourão, a déclaré lundi sur Globo News que son pays ne permettrait en aucun cas aux États-Unis d'intervenir militairement au Venezuela depuis le territoire brésilien. 

Une bonne nouvelle pour le gouvernement de Caracas, qui s'ajoute à l'échec de la provocation organisée par Washington autour de l'aide humanitaire le 23 février où des camions étaient alignés à la frontière colombienne flanqués de  bandes de guarimberos (l'extrême droite violente responsable de meurtres au Venezuela). Les guarimberos ont fait pleuvoir une pluie de roches et de cocktails Molotov sur des gardes nationaux vénézuéliens tenant la ligne de front contre les camions de l'agence USAID tandis qu'un journaliste de la chaîne anti-gouvernementale privée NTN24affirmait sans preuves que les forces de sécurité vénézuéliennes avaient provoqué les incendies avec des gaz lacrymogènes, ce qui est matériellement impossible comme l'explique le journaliste Max Blumenthal. Au contraire la journaliste de Telesur, Madelein Garcia, a publié sur Twitter des photographies montrant un guarimbero avec une bouteille de gaz à côté d'un des camions en feu. Dans le même temps, la Croix-Rouge internationale a  publié une déclaration condamnant les militants de l'opposition vénézuélienne qui se déguisaient en travailleurs de la Croix-Rouge en violation du protocole humanitaire. Les camions de l'aide humanitaire humanitaire d' USAID ont en tout cas échoué à franchir la frontière (alors que Caracas a reçu l'aide humanitaire russe acceptée par le gouvernement), et les efforts pour inciter les forces de sécurité vénézuéliennes à déserter ont largement échoué. Une poignée de fantassins de la Garde nationale sont passé en Colombie, mais la Garde nationale a tenu bon, même sous une pluie de pierres et de flammes.

A l'intérieur du pays la mobilisation idéologique se poursuit. Du 16 au 22 février  plus de 200 membres de la Brigade Internationaliste « Che Guevara » en provenance d' Amérique du Nord, d'Amérique centrale, des Caraïbes, d'Amérique du Sud, d'Afrique subsaharienne Afrique , du monde arabe, d'Europe et d'Asie ont visité le Venezuela en solidarité avec la Révolution bolivarienne. Puis du 23 au 27 février ils participent à l'Assemblée internationale des peuples à Caracas. Des milliers de personnes ont aussi défilé dans la ville aujourd'hui pour exiger le respect de leur souveraineté et leur soutien au président Nicolás Maduro face à l'ingérence du gouvernement des États-Unis.

Lire la suite

Spéculations autour de l'Adrenochrome, des EpiPen et d'Hillary Clinton

24 Février 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #Cinéma, #George Soros

Voici une affaire qui agite beaucoup le Web américain : une possible politique de grande envergure pour rendre les gens dépendants à l'adrénochrome.

Commençons tout d'abord par ce qu'un site français très "mainstream", Openminded, en dit :

"L’Adrénochrome est un composé d’adrénaline qui a fait l’objet de plusieurs études dans les années 1950 et 1960 et plusieurs hypothèses sont nées à ce sujet. Certains pensent qu’il est issu d’un rituel satanique, d’autres parlent d’un composé pour schizophrènes qui procure des effets hallucinogènes hors norme, d’autres pensent qu’il est tout simplement issu d’une drogue fictive présente dans le film Las Vegas Parano (NDLR : un grand moment de la filmographie de l'occultiste Johnny Depp). Et puis il y a le documentaire « Adrénochrome »  qui nous fait part de cette substance mystérieuse et de son utilisation chez la société secrète des Illuminatis…"

Le site ajoute, pour apaiser les foules, en citant l'AFP (l'AFP qui a régulièrement véhiculé les pires intoxs pendant la guerre du Kosovo, celle d'Irak, celle de Syrie etc) : " Je n’ai jamais entendu parler de cas d’intoxication à l’Adrénochrome. C’est un mythe. Un mythe complet.”, explique Laurent Karila, psychiatre et addictologue à l’hôpital Paul Brousse, interrogé par l’AFP. Le site Erowid recense des témoignages de personnes ayant tenté de se défoncer à l’Adrénochrome. Un utilisateur rapporte l’avoir avalée, sniffée et fumée : “Les trois tests m’ont donné exactement les mêmes effets, qui étaient très légers et vraiment inintéressants”."

A la différence de ces chiens de garde dont le souci est toujours de tuer dans l'oeuf la moindre recherche de vérité à grands coups d'arguments d'autorité de grandes "agence de presse" et de soi-disant "scientifiques", je me contenterai d'exposer ici certains éléments de discussion avancés en ce moment.

Tout d'abord il ne faut pas perdre de vue que l'adrénochrome est associée depuis très longtemps à l'imagerie des vampires. Un groupe punk californien, The Groovie Ghoulies (les Vampires Cools) a sorti un album en 1989 rempli de connotations sataniques comme un morceau repris de l'album "Their Satanic Majesties Request" des Rolling Stones. Son titre "Appetite for Adrenochrome" ("Soif d'Adrénochrome"). Le groupe "Sisters of Mercy" a aussi composé en 1982 une chanson, Adrenochrome, qui dit notamment "Les filles catholiques maintenant/Austères dans leur noir et blanc, terrifiées dans le monochrome/ Les soeurs de la miséricorde/ Marée haute /Les  yeux écarquillés / Précipitées sur l'adrénochrome / Pour les sœurs de la miséricorde / Remplies de panique dans leurs yeux " (pour avoir une idée de l'imagerie des Sisters of Mercy on peut aussi voir ce clip).

Le morceau a été repris sur leur album "Some girls wander" dont le nom renvoie à la chanson du chanteur occultiste Léonard Cohen de 1967 "Teachers" qui disait "Certaines filles s'égarent/ dans les problèmes que causent les scalpels /Etes vous les enseignants de mon coeur ?" (le nom des Sisters of Mercy lui-même vient de Leonard Cohen). Quand on sait que l'adrenochrome pourrait être prélevé du coeur d'une victime sacrificielle arraché à sa poitrine juste après la peur de la mort...

Il peut sembler étrange que le mot scalpel soit à prendre au premier degré le mot ici, mais n'oublions pas qu'à la même époque personne n'aurait pensé qu'on pouvait saisir aussi au premier degré la couverture des Beatles sur les bébés coupés en morceaux (aujourd'hui le lien avéré de ce groupe avec l'occultisme fait considérer les choses différemment).

Tous ces morceaux sont très marqués par la couleur rose (dont les immeubles de New York ont été recouverts récemment pour célébrer le changement de la législation sur l'avortement).

En 1983, le film "The Hunger" (Les Prédateurs) avec David Bowie (un fan du mage sataniste Aleister Crowley), Catherine Deneuve (habituée de la thématique anti-chrétienne de Bunuel et Polanski jusqu'au "Tout nouveau Testament" de 2015, qui a chanté en duo avec Malcom McLaren en 1994, McLaren était le père du punk, il avait, selon le styliste JC de Castelbajac, l'anneau de Crowley - voir ce livre p. 57 - pas mal pour une des pionnières du "coming out" sur l'avortement en 71) et Susan Sarandon (qui organise maintenant des cérémonies en hommage à Timothy Leary, prophète du transhumanisme, à l'époque elle venait de faire scandale dans Pretty Baby/La Petite, film sur une enfant de 12 ans qui se prostitue) était aussi un film sur le vampirisme. Bowie et Deneuve y jouaient des rôles de vampires. Il faisait beaucoup référence au ping-pong (quand on sait à quoi renvoie aujourd'hui le Cosmet Ping-pong à Washington DC financé par Soros...). Le titre "The Hunger"peut être saisi comme une condensation de "The Hunger for adrenochrome", et il peut s'agir de "programmation prédictive" pour préparer les esprits à ce qui viendrait vingt ans plus tard.

L'étude de ce film qui n'eut pas un succès phénoménal lors de sa sortie (et fut vertement critiqué en Angleterre), d'autant que Bowie ne l'a pas vraiment défendu (peut-être parce qu'il était plutôt programmé pour marquer les esprits sur le long terme ?), mériterait à elle seule un billet tant il est métaphysiquement suggestif.

La journaliste Isabelle Giordano dans son livre "Catherine Deneuve film par film" paru chez Gallimard en octobre dernier, fait remarquer que son réalisateur Tony Scott, qui n'avait pas encore tourné Top Gun, était surtout perçu comme un ancien collaborateur de Stanley Kubrick, connaisseur intime des sociétés secrètes. Catherine Deneuve était habillée par le couturier auteur de la BD sataniste sur les sacrifices humains "La vilaine Lulu" Yves Saint Laurent. Depuis lors, la scène lesbienne entre Catherine Deneuve et Susan Sarandon est devenue une icône parmi ceux qui se nomment "la communauté gay". Isabelle Giordano note que Thomas Baurez de l'Express a insisté sur le caractère "prémonitoire"  des "images récurrentes de sang" car "la même année l'Institut pasteur le Pr Luc Montagnier identifiait des cellules à l'origine du SIDA semblables à celles que montrait le film"... Mais il est vrai que dans le registre de la "programmation prédictive" c'est moins spectaculaire que des scènes prédictives des Simpson... Certains évidemment diraient que cela n'avait rien de "prémonitoire" si, comme le suggérait jadis le professeur canadien Donald W Scott les autorités américaines ont inventé le SIDA dans les années 1960 et l'ont inoculé dans des vaccins dans les années 1970, auquel cas aussi bien les images de "The Hunger" que la médiatisation du Pr Montagnier ne seraient qu'une mise en scène pour aveugler les masses, mais c'est là encore un autre sujet épineux sur lequel il n'existe que peu d'éléments tangibles...

En fait l'article de Baurez auquel fait allusion sans trop de précision Giordano est encore en ligne et date du 29 janvier 2009. Intitulé "Il était une fois... les prédateurs", il permet d'en savoir encore plus sur le satanisme du film, en précisant notamment  que la musique d'arrière plan est "Bela Lugosi's Dead", "hymne satanique par le groupe postpunk Bauhaus" : une chanson sortie en 1979 en l'honneur de l'acteur toxicomane qui avait joué Dracula dans un film de 1931 (n'oubliez pas que films et rituels sont entremêlés - voir le témoignage de Christopher Lee à ce sujet en 1975). Là encore on pourrait tirer ce fil très loin car Lugosi était un occultiste. Cindy Lee (nièce du producteur de film d'horreurs Frank Robert Saletri assassiné en 1982 dans l'ancienne maison de Lugose, elle habite à Phoenix Arizona), dans un documentaire "Deadly Possessions" de Zak Bagans datant de 2016, explique qu'elle possède le miroir qu'il utilisait pour ses rituels et la voyance qui a causé tant de problèmes à sa famille qu'elle l'a donné au musée de Zak Bagans à Las Vegas. Passer ce genre de musique dans un film ne peut pas avoir des effets anodins.

Aujourd'hui le film "A cure for life" ("A cure for wellness" outre-Atlantique) sur la recherche du sang humain pour prolonger la vie, ferait écho à "The Hunger" de même que les passages des Nouvelles aventures de Sabrina sur le cannibalisme, la sorcière Kim Kardashian qui en décembre 2015 se vante de consommer son propre placenta, etc.

Et les restaurants "Spin Ping pong" de Susan Sarandon à Londres et aux Etats-Unis organisent une sorte de culte inconscient en l'honneur de The Hunger (voir vidéo- ci-dessous). La spirale (spin) est un symbole de pedocriminalité dans les codes du FBI.

C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre toutes les discussions sur l'Adrénochrome et les Epipen (stylos auto injecteurs d'adrénaline).

Sous l'administration Obama, le jour d'Halloween 2013 exactement, le Sénat américain a adopté une loi obligeant toutes les écoles des Etats-Unis à administrer en tant que de besoin sans l'autorisation des parents aux enfants de l'Epipen, un stimulant du système cardiovasculaire cardiaque, pour soigner les problèmes d'allergies. D'autres pays allaient imiter les Etats-Unis à ce sujet.

L'EpiPen est un médicament à base d'épinéphrine (de l'adrénaline) qui, au contact de l'oxygène... devient de l'adrénochrome de couleur rose...

En 2016 EpiPen a attiré l'attention des revues économiques parce que son fabriquant Mylan a tiré profit de sa position de trust pour faire flamber les prix. Ses profits ont aussi doublé quand la Food drug Administration (FDA) a recommandé aux médecins de prescrire deux doses par personne, au cas où la première injection ne serait pas suffisante (Mylan ne les vend plus que par paires). Hillary Clinton a fait mine de s'en émouvoir sur Twitter, mais l'indignation était peu crédible : les archives de la Fondation Clinton indiquait également que Mylan lui avait versé entre 100 000 et 250 000 dollars. Il y a donc un partenariat bien établi entre les Clinton et Mylan. Quand on sait ce que les mails d'H. Clinton ont révélé sur le pizzagate et de possibles trafics d'enfants, on peut se demander si la problématique de la législation sur l'EpiPen ne se rattache pas à cette banalisation de l'adrénochrome à laquelle les films et les chansons sur le vampirisme dans les années 1980 avaient déjà ouvert la porte...

La question est devenue d'autant plus sérieuse quand certains bons esprits ont remarqué que le logo de la firme Mylan était, comme celui de la bière Monster (qui avait pour slogan "Libérez la Bête") un triple vav, lettre hébraïque dont la valeur numérique est 6, soit, 666, nombre de la Bête dans l'Apocalypse. Les relents satanistes sont évidents...

Le cumul de facteurs triple "M", abus de position dominante sous Obama, financement de la campagne de Clinton a même conduit certaines personnes à se demander si dans les mails codés du directeur de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta l'expression "walnut sauce" (sauce de noix) pourrait désigner l'adrénochrome des enfants noirs car walnut/noix y est souvent synonyme de "noirs". Sur les 2 060 premiers mails fuités de la collection Podesta, 47 comportent le mot "noix". Par exemple quand on lui écrit : "We know you're a true master of cuisine and we have appreciated that for years ... But walnut sauce for the pasta? Mary, plz tell us the straight story, was the sauce actually very tasty" Les Noirs produisent (tout comme les Asiatiques) de l'adrénochrome calcifié plus dense, et donc les satanistes rechercheraient surtout leur adrénochrome. Du coup toute une littérature se développe sur la recherche de sang d'enfants noirs par l'élite proche du parti démocrate... Des suppositions qui se développent à partir de recoupements sémantiques, mais qui, bien sûr, à ce jour, n'ont pas reçu de confirmations factuelles. Beaucoup d'électeurs de Trump spéculent sur de possibles "mandats secrets d'inculpation" ("sealed indictments") que l'administration présidentielle garderait sous le coude contre Podesta, Clinton et de riches financiers qui pourraient un jour (quand le FBI sera "nettoyé") donner lieu à enquête fédérale et démontrer la véracité de ces suppositions. Mais, pour l'heure, les annonces du groupe Q (Qanon) sur la prochaine divulgation de ces mandats ont toujours été démenties.

En France les "Epipens" sont en concurrence avec les Anapens et Jext produits par Bioprojet Pharma et ALK.

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

L'Adrenochrome dans le film "Leech Woman" en 1960

Lire la suite

Une ambiance à la Sissi impératrice hier en Biélorussie...

29 Décembre 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Le président Loukachenko dansait la valse avec Miss Biélorussie 2018 au premier bal du Nouvel an républicain pour les jeunes au Palais de l'Indépendance à Minsk...

Lire la suite

Interview-tour d'horizon fin 2018 de F. Delorca pour "L'Arme et la Paix"

28 Décembre 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #ICD, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme, #Les régimes populistes

Voici l'interview en forme de tour d'horizon de l'actualité internationale que j'ai accordée le 12 novembre 2018 pour le prochain numéro de la revue L'Arme et la Paix de l'association Initiatives Citoyenneté Défense. Je vous renvoie aussi à mes précédentes interviews de 2011, 2013, 2016 ici.

  • Quels éléments vous paraissent les plus marquants concernant l’actualité internationale des derniers mois ?
  • Concernant l’actualité mondiale, il semble qu’il faille toujours commencer par le Proche-Orient qui, bien que le pétrole n’ait plus l’importance stratégique d’autrefois, reste une zone géostratégique fondamentale pour le contrôle de l’Asie, et le nœud d’enjeux symboliques qui comptent pour beaucoup de gens de confession monothéiste dans les pays moins sécularisés que la France. On a l’impression que l’équilibre stratégique dans cette région est plus que jamais marqué par le paradoxe et la précarité. La suite de l'interview est ICI
Lire la suite

Déclaration des vice-présidentes du groupe parlementaire allemand Die Linke après leur rencontre avec Julian Assange

22 Décembre 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Initialement publié en français sur le site Le Grand Soir (qui en a assuré la traduction) :

Déclaration des vice-présidentes du groupe parlementaire allemand Die Linke après leur rencontre avec Julian Assange

Les députées allemandes Heike Hänsel et Sevim Dagdelen, vice-présidentes du groupe parlementaire DIE LINKE au Parlement allemand, ont rendu visite aujourd’hui à Julian Assange, éditeur et fondateur de WikiLeaks à Londres. Voici leur déclaration à la sortie de l’ambassade.

Chers représentants des médias,

1. Tout d’abord, nous tenons à remercier l’Ambassade de l’Equateur d’avoir rendu cette rencontre possible, et bien sûr Julian Assange pour avoir accepté une visite dans ces conditions difficiles.

2. Nous avons transmis à Julian Assange les salutations de solidarité du Parti Die Linke et la solidarité des nombreux Allemands. Les gens en Allemagne et dans le monde entier sont redevables à M. Assange. Il contribué à mettre en lumière les crimes de guerre en Irak et en Afghanistan, et les activités illégales des services secrets, en particulier de la CIA. Il a nous a ouvert les yeux sur le caractère sale et sanglant de ces guerres et sur la façon dont nous avons été trompés par nos gouvernements. Il mérite notre la solidarité.

3. Julian Assange a été très heureux de notre visite. Il s’agit de la première visite de Membres depuis mars après des mois de suspension [des visites par les autorités équatoriennes - NdT]. Nous aimerions beaucoup que davantage de collègues d’autres pays viennent à Londres pour oeuvrer à une solution humanitaire à cette situation. En tant que parlementaires, nous devrions demander à nos gouvernements d’agir. Malheureusement, le gouvernement allemand n’a jusqu’à présent rien fait pour trouver une solution. Nous avons exprimé nos regrets à Julian Assange.

En outre, nous appelons nos collègues députés du Royaume-Uni et de toute l’Europe à œuvrer en faveur d’une solution humanitaire.

4. La lutte pour la fin de l’emprisonnement de Julian Assange est en même temps une lutte contre la tentative du gouvernement américain et des autorités judiciaires de mettre la main sur un journaliste en Europe qui a publié en Europe. Nous nous opposons à cette persécution politique extraterritoriale au-delà des frontières internationales. Nous ne pouvons accepter que les États-Unis appliquent leurs lois contre les lanceurs d’alerte en Europe également.

5. Nous sommes très heureux que Julian Assange soit toujours optimiste et avec bon moral, malgré une situation aussi difficile depuis plus de six ans. Nous convenons que les gouvernements britannique et équatorien peuvent trouver une solution et fournir des assurances diplomatiques contre l’extradition vers les États-Unis.

Si les autorités équatoriennes mettent fin à l’asile de l’ambassade, Julian Assange pourrait être arrêté au Royaume-Uni et extradé vers les États-Unis, où il risque une longue peine de prison ou même la peine capitale.

Si une personne doit être extradée vers un pays où elle risque la mort en raison de ses activités politiques, il suffit sans aucun doute, en droit international, de lui accorder le statut de réfugié. L’article 33 de la Convention de Genève interdit expressément aux États signataires d’expulser ou de refouler un réfugié par-delà les frontières des territoires "où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de ses convictions politiques".

Nous tenons donc à remercier le gouvernement équatorien d’avoir accordé l’asile politique à Julian Assange dans son ambassade en 2012 pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. Nous espérons que le nouveau gouvernement du président Lenín Moreno continuera d’assurer la santé et la sécurité de Julian Assange dans l’ambassade.

Mesdames et messieurs,

6. Julian Assange et Wikileaks sont entrés dans l’histoire. Nous avons l’obligation morale de prévenir les crimes de guerre et de découvrir les crimes de guerre en informant. C’est ce que Assange et Wikileaks ont fait. Et pour cela, Assange mérite un prix, pas une persécution politique et un procès.

Nos prochaines initiatives dans cette affaire comprendront le renforcement de la solidarité internationale de parlementaires avec Julian Assange et donc avec la liberté de la presse. Parce qu’il ne s’agit pas de la personne d’Assange. Il s’agit du droit de publier des informations dans l’intérêt public. Il s’agit de notre démocratie.

Ainsi, 36 parlementaires d’une douzaine de pays européens ont écrit au Secrétaire général de l’ONU António Guterres, au Premier ministre britannique Theresa May et au Président équatorien Lenín Moreno.

7. Nous demandons au ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, de montrer son soutien et de défendre la santé et la sécurité de Julian Assange. En révélant des documents secrets, Julian Assange a rendu publics les crimes commis par l’armée américaine pendant la guerre en Irak, dont le gouvernement fédéral alors dirigé par le SPD et dirigé par le chancelier Gerhard Schröder avait également pris ses distances.

Merci beaucoup de votre attention.

Londres, le 20 décembre 2018

Heike Hänsel et Sevim Dagdelen

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>