Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #philosophie et philosophes tag

Bernanos à propos du XXIe siècle

16 Février 2024 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Lectures, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Philosophie et philosophes

"Evidemment, les traités n'ayant plus aucune valeur, il deviendra difficile de couper une tartine de pain à ses gosses sans se demander anxieusement si les services de préparation à la guerre bactériologique n'y ont pas semé les bacilles de la paralysie infantile". (Les grands cimetières sous la lune p. 279).

Lire la suite

Heisenberg et le Logos

17 Août 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Peuples d'Europe et UE, #Christianisme, #La droite, #Lectures

Comme le bon film de Nolan Oppenheimer est encore sur les écrans, j'en profite pour rappeler que E. Michael Jones avait écrit en 2015 sous le titre "Beyond the Bomb" un texte intéressant sur Heisenberg, le spécialiste de la physique quantique qui, lui, était resté dans l'Allemagne nazie quand beaucoup de ses pairs l'avaient quittée.

Je ne suis pas toujours d'accord avec ce qu'écrit cet auteur mais disons qu'il a le mérite de poser en des termes tranchés (parfois comparables à ceux de Nietzsche, quoiqu'en moins provocateurs), les termes du débat religieux et culturel, sans trop s'encombrer des tabous de notre époque qui empêchent de penser.  Le point intéressant de E. Michael Jones tient à ceci que d'après lui Heisenberg, encouragé en cela par l'harmonie entre nature et culture du paysage bavarois où il séjournait (il a reconnu sa dette intellectuelle à l'égard du paysage dans ses écrits), harmonie due, selon E. Michael Jones, à la culture catholique de ce pays, a d'une certaine façon réhabilité sans trop en être toujours conscient l'idéalisme allemand du début du XIXe siècle en soutenant, dans ses théories quantiques, une participation du sujet dans la réalité même observée, ce qu'on pourrait rattacher, selon E. Michael Jones à l'idéalisme platonicien.

Cette conquête d'Heisenberg, selon l'auteur, serait due au fait qu'il voulait garder une vue d'ensemble du savoir et gardait une approche confiante de celui-ci là où Einstein en tenant à une vision dogmatiquement réaliste (anti-idéaliste) du monde, s'enfermait dans des contradictions entre deux théories de la relativité dont une admettait l'existence de l'éther, et pas l'autre.

E. Michael Jones montre comment, alors que les penseurs juifs avaient été chassés d'une Allemagne nazie qui ne voulait pas entendre de la physique quantique identifiée à une "science juive", Heisenberg lui-même avait été attaqué par des savants proches de la SS (Lenard et Stark) qui l'accusaient d'être une "juif blanc" et de ne pas comprendre la grandeur d'une "science germanique" ou "science nordique" qui revendiquait la volonté comme fondement épistémique (renvoyant ainsi bizarrement Heisenberg du côté du réalisme sans rien comprendre à ses désaccords avec Einstein) - il était aussi reproché d'ailleurs à Heisenberg d'avoir pris des assistants juifs. Cela aurait pu coûter la vie à celui-ci sans les accointances de sa mère avec celle d'Himmler.

Au passage on apprend aussi dans ce livre comment Heisenberg contribua à dissuader des nazis de fabriquer la bombe atomique, et comment ses efforts parallèles pour obtenir le même renoncement de la part des Américains échouèrent du fait d'un malentendu entre lui et le physicien danois Niels Bohr.

Selon E. Michael Jones, après le remplacement du plan Morgenthau (pour affamer l'Allemagne) par le plan Marshall pour faire face à l'URSS, la guerre contre la culture allemande devint plus "mentale" en passant par la psychanalyse et l'Ecole de Francfort.

Heusenberg qui créa en mars 1949 un conseil scientifique de 24 membres ne prit pas position dans le combat contre ces sciences humaines anarchisantes. Il était trop préoccupé (comme Oppenheimer) par les effets de l'invention de la bombe sur le nouveau monde (ce qui n'empêcha d'ailleurs pas le chancelier Adenauer d'installer des missiles nucléaires en Allemagne).

Selon E. Michael Jones (p. 74), le zoologue Alfred C. Kinsey (l'auteur du célèbre et très délétère rapport sur la sexualité), qui débarqua en Allemagne en 1955 auréolé de prestige, et qui allait poursuivre la guerre psychologique contre les institutions sociales issues du christianisme, n'avait retenu de la démarche scientifique que la nécessité d'aligner la morale sur la vérité, là où Heisenberg s'était réfugié dans une "sorte d'averroïsme" avec deux vérités distinctes : la vérité scientifique d'un côté (ésotérique et réservée aux "happy few"), la vérité morale de l'autre comme gardienne de l'ordre social. Dans Der Teil und das Ganze (1971), en anglais Physics and Beyond, en français La Partie et le Tout, il soutint qu'il n'y avait pas de conciliation possible entre les eux ordres de vérité. Il eut le tort de ne pas attaquer les théories de Kinsey, dernière vague de la science juive, et avait la légitimité pour le faire puisqu'il avait été persécuté par les nazis pour avoir défendu justement cette science.

Heisenberg en 1958 attaquait la recherche de la particule ultime qui animait la recherche scientifique depuis les années 1830 et rappelait sur un fondement platonicien que la base de la science est dans les lois mathématiques.

Cependant, estime E. Michael Jones, sa compréhension n'allait pas au delà des pré-socratiques à défaut d'une foi au Dieu incarné. D'où, ensuite, les égarements de ses successeurs sur le monde créé à partir de rien. A cause de ses insuffisances il a fait rentrer le monde dans le Kali Yuga et laissé l'Allemagne tomber définitivement sous les psy ops de la CIA.

Pour terminer cette présentation je soulignerai simplement que E. Michael Jones n’est pas un philosophe, mais, comme Finkielkraut ou Onfray, une sorte de « journaliste philosophique » comme auraient dit dans les années 1990 les collaborateurs des Actes de la recherche en sciences sociales. Lui-même quelque part aime à se définir comme un journaliste. A ce titre son intérêt n’est pas de fournir des analyses crédibles mais simplement des grands récits stimulants, un peu comme en produisaient les grands auteurs du XIXe siècle. Jones en a produits sur des tas de sujets, par exemple sur le chiisme iranien, et toujours d’un point de vue catholique militant. Même si je suis loin, comme je l’ai souvent dit, de tout approuver dans ses théories (même sur le sujet sur lequel je suis le plus proche de lui qui est celui de Medjugorje, j’ai quelques réserves sur ce qu’il avance), mais je lui suis reconnaissant de construire ce genre de récit, même lorsqu'il force le trait, parce qu'il force à remettre en cause des routines de pensée que favorise le martelage de l'idéologie mainstream.

Heisenberg n'était probablement pas le héros potentiel de l'Allemagne face aux sciences humaines qui voulaient détruire son pays mais penser l'émasculation de ce grand pas européen dans les années 1950 à 2000 à travers ce prisme est intéressant. De même, à un niveau plus philosophique, il n'est probablement pas vrai que ce physicien très versé dans la lecture des Grecs anciens ait de quelque manière que ce soit réhabilité l'idéalisme allemand, et, au delà, l'idéalisme chrétien en tenant tête au "réalisme" d'Einstein. Pour creuser ce point, je vous renvoie à l'article du physicien Jean Bricmont dans le livre "Philosophie de la Mécanique quantique", qui rappelle que l'Ecole de Copenhague était surtout marquée par le scepticisme, et qui examine de près la question de savoir si la physique quantique est idéaliste ou réaliste. D'une façon convaincante il montre notamment que le physicien doit au moins postuler l'existence de ses instruments de mesure, et donc l'idéalisme en physique impliquerait la négation même de la science. Bien que j'ai eue des rapports personnels difficiles avec cet auteur qui avait préfacé l'Atlas alternatif sans écrire plus d'une phrase sur son contenu (un tour de force pour un préfacier !) mais qui a tout de même bien voulu accueillir un de mes articles dans un livre collectif sur Chomsky, je crois que son ouvrage, assez ardu pour un non-scientifique, pose des questions beaucoup pus pertinentes que Jones autour de la philosophie quantique.

Cependant encore une fois, ces quelques objections ne me paraissaient pas de nature à m'abstenir de vous proposer, chers lecteurs, ces quelques lignes sur Heisenberg, qui permettent d'aller un peu plus loin que l'avalanche de poncifs à laquelle a donné lieu la sortie du film sur Oppenheimer.

Lire la suite

Vient de paraître : Le Stoïcisme et Notre Epoque

27 Février 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Actualité de mes publications, #Philosophie et philosophes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #"Eloge de la liberté sexuelle stoïcienne"

Suite à la publication sur le Net de commentaires relatifs à mon précédent livre sur le stoïcisme (de 2011), j'ai écrit cette année, en guise de mise au point, une sorte de lettre philosophique à la jeunesse que j'ai intitulée "Le stoïcisme et notre époque". On y parle du Forum économique mondial, de l'empreinte carbone, des opérations psychologiques (psy ops) sur le climat, de la dictature qui vient, de l'amour, de la guerre. J'y tire, à la hache, les conclusions de mes lectures et réflexions des dernières années. Ça se lit vite, dans l'attente peut-être d'un travail un peu plus fouillé dans quelques années.

Le livre peut être commandé ici, ou , ou , ou chez votre libraire habituel.

Lire la suite

Le christianisme de Roger Garaudy

20 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #1950-75 : Auteurs et personnalités, #Lectures, #La gauche

Disons le, je ne suis pas très impressionné par le christianisme de Roger Garaudy (qui fut un des principaux cadres du Parti communiste français à l'époque de Maurice Thorez) et lui préfère de loin, dans le registre des christianismes d'agrégés de philosophie, celui de Maurice Clavel, qui part d'une expérience existentielle beaucoup plus profonde et d'une approche vraiment tragique du destin de l'Occident. Garaudy, lui, dont j'admire pourtant le parcours jusqu'en 1970 et le courage, est trop intellectuel. Sa façon de tout faire partir dans "Parole d'homme" de l'amour est creuse, et cela sonne faux, même son hommage au naturisme (on devrait dire  l'adamisme). Clavel quand il parle de l'amour cible juste, Garaudy confine aux poncifs de la pop music des années 80. On sait que l'amour est capital pour parler du christianisme, mais Garaudy en se réfugiant derrière Aragon ne sait faire que du "name dropping". Et puis, naturellement, le point aveugle de sa pensée est l'absence des démons dans sa vision de la trajectoire humaine, conséquence naturelle d'une tendance à gommer le sens du mystère et de la repentance. Cela donne un christianisme éclectique, ouvert à tous les vents (à la fin ce sera le vent de l'Islam qui l'emportera chez lui, mais un Islam d'ailleurs très subjectif et un tantinet guimauve...). Dès avant sa conversion islamique il était plus panthéiste que chrétien, tout comme son modèle Romain Rolland. Je ne dis pas que tout est faux dans cette approche spirituelle. Simplement il faut être conscient de ses dangers dans l'ordre du luciférisme (comme bien sûr l'anti-humanisme d'un certain intégrisme chrétien a aussi ses dangers).

"Parole d'homme" présente quand même un intérêt historique... La lettre de Maurice Thorez sur le christianisme notamment, qui est à mettre en regard avec un travail que je voudrais faire sur l'autre grand chrétien socialiste panthéiste que fut Pierre Leroux. Et puis bien sûr il s'y trouve toujours d'utiles piqûres de rappel contre la pensée bourgeoise.

Lire la suite

Où est la France ?

10 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #Débats chez les "résistants", #Lectures, #Peuples d'Europe et UE

Leroux blâmait la France carthaginoise et anglicisée qu'avait porté dans ses bagages la défaite de Napoléon. Cette France-là nous ne l'avons jamais quittée. Et la réélection de Macron la parachève dans tout son cynisme et son totalitarisme.

Mais ce n'est pas le seul problème, nous avons une France Anglo-saxonne (aucun jeune ne sait faire deux phrases sans un mot anglais au milieu), mais dans une Europe allemande. Boutang, allergique à la culture d'Outre-Rhin, au détour de ses Réflexions sur la féodalité d'après Cournot relève sous la plume de Hegel dans ses Leçons sur la philosophie de l'Histoire cette phrase : "L’esprit germanique est l’esprit du monde moderne qui a pour fin la réalisation de la vérité absolue en tant que détermination autonome infinie de la liberté, cette liberté qui a pour contenu sa forme elle-même". Pour lui cette conception n'est que l'affirmation d'un Moi aussi innocent, comme chez Rousseau, que dictatorial car il ne se reconnaît aucun intérêt pour les choses extérieures, ayant pour principe le Gemüt "cette totalité voilée et indéterminée de l'esprit, selon la formule de Hegel...où l'homme a en lui-même sa satisfaction d'une manière aussi générale et indéterminée". Cette conception perdure dans la nouvelle Allemagne européiste : "La facilité avec laquelle l'Allemagne accepte l'idée de l'Europe, la ruine de ses anciennes fins illimitées, la suppression des anciennes frontières, explique-t-il, a sa cause directe dans le rêve complaisant qu'elle peut faire, où son moi n'est pas lié à une terre, aliéné par des frontières, mais égale à l'Europe, en attendant l'univers "d'une manière générale et indéterminée" ". Chacun devrait garder cela à l'esprit à l'heure où nous acceptons que l'ancienne ministre de la défense allemande, présidente de la commission européenne, engluée dans des conflits d'intérêt non seulement commande neuf doses de vaccins Covid pour chacun d'entre nous mais aussi interdise sans fondement juridique en lieu et place de notre gouvernement RT et Sputnik sur notre territoire, et menace de guerre la Russie.

Admettons donc, en combinant Leroux (que Boutang ne désavouerait pas sur ce point) et Boutang lui-même, que la France soit tombée sous le joug de deux démons - ou princes des nations, pour parler un vocabulaire biblique - celui de l'Angleterre pour le négociantisme, et celui de l'Allemagne pour l'universalisme égotique - pour la construction de la nouvelle Babel antéchristique.

Où la France peut-elle trouver ses ressources de résistance. Les disciples de Maurras comme Boutang diraient "dans sa terre", son attachement à des frontières, à son hexagone, enracinement terrestre d'où découla l'ordre féodal, porteur de plus de vraies libertés selon cet écrivain (parce qu'il y avait encore du rapport interpersonnel, même avec le paysan) que l'ordre soi-disant démocratique des deux derniers siècles (et singulièrement des deux dernières décennies où la boîte vocale remplace partout même l'agent du guichet, et remplace même désormais vos gouvernants - tapez sur la touche 1 si vous acceptez la servitude, et sur 2 si vous ne la refusez pas, sinon merci de raccrocher)...

Je ne sais qu'en penser. Y a-t-il encore une terre française depuis qu'elle est labourée par des tracteurs, chargée de pesticides, envahie d'éoliennes et sillonnée d'autoroutes ? Il y a peut-être un hexagone dans la tête des gens. Il existait en tout cas chez les Gilets jaunes éborgnés (dommage seulement qu'il ait été gâché par l'esprit de Johnny Hallyday...). Cet esprit je le retrouve chez Anne-Laure Bonnel (qui avait filmé le mouvement populaire de fin 2018) avec sa légère impertinence sur BFM TV, et sa grande générosité aux côtés des familles de mineurs du Donbass (les nouveaux damnés de la Terre, comme les Serbes de la mine de charbon de Strepca au Kosovo en 1999, soyez sûr que France Info-Radio Paris ne tendra pas de micro à ces gens là). Mais les Gilets jaunes sans la Sainte Ampoule peuvent-ils faire autre chose qu'un feu d'artifice à la 1848 ou à la 1871 ?

Les Français font la Sécurité sociale autogestionnaire en 1946, et la rémunération attachée à la personne et non à production grâce au militantisme de la cégète, continuons dans cette lignée sans rien attendre de l'Etat, nous dit la catholique communiste Friot, que je soupçonne de réintroduire du personnalisme chrétien dans le marxisme. Hé, y a-t-il une base sociale pour cela quand même la majorité des fonctionnaires votent pour Macron ? Chez les abstentionnistes ? On se demande bien quelle action surnaturelle les remobiliserait quand les LBD de Castaner les ont durement dispersés. Inutile de refaire de chimériques "convois de la liberté" si le projet politique derrière n'est pas prêt, ni la stratégie restauratrice non plus.

Il semble qu'il faille à nouveau avant tout réfléchir, toujours plus, à ce qu'est ce pays des hommes libres, les francs, ce qu'est sa liberté, d'où elle vient pour qu'elle puisse encore aller quelque part. On ne peut se satisfaire du constat de la juriste Valérie Bugault selon lequel la langue française ne figure pas sur les Georgia Guidestones. C'est peut-être vrai, et c'est peut-être un signe, mais au delà du signe, il nous faut travailler. Retrouver l'essence métaphysique de la liberté française, la comprendre dans son histoire concrète ancienne et récente, si l'on veut qu'elle soit autre chose qu'une devise de campagne ou un slogan publicitaire.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>