Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #philosophie et philosophes tag

L'effet quantique du positionnement individuel

4 Mai 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Philosophie et philosophes, #Christianisme, #Ecrire pour qui pour quoi

Un peu partout en Europe au XXe siècle les mésanges ont appris au même moment à ouvrir les opercules des bouteilles de lait devant les portails des maisons des gens. Sheldrake a attribué cela à l'existence de champs morphiques : des phénomènes d'attraction et de diffusion invisibles, à penser aussi avec la non-séparabilité quantique.

Si ce principe est vrai, alors il n'est pas nécessaire de militer activement ni de cultiver un blog qui aurait des milliers de lecteurs chaque jour. Le seul fait de tenir une position spirituelle juste, exigeante et entièrement désintéressée (et humble...) pourrait suffire à produire des effets subtils sur son époque, même quand personne ne vous connaît. Cela fait, par soi-même, reculer les Ténèbres (c'est d'ailleurs pourquoi les Saints sont si attaqués par les démons).

Ce constat, dressé juste le plan d'immanence, doit être doublé de la dimension spirituelle, transcendante, de l'intervention des êtres immatériels (les anges) dès que vous calez votre comportement sur une voie juste.  "Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance." (Luc 5:7)

 

Lire la suite

Devereux à propos de Chrysippe de Soles

10 Avril 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

"Selon Diogène Laërce, Chrysippe était un personnage plus que singulier - même pour un philosophe. Pour tout dire, il semble avoir été un schizophrène borderline - ce qui n'est d'ailleurs pas incompatible avec une production intellectuelle de hait niveau.

Or,le schizophrène - et même le simple schizoïde - a souvent une acuité exceptionnelle dans le domaine du symbolique." (Georges Devereux, Femme et mythe, Champs, Flammarion, 1982, p. 157)

Je comprends mieux pourquoi en 2011-2013 (avant mon grand virage de 2014) j'étais fan de ce philosophe stoïcien au point d'en mettre la photo sur la couverture d'un de mes livres (que j'ai renié)...

Lire la suite

Il manque un arrière-plan

13 Février 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Philosophie et philosophes, #Lectures, #Grundlegung zur Metaphysik, #La gauche, #La droite, #Christianisme

Je regardais hier quelques vidéos, qui bien sûr me laissaient sur ma faim car toujours il manque une dimension spirituelle. La jeune blogueuse Tatiana Ventôse, toujours dans son rôle d'institutrice, se plaint d'avoir été incomprise dans une de ses vidéos où elle défendait le droit de critiquer les religions, et attaquée de ce fait. Evidemment ceux qui l'attaquent sont des idiots, mais elle devrait se détacher de ses dogmes rationalistes pour s'interroger sur son rôle social, et sur les forces négatives qu'elle sert tout en croyant être du côté des Lumières. Cela rendrait son positionnement dans la monde bien plus productif. J'écoutais aussi Rancière interviewé par Taddei qui fut une des influences de mon Programme pour une gauche française décomplexée il y a 13 ans. Il eut le courage de défendre le tirage au sort. Mais pour le reste c'est le produit de nos universités : aucune originalité dans l'analyse historique. Et puis Valérie Burgault sur TV Liberté : bonne analyse de la construction du système bancaire intégré au niveau mondial, mais quid de la réflexion sur les prophéties apocalyptiques sur le gouvernement mondial et les forces fétichistes qui le cimenteront ? quid de l'analyse du rapport de ce système aux sociétés secrètes ? L'occultisme de George Soros, de Warren Buffet, des Rothschild et des Rockefeller ça ne serait que du folklore ? Au contraire il est central dans ce processus.

Tant que la place de la spiritualité restera taboue dans le débat politique français et européen, celui-ci demeurera à la simple surface des choses. Ca ne restera que du verbiage.

Lire la suite

Problème de cohérence

8 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Le monde autour de nous, #Philosophie et philosophes, #Grundlegung zur Metaphysik

J'entendais hier sur KTO TV (chaîne en théorie catholique) l'actrice Irène Jacob expliquer "doctement" qu'il ne fallait pas soumettre les chrétiens à des commandements car les commandements limitent l'infini (sic) et citer un plus tard le très athée Gilles Deleuze. Aujourd'hui je vois le journaliste Richard Labévière (qui fait une allusion philosophique tous les trois paragraphes pour montrer qu'il est lettré) évoquer Nietzsche à propos de la mort de Soleimani, alors que sur Russia Today dans un débat avec un pro-israélien, il avait mis en avant son identité chrétienne. Voilà comment sont tous ces gens qui ont grandi du temps où la France vénérait encore la culture (c'est-à-dire avant les années 1990) : plus attachés à l'idée de briller en société avec des formules élégantes qu'à rester cohérents dans leurs convictions. Spirituellement ce genre d'éclectisme ne mène à rien. Au fond, je me dis qu'il y aura peut-être plus d'âmes sauvées chez les peuples incultes et barbares que chez les précieux ridicules. Et, de ce point de vue là, la faillite récente du système éducatif français pourrait bien constituer, paradoxalement, une chance de purification pour la génération qui vient.

Lire la suite

Le Da Vinci Code et l'androgynie

22 Mai 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Divers histoire, #Grundlegung zur Metaphysik, #Philosophie et philosophes, #Christianisme, #Cinéma

Si un jour l'envie vous prend de mieux comprendre certains facteurs occultes de l'histoire du monde et de ses développements contemporains, je vous conseille de jeter un oeil à ce long texte en plusieurs parties de la prédicatrice américaine Barbara Aho (en anglais, il faudrait que quelqu'un le traduise en français un jour) qui s'employait il y a quinze ans à "remettre sur leurs pieds" divers mensonges du best seller de Dan Brown "Da Vinci Code". Tout n'est pas exact dans cet exposé (ne serait-ce que sur le plan factuel), mais c'est très intéressante : sur la tribu de Dan, les Mérovingiens, les Templiers, les Jésuites, les Rothschild, la couronne britannique et le Vatican ça décape.

Très modestement je vais me contenter aujourd'hui de vous présenter ici ce que dit dans cette vidéo postée hier (21 mai) en anglais un youtubeur ("Transapocalypse Now") à propos du film de Ron Howard (de 2006) avec Tom Hanks, Audrey Totou et Jean Reno tiré du roman de Dan Brown. Il s'y trouve des clés de compréhension importantes de l'ingénierie sociale actuelle.

Au delà de la simple thèse "hétérodoxe" selon laquelle Jésus et Marie-Madeleine auraient été à l'origine d'une lignée royale secrète gardée par les Mérovingiens et les Templiers, le film renvoie surtout au principe alchimique (au fondement des plus hauts degrés de la franc-maçonnerie actuelle) de la divinité androgyne - c'est ce que représentent Jésus et Madeleine - source de libération pour l'humanité.

Robert Langdon, professeur de symbologie, dès les premières images du film esquisse une poignée de main maçonnique et il fera le même signe à la fin du film, quand il aura découvert le secret, ce qui montre bien dans le cadre de quelle "initiation" le film se situe. Sur le feuillet qu'il ouvre (minute 1'40 de la vidéo) s'affiche le symbole de Saturne, familier de l'illuminisme contemporain, puis  le dieu égyptien Horus nourri par Isis. Horus est une figure androgyne qui réunit Isis et Osiris. Une encyclopédie de la franc-maçonnerie d'Albert Mackey de 1916, explique le youtubeur, décrit Horus comme l'hypoténuse du triangle rectangle dont les côtés sont formés par Isis et Osiris. Horus mélange les principes masculin et féminin, une combinaison qui se retrouve dans la svastika hindoue (qui à travers le groupe de Thulé inspira les nazis) et dans les deux triangles, l'un pointé vers le haut, l'autre pointé vers le bas, qu'on retrouve dans l'étoile de David (l'hexagramme, symbole occultiste dans la sorcellerie médiévale que l'on retrouve d'ailleurs dans les églises anciennes) et dans l'équerre et le compas de la maçonnerie. Howard les met en scène dans l'architecture du Louvre (minute 4'28 de a vidéo).

Le film montre aussi l'homme de Vitruve dans le cadavre maculé de sang (minute 4'35) aussi représenté par Léonard de Vinci dans une esquisse célèbre. Le youtubeur nous en montre une utilisation récente par le chanteur sataniste Marilyn Manson. On voit comme cet homme se trouve placé par la tradition occultiste au centre d'un X qui comme l'hexagramme représente l'Adam androgyne originel de la kabbale, Adam Kadmon dans lequel se réalise la divinité (luciférienne) de l'homme.

Le youtubeur explique ensuite que la pentagramme dessiné sur le professeur assassiné (joué par Jean-Pierre Marielle récemment décédé récemment qui jouait le rôle d'un franc-maçon dans "Mon oncle" inspiré de Maupassant et l'était probablement) est aussi le symbole de la réunion du masculin et du féminin. Howard dans le film, par la bouche de Tom Hanks le présente comme le symbole de Vénus - parce que le divin féminin doit conduire à l'androgynisme. Le plan suivant montre Mona Lisa et l'on explique que la gauche est féminine, la droite masculine dans le pythagorisme, et chacun sait en effet que la Joconde est androgyne, représentant deux personnages en un.

Le film insiste sur le tableau "La Cène" de Léonard de Vinci. Non seulement Madeleine est à la droite de Jésus, et le professeur de symbologie souligne "remarquez comme Jésus et Marie-Madeleine paraissent soudés par la hanche". Cela renvoie à l'androgyne bicéphale de l'alchimie (minute 9'37).

Et c'est Sophie (jouée par Audrey Tautou), la Sophia des Gnostiques qui se révèlera être la descendante de cet androgyne. Cette lignée est représentée par le rose-ligne (le méridien de Paris qui passe par Saint Sulpice qui a eu son début d'incendie juste avant Notre Dame cette année).

Le Youtubeur affirme (au vu de ses épaules et de sa pomme d'Adam) que la fille du réalisateur du film Ron Howard, Bryce Dallas Howard, née en 1981 (qui avait donc 25 lors de la sortie du film), qui a joué dan Jurassic World et La Couleur des Sentiments, serait un transgenre qui a suivi en cela l'initiation de son père.

Jessica Chastain et Bruce Dallas Howard sont souvent assimilées l'une à l'autre. Selon le Youtubeur cela procèderait d'une mise en scène de com pour montrer que l'androgynie peut se dupliquer comme dans une lignée. On ne peut peut-être pas le suivre jusque là.

Mais la vidéo a le mérite de rappeler que l'androgynie est fondamentale dans l'ésotérisme de la franc maçonnerie et le rôle de certains films dans la préparation du public au programme d'unité alchimique à l'arrière plan de tout cela.

Le youtubeur conclut par une référence à la nomination de Wonder Woman par l'ONU comme ambassadeur de l' "empowerment" des femmes. Wonder Woman est la déesse Diane dit-il. Dans la BD Wonder Woman est Diana Prince, et donc certaines spéculations peuvent relier tout cela au culte de Diane au fondement de l'antique sorcellerie (voir "Le Sabbat des Sorcières" de Ginzburg) voire au Baphomet comme le fait le Youtubeur mais là encore on est sur un terrain glissant...

Notons qu'Audrey Tautou est une figure importante de l'androgynie. Dans son exposition Superfacial elle porte une moustache. "Elle quitte plus, sa coupe à la garçonne, qui lui donne des airs de coco Chanel et affirme son physique androgyne" notait le Journal des Femmes 7 juillet 2016. Le magazine Elle relevait qu'elle avait le même "charme androgyne" qu'Audrey Hepburn. Il ne lui reste plus qu'à faire le même signe que celle-ci (voir photo ici à droite). 

Pour mémoire nous avons en France de nombreux occultistes qui banalisent le culte du Baphomet, dont  Anton Parks un ancien employé du rayon musique du Virgin Mégastore de Paris, adepte de la sorcellerie (il a avoué sa dette à la médium toulousaine Anna Zu'u en 2014) et du culte de la déesse-mère (donc de Lilith) qui a besoin d'une casquette pour se protéger des visions qu'il reçoit depuis ses 14 ans : il canalise des informations sur Sumer, l'Atlantide et les extra-terrestres et prétend que le Baphomet serait une déesse égyptienne heureusement importée en Europe par les Templiers.

 

Lire la suite

Le CERN et l'hindouïsme

24 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Philosophie et philosophes, #Le monde autour de nous

Beaucoup de discussions existent chez les chercheurs de vérité (truth seekers) autour des expériences du CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, qui sont censées, selon certains, tenter de créer des portes interdimensionnelles (des vortex comme on dit dans le langage du New Age) pour agir sur l'espace-temps ou entrer en communications avec diverses entités invisibles (toutes sortes de théories peuvent être échafaudées là-dessus).  L'accélérateur de particules Grand collisionneur de hadrons, Large Hadron Collider (LHC) en anglais, situé dans un tunnel de 27 km de circonférence à la frontière franco-suisse qui a validé le boson de Higgs en 2013 servirait à cela.

Deux vidéos filmées le jour de la St Jean Baptiste (24 juin) 2016 (une fête importante pour les francs-maçons et occultistes de tout poil) au dessus de LHC au moment où le CERN réalisait une nouvelle expérience (du nom de Awake) pour briser des particules entre elles montraient d'étranges nuages au dessus du tunnel. Elles ont alimenté beaucoup de rumeurs à ce sujet. Deux mois plus tard, le Guardian publiait une dépêche de l'AFP annonçant que le CERN ouvrait une enquête sur une vidéo filmée la nuit sur son campus de Genève, illustrant un simulacre de sacrifice humain devant une statue de la divinité hindoue Shiva exposée en permanence dans le complexe abritant le Grand collisionneur de hadrons . Le CERN estimait que cette vidéo clandestine d'un rituel qu'elle présentait comme purement humoristique (un peu comme l'Eglise de Satan d'Anton LaVey réclame le droit à la plaisanterie...) donnait une image négative de ses recherche. A tout le moins, elle rappelait au monde que le centre d'expérimentation où se trouve le LHC abritait ce genre d' "oeuvre d'art" (en face du bâtiment 40 précisément).

L'hindouisme spécule beaucoup sur les conflagrations que provoque la rencontre sexuelle entre Shiva-le-destructeur et Kali. La statue qui symbolise la danse cosmique de Shiva (on peut la voir ici) est un cadeau du gouvernement indien de 2004 (qui est membre associé du CERN comme Israel et la Serbie depuis 2017). Sa plaque renvoie explicitement aux travaux du physicien autrichien propagandiste New Age Fritjof Capra (son livre de 1975 "The Tao of Physics") qui explique que la danse de Shiva métaphorise la danse de la matière subatomique, en ces termes : "Chaque particule subatomique non seulement exécute une danse énergétique, mais est également une danse énergétique; un processus palpitant de création et de destruction… sans fin… Pour les physiciens modernes, la danse de Shiva est la danse de la matière subatomique. Comme dans la mythologie hindoue, il s'agit d'une danse continuelle de création et de destruction impliquant tout le cosmos; la base de toute existence et de tous les phénomènes naturels. "

En 2016 j'avais mis l'accent sur ce passage de Romain Rolland à propos de la rencontre entre Tesla et Vivekananda à New York  "Nicolas Tesla fut surtout frappé, dans l'enseignement de Vivekananda, par la théorie cosmogonique Samkhya et par ses rapports avec les théories modernes de la matière et de la force."  (voir aussi ici p. 75) - mais on s'éloigne là peut-être du sujet car la samkhya est une option rationaliste de l'hindouïsme qui ne reconnaît pas l'autorité du Véda). On peut aussi citer l'enthousiasme de Schrödinger pour la sagesse indienne.

La connexion entre la science et l'hindouisme est intrigante, et l'on ne sait jamais ce que l'on peut obtenir en tirant ce fil.

Dans The Alchemy of Rainbow Heart Music : How Paranormal Sonofusion Subverts the Matrix Conspiracy d'un certain Moose Dung (sûrement un pseudonyme, je ne trouve rien sur lui), je lis que les travaux du Professeur de mathématiques à Berkeley,  Abraham Seidenberg (notamment son article (“The Ritual Origins of Geometry”) ) ont " fait l’objet d’une attention particulière dans les recherches récentes d’Advaita Vedanta parce qu’il fait remonter les origines du théorème de Pythagore jusqu'en 3000 av. J.-C. en Inde védique - via les autels de sacrifices rituels. Seidenberg (1916-1988), dans plusieurs essais publiés dans des revues universitaires de premier plan, déclare que le concept d'incommensurabilité ou le paradoxe de l'infini, a été établi dans le monde entier à travers les rituels de sacrifice humain sur des autels qui ont maintenu la création par la séparation cosmique du ciel et la terre. (par opposition à l'union du ciel et de la terre par l'humanité - le but explicite des vraies Harmoniques pythagoriciens-taoïstes et du non-dualisme OM)". La vidéo du sacrifice du CERN rendrait-elle compte de quelque chose de plus profond qu'une parodie de potaches ?

Il faudrait développer ici le point du rapport du CERN à l'occultisme. Il y a un an, en mars 2018, le magazine Forbes a annoncé la remise du prix international Art Collide Residency Awards que le CERN décerne à des artistes en collaboration avec la Fondation britannique pour l'art et les technologies créatives (FACT) : la lauréate a été Suzanne Treister qui, grâce à cela, a pu bénéficier d'une résidence au CERN pour trois mois (au même moment elle recevait d'ailleurs une belle commande de la métropole de Bordeaux alors dirigée par Juppé, dans le cadre d'un projet initialement appelé "Vril", une organisation secrète occultiste d'où sortirent Hitler et le nazisme, certaines inspirations de nos rockers, mais aussi la NASA à travers Wernher von Braun - un copain de Disney -, Vril était aussi très liée à l'hindouisme elle aussi, but that's another story for another day, comme dirait l'autre). En juillet 2012, le journal Libération avait fait l'éloge du jeu de tarot (divinatoire) créé par Treister qui retrace l'histoire des technologies de l'information en 78 cartes : le magicien Timothy Leary (l'inventeur du LSD), l'impératrice qui sont les agences de renseignement, l'ermite est le mathématicien "Unabomber" etc. "Reconnaissante de l'héritage des précédents jeux de tarot comme le Rider-Waite ou le tarot de Thot d'Aleister Crowley, Suzanne Treister a inventé ici un nouveau Tarot, qui permet à un lecteur, ou à un groupe de lecteurs travaillant en collaboration, d’utiliser les cartes pour reconfigurer l’histoire et / ou cartographier de futurs récits hypothétiques"nous explique-t-on sur Amazon... Reconfigurer l'histoire et le temps, une idée qui titille les "Supérieurs Inconnus" du CERN ... On y reviendra peut-être ultérieurement.

Lire la suite

La connexion Trump-Epstein-Disney-Third Culture

4 Mars 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #Les Stazinis, #Les rapports hommes-femmes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Donald Trump

Du temps où je fréquentais les chomskyens comme le préfacier de l'Atlas alternatif - voir ma contribution au Cahier de L'Herne Chomky - traduit depuis lors en anglais sous le titre "Chomsky Notebook", je m'étais intéressé au groupe "Third Culture" qui sont des gens qui travaillent sur la théorie de la connaissance en mêlant sciences cognitives, évolutionnisme et linguistique dans une optique résolument matérialiste et athée (voir Steven Pinker, Daniel Dennett etc, des gens politiquement situés au centre-gauche).

J'ai été surpris, en travaillant sur les cercles de socialisation de Trump, de constater que, du temps où celui-ci payait des mannequins et posait dans Playboy, le groupe Third Culture avait un rapport avec la "jet set" et le "demi-monde" (comme on disait dans le temps) qui entourait le milliardaire prédateur sexuel (il a consommé une centaine de jeunes adolescentes dans sa villa de Palm Beach en Floride dans les années 2000) Jeffrey Epstein

La liste des vols privés d'Epstein et ses invités de marque dans les années 2000 a été publiée sur le Net, les "Lolita Express". On y trouve beaucoup de célébrités de Bill Clinton au prince Andrew en passant par le directeur de l’agence française de modèles MC2 Jean Luc Brunel. De belles femmes comme la mannequin Naomi Campbell (qui dix ans plus tard allait avoir une villa en forme d'oeil d'Horus sur l'île turque d'Isla Playa Cléopâtre, en 2000 elle était déjà proche de Trump), l'ex Miss-Russie de 1995 Anna Molova (qui selon NyMag Intelligencer du 15 juin 1998 elle était candidate Miss Universe et vivait à la Trump Tower car Trump à ce moment-là était le patron de ce concours de beauté), et d'autres jolies filles.

Le 20 février 2002 un avion privé immatriculé N908JE s'envole au départ de l'aéroport JF Kennedy de New York et à destination de Monterey, en Californie, (vol n°66 p. 8 du doc ici).  

A son bord Eptein et... des figures de proue de l'industrie du divertissement pour enfants : Geraldine Laybourne et Kit Laybourne. La première a fait partie dans les années 1980 de l'équipe fondatrice de Nickelodeon, la chaîne de TV pour enfants, et Kit est son mari, producteur de programmes pour la chaîne. Geraldine Laybourne est devenue en 1996 président de Disney ABC Cable Networks, autre usine d'embrigadement des enfants.

Selon les recherches de EntertheStars (un youtubeur qui a plus de 40 000 abonnés) et celles de Mr Maga sur Twitter (en novembre 2017), tout ce petit monde se rendait au dîner des milliardaires 2002 organisé par The Edge, qui avait lieu le 21 février avec le magnat de la presse Rupert Murdoch. Ces personnes  étaient accompagnés de jeunes femmes comme Cindy Lopez et Sarah Kellen. Selon John Carney dans Dealbreaker du 31 juillet 2006, Sarah Kellen était l'assistante qui organisait les séances de massage nu entre Epstein et les adolescentes.

Et puis parmi ces gens, aussi, Steven Pinker et Daniel Dennett, grands pontes du courant Third Culture. Les photos de The Edger montrent aussi que l'évolutionniste Richard Dawkins était de la partie. On sait qu'aux Etats-Unis les universités sont financées par les milliardaires et donc le monde du savoir et de la banque sont interpénétrés. Dans ce cas cela a conduit les savants à être dans le même avion qu'Epstein et ses recruteuses de nymphettes, avion spécialement affrété par ses services.

Difficile de savoir ce qui se passait ensuite après le dîner entre toutes ces personnalités. Mais certains bons esprits si des sorties bizarres de Dawkins sur Twitter en faveur du cannibalisme (en mars 2018) n'est pas un clin d'oeil à ces thématiques sacrificielles que les artistes hollywoodiens et leurs amis banquiers eux-mêmes mettent souvent en avant. Y aurait-il une culture commune à tous ces gens au niveau même des pratiques quotidiennes, par delà les différences d'habitus que Bourdieu dans La Distinction, dans les années 1970 identifiait entre champ culturel et champ économique ?

Pour ce qui est des liens entre Trump et Epstein, rappelons qu'en octobre 2007, Alexander Acosta, alors procureur à Miami avait rencontré à Palm Beach Jay Lefkowitz, avocat d'Epstein, pour mettre au point un procès qui permettrait de n'inculper celui-ci sur la base de seulement deux accusations de prostitution en passant l'éponge sur un trafic de mineurs plus important (voir le Miami Herald du 28 novembre 2018). Acosta allait devenir ministre du travail de Trump en 2017... 

 

 

Lire la suite

Question raciale et question catholique aux Etats-Unis

25 Janvier 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Christianisme, #Débats chez les "résistants", #Philosophie et philosophes, #Grundlegung zur Metaphysik, #George Soros, #Vatican

On a souvent fait référence sur ce blog à "Chien Blanc" le roman autobiographique de Romain Gary qui porte un regard intéressant sur la question raciale aux Etats-Unis dans les années 1960.

C'est une question toujours actuelle sur laquelle jouent des lobbies financiers comme celui de Soros contre Trump.

Je voudrais dire ici un mot des thèses du traditionaliste E. Michael Jones sur la position des catholiques à ce sujet. Je ne suis pas d'accord avec cet auteur sur tous les sujets, même si je le suis à 100 % sur certains thèmes comme par exemple l'imposture de Medjugorje. Mais mon problème n'est pas d'être tout à fait d'accord avec tel ou tel. Je discute avec tous : communistes, anarchistes, libéraux, réactionnaires, pourvu que leurs thèses soient argumentées, et, sans tabou, j'examine avec eux les faits.

Partons donc des faits qu'exposait E. Michael Jones déjà dans les années 1990 et sur lesquels il revient souvent sur YouTube. Voici ce qu'il explique dans son article "Ethnic cleansing, Philadelphia-Style" (le nettoyage ethnique dans le style philadelphien" (magazine Culture Wars de novembre 1997). Tout autant qu'un problème racial au début du XXe siècle aux USA, Il y avait un problème religieux catholique. "Le séparatisme catholique omniprésent - sur les questions philosophiques et dans les écoles, les hôpitaux et les organisations sociales - posait un problème "d'intégration". Comment les catholiques deviendraient-ils démocrates?... Ces préoccupations avaient commencé à animer les principaux intellectuels de gauche de culture protestante (WASP) entre et après la Première Guerre mondiale, comme le suggérait l' enquête menée par (le philosophe psychologue) John Dewey pendant la guerre sur la communauté polonaise de Philadelphie". Le prêtre influençait trop sa paroisse pour que la liberté d'opinion puisse y régner. Paul Blanshard, un fils de révérenddevenu comme son frère jumeau Brand (lequel reçut nous apprend Wikipedia une bourse de la fondation maçonnique anglaise Cecil Rhodes comme Clinton plus tard) socialiste qui fut un des principaux adversaires de l'élection du catholique John F. Kennedy à la présidence des Etats-Unis,  jeune diplômé de l'université fit partie de cette enquête sociologique.

Au cours de l’exercice financier 1962-1963, l'American Friends Service Committee, société de quakers fondée en 1917, a dépensé 97 137 $, en grande partie fournis par le Fonds des frères Rockefeller, pour "instaurer des modes de vie plus démocratiques" en incitant des Blancs à acheter des maisons dans des quartiers puis, en jouant sur leur peur, à les revendre aux Noirs à bas prix, ce qu'on appelait dans les années 50-60 le blockbusting et rapportait beaucoup aux promoteurs immobiliers.  En 1961 l'American Friends Service Committee faisait l'éloge de ce projet dans une brochure intitulée "Homes and Community" sous le concept de "quartiers diversifiés".

Pour Jones, le "Programme de logement intégré" financé par Rockefeller était, en d'autres termes, la solution pratique aux problèmes que le "catholicisme polonais" posait à la démocratie dans l'étude menée à Philadelphie par Dewey et Blanshard. " "Quartiers diversifiés" est simplement le terme américain pour le nettoyage ethnique" explique E Michael Jones.

" Le sénateur de l'Etat, Martin Mullen, a découvert ce fait lorsque son quartier de la paroisse Most Blessed Sacrament dans le sud-ouest de Philadelphie a été nettoyé de façon ethnique entre 1966 et 1976. Le baby boom chez les catholiques, plus encore que chez les protestants, menaçait de faire des Etats-Unis un pays acquis à la papauté. À Philadelphie, le grand jour annuel de la fête de l'indépendance, le 4 juillet 1962 à Independence Hall, se tenaient un président catholique, un gouverneur catholique de Pennsylvanie et un maire catholique de Philadelphie, en présence de l'archevêque Krol.

La contraception était pour l'élite protestante la solution à long terme du problème catholique. A court terme, elle permettait aussi de diviser l'Eglise entre conservateurs et modernistes.

Le procureur Leo Pfeffer dans ses mémoires ne fait pas mystère du fait que la contraception, soutenue par la fondation Rockefeller et l'agence USAID (et qui avait été aussi répandue peu de temps auparavant au Japon par la puissance occupante étatsunienne) était la solution au problème racial.

La manipulation des groupes ethniques et religieux, leur déplacement en fonction d'intérêts politiciens ne sont pas nouveaux, rappelle Jones. "Nicholas Lemann, note-t-il, explique dans son livre sur la migration noire à Chicago, The Promised Land,la paysannerie noire était devenue inutile pour la production de coton au cours de la seconde guerre mondiale en raison du développement de technologies agricoles plus efficaces. Un nombre considérable de travailleurs agricoles ruraux noirs ont été retirés du sud pour des raisons économiques et attirés par les grandes villes du nord pour des raisons politiques. Dans le cas de Philadelphie, il s'agissait de maintenir les démocrates au pouvoir dans une ville qui, jusqu'en 1948, était dirigée par les républicains."

"Parce qu'ils étaient plus vulnérables sur le plan économique que les Blancs et que beaucoup d'entre eux bénéficiaient d'une aide sociale, les Noirs ont également été ciblés  d'expérimentations eugéniques, en plus du nettoyage ethnique débutant au milieu des années 60 lorsque le département de l'aide sociale du Commonwealth de Pennsylvanie a commencé à diffuser d’abord des informations sur les contraceptifs, puis les contraceptifs eux-mêmes, afin de limiter le rôle de l’aide sociale. Ironiquement, ce sont encore des catholiques d’origine irlandaise, tels que Martin Mullen, qui ont été les seuls à protester contre ce nettoyage eugénique fondé sur la race contre les Noirs, ce qui lui a valu d'être traité de raciste"... Tout cela est à rapprocher de la politique en faveur de la stérilisation menée par la Fondation Bill et Melinda Gates en Inde et en Afrique (Bill Gates est né dans une famille très investie dans le planning familial/planned parenthood).

Mgr Robert L. DeWitt, évêque anglican de Pennsylvanie, et Richmond Miller, président des Quakers, ont créé Muhammed Kenyatta, militant des droits civique de renom à l'époque, lequel d'ailleurs était sur la même ligne qu'eux concernant le malthusianisme

Il y avait ainsi dans les années 1970 une alliance entre les WASP et les leaders noirs tiers-mondistes pour contrer la papauté, faire du nettoyer ethnique des catholiques tout en réduisant la population noire par la contraception et l'avortement (politique que les WASP appliquaient à leur propre classe dominante depuis les années 1920). Ainsi Stephen Mumford, partisan des premiers en tant que membre du programme international de recherche sur la fertilité en Caroline du Nord, dans Démocratie américaine et le Vatican: Croissance démographique et sécurité nationale (1984), accuse le Pape d'avoir été un obstacle à la politique malthusienne à l'échelle mondiale exposée par Kissinger et son entourage dans le rapport SSM 200 (National Security Study Memorandum 200). C'est pourquoi il défend l'idée d'une rupture de l'Eglise catholique américaine avec le Vatican. On retrouve cette ligne dans le quotidien principal de Philadelphie The Inquirer qui s'était engagé en 1990 pour le contraceptif Norplant (cf son éditorial du 12 décembre 1990 "Pauvreté et Norplant : la contraception peut-elle réduire la sous-classe/Poverty and Norplant: Can Contraception Reduce the Underclass?").

Jones en tire la conclusion bien connue dans les milieux conservateurs : "Le principe non négociable du régime libéral est la libération sexuelle. Ce n'est pas parce que cela entraîne la libération, pas plus que le contraceptif. Le régime libéral encourage la libération sexuelle car celle-ci est une forme de contrôle politique. C’est l’essence du NSSM 200; C'est aussi pourquoi Rockefeller a été si ardent dans la promotion de la contraception en tant que solution au problème catholique et noir. La contraception était le seul moyen pour une classe démodée, mais néanmoins puissante sur le plan culturel, d’augmenter ses chances... La libération sexuelle est donc le but réel des Illuminés, mais cette forme de libération n'est pas aussi simple qu'il y paraît à première vue. Tout le monde a des désirs; tout le monde veut les réaliser souvent même quand ils ont tort. Faire ce que vous voulez est l'essence de la liberté, du moins selon une école de pensée, John Stuart Mill le dit dans son livre sur ce sujet. Mais il y a une autre école plus ancienne qui a un point de vue plus subtil. Eve, pour ne donner qu'un exemple, a fait ce qu'elle voulait mais a constaté que cet acte déterminait toute sa liberté future d'une manière résolument négative. Saint Paul parle de "l'esclavage du péché", un esclavage qui découle de faire ce que vous voulez, quand ce que vous voulez n'est pas conforme à la loi morale. En d’autres termes, cette liberté est une forme d’esclavage ". Jones cite Sade et son essai "Français encore un effort si vous voulez être républicains", comme aboutissement de cette logique : "À un  moment, il dit à ses lecteurs que les personnes les plus libres sont celles qui sont le plus à l'aise avec le meurtre... Le marquis de Sade donne ici une explication de la révolution parfaitement en accord avec l'explication classique de la même chose. La révolution survient lorsque la passion individuelle est tellement répandue qu'elle devient incontrôlable et que l'ordre social s'effondre". "En fait, le régime révolutionnaire étant fondé sur la subversion des mœurs, il ne peut exister qu'en exploitant la sexualité de cette manière. Cependant, ce qu’il propose à la foule indisciplinée en tant que liberté n’est en réalité qu’une forme de contrôle politique. Le marquis de Sade le dit parfaitement bien: Lycurgue et Solon, pleinement convaincus que les résultats de l'impudicité gardent le citoyen dans un état immoral [encore une fois], indispensable aux mécanismes du gouvernement républicain, obligeant les filles à se montrer nues au théâtre.La seule différence entre ce que le marquis de Sade prétend que les Grecs ont proposé et ce qui se passe maintenant est technologique. Dans la Grèce antique, les filles étaient réelles, mais il fallait aller au théâtre pour les voir. Dans le cyberespace, ce sont des images électroniques, mais de ce fait, elles sont également omniprésentes et donc particulièrement efficaces en tant que moyen de contrôle, car elles sont plus difficiles à éviter. La convoitise, explique le divin Marquis, est essentielle pour un gouvernement révolutionnaire, car elle devient entre autres la définition de la liberté et, en conséquence, capture les citoyens dans un état de "trouble perpétuel" dans lequel la raison est épuisée par la passion. ...En d'autres termes, le régime révolutionnaire ne peut maintenir son pouvoir qu'en favorisant la luxure. Inversement, ces régimes, comme le nôtre, qui favorisent la convoitise, le font au nom de la liberté, mais leur véritable objectif est le contrôle politique".

On ne débattra pas ici de cette conclusion sur la morale sexuelle. A ce stade l'intérêt du propos de E. Michael Jones nous paraissait porter surtout sur la stratégie démographique de l'élite protestante américaine progressiste à l'égard des minorités raciales et religieuses - qui nous semble éclairer ce qu'elle réalise aussi dans le Tiers-Monde aujourd'hui -. La façon dont l'auteur l'aborde à partir du "laboratoire" de Philadelphie nous intéresse parce qu'elle est très factuelle. Elle recoupe aussi la problématique de la politique climatique, qui se nourrit d'eugénisme (comme l'expliquait le quotidien travailliste anglais le Guardian le 31 mai 2016 "La surpopulation étant une préoccupation environnementale clé, l'accès sécurisé aux services de contrôle des naissances, d'avortement et de santé de la reproduction offre une solution simple" - article titré "Want to help fight climate change? Start with reproductive rights"). Une culture mortifère...

Lire la suite

Ascèse et repentir

14 Octobre 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi, #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Philosophie et philosophes, #Christianisme

Il y a dix ans j'avais un passion pour le savoir encyclopédique. Je voulais écrire une vaste fresque historique sur le mode du "what if", histoire alternative, hypothétique. Mais finalement, par manque de temps, je n'en ai fait qu'un dialogue, qu'un prof de philo a mentionné en pub sur son site cet été. A travers ce dialogue j'exprimais un peu ma vision des différentes époques. Mais l'hypothèse que tout procède d'aléas est erronée. Avec ma conversion de 2015 j'ai renié le livre. Depuis lors je m'efforce de n'avoir plus beaucoup d'idées. Cette humilité est une forme d'ascèse. Tant pis pour les attentes des lecteurs.

Je trouve chez Chateaubriand, que je relisais cette semaine, bien trop d'audace à toujours ponctuer chaque paragraphe d'une sorte de morale générale, de conclusions à tirer pour la postérité. Qui sommes nous pour conclure ? Même les confessions de Saint Augustin manquent d'humilité. Certaines questions qu'il adresse à Dieu sont marquées au coin de l'arrogance. Par exemple quand il dit mourir d'envie de savoir pourquoi son baptême prévu pour son enfance a été reporté.

Bien sûr on a un devoir d'utiliser sa raison pour penser ce qui se passe dans le monde, aider à une certaine anticipation. C'est pourquoi je ne renie pas l'essentiel de mon combat anti-impérialiste et les analyses produites dans ce cadre. Cependant quand on s'est autant trompé que moi sur la compréhension globale de la condition humaine, il faut maintenant savoir se taire.

St Augustin dans la lignée de la Bible enseigne la voie du repentir comme moyen d'accéder à une vision plus lucide du sens de notre vie. Et il fait débuter l'opération aux premières années de l'enfance. Depuis quelques jours moi-même je réfléchis beaucoup à ce que fut l'influence néfaste de Walt Disney sur les premières années de ma vie. Si seulement alors mes parents avaient su tout ce qui se cachait derrière cette entreprise hollywoodienne !

Lire la suite

Le modèle

18 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Philosophie et philosophes, #Grundlegung zur Metaphysik, #XIXe siècle - Auteurs et personnalités

Dans les trois derniers siècles de l'histoire humaine je ne vois qu'un seul modèle pour nous tous. C'est Bernadette Soubirous. Non pas parce qu'elle a vu la Vierge ni parce qu'elle a donné à son village et au monde une source qui apparemment guérit des gens, mais parce que, lorsqu'on lui a demandé "Pourquoi la Vierge serait-elle apparu à quelqu'un d'aussi bête que toi ?", elle a répondu : "Je suppose que s'il y en avait eu une plus bête encore elle lui serait apparue à elle". Et toute sa vie fut conforme à cette phrase admirable.

Lire la suite

Parenthèse métaphysique sur le temps

11 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Philosophie et philosophes, #Christianisme

Je voudrais faire une remarque pour ceux d'entre mes lecteurs qui sont chrétiens (les autres peuvent zapper ce passage).

Dans mon billet d'avant-hier je parlais de la profondeur du temps. Je me situais là du point de vue de la perception humaine, de la temporalité comme eût dit Heidegger. Cependant la Bible vous prescrit de croire que Dieu qui est hors de l'espace qu'il a créé est aussi en lui en chacun de ses points parce qu'il habite sa création. Et nous savons par Jésus-Christ qu'il vous est permis de parler par la prière à ce Dieu créateur en l'appelant "notre père".

Or vous savez par la loi de la relativité que plus on s'éloigne spatialement du point où nous nous trouvons, plus nous nous reculons dans le temps, de sorte d'ailleurs que nos observatoires spatiaux vont chercher à des milliards d'années lumières les éléments de nos origines. Cela signifie que le Dieu auquel vous parlez dans la prière se trouve non seulement à l'endroit où votre âme est spatialement incarnée, mais aussi à des endroits dans l'espace, à des années-lumières d'ici, qui, aujourd'hui même sont contemporains d'instants de votre enfance dont vous n'avez que le souvenir. Autrement dit, le Dieu que vous priez en certains endroits aujourd'hui même, à la seconde où j'écris ces lignes est le spectateur concret de moments de votre enfance qui, à l'endroit où il se trouve, sont en train même de se dérouler, tout comme d'ailleurs il est, à d'autres endroits, le témoin de moments de l'enfance de tel ou tel de vos ancêtres, et, en vérité, de toutes les enfances du monde, des origines du monde, et même de sa fin qui, pour lui qui est hors du temps, est déjà quelque part en train de se jouer et est déjà aussi derrière lui et hors de lui.

Par conséquent tous les instants vécus par tout le monde sont pour lui contemporains du présent, en divers points de l'espace où Dieu est nécessairement. St Augustin d'après mes vieux souvenirs des cours de philo estimait (sans faire le détour par la théorie de la relativité évidemment, car il n'en soupçonnait pas l'existence) que dès lors du point de vue de Dieu il n'existe qu'un présent éternel et permanent, justement ce temps qui semble nous échapper en permanence puisque notre âme est toujours écartelée entre le passé et l'avenir mais dans lequel il serait mystiquement possible de séjourner. A 20 ans, cela me semblait un peu abstrait et, disons, "planant". Mais il est certain en tout cas que la foi implique nécessairement de souscrire à cette vision plus dynamique et complexe du temps qui est un passé (et sûrement un avenir car la relativité marche dans les deux sens) qui en plusieurs endroits de l'espace est présent et qui dont sous les divers aspects de la présence de l'absolu en ces divers endroits est effectivement, réellement, en train de se jouer (et même de se rejouer) en permanence aujourd'hui même, à l'heure où nous nous tournons vers lui.

Lire la suite

Pause estivale

9 Août 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Ecrire pour qui pour quoi, #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Lectures, #Philosophie et philosophes, #Grundlegung zur Metaphysik

Le taux de fréquentation de ce blog a été multiplié par deux cette semaine à cause de mon billet sur Mehlang Chang d'il y a 8 ans qui a été "liké" 75 fois sur Facebook. J'ignore si cela peut conduire une ou deux personnes à suivre un peu plus ce que je fais. De toute façon, je ne prétends pas que ma contribution aux débats de notre époque ait été d'une grande utilité. Je suis parti de mon vécu, de ce que j'étais, de ce que j'ai appris en sortant de la condition ouvrière pour devenir étudiant à Sciences Po à la fin des années 80, puis énarque, puis de mon militantisme dans les milieux anti-guerre. J'ai fait des livres de tout cela, et, quand j'avais deux minutes dans ma journée de travail, j'écrivais quelques billets. Je disais comment je voyais les choses, sans plus. Beaucoup de gens qui lisaient moins que moi, et qui étaient beaucoup moins capables d'articuler les choses entre elles ont été plus visibles sur le Web, ils faisaient facilement des vidéos de dix minutes souvent aussi péremptoires que creuses, et, comme cela flattait la colère des spectateurs, tout en exprimant les choses en des termes simples, beaucoup de gens adhéraient à ce genre de démarche. Nombre de ces publicistes d'opérette ont construit un business de la dissidence, à répéter pendant 15 ans les mêmes choses.

Ils ont touché plus de monde que moi. Ont-ils été plus utiles ? Difficile à dire. Souvent ils ont surtout entraîné leurs abonnés sur des chemins simplificateurs. Les simplifications sont parfois opportunes, parfois dangereuses. Je n'ai guère le coeur de démontrer dans quels cas, selon moi, les simplifications ont été positives et dans lesquels elles ont été funestes. D'ailleurs avons-nous suffisamment de recul pour le savoir ?

Ce qui est certain c'est que toute cette dissidence sur Internet ne jouait pas un très grand rôle. Elle a pu empêcher peut-être les politiques d'aller un peu trop loin, avec trop d'enthousiasme dans la voie de l'allégeance à l'OTAN, à WallStreet etc, mais assez peu finalement : la montée en puissance de la Chine, de la Russie, la révolution vénézuélienne en son temps, le résistance irakienne et palestinienne, ont été d'un poids supérieur dans la configuration de ce monde que les cyber-monologues des dissidents.

Quant au petit travail que j'effectue depuis mon passage par la case "médiums" (de 2014) en épluchant la presse conservatrice américaine pour montrer les connexions des élites mondiales (mais aussi des gouvernements locaux comme celui de Caracas) avec l'occultisme et des réseaux criminels de grande envergure, je suis encore bien plus en peine de dire à quoi cela a pu servir et qui cela a pu toucher.

Je m'assigne seulement comme règle de faire ma "part du job" sur cette Terre, en fonction de ce qui était mis devant mes yeux. Je témoigne, et advienne que pourra du témoignage. On a placé devant moi l'injustice faite aux Serbes (en ce moment cela continue avec l'absence totale de fiabilité des Kosovars dans les négociations), le mode de vie des Transnistriens et des Abkhazes, le génocide des Yézidis de la plaine de Ninive (qui ont encore  3 000 femmes esclaves qui manquent à l'appel et pour lesquelles l'ONU ne fait rien...). J'ai porté cela sur la toile et dans les livres autant que je l'ai pu, voilà tout.

Chaque été on ne peut pas s'empêcher de faire un bilan, de se poser des questions : qu'aurais-je dû faire d'autre ? à qui aurais-je dû m'associer ? quels sujets aurais-je dû approfondir davantage ?

Tenez par exemple, lorsque, il y a six ans, les proches du sultan de Sulu aux Philippines étaient prêts à m'accueillir pour enquêter sur leur dynastie et les populations musulmanes des îles du Sud de l'Archipel qu'il représente en partie, aurais-je dû prendre un congé sabbatique d'une année et aller écrire un livre là dessus après un long séjour sur place ? Je suppose que si cela ne s'est pas fait, c'est que j'étais mieux à élever ma progéniture en France qu'à pondre un autre livre aux Editions du Cygne que seulement 50 personnes auraient lu sur un peuple dont tout le monde se fout. Mais quand même la question restera un peu en suspend. Insoluble.

Ce matin un vieux manuel de droit public de 1990 est tombé de mes étagères. Cela me rappelait le temps où à Sciences Po on dissertait sur "l'ordre public" ou le "contrôle de constitutionnalité". Le Sciences Po de 1989-1990 (je vous ai glissé en tête de cet article une photo de l'amphithéâtre Boutmy que j'avais prise le 29 avril 1989 (le cours de géographie de M. Dalmasso spécialiste de l'Albanie communiste) ... La date est précise. Je suppose que je l'avais notée dans mon journal de l'époque.

Dans son article sur "la géopolitique de Monaco" Labévière, en janvier dernier, m'appelait " l’excellent juriste Frédéric Delorca". Dieu sait que pourtant je n'ai jamais trop aimé le droit. J'ai pourtant passé presque toute ma vie professionnelle dedans. Ca aura eu l'avantage de protéger mon indépendance financière tout en m'incitant à cultiver la rigueur intellectuelle. Mais non, vraiment, ce n'était pas ma voie. Bah, qui peut se vanter d'avoir vraiment fait ce qu'il voulait de sa vie ? Ca aurait pu être pire. Je n'ai pas bossé dans les mines de sel. Pas encore du moins...

Bourdieu voulait que j'écrive sur les juristes. J'ai fait ma thèse de sociologie sur eux. Peut-être aurais-je dû écrire un roman sur tout ce petit monde qui gravitait autour du Conseil d'Etat et que j'ai connu dès ma première année à la rue Saint Guillaume en 1988. Plongé là dedans comme une grenouille dans l'eau bouillante moi le petit Béarnais somnambule qui croyait réaliser un destin alors qu'en réalité il ne faisait que prolonger l'égarement absurde d'une famille qui avait commencé dans les champs d'olivier du Bas-Aragon profond, au temps des guerres civiles espagnoles, celles du XIXe siècle...

Un roman. Vous en avez eu assez avec la "Révolution des Montagnes" n'est-ce pas ? J'ai cru à 15 ans qu'il fallait faire une oeuvre littéraire ou philosophique... J'y ai cru parce que France Culture nous le disait. Heureusement la jeunesse française n'adhère plus à ce genre d'illusion. Elle préfère faire des films ou rêver de business... "La vidéosphère a remplacé la graphosphère" disait pompeusement Régis Debray à la fin des années 1990. En un sens c'est tant mieux. La littérature a fait bien du mal à la France et peut-être, à travers notre pays, à l'humanité toute entière. Il y a deux cents ans on sacrifiait sa vie pour faire de belles phrases. Chateaubriand, Flaubert, Zola n'auraient-ils pas été plus loin dans la lucidité s'ils avaient été moins obsédés par la justesse du style, et moins dupe du statut de l'écrivain, cet histrion en chef qui a poussé tant d'âmes vers l'enfer ?

Pardon pour ces propos décousus, une fois de plus, mais l'été se prête à ce genre de vagabondage. J'ai dans les yeux le souvenir de cette jeune provençale qui se faisait photographier en forêt avec un pentagramme sur son ventre en 2014, celui du vieil Américain sur le petit bateau qui remontait le Dniestr en 2007, celui du garde champêtre de mon village béarnais dans les années 1970. Téléscopage des époques. La profondeur du temps. C'est là le seul sujet qui mérite une seconde d'attention, au fond. Cette profondeur qui est si abstraite lorsque l'on a vingt ans et qui donne le vertige à l'approche de la cinquantaine. On se dit : "est-il possible que j'aie survécu sur une si longue durée ?". J'ai vu bien des mondes s'abîmer. Des modes de vie disparaître, des croyances s'effacer, des régimes politiques et culturels glisser vers l'abîme. Aujourd'hui ils passent sous ma fenêtre avec leurs piercings et leurs tatouages. Demain ils auront une puce informatique dans la tête. "Ils". Le théâtre du monde. Théâtre sérieux. Ca continue. On tente d'y jouer son rôle, on tente de deviner le texte à réciter. On le rate probablement à chaque coup. A la différence de César-Auguste, je ne demanderai pas aux gens d'applaudir au baisser de rideau. D'ailleurs, tout le monde est acteur dans cette pièce. Il n'y a pas de public.

Lire la suite

Frédéric Lenoir le catholique "sur mesure" des médias, Macron aligné sur Trump en Syrie, les idioties de Pence

25 Mai 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #Les régimes populistes, #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme

Il y a des communistes qui ne sont pas communistes comme Robert Hue. Et des chrétiens qui ne sont pas chrétiens, comme le "philosophe" Frédéric Lenoir, dont je parcourais mardi un livre en l'honneur de Spinoza (hérétique notoire que toutes les églises d'Europe à l'époque classique vouaient aux gémonies). J'ouvre au hasard le livre et tombe sur l'éloge qu'il fait du courage qu'avait l'auteur de l'Ethique d'avoir une "approche critique" de la Bible. Ce chantre de l'hérésie qui est aussi un admirateur déclaré de Nietzsche, a ses entrées dans tous les médias cathos, et bien sûr dans les Relais H des gares et les médias, parce qu'aujourd'hui la culture de masse ne veut que de cela : des faux communistes, des faux cathos, des faux écolos, des apostats de tout bord, professionnels de la bouillie intellectuelle et de mélange des genres, tous compatibles entre eux, tous solubles dans la mélasse mondiale qui endort les consciences de tout le monde. Comment ne pas sortir nauséeux de ces faux temples de la culture...

Dans les news, la coalition dirigée par les États-Unis a déclaré sur Twitter que l’artillerie française soutenait les FDS dans une attaque présumée contre les résidus des terroristes de Daech à l’est de l’Euphrate dans l’est de la Syrie. Cet engagement militaire a été décidé sans aucune consultation avec le Parlement français. Ca ne va pas trop avec le côté "non aligné" que se donne Macron quand il va en Russie ou lorsqu'il laisse dire qu'il a de bons rapports avec Philippe de Villiers.En plus nos troupes au Proche-Orient sont payées par l'Arabie saoudite (cf video ci dessous), et donc transformées en mercenaires. Ca la fiche très mal.

Pendant ce temps Trump montre une fois de plus qu'il est l'otage des néocons. A la veille du sommet avec Kim Jong Un cet idiot de Pence (le vice président américain) déclare que la Corée du Nord finira comme la Libye si elle ne coopère pas. Pyongyang fait savoir à juste titre que cette sortie est stupide... et Trump annule le sommet pour excès de "méchanceté" de la part des nord-coréens... Pour lui il est devenu normal de menacer un pays de finir dans le chaos libyen. A quand une déclaration du genre "we came, we saw, he died", façon Hillary Clinton sur CNN ? Le Deep State américain et les congrégations qui le contrôlent sont décidément imbattables...

Lire la suite

Quelques vérités dérangeantes

2 Octobre 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Peuples d'Europe et UE, #Espagne, #Débats chez les "résistants", #Philosophie et philosophes, #Lectures, #Christianisme, #Colonialisme-impérialisme

Oui Ciudadanos est un parti libéral, et alors. Qu'y puis-je si c'est ce parti qui aujourd'hui fait les meilleurs propositions pour sauver la cohérence espagnole, qui a les mots les plus clairs, la vision la plus profonde face à l'osbcurantisme cataliste et au revanchisme des conservateurs de Madrid ? Je préfèrerais que ce soit Podemos, mais Podemos se perd dans des faux fuyants. Quand je vois leur mairesse à Barcelone voter blanc au référendum illégal, je me dis que ce n'est pas d'eux que vient la lumière en ce moment, pas plus que de Maduro qui se réjouit de la sécession catalane alors qu'il a combattu celle du Kosovo, pas plus que de la presse anglo-saxonne qui verse des larmes de crocodiles sur l'éclatement de l'Espagne, mais demain s'en réjouira, comme toujours (car le revirement "pragmatique" dans ce genre d'affaire est une spécialité britannique, surtout quand il s'agit d'aider les bourgeois contre les faibles, r en Espagne, le riche est le Catalan !).

Amicus Plato, sed magis amica veritas. La verité n'est pas du côté de Podemos.

Beaucoup se laissent aveugler par le mot magique de "minorité", ou l'image naïve d'une foule sans armes, par le prestige usé d'Assange. Une amie yézidie turque étudiante en Allemagne relaie à tour de bras sur Twitter aujourd'hui des slogans pro-catalanistes simplistes. Je hais ces aveuglements. Quand, instruits par le Kosovo, les anti-impérialistes devenaient arbitrairement hostiles à toute revendication particulariste d'une minorité, et quand, simplement parce qu'Assange-dit-que, ils portent l'égoïsme catalan au pinacle. La revendication yézide dans la plaine de Ninive est légitime car c'est le sang des survivants qui est en jeu. Celle des catalans n'est qu'un caprice absurde, comme le référendum de Barzani  en Irak : voilà des communautés qui ont déjà tout et qui cèdent à la folie nihiliste. Le PKK turc avait été bien plus avisé et profond, en renonçant à l'indépendantisme.

Il serait temps que je ponde un livre pour faire le point sur tout cela, mais mon job ne m'en laisse pas le temps.

Je repense à cette apparition de la Sainte dans la Palestine soumise aux check-points de 2003. N'est-ce point troublant ? Et n'est-ce point à ce moment là qu'un cinéaste palestinien sortait "Intervention divine" ? Je découvre au passage Mosab Hassan Yousef ce fils d'un fondateur du Hamas devenu chrétien et pro-israélien parce qu'il ne supporte plus la tutelle du Dieu de ses pères. Simple rébellion adolescente ? Voire... Il n'a pas l'air sot.... On sait quelle uniformité le vert fait peser sur Gaza et sur le Proche-Orient. Certes la politique occidentale est responsable de cette aliénation sur le long terme. Mais ne soyons pas trop indulgents à l'égard du raidissement idéologique des dominés sans quoi nous en devenons complices. Il faut aussi défendre auprès d'eux la pluralisme. Pourquoi est-il interdit de diffuser des Bibles au Proche-Orient comme en Corée du Nord ? On ne peut pas simplement dire "halte à l'impérialisme des évangéliques américains". Il y a beaucoup d'abrutis chez les évangéliques mais voir dans l'évangélisme la main cachée de l'impérialisme est absurde - car on peu dire la même chose du laïcisme, ou de l'islamisme, bref on peut tout ramener à l'impérialisme en cédant à ces facilités. Sachons aussi garder certains principes. La liberté de conscience doit en être un.

Je lis cette phrase ce soir dans les sermons de Bossuet ces lignes pour le soutien aux pauvres : « Nous sommes réduits à ces cas extrêmes où tous les Pères et tous les théologiens nous enseignent, d’un commun accord, que, si l’on n’aide le prochain selon son pouvoir, on est coupable de sa mort, on rendra compte à Dieu de son sang, de son âme, de tous les excès où la fureur de la faim et le désespoir précipitent ». Quel effet cela devait produire à la cour de Versailles ! Y avait-il le même prédicateur à Topkapi ou à la cour de l'empereur de Chine pour avoir des mots si tranchants ?

Je sais ce que me diront les laïques : "trêve de bondieuseries, les pauvres doivent se libérer par eux mêmes". Ma foi, oui, si leurs auto-libération ne tourne pas à la tyrannie, ce qui est rarement le cas. Mais si déjà on savait imposer aux plus grosses fortunes du monde l'idéal de Bossuet ce ne serait pas si mal. Avec Bossuet, Macron rougirait d'exonérer les yachts de l'impôt sur les grandes fortunes, et tout le monde mettrait le feu aux banques. Tous ceux qui se targuent de progessisme révolutionnaire sont mille fois moins radicaux en vérité qu'un prédicateur de la cour de Louis XIV. Voilà une bonne leçon d'humilité pour ceux qui placent leur esprit révolutionnaire dans le fait de renoncer au port de la cravate.

Bah, je ne prétends convaincre personne. Je laisse juste ces billets comme des petits cailloux sur mon chemin, de minuscules témoignages pour les lecteurs de dans vingt ans, quand la poussière qui obstrue la vue des lecteurs d'aujourd'hui aura été balayée par des vents salutaires.

Lire la suite

Chrysippe

10 Septembre 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi, #La Révolution des Montagnes, #Philosophie et philosophes

Un des moteurs de la réécriture et la publication de mon roman "La Révolution des montagnes", il y a 9 ans, ce fut la lassitude que m'inspiraient la médiocrité du milieu anti-impérialisme de l'époque, leur nombrilisme petit bourgeois, leur tendance à se contenter de demi-idées, d'une vulgate pré-mâchée etc (sans oublier l'éditeur de l'Atlas qui a lâché l'entreprise en cours de route). Aujourd'hui je vois d'anciens contributeurs de l'Atlas ou anciens sympathisants pérorer sur You Tube dans des émissions très "à droite" (et surtout très bêtes), et tourner en rond dans leur doxa fumeuse. Certes c'est mieux que le petit marquis Macron-au-maquillage-à-27000-euros qui a osé dire que la Corée du Nord menaçait l'Europe (Pyongyang a bien ironisé là dessus, et à juste titre), mais quand même, notre pays mérite mieux que tous ces poseurs enlisés dans leurs routines de pensée narcissiques. Donc, maintenant, la tentation de fuir dans l'imaginaire est la même. Alors quoi ? Vais-je écrire une suite à la "Révolution des Montagnes" ?

Ou vais-je tourner des films ? (aujourd'hui avec l'informatique plus besoin de grands moyens pour faire ça). J'aimerais en faire un sur Chrysippe, le philosophe stoïcien sur la couverture de mon "Eloge de la liberté sexuelle". Quand j'ai publié ce livre, je suis allé au Louvre juste pour photographier son portrait alors qu'au départ je cherchais surtout celui de Zénon. Je crois que c'est le même jour que j'ai photographié la version romaine des Trois Grâces qui était juste à côté. Chrysippe ancien champion du stade, Chrysippe qui écrivit son livre majeur "sur la queue d'un chien" (dans un flirt avec les cyniques), Chrysippe qui donnait des cours de métaphysique sur la base d'un tableau porno sur Héra et Zeus. Edgar Wind, qui, dans ses travaux sur la Renaissance, parle beaucoup des Trois Grâces (qui sont un symbole métaphysique très puissant), souligne que Chrysippe avait une dette envers Epicure qui était pourtant son adversaire, ce qui le conduisit à "positiver" le désir, ainsi que le firent aussi par effet de contagion Marsile Ficin et Pic de la Mirandole à Florence. Peut-être le positivèrent-ils un peu trop d'ailleurs. Allez savoir... tout comme le héros de mon roman, Fulgaran... et comme ce vieux film de Russ Meyer, "Up" découvert cet après-midi.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>