Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #revue de presse tag

Ingénierie sociale contre les non-vaccinés

19 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Revue de presse, #Peuples d'Europe et UE

La Matrice culturelle ne se contente pas de ridiculiser et culpabiliser les non-vaccinés contre le Covid, elle cherche aussi ouvertement à provoquer des conflits entre eux et les gens vaccinés, et ce dans pratiquement l'ensemble des pays développés.

Cela est très marqué aux Etats-Unis par exemple où l'actrice Jennifer Aniston par exemple a été mobilisée par le système médiatique pour dire qu'elle avait elle-même cessé d'avoir des contacts avec ceux de ses amis qui ne sont pas vaccinés. Dans la mesure où elle est associée dans l'imaginaire collectif à la série "Friends" (Amis), le message subliminal est clair: l'amie par excellence, l'héroïne  de la série amie, témoigne qu'elle n'est plus amie avec les non-vaccinés.

Deuxième étape du processus d'ingénierie social, le "sondage cousu de fil blanc" de l'Institut Harris dans lequel on demande aux Américains "est-ce que vous avez rompu les liens avec un ami ou un membre de votre famille parce qu'il a refusé de se faire vacciner  ?" - pour ensuite afficher "fièrement" que 30 % des Millennials et de la Generation Z (qui sont la cible préférée de la propagande actuelle, car ils sont la nouvelle génération docile et sans recul appelée à mettre en place le "grand reset", le transhumanisme et l'esclavage) ont répondu "oui". Sous le titre "Les Américains créent leur propre obligation vaccinale en coupant les liens avec les non vaccinés". Rien de tel que la servitude volontaire, lorsqu' il n'y a même pas besoin d'une loi et le mépris ou la haine que votre voisin vous voue remplacent la loi.

Pendant ce temps la presse américaine explique que les antivax sont des fous furieux égoïstes au même titre que les climatosceptiques : l'année dernière ils avaient tracé le même soi-disant point commun entre les gens qui ne suivent pas les mots d'ordre sur le climat et ceux qui refusent de porter un masque.

On a bien sûr le même son de cloche en France. Le médecin fétiche des plateaux TV taxe les antivax d' "égoïsme" (tout comme on essaie de créer de plus en plus, par la "guilt by association" une continuité entre engagement anti-pass et antisémitisme, comme cela avait été fait avec les Gilets jaunes fin 2018). Je suis frappé de voir la presse en demander toujours plus au gouvernement pour réprimer la population aussi bien sur le versant sanitaire que sur le versant écologique. "Contrôle technique des motos : l’inquiétante reculade d’Emmanuel Macron" titrait Le Monde le 14 août. Voilà qui me rappelle le temps (début 2000) où le même journal reprochait à Chirac de ne pas faire assez bien reprocher l'embargo contre la Serbie, à l'heure où la population crevait de froid. Pour faire passer les gens sous un joug ou les faire mourir, la grande presse a toujours une longueur d'avance sur les gouvernants.

Pourtant tous les pays ne baignent pas dans cette stupidité sadique : quelques exceptions se distinguent. En juillet, la deuxième chambre du tribunal suprême espagnol a validé l'annulation par la Cour supérieure de justice d'Andalousie du pass sanitaire pour l'accès aux lieux publics. Et début août le parlement danois décidé que toutes les mesures anti-Covid devraient être levées à partir du 1er octobre. Il n'y aura donc plus d'exigence de masque et le régime de test sera aboli. Les Danois n'auront alors plus à prouver s'ils sont vaccinés ou non, ou s'ils ont été testés positifs ou négatifs.

Lire la suite

Médias sanguinaires

18 Mai 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #La droite, #Revue de presse, #Débats chez les "résistants"

Les fascistes du magazine Le Point reprochent au maire communiste de Villejuif de "désarmer en grande partie" la police municipale parce qu'il leur enlève leurs LBD (de triste mémoire chez les Gilets jaunes), tasers et brigades canines, tout en leur laissant leurs armes à feu "classiques". Naguère la police municipale n'avait même pas d'armes. "Le Point" veut-il qu'on donne aussi à la police municipale des mini-armes nucléaires et des armes bactériologiques ? qu'on bombarde les immeubles comme à Gaza ?

Lire la suite

Xinjiang : le journalisme aux ordres

6 Avril 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Revue de presse, #Le monde autour de nous

Toujours la désinformation sur le Xinjiang pour pousser les Occidentaux à la confrontation avec la Chine.

Le site chinois CGTN publie le témoignage de "Laurène Beaumond" qui a vécu 7 ans en Chine et a de la famille dans cette province raconte : "Je suis restée principalement à Urumqi, mais je me suis aussi rendue à Kashgar, Aksu et dans cette splendide région dont les vallons verdoyants rappellent les Alpes suisses : Kanas. Et cela m'a fait la même impression que lorsque je suis allée en Mongolie Intérieure ou dans la région autonome coréenne dans le Jilin : un sentiment d'harmonie totale, de respect des uns et des autres, et surtout un attachement à la nature et à ses merveilles. Effacement culturel ? Dans le Xinjiang, tous les panneaux de signalisation et les enseignes des magasins sont en mandarin et en langue turcophone parlée par les Ouïghours. Les documents administratifs sont également dans les deux langues. Ayant été victime d'un pépin de santé qui m'a obligée à rester hospitalisée une semaine à Urumqi en 2016, j'ai été soignée par une équipe de médecins ouïghours dans un établissement situé juste à côté d'une des plus grandes mosquées de la ville. Chaque matin, j'étais réveillée par le chant du muezzin qui appelait les fidèles à la prière et la cantine de l'hôpital était 100 % halal. D'où ma surprise en lisant sur la page Wikipédia francophone consacrée au Xinjiang : « Dans les années 2010, des centaines de milliers de musulmans pratiquants ouïghours (…) passent par des camps de rééducation chinois. L'idéologie communiste est inculquée aux détenus qui subissent des tortures et sont forcés à manger du porc et à boire de l'alcool ». Vu la manière dont c'est écrit, on sent la source fiable... J'ai dîné avec un policier kazakh, un membre des forces spéciales d'intervention ouïghour (qui heureusement parlaient anglais tous les deux !) et je me rappelle leur avoir demandé si ils avaient rencontré des obstacles pour intégrer la police chinoise. « Aucuns ! » M'ont-ils répondu. « On raconte tellement d'âneries sur le Xinjiang, on y fait même plus attention... » C'était en 2015 et je ne pense pas que leur sentiment a changé depuis. J'ai vu des Han manger des restaurants ouïghours et vice-versa. Les mosquées, le Grand Bazar, l'artisanat traditionnel musulman, tout est préservé et mis en valeur."

Une caporal journaliste de l'Im-Monde Nathalie Guibert se croit en mesure de "debunker" la "fake news"et  accuse CGTN d'avoir "inventé" "Laurène Beaumond"  qui n'existerait pas. Pas de chance. Le Figaro le 2 avril dément et dit avoir interviewé "Laurène Beaumond" qui est un pseudonyme. Je pourrais lister les journalistes pitoyables de l'ex-journal de référence qui au cours de 30 dernières années n'ont jamais su prendre la plume que pour inciter toujours plus nos armées à attaquer les pays faibles, nos banquiers à imposer des embargos. Mais ces gens ne méritent pas que l'on retienne leur nom, et ils ont de toute façon une place en enfer, où leur sens de la justice et de la vérité sera correctement rémunéré.

A l'heure où la dégradation de la situation dans le Donbass ukrainien conduit à une montée des tensions russo-ukrainiennes, où Washington finance des paramilitaires à la frontière vénézolo-colombienne, où le secrétaire général de l'OTAN (qui veut créer une base de lancement de missiles comme l'y autorise la dénonciation du traité INF) déclare dans Deutsche Welle que "La fonte des glaces dans l'Arctique pourrait conduire à un réchauffement des tensions géopolitiques entre les différentes puissances", on peut faire confiance à ces "chiens de garde" pour continuer à nous faire applaudir les bombardier, et entretenir nos haines.

Lire la suite

Tour d'horizon : Amériques, Afrique, Covid, nouvelles formes de MeToo etc.

8 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Revue de presse, #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Les rapports hommes-femmes, #George Soros

En Equateur victoire revendiquée par le candidat socialiste Andrés Arauz. Même revanche sur le néo-libéralisme qu'en Bolivie. Pour autant on est loin de la dynamique "anti-impérialiste" des années 2000. Qu'a donné la victoire des socialistes (peronistes) en Argentine à part la légalisation de l'avortement ?

La Birmanie (Myanmar) subit le coup d'Etat militaire, et Haïti celui de son président Jovenel Moïse qui refuse le terme de son mandat.

En Birmanie les militaires ont accus les mesures anti-covid d'avoir empêché toute campagne tandis que, comme aux Etats-Unis, une fraude massive avait eu lieu. Mais il semble que le milliardaire George Soros soit à la manoeuvre derrière une action des étudiants et professeurs qui utilisent des symboles du film Hunger Games. Le chroniqueur de Big League Politics, Shane Trejo, rappelle que la prix Nobel de la paix ex coneillère spéciale de l'Etat aujourd'hui derrière les barreaux Aung San Suu Kyi appartient aussi à la galaxie des Opens society foundations.

Le Tchad  sans Soros se mobilise quant à lui contre la candidature de son président sortant - qui a déjà 5 mandats à son actif. La cour pénale internationale se déclare compétente pour les territoires palestiniens, ce qui promet de nouvelles mobilisations judiciaires. Biden retire son soutien aux Saoudiens au Yémen (sans doute la seule bonne mesure de son début de mandat), mais ne lève pas les sanctions contre l'Iran, tandis que Foreign Affair, l'organe de géopolitique du Conseil des relations étrangères, c'est-à-dire des grands banquiers occultistes de Wallstreet (notamment de la Fondation Rockefeller) le pousse à reprendre le chemin de la politique "optimiste" d'Obama envers Cuba. Poutine paraît secoué par les manifestations de soutien à Navalny, un politicien extrémiste qui pourtant ne pesait rien dans l'opinion avant son empoisonnement et son exfiltration vers l'Allemande.

Mélenchon défend les vaccins anti-covid cubain, chinois et russe. Maduro sur Twitter assure que le vaccin Sputnik V est le seul qui couvre 92 % des cas de Covid... Impossible de vérifier cette info. L'Afrique du Sud vient de suspendre son programme (alors qu'ils venaient d'en recevoir 1 million de doses). A cause de la trop faible protection contre leur propre variant. Il n'y a rien à attendre de ces vaccins de toute façon, sauf des effets secondaires dangereux (à commencer par celui de rendre plus vulnérable à la maladie dans un premier temps et favoriser l'apparition de variants).

Le 5 février, on apprenait le décès 2 jours lus tôt de Mme Marie-Claudine Fourrier, doyenne de Saône-et-Loire (110 ans)... Le 30 janvier la journaliste du Journal de la Saône-et-Loire
avait pourtant présenté sa vaccination comme une "victoire"... Elle a dû laisser à un collègue le soin d'annoncer son décès...  Le 2 février M. Camille Lehoux, doyen des Bretons (108 ans) est mort. Ouest France avait présenté sa vaccination 5 jours auparavant comme un grand succès...

Sur la scène de théâtre médiatique française, après la chasse aux prédateurs sexuels de la jetset avec les affaires Weinstein et Epstein, la chasse à l'inceste avec les affaires Duhamel, Berry et Pulvar. Evidemment toujours rien sur les crimes sexuels rituels, qui sont le coeur de la centrale nucléaire du système. Dans l'affaire Duhamel on s'attaque à tous ceux qui savaient, dans l'affaire Pulvar, Libération, le très clintonien Huffington Post, Mme Rossignol, chantre de l'avortement pour le compte du Grand Orient de France (on a le droit de le dire, le Cour de cassation le reconnaît), et Mme Rousseau, lobbyiste de l'euthanasie et de la Cop21, montent au créneau pour défendre la fille d'un ex-pape de l'indépendantisme martiniquais, Audrey Pulvar, la journaliste aux lunettes à 12 000 euros, proche du Crif, au cas où des gens voudraient lui reprocher d'avoir su et de s'être tue, comme pour l'entourage de Duhamel à la FNSP. La mise en cause des complicités est à géométrie variable.

Allez, pour finir ce tour d'horizon sur une bonne nouvelle : un coup de chapeau à cette coopérative qui veut relancer la ligne de chemin-de-fer Bordeaux-Lyon : vous pouvez y adhérer.

Lire la suite

Manifestation contre la proposition de loi PPLS

17 Novembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Peuples d'Europe et UE, #Revue de presse

Grande manifestation ce soir devant l'assemblée nationale contre la loi PPL "sécurité globale" ("proposition de loi relative à la sécurité globale du 20 octobre 2020"d'initiative parlementaire -pour court-circuiter le Conseil d'Etat - défendue par le ministre de l'intérieur) qui prévoit de renforcer le pouvoir des agents de sécurité et de la police municipale, d'étendre la surveillance par drones et réprimer les prises d'images lors des interventions policières. Des centaines de manifestants ont réussi à encercler la police. Réplique à coups de matraques et de karcher.

Silence dans les médias audiovisuels sur la manifestation, mais Le Monde reconnaît que la proposition de loi "contrevient grossièrement à un droit démocratique".

La rapporteuse sur la promotion des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste, Fionnuala Ní Aoláin, la rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, Irene Khan, et le rapporteur général sur le droit de réunion pacifique et la liberté d'association Clement Nyaletsossi Voule, auprès du  Conseil des Droits de l’Homme de l'ONU à Genève ont estimé, dans une communication du 12 novembre, que "la  proposition  de  loi  ne  semble  pas  répondre  à un  certain nombre  d'exigences,   en   particulier   les   critères   de   légalité ,nécessité   et proportionnalité".

Lire la suite

A propos du bombardement de Ganja en Azerbaïdjan

4 Octobre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Revue de presse

Ganja est la deuxième ville d'Azerbaïdjan. Les Arméniens l'ont attaquée cette nuit. Il semble que des missiles sont tombés sur des zones résidentielles. Bakou crie au crime de guerre. Beaucoup sur Twitter répercutent cette version des choses : "Quoi ? les Arméniens attaquent les civils d'une ville éloignée de la ligne de front ? Comment osent-ils ?" C'est un peu le discours sousjacent sur ce même réseau social de l'envoyé spécial d'une chaîne de télévision publique française (que je ne citerai pas) qui vient d'interviewer un conseiller du président Aliev (et qui de ce fait manque un peu de recul sur les événements).

Les Arméniens soulignent : "Il y avait une base de décollage de F16 turcs et des drones israéliens dans cette ville qui pilonnaient le Haut Karabakh, c'était l'objectif de l'attaque de cette nuit".  Ils montrent aussi une photo sur laquelle on voit un militaire turc qui inspecte les décombres d'une maison à Ganja. Hikmet Hajiyev , le conseiller en politique étrangère l'avait publiée sur Twitter puis retirée : un homme en uniforme turc en Azerbaïdjan, voilà qui démontre l'implication directe du "sultan" Erdogan. Ca fait désordre.. et pourtant c'est bien le coeur du sujet sur lequel nos médias feraient mieux de se pencher. Des Arméniens aimeraient aussi qu'en même temps qu'on souligne que Ganja est une ville de civils éloignée du conflit, on rappelle qu'elle comptait 50 000 Arméniens en 1989, forcés de la quitter au moment de l'éclatement de l'URSS...

Seront-ils entendus ? Déjà des esprits un peu vite échauffés en France demandent que Macron condamne l'attaque arménienne du Ganja sans même se demander quel objectif militaire était poursuivi, tout comme ils appellent à l'ingérence au service des sécessionnistes musulmans du Xinjang, sans voir la main de Washington et de Soros derrière tout cela. C'est toujours ce tropisme des religions qui sert les fauteurs de guerre. Si j'ai montré il y a peu un prêtre arménien avec une kalachnikov, ce n'est pas du tout pour appeler la France à une solidarité "chrétienne" avec les Arméniens, mais pour rappeler au passage un aspect peu connu de l'Evangile. Les Arméniens (chrétiens) ont des droits sur le Haut Karabakh comme les Abkhazes (chrétiens, musulmans et adeptes du chamanisme) en ont sur le destin de leur pays, parce qu'il faut réparer les découpages absurdes de Staline. Dans l'affaire du Haut Karabakh le droit à l'auto-défense des Arméniens face à l'agression d'Aliev et Erdogan est légitime indépendamment de leur religion.

Mais hélas beaucoup de Musulmans en France, qui ont de la sympathie pour la Turquie depuis son rôle dans les Printemps arabes, deviennent des inconditionnels d'Erdogan sans se demander "qui a droit à quoi en vertu de l'Histoire ?" et "qui manipule qui en matière d'information ?". Sur la question du bombardement de Ganja, ils feraient vraiment mieux de se renseigner en profondeur, et entendre tous les avis avant d'émettre un jugement à l'emporte-pièce sur Twitter.

Lire la suite

Agression azerbaïdjanaise contre le Haut-Karabakh

27 Septembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Christianisme, #Proche-Orient, #Revue de presse

Aujourd’hui tôt le matin, l’Azerbaïdjan a lancé des attaques de missiles à grande échelle sur toute la longueur de la ligne de contact en ciblant également les habitations civiles, y compris la capitale du Haut Karabakh ("République d'Artsakh", enclave arménienne en Azerbaïdjan) Stepanakert.  Une grand mère et sa petite fille sont morts à Martuni.

4000 mercenaires syriens de la soi-disant armée nationale syrienne (islamiste)  seraient désormais engagés dans la bataille. Information à prendre avec des pincettes cependant : le commandant de la brigade Hamza a démenti. Lindsey Snell, journaliste basée  à Munich confirmait tantôt l'info avant hier en rappelant qu'Ankara accusait les Kurdes (YPG syrien) s'être présent en Arménie. Elle ajoutait que 70 miliciens venus de Libye faisaient partie de ces troupes. Au passage ce soir un organe yézidi précise qu'en 2016 des soldats azerbaïdjanais ont décapité en 2016 des miliciens yézidis qui se battaient aux côtés des Arméniens. On voit bien dans quel contexte on se trouve...

Le ministère azerbaidjanais de la défense le 16 juillet avait menacé de bombarder la centrale nucléaire arménienne de Metsamor, si les Arméniens attaquaient des objectifs stratégiques azerbaïdjanais comme les oléoducs, ce qui en dit long sur son mépris pour le respect des vies des civils...

Pour l'instant les F-16 azerbaïdjanais de fabrication américaine sont tenus en échec par les forces d'auto-défense arméniennes.

La BBC, Reuters, France Info etc à tort font croire à un "accrochage" (clash) entre milices arménienne et armée azerbaïdjanaise.  Libération donne la parole au spécialiste Thomas de Waal qui souligne qu'Erdogan appuie plus fermement Bakou que précédemment, ce qui pousse à  la guerre.

En haut à gauche la photo d'un pope arménien qui applique le principe évangélique posé en Luc 22:36 : "Que celui qui n'a point d'épée vende son vêtement et achète une épée".

Lire la suite

L'actualité en vrac

12 Septembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Revue de presse, #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

Puisque pratiquement plus personne ne lit ce blog, inutile de trop développer nos commentaires d'actualité, d'autant qu'il n'est peut-être pas très utile de nourrir les sentiments négatifs en ce moment en versant trop dans la critique, car il faut concentrer nos forces. Esquissons seulement un petit inventaire à la Prévert des faits saillants de la semaine : les Gilets jaunes qui ont si peur maintenant qu'ils ne manifestent plus et qui se font encore tabasser aujourd'hui, la presse qui s'indigne parce que Castex n'a pas annoncé des mesures assez liberticides hier alors que la pandémie ne fait presque plus de morts, la hausse du chômage et de la pauvreté, tous les gens qui étouffent dans leurs masques pendant plusieurs heures par jour et qui endurent stoïquement, ceux qui dépriment, le grand gâchis des rapports sociaux, la Lituanie qui lance un scénario Venezuelien contre Loukachenko et son système social protecteur que ses voisins veulent privatiser, Morales en Bolivie poursuivi pour crime contre l'humanité devant la cour pénale internationale par les putschistes à cause d'un blocage de route qui a nui à 40 personnes (si si !), Correa empêché de se présenter comme vice-président en Equateur, un espion américain arrêté dans une raffinerie au Venezuela (du sabotage en perspective), l'Union européenne qui dit qu'elle n'a pas le temps d'organiser un contrôle électoral au Venezuela (pour ensuite dénoncer la fraude quand les élections auront lieu), Tulsi Gabbard (la démocrate anti-guerre) qui accuse Netflix d'encourager la pédophilie avec "Cuties", Lebreton qui rappelle que Matzneff est vraiment un pédophile (pas un éphébophile), qu'il affiche l'oeil d'Horus comme son ami Girard affiche le triangle, tout cela protégé par la Nouvelle Droite, et Elizabeth Lévy alors qu'il y a là une clé pour démonter l'empire Illuminati de Pierre Bergé lié au réseau d'Epstein, le Soudan qui s'aligne sur Israël, le Bahrein aussi (mais c'était plus prévisible), et le Zimbabwe sur les Etats-Unis, les Russes qui soupçonnent les Américains de préparer une révolution colorée au Kazakhstan et vantent la démocratie kirghize, les Serbes qui refusent de participer à des exercices militaires annuels pan-slaves parce qu'ils sont tenus à la gorge par les Occidentaux, Trump menace d'effectuer trois mandats (ce qui est anti-constitutionnel), le célèbre John Pilger plaide pour Assange dans le procès d'extradition à Londres, Macron aux côtés de l'alliance israélo-grecque dans la confrontation avec la Turquie en Méditerranée orientale, l'ambassadeur américain à Bucarest met en garde les Roumains contre la 5G chinoise etc.

Désolé, pas le temps de développer...

Lire la suite

Liban, avortement, masque anti-Covid, monarchie espagnole

10 Août 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Avortement, #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Revue de presse, #Débats chez les "résistants", #Proche-Orient, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Espagne

Je me suis demandé si j'écrirais un billet sur la parade de notre président de la République à Beyrouth qui participe d'une mentalité  néo-colonialiste évidente. Mais quand je vois qu'un professeur au Collège de France dans Libération trouve tout cela "parfaitement normal" puisque le Liban a toujours été ouvert à toutes les ingérences, alors à quoi bon s'indigner ? Même Al Manar la chaîne du Hezbollah ne dit mot des frasques de M. Micron. Sur le fond quelle est l'origine de l'explosion ? Meyssan affirme qu'Israel a fait sauter un dépôt d'armes du Hezbollah avec un missile qui comporterait une substance nucléaire dans le port de la capitale libanaise. Mondialisation.ca estime cependant que les "spéculations sur le stockage d’armes par le Hezbollah dans l’entrepôt 12 sont ridicules et sans fondement – car l’endroit était sous la surveillance constante de caméras contrôlées par les forces de sécurité elles-mêmes. Le Hezbollah ne stockerait certainement pas d’armes dans une zone à la fois hostile et hors de son contrôle."  Mais  un ex ingénieur américain écrit sur Twitter : "Le genre de personne qui croit que 2750 tonnes de nitrate d'ammonium empilées dans des sacs sur le sol d'un entrepôt ont creusé un cratère de 43 mètres de profondeur à Beyrouth est le genre de personne qui pense que deux avions de ligne ont provoqué l'effondrement des Twin Towers et détruit le reste du World Trade Center  le 11 septembre 2001 !" Zagami explique que le gouvernement israélien a fait supprimer une vidéo (peut être truquée) montrant un missile (même la chaine italienne You Tube de Zagami a reçu un strike et subi une suspension de huit jours pour l'avoir montrée). Au passage le spécialiste italien des sociétés secrètes affirme que les loges maçonniques libanaises affiliées au Grand Orient défendent une recolonisation française, ce qui pourrait expliquer l'initiative de M. Macron - mais cette branche francophile est minoritaire, les dominants étant les héritiers de la Grande Loge d'Ecosse qui fut la première à créer une loge au Liban (le seul pays arabe du Proche-Orient où la maçonnerie est légale). 

Affaire à suivre...

J'attire aussi votre attention sur une pétition dénonçant un projet de loi abominable qui envisage d'abolir la clause de conscience dont bénéficiaient les médecins pour refuser de pratiquer les avortements, la prolongation à 14 semaines du délai légal pour se faire avorter et la possibilité pour le Planning familial de pratiquer des avortements dans ses propres locaux. Voilà qui ressemble à la terrible loi ratifiée par le gouverneur Cuomo à New York en janvier 2019. Je n'ai pas trouvé d'info sur ce projet en dehors de la pétition elle-même. En revanche Libération (toujours le même journal) a signalé un amendement au projet de loi bioéthique, autorisant notamment la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de lesbiennes et qui, sur les interruptions médicales de grossesse (IMG), précise que la détresse psychosociale de la femme doit être prise en compte, amendement voté en seconde lecture au début du mois et dont le journal tente de minimiser la portée. La précédente tentative d'assouplir l'IVG avait échoué au printemps dernier, ce qui avait fait trépigner d'impatience la députée Rossignol dont on vous a déjà parlé ici. Il ne faut pas arrêter Moloch...

Sur le front du Covid, les médias entretiennent la paranoïa en vantant les mesures obligeant à porter le masque même dans les rues, et en agitant l'épouvantail d'un reconfinement partiel à l'automne. Alors que le professeur Raoult, lui, n'évoque qu'une faible reprise de l'épidémie à la faveur d'un nouveau rapprochement estival entre les jeunes et souligne le faible taux de mortalité. Mais je doute que cette voix de la raison soit entendue. La raison ne l'était pas non plus à l'époque de la peur des attentats. Notre société désespérée et sans horizon spirituel aime se faire peur, et certains groupes d'intérêt savent qu'ils peuvent la réduire en esclavage par ce biais : ils peuvent tout obtenir : vaccination obligatoire (cf Bebe Vio dans Rolling Stone Italie) et à répétition, traçage, suppression de la monnaie, enfermement des gens dans la méfiance systématique, la déprime,la dévalorisation de soi. En parlant d'esclavage, Cathy O'Brien qui en connaît un rayon dans ce domaine, twittait ce soir :  "Un enfant en Amérique a 66,667 fois plus de chances d'être vendu à des trafiquants d'humains que de mourir du Covid-19. Et vos masques aident à les transporter sans qu'ils puissent être identifiés et détectés". Le cancer du technofascisme se permet tout, sur le front du Covid, de la 5G etc.

Et pendant ce temps les journaux tentent de vous distraire avec des histoires futiles comme celle de la fuite de l'ex-roi d'Espagne, ce fantoche que les Américains avaient mis au pouvoir à la mort de Franco pour préparer le retour de son pays dans l'OTAN. 55 % des Espagnols en faveur d'un référendum sur la monarchie. En réalité c'est un faux débat. Qu'elle soit une république ou une royauté, l'Espagne restera toujours otage de l'empire américain. C'est un petit fils de Républicain espagnol réfugié en France en 1939 qui vous le dit.

Lire la suite

Xinjiang : nous refera-t-on le coup de la Syrie ?

26 Novembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Revue de presse, #Le monde autour de nous, #George Soros

Méfions nous des nouvelles que Yahoo affiche en gros titres. Elles sont généralement fausses. Aujourd'hui l'organe de propagande, qui d'ordinaire n'aime pas Trump, cite une dépêche de Reuters qui met porte Mike Pompeo son secrétaire d'Etat à l'honneur sous le titre "Les révélations sur le Xinjiang confortent l'avis des USA sur Pékin"

"Des "China Cables", révélés par un consortium de 17 médias, ont mis en lumière des directives  secrètes du gouvernement chinois qui décrivent la répression systématique organisée dans des camps de rééducation idéologiques au Xinjiang, dans l'ouest de la Chine, et la "surveillance totale et permanente" de la population.(...)Des experts des Nations unies et des militants estiment qu'un million au moins d'Ouïghours et membres d'autres communautés pour l'essentiel musulmanes sont détenus dans des camps de rééducation au Xinjiang."

Ce "consortium" de médias, c'est l'ICIJ, un organe financé par l'Open Society de George Soros qui avait qualifié en janvier dernier le président Xi Jinping de "plus dangereux ennemi des sociétés libres" (quant on connaît toutes les intox montées par Soros à travers les médias, on peut croire à un trait d'humour noir).

Comme à Hongkong où l'on ne nous parle que des violences policières mais pas de celles des manifestants, le parti international de l'ingérence qui domine nos médias est mobilisé contre Pékin, et peu importent les démentis apportés par le gouvernement chinois. Il y a un an pourtant l'avocat Ajit Singh  basé au Canada sur Grayzone Project objectait : "Non l’ONU n’a pas accusé la Chine de détenir des musulmans ouïghours dans des ‘camps’", ajoutant que les accusations n'émanaient que d'un comité d'experts ( Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale) qui ne parlait pas au nom de l'ONU dans son ensemble et qui se fondait sur des rapports mal sourcés d’un groupe d’opposition chinois le CHRD étroitement lié à des activistes pro-américains en exil et payé par les fonds washingtoniens du National Endowment for Democracy. Au mois de décembre dernier René Naba signalait que nos amis du Parti islamique du Turkestan (ceux qui occupaient Alep aux côtés d'Al-Qaida-Al Nosra avec la bénédiction de Laurent Fabius), déçus de ne plus pouvoir faire le djihad en Syrie, se tournaient vers le Xinjiang chinois. Alors, notre presse va-t-elle bientôt inventer des "gazages" imaginaires de la population par l'armée, comme elle l'a fait en Syrie, pour encourager toujours plus la logique de guerre en Asie centrale ?

 

Lire la suite

Script médiatique : OK Boomer

9 Novembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse

Vous ne croyez pas que les scripts médiatiques sont lancés au niveau mondial ? En matière sociétale c'est évident.

Preuve : les articles qui promeuvent la lutte des "OK boomers" contre la vieille génération (toujours le "diviser pour conquérir" des occultistes). Liste non exchaustive :

- Daily Mail (GB) 30 octobre 2019 "Voilà pour le respect de vos aînés! La phrase «OK boomer» suscite une frénésie en ligne après la génération Y et la génération Z l'a qualifiée de «clapback sournois» pour les générations plus âgées qui les appellent des «flocons de neige»."

- Métro (GB) (30 octobre) "Pourquoi les jeunes continuent de dire 'ok boomer' "

- The Independent (GB) (8  novembre) "OK Boomer est un outil puissant mais il faut savoir l'utiliser avec mesure"

- New York Times (29 octobre) " 'OK Boomer' marque la fin des relations amicales générationnelles"

- Bloomberg (7 novembre) "L'expression 'OK boomer, en dit plus sur les gosses que sur nous" 

- NBC News (USA) (29 octobre) "Les adolescents utilisent 'OK boomer' pour répondre aux critiques des générations plus âgées"

- Chicago Tribune (USA) 8 novembre : "Ok Boomers, bienvenu de l'autre coté du fossé générationnel"

- Madame Figaro 8 novembre (France) : ""Ok boomer" ou le ras-le-bol de la génération Greta Thunberg"

- Le Nouvel Observateur 7 novembre (France) "« Ok boomer », l’expression de la Génération Z pour clouer le bec aux « vieux »"

- The New Daily 9 novembre (Australie) "'OK Boomer': la dernière arme offensive dans la guerre générationnelle"

- BNR 30 octobre (Pays Bas) "La génération du millénaire est terminée avec les baby boomers : Ok boomers" 

- Uppers 30 octobre (Espagne) "Nous vous expliquons ce qu'est le "boomer Ok", le cri avec lequel les adolescents viennent de déclarer la guerre à leurs aînés"

- Magnet 30 octobre (Espagne) : " "Ok, boomer": le fossé entre la génération Z et ses parents a déjà trouvé sa devise définitive"

etc...

Lire la suite

Actualité estivale

12 Août 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme, #Christianisme, #La gauche, #Revue de presse, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #George Soros

Même si certains postent dans leurs commentaires des rires diaboliques sorosiens ("Ne laissez pas à Soros le dernier rire" disait Orban), ce blog bat des records d'affluence, sur des articles de recherche assez pointus (sur Greta Thunberg liké par 87 personnes, Arielle Dombasle liké par 21 personnes, l'adénochrome etc) que j'ai écrits ces derniers mois, c'est encourageant (d'ailleurs n'oubliez pas de vous abonner !). Pour autant je ne m’attelle pas à un nouveau travail de fond car j'ai l'impression que j'ai déjà écrit beaucoup de choses sur les groupes occultistes qui travaillent avec nos banquiers, sur les derniers développements de l'impérialisme euratlantiste etc.

Que l'on se reporte à ces longs textes si l'on veut (par exemple à mes interviews pour l'ICD) - aujourd'hui je m'en tiendrai à quelques considérations succinctes sur l'actualité estivale

Tout d'abord sur le "suicide" d'Epstein, je n'y crois pas plus que je n'ai cru à celui du cuisinier Bourdain l'an dernier, même si, bien sûr, il y a toujours 10 ou 20 % de chances pour que la version officielle soit la vraie. Il est très rare qu'un détenu qui tente de se suicider et fait l'objet d'un suivi particulier parvienne finalement à mettre fin à ses jours, et c'est d'autant moins probable dans le cas d'Epstein qu'il était un cas politiquement très sensible. On peut nous dire que les gardiens ont oublié de faire des rondes, ou leurs chefs de les organiser, c'est aussi peu probable que l'hypothèse d'une mort "naturelle" de Milosevic dans les geôles du tribunal pénal international, ou de l'absence d'implication de Washington dans l'assassinat de Kadhafi.

Après, les fans de Trump et de "Qanon" se font plaisir en pensant que l'homme n'est pas mort, mais a été exfiltré vers Israël (le journaliste "alt right" Cernovich a rappelé que la maquerelle d'Epstein Ghislaine Maxwell, était fille du magnat Robert Maxwell lié au Mossad voir aussi ses liens avec Mega-Group),  pour pouvoir ensuite être utilisé contre Clinton ou la famille royale anglaise, allez savoir. Toutes les hypothèses sont envisageables, et surtout, selon moi, la possibilité qu'il y ait des deals tordus entre le clan Trump (qui a été lui-même lié à Epstein) et les démocrates, sur l'affaire Epstein ou d'autres affaires. De toute façon il est clair qu'il y a là en jeu des intérêts colossaux et des stratégies sur lesquelles on ne peut rien savoir, à moins qu'un gentil transfuge un jour ou un Julian Assange (au fait que devient-il ? ) n'organisent des fuites (de ces héros que des "consultants de BFM" façon Anthony Bellanger s'efforceront ensuite de discréditer).

Je suis en tout cas de moins en moins enclin à faire confiance à Trump. Après les dernières fusillades de Dayton et El Paso qui ont poussé à nouveau les occultistes (voyez l'oeil d'Horus dans la "marche pour nos vies" de mars 2018) à demander l'interdiction des ventes d'armes aux Etats-Unis, le président à la coiffure étrange promet de cerner les profils dangereux plus en amont en espionnant la psychologie des gens sur les réseaux sociaux. Immédiatement après le FBI ( voir le Wall Street Journal il y a 4 jours) demandait à Facebook de lui transmettre plus d'éléments pour pouvoir agir "à titre préventif" contre les gens qui ne pensent pas comme il faut... c'est-à-dire vous chers lecteurs de ce blog. Après les terroristes islamistes, ce sont maintenant les "complotistes" qui sont dans le collimateur. Toute personne qui questionne le script médiatique dominant qu'on nous sert en boucle pour nous assommer. Et Trump hurle, comme les autres médias, contre votre liberté de pensée. Sachez le. Vous ne vous en sortirez pas sans luttes !

En attendant, vous proposerais-je un petit tour du globe pour vous changer les idées ? Macri se plante à la primaire des élections présidentielles argentines (tant mieux !), la coalition saoudienne éclate en vol au Yémen (si seulement Ben Salmane pouvait lâcher ses griffes de la gorge de ce pauvre pays !), sur le site du Comité Valmy, Richard Labévière offre un éclairage intéressant sur le rôle de Washington dans la décision de l'Inde (principal client pour les ventes d'armes d'Israël en 2017) de suspendre l'autonomie du Cachemire, Médiapart enquête sur les cueilleurs de noisettes qu'on dévore dans notre Nutella,  et le Monde piaffe d'impatience sur le mode "l'Argentine ne veut pas légaliser l'avortement, mais ouf ! la Nouvelle Zélande le fera bientôt !"... "Parce que chez ces gens là" comme disait la chanson, il faut offrir toujours plus de sacrifices au Moloch. La triste marche du Monde dans la Vallée de la Mort...

Un des lecteurs de ce blog m'envoyait ce weekend l'interview qu'il a accordée à Russia Today à l'issue de l'Acte 39 des Gilets jaunes. Ils ont bien du mérite d'agir encore après ce que leur a fait cet hiver Castaner la castagne (voyez mon billet ici).  Certains parlent de bloquer les raffineries etc. Mais dans ces cas là il faut du matos comme en ont les dockers, et une stratégie pour affronter les forces de l'ordre. Il manque toujours le "petit quelque chose" qui permettrait de diviser ces forces de l'ordres entre elles comme certains ont tenté de le faire en opposant la gendarmerie aux CRS. Mais ce genre de choses n'arrive qu'en temps de situation insurrectionnelle généralisée comme dans l'Egypte de Moubarak des dernières semaines ou comme au moment des actes des Gilets jaunes de décembre. On a l'impression que la classe moyenne n'est pas encore assez appauvrie pour arriver à ce point d'exaspération. Beaucoup de gens sont partis en vacances cet été sans trop de problèmes. Et d'ailleurs quand l'appauvrissement sera généralisé, il y aura probablement d'autres stratégies de la peur autour du terrorisme, des maladies etc pour préserver la cohésion sociale.

Pour l'heure la majorité silencieuse semble surtout sombrer dans une douce léthargie. Devant les images en direct sur LCI d'une jeune femme qui prenait un tir de lacrymo à la manif nantaise d'hommage à Steve sans avoir rien fait, une commentatrice d'Internet disait "elle a dû bien le chercher, moi je ne me fais jamais gazer". Avec ce genre de mentalité tous les Macrons du monde auront bientôt le champ libre pour tout et n'importe quoi, et tout le monde va accepter la micro-puce qui comme en Chine subordonnera nos pensées aux infos du Big Brother et nous fera agir selon les ordres des multinationales pour obtenir des points de citoyenneté qui nous feront avoir des réductions chez Kiabi...

A titre personnel, je suis de tout coeur aux côtés des agriculteurs qui condamnent le traité CETA (et celui avec le Mercosur qui sera probablement ratifié dans la foulée). Cette idéologie du libre-échange nuit à l'emploi, à l'environnement et aux normes sanitaires. C'est un non-sens complet.

En revanche je suis moins convaincu par les débats à gauche sur les urgences hospitalières. Bien sûr on comprend que les professionnels saturent. Mais le fond du problème là dessus est souvent que les gens abusent du recours à ces services, tout comme ils abusent de l'usage des médicaments, poussés à cela par un système individualiste athée qui fragilise les corps autant que les âmes. C'est un cercle vicieux de l'incivilité, de l'individualisme, du mal-être dans lequel les gens se mettent d'eux-mêmes en suivant de fausses valeurs, et répondre à ce problème sociétal par l'augmentation des effectifs ou des budgets n'est pas adéquat. La même chose pour l'Education nationale. Nos services publics sont comme une immense tombe que tout le monde contribue à creuser, sachant que nos grands médias aux ordres des banquiers fournissent les pioches en infiltrant au coeur de chacun la dose de désespoirs, de fausses valeurs, d'égarements, qui transforme toujours plus les gens en poulets sans têtes. Bien malin qui pourra inverser radicalement la vapeur là dessus...

En attendant une chose simple au moins : continuez à soutenir le projet de loi référendaire contre la privatisation d'Aéroport de Paris. C'est vital pour notre pays. Si l'on est 4,7 millions à signer, ils sont obligés de soumettre la question à l'avis de la population. Voilà un combat que l'on peut gagner sans trop d'effort !

Lire la suite

Quelques thèmes d'actualité aux quatre coins du globe

8 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Billets divers de Delorca, #Le monde autour de nous

J'avoue que je n'ai pas pleuré sur le sort de Tsipras vaincu aux législatives de Grèce, car il fut un traître  sa cause. Il est seulement dommage que cela ramène au pouvoir à Athènes des héritiers. "Les bloodlines".

Je ne pleure pas non plus sur Theresa May qui a tenté de trafiquer le Brexit. Plutôt que de se demander si Boris Johnson sera son successeur on ferait sans doute mieux de se demander pourquoi le rejeton du prince Harry est baptisé "en secret" - les médias ne savent même pas qui seront ses parrains, ni qui assistera à la cérémonie - dans un style très "Rosemary's baby", si vous voyez ce que je veux dire. Mais je ne suis pas d'humeur à commenter l'agenda du Nouvel ordre mondial, notamment son versant féministe avec cette promotion lamentable du football féminin. C'est du "devide et imperat" (diviser pour régner, attiser le ressentiment et le mal-être de tout côté) de bas étage.  

Je ne développerai pas non plus sur les déconvenues des bacheliers. Les syndicats mènent un mauvais combat en prenant le bac en otage, et plus encore en encourageant les recalés à saisir la justice. Le président Macron n'est pas crédible quand il rappelle les enseignants à leurs devoirs, alors qu'il ne l'a pas fait pour les sbires de notre police qui, face aux Gilets jaunes (mais pas seulement face à ceux-là) ont couvert notre pays de honte (et je ne parle pas de la Justice qui ne fut guère correcte dans cette affaire, comme dans d'autres). Tout cela sera monté en épingle pour supprimer prochainement le bac, comme on supprime les concours de la fonction publique - et comme mon ancien camarade Mion, directeur de Sciences Po, abroge le concours d'entrée à cette école. Il faut liquider tous ces modes de sélection objectifs pour faire des recrutements "intuitu personae" à la Benalla : recruter les gens au berceau grâce à la puce qu'on mettra dans leur tête, si possible parmi les "fils de" comme en Grèce, les faire grandir dans des réseaux occultes, qui font des sacrifices au clair de lune, et les nommer ensuite à la tête de nos ministères, voilà l'objectif pour la France de demain. Vous allez me dire : c'est déjà le cas pour nos banques... Au fait bravo à notre numérologue en chef Christine Lagarde, pour son passage du FMI à la banque centrale européenne !

Laissons tous ces sujets épuisants et regardons plutôt les news locales de ce globe qui ne font pas la "une" de notre presse aux ordres. Le président du Sri Lanka s'oppose à un accord militaire avec les Etats-Unis, n'est-ce pas une bonne nouvelle pour ce pauvre petit pays martyrisé par des attentats suspects à Pâques ? N'est-ce pas un beau geste stoïque ? 

En Birmanie, loin des regards (l'armée a complètement censuré Internet et les journaux) le gouvernement central paraît perdre la guerre dans l'Etat de Rakhine où de nombreux Rohingyas ont été persécutés. Sans afflux d'armes de l'étranger dit-on.

En Afrique occidentale on prédit des jours mauvais pour la future monnaie qui devrait bientôt succéder au franc CFA. Construite sur le modèle de l'euro, elle en présenterait tout les défauts et devrait conduire nos anciennes colonies à aligner leur politique conjoncturelle sur le Nigeria, le géant de la région, qui, lui, a du pétrole mais pas elles... Passer du colonialisme français au placement de l'Afrique francophone à la remorque des chouchous de Wall Street (le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Rwanda) était une idée sarkozyenne qui continue d'avancer... mais qui fera reculer le continent.

En Argentine aux prochaines élections d'octobre 2019, Alberto Fernandez ex chef de cabinet de Cristina Kirshner pourrait gagner les élections et mettre fin à l'horrible parenthèse libérale de Macri. On le souhaite à ce pays, même si les deux camps ont une bonne dose de corruption dans leurs placards. Mais on espère aussi que notre "cher" Macron maintiendra son refus de ratifier l'accord scélérat signé par l'Union européenne avec le Mercosur qui devrait permettre aux produits bovins brésiliens et argentins de surclasser sans aucun standard de qualité nos productions nationales. Accord purement idéologique, au nom du dogme du libre-échange qui défie les lois du bon sens et de l'écologie - même l'ex-ministre Hulot s'en est indigné.

Ah, j'oubliais, dans ce petit tour d'horizon des actualités "locales" ou "régionales" de ce monde : quel dommage que nos préfets aient reçu de Castaner l'ordre de faire la chasse aux accords de coopération signés par nos communes et le département de la Drôme avec leurs homologues du Haut Karabakh arménien (Artsakh) ! Cette enclave n'est sûrement pas un endroit très enthousiasmant à visiter - l'article d'Investig'action, le site de Collon, à ce sujet, n'en donnait pas du tout envie - mais je pense qu'il faut avoir le courage de défendre un redécoupage des frontières au sein de l'ex-URSS pour réparer les tripatouillages de Staline et de Khrouchtchev (Transnistrie, Crimée,Ossétie du Sud etc). Et surtout les collectivités peuvent collaborer avec le Mali, le Maroc, pourquoi pas avec des enclaves caucasiennes ? La motion qui exprime une amitié, comme les appels des mairies communistes à aider le Nicaragua dans les années 1980, n'empiète nullement sur les prérogatives diplomatiques du Quai d'Orsay. Cela fait partie du débat démocratique, voilà tout. On voit en tout cas ce que serait devenu un accord de coopération entre Brosseville (pseudonyme de la ville où j'officiais en 2011) et l'Abkhazie, si on l'avait fait adopter par le conseil municipal - on y avait songé l'espace de deux ou trois secondes, mais pas plus...  (au fait, Brosseville sera bientôt un pseudo transparent car un article de Wikipedia récemment rédigé précise de le vrai nom de la municipalité pour laquelle je travaillais quand je me rendis à Soukhoumi... 

Bon, promis, la prochaine fois je ferai un billet plus structuré et approfondi que ces considérations nocturnes décousues.

Lire la suite

Des nouvelles du face-à-face mondialistes/souverainistes en Europe

12 Juin 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Les régimes populistes, #Peuples d'Europe et UE, #La droite, #George Soros, #Donald Trump, #Vatican

Soros maintient la pression en Europe au soutien du projet mondialiste de la finance internationale.

En Europe de l'Est, il a acheté en février dernier la deuxième plus grande station de radio de Pologne "Zetka".

Soros directement ou par l'intermédiaire des médias qu'il a ainsi achetés pousse les pays d'Europe orientale à adopter une posture anti-russe et anti-chinoise, tout en ouvrant les frontières aux migrants. On se souvient qu'en mars dernier la Fondation Stefan Batory de George Soros avait demandé à Bruxelles d'intensifier sa lutte contre les réformes du système judiciaire en Pologne, faisant de ce pays le nouveau cheval de bataille de l'Open society après la Hongrie (où la majorité électorale d'Orban a été confortée par le dernier scrutin européen). 

Dans les Balkans le milliardaire bizarrement soutient l'attribution des mines kosovares de Trepca à la Serbie, tandis que les Albanais de Pristina (qui viennent de recevoir en fanfare Bill Clinton pour les vingt ans de leur sécession) multiplient les provocations contre Belgrade. Une stratégie du "diviser pour régner"?

A Athènes, selon Giorgia Bitakou, journaliste, avocate,  fondatrice du mouvement Exit Greek (dans une interview à la journaliste italienne Tiziana Alterio), le réseau Soros a acheté environ 25 000 maisons pour les migrants. Soros lui-même, ajoute-t-elle, écrit souvent des articles dans des journaux grecs pour tenter de persuader les Grecs que "la seule solution est de laisser de la place à ce monde nouveau, où il n'y a pas de différences de nationalité, de foi, où nous sommes tous égaux, etc." Et nous devons comprendre que si nous voulons survivre, nous devons abandonner notre souveraineté ".  

En Europe du Sud-Ouest, le parti populaire espagnol (en rupture avec sa ligne nationale) et le parti socialiste du premier ministre Pedro Sanchez (qui a travaillé pour l'Open Society Foundation de Soros et affiche encore son statut d'expert pour le National democratic Institute fondé par par l'ex secrétaire d'Etat de Clinton Madeleine Albright et financé par Soros) viennent de signer un pacte politique pour la direction de la ville de Ceuta pour faire barrage au parti souverainiste Vox, ce qui profitera aux réseaux de passeurs de migrants dans cette enclave espagnole au Maroc stratégique pour les trafics humains. Pour mémoire en juillet 2018, alors que Sanchez venait de recevoir Soros en catimini, 600 jeunes africains avaient attaqué la frontière espagnole à Ceuta et envahi le territoire espagnol armés de larges cisailles, de lance-flammes de fabrication artisanale et de chaux vive.

Soros maintient aussi la pression pour la défense des Roms. Le 4 juin 2019 via son profil Twitter, le financier a relayé le discours que le pape François a prononcé devant la communauté rom demandant pardon pour les souffrances que leur ont infligé les Européens sédentaires (le pape François, qui à Skopje un mois plus tôt avait béni les ONG d'aide aux migrants...)

Les contre-feux continuent de se mettre en place, dont certains sont purement symboliques. Par exemple, Le gouvernement de Viktor Orban par l'intermédiaire de son ambassadrice à Madrid a décoré aujourd'hui de la médaille d’or du mérite le journaliste espagnol député de Vox Hermann Tertsch. Il y a quelques jours, le gouvernement de Varsovie a remis la grande croix de l'ordre du mérite de la République de Pologne à un philosophe anglais fortement critique de George Soros, Roger Scruton , professeur d’esthétique et de philosophie politique aux universités britanniques d’Oxford et de St Andrews. Scruton, qui avait été nommé par Theresa May en novembre 2018, à la tête d'une commission gouvernementale chargée de fournir des propositions de rénovation architecturale pour les villes du Royaume-Uni, avait fait part de son admiration pour le président hongrois, de ses critiques à l'égard de la notion d'islamophobie, et du projet du gouvernement chinois de transformer le pays le plus peuplé du monde en une "société automate" géante, ce qui lui avait valu d'être rapidement renvoyé.  Viktor Orban (qui a expulsé l'université Soros de Budapest en décembre dernier) comme les Autrichiens, opte pour la neutralité sur la question ukrainienne et encourage la Chine à investir dans l'Internet hongrois. Tous espèrent bénéficier de la dynamique de rupture qui propulse le parti de Nigel Farage au Royaume-Uni, laquelle, si elle aboutit à un Brexit "dur" dans les mois qui viennent, pourrait avoir un effet de contagion sur le continent (alors que Soros, lui, militait pour un second référendum au Royaume Uni).

On peut se demander si Salvini en Italie (toujours très populaire, à la différence de notre Macron), qui est en guerre contre les associations catholiques d'aide aux migrants, est vraiment un anti-Soros fiable. En mars 2015, un blogueur italien (blog PianetaX, c'est un défenseur de la thèse farfelue de la Terre Plate, mais peu importe, son témoignage sur Salvini a l'air authentique) le décrivait comme un membre de la bourgeoisie milanaise superficiel surtout désireux de briller en société et évoquait cet échange qu'il avait eu avec lui à l'été 2014 lors d'une fête de la Ligue du Nord : "Je lui ai dit, écrivait-il, que derrière l'ouverture aveugle des frontières, il y a un projet maçonnique dont les États-Unis et l'Union européenne constituent le longa manus. Il a répondu " Je suis un député européen, croyez-moi, les Allemands ne le permettront pas " et j'ai répondu " Mais regarde Matteo, ce sont des maçons maléfiques". Il a insisté :" Croyez-moi, les Allemands ne le permettront pas "." Cette foi en l'Allemagne manifestait un aveuglement quant au poids de l'Union européenne et des sociétés secrètes. Ce débat rejoint celui sur l'intégrité de Trump et de son gendre niché au 666 de la 6e avenue à New York...

Le parti anti-immigrationniste Vox en Espagne aussi suscite des débats. Selon le journaliste de Rambla libre, Enrique de Diego qui cite des sources précises, Vox est contrôlé par la secte mexicaine El Yunque, une organisation qui veut "instaurer la Cité de Dieu dans le respect de l'Evangile" qui fonctionne comme une maçonnerie avec un versant paramilitaire, et est financée par les grands entrepreneurs de ce pays. Elle a été créée en 1953 pour contrer le laïcisme du gouvernement maçonnique de Mexico et a été à l'origine du mouvement chrétien conservateur Hazteoir en Espagne, qui est le socle financier de Vox (voir aussi l'article d'El Plural et celui d'El Confidencial et le livre "El Yunque la ulraderecha en el poder" du journaliste mexicain Alvaro Delgado). Au Mexique cette secte contrôle le Parti d'action nationale (un des trois grands partis du pays), et les autorités catholiques la jugent anti-chrétienne car la Bible prohibe les organisations secrètes.

Lire la suite

Poutine, Gilets Jaunes, Venezuela, djihadistes : le cynisme des médias continue

20 Février 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Donald Trump

 Nos médias assoiffés de guerre et de sang sont décidément très prévisibles... Les Etats-Unis décident de positionner des missiles de courte portée en Europe. En réplique Poutine, tout en soulignant qu'il ne cherche pas la confrontation, se dit prêt à pointer des missiles vers les Etats-Unis. Et voici que MSN s'empresse de reprendre le titre haineux de Paris-Match "Poutine menace de déployer des missiles" (sur le portail MSN c'était même plus percutant "Missiles : Poutine menace les Occidentaux"). Mais oui, allez, chers grands médias, ne pleurez pas : vous l'aurez un jour votre bonne petite guerre nucléaire contre les Russes et les Chinois, comme vous avez eu celle contre les Serbes il y a 20 ans...

Le cynisme médiatique est sans limite. On instrumentalise l'antisémitisme de tel ou tel "gilet jaune" isolé, alors que leur "Assemblée des assemblées" à Commercy le 27 janvier avait affirmé : "Après nous avoir insultés et traités de moins que rien, voilà maintenant qu’il nous présente comme une foule haineuse fascisante et xénophobe. Mais nous, nous sommes tout le contraire : ni raciste, ni sexiste, ni homophobe, nous sommes fiers d’être ensemble avec nos différences pour construire une société solidaire". On fait pleurer sur Levavasseur qui dirige une liste européenne manipulée par l'Elysée. Toujours la même démarche depuis novembre : stigmatiser le mouvement à partir de quelques dérapages. C'est si facile. N'importe qui peut se dire "gilet jaune", l'expression de violences, racistes ou sexistes pour aussi condamnable qu'elle soit est inévitable, puisqu'elle est présente dans la société. On attend toujours en revanche que les chaines de TV se fassent autant l'écho de la condamnation de la répression policière par le Haut commissariat aux droits de l'homme de l'ONU. Ce qui est vraiment violent (et ce qui poussera la société vers plus de racisme et de sexisme), c'est la suppression de l'ISF, le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital, la suppression de l'exit tax, la pérennisation du crédit impôt pour la compétitivité et l'emploi sans contrepartie de la part des entreprises, l'arrogance de Philippe quand on lui demande de revenir sur tout cela et les pitreries de Macron au soi-disant "grand débat" diffusées en boucle par les canaux audiovisuels.

De la même façon, sur le Venezuela, les mensonges s'enchaînent. Et il faut qu'Antiwar.com nous rappelle que lors de l'élection présidentielle de 2018 les listes électorales étaient régulières, qu'il y avait bien eu des observateurs internationaux, et qu'un candidat d'opposition était bien présent contre Maduro : Henri Falcón. Le président sortant a recueilli les suffrages de 31% des inscrits: plus que Trump en 2016 ou Obama en 2012. Aujourd'hui Guaido sponsorisé par les néo-cons américains et leurs caniches européens n'est même pas soutenu par Henrique Capriles qui est une des deux principales figures de l'opposition. Autrement dit les faucons de Washington sont allés chercher le plus extrémiste qui n'est même pas majoritaire dans l'opposition, exactement comme ils l'avaient fait en 1998 en soutenant l'UCK albanaise ex-maoïste au Kosovo contre l'opposant modéré Rugova...

Et il n'y a pas que du mensonge. Il y a aussi du mauvais goût. Hier le Jerusalem Post s'indignait de voir les grands médias faire une publicité extraordinaire aux militants d'Etat islamique de retour d'Irak et de Syrie et leur famille en rapportant leurs propos ("on veut une seconde chance") alors qu'ils n'expriment pas le moindre regret pour le massacre des Yézidis et la persécution des autres minorités de la région. Il est vrai qu'ils étaient la créature de nos alliés turcs et qataris, et qu'on ne les a combattus que mollement sur le terrain... Pourquoi serions nous sévères à leur égard à leur retour, hein ?

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>