Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #souvenirs d'enfance et de jeunesse tag

Bon baiser d'ici d'Alain Chamfort

22 Mars 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Vous vous souvenez de ce clip de 1984 ? Du temps où Andropov dirigeait l'URSS ?

 

J'adorais cette chanson, comme tout ce qui m'ouvrait au monde (j'avais 14 ans). Je trouvais cet univers chamfortien très classe, y compris dans ses clins d'oeil érotiques (très osés, avec la nudité de la fille à la fin, très rare à l'époque). je trouvais le "Suis la ligne du parti" très gonflé. En même temps c'était un monde très éloigné du mien, un peu comme celui des revues "Lui" que je feuilletais dans les supermarchés. Monde très parisien jusque dans sa désinvolture et ses références aux troisième et quatrième degré. Je ne peux d'ailleurs pas dire que j'en sois plus proche aujourd'hui qu'à l'époque. Même s'il est devenu à certains égards plus humble, déclin national oblige.

 

Lire la suite

"Sous les bombes"

8 Février 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Arte rediffusait ce soir "Sous les bombes", film franco-libanais de 2008. Certains passages me rappelaient mon histoire serbe de 1999-2000, que j'ai relatée dans "Eloge de la liberté". Il y a des moments dans la vie qui transcendent tout. Celui-là a cassé ma vie en deux. La force de ce moment-là ne tenait pas à toute cette comédie que nous menions autour d'Internet, des salons de Régis Debray, des bières bues avec Jean Bricmont. Bien évidemment non. Ca ce n'était que l'écume des choses, comme n'est qu'écume aujourd'hui tout ce blabla actuel entre intellos autour des guerres de Syrie, du Mali, de la crise de l'euro etc. La vérité était dans le vécu, dans toit ce désarroi des gens au milieu de la quasi-dictature, de la guerre, des mensonges, du chaos social. Dans les points de fuite qui avient pour noms pour moi Belgrade, Budapest et Düsseldorf. Ces fuites qui en vérité ramenaient toujours à l'essentiel.

 

p1000118.jpgOn ne sait jamais vraiment pourquoi les moments de transcendance transcendent tout. D'une certaine façon, on ne veut pas le savoir, et l'on ne veut même pas se souvenir d'eux. On sait qu'il y avait une vérité très forte en eux, une vérité dont on n'a entrevu que des lambeaux, et dont on n'a pas su restituer la densité dans l'écriture (Colette Lambrichs de La Différence tu me le reprochas si violemment), mais tant pis. Cela a été, on le sait. Peu importe pourquoi et comment.

 

Dans cette histoire de femme qui, à l'arrière d'un taxi, part en quête de son fils dans le Sud-Liban détruit de 2006, je retrouve ma Serbie de 1999. Peut-être juste à cause de la guerre et du chaos. De ce que ces derniers mettaient dans nos coeurs, dans nos têtes à l'époque, là-bas, loin de tout, sous l'embargo, sur les bords de la Sava...

Les guerres révèlent l'humanité sous un certain angle, non seulement l'humanité mais le monde, et les mondes possibles. C'est impossible à faire comprendre aux gens accaparés par la routine d'un pays en paix.

Lire la suite

Un déficit d'amour

9 Décembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

L'ancien boucher de mon village est mort il y a quatre jours après avoir été grabataire pendant six mois. Bizarrement il y avait peu de monde à son enterrement. La raison : les gens de sa génération susceptibles de venir à l'enterrement sont morts. Les jeunes ne sont pas venus, soit qu'ils aient quitté le village, soit qu'ils n'aillent point aux enterrements.

 

grandp-re1980.jpgJe ne comprends pas pourquoi j'ai passé quarante ans de vie sans me rendre compte qu'avancer dans le temps signifiait surtout voir disparaître un monde qu'on a aimé, celui dans lequel on a appris les mots, les sensations, les tournures de pensée, pourquoi cette pensée m'est-elle restée si longtemps étrangère ? Les religions - dans leurs développements postérieurs à l'âge axial - nous ont appris que l'amour était le remède à la mort et au deuil. Mais on voit bien qu'il y a un problème général avec l'amour. L'amour des jeunes pour les vieux, censé les soutenir dans l'épreuve de l'anéantissement des mondes anciens et de leur propre anéantissement, ne fonctionne pas : les vieux meurent seuls, les jeunes ne vont pas au enterrements, ils sont aux abonnés absents. Et du coup, sans doute, les vieux ont du mal à aimer les jeunes qu'ils peuvent aimer individuellement mais ne voient pas collectivement comme une génération capable de soutenir la leur puisqu'elle ne se rassemble jamais pour eux. Et, de ce fait, ils peuvent difficilement se consoler de la mort du monde d'hier en aimant le monde qui vient.

 

D'ailleurs on peut se demander si les jeunes "s'aiment" entre eux collectivement comme pouvaient le faire les vieux d'autrefois, du temps de leur jeunesse, quand ils se retrouvaient ensemble aux fêtes du village (même s'il ne faut pas idéaliser, évidemment, ce qui se passait alors). Les gens de mon âge sont dispersés dans diverses régions (d'où leurs efforts un peu ridicules pour se retrouver à travers "Copains d'avant"). Il y a quelque chose qui flanche sérieusement dans le collectif, dans la représentation de l'humanité comme des groupes (groupes d'âges susceptibles d'une certaine solidarité entre les groupes et au sein des groupes).

 

Des tas de journalistes trentenaires et quadra ont célébré il y a quelques semaines les 80 ans de Chirac suppléant par une certaine forme d'amour individuel, pour une personne fétiche (parce que consacrée par les médias) l'absence d'amour collectif. Mon père fêtera ses 80 ans jeudi prochain. Je suis frappé par la solitude et le silence qui entourent la disparition de sa génération. Une solitude et un silence qui seront peut-être démultipliés quand viendra le tour de la mienne, et de celle de nos enfants.

Lire la suite

Sciences Po

15 Novembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

louis-philippe"Alors qu’une nouvelle page de l’histoire de Sciences Po doit s’ouvrir, nous demandons aux deux présidents, Jean-Claude Casanova et Michel Pébereau, de se retirer tous deux des conseils qu’ils dirigent, l’un depuis 6 ans, l’autre depuis 24 ans. Nous ne nous sentons pas engagés par les résultats du Conseil d’administration de la FNSP et du Conseil de direction de l’IEP de Paris des 29 et 30 octobre 2012 et nous réclamons l’organisation d’une nouvelle procédure de recrutement et d’élection." (extrait d'une pétition en ligne ici)

 

Les orléanistes tombent non à cause des énormités qu'ils profèrent avec suffisance ici ou là (sur les ondes radiophoniques par exemple) depuis des lustres, mais à cause de leur rôle à la tête d'une école de formation des "élites".

Lire la suite

Le bal des célibataires

28 Octobre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

On se souvient du livre de Bourdieu "Le bal des célibataires". Je connais pas mal de gens en Béarn, notamment dans ma famille, qui sont restés célibataires chez leurs parents toute leur vie. Telle aurait d'ailleurs été probablement ma condition si je n'avais eu l'idée folle de croire en la connaissance et d'aller tenter ma chance dans les grandes écoles à Paris.

 

Je me demande si les sociologues de l'université de Pau se sont penchés sur cette question récemment (je n'ai pas l'impression qu'ils fassent beaucoup connaître leurs travaux hors de leurs murs). Ce statut de "Tanguy" doit avoir une drôle d'influence sur la perception du monde et du temps. Une enfance indéfiniment prolongée dans des meubles et des décors qui vieillissent. Le refus d'aller affronter l'altérité, d'aller y prendre des responsabilités. C'est peut-être une glorieuse forme de résistance à la modernité, quoique les néo-libéraux s'en arracheraient les cheveux (arg ! quelle entrave à la mobilité du capital productif humain !).

 

Est-ce que la situation périphérique d'une région peut pousser tout le monde vers une attitude régressive, involutive (en Espagne on parle d' "involucionismo"). Les garçons incités à rester chez eux à ne rien faire, les filles de même, devenant de ce fait moins coquettes, moins séduisantes, moins intéressantes (une copine béarnaise me disait il y a trois ans "Oh là là j'étais à Paris pour un salon porte de Versailles. Comme les filles sont apprêtées ! Je comprends qu'elles trouvent que nous les Béarnaises nous sommes des paysannes !)."  Un cercle vertueux d'involucionismo se crée alors qui favorise le passéisme, la passivité et la sous-natalité. De quoi faire rêver les obsédés de l'empreinte carbonne non ?

 

En Espagne aussi les "Tangy" sont nombreux, qui ne veulent "ni travailler ni étudier". Le pays privé de son droit au crédit voit son chômage grimper à 25 % (près de 40 % en Andalousie). De quoi déchaîner de nouveau cercles "involucionistas" à n'en plus finir. L'involucionismo est l'avenir de l'Europe.

 

A propos de Bourdieu, Tobie Nathan s'énerve contre son livre ("les Héritiers") qui décrivait les acteurs de mai 68 comme des grands bourgeois, alors que lui venait de la cité de Gennevilliers (mais d'une famille qui n'était pas dépourvue de capital culturel, notons le). Se peut-il qu'il y ait eu un biais statistique qui ait fait manquer à Bourdieu les "rank and file" du mouvement étudiant  (car Nathan reconnaît qu'il faisait partie des sous-fifres) ? Ou bien son livre se désintéressait-il des seconds couteaux ? Il y a bien longtemps que je ne l'ai pas revu, donc je ne sais plus. Nathan est quand même très bon pour démystifier le milieu académique (à propos de Devereux notamment). Mais il faut reconnaître que psychologie est un terrain de bidonnage particulièrement fécond.

 

Lire la suite

Zaza à Platine 45

11 Octobre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Bon, si on regardait la TV de 1984 ensemble ? Moi j'adorais Frankie goes to Hollywood, Paul Young, enfin bref un peu tout ce qui passait dans ce truc là. Et I-sa-belle Ad-ja-ni (sauf sa chanson), of course !

 

Lire la suite

Anthropologie de nos séries d'enfance

31 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

026- 1992 (29.8.92-24.11.92) 206J'aurais pu vous parler de bien des dessins animés et de bien des films de la fin des années 1980. J'en choisis un au hasard tout simplement parce que je le regardais cet après-midi.

 

Des tas de gens sont morts au cours du premier semestre 1980 : Jean-Paul Sartre, Roland Barthes, Alfred Hitchcock. Mais pour moi et mes petits camarades de classe qui avions neuf ans, le premier semestre 1980 est surtout marqué par la mort de Volcor et celle de Furia dans la série San Ku Kaï que diffusait Antenne 2.

 

Ils ont bien raison sur Wikipédia de dire que c'était une série à la gomme faite de bric et de broc : "La réalisation bénéficiait, manifestement, d'un petit budget : lunettes de ski et vêtements en filet, casques de mobylettes ; récupération de scènes d'un épisode à l'autre ; scènes d'action tournées dans la même carrière", écrivent-ils. Un plagiat de Star Wars avec des références à l'imaginaire japonais (les arts martiaux notamment). Rien de plus.

 

Oui, mais pour nous qui avions neuf ans, et pour qui ni Star wars, ni même le Japon n'existaenit vraiment, il s'agissait de tout autre chose. Un film initiatique qui nous sensibilisait aux valeurs héroïques, comme Goldorak, Albator, Capitaine Flam, que sais-je encore... Je m'étonne aujourd'hui de voir que ma génération qui a gobé tant d'histoires de super héros se soit montrée si peu héroïque, si peu digne au final, si lâche, si immature, dans ses choix collectifs. C'est un mystère.

 

Je me souviens très bien de cet épisode 26 où les numéros 2 et 3 de l'armée des "stressos" (quel nom débile quand on y songe) meurent. On s'était attachés à eux au fil des semaines. Furia me faisait carrément fantasmer. Ce côté femme combattante, comme les déesses guerrières d'antan, était tout à fait insolite pour nous. Et un tantinet sexy. Mais sa fin est minable. Normale en un sens puisqu'elle a toujours incarné la lâcheté et la perfidie. Wikipedia explique qu'elle était " assez douée dans l'art des retraites rapides et précipitées, fourbe et ambitieuse"... Pas terrible pour l'image de la femme - les femmes du camp "du bien" n'étaient pas mieux traitées, et, à tout prendre, celle du mal m'intéressait plus.

 

Je me souviens parfaitement bien de la mort de Volcor et même du commentaire que nous en fîmes dans la cour de récréation. Je ne sais plus qui le dit le premier, mais nous tombâmes tous d'accord pour exprimer notre admiration pour sa loyauté car il fut le seul à périr dans la bataille sans trahir ses supérieurs hiérarchiques. Un vrai soldat idéaliste en quelque sorte...

 

La série dut beaucoup à sa musique entraînante qui venait dynamiser les scènes de combat que nous attendions toujours avec impatience. C'était plein d'adrénaline.

 

Je ne sais pas si les petits garçons aujourd'hui peuvent encore communier au jour le jour dans l'évocation d'épisodes de téléfilms vus la veille comme nous le faisions. Je suppose qu'Internet et la TV à la carte interdisent cela désormais. Et nourrit-on leur testostérone aux films de combat comme le faisaient les japonais à l'époque (sous la critique générale des conservateurs et des associations de parents d'élèves il est vrai), dans un monde où, désormais la violence reste représentée (dans les jeux vidéos notamment) mais seulement pour les plus de dix ans ?

 

Je m'interroge...

 


 


Lire la suite

Troyes

16 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Hier la télévision montrait la ville de Troyes dans le cadre d'une émission sur la comédienne compagne du maire de cette ville (l'ex ministre de MM. Chirac et Sarkozy que j'ai d'ailleurs rencontré quand il n'était que jeune député de Nogent-sur-Seine, nul besoin de nommer tous ces gens).
 
J'ai beaucoup aimé cet endroit où j'ai vécu pendant six mois en 1994. Il est dommage que ma condition d'apprenti fonctionnaire à l'époque m'ait souvent détourné de la vie "ordinaire" et des rêveries que je pouvais avoir dans cette ville.
 
Elle avait le calme de la Charente, mais un calme plus artificiel car toutes les grandes guerres s'étaient déroulées à ses portes, alors que la Charente, elle, s'est tenue à distance des conflits. C'était un calme voulu, celui qu'on impose à nos musées, et cette cité en forme de décor de film sur le Moyen-Age avait toutes les caractéristiques d'un conservatoire de choses très anciennes, c'est ce qui en faisait le charme.
 
Nous étions au coeur de la Champagne, en ce milieu des années 1990, et en même temps l'abondance des vieilles pierres faisait que nous n'étions nulle part et dans aucune époque. Le matin pour aller bosser je longeais la très vieille cathédrale, le rectorat, le quartier de l'annexe de l'université de Reims au bord de la Seine. Tout cela était divinement médiéval comme Tolède. Le soir je dînais le plus souvent seul dans l'Est de ce vieux centre qu'on nomme le bouchon de Champagne notamment au restaurant "Le Bouchon champenois", rue des Chats.
 
Le samedi 14 mai 1994 j'écrivais "Je manque de curiosité. Ma curiosité intellectuelle est clairement circonscrite. Elle tombe sur un nombre de sujets limité sur lesquels elle revient ensuite à la manière d'une compulsion de répétition. Placez moi devant une ville comme Troyes, mon attention se fixera sur telle bâtisse, telle ruelle. J'y penserai périodiquement sans pour autant chercher à en savoir plus sur ce bâtiment ou cette rue, et sans chercher à découvrir les autres quartiers. Voilà pourquoi je n'éprouve aucunement le besoin de voyager."
 
Et c'est vrai qu'à la différence des autres étudiants de grandes écoles que je connaissais, je ne cherchais pas du tout à acquérir une érudition sur les lieux que je fréquentais, ni à voir au delà de ce que mon regard croisait par hasard. Ainsi de Troyes je n'ai au fond pas su grand chose à part que ç'avait été la capitale des Foires de Champagne, le lieu de résidence d'un philosophe juif célèbre au XIe siècle, un certain Rachi je crois (j'ai visité la synagogue médiévale, on en  faisait beaucoup de cas à l'époque, en ce temps de célébration des "rencontres des cultures" et de la tolérance religieuse avec l'Islam et le judaïsme, comme on l'avait fait deux ans plus tôt à Séville), ainsi bien sûr que de Chrétien de Troyes : les sous-préfets du département et leurs collaborateurs m'avaient offert pour mon départ les oeuvres complètes de cet auteur à la Pléiade, en vieux français et français contemporain, qui m'ont beaucoup plu autour de mon vingt-quatrième anniversaire.
 
Je ne parlerai pas de mes histoires de coeur dans cette ville, ni des visites de mes proches qui séjournèrent dans le grand appartement de fonction dont je disposais ; encore moins, bien sûr de mon travail. De ce temps là je veux surtout me souvenir de l'écriture d'une nouvelle, "Ulysse chez Circé", que j'ai ensuite voulu transformer en roman (après avoir lu à la bibliothèque municipale un article dans la revue "Le Cheval de Troie" qui n'existe sans doute plus) dans lequel Enée retrouvait Ulysse en Italie, cela s'appelait Les Fondateurs. Je me souviens avoir acheté (le samedi 28 mai très précisément m'apprend mon Journal que je lis après coup) aux Passeurs de Textes, la meilleure librairie de Troyes, le début de l'Enéide pour bien m'imprégner de cette ambiance. J'étais fasciné par cette phrase dans laquelle je percevais toute l'ambition et la puissance de la langue latine : "Externi generi uenient qui sanguine nostrum nomen in astra ferant". Je la reproduis de mémoire, c'est une des rares citations non canoniques qui aient accroché mon esprit. Le roman était vaguement parodique, au second degré, un peu bizarre. J'y croyais beaucoup.
 
Je ne sais plus trop à quel éditeur j'ai dû l'envoyer. Il n'a jamais été publié. J'aimais l'idée qu'une ville médiévale m'inspirât un imaginaire antique - de la guerre de Troie aux flâneries de Troyes -, comme je me plaisais à mêler sur le lecteur de cassettes de mon appartement (un lecteur qui ne m'appartenait pas car tout était fourni par l'employeur) Alpha Blondy et Mike Oldfield à l'heure où la radio diffusait plutôt "The Power of Love" de Céline Dion. Je mêlais les époques. Il y avait cette année-là l'élection de Mandela à la présidence de l'Afrique du Sud, la guerre civile en Bosnie et ce même 14 mai je cherchais à adhérer à une association pour donner corps à mon engagement contre "les fascistes serbes". J'étais sur ce plan  là un jeune idiot idéaliste qu'on pouvait aisément berner.
 
A l'époque je lisais aussi Aphrodite de Pierre Louÿs, Lucrèce, Derrida, Onfray, Ricoeur, Sarah Kofman. J'aimais Troyes parce que les Parisiens et leurs médias ne parlaient jamais de cette ville si proche pourtant de chez eux (les Franciliens préfèrent la Normandie à la Champagne). J'aurais pu en faire ma ville d'adoption. Cela s'est peut-être joué à peu de choses. Il est étrange de se dire que les gens connus là-bas existent encore. Quand on n'est que de passage quelque part, on tend à associer le lieu à une époque. On pense que les gens rencontrés et l'endroit avec eux ont disparu avec les circonstances de la rencontre. Mais c'est faux. Ils ont eu leur devenir, bon ou mauvais. Troyes continue d'exister comme 36 000 autres communes en France. Simplement y retourner pour moi reviendrait juste à visiter un livre de souvenirs en trois dimensions, comme j'avais essayé de le faire vers 2006 ou 2007 en tournant cette vidéo (ci dessous). Donc c'est vrai que pour moi il ne peut pas y avoir "à nouveau" ou "encore" une ville de Troyes. C'est pour moi une ville aussi inexistante désormais que l'antique Cyrène ou que Ctéphison. C'est devenu un non-lieu...
     

 
 
 
Lire la suite

Souvenirs souvenirs

18 Octobre 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Photo010-copie-1.jpgLe samedi 12 octobre 1991 (il y a donc un peu plus de vingt ans), j'écrivais : "Ce que j'aime dans les cours de Bourdieu, c'est qu'ils m'aident à voir. Jamais je n'avais vu que la maison royale est une maison, comme la maison du paysan béarnais, une maison physque, et aussi symbolique (une famille, une lignée). Pendant 10 mn, jeudi dernier, Bourdieu nous a expliqué ce que signifie "être roi", ce que ça suppose de pouvoir imposer ses représentations aux autres. Le fait de dire "je suis roi" avec une forte chance d'être cru, et le fait que chacun est forcé de compter avec le fait que les autres le croient, et moi je puis aussi compter avec ce fait qu'ils le croient - notion de capital symbolique. Tout ça est évident, mais qui y songe vraiment ? Toute intégration suppose une exclusion. Qui voit toujours les deux faces de cette même pièce ? Qui pense à ses applications quotidiennes ? On a du mal à tout tenir à l'esprit de la sorte. Voilà notre myopie. Et quel spectacle de ces milliers de gens, dont la plupart nous gouvernent et font l'opinion du moment, ces gens souvent brillants, surdiplômés et bien intentionés, qui ne comprennent pas ce qu'ils disent, qui répètent des mots comme des machines sans voir les cas réels qu'ils recouvrent, les contradictions, les relations et les effets qu'ils impliquent"

 

Paroles d'un étudiant appliqué qui décortique les idées trois jours après un cours au collège de France.

 

Aujourd'hui j'ai un peu le sentiment que toutes ces réflexions sur la croyance, l'adhésion commune etc sont un peu tombées en déshérence avec l'échec de Bourdieu à faire vivre son système structural par delà son trépas physique (dont on commémorera bientôt le dixième anniversaire). Toutes ces "socioanalyses", tout comme la psychanalyse,  sont passées de mode. Le sociologue n'est plus quelqu'un dont on attend une réflexion sur ce que c'est que de croire ou d'imposer une vision des choses, mais des données factuelles du genre "fait-on plus ou moins confiance à des femmes quand elles sont maquillées ?" (je fais référence là à une enquête que j'ai vu ce matin traîner sur le Net...)

 

P1010396Cet après-midi, il fait dix degrés de plus à Pau qu'à Paris, mais je suis dans la mauvaise moitié de la France. Il paraît que le maire de mon village d'enfance veut que je lui téléphone (je l'ai fait mais je suis tombé sur son répondeur). Le weekend prochain ils célèbreront Henri IV avec de beaux chevaux blancs comme l'an dernier (en Béarn les gens célèbrent tout le temps ce roi, et en matière d'histoire ne savent célébrer que lui, ce qui est un grand tort, d'autant que le Bon roi, n'était pas un si grand homme que ça - la mode louisphilipparde leur a légué cela, comme des modes plus récentes leur ont inculqué le culte de F. Mitterrand ou de D. Balavoine, aujourd'hui celui de François Hollande...).

 

Ils ont bien de la chance d'avoir des chevaux. Quand j'étais enfant ils n'avaient que des majorettes. C'était du temps (les années 70) où les "barons du gaullisme" préservaient encore l'héritage du grand chef défunt, et où Bourdieu n'était qu'un trublion de seconde zone confiné dans les volutes de cigarettes de l'EHESS... Fluide Glacial sort un spécial années 80 cette semaine. Je devrais peut-être y jeter un coup d'oeil...

 



 

Lire la suite

Ces rencontres qu'on oublie

18 Août 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

En relisant mon journal d'il y a 17 ans, je retrouve des traces de rencontres qui me sont sorties complètement de l'esprit et qui pourtant auraient dû me marquer.

 

Il y a par exemple celle-ci : Le dimanche 24 avril 1994 (j'ai 23 ans "et demi"), je suis dans le train Paris-Troyes, et je croise là, un Djiboutien, qui m'explique - d'après le récit que j'en fais trois jours plus tard, le mercredi 27 -  "le double sens du Djihad : la guerre contre soi et la guerre de défense de la communauté". Mon interlocuteur me dit aussi : "L'Islam peut-être mieux assimilé par un Occidental que par un Arabe. D'ailleurs Mohammed a dit que les meilleurs Musulmans ne seraient pas Arabes". Et encore : "Le judaïsme, le christianisme et l'Islam, c'est comme trois tomes d'un même livre ; le judaïsme, c'est la première étape : Dieu révélé, mais seulement aux Hébreux, le christianisme est la deuxème : l'universalité, mais seulement dans des relations sociales avec de faibles contraintes rituelles ; l'Islam correspond à un niveau encore supérieu de développement de l'humanité parce qu'il règle précisément le rapport de l'homme à Dieu, Islam voulant dire soumission". Et enfin "Les cinq prières de la journée sont un moyen de prendre du recul par rapoort au travail, de se confier à Dieu, d'accéder à une vision nouvelle des choses. Pour l'ouvrier ça lui permet de se raffraichir le visaghe à l'eau froide. Pour le chômeur, ça rythme sa vie, ça évite la désorganisation de la journée. On doit se lever à 6 heures le matin, avec l'Islam pas besoin de neuroleptiques". J'ajoute dans mon récit : "Ce type était fils d'ambassadeur".

 

Tunisie-132.jpg

Aujourd'hui encore en relisant ces lignes aucune image de me vient, et c'est comme si c'était arrivé à quelqu'un d'autre (alors que je garde des souvenirs précis de trucs qui me sont arrivés à 4 ans ou à 5 ans... en 1975...). Pourtant si j'ai pris la peine de rapporter ses propos trois jours après la rencontre, c'est que le bonhomme devait avoir un certain charisme, ou qu'en tout cas ses propos m'ont apporté quelque chose.

 

Peut-être cette conversation a-t-elle juste laissé une empreinte inconsciente, des traces d'évidences. Par exemple je sais que pendant des années j'ai tourné dans ma tête cette idée nietzschéenne  selon laquelle l'Islam était une religion virile. Peut-être est-ce l'idée qui m'est venu en écoutant ce Djiboutien et qui m'est restée.

 

J'ai toujours l'impression que c'est une amie algérienne qui m'a donné plus tard la meilleure image de ce qu'était l'islam, vers 2002-2003 et c'est à elle que je songe souvent quand je pense à cette religion, en partie à cause du sens très personnel qu'elle lui donnait - et aussi la lecture d'Hogson en 1998 parce que c'est le premier chercheur occidental que j'aie lu qui prenait au sérieux l'idée que l'apport civilisationnel de l'Islam au monde ait pu être réellement supérieur à celui du christianisme.

 

On peut penser aussi que si ni les paroles simples mais fortes de ce Djiboutien, ni son visage ne m'ont consciemment marqué, c'est parce qu'en 1994 l'Islam n'était pas central dans le débat public français. Tout un chacun pouvait mener sa petite vie sans rien en penser et donc, à peine avais-je écrit ce petit compte rendu de voyage, que ma mémoire l'a tout de suite effacé. C'est dommage dans un sens. Y penser plus m'aurait peut-être fait gagner 7 ou 8 années de prise de conscience, et m'aurait peut-être ouvert des voies d'action dont nul ne peut savoir rétrospectivement où elles m'auraient conduit. Mais à l'époque les religions ne m'intéressaient qu'à titre assez anecdotique, comme des sources de références susceptibles d' "orner" une philosophie. Et celle des musulmans, comme celle des boudhistes ou des hindous, me paraissait très éloignée de l'Occident, difficile d'accès et sans doute pensais je que les propos du Djiboutien allaient constituer le savoir le plus précis qu'il me serait donné d'acquérir à son sujet. D'ailleurs je ne me destinais nullement à l'époque à faire un doctorat de sociologie ni à m'intéresser à l'anthropologie.

 

Sans doute est-ce un progrès de notre époque que les Occidentaux soient maintenant obligés d'essayer de voir de temps en temps le monde à travers des yeux musulmans, ou animistes, ou même ceux des hommes qui pratiquent des sincrétismes religieux complexes (ce qui est le cas de beaucoup de peuples du Tiers-monde). Je comprends que beaucoup se soient sentis fragilisés par cette contrainte nouvelle d'universalité qui les a poussés à remettre en cause la suprématie de leur culture. Je regarde avec une sorte d'attendrissement ces nationalistes français qui, sur leurs sites, affichent le camembert, Brigitte Bardot et la Tour Eiffel comme autant de signes identitaires qu'ils sentent menacés, assiégés. Les gens qui se sentent assiégés me font toujours de la peine. Or c'est un sentiment de plus en plus répandu de nos jours. Par exemple les islamistes affichent souvent des cartes politiques de leur monde, qui montrent les bases militaires "judéo-chrétiennes" sur leur sol (en Palestine, en Arabie saoudite, en Afghanistan). Les Chinois font de même avec les bases étatsuniennes.

 

C'est aussi un peu lié au fait que les gens ne se parlent plus guère dans les trains, chacun ayant les yeux fixés sur son téléphone mobile, et ceux qui n'ont pas de téléphone ayant intégré que le silence est de toute façon la nouvelle règle. Je ne suis pas sûr que la dernière manoeuvre de la French American foundation cet été pour inviter des élus français "issus de la diversité" à Washington, et défendre à Paris le système étatsunien des quotas, soit trop de nature à décrisper l'ambiance sur ce volet là, mais c'est une question compliquée. Il faudrait en tout cas, beaucoup plus de Djiboutiens comme celui de 1994, et des jeunes Français plus attentifs que je ne le fus à cette époque-là. Ce genre d'échange de vues est toujours plus fécond qu'on ne le pense. Mon dialogue avec un Serbe sous les bombes 5 ans plus tard (tel que j'allais l'évoquer dans mes livres) allait largement le démontrer.

Lire la suite

Sciences Po - Printemps 1991

20 Juin 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Je parcours mon journal du printemps 1991. J'y découvre les traces d'une autre époque. Celle où j'étais jeune bien sûr, et plein d'illusions, et sans idées arrêtées sur rien (à part quelques crédos dans les belles lettres et la philosophie), une époque aussi où les gens n'avaient pas Internet et les réseaux sociaux, et ne se hâtaient donc pas forcément de rentrer chez eux, de fuir les échanges directs. Je suis frappé d'y voir le récit d'incidents complètement sortis de ma mémoire : un copain qui va faire la morale à un type au restaurant universitaire parce que celui-ci finit les assiettes des gens autour de lui, un vendeur de journaux qui en vient aux mains avec un client à lui sous mes yeux parce que ce dernier lui tendait un billet de 500 F pour acheter un magazine.

 

Je me demande si nous aurions la même violence (et la même spontanéité sauvage) dans les rapports humains aujourd'hui.

 

Le mercredi 15 mai 1991, je note, alors qu'Edith Cresson vient d'être nommée Premier ministre par François Mitterrand :

 

"Le microcosme de Sciences Po vivait ses meilleures heures aujourd'hui. Tous là à s'exciter et parloter à propos de la démission du Premier ministre. "Une femme, c'est un grand jour pour le sexe faible." "Ca rapportera des points dans les sondages." "Pourquoi Rocard part-il si tôt ?" "Elle a couché avec Mitterrand. Ils ont un bâtard. Maintenant ça va être partouze en conseil des ministres" "Un virage à gauche est à craindre" "Comble de l'absurde : Jack Lang est nommé à l'Education, Dumas à la Justice et Jospin aux Affaires étrangères. On rêve !" "Vivement qu'on soit au pouvoir pour changer ça !"

 

Et B* et G* (nb : deux étudiants de ScPo de droite qui habitaient le même foyer que moi) de râler. Et tous de faire des plans sur la comète ! Comme on voudrait se sentir inactuel dans ces circonstances !"

 

Beaucoup de violences dans tous ces mots. Des mots qui viennent de jeunes gens de droite, de "jeunes loups" comme on disait. Existent-ils encore, dans la nouvelle génération ces louveteaux là, où sont-ils castrés par le fait que la gauche n'est plus au pouvoir, et qu'elle est entièrement acquise aux causes du FMI, et par une certaine political correctness qui n'autorise plus à attaquer les femmes comme on le faisait avec Edith Cresson ?

 

Je tombe encore sur ce témoignage du jeudi 4 avril 1991 :

 

"Depuis quelques semaines, beaucoup de gens à Sciences Po parlent d'une émission que je n'ai pu voir "La télé des Inconnus". Le groupe des Inconnus aait produit une émission dans ce genre diffusée à Noël. Il s'agissait d'une parodie époustouflante des programmes télévisés. (...) Cette fois ils déplacent le jeu. Ce n'est plus une parodie de ce qui est de ce qui est, mais de ce qui pourrait être (ou justement qui ne pourrait être qu'en imagination : un clip rap fait par des jeunes de Neuilly-Auteuil-Passy, NAP. (...) Au retour des vacances, tout le monde à l'IEP commentait ce clip en riant. Personne en effet ailleurs qu'à Sciences Po ne pouvait mieux le comprendre que nous. Aussi TV Sciences Po en ce troisième jeudi de son existence eût-elle l'idée ingénieuse aujourd'hui d'inclure ce clip des Inconnus dans sa demi-heure d'émission sans cesse rediffusée. L'effet attendu se réalisa. A chacun de ses passages une masse d'étudiants de ScPo vient s'agglutiner devant le téléviseur en éclatant de rire. Comme me le faisait remarquer Florence Tamagne tout-à-l'heure : cela fait un tabac.

 

Sont-ce des gens de NAP qui se regardent ainsi au miroir déformant de la TV ? A en juger par la tenue des spectateurs, on devinerait plutôt en eux des bourgeois de province ou des bourgeois progressistes de Paris (...).

 

L'attitude des Sciences Po devant ce clip est en soi un phénomène sociologique révélateur. C'est pour simplifier M. X qui vient rire de l'image donnée par son petit camarade de conférence, M. Y qui est visiblement un "NAP". C'est une illustration du jeu des diverses couches bourgeoises au sein de l'élite de Sciences Po.(...)"

 

Tout cela a changé. NAP existe encore, mais est-ce le même ? Le NAP d'hier, conservateur n'a-t-il pas été à jamais ringardisé par la "surclasse" mondiale à la DSK ? L'ex-provinciale Florence Tamagne, elle, a sa fiche sur Wikipedia, portée au niveau académique par ses talents propres mais aussi par le succès des gay and lesbian studies importées des Etats-Unis. G* et B* ont sombré dans l'oubli après avoir raté de le concours de l'ENA. D'ailleurs s'ils l'avaient eu, ils n'auraient pas eu de fiche sur Wikipedia non plus, même si leur section à Sciences Po (Service Public) était à l'époque plus prestigieuse que celle de Florence. Les Inconnus ont disparu des écrans. Le monde qu'ils parodiaient aussi.

 



Lire la suite

Left of center

18 Juin 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

J'en parle dans un de mes bouquins, alors pourquoi ne pas mettre la vidéo ici ? Cette chansonnette m'a poursuivi pendant les années 1990 et jusqu'au début des années 2000, à cette époque où je n'avais pas encore les idées claires sur grand chose mais où j'avais encore une jeunesse... Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait...

 

Suzane Vega n'étant pas très à son avantage dans le clip en version "maquillée comme un carré d'as", j'ajoute une version de concert (de 1986, un peu trop synthé, mais bon). Suzanne Vega a toujours eu un art consommé du regard de biais qui en dit long (coup d'oeil à droite, coup d'oeil à gauche suggestif, on a ça aussi dans le clip de "Luka").

 

Lire la suite

Souvenir de l'école républicaine

19 Avril 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Le vendredi 17 octobre 1980, les Etats-Unis sont en pleine campagne électorale entre Reagan et Carter, le pape Jean-026--1992--29.8.92-24.11.92--206.jpgPaul II rencontre la reine d'Angleterre et le duc d'Edimbourg au Vatican, et moi, à 10 ans et 21 jours, en classe de CM2 de l'école primaire de Jurançon je réponds aux questions : "Quelle est la vitesse de la lumière ? Où pousse le figuier ? Comment est l'intérieur de la grenade ? Quelle direction au départ de Pau prend un avion qui veut aller en Suisse ? Quels sont les trois âges de la Préhistoire ?" etc. Chaque question est notée et les scores comptent pour le cahier mensuel.

 

C'est la rubrique "Activités d'éveil".

 

Aux questions "Que penses-tu des racistes ? Pourquoi ?", je réponds : "Je pense qu'ils ne sont pas sociables et qu'ils sont assez bêtes de tuer d'autres hommes pour leur religion ou pour leur race. Car comme nous sommes en démocratie, il est interdit de le faire, il faudrait qu'ils se mettent à la place de ceux qu'ils détestent" (sic)

Lire la suite

The life of Brian

20 Mars 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Il y a un gars sur un site malgache qui me qualifie de "gauchiste limite anar". Je ne sais pas trop comment il faut le prendre. L'étiquette me surprend un peu. Je suis cependant assez incapable de dire en quoi elle est juste ou fausse. C'est un peu comme si quelqu'un avait écrit "Frédéric Delorca disciple de Zarathoustra". Mon premier mouvement aurait été de dire "je ne me sens pas vraiment concerné par la réforme zoroastrienne" (comme je peux dire là que je ne me sens concerné ni par l'anarchie ni par la révolution), puis j'aurais songé : "c'est vrai que j'ai peut-être quelque acquointance avec le Zaratoustra de Nietzsche en tant que force d'acceptation du Fatum, à défaut d'en avoir avec le Zoroastre de la Perse antique" (tout comme là je songe que j'ai eu quelques potes anars et que sans doute je préfère passer pour un anarchiste que pour un admirateur d'Hervé Morin). Mais quand même mon lien avec le gauchisme est aussi ténu qu'avec le zoroastrisme, et je suis malgré tout plus proche des intellectuels pondérés du Comité Valmy que des rêveurs de Tarnac. Mais bon, j'accepte toutes les étiquettes. Comme disait l'autre "tout m'est un".

 

A propos de révolutionnaires en chambre, le film La Vie de Brian en parle beaucoup et très bien. Je le regardais encore ce soir en DVD (pour ne pas voir la France bombarder la Libye, cette honte profonde pour notre peuple). Ce petit chef d'oeuvre me fit tant rire à 20 ans.

 

Je ne détaillerai pas ici (vu l'heure tardive) tout ce qui fait la grandeur de ce film. Je vous renvoie aux vidéos sur You Tube dont je vous livre ci-dessous juste le premier des onze extraits qu'on peut trouver sur le Net.

 

Je crois surtout que sa force tient au jeu qu'il fait naître entre l'idéal et le trivial. C'est du cinéma fait par des garnements qui sont passés par Cambridge. Qui donc sont passés par cette éducation pétrie de spiritualité, d'idéalisme sentimental, de recherche de l'élévation morale qui caractérisait l'Europe catho élitiste d'avant les années 60. Ils jouent du contraste qui existe entre la légende dorée du "sauveur du monde" né dans une étable de Bethléem, et la société ordinaire dont "Brian", né le même jour que le "sauveur" dans une maison voisine, n'est qu'une figure parmi d'autres. Cette société dérisoire, tricheuse, crédule, dépourvue de toute grandeur d'âme, au sein de laquelle Brian est encore le plus honnête. Les chrétiens de l'époque y ont vu une attaque indirecte contre leur foi, mais le propos du film était autre : en laissant la foi de côté (à juste titre les auteurs du film s'en désintéressaient complètement), il s'agissait juste de rire de l'humanité telle qu'elle fonctionne chaque jour, telle que nous devons la subir, avec toute sa bêtise, toutes ses petites facilités, toute son absurdité profonde.

 

Peut-être les gens nés sous Sarkozy, qui n'ont rien connu du monde d'avant ne comprendront-ils jamais l'intérêt de ce film, parce qu'il ne concevront même pas l'idéal spirituel auquel les Monthy Python juxtaposaient le rire de la trivialité. Pour la même raison d'ailleurs ils ne comprendront plus jamais Nietzsche. Ils ignoreront tout de la possibilité d'une grandeur intellectuelle ou affective (notre monde semblant en avoir fait son deuil à jamais), ils n'auront connu que la trivialité et ne verront même pas l'intérêt que l'on peut trouver d'en rire. Ils placeront leur rire ailleurs. Sur un mode probablement moins sophitiqué. Faut-il le regretter ? A l'échelle de la société je ne sais pas. A mon échelle personnelle je trouve que je n'ai pas suffisamment fait fructifier ces valeurs idéalistes dont j'avais hérité par le christianisme, par l'école publique républicaine, et par quelques autres sources, ni non plus le jeu avec la trivialité dont j'aurais pu m'offrir le luxe. Je me suis, comme un peu tout le monde, laissé gagner trop facilement par la trivialité brute de mon époque, envelopper par elle au point de ne plus pouvoir en jouer du tout. J'ai mené les combats avec les mauvais outils, les mauvais mots, le mauvais partenaires, j'ai sacrifié ma singularité. Ce qui était à dire ne l'a pas été au bon endroit ni avec les bons mots. J'ai accepté les trois quarts des choses qu'à vingt ans je me croyais prêt à refuser. Mais je crois que beaucoup de gens, y compris ceux qui sont bien plus doués que moi, ont aussi cédé à ces facilités. La force totalitaire de notre époque les y a contraints. Nous avons définitivement basculé dans le monde de Brian sans plus aucun rapport avec celui du Christ. Encore pouvons-nous nous réjouir de savoir encore suffisamment de quoi ce dernier pouvait être fait pour pouvoir rire de La vie de Brian.

 

Qu'on me comprenne bien, le "monde du Christ" n'est pas une expression religieuse dans mon vocabulaire et je ne veux absolument pas restaurer la religion. Ce dont cette expression est, dans ce billet, l'allégorie, c'est le goût de l'excellence, de l'élégance du style, de la présence complète à ses sentiments, du refus de la compromission. Autant de valeurs définitivement dépassées, dont La vie de Brian porte déjà le deuil, et dont notre époque n'envisage même plus qu'elles aient pu un jour exister.

 

Lire la suite

L'arrière-plan mitterrandien

19 Février 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse

Les années 1990 furent catastrophiques pour le monde parce qu'elles marquèrent l'apogée de l'arrogance occidentale et le début d'une foi stupide dans toute sorte de leurres comme ce que nous appelions, par exemple "les autoroutes de l'information", mais elles n'étaient pas encore catastrophiques pour la France.

 

Nous avions encore Mitterrand, nous l'avons eu jusqu'en 1995. Soyons clairs : je suis radicalement hostile au mitterrandisme comme pratique politique, comme art de la trahison, à l'égard duquel des gens comme Mélenchon sont très loin d'avoirs pris la distance nécessaire. Mais je défends le mitterrandisme comme style, comme langamitterrand.jpgge, comme comportement.

 

On ne sait jamais jusqu'à quel point un chef d'Etat surdétermine le mode de vie et les perspectives d'avenir des ses concitoyens. Aurions-nous eu le Grand siècle français sans Louis XIV ? Jusqu'où le chef d'Etat qui est le fruit d'une époque n'est-il pas aussi son père à maints égards ? De Gaulle n'a t il pas réellement retardé le déclin français ? Dans un pays aussi étatisé que la France on peut raisonnablement le penser.

 

De même je pense que Mitterrand par son style a en quelque manière retardé la faillite générale de nos élites dont Sarkozy est aujourd'hui le nom. Il n'était pas particulièrement courageux (sauf contre sa maladie), pas particulièrement clairvoyant, pas particulièrement grand écrivain non plus, n'en déplaise à ses courtisans. Mais il avait pour lui simplement le fait de venir d'un autre monde, cette vieille bourgeoisie française un peu facho sur les bords qui avait au moins pour elle de chérir les belles lettres et de rejeter certaines facilités. Son appartenance à ce monde-là qui était déjà extrêmement daté dans les années 1980-1990 conférait à Mitterrand une grande capacité de résistance aux modes de son temps, et notamment à la dictature des médias, de sorte qu'il avait su les réduire à sa merci et non l'inverse.

 

Et son décalage à l'égard du nouveau monde qui allait naître - celui des année 2000 - d'une certaine façon "tirait encore" tout le monde vers le haut, au point d'ailleurs qu'ensuite son adversaire et successeur Chirac allait vainement tenter de le singer.

 

Avec le recul, je ne crois pas plaquer sur cette époque là une nostalgie erronée. Oui, j'étais alors élève de l'Ecole nationale d'administration, en plein milieu des années 1990, sur une pente personnelle beaucoup plus ascendante que celle d'aujourd'hui, mais ce n'est pas pour cela que je magnifie ces années. En ce temps là j'étais déjà critique du mitterrandisme, conscience de servir une République minée par des affaires troubles. Mais encore une fois, il y avait ce style du chef de l'Etat , qui par lui-même laissait entendre que l'Etat existait, "en soi et pour soi" comme eût dit Hegel, sans avoir besoin des caméras, ou de la bénédiction de Wall Street. C'est pour cela que même un asocial rêveur comme moi pouvait encore, en ce temps-là, trouver la force de faire le planton devant une caserne, ou prononcer des discours à la place d'un préfet dans des comices agricoles : parce que l'Etat n'était pas ridicule, l'Etat gardait sa propre assise.

 

Pour aussi excécrable que fussent le Prince et son cercle d'admirateur. Je pourrais épiloguer longtemps. Vous parler des ambassadeurs que j'ai connus en ce temps là, deux qui avaient été chefs du protocole de l'Elysée, je pourrais vous dire en quoi le style mitterrandien avait déteint sur eux dans les bons côtés et les plus négatifs. Mais je garde ces témoignages pour mes vieux jours, quand tout le monde sera mort et qu'ainsi je serai délivré de l'obligation de réserve.

 

Mais je crois vraiment que cet arrière plan mitterrandien donna un sens à mes vingt ans, à mes études à Sciences Po, à ma vision de l'avenir, même quand je m'y opposais, même quand je le dénigrais. Il en donnait à l'ensemble de la structure sociale dans laquelle je baignais. Et ce n'est sans doute pas un hasard si je suis allé écrire un mot, moi aussi, comme tant d'autres, sur le registre mortuaire du vieux président, au lendemain de sa mort.

 

En fait je ne suis pas loin de penser que nous qui avons eu 20 ans à Paris en 1990 sommes tous, peu ou prou, comme ce type dont on m'a parlé qui avait fait de longues études à Berlin Est pour devenir diplomate, et a décroché son premier poste de diplomate Est-allemand trois mois avant la disparition de la RDA pour finir au chômage. Seuls des gens particulièrement madrés, comme les ministres du gouvernement actuel, ceux qui dès le départ étaient nés pour dépasser l'Etat, peuvent échapper à ce sentiment.

 

Je crois que c'est une erreur que de chercher à compenser le sentiment du déclin de l'Etat français en bricolant sur Internet comme je le fais depuis douze ans maintenant. Internet ne fera pas revivre ce qui est mort dans l'aventure que l'Etat français nous offrait au début des années 1990 ni ne proposera aucune aventure de substitution. Les années de plomb sont loin d'être terminées.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>