Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Quelques "unes"

26 Février 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse

AT

 

nato-bomb.jpg

-  Civilians 'massacred' in Myanmar

 

-Russia's quest for Balkan bases

 

- Turkey setting up a pipeline to encourage Uyghur emigration and, possibly, recruiting Uyghurs to join the Syrian uprising

 

AW

 

- US Military Vehicles Paraded 300 Yards From the Russian Border

 

- Report: Libya Coup General to Meet With Israeli Officials

 

CP

 

- Venezuela: a Coup in Real Time

 

 

 

Lire la suite

After pack

17 Février 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Y a t il une vie après le "pack premium overblog" ? ce pack meurt dans 3 jours. Ce blog retrouvera-t-il son adresse URL antérieure ? Ou disparaîtra t il ? Les concepteurs du pack ne le disent pas. En tout cas voici la nouvelle adresse est celle-ci delorca.over-blog.com.

 

Incubation. Vieille technique présocratique pour susciter des théophanies. Samedi sur Arte dans l' "Egypte des dieux", vue par 500 000 personnes (2,5 % d'audimat samedi), on ose nous dire que la croyance des Egyptiens en la vie en l'au-delà serait née du constat qu'ils firent que les cadavres ne se décomposaient pas dans le désert. Ah bon ? Tout procédait d'observations empiriques déformées ? il n'y avait pas des gens qui avaient des visions de l'au-delà dans leur société et qui pouvaient influencer leurs contemporains ? Il y en a pourtant dans la nôtre, pourtant si rationaliste, qui s'efforce de les marginaliser à tout prix... et chez eux ? non ? Bon d'accord, non. Apparemment il n'y avait pas de devins-guérisseurs en Egypte selon ce docu. Et les pharaons n'avaient pas de harems : ils voyageaient avec leur petite dame légitime sur e Nil comme un gentil couple protestant allemand, les Egyptiens étaient des gens de notre époque quoi... Faut croire que les livres d'historiens qui nous parlent des centaines de femmes des pharaons élevaient en cheptel et gadées par une pléthore d'eunuques étaient mensongers. De même le docu ne dit pas qu'Akhenaton comme son père, et comme Ramsès II, s'est accouplé avec ses filles et a eu une progéniture avec elles (cf Les Secrets d'Hator p. 82). Vu l'heure de grande écoute, il ne faut pas choquer les oreilles, et tant pis si la vérité est sacrifiée (une fois de plus). Je retiens donc du docu qu'Amenophis III (-1388/-1352) faisait peindre des naïades dans un style réaliste, et enviait les conquêtes de Toutmosis III. Et je ferai "comme si" avec ça j'avais vraiment appris quelque chose...

 

A part ça, je feuillette la presse vénézuélienne, Granma, le Quotidien du peuple, Antiwar.com. On m'interviewe sur des sujets légers. J'endure les horreurs de la SNCF (devenu un des pires services publics de France après en avoir été le fleuron). Je vais me replonger bientôt dans l'écriture sur le tantrisme. Rien de très intéressant pour vous, n'est-ce pas chers lecteurs ? Alors allez donc plutôt acheter mes livres que de lire ce blog.
Lire la suite

Les prophéties chez Lucain

11 Février 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Antiquité - Auteurs et personnalités

romans.jpgQuand César franchit le Rubicon, Lucain dans le livre I de la Pharsale décrit la terreur qui s'empare de nombreux Romains ("Oh ! Qu'aisément les dieux nous élèvent au comble du bonheur ! Que malaisément ils nous y soutiennent !").

 

On consulte les devins étrusques, selon la tradition, dit Lucain, à commencer par Arruns de Luca, qui lit dans le mouvement des oiseaux et émet un oracle au vu des entrailles d'un taureau : "O dieux ! Dois-je révéler au monde tout ce que vous me laissez voir ? Non, Jupiter, ce n'est pas à toi que je viens de sacrifier, j'ai trouvé l'enfer dans les flancs de ce taureau. Nous craignons d'horribles malheurs, mais nos malheurs passeront nos craintes. Fasse le ciel que ces signes nous soient favorables, que l'art de lire au sein des victimes soit trompeur, et que Tagès qui l'inventa nous en ait imposé lui-même."

 

C'est Figulus qui est chargée de l'expliciter :

 

"Figulus, qu'une longue étude avait admis aux secrets des dieux, à qui les sages de Memphis l'auraient cédé dans la connaissance des étoiles et dans celle des nombres qui règlent les mouvements célestes, Figulus éleva sa voix : "Ou la voûte céleste, dit-il, se meut au hasard, et les astres vagabonds errent au ciel sans règle et sans guide ou, si le Destin préside à leur cours, l'univers est menacé d'un fléau terrible. La terre va-t-elle ouvrir ses abîmes ? Les cités seront-elles englouties ? Verrons-nous les campagnes stériles ? les airs infectés ? les eaux empoisonnées ? Quelle plaie, grands dieux ! quelle désolation prépare votre colère ? De combien de victimes un seul jour verra la perte ! Si l'étoile funeste de Saturne dominait au ciel, le Verseau inonderait la terre d'un déluge semblable à celui de Deucalion, et l'univers entier disparaîtrait sous les eaux débordées. Si le soleil frappait le Lion de sa lumière, c'est d'un incendie universel que la terre serait menacée ; l'air lui-même s'enflammerait sous le char du dieu du jour. Ni l'un ni l'autre n'est à craindre. Mais toi qui embrases le Scorpion à la queue menaçante, terrible Mars, que nous réserves-tu ? L'étoile clémente de Jupiter est à son couchant, l'astre favorable de Vénus naît à peine, le rapide fils de Maïa languit ; Mars, c'est toi seul qui occupes le ciel. Pourquoi les astres ont-ils abandonné leur carrière, pour errer sans lumière dans le ciel ? Pourquoi Orion qui porte un glaive, brille-t-il d'un si vif éclat ? La rage des combats va s'allumer ; le glaive confond tous les droits ; des crimes qui devraient être inconnus à la terre obtiennent le nom de vertus. Cette fureur sera de longue durée. Pourquoi demander aux dieux qu'elle cesse ? La paix nous amène un tyran ! Prolonge tes malheurs, ô Rome ! traîne-toi d'âge en âge à travers des ruines. Il n'y a plus de liberté pour toi qu'au sein de la guerre civile."

 

Et une matrone qui, habitée par Phébus, va compléter :

 

"Telle des sommets du Pinde descend la bacchante pleine des fureurs du dieu d'Ogygie, telle à travers la ville consternée s'élance une matrone révélant par ces mots le Dieu qui l'oppresse. "Où vais-je, ô Péan ! Sur quelle terre au-delà des cieux suis-je entraînée ? Je vois le Pangée et ses cimes blanches de neiges, et les vastes plaines de Philippes au pied de l'Hémus. Phébus, dis-moi, quelle est cette vision insensée ? Quels sont ces traits, quelles cohortes romaines en viennent aux mains ? Quoi ! une guerre et nul ennemi ? Où suis-je ailleurs emportée ? Me voici aux portes de l'Orient où la mer change de couleur dans le Nil des Lagides. Ce cadavre mutilé qui gît sur la rive du fleuve, je le reconnais. Je suis transportée aux Syrtes trompeuses, dans la brûlante Libye, où la cruelle Erinys a jeté les débris de Pharsale. Maintenant je suis emportée par-dessus les cimes nuageuses des Alpes, plus haut que les Pyrénées dont le sommet se perd dans les airs. Maintenant je reviens dans ma patrie. La guerre impie s'achève au sein du Sénat. Les partis se relèvent ; je parcours de nouveau l'univers. Montre-moi de nouvelles terres, de nouvelles mers, Phébus, j'ai déjà vu Philippes (50)." Elle dit, et tombe épuisée sous le dernier effort de sa fureur."

 

A la suite de Cicéron, les historiens attribuent au sénateur Nigidius Figulus (98-45 av JC), médium et voyant, la renaissance du pythagorisme à Rome.

 

Cicéron dit de lui:

 

« Cet homme fut à la fois paré de toutes les connaissances dignes d'un homme libre et un chercheur (investigator) vif et attentif pour tout ce que la nature dissimule (quae a natura involutae videntur). Bref, à mon avis, après les illustres pythagoriciens dont l'enseignement s'est de quelque façon éteint après avoir fleuri pendant plusieurs siècles en Italie et en Sicile, il est l'homme qui s'est levé afin de le renouveler. » (Timaeus, I, 1, 2)

 

Plusieurs choses me surprennent dans ce passage. D'abord le fait que Rome au bord du chaos remette la lecture de son avenir à ses vaincus : les Etrusques - seul peuple non indo-européen d'Italie, qui, après avoir dominé Rome, ont vu leur région soumise et ravagée par elle - et une femme, une matrone.

 

Je suis surpris de voir qu'un vieil augure est interrogé avant Figulus. Dans les traditions africaines les vieux parlent en dernier, mais peut-être est-ce l'inverse au Sénat romain (j'ai oublié), et comme la religion fonctionnait sur le modèle du Sénat (comme la congrégation d'Isis sur le modèle des municipes si l'on ne croit Apulée) ce serait un point à vérifier.

 

Dans le propos de Figulus divers points m'échappent. " Si l'étoile funeste de Saturne dominait au ciel, le Verseau inonderait la terre d'un déluge semblable à celui de Deucalion, et l'univers entier disparaîtrait sous les eaux débordées. Si le soleil frappait le Lion de sa lumière, c'est d'un incendie universel que la terre serait menacée ; l'air lui-même s'enflammerait sous le char du dieu du jour", "toi qui embrases le Scorpion à la queue menaçante, terrible Mars", "Orion qui porte un glaive"... Je note que l'astrologie est très présente dans la Pharsale puisqu'elle revient lorsque Pompée navigue vers sa mort au large de l'Egypte.

 

La femme qui sort dans la rue est possédée par Apollon Phébus (plus Phébus d'ailleurs qu'Apollon dont le titre grec n'est introduit que par Auguste, mais Lucain peut commettre un anachronisme en pensant aussi ici à l'Apollon grec), comme la Pythie de Delphes. On sait que la mère d'Auguste a été fécondée par le serpent d'Apollon pour enfanter Auguste selon Suétone (et l'on se souvient de l'importance de l'oracle d'Apollon et de la sibylle de la ville italo-grecque de Cumes dans Virgile. Or Suétone raconte que Figulus émet une prophétie lors de la naissance d'Auguste, ce qui lie d'une certaine manière Figulus à Apollon comme cet enchaînement étrange chez Lucain entre Figulus et la matrone inspirée par Apollon.

 

C'est finalement la matrone voix d'Apollon qui livre l'oracle le plus précis, qui est un véritable résumé de toute l'oeuvre "la Pharsale". La matrone effectue une "décorporation" diraient nos médiums contemporains et se trouve authentiquement transportée aux divers lieux de la guerre civile. Alors que la prophétie astrale de Figulus est très axée sur le temps (elle prédit la durée de la guerre), celle de la matrone est très spatiale (elle en visualise les lieux).

 

Je ne suis pas en train de dire que Lucain rapporte des traditions réelles sur la première année de la guerre civile en Italie (nous n'avons aucun moyen de le savoir). Je dis juste que son propos a un sens qui mérite d'être exploré "de l'intérieur". Lucain est l'auteur d'une descente aux enfers. Nous savons que les descentes aux enfers sont des résultats de techniques d'incubation qui mettent en contact avec le sacré. Par conséquent "La Pharsale" se donne comme un poême inspiré, et les "visions" dont il témoigne doivent être analysées de très près.

 



Lire la suite

Prendre soin de sa langue et de son savoir

5 Février 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Dans "Quand l'Europe parlait français", Fumaroli explique que le français du duc de Saint-Simon, comme celui de Frédérique-Sophie Wilhelmine, margravine de Bayreuth, est moins marqué par l'apprentissage de la version latine que celui des écrivains professionnels de leur temps. Ma lecture de Saint-Simon est trop ancienne et mon commerce avec les écrivains classiques trop sommaire pour que je puisse apprécier le bien-fondé de cette remarque. Toutefois, il transparaît dans ce propos l'importance du soin que l'on accorde au langage, lequel oriente (c'est une évidence, mais rappelons le quand même) son style de perception, ses idées, sa sensibilité.

 

Moi-même qui écris fort mal, toujours à la hâte, et sans l'énergie suffisante pour retravailler mon style, je tente de ne pas perdre cela complètement de vue, et même, je m'accroche à cette idée comme à ma dernière chance de ne pas finir complètement avalé par la médiocrité ambiante (ce qui suppose un combat quotidien). Et cela concerne aussi bien le langage que le savoir et la culture.

 

Cela ne fait pas partie des valeurs des gens de la génération de Serge July. La génération 68. Un ami cinéphile m'envoyait il y a peu cette vidéo d'un de ses représentants, un certain Vincent Nordon dont j'ignorais l'existence jusqu'alors. Interview amusante par son refus d'entrer dans le 21ème siècle, mais lassante par sa désinvolture adolescente.

 

 

 

J'apprécie chez ce Nordon le côté cinéphile érudit qui ne joue pas les importants (à la différence du Zagdanski dont il parle dans cette interview et dont je découvre les videos sur You Tube, une véritable bête de scène de la TV). Mais la désinvolture fatigue :  ce côté éternels ados qui ne soignent pas les formes, et n'ont pas beaucoup de fond culturel non plus, à part leur connaissance du cinoche, ces mômes sexa-(ou septua-) génaires qui parlent entre eux comme au bistrot devant la caméra (on a l'impression de les déranger en regardant leurs vidéos). Dans une de ses interviews Nordon regrette que son père ne l'ait pas poussé à lire les auteurs latins, et dans son dialogue avec Zagdanski sur la littérature sur You Tube, Godard reconnait qu'il n'a presque rien lu (notamment de Shakespeare, bien qu'il ait fait un film dessus) et qu'il se borne à proposer des trucs comme il fait avec son plombier "sans savoir comment marche le radiateur".
 
Cette inculture est ce qui exaspérait de vieux réacs comme Morand dont je lis parfois le journal de 1970. Elle est plus sympathique que celle de nos ténors télégéniques à la Onfray, mais ce sont quand même des facilités d'enfants gâtés. Ces gens faisaient semblant d'avoir lu Shakespeare, nos créateurs et journalistes contemporains, eux (les moins de 50 ans) ne lisent que des dépêches d'agences de presse ou leurs équivalents littéraires (du Houellebecq). Nous devons revenir à "un petit peu plus de travail", sur le fond et sur la forme...

Lire la suite