Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Un acte de piraterie maritime britannique pour provoquer la guerre ?

23 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme

Greth Porter, journaliste auteur de "Manufactured Crisis: The Untold Story of the Iran Nuclear Scare" l'explique aujourd'hui dans "The American Conservative" : l'arraisonnement du tanker iranien Grace 1 dans le détroit de Gibraltar n'était pas seulement un acte immoral participant d'une volonté d'asphyxier le peuple syrien, c'est aussi un acte illégal. Contrairement a ce qu'ont prétendu les autorités britanniques, elles n'ont pas agi conformément au règlement de l'UE de 2012 sur les sanctions contre le gouvernement Assad en Syrie. L' article 35 du règlement du Conseil de l'UE en question précise que les sanctions ne devaient s'appliquer que sur le territoire des États membres de l'UE, à une entité nationale ou commerciale ou à bord d'un aéronef ou d'un navire "relevant de la juridiction d'un État membre". Or à aucun moment il n'a été précisé à quel endroit le tanker a été intercepté, et ce pour la bonne et simple raison qu'il se soit trouvé dans les eaux territoriales de Gibraltar : alors que la souveraineté britannique s'arrêté à la moitié du détroit, le Grace 1 se trouvait dans la voie de navigation orientée vers l’est en direction de la Méditerranée, qui se trouve au sud de la voie pour les navires se dirigeant vers l’ouest vers l’Atlantique, et donc nettement plus proche de la côte marocaine que de la côte de Gibraltar. En outre, même si le navire était passé dans la zone sous contrôle britannique la convention de l'ONU sur le droit de la mer interdit explicitement aux États riverains du détroit d'interférer dans le passage en transit d'un navire marchand, à quelques exceptions près très étroitement définies.  Il s'agit donc purement et simplement d'un acte de piraterie qui méconnaît la liberté de circulation dans les détroits, de sorte que l'Iran a été parfaitement fondée à prendre une mesure similaire contre un tanker similaire dans le détroit d'Ormuz afin d'obtenir plus rapidement la libération de son équipage immobilisé.

En outre, selon Porter, cette opération aurait été inspirée par le sinistre conseiller néo-conservateur de Donald Trump John Bolton. Selon la déclaration du ministre en chef de Gibraltar, la décision de saisir le navire a été prise après la réception "d'informations" qui fournissaient "des motifs raisonnables" de soupçonner qu'il transportait du pétrole destiné à la raffinerie syrienne de Banyas. Le correspondant de la BBC Jonathan Beale a déclaré: «Il semblerait que les renseignements viennent des États-Unis». Le ministre espagnol des Affaires étrangères par intérim, Joseph Borrell, a déclaré le 4 juillet que la saisie britannique avait fait suite à «une demande des États-Unis au Royaume-Uni». Le 19 juillet, Guy Falconbridge , correspondant de Reuters à Londres , a rapporté que «plusieurs sources diplomatiques ont déclaré que les États-Unis avaient demandé au Royaume-Uni de saisir le navire». En outre le 29 mai 2019, juste au moment où le tanker entamait son voyage pour approvisionner la Syrie, le conseil national de sécurité du Panama lui a retiré son pavillon - ce qui le prive d'accès aux assurances - alors que ce pays avait reçu pour instruction de cesser d'accorder des pavillons aux navires iraniens dès 2018. Cette décision précisément axée sur le déplacement du Grace 1, selon toute vraisemblance, a été prise sur ordre de Washington qui dès la fin mai avait ce pétrolier dans son collimateur.

«Aujourd'hui, nous le proclamons fièrement: la doctrine Monroe est bien vivante», avait déclaré Bolton, en avril dernier en Floride, réaffirmant ainsi le droit séculaire que s'arrogeaient les Etats-Unis de limiter la souveraineté des Etats dans l'hémisphère occidental. Rien d'étonnant donc à ce qu'il ait ainsi instrumentalisé le Panama, à quelques semaines de l'entrée en fonction comme nouveau président de la République du social-démocrate patriote Laurentino Cortizo qui s'était distingué dans les années 2000 par son opposition à un traité de libre-échange avec Washington. Avant hier, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohamad Yavad Zarif, a estimé que le conseiller américain à la Sécurité nationale, dirigeait "son poison contre le Royaume-Uni dans l'espoir de l'entraîner dans un bourbier". S'agit-il pour lui de pousser Londres à mener une guerre que Trump rechigne à lancer contre Téhéran ?

Dans le même sens que Porter, l'ex-sénateur, leader des libertariens anti-guerre Ron Paul souligne sur le site de son Institut que Bolton sur Twitter s'était dit "surpris - mais ravi - par l'action britannique contre le pétrolier iranien" au moment-même où Washington envoie 500 soldats en Arabie Saoudite, une première depuis le retrait officier des troupes américaines de ce pays en 2003. En tout cas, comme le note Patrick Cockburn, cet action du gouvernement britannique comme simple valet des néo-conservateurs américains alors que Londres est censée rester officiellement sur la ligne européenne qui est en faveur du maintien de l'Iran dans l'accord nucléaire et la condamnation des sanctions unilatérales adoptées par Washington augure mal de ce que sera la politique étrangère britannique après l'achèvement du Brexit.

Lire la suite

L'affaire Epstein, une autre opération Weinstein des milieux occultistes ?

15 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Grundlegung zur Metaphysik, #Donald Trump

A l'occasion le 6 juillet de l'arrestation du milliardaire prédateur sexuel Jeffrey Epstein. dont je vous parlais en mars dernier, beaucoup voient se vérifier les annonces du groupe Qanon (en français ici). C'est notamment le cas, en langue française du canadien Alexis Cossette sur Radio Québec dont une lectrice m'a recommandé la vidéo (ci-dessous).

Alexis Cossette évoque le sketch qu'avait fait l'humoriste Bill Maher pour se moquer des infos diffusées par Qanon sur Epstein. Cossette précise que Bill Maher est impliqué dans les mêmes réseaux qu'Epstein. On le voit sur une photo avec des chaussures rouges, une image qu'il rapproche des chaussures rouges de John Podesta - ce qui signifie dans la sémiologie des sociétés secrètes que les pieds baignent dans le sang du sacrifice. Sa boîte de production s'appelait "Kid love" (amour des gosses, tout un programme de pédo-satanisme).

Dans la collection d'art de Tony Podesta, le frère du directeur de campagne d'H. Clinton (les deux étaient très liés et assistaient ensemble au "spirit cooking" de la sorcière Abramovic à New York), rappelle Cossette, il y avait des enfants aux chaussures rouges, et une image d'enfants aux pieds rougis dans une piscine, image qui renverrait en fait au domaine des Vanderbilt (un empire économique américain du 19e siècle autour des chemins de fer et de la navigation, autrefois au coeur du groupe maçonnique de la Table Ronde et de la Pilgrim Society, et liés aux Skull and Bones), piscine dépourvue de drains (donc qui n'avait rien d'une piscine), avec des lanières aux murs pour les tortures. Cossette montre aussi une photo de la mère du présentateur de CNN Anderson Cooper Gloria Vanderbilt portant un collier de sorcière sous l'image d'une divinité isiaque entourée du soleil et de la lune. Selon Alexis Cossette, avec les photos des dining rooms sur l'île d'Epstein, la preuve de la pratique de la cuisine spirite éclatera avec le procès du milliardaire.

Beaucoup cependant sont plus circonspects (par exemple sur Youtube "A call for un uprising" ou Paul Romano). Compte tenu des liens que Trump lui-même avait eus avec Epstein, il se pourrait que cette arrestation, ne soit qu'un coup de pub pour monter au pinacle des stars de l'alt right (droite alternative) qui, à l'image d'Alex Jones, multiplient les signes d'allégeance à l'occultisme, tout comme l'affaire Weinstein l'avait été pour promouvoir le mouvement féministe hollywoodien illuminati MeToo. En l'occurrence ici l'arrestation d'Epstein s'inscrit dans le cadre de poursuites du bloggeur pro-Trump Mike Cernovitch (un homme dont les tweets manifestent qu'il a un rapport étrange aux faux-viols et au signe du 666) contre le milliardaire. Les sociétés secrètes qui contrôlent une large part de l'establishment judiciaire et policier américain n'auraient vendu Epstein qui est un des leurs que pour monter en épingle l'affrontement entre démocrates et droite alternative pro-Trump, mais cela en évitant bien de révéler tout l'arrière plan pédo-sataniste et surtout l'ensemble des protagonistes susceptibles d'être impliqués (y compris dans l'entourage de Trump) dans les rituels sanglants auxquels Epstein était mêlé.

Par exemple, le "hall of fame" de la grande maison d'Epstein à New-York comportait selon le NY Times du 8 juillet les photos de Woody Allen ou du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane : qui va mener une enquête sur l'homme fort de la monarchie wahhabite qui a le bon goût en ce moment d'inviter au festival du méga-complexe de Djeddah la rappeuse sataniste Nicki Minaj ?

Lire la suite

Etats-Unis/Iran : La Chambre des représentants veut limiter le pouvoir du président de déclencher une guerre

13 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme

La Chambre des représentants américaine a approuvé cette nuit par 251 voix (principalement démocrates mais tout de même 27 Républicains) contre 170 un amendement bipartisan à la loi annuelle de politique de défense (équivalent de notre loi de finances) parrainé par les représentants Ro Khanna (député de la Silicon Valley - Californie proche de Bernie Sanders) et Matt Gaetz (républicain Floride, un protégé de Trump dont la circonscription comprend beaucoup d'anciens combattants) visant à interdire les dépenses relatives à une action militaire contre l'Iran, à moins que cette action n'ait été expressément autorisée par le Congrès ou en cas de conflit politique. urgence nationale créée par une attaque contre les États-Unis.

La chambre a aussi abrogé la loi autorisant la guerre contre Saddam Hussein en Irak, qui bizarrement restait toujours en vigueur, et à l'initiative de Ro Khanna, un amendement formalisant la fin de la guerre en Corée et un amendement interdisant les fournitures de munitions et de renseignements aux troupes de la coalitions saoudienne qui occupent le Yémen. Le New York Times du 11 juillet insiste sur le fait que même les démocrates modérés comme Makie Sherrill qui a conquis sa circonscription du New Jersey aux dernières élections législatives, même s'ils hésitent à résister à Trump à qui ils n'accordent pas les sommes qu'il exige pour le budget de la défense (la dépense serait plafonnée à 750 milliards de dollars seulement 30 milliards de plus que sous Obama, mais deux fois plus qu'en 2002...), se sentent poussés par leur électorat à stopper la course aux armements et à l'ingérence qui est l'alpha et l'oméga de la politique du Pentagone depuis plusieurs années.

D'autres mesures contre le mur de Trump à la frontière mexicaine et la discrimination des LGBT dans l'armée font partie de ces amendements.

Le lobby  libertarien "Americans for prosperity" des frères David H. Koch et Charles G. Koch propriétaires d'un vaste conglomérat pétrochimique, commercial et financier a contribué à rallier à l'amendement anti-guerre en Iran des Républicains. Cet amendement bi-partisan est une étape importante dans l'inversion de la logique belliciste au sein de la classe politique américaine, qui prolonge celle de résolution d'avril dernier contre l'engagement militaire américain au Yémen.

Toutefois la mesure risque de se heurter à la résistance des Républicains du Sénat,. Un dispositif similaire introduit par les démocrates Tom Udall, du Nouveau-Mexique et Tim Kaine, de Virginie, et les républicains Mike Lee, de l'Utah, et Rand Paul, du Kentucky, avait été rejeté par le Sénat le mois dernier.

Lire la suite

La Novlang médiatique sur un fait divers charentais

13 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Très typique du décalage entre le traitement, plein de non-dits, complètement "politiquement correct" et hors sol (avec une photo d'illustration complètement bidon) de l'actualité par un grand média ("20 minutes" avant-hier et repris par la multinationale Yahoo) et les réactions des gens qui connaissent les ficelles de la propagande et manifestent un besoin de plus de réalisme sociologique :

FAITS DIVERS - Une jeune femme a été victime d’un coup porté en plein cœur alors qu’elle s’interposait entre deux femmes sur fond de querelle amoureuse

Elle a été poignardée en pleine rue de La Rochelle, mercredi après-midi, rue du docteur Calmette, dans le quartier Bel Air. Une femme est morte après avoir reçu un coup de couteau au niveau du cœur selon France 3 Nouvelle Aquitaine.

La victime se trouvait chez une amie, lorsqu’une autre femme d’une vingtaine d’années s’est mise à hurler derrière la porte. Selon les premiers éléments de l’enquête, elle était venue pour avoir des explications auprès de la locataire de l’apparemment, chez qui son petit ami aurait passé la nuit.

En voulant s’interposer entre les deux femmes, la victime se serait alors pris un coup de couteau fatal. Lors de leur arrivée sur place, les pompiers ont tenté de la réanimer, en vain. L’auteure présumée du coup a pris la fuite, avant d’être interpellée un peu plus tard par la police. (la photo qui illustre cela montre une rue commerçante de la ville - cf à gauche).


Commentaires :

" scrutator 

Aziza ? Aïcha ? Aurore ? Catherine ? 

 Sophie

La vente de couteaux a de beaux jours devant elle, avec l'invasion et la "culture" muzz [musulmane], d'autant plus que les femmes s'y mettent ...

Joop

Faudrait pas oublier non plus que cela s'est produit dans le très chic quartier de Mireuil où même les keufs osent pas sortir de leurs bagnoles, quartier chic s'il en est... Faut pas se fier à la photo qui est une très gentille et très calme petite rue du centre-ville de La Rochelle et la population n'est pas la même, les meurtres, les agressions et les coups de couteau font partie de la vie de tous les jours. C'est pas un féminicide, juste un truc comme il y en a tous les jours, je le sais bien puisque je suis justement rochelais... Un aperçu de Mireuil (si le lien passe) et encore c'est une belle image: ici.

jean 

Pas d'homme impliqué ! Schiappa doit être furieuse ?? "

Hey les journaleux, vous n'en avez pas marre de travailler pour la Pravda ? Et vous chers lecteurs, ne pourriez vous pas décider une bonne fois pour toutes de boycotter les grandes chaînes de TV et radio nationales et les grands portails façon MSN, Yahoo, Orange etc ? Bon, je sais, un jour les commentaires seront complètement verrouillés par des algorithmes et on vous gavera d'infos officielles en les branchant directement sur la puce électronique que vous aurez accepté de mettre dans votre cerveau. Mais en attendant, boycottez toutes ces demi-vérités faites seulement pour vous exploiter comme du cheptel ovin.

NB : Tout cela est à rapprocher de l'occupation du Panthéon hier par les "Gilets Noirs" (les sans-papiers qui occupent des logements insalubres)... Notez que le point en l'air sur leur tract rappelle étrangement celui des organisations financées par Soros (Otpor, Canvas etc). Tout cela au milieu aussi des violences provoquées par les supporters algériens après la victoire de leur équipe favorite en coupe d'Afrique. Castaner reproche aux Algériens d'avoir manqué de respect à l'égard de "leur pays" (et non pas de la France en saccageant des commerces français. On ose dire que la police a été prise de cours (quand je travaillais à "Brosseville" évidemment tous les pouvoirs publics étaient sur le qui-vive quand se jouait un match de foot impliquant l'Algérie, notamment dans la coupe du monde 2010. Ambiance démissionnaire des pouvoirs publics pour la défense des frontières et des valeurs nationale, avec un discours lénifiant des médias pour envelopper tout cela.

Lire la suite

Le néo-conservateur Bolton sur le départ ?

11 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis

Selon des bruits de couloir, l'Establishment républicain en charge de la sécurité nationale serait paniqué à l'idée que Donald Trump puisse remplacer l'infâme conseiller à la sécurité nationale John Bolton (qui vient de féliciter le gouvernement anglais d'avoir arraisonné un navire qui iranien qui livrait du pétrole à la population syrienne) par le colonel anti-interventionniste Doug Macgregor, qui soutiendrait son projet de se retirer des guerres afghane et syrienne et mettre fin à l'état de guerre en Corée.

Beaucoup ont remarqué que Bolton avait été envoyé en Mongolie le jour où Trump a décidé de rencontrer Kim Jong Un sur la ligne de démarcation entre les deux Corées le 30 juin. Trump était entouré seulement de ses fidèles Mike Pompeo, Mick Mulvaney, Jared and Ivanka Trump et son nouveau conseiller Tucker Carlson que Fox New crédite d'avoir sorti Washington d'une logique de frappes aériennes sur l'Iran le 21 juin. Pompeo a envoyé un tweet rageur à cette occasion contre ceux qui ont annoncé sans concertation un projet de gel nucléaire dans la péninsule contre gel des sanctions,  ce qui faisait référence à un briefing de l'envoyé spécial en Corée Stephen Biegun. Thomas Wright du think tank Brookings Institution dans Atlantic.com 5 juillet 2019 détaille les étapes d'une autonomisation de Trump à l'égard de son entourage et précise que Bolton fait de la surenchère en ce moment pour sortir de l'équipe de Trump la tête haute en montrant qu'il était "trop dur pour Trump". Le président pourrait ainsi se présenter à sa réélection comme un "deal maker" (faiseur de pactes), capable de dureté à l'égard de ses alliés et de faire la paix avec ses ennemis. Mais la position du président reste fragile car il est toujours à la merci de la signature d'accords qu'il ne comprend pas et qui pourraient se retourner contre lui.

Lire la suite

Un militant anti-pédocriminalité en cavale arrêté au Venezuela

11 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Christianisme

 

Stan (Christian) Maillaud, ancien gendarme, ancien parachutiste, devenu vigile, qui avait enquêté sur les réseaux pédo-sataniques et sur le système MK Ultra, ainsi qu'un mouvement clandestin de résistance, a été arrêté par Interpol le 10 juillet sur l'île de Margarita au Venezuela, a fait savoir sa compagne Janette Semann sur YouTube. Il avait été condamné à cinq ans de prison ferme le 30 août 2018 par le tribunal correctionnel de Saintes pour avoir enlevé les trois enfants de Sandrine Gachadoat, une femme qui avait accusé son mari d'attouchements sur ses enfants, mais qui a été internée en hôpital psychiatrique par la suite.

Le procès de 2018 avait mis en lumière des sympathisants de Stan Maillaud comme Christophe Borja (Tof) qui se sont engagés dans le combat anti-pédocriminalité à la suite du reportage d'Elise Lucet "Viols d'enfants la fin du silence" de 1999 (France 3) et du témoignage de l'ex-magistrate Martine Bouillon auteure de "Viol d'anges".

S. Maillaud était sur le point de télécharger une de ses conférences sur le réseau russe RuTube.

En 2018 le Parisien (qui n'est pas une référence à mes yeux), Sud-Ouestl'Obs et M6 (66 minutes) etc. avaient instruit un procès à charge contre ce personnage. Un de ses camarades Jérémy Lehut jugé à Saintes lui avait reproché d'avoir appelé au chahut à l'audience de son procès, et beaucoup de gens dans la mouvance anti-pédocrimininalité dénoncent sa mythomanie.

Cet homme semble-t-il fait partie, comme bien d'autres dans les milieux dissidents (comme une "juriste" qui a été mise en avant sur You Tube pendant l'insurrection des gilets jaunes sur laquelle j'ai obtenu quelques infos récemment, mais bon je préfère ne pas trop verser dans le "name dropping"...), de ces personnalités à l'Ego un peu trop gonflé et instable qui se discréditent sottement par divers coups d'éclats, alors qu'il y aurait sans doute plus à faire dans le cadre du respect strict de la légalité. (D'ailleurs la faiblesse de leur personnalité outre leur goût pour le coup d'éclat se révèle dans leur propension à créer leur propre "mouvement de résistance" au lieu de composer avec des groupes plus vastes qui existent déhà).

Certes le travail patient d'information sur Internet ne fait pas rapidement bouger les choses tant le système est verrouillé, mais en quoi les appels à rébellion de l'armée, les monologues un peu ridicules devant les caméras, et les opérations nocturnes bizarres font-elles progresser les choses davantage ? Je pense aussi à Eric Fiorile, inventeur de la "Démosophie" qui a cru pouvoir copier le "modèle" du Conseil national de transition libyen et appeler au coup d'Etat le 14 juillet 2015. Cet homme vient d'annoncer sa démission du mouvement qu'il avait créé. Lui aussi a parfois des intuitions justes sur le pédo-satanisme. Nous savons que ce mouvement religieux est une réalité, et il suffit de voir tous les signes "Illuminati" dans les chansons et les films que je signale souvent sur ce blog pour voir qu'il bénéficie de soutiens élevés au sein des élites nationales et mondiales. Peut-être même est-il à deux doigts d'obtenir l'hégémonie (et la Bible nous enseigne qu'il l'obtiendra "in fine", l'ayant déjà eue, de toute façon, sous des formes plus atténuées). Le pizzagate révélé aux Etats-Unis par les fuites sur Wikileaks juste avant l'élection de Trump, en mouillant les Clinton, Soros, Abramovic, Hollywood l'a montré. Mais la fragilité des "héros vengeurs" qui, en France, entreprennent de combattre ces forces obscures finit par faire le jeu de ces dernières. Il faut beaucoup de sérieux, de patience et d'humilité quand on veut défendre une cause juste. Méfions nous des "têtes brûlées"...

Lire la suite

Rapport Bachelet sur les droits de l'homme au Venezuela

9 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Débats chez les "résistants"

Je suis hostile à l'ingérence contre le Vénézuela, j'ai signé une pétition contre le putsch de Pompeo parue dans "Le Soir" de Bruxelles en mars, et je me suis réjoui des grands manifestations populaires pour défendre sa souveraineté, mais il ne faut pas pour autant se mentir sur ce qui se passe dans ce pays où le gouvernement Maduro ne respecte plus les droits individuels comme le faisait jadis Chavez. Le rapport de Michelle Bachelet sur le Vénézuela pour la commission des droits de l'homme de l'ONU était très attendu, du fait notamment que Mme Bachelet s'est rendue sur place à Caracas, ce que n'avaient pas fait ses prédécesseurs. Il a été publié la semaine dernière (le 4 juillet) et son verdict est sévère pour Caracas.

A partir de 558 entretiens avec des victimes et des témoins de violations des droits de l'homme et de la détérioration de la situation économique au Venezuela et dans huit autres pays, ainsi que d'autres sources, sur la période de janvier 2018 à mai 2019, le rapport déclare :

"Depuis plus de dix ans, le Venezuela a adopté et mis en œuvre une série de lois, de politiques et de pratiques qui ont restreint l’espace démocratique, affaibli les institutions publiques et porté atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire. Bien que ces mesures aient été adoptées dans le but déclaré de préserver l'ordre public et la sécurité nationale contre de prétendues menaces internes et externes, la militarisation des institutions de l'État et l'emploi de la population civile dans des activités de renseignement et de défense se sont multipliés.
 

Tout cela a permis au gouvernement de commettre de nombreuses violations des droits de l'homme. Les autorités ont notamment attaqué certains individus et groupes, notamment des membres de l'opposition politique, considérés comme une menace pour le gouvernement en raison de leur capacité à exprimer des positions critiques et à mobiliser d'autres personnes. Cette répression sélective se traduit par une multitude de violations des droits de l'homme, qui peuvent constituer une persécution pour des raisons politiques. Ces violations nécessitent un complément d’enquête pour déterminer la responsabilité de l’État et la responsabilité pénale individuelle.
 
Des milliers de personnes, principalement des jeunes hommes, ont été tuées lors d'affrontements présumés avec les forces de l'État ces dernières années. Il existe des motifs raisonnables de croire que nombre de ces décès constituent des exécutions extrajudiciaires perpétrées par les forces de sécurité, en particulier les FAES (Forces d'action spéciale, des escadrons de la mort). Le Haut commissariat aux droits de l'homme HCDH craint que les autorités n'utilisent les FAES, et éventuellement d'autres forces de sécurité, dans le cadre d'une politique de contrôle social. Ces morts violentes nécessitent une enquête immédiate pour assurer la responsabilité des auteurs et des garanties de non-répétition.
 
Les peuples autochtones du Venezuela sont victimes de graves violations de leurs droits individuels et collectifs. Le HCDH est particulièrement préoccupé par les informations faisant état de menaces et d'actes de violence contre les autorités et les dirigeants autochtones et par la répression sélective des Pemons qui s'opposent au gouvernement. Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur les droits des peuples autochtones, en portant une attention particulière à la répression des peuples autochtones et aux violations de leurs droits collectifs à la terre, aux territoires et aux ressources.
 
L'État a systématiquement nié les droits des victimes de violations des droits de l'homme à la vérité, à la justice et à réparation. L’impunité a permis la répétition de violations des droits de l’homme, a enhardi les coupables et a laissé les victimes de côté. Le Haut-Commissariat s'inquiète de ce que, si la situation ne s'améliore pas, l'exode sans précédent des migrants et des réfugiés vénézuéliens continue de s'accroître et que les conditions de la population restée dans le pays ne se détériorent."

Rafael Ramírez Carreño qui fut président du trust pétrolier public PDVSA sous Chavez sur Aporrea défend ce rapport en ces termes  :

"Au cours des deux occasions que j'ai eu de participer aux travaux Haut Commissariat à Genève, à la fois pour dénoncer les persécutions politiques et les agressions de toutes sortes dont je suis victime en raison de mes positions critiques, ainsi que pour dénoncer les persécutions et les enlèvements de travailleurs de PDVSA et les officiers de nos Forces armées nationales bolivariennes, j’ai fourni des documents, des preuves, des vidéos, des photos, des faits publics et notoires, irréfutables, ainsi que de longs entretiens de témoignages. Dans le cas des travailleurs de PDVSA, j’ai remis les lettres de leurs propres parents, avocats, avec leurs numéros de téléphone et leurs courriels respectifs à contacter, puis à interroger l’équipe du Haut-Commissaire. Ce n'est pas un travail, facile ou léger. Tout a dû être corroboré.

Par conséquent, personne ne peut accuser le rapport de manque de rigueur, de profondeur et de détail; tout simplement, parce que cela ne sert pas leurs intérêts ou leurs priorités politiques. Au contraire, il s’agit non seulement d’un document établi avec la rigueur méthodologique du système des Nations Unies, coordonné par l’ancienne Présidente Bachelet, personne honorable et sérieuse, qui ne se prête à aucune manipulation, mais qui dispose de témoignages et de documentation. écrasante au sujet d’une situation qui, au lieu de mettre des facteurs politiques sur la défensive, devrait ouvrir un grand débat national sur la violence politique dans le pays, l’intolérance et la violation des droits de l’homme dans son ensemble."

Lire la suite

Quelques thèmes d'actualité aux quatre coins du globe

8 Juillet 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Billets divers de Delorca, #Le monde autour de nous

J'avoue que je n'ai pas pleuré sur le sort de Tsipras vaincu aux législatives de Grèce, car il fut un traître  sa cause. Il est seulement dommage que cela ramène au pouvoir à Athènes des héritiers. "Les bloodlines".

Je ne pleure pas non plus sur Theresa May qui a tenté de trafiquer le Brexit. Plutôt que de se demander si Boris Johnson sera son successeur on ferait sans doute mieux de se demander pourquoi le rejeton du prince Harry est baptisé "en secret" - les médias ne savent même pas qui seront ses parrains, ni qui assistera à la cérémonie - dans un style très "Rosemary's baby", si vous voyez ce que je veux dire. Mais je ne suis pas d'humeur à commenter l'agenda du Nouvel ordre mondial, notamment son versant féministe avec cette promotion lamentable du football féminin. C'est du "devide et imperat" (diviser pour régner, attiser le ressentiment et le mal-être de tout côté) de bas étage.  

Je ne développerai pas non plus sur les déconvenues des bacheliers. Les syndicats mènent un mauvais combat en prenant le bac en otage, et plus encore en encourageant les recalés à saisir la justice. Le président Macron n'est pas crédible quand il rappelle les enseignants à leurs devoirs, alors qu'il ne l'a pas fait pour les sbires de notre police qui, face aux Gilets jaunes (mais pas seulement face à ceux-là) ont couvert notre pays de honte (et je ne parle pas de la Justice qui ne fut guère correcte dans cette affaire, comme dans d'autres). Tout cela sera monté en épingle pour supprimer prochainement le bac, comme on supprime les concours de la fonction publique - et comme mon ancien camarade Mion, directeur de Sciences Po, abroge le concours d'entrée à cette école. Il faut liquider tous ces modes de sélection objectifs pour faire des recrutements "intuitu personae" à la Benalla : recruter les gens au berceau grâce à la puce qu'on mettra dans leur tête, si possible parmi les "fils de" comme en Grèce, les faire grandir dans des réseaux occultes, qui font des sacrifices au clair de lune, et les nommer ensuite à la tête de nos ministères, voilà l'objectif pour la France de demain. Vous allez me dire : c'est déjà le cas pour nos banques... Au fait bravo à notre numérologue en chef Christine Lagarde, pour son passage du FMI à la banque centrale européenne !

Laissons tous ces sujets épuisants et regardons plutôt les news locales de ce globe qui ne font pas la "une" de notre presse aux ordres. Le président du Sri Lanka s'oppose à un accord militaire avec les Etats-Unis, n'est-ce pas une bonne nouvelle pour ce pauvre petit pays martyrisé par des attentats suspects à Pâques ? N'est-ce pas un beau geste stoïque ? 

En Birmanie, loin des regards (l'armée a complètement censuré Internet et les journaux) le gouvernement central paraît perdre la guerre dans l'Etat de Rakhine où de nombreux Rohingyas ont été persécutés. Sans afflux d'armes de l'étranger dit-on.

En Afrique occidentale on prédit des jours mauvais pour la future monnaie qui devrait bientôt succéder au franc CFA. Construite sur le modèle de l'euro, elle en présenterait tout les défauts et devrait conduire nos anciennes colonies à aligner leur politique conjoncturelle sur le Nigeria, le géant de la région, qui, lui, a du pétrole mais pas elles... Passer du colonialisme français au placement de l'Afrique francophone à la remorque des chouchous de Wall Street (le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Rwanda) était une idée sarkozyenne qui continue d'avancer... mais qui fera reculer le continent.

En Argentine aux prochaines élections d'octobre 2019, Alberto Fernandez ex chef de cabinet de Cristina Kirshner pourrait gagner les élections et mettre fin à l'horrible parenthèse libérale de Macri. On le souhaite à ce pays, même si les deux camps ont une bonne dose de corruption dans leurs placards. Mais on espère aussi que notre "cher" Macron maintiendra son refus de ratifier l'accord scélérat signé par l'Union européenne avec le Mercosur qui devrait permettre aux produits bovins brésiliens et argentins de surclasser sans aucun standard de qualité nos productions nationales. Accord purement idéologique, au nom du dogme du libre-échange qui défie les lois du bon sens et de l'écologie - même l'ex-ministre Hulot s'en est indigné.

Ah, j'oubliais, dans ce petit tour d'horizon des actualités "locales" ou "régionales" de ce monde : quel dommage que nos préfets aient reçu de Castaner l'ordre de faire la chasse aux accords de coopération signés par nos communes et le département de la Drôme avec leurs homologues du Haut Karabakh arménien (Artsakh) ! Cette enclave n'est sûrement pas un endroit très enthousiasmant à visiter - l'article d'Investig'action, le site de Collon, à ce sujet, n'en donnait pas du tout envie - mais je pense qu'il faut avoir le courage de défendre un redécoupage des frontières au sein de l'ex-URSS pour réparer les tripatouillages de Staline et de Khrouchtchev (Transnistrie, Crimée,Ossétie du Sud etc). Et surtout les collectivités peuvent collaborer avec le Mali, le Maroc, pourquoi pas avec des enclaves caucasiennes ? La motion qui exprime une amitié, comme les appels des mairies communistes à aider le Nicaragua dans les années 1980, n'empiète nullement sur les prérogatives diplomatiques du Quai d'Orsay. Cela fait partie du débat démocratique, voilà tout. On voit en tout cas ce que serait devenu un accord de coopération entre Brosseville (pseudonyme de la ville où j'officiais en 2011) et l'Abkhazie, si on l'avait fait adopter par le conseil municipal - on y avait songé l'espace de deux ou trois secondes, mais pas plus...  (au fait, Brosseville sera bientôt un pseudo transparent car un article de Wikipedia récemment rédigé précise de le vrai nom de la municipalité pour laquelle je travaillais quand je me rendis à Soukhoumi... 

Bon, promis, la prochaine fois je ferai un billet plus structuré et approfondi que ces considérations nocturnes décousues.

Lire la suite