Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'Atlas alternatif à Nairobi

24 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Atlas alternatif

Après les forums mondiaux de Porto Alegre (2001,2002, 2003), celui de Mumbai en 2004, le forum "polycentrique" de Bamako-Caracas-Karachi en 2006, le forum social mondial se tient à Nairobi (Kenya).

Certains de nos amis contributeurs de l'Atlas alternatif y sont : François Gobbe (Kairos -Belgique), Mwadhini O. Myanza (Irteco, Tanzanie).

Selon Mwadhini O. Myanza 50 exemplaires de l'Atlas alternatif ont été distribués aux participants par le secrétariat du Forum.

Si les grands médias AFP en tête (http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-29469551@7-60,0.html) ont évoqué la participation effective inférieure aux chiffres escomptés (46 000 personnes contre 100 000 attendues), à cause notamment du prix d'entrée (0,6 euros la journée - des habitants des bidonvilles ont d'ailleurs protesté) cela reste supérieur aux 20 000 du premier forum social en 2001.

Le Forum social de Nairobi permet l'expression des peuples en lutte, leur rencontre, l'échange d'expériences politiques, mais aussi de techniques agricoles - les paysans qui accompagnent Mwadhini O. Myanza, par exemple, investis dans l'agriculture alternative contre les grandes cultures d'exportation qui ravagent leur pays, sont inscrits à des formations agraires dans le cadre du forum. Pour une note d'ambiance du forum voir http://www.pambazuka.org/blogs/wsf2007/ .

Lire la suite

Balkans

20 Janvier 2007 , Rédigé par Atlasaltern Publié dans #Billets divers de Delorca

- Serbie

Comme la Serbie passionne moins les foules qu'en 1999-2000, le ton des médias, quoiqu'hostile à ce pays, est demeuré plus sobre. Au cours des derniers jours de la campagne,  le journaliste du Monde Christophe Châtelot, toujours allergique à toute forme de patriotisme serbe (il l'a montré dans divers articles), s'est certes efforcé de peindre un tableau sombre de ce pays "La Serbie, elle, patauge. Son taux de croissance (5,5 % en moyenne depuis 2000) n'absorbe pas un taux de chômage de 31 %. Elle est isolée politiquement sur la scène internationale en raison, notamment, du manque d'empressement du gouvernement serbe à collaborer avec le TPIY"  écrivait-il dans l'édition du 21 janvier 2007 (http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-857593@51-857710,0.html) - constat pourtant souvent démenti par l'appellation "Balkan Tiger" souvent appliquée à ce pays (http://en.wikipedia.org/wiki/Serbia) et le constat du journal Libération du 22 janvier  :  "Le taux de croissance est l'un des plus élevés de la région (environ 6 %), l'inflation a été stoppée, le dinar relevé par rapport à l'euro et le salaire moyen tourne autour de 250 à 300 euros (Helene Despic Popovic http://www.liberation.fr/actualite/monde/230065.FR.php). Mais les attaques ne sont guère allées plus loin.

Dimanche, la progression d'un point des radicaux aux élections législatives (28 %) a permis à Reuters de faire un titre à sensation sur la victoire des "ultra-nationalistes" et permis au représentant de la diplomatie européenne et ex-secrétaire général de l'OTAN Javier Solana de frapper du point sur la table en déclarant : "I hope very much there will be a speedy formation of a speedy government that will be in line with the European Union" (http://www.b92.net/eng/news/politics-article.php?yyyy=2007&mm=01&dd=22&nav_category=90&nav_id=39190) c'est à dire un gouvernement sans alliance avec les radicaux. Mais dans l'ensemble on reste en deçà de la grande haine des années 90.

Le procurateur de l'ONU au Kosovo Martti Ahtisaari est censé publier son rapport sur l'avenir de cette province vendredi. Selon dies sources diplomatiques l'indépendance "limitée" envisagé exclurait que le Kosovo puisse avoir une armée, mais l'autoriserait à siéger dans les instances internationales, et la tutelle occidentale serait institutionnalisée, comme elle l'est en Bosnie et en Macédoine. La Serbie pour sa part s'est engagée dans une bataille procédurale à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe pour amender un projet de résolution favorable à l'indépendance. Elle ne peut guère compter que sur le soutien de la Roumanie, de la Grèce et de la Russie (http://www.b92.net/eng/news/politics-article.php?yyyy=2007&mm=01&dd=24&nav_category=92&nav_id=39235).


- Macédoine

Le 16 avril va commencer au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie (tribunal ad hoc instauré par les puissances occidentales et financé par elles) le premier procès concernant la Macédoine. Ljube Boskoski, ex ministre de l'intérieur, et Johan Tarculovski, son ancien garde du corps, seront jugés pour une attaque des forces spéciales de police contre le village albanais de Ljuboten près de Skopje survenue le 12 August 2001 et qui avait entrainé la mort de sept personnes, l'incendie de quatorze maisons et des arrestations massives. Cette opération policière musclée dans le contexte de guerre civile ressemblait à celles de la police serbe au Kosovo dans les années 1990. Elle avait fait suite à une attaque contre les forces de polices avec des mines anti-char (http://www.b92.net/eng/news/globe-article.php?yyyy=2007&mm=01&dd=21&nav_category=123&nav_id=39179)

Dans cette affaire on accuse à nouveau le Tribunal pro-occidental de faire preuve de complaisance à l'égard des nationalistes albanais. C'est le ministre de l'intérieur (slave) qui est inculpé tandis que Ali Ahmeti fondateur de la première Armée de libération du Kosovo (UCK) albanaise en Serbie,et de la seconde qui provoqua la guerre civile en Macédoine, considéré comme l'auteur de crimes de guerres, chef de trafics divers clandestins (http://www.humanite.presse.fr/popup_print.php3?id_article=39109 ) jouit tranquillement de ses prérogatives de député de l'Union démocratique pour l'intégration (UID), tout comme son homologue albano-kosovar ex-commandant de l'UCK Agim Ceku reste solidement cramponné à son fauteuil de premier ministre à Pristina, sans être inquiété par le TPI, malgré les massacres de civils commis par l'UCK.

 

Lire la suite

Cahier de L'Herne Noam Chomsky

18 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Actualité de mes publications

Vient de paraître sous la direction de Jean Bricmont et Julie Franck un Cahier de L'Herne consacré au Noam Chomsky. La collection est prestigieuse, elle est habituellement consacrée aux grands écrivains, penseurs, philosophes. Noam Chomsky méritait d'y figurer, et pourtant, dit-on, déjà des grincements de dents se font entendre. 

J'aurai sans doute l'occasion de commenter sur ce blog le contenu du livre, où l'on retrouve des noms connus à gauche de la gauche (Serge Halimi, Tanya Reinart, Jean Ziegler, Susan George).

Tant la partie philosophique et scientifique du livre que les chapitres politiques mériteraient qu'on en dise quelques mots, ce que je ferai sans doute dans quelques semaines.

Pour ma part j'ai écrit le chapitre "Chomsky et Bourdieu : une rencontre manquée". La pensée de Pierre Bourdieu m'a beaucoup influencé entre, disons, mon vingtième et mon trentième anniversaire. Ma thèse de doctorat en témoigne. Mais sous l'influence d'un ami yougoslave, de Jean Bricmont et de divers auteurs de la mouvance chomskyenne, à partir de 2000 j'en suis venu à m'intéresser au linguiste états-unien, ce qui a d'ailleurs sensiblement modifié ma conception des sciences humaines comme de la politique. Il y aurait beaucoup à dire sur ces deux figures qui jouèrent un rôle phare dans la contestation de l'ordre établi dans leurs pays respectifs ainsi qu'au niveau mondial, et qu'il n'a hélas jamais été possible de faire dialoguer. Dans mon article je rappelle seulement quelques points importants, mais que l'on pourrait développer à loisir.

Je reviendrai peut-être sur tout cela prochainement...

Lire la suite

A l'approche des élections serbes

18 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Dans la perspective des élections législatives serbes qui auront lieu dimanche prochain, un média français s'intéresse à la situation humanitaire désastreuse des Serbes du Kosovo (mais celle des Roms et  des autres non-Albanais ne vaut guère mieux, sauf exceptions)   : http://fr.mediaframe.yahoo.com/launch?lid=wmv-300-p.1547268,rnv-300-p.1547269&.small=1&.intl=fr&c=dualpane&bw=http://&dw=http://fr.news.yahoo.com/video/datawindow.html&f=&a=0,30) que  le journaliste belge Michel Collon notamment dans une vidéo de 2002 "Les damnés du Kosovo" décrivait déjà comme un des plus grands scandales humanitaires de l'Europe contemporaine (http://www.michelcollon.info/damnes_du_kosovo.php).

La situation reste indécise dans cette province sur laquelle les Serbes cristallisent non seulement leurs traditions nationales, mais aussi le souvenir de la politique cynique des grandes puissances occidentales à leur encontre, au soutien des nationalistes albanais, en 1998-99.

Malgré un raidissement récent de la Russie sur ce sujet, l'Union européenne semble résolue à faire passer en force avant la fin de la présidence allemande une "indépendance limitée"  du Kosovo sur le modèle bosniaque, malgré l'adoption par la Serbie, il y a peu, d'une constitution réaffirmant la souveraineté serbe sur cette province (http://www.b92.net/eng/news/politics-article.php?yyyy=2007&mm=01&dd=18&nav_category=92&nav_id=39129). Le Kosovo deviendrait ainsi le premier Etat européen à naître de la sécession d'un Etat unitaire (les sécessions issues de l'effondrement du Pacte de Varsovie et de l'éclatement de la Yougoslavie n'avaient jusque là concerné que des Etats fédéraux). Ceci risque de créer un précédent dont pourraient s'inspirer d'autres minorités comme les russophones de Moldavie (Transdniestrie), les Abkhazes et diverses autres minorités dans le Caucase, des Albanais aussi dans trois districts de Serbie du sud hors Kosovo, en Macédoine ainsi qu'au Montenegro, sans oublier les Serbes de Bosnie dont un grand nombre (et probablement la majorité) conteste la légitimité de l'Etat auquel ils sont rattachés contre leur gré.

L'incapacité des  gouvernement occidentaux à refermer la boîte de Pandore des revendications nationales qu'ils ont eux-mêmes ouverte en encourageant les sécessionnismes en Yougoslavie et ex-URSS se double d'une propension à appliquer une règle du "deux poids deux mesures", dictée par des intérêts à court terme. Une source de problèmes infinis qui ne semble guère de nature à stabiliser les marches orientales de l'Empire européen et qui condamne les grandes puissances à entretenir une présence militaire coûteuse dans les Balkans.

En attendant, les multinationales investissent de plus en plus sur la Serbie, noeud stratégique du développement balkanique, dont le gouvernement n'a jamais été aussi favorable aux intérêts des pouvoirs occidentaux : privatisations et coopération militaire avec les Etats-Unis ont été le credo politique de Belgrade depuis cinq ans. La croissance économique est au rendez-vous, et, bien que les inégalités augmentent, la promesse d'une intégration dans l'Union européenne peut permettre aux chancelleries occidentales d'empêcher la victoire d'une droite nationaliste (le Parti radical) qui, pourtant, capitalise depuis quelques années sur le mécontentement des laissés-pour-comptes du néo-libéralisme. 

Toujours plus coloniser pour toujours mieux anesthésier. Telle semble être la recette des technostructures occidentales dans les Balkans. Anesthésie et consommation. L'Union européenne n'a que cela à offrir.

 

Lire la suite

Intronisation en Equateur

17 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Après Daniel Ortega au Nicaragua, un autre président progressiste, Rafael Correa (http://www.youtube.com/watch?v=BVkfX6vaEEU), a été intronisé en Equateur.

L'agence cubaine Granma fait état d'un accord de coopération énergétique entre l'Equateur et le Venezuela qui permettra à l'Equateur de faire raffiner son pétrole à bas prix chez son voisin et de créer de nouvelles raffineries avec l'aide de ce dernier. En Equateur comme au Veneuela le secteur pétrolier reste largement nationalisé.

Imitant en cela l'exemple venezuelien, le président Correa a annoncé qu'il soumettra à référendum le 18 mars prochain l'instauration d'une assemblée constituante dont les travaux déboucheront sur l'adoption d'une nouvelle constitution. Le Parlement de droite (comme au Nicaragua) a toutefois exigé que cette proposition soit soumise au Tribunal suprême électoral composé de représentants des partis majoritaires audit Parlement (http://www.eldiario.com.ec/noticias-manabi-ecuador/22140)

Par ailleurs le président Correa a lancé un train de mesures augmentant les aides aux plus pauvres et assouplissant le crédit de la banque d'Etat aux agriculteurs.(http://www.granma.cu/espanol/2007/enero/mier17/venezuelayecuador.html)

A noter enfin dans La Republica (journal progressiste espagnol) un article de Noam Chomsky qui fait le bilan des avancées de gauche en Amérique Latine http://www.larepublica.es/spip.php?article3662.

Lire la suite

Somalie - Irak

15 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Lu sur le site de Michel Collon -

Un bon article de Tony Busselen sur la guerre de Somalie, avec l'analyse iconoclaste d'un diplomate éthiopien : http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2007-01-10%2009:19:39&log=invites

Et un article qui, par delà la diabolisation de Saddam Hussein, rappelle aussi certains actifs au bilan de son régime dans les années 70 (pour une analyse rationnelle de la situation politique au Proche-Orient cela peut s'avérer bien utile) http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2007-01-11%2010:12:55&log=attentionm

 

 

 

Lire la suite

Révolutions latino-américaines

12 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

A l'occasion de son intronisation officielle pour son nouveau mandat de six ans, le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé un nouveau train de mesures incluant la nationalisation du téléphone et de l'électricité de son pays et des infrastructures pétrolières de la vallée de l'Orinoco (actuellement entre les mains de multinationales étrangères).

En Bolivie le Président Morales est en butte avec la bourgeoisie de la province de Cochabomba. Des affrontements meurtriers ont eu lieu entre ses partisans et ceux du gouverneur de droite Manfredo Reyes Villa dans la capitale privinciale faisant deux morts et soixante-dix blessés (Reuters).

Evo Morales était le 10 janvier à Managua (Nicaragua) pour assister à la prise de fonctions de l'ex-guerillero sandiniste Daniel Ortega à la présidence de la République. Celui-ci a annoncé l'adhésion de son pays à l'Alternative bolivarienne des Amériques (ALBA), alliance progressiste dont font partie Cuba, le Venezuela et la Bolivie et son intention de s'opposer à la privatisation de l'énergie dans son pays.  Cependant Ortega n'a qu'une faible marge de manoeuvre dans son pays : élu avec seulement 38 % des voix (à cause d'une candidature sandiniste "dissidente" http://www.clacso.org.ar/difusion/institucional/asuntos-institucionales-y-juridicos/opiniones/resena.2006-10-30.5928922836/view), et minoritaire face à un parlement monocaméral de droite qui a ratifié le CAFTA (Central American Free Trade Agreement), traité de libre-échange avec les Etats-Unis, il a dû nommer Jaime Morales Carazo ex banquier et membre de la milice d'extrême droite Contra à la vice-présidence pour "rassurer les investisseurs".  Daniel Ortega et ses partisans risquent d'être tiraillés entre les engagements respectivement liés à l'ALBA et au CAFTA (le Venezuela chef de file de l'ALBA avec Cuba avait quitté la Communauté andine des nations car il estimait ne pas pouvoir travailler avec des pays signataires du CAFTA - http://www.latinreporters.com/nicaraguapol08112006imprimer.html).

L'agence cubaine Granma rappelle utilement qu'en 1990 quand il a quitté le pouvoir le Front sandiniste de libération nationale, malgré les sacrifices imposés par la guerre contre les Contra pro-américaines, avait ramené l'analphabétisme à 12 %. Aujourd'hui il est à 35 %(http://www.granma.cu/espanol/2007/enero/juev11/socialismo.html).

Le discours d'Hugo Chavez pour l'investiture de Daniel Ortega se trouve sur http://www.youtube.com/watch?v=ysAwzxqbWD8

Lire la suite

Risques d'extension du conflit irakien

12 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

En réponse à la victoire électorale des démocrates hostiles à sa politique au Proche-Orient, l'administration Bush décide d'envoyer 21.500 soldats supplémentaires en Irak et a menacé de poursuivre les insurgés irakiens en Syrie et en Iran, tandis que l'armée étatsunienne intervenait dans un poste diplomatique iranien  au nord de l'Irak.

Réaction modérée mais utile du président démocrate de la commission des relations étrangères du Sénat Joseph Biden: "Si le président aboutit à la conclusion qu'il doit envahir l'Iran (...) ou la Syrie pour traquer ces réseaux, je pense que l'autorisation donnée au président de recourir à la force en Irak ne le couvrirait pas, et qu'il aurait besoin de l'autorisation du Congrès pour le faire", a-t-il dit. "Je veux juste fixer cette limite", a-t-il ajouté (Reuters).

Lire la suite

Guerre de Somalie (suite)

9 Janvier 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

"Pendant plus de quinze ans, des milliers de femmes ont été violées par des soudards. Avec les Tribunaux islamiques, c’était la première fois qu’elles connaissaient un semblant de paix. Et elles étaient prêtes à donner leurs vies pour le défendre." écrit la reporter de Paris-Match (4 janvier 2007 http://www.parismatch.com/actualites/lire_article.php?article_id=1538) Manon Quérouil  dans un bel article à travers lequel on comprend que la politique occidentale de soutien aux seigneurs de la guerre, en Somalie, a fini par pousser les femmes à devenir des soutiens actifs (et armés) aux islamistes.

Aujourd'hui on apprend que les Etats-Unis, qui soutenaient l'Ethiopie (laquelle tarde à retirer ses troupes), s'invitent en Somalie pour bombarder des positions islamistes (et tuent des civils au passage). Nul doute que ni la France ni aucun pays européen ne saisira le Conseil de Sécurité de ce viol de la souveraineté somalienne. Ainsi après avoir fait des Islamistes les champions de la cause des femmes, Washington fera sans doute d'eux aussi, comme des Talibans en Afghanistan, les champions de la souveraineté de leur nation humiliée. Là comme ailleurs, le réflexe du cowboy ne fait qu'accroître le chaos...

Lire la suite