Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Parenthèse

28 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme

Cynthia Pang est une "born again christian" américaine rescapée du New Age et des médiums occultistes. Ci-dessous deux de ses vidéos. C'est meilleur pour le cerveau que les vidéos d'AMRS. Et ça vous fera travailler votre anglais.

Lire la suite

PS, Républicains, évangélisme, tiers-mondisme, intellectualisme anti-système

27 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #La gauche, #La droite, #Grundlegung zur Metaphysik

Vous vous souvenez peut-être de Gérard Filoche, le corpulent inspecteur du travail normand qui détaillait toujours avec conviction et précision les atteintes portées aux garanties des salariés par Hollande puis par Marcon. Il a été viré du PS après avoir publié une image douteuse sur Twitter (l'image, forgée à l'extrême droite, dénonçait le capitalisme, mais son esthétique avait, si je me souviens bien, un côté antisémite auquel Filoche n'avait pas prêté attention ce qui posait la question délicate de la banalisation d'une certaine imagerie dans l'inconscient collectif - un polémiste d'extrême droite va passer aussi devant un tribunal prochainement pour l'utilisation de cette image).

Filoche vient de recevoir un soutien de poids en la personne du maire de Billère (13 000 habitants) près de Pau qui vient d'adhérer à son parti et fera partie de ses cadres comme un conseiller général des Pays de Loire, je crois. Le PS qui a déjà perdu Hamon s'effrite, et la bataille des chefs entre Delphine Batho, les hollandiens, et je ne sais plus qui pour sa direction n'intéresse personne. Mais qui sait ? Peut-être quand le macronisme s'effondrera l'heure de ce parti reviendra-t-elle un jour ? De même pour les Répubicains. Juppé est parti, Pécresse fera sans doute bientôt de même. Portelli dit que Wauquiez est un chef stalinien d'un parti de droite dure, et Wauquiez dit que Portelli fait sa star. Tous les deux ont sans doute raison. Macron les a pulvérisés eux aussi, mais ils redresseront peut-être la tête un jour.

Vous devriez visiter Billère. Il y a là-bas un terrain de golf le long du Gave qui est peut-être le plus ancien du continent, car construit par les Anglais au 19e siècle. On y voit des aigrettes et des canards. J'adore cet endroit là.

Le maire de Billère s'était distingué en faisant une fresque en hommage aux sans-papiers. On ne dit plus les sans-papiers,mais les "migrants" pour ne plus distinguer entre migration économique et demande d'asile, et dans la presse américaine "dreamers" : un changement sémantique lu et approuvé par les grandes banques qui financent nos journaux. Les évangéliques y voient une manoeuvre pour dynamiter les nations et accomplir la parole d'Apocalypse 13:7 sur le nouveau Babel, le pape jésuite, lui, fait prier tous les dimanches pour ce processus... Choisis ton camp camarade !

Je vous avais raconté en 2012 mon passage à Emmaüs-Lescar, près de Billère, où, là, il y avait (et elle y est encore je suppose) une autre fresque, dédiée aux grands leaders tiers-mondistes cette fois. Influencé par mes camarades marxistes (même si je n'étais pas tout à fait d'accord avec eux), à l'époque, je ne m'intéressais pas trop à la morale et aux droits humains. Aujourd'hui je suis plongé dans des abîmes de réflexion sur la possibilité de mener une action politique juste quand on se place sous la bannière de gens qui ont beaucoup de sang sur les mains. Che Guevara se disait assoiffé de sang,et cette semaine la presse africaine rappelait que l'âme des cadavres massacrés par Sekou Touré en 1971, ou ceux des victimes du régime zimbabwéen en 1984 remontent à la surface. La "Terreur" étape nécessaire à toute révolution. La bonne blague ! Witchcraft, witchcraft quand tu nous tiens...

Les mêmes égarements bien-sûr guettent les moralistes protestants quand ils cèdent au péché d'orgueil en étant prêts à débarrasser la Corée du Nord de ses "démons" à coup de bombes nucléaires (mais soyons justes, la plupart ne demandent pas cela, et prient seulement pour l'effondrement du régime, "de l'intérieur" comme un château de cartes ce qui arrivera probablement comme cela s'est passé en URSS et se passera peut-être aussi au Venezuela). Il y a un vrai problème dans l'absence de vertu de ceux qui s'opposent aux puissants. Voyez Poutine. Il a endigué la folie obamo-clintonienne en Ukraine et en Syrie, mais aujourd'hui il abandonne Afrine, et il vend des S-400 aux saoudiens toujours acharnés sur le Yémen. Ce n'est pas une perspective plus gaie que de voie le régime des mollahs sur le point d'acquérir une base navale de 50 ans en Syrie.

Il vaut mieux ne pas faire (trop) de politique que de cautionner des politiques criminelles. Et quand je retombe par hasard sur des news au sujet de l'ancien préfacier de l'Atlas alternatif (avec qui j'ai perdu tout contact depuis des années) ou avec la figure de proue des Indigènes de la République (que j'avais rencontrée il y a 10 ans environ mais dont les considérations universitaires stériles sur la "blanchéité" et ce que c'est que d'en être ou de ne pas en être ne me disent plus rien), j'estime que je n'aimerais pas être à leur place, à tenir pendant des décennies ma "boutique", gérer mon fan club en tenant une ligne politique qui m'oblige à ne pas dire ou condamner certaines choses "pour ne pas désespérer Billancourt". Je préfère rester solitaire dans mon désert à livrer en toute liberté juste quelques remarques périodiques sur les actualités de ce monde et la façon dont je les reçois, avec toutes les précautions qui s'imposent, pour les douze ou quinze fidèles de mes écrits. Au moins on ne me reprochera pas d'avoir égaré des milliers de personnes sur les sentiers de problématiques mal posées conduisant à cautionner par action et par omission mille crimes.

(Bon, désolé pour le caractère un peu désordonné de cette promenade (de cette flânerie, comme toujours) politico-littéraire à la Montaigne, qui ne se prêtera pas à un "likage" sur Facebook ou à une reprise sur Twitter, désolé mais pour les essais purement informatifs, calibrés sur mesure pour la consommation utilitaire, sans digression, sans expérimentation, abonnez vous à d'autres blogs, moi je ne me referai sans doute pas...)

Lire la suite

"Shut down", Afrin et les milliardaires dans le monde

24 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme

Les médias nous ont offert il y a 8 jours leur comédie anti-Trump mensuelle. Cette fois-ci c'était l'histoire du shut down (les merdias français qui haïssent tant notre culture et notre histoire n'ont même pas traduit l'expression, la presse espagnole, elle, s'en était donné la peine). Grand échec pour Trump, le congrès ne va pas voter le budget, l'Etat fédéral en cessation de paiement. Ils avaient juste oublié de préciser que la même chose était arrivée à Obama en 2013. Finalement le cabinet de Trump a négocié en deux coups de cuillère à pot avec le club républicain centriste et les démocrates, et la crise a été réglée en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, ce qui donnera un argument de plus aux évangéliques pour affirmer que leur président a vraiment l'onction divine... tandis que nos médias, ridicules comme toujours, tentent de faire glisser leur nullité sous le tapis en ne disant pas à leurs auditeurs que leur campagne sur le "shut down" n'était qu'une risible intox, une de plus...

Pendant ce temps, Erdogan lâche ses chiens sur l'enclave kurde syrienne d'Afrin (on peut préférer l'orthographe française Afrine). Dans ses troupes il y a des miliciens fascistes de Loups Gris, et puis  de sympathiques personnages comme ce Muslim al-Shishani, Murad Margoshvili de son vrai nom, géorgien coupeur de têtes qui s'est illustré en Tchétchénie, puis dans la guerre contre Assad, chef du groupe Junud l-Sham. On sent bien que tous ces gens sont dépêchés en Syrie pour offrir des roses aux femmes et aux enfants kurdes. Erdogan ne pardonne pas aux Kurdes d'avoir laminé ses alliés d'Al-Qaida-Syrie (Al Nosra, et des éléments de la soi disant Armée syrienne libre). Et puis les Kurdes étaient engagés dans un processus électoral pluraliste... c'est mal vu dans la région...

Pour faire bonne mesure à Istanbul et Izmir des avocats, des artistes, des militants des droits de l'homme ont été arrêtés pour s'être opposés à  l’offensive turque en Syrie. Gros silence de nos grands médias sur les victimes civiles des bombardements aériens turcs. Les journaux occidentaux-qui-aiment-bien-les-artistes-qui-cachent-leur-oeil-droit-sur-les photos comme la revue Rolling Stone ont quand même demandé à Trump sur Twitter s'il allait lâcher ses alliés (supplétifs) kurdes. Pour l'heure la position officielle occidentale est "appel à la retenue", ce qui veut juste dire qu'on est mal à l'aise. Les Kurdes, eux, se tournent vers Assad. "L'armée d'Assad n'est pas notre ennemie, elle est la bienvenue à Afrin, nous n'avons jamais fait partie de la coalition occidentale" a déclaré le YPG (SDF). Il y a aussi des pressions sur la Russie pour qu'elle intervienne mais celle-ci a préféré se désengager du secteur...

Aujourd'hui le YPG, qui ne s'en laisse pas compter, a repris des positions à Afrin. Des militants européens les aident comme ce Chinois britannique de Manchester de 24 ans, Huang Lei, qui s'est engagé contre l'Etat islamique aux côtés de Kurdes depuis 2015 et s'est battu à Raqqa et Deir Ezzor. Peut-être aussi des Français. Beaucoup préfèrent garder l'anonymat pour éviter les représailles. Le Pentagone a fait savoir qu'il ne soutiendrait pas les bataillons kurdes qui quittent leur poste contre Etat islamique pour aller soutenir leurs camarades d'Afrin contre les Turcs et leurs alliés djihadistes. Si ça ce n'est pas un aveu de soutien aux sbires d'Erdogan... Et le ministère des affaires étrangères britannique interdit à ses concitoyens d'imiter l'exemple de Huang Lei.

Pour finir, Oxfam vient de révéler que les 1 % d'humains les plus fortunés ont absorbé 82 % de la richesse mondiale produite quand 50 % n'ont rien du tout. Les 2 000 milliardaires de la planète ont engrangé 760 milliards de dollars de plus en 2017, soit sept fois ce qu'il faudrait pour régler le problème de l'extrême pauvreté dans le monde. Mais le directeur de l'Institute of Economic Affairs contacté par les journalistes réplique que la diminution de la richesse des riches n'enrichirait pas forcément les pauvres, et que la création d'un SMIC mondial supprimerait des emplois. Les capitalistes réunis à Davos cette semaine peuvent donc dormir sur leurs deux oreilles. D'ailleurs même le Zimbabwe leur envoie une délégation. C'est ce qu'on appelle aller à Canossa...

Lire la suite

Le livre de Delorca sur le populisme mentionné dans la revue "L'Arme et la Paix"

21 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #ICD, #Actualité de mes publications, #Les régimes populistes

La revue L'Arme et la Paix de l'association Initiatives citoyenneté défense publie en page 1 un encart consacré à mon livre paru récemment "Les régimes populistes face au mondialisme" (eds du Cygne).

Une occasion pour moi de redire tout le bien que je pense de cette association grenobloise dans la diffusion d'informations alternatives pour aider à la compréhension des enjeux de notre époque.

La revue est en ligne ici.

Lire la suite

Une petite de Qaraqosh

20 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Christianisme, #Proche-Orient, #Grundlegung zur Metaphysik

Un témoignage ci dessous qui change un peu des appels à la vengeance et des pleurnicheries que je vois souvent sur Twitter : celui de Maryam (Myriam) Waleed Behnam, née en 2005, élève de l'école primaire de l'école Al Bishara de l'école des soeurs dominicaines d'Ankawa, le quartier chrétien d' Erbil (Kurdistan irakien) originaire de Qaraqosh, elle fait partie des 120 000 chrétiens qui ont dû fuir devant l'avancée des djihadistes en 2014 en Irak et survit en Irak grâce à l'association pontificale fondée en 1947 Aide à l'Eglise en Détresse (AED).

Qaraqosh (Baghdeda, une ville qui comptait 50 000 habitants en 2012 à 30 km de Mossoul) est traditionnellement la grande ville syriaque de la région, comme Al Qosh est la grande ville chaldéenne. Elle a été prise par Daech (Etats islamqiue) en août 2014 et libérée le 22 octobre 2016.

AED-France en ce moment aide les Chrétiens irakiens à réintégrer les plus de 13 000 maisons détruites, brûlées ou endomagées de la plaine de Ninive. Il faut 2 000 euros pour rendre une maison habitable.

Lire la suite

E. Snowden, Afrique, Iran, Syrie, Serbie et... Brigitte Lahaie

18 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes, #Peuples d'Europe et UE, #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Revue de presse

L'actualité des dernières semaines ne m'a pas inspiré. D'où mon silence. les lecteurs ne s'y sont pas trompés puisqu'un d'entre eux s'est désabonné. Si je garde un bon taux de fréquentation du blog c'est uniquement à cause de gens qui découvrent des articles anciens au gré de leur navigation sur Google. Ce n'est pas un indice réel de la popularité du blog. Une employée de www.wibixi.com me propose n échange d'articles avec sa structure pour mieux faire connaître ce site. Je ne sais qu'en penser.

Un mot tout d'abord sur les activités de Snowden : il lance un projet d'application pour protéger les lanceurs d'alerte à partir de leur téléphone portable. Le bras de fer entre les tendances totalitaires du monde actuel (le flicage généralisé dont on fait l'objet) et l'anarchisme rempant (on fait des lois pour protéger les lanceurs d'alerte au risque de miner toute autorité) me donne le tournis. C'est de l'Ordo ab chaos pur sucre, je pense qu'il faut rester à l'égard de tout cela. En tout cas le projet de Snowden ne s'adresse pas aux citoyens ordinaires. Voyez comme il est difficile de consulter certains sites quand on utilise AdBlock (ce qui est mon cas). Je crains que les utilisateurs de l'application Snowden aient de gros problèmes ensuite pour avoir accès aux services "de base" de notre société, sans oublier que les informaticiens des services de police auront tôt fait de briser la confidentialité du réseau autour duquel Snowden veut fédérer ses sympathisants.

Au Proche-Orient chaque semaine apporte son lot de nouveauté, plus ou moins inquiétante.

Après les manifestations en Iran (dont le régime rejetait un peu facilement la responsabilité sur les Occidentaux), la répression a hélas triomphé (je dis hélas car je n'ai pas de sympathie pour le régime des ayatollahs). Le Proche Orient est partagé entre deux régimes religieux fragiles : celui de Téhéran qui n'est pas spécialement populaire auprès de sa population, celui de Riyadh où c'est la guerre des princes (si vous n'avez rien de mieux à suivre vous pouvez suivre les histoires d'emprisonnements et de libération sous caution qui alimentent les chroniques toutes les semaines), tandis que le régime des Séoud s'épuise dans cette guerre yéménite atroce (pour les civils) où ils en sont réduits à embaucher des mercenaires africains pour poursuivre leur oeuvre destructrice. Question : à combien de chars Leclerc détruits fournis par MM. Hollande et Macron en est-on dans ce pays ?

On me signale l'interview du patriarche melkite en Syrie qui énonce divers arguments que l'on connaît bien sur les tentatives des djihadistes de déstabiliser le pays dès 2011.ce sont des arguments que l'on connaît bien. Mais, comme tout le monde est resté indifférent à la vérité factuelle sur la guerre du Kosovo en 1998-2000, les gens le resteront sur la Syrie qui n'est plus perçue qu'à travers  le prisme de son alliance avec l'Iran. Les esprits religieux, évangéliques et juifs, sont dans des perspectives eschatologiques de préparation des guerres de la fin des temps entre Rome (Washington) et la Perse (sur la base d'une interprétation des prophéties de Daniel) à l'égard desquelles la vérité sur ce qu'était le régime d'Assad et de son bras de fer avec les Turcs et les Saoudiens ne compte pas. Quant à la bande des "libéraux" athées (Obama-Clinton-Soros), ils se contrefichent encore plus de la vérité factuelle.

Vous avez peut-être remarqué le clin d'oeil de M. Netanyahu aux chrétiens occidentaux (notamment aux évangéliques je suppose) dans la vidéo ci-dessous ?

Les médias "mainstream" se sont émus à juste titre du siège de La Goutha depuis 2013 par le gouvernement syrien (il faut effectivement dénoncer les brutalités de ce régime), mais ils devraient aussi dénoncer le regroupement des djihadistes dans les poches contrôlées par la Turquie au nord du pays, et contre lesquelles Damas et Moscou vont bientôt se tourner. Personne ne comprend bien le nouveau projet de Trump de garder 2 000 soldats dans ce coin là et d'entretenir une armée permanente de supplétifs kurdes à sa solde alors que son ennemi théorique, les Iraniens, sont stationnés plus au Sud. Trump a dit qu'il allait y développer un contre-modèle politique face au système syrien... Certains expliquent qu'ainsi il essaiera à son tour de renverser Assad (comme l'avait tenté Obama). Sauf que pour l'heure c'est surtout Erdogan qui est gêné par ce projet et qui a annoncé qu'il éliminerait toutes les bases militaires kurdes dans le secteur.Voilà qui n'a guère de sens.

En parlant des Turcs, voici qu'ils louent pour 99 ans un port sur la Mer Rouge au Soudan, juste en face de l'Arabie saoudite - pour s'affranchir de la tutelle de Ryad dit-on (tandis qu'Al Manar récemment sommait l'Egypte de rejoindre l' "axe de la résistance" chiite)... Khartoum achète d'ailleurs des armes à la Russie maintenant (remarquez que le Soudan à l'AG de l'ONU a toujours voté avec la Russie sur la Crimée, en 2014 comme en 2017...). Les rivalités russo-saoudo-turques se déploient jusque sur les bords du Nil.

Et les tensions russo-américaines se retrouvent dans les Balkans. Pour la Serbie "l'Occident n'est ni ami ni ennemi", a déclaré il y a quelques jours le ministre serbe des affaires étrangères en détaillant les vacheries que l'administration Trump et les Anglais continuent de faire à Belgrade sur la question du Kosovo. Les Serbes de Bosnie continuent d'afficher leur volonté de fusion avec la Serbie, et le pseudo-gouvernement kosovar celle de en pas juger ses criminels de guerre, ce qui commence à agacer les européens. Peut-être l'assassinat du leader des Serbes du Kosovo Ivanovic (quand je pense qu'un Serbe en 2000 m'invitait à me rendre à Mitrovica quand Ivanovic la défendait les armes à la main...) cette semaine va-t-il encourager une reprise du dialogue serbo-albanais ?

Le bras de fer se joue partout. Le site Mondafrique signale que le président congolais Sassou Nguesso après un passage à Paris auprès de Le Maire (auquel il s'était lié à travers Villepin) va chercher du soutien à Moscou, et que Poutine pousse aussi ses pions en Centrafique... Pour l'instant  ça ne semble pas être le cas au Libéria qui vient d'élire le 6e président franc-maçon de son histoire en la personne du footballeur George Weah(le 5e était le progressiste Tolbert - celui dont le frère était ministre des finances et patron du père du général But Naked dans les années 1970).

Avez vous vu cette carte de Freedom House sur la liberté d'expression ? Je n'ai pas trop regardé comment ils font leurs calculs, mais certains résultats sont amusants. La Corée du Nord fait mieux d'un point que le Sud-Soudan et la Syrie dans ce domaine bat tous les records d'échec. La France moins bien que l'Espagne et l'Allemagne mais mieux que les Etats-Unis. L'Afrique australe est exemplaire, l'Abkhazie est à peu près dans le même panier que la Géorgie et que l'Ukraine, la Serbie faut bien mieux que le Kosovo, et le Somaliland que la Somalie (ça on s'en doutait un peu).

Puisqu'ils prennent en compte aussi les territoires sécessionnistes, ils vont bientôt pouvoir faire une subdivision en Espagne pour la Catalogne où on se demande bien comment les nationalistes avec leur très courte majorité pourraient comme ils en affichent l'intention relancer le processus d'indépendance, auquel d'ailleurs les constitutionnalistes se disent de plus en plus prêts à opposer une sécession dans la sécession : celle de l'axe Barcelone-Tarragone, la côte catalane (la "Tabarnie") qui a voté majoritairement contre les indépendantistes, et dont certains disent qu'elle peut se prévaloir de l'héritage historique du comté de Barcelone (un peu comme la Transnistrie et l'Abkhazie se sont construit des légitimités contre le sécessionnisme de la Moldavie et de la Géorgie).

De toute façon à quoi bon la liberté d'expression quand elle ne sert qu'à étaler la bassesse humaine ?

Voyez la façon humiliante dont le journaliste de TV5 Monde pousse Brigitte Lahaie à l'effondrement pour ensuite feindre lamentablement la compassion. Franchement je n'ai pas de sympathie pour la cause de la liberté sexuelle qu'a défendue Brigitte Lahaie pendant des années (c'est largement un faux débat), et le face à face entre les féministes "dénonciatrices" et la vieille génération des partisanes du style de drague "à l'ancienne" ne m'intéresse guère. Ce que je déplore c'est l'indécence de la débauche émotionnelle dans laquelle se complaisent toujours nos médias pour faire monter l'audimat et le lynchage odieux qu'adore lancer la meute des donneurs de leçons toujours prompts à railler les "dérapages". Vous savez messieurs et mesdames les journalistes et les polémistes : faire fonctionner son cerveau est toujours plus valorisant que le culte de l'instantanéité et des bas instincts vindicatifs sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Recension de "Les régimes populistes" sur "Esprit Surcouf"

8 Janvier 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les régimes populistes, #Actualité de mes publications, #Donald Trump, #George Soros

Richard Labévière mentionne aujourd'hui aimablement mon dernier livre "Les régimes populistes contre le mondialisme" sur son site "Esprit Surcouf" en ces termes ;

La mondialisation économique, commerciale et financière s’est furieusement emballée dans les années 1990, sous l’administration Clinton. Aujourd’hui, elle reste ouvertement promue par des acteurs économiques et politiques proches des milieux démocrates américains comme l’Open Society Foundations de George Soros. Cette mutation qui s’impose à la totalité de la planète s’accompagne résolument d’un programme de gouvernance qui vise le démantèlement de la souveraineté des Etats-nations, des services publics et des politiques de redistribution sociale. Ainsi, les suppôts de la Fondation Soros ont lancé plusieurs mouvements importants de « changements de régime », appelés « révolutions de couleur » dans l’ex-empire soviétique : « révolutions des Roses en Géorgie (2003), Orange en Ukraine (2004), des Tulipes au Kirghizistan (2005).

Cette « fondation » semble avoir aussi favorisé d’autres actions de déstabilisation internes chapeautées par le National Endowment for Democracy américain, comme des tentatives de renversement du régime d’Hugo Chavez au Venezuela, la révolution Verte en Iran (2009) ou des mouvements comme « Y’en a marre » et « Balai citoyen » en Afrique dans les années 2010. Les pseudo « Printemps arabes » de 2011, sont – en partie – un sous-produit de cette culture des « révolutions » de couleurs.

Face à ces évolutions rhizomatiques, les dernières années ont été marquées par un sursaut des défenseurs des Etats-nations comme meilleurs garants de la souveraineté et des droits sociaux des peuples, mouvements (de droite et de gauche) qui ont été taxé péjorativement de « populistes ». Parfois, ces mouvements ont même réussi à prendre le pouvoir dans des pays aussi différents que la Hongrie, l’Autriche, l’Inde ou même les Etats-Unis. Le juriste-écrivain Frédéric Delorca déconstruit méthodiquement[1] cet affrontement planétaire en fournissant les éléments factuels – pour autant qu’ils soient accessibles – éléments qui racontent une histoire radicalement différente des carabistouilles que nous servent habituellement les grands médias.        

L’enquête de Frédéric Delorca met à jour l’épicentre de la pensée mondialiste promue par l’Open Society Foundation (OSF) de Soros. Le site 888.hu en dressait encore la liste des bastions en 2016 : « l’Institut des politiques publiques d’Eötvös Kàroly créé par la Fondation Soros en janvier 2003 ; la Fondation Cercle de Craie (Kretakör), une ancienne compagnie de théâtre qui fait de la sensibilisation aux droits des minorités auprès des jeunes et du streetart ; Transparency international ; K-Monitor, une association pour la transparence publique financée part Transparency international et le Département d’Etat américain ; la Société pour la liberté et les droits (Tàrsasag a Szabadsàgjogokért (TASZ), qui est financée par le Fond civil norvégien, un fonds officiellement gouvernemental mais en fait piloté par Soros et par l’OSF ; le Fonds pour l’éducation des Roms ; la Fondation C3 (pour la diffusion du numérique) ; le groupe pro-avortement PATENT ; la société Hàtter pour les droits des gays, lesbiennes et transgenres ; le lobby féministe hongrois Magyar Nöi Erdekérvényesitö Szövetség ; le programme d’échange de seringues Blue Point… »

On se souvient que le milliardaire américain Soros est lui-même d’origine hongroise, et que la relance du mouvement OTPOR – qui anima la première révolution de couleur dirigée contre Slobodan Milosevic en Serbie et financée par l’OSF – s’était faite à Budapest fin 1999. Tous ces braves gens entretiennent des liens organiques suivis avec l’évangélisme protestant, alliant à la fois une religion charismatique et une lecture littéraliste de la Bible. Frédéric Delorca : « les Evangélistes sont 64 millions aux Etats-Unis, soit près d’un cinquième de la population. Ils sont une force politique importante. En Colombie (où ils seraient 30% selon un sondage de 2009), ce sont eux (plus que les Catholiques) qui ont fait échouer la ratification de l’accord de paix avec la guérilla des FARC parce qu’il comportait des concessions trop explicites au lobby Lesbien Gay Bisexuel Transgenre LGBT et au lobby pro-avortement. Aux Etats-Unis, selon la BBC, 81% des Evangélistes ont voté Trump (plus encore que précédemment pour George W Bush), ils ont été le groupe le plus compact derrière le candidat républicain ».

A propos de la Catalogne, le petit livre tonique de Frédéric Delorca précise : « les analystes évoquent aussi les liens de la Generalitat de Catalogne avec les intérêts israéliens dans les années 1990 à travers le diamantaire Moses David Tenennbaum, la réouverture récente du consulat honoraire israélien, la formation des Mossos d’Esquadra (la police catalane) par le Mossad… » On l’aura compris le dernier ouvrage du juriste-écrivain Frédéric Delorca soufflent dans les voiles et nous ouvre des perspectives de réflexion tellement plus intéressantes que l’habituelle soupe de notre presse nationale… pardon ! parisienne, qui continue à nous bombarder de Fake News, de bien-pensance et de propagande. Il est temps que le président

Macron y mette bon ordre. Mais qui va trier et faire la différence entre l’erreur et la vérité, entre les faits avérés et ceux plus ou moins bidonnés ? On voit déjà que le CSA est parfaitement incapable de contrôler correctement les médias de l’audiovisuel public français… alors bon courage !

Retrouvez ce papier ici (NB : actualisation 2019 - le commentaire de Labévière est aussi sur le site du Comité Valmy ici)

Lire la suite