Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #la droite tag

Bruxelles et l'Allemagne en campagne contre la Hongrie, Macron contre les pères

24 Juin 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les rapports hommes-femmes, #Peuples d'Europe et UE, #Débats chez les "résistants", #La droite, #Christianisme

Le parlement hongrois a voté une loi interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs tout à fait comparable à celle déjà adoptée en Russie. La présidente de l'Union européenne estime qu'empêcher la promotion de l'homosexualité auprès des mineurs est "une honte" et que cela va à l'encontre "des valeurs fondamentales de l'UE". Les Allemands amateurs de politisation du sport à l'image de nos footballeurs qui avaient plié le genou contre le racisme le 15 juin, à l'instar des joueurs de Ligue de football américain subventionnée par Soros le 10 août 2018 (un geste maçonnique (cf la photo à droite), ont voulu déployer un emblème géant en solidarité avec la communauté LGBT au dessus de son stade munichois quand elle jouait contre la Hongrie, mais l'Union des associations européennes de football (UEFA) le lui a interdit. En solidarité avec Munich, le maire de Bruxelles a illuminé la place principale de la ville mercredi soir (23 juin) aux couleurs de l'arc-en-ciel.

La lettre de Mme von der Leyen à Viktor Orban qui faire part de ses "préoccupations"  avant l'entrée en vigueur d'une loi qui "discrimine les personnes sur la base de leur orientation sexuelle", ne fait toutefois pas l'unanimité puisque tous les pays d'Europe de l'Est ont refusé de la soutenir (voir carte ci-dessus).

Pendant ce temps en France, le Sénat examine aujourd’hui, en nouvelle lecture, le projet de loi bioéthique, qu'il a  eu le courage de rejeter en février, avant son adoption définitive par l’Assemblée le 29 juin qui bouleverse le droit de la filiation.

Alors que les lois bioéthiques avaient été jusqu'ici toujours adoptées par consensus et que le président Macron s'était engagé à ne pas faire de forcing, et n'avait jamais inscrit le GPA à son programme, la majorité présidentielle désormais refuse tout dialogue.

Le projet présenté comme élargissant seulement la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules, ouvre la voie à l'expulsion du père dans le processus de filiation. Celle-ci est en effet établie, à l’égard de la femme qui accouche, conformément à l’article 311-25 du code civil, c’est-à-dire par la désignation de celle-ci dans l’acte de naissance de l’enfant. Elle est établie, à l’égard de l’autre femme, par une reconnaissance anticipée conjointe. En d’autres termes, la mère biologique voit sa filiation reconnue par l’accouchement tandis que pour la conjointe, il s’agit d’une filiation reconnue par un acte signé devant notaire.

"En ouvrant la possibilité d’une double filiation maternelle, fondée sur la volonté, explique l'article ici, le texte de loi bouleverse une réalité humaine fondamentale, celle de la double filiation paternelle et maternelle. Jusqu’à présent, le principe de « vraisemblance biologique » prévalait. Deux types de filiation vont désormais cohabiter : celui de la « vraisemblance biologique » pour les couples hétérosexuels, et celui de la volonté, traduite par une reconnaissance anticipée conjointe, pour les couples de femmes.  "L’ancien droit protégeait l’enfant grâce à l’adage « qui fait l’enfant doit le nourrir » et l’œuvre du XXe siècle fut de permettre à l’enfant né hors mariage d’obtenir non seulement des subsides mais l’établissement de sa filiation paternelle", notait la juriste Aude Mirkovic dans Marianne du 7 juin. Le nouveau texte qui fonde l'ascendance sur la volonté pourrait ouvrir un droit aux pères d'enfants non désirés de refuser la reconnaissance. Une fois de plus la cause LGBT est utilisée pour construire une "civilisation" d'enfants sans pères.

Lire la suite

Des gens gravement atteints...

28 Mai 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La droite, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous

Une députée de gauche (peu importe à mes yeux qu'elle soit de gauche ou de droite), ceinte de l'écharpe tricolore, est jetée à terre par un policier alors qu'elle parle à des agriculteurs qui manifestent.

Commentaires sur le site du Figaro aujourd'hui : "Force doit rester à la loi . Même règle pour tous les citoyens, même ceux ceints d’une écharpe tricolore. Ceux là même, qui précisément devraient se montrer exemplaires face aux injonctions des forces de l’ordre."

"Bien fait. Si elle veut prendre connaissance des doléances de ce groupe de pression elle peut librement le accueillir au sein de sa permanence parlementaire. Une députée au sein d'un rassemblement interdit, c'est ça le sujet."

Comment dire... On a le droit quand on est de droite de ne pas aimer les gens de gauche, et réciproquement. On a le droit de ne pas aimer la démocratie représentative, les députés, le parlement, et préférer un dictature qui imposera plus vite le vaccin à tous et la marque de la Bête (d'ailleurs Macron vient de dire qu'il réfléchit à rendre le vaccin obligatoire, sans grande opposition de la gauche sur ce sujet, de ce point de vue dictature ou démocratie on ne voit plus trop la différence). On a le droit de ne pas aimer les femmes, et se dire que, puisqu'elles veulent être égales des hommes, elles peuvent être jetées à terre par un représentant de l'Etat payé pour ce faire avec nos impôts qui pèse 30 Kg de plus qu'elle. On a le droit de penser que discuter avec des manifestants dans une manifestation interdite est un crime tel, surtout quand on est député, qu'on a le droit de vous faire tomber, vous piétiner, vous écorcher vif etc (car quand on commence à jeter au sol quelqu'un gratuitement, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?). Mais que des personnes qui sur un site Internet pensent pouvoir rassembler dans leur petite tête ces quatre motifs de haine, sans que la moindre nuance dans l'un de ces quatre motifs ne vienne arrêter leur pensée et les empêcher de poster un commentaire bien perfide à la gloire de l'acte brutal, cela m'inquiète vraiment pour leur santé mentale. Ces gens sont profondément dérangés, pour ne pas dire possédés. Il serait urgent pour eux de renoncer à toute intervention publique sur la Toile (réseaux sociaux, commentaires...) pour se recentrer sur eux-mêmes avant qu'ils ne se noient et noient leurs contemporains dans les pires poisons de notre époque.

Lire la suite

Médias sanguinaires

18 Mai 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #La droite, #Revue de presse, #Débats chez les "résistants"

Les fascistes du magazine Le Point reprochent au maire communiste de Villejuif de "désarmer en grande partie" la police municipale parce qu'il leur enlève leurs LBD (de triste mémoire chez les Gilets jaunes), tasers et brigades canines, tout en leur laissant leurs armes à feu "classiques". Naguère la police municipale n'avait même pas d'armes. "Le Point" veut-il qu'on donne aussi à la police municipale des mini-armes nucléaires et des armes bactériologiques ? qu'on bombarde les immeubles comme à Gaza ?

Lire la suite

Question naïve à propos des généraux

8 Mai 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La droite, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik

Ne trouvez vous pas bizarre vous que l'an dernier les Etats-Unis bruissent de rumeurs de loi martiale à longueur de semaines, attisées par les brûlots de Qanon, et qu'aujourd'hui, en France on nous parle dans Valeurs Actuelles d'une première lettre des généraux (qui prennent Me Goldnadel comme avocat... on voit à quels réseaux cela les rattache), avec un beau sondage préformaté pour lui faire de la publicité, et puis on nous annonce, en mode feuilleton à suspense, une seconde tribune, prochainement, et Le Point précise que "le texte ne laisse en aucun cas entendre qu'il pourrait y avoir une prise de pouvoir par cette institution" (sic) - c'est qu'on appelle une belle dénégation, il dit qu'il ne dit pas, histoire que tout le monde ait bien en tête que cela pourrait être...

La stratégie de la tentation. Diviser pour régner, ordo ab chao.

Macron-roi-des-démocrates (avec le LBD quand même), ou la guerre civile, ou la dictature militaire. Qu'est ce qui est le plus efficace pour vous imposer la marque de la Bête ?

Lire la suite

Jusqu'où pousser la suspicion : le cas de Sixte de Bourbon-Parme

4 Mai 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #La droite

Il y a peu j'ai souligné combien il était délicat de faire de l'information alternative. Très logiquement on doit se méfier de tout ce qui est affiché officiellement, et notamment des arguments d'autorité, pour essayer de voir derrière le décor. Mais ce peut être au risque de se livrer à de vaines spéculations. En ce qui concerne l'actrice Anne Parillaud par exemple il y a deux jours, j'ai tenté de poser quelques points tels que "on ne peut soupçonner quelqu'un d'être dans un dispositif MK Ultra si la personne n'affiche pas de signes en rapport avec ce programme". Affirmation que déjà beaucoup trouveront très audacieuse car ils nieront que les papillons ou les oiseaux en cage par exemple soient liés à ce programme (mais à titre personnel je suis assez enclin à le penser et je crois que les recoupements d'informations là dessus sont assez probants).

J'aurais envie de renouveler l'avertissement aujourd'hui en ce qui concerne les ordres hospitaliers.

Hier en effet un jeune nationaliste français (dans cette vidéo minute 32 - peu importe d'ailleurs à mes yeux qu'il soit nationaliste ou pas, ni qu'il soit de droite ou de gauche, car seule la valeur des informations factuelles compte) expliquait sur You Tube que Mère Térésa de Calcutta faisait partie de l'Ordre de Saint Lazare, mêlée selon lui à des trafics d'enfants, et était proche du magnat Robert Maxwell, le père de Ghislaine, la maquerelle de Jeffrey Epstein, que la presse nous a montrée récemment avec un oeil au beurre noir comme divers Illuminati. Il ajoute : "Sixte de Bourbon-Parme est un des principaux donateurs de l'extrême-droite en France, qui a été missionné par  l'ONU pour faire une enquête sur l'invasion de la Libye par Sarkozy et a dit que le droit international a été respecté. Il est cité dans la lettre anonyme qui dénonce l'activité des sodomites satanistes de l'Eglise Sainte-Rita fait partie de l'Ordre de Saint-Lazare (...)" Il observe aussi que Mère Teresa de Calcutta était peut-être liée aussi aux milieux pédophiles (on a parlé de l'inauguration en 1995 à Washington D.C. du Home for Infant Children  aux côtés d'Hillary Clinton, avec des connexions lazaristes possibles via Malcolm Muggeridge de la BBC - à la "grande époque" de Jimmy Savile),   mais laissons de côté pour l'instant Mère Teresa, que la spirite H. Clinton considérait comme son guide spirituel - voyez ce dossier (de même que je laisse de côté la connexion Branco-Stallman-Epstein dont ce militant parle sur son site).

Dans un premier temps, j'ai trouvé ce propos intéressant car je vous avais parlé en octobre de la princesse Camilla de Bourbon des deux Siciles épouse de Charles responsable de l'ordre militaire sacré constantinien de Saint-Georges, cette dame étant la personne chez qui Jack Lang a rencontré Jeffrey Epstein en présence de Woody Allen.

On pouvait légitimement se demander (si l'on est un "chercheur de vérité"), s'il n'y a pas quelque chose de suspect du côté de cette autre branche des Bourbons, celle des Bourbons-Parme, à travers son chef de file Sixte-Henri, né à Pau en 1940 (cela ne s'invente pas), prétendant carliste au trône d'Espagne, pour qui l'Ordre de Saint Lazare qu'il dirige pourrait être l'équivalent de l'Ordre de Saint-Georges pour les Bourbons des deux siciles. Le trait d'union bizarre entre Hillary Clinton-Soeur Teresa-l'Ordre de Saint-Lazare et le trafic d'enfants avait de quoi intriguer. Mais après vérification, il faut bien admettre que, comme pour les liens possibles entre Anne Parillaud et le programme MK Ultra, les éléments de preuves sont des plus ténus.


Tout d'abord j'ai essayé de vérifier certaines des assertions de ce militant nationaliste sur le rôle de ce Sixte de Bourbon-Parme en Libye. Or ce militant se trompe puisque ce prince au contraire a condamné l'opération de l'OTAN de 2011 - voir ici. Autant on sait que des éléments de la haute hiérarchie militaire peuvent être impliqués dans le satanisme (on l'a vu avec l'affaire du lieutenant-colonel Aquino aux Etats-Unis, ce qui aurait fourni un élément de réflexion intéressant si ce prince de Bourbon-Parme était du côté de l'establishment euro-atlantiste), autant le soupçon commence sérieusement à tomber si c'est un opposant aux guerres d'ingérence. Ce point était facile à vérifier avant de s'investir dans la calomnie, mais le jeune Youtubeur a sans doute manqué de concentration pour le faire. Si on regarde plus en détail, on voit que le prince de Bourbon-Parme, à la tête du Cercle de l'Aréopage, organisait le 3 septembre 2018 à Paris un dîner-conférence à 10 euros sur le thème "La notion de guerre "juste" des philosophes romains à St. Augustin". On n'est quand même pas dans le même ordre de moyens financiers et politiques que les grands galas de fund raising organisés par les think tanks mondialistes avec mobilisation des grandes célébrités occultistes (je pense par exemple au gala de charité « Devil's Heaven » de 2013 auquel participaient Lady Gaga et un fils de Soros). Avec le prince de Bourbon-Parme on est plutôt dans la mouvance carliste très minoritaire, autrefois impliquée dans l' "Organisation Armée Secrète" (OAS) pendant la guerre d'Algérie (cf l'Orchestre noir de Frédéric Laurent), à des années lumières de la puissance des réseaux qui gouvernent l'OTAN.

Voilà qui jette un doute sur la suite des hypothèses concernant son implication dans des trafics humains. En fait la lettre anonyme de l'église gallicane de Sainte Rita dont parle le jeune youtubeur, et qui est au fondement de sa mise en cause de l'Ordre de Saint-Lazare aurait été découverte en 2016 (au moment de la fermeture de cette église située rue François Bonvin à Paris). Personnellement je trouve un peu étrange qu'on ait retrouvé soi-disant dans les affaires de "l'évêque" Monseigneur Dominique Philippe ce document qui est accablant pour lui, mais bon détaillons un peu son contenu publié sur le Net. Le papier n'est pas inintéressant sur le plan théologique. On y apprend notamment que le culte de Sainte Rita, reconnu valide par l’Eglise Catholique Romaine qui l’a canonisée, sert aux organisations rosicruciennes à camoufler le culte luciférien qu’ils vouent à Isis. Sainte Rita est en effet associée aux symboles de la Rose et de la Croix … Rose+Croix. Il attaque au passage la chapelle Sainte Marie Sainte Rita à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime) fondée par un certain Maurice Cantor qui initia Dominique Philippe, lequel reçut souvent en son église  parisienne des membres de l’Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani (OSMTH) - inutile de creuser ce point je pense... Le sataniste Pierre Bergé a aussi sponsorisé cette église.

Le lien entre le prince de Bourbon-Parme et l'église Sainte Rita serait d'après cette lettre anonyme à trouver à travers un certain Joseph Georges Pala de Canet, uni à cette église par une filière gay. L'allusion à la pédophilie est aussi suggérée du fait que ce prince est  vice-président de SOS enfants d'Irak, et qu'il fréquente la confrérie soufie Naqshbandiyya que le rapport d'enquête qualifie de "sabbataistes"...

En réalité dans cet ensemble d'assertions seul le lien avec la confrérie soufie est prouvé  . Pour le reste je n'ai rien trouvé sur ce "Joseph Georges Pala de Canet", et le fait qu'il ait éventuellement fréquenté l'église gallicane Sainte Rita de Paris n'en fait pas nécessairement un complice de Dominique Philippe... Dans son livre "Le soufre et l'encens" de 1995 (p. 91), l'héraldiste Frédéric Luz déclarait à propos de l'église de Mgr Philippe qu'elle "n'a rien de spécifiquement gallican et sert plutôt de carrefour à la compagnie, parfois folklorique et toujours interlope, des prélats gyrovagues. La Chapelle Sainte-Rita est donc le rendez-vous privilégié de tout ce petit monde et on aime à y parader mitre en tête au cours de pompeuses liturgies pontificales".

Est-il raisonnable de supposer des réseaux de traites d'humains derrière tout cela ? Compte tenu du fait qu'il s'agit tout de même de modestes associations provinciales c'est peut-être pousser le bouchon un peu loin. Les visites d'un prince catholique à une confrérie soufie en Turquie, dont on peut penser ce qu'on veut sur le plan spirituel, ne sont tout de même pas de nature à éveiller le même genre de soupçon qu'un dîner réunissant Jack Lang, Jeffrey Epstein et Woody Allen chez une princesse-mécène à Paris, compte tenu du poids qui s'attache aux carnets d'adresses de ces dernières personnalités et de leurs liens avec des réseaux occultistes très sombres.

 Il y a peut-être matière à investigation du côté de ce "lobby" lazariste, mais pour l'angle d'attaque Mère Teresa ou l'angle d'attaque "Sainte Rita" a quand même l'air un peu faible, sauf encore une fois à ce que, comme dans l'affaire Parillaud, des pièces plus solides soient versées au dossier...

Lire la suite

La fin du trumpisme

20 Janvier 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Christianisme, #La droite, #Les régimes populistes, #Divers histoire, #Donald Trump

C'en est donc fini du trumpisme. Après cette triste pantalonade au Capitole que j'ai appelée ironiquement l'opération"Send in the clowns". On peut se demander d'ailleurs si tout le mandat de Trump n'a pas été une opération "Send in the clowns" : une opération pour ridiculiser les idées conservatrices aux Etats-Unis en laissant un clown, un batteur d'estrade, Donald Trump, les porter. Car finalement qu'aura-t-il été d'autre sinon un illusionniste qui se trompait lui-même, une grande-gueule et un velléitaire, qui n'a jamais osé vraiment rompre avec les lobbies (le "Big Pharma", le "Big Tech", le lobby de l'armement etc) qui finalement l'ont broyé. Il n'avait pas meilleure mine qu'un Kadhafi ou un Milosevic en fin de course quand chassé du dernier pouvoir qu'il avait, celui du verbe, sur Twitter, il en était réduit à désavouer ses partisans qu'il n'avait pourtant cessé de chauffer à blanc depuis des mois, et encore lors de son meeting à Washington DC ? Un chef qui lâche ses partisans, bêtement, platement, pour au moins sauver sa fortune, et qui n'amnistie avant de partir que les fraudeurs, et pas Assange ou Snowden. La droite américaine méritait sans doute mieux.

Les charismatiques qui à l'émission de Sid Roth disaient que Jésus leur était apparu pour leur dire que Biden ne serait pas le prochain président en seront pour leurs frais (cela devrait les faire réfléchir à la légitimité des accents charismatiques de la religion). De même ceux qui ont suivi Qanon, qui n'était finalement qu'une opération psychologique de la CIA - une opération utile au système : 60 000 comptes Twitters supprimés dans cette mouvance, autant de personnes probablement fichées à vie, une bonne affaire pour le système. Aujourd'hui l' "extrême centre", toujours aussi cruel et pervers qu'à l'époque de la commune de Paris - quand il faisait fusiller les communards en 1871, avant de liquider ce qu'il restait de royalisme en France dix ans plus tard, en la personne de Joe Biden aura les coudées franches pour imposer son totalitarisme. Il va offrir aux américain la dictature des pouvoirs  exceptionnels, dont rêvaient les partisans de Q quand ils croyaient que Trump préparait des mandats d'arrêt secrets contre les Clinton. A commencer par les pouvoirs spéciaux liés à la dictature sanitaire : en premier lieu celui de la vaccination anti-Covid.

Là encore Trump aura bien préparé le terrain pour Biden. Avec l'opération Warp Speed qui visait à faire produire et tester les vaccins à marche forcée pour les administrer en un temps record. En avez-vous vu le logo (ci-dessus) ? Il porte un symbole reiki : celui de l'antahkarana. Vu ce qu'on sait des effets nocifs du reiki entre les mains des médiums en terme d'invocation des entités les plus négatives, qui peut imaginer que cette opération ait porté en elle quoi que ce soit de positif et de bien intentionné ? Et qui peut croire  que Trump qui flirtait tant avec les religieux évangéliques, catholiques traditionnels et juifs, avait quoi que ce soit d'authentiquement compatible avec le monothéisme ? On avait déjà souligné ses liens avec l'ésotérisme, pas seulement dans la mouvance d'Alex Jones (voyez par exemple le signe d'Auramoth qu'il faisait avec les mains). La programmation prédictive autour de lui dans la sorcellerie hollywoodienne à grand renfort de mobilisation de voyants n'aura probablement servi qu'à souligner son rôle dans le projet millénaire que sert la dictature sanitaire actuelle, mais ce n'était sûrement pas pour annoncer qu'il serait un demi-dieu comme ses partisans l'ont parfois cru. Il n'était pas le Kraken mythologique qui rendrait justice au petit peuple américain provincial contre les puissants. Ceux qui mettent à tort toute leur confiance dans un homme quel qu'il soit devront en tirer les conséquences qui s'imposent.

La disparition de la résistance trumpienne n'est pas une bonne nouvelle pour le peuple français, comme ne l'étaient pas celle de Saddam Hussein ni la disparition de quelque résistance que ce soit. C'est quelque chose que les gens piégés par le paradigme droite/gauche ou droite/centre/gauche, ne peuvent pas comprendre. Quand une résistance disparaît tout le monde est perdant. Pour cette raison, la droite américaine devrait s'émouvoir de la suppression sur Twitter de comptes de ministres cubains et vénézuéliens (disparition dont peu de médias ont rendu compte), comme la gauche européenne devrait s'émouvoir de la censure du trumpisme. La fin du trumpisme est particulièrement une mauvaise nouvelle parce que c'était une résistance (maladroite, idiote, dépourvue de stratégie à long terme, mais tout de même une résistance...) au coeur du système mondial, au sommet de sa première puissance militaire. A côté de cela, celles qui peuvent surgir en Ouganda (qui vient à juste titre de bannir Twitter du pays), ou même en France sont nécessairement périphériques et de moindre portée. Mais bon, mieux vaut une dissidence périphérique que pas de dissidence du tout. Que chacun continue à cultiver la sienne... en dosant avec finesse ses moyens d'action...

Lire la suite

Remarque sur certains enseignants chrétiens francophones sur You Tube

10 Décembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #La droite, #Débats chez les "résistants", #Grundlegung zur Metaphysik, #coronavirus-vaccination-big pharma

Ce billet s'adresse à ceux de mes lecteurs qui sont chrétiens ou intéressés par le christianisme. Je l'écris parce que parfois certains de mes abonnés me demandent mon avis sur tel ou tel enseignant catholique ou protestant qui s'exprime sur Internet, ce qui laisse entendre que mon avis peut leur être utile. Ce blog étant plus "sociologique" et "politique" que théologique, je ne parlerai pas des enseignements chrétiens qui sont délivrés sur la Parole de Dieu, mais sur des sujets de société. Je précise que je ne juge pas les personnes qui s'expriment dans ces enseignements, mais seulement l'environnement spirituel qui se dégage de leur message verbal et non verbal (car l'apparence compte aussi). Je sais que je ne vaux pas mieux qu'eux, et je ne vais pas dénoncer la paille dans leur oeil alors que j'ai une poutre dans le mien, mais, puisque nous devons faire preuve de discernement, je me propose seulement d'aider à discerner ceux que mon avis peut intéresser, en admettant que moi même je peux me tromper, et que le seul bon inspirateur du discernement en dernier ressort est l'Esprit saint, que vous devez implorer de vous éclairer en tentant de mener la vie vertueuse et sacramentelle qui lui ouvrira largement la voie.

Je précise aussi que lorsque St Paul nous dit "examinez toutes choses; retenez ce qui est bon;" (1 Thess 5:21), il ne parle probablement pas seulement des enseignements chrétiens, et donc nous devons aussi, dans notre effort de discernement, entendre ce qui est vrai lorsque cela provient des athées, des idolâtres, des impudiques, tout comme nous devons le faire avec les intervenants chrétiens, en triant sans cesse le bon grain de l'ivraie (sans quoi vous n'auriez jamais écouté vos profs de science ou d'histoire athées au collège et vous seriez restés illettrés).

Je vais citer ici seulement trois cas différents d'intervenants chrétiens qui vous donneront une idée de la subtilité inévitable de l'effort de discernement.

Puisque nous sommes très oppressés par la dictature sanitaire, commençons par Mme Henrion-Caude. A la différence du Pr Raoult (dans le camp des adversaire de la propagande des confineurs-masqueurs-vaccineurs), elle s'affiche comme chrétienne et n'a pas de bague à tête de mort. Elle n'a pas reçu le soutien d'amis de Clinton comme le Dr Douste-Blazy, ni des francs-maçons patentés comme M. Bauer et M. Estrosi. Elle est donc allée plus loin  que Raoult dans la dénonciation des complots de Big Pharma autour du Covid, jusqu'à même épouser la thèse du professeur Jean-Bernard Fourtillan sur la fabrication du virus par des laboratoires (une thèse que des éléments de programmation prédictive confortent aussi). A priori, on peut penser que son engagement chrétien l'aide à aller plus loin dans la vérité que le Pr Raoult. Mais méfiance quand même : dans cette conférence de Tedx en mai 2018 ici intitulée "The Treasure Box of Unexplored Senses", elle tient un discours digne du développement personnel et des médiums en faisant l'éloge du "sixième sens". Tedx, Technology, Entertainment and Design, de la Fondation Sapling, est une structure qui n'hésite pas à inviter des gens comme l’oncologue israélien Tal Zaks, ancien responsable de GlaxoSmithKline et de Sanofi, aujourd’hui médecin-conseil chef de Moderna, la firme en pointe pour la recherche sur le vaccin du Covid-19 aux Etats-Unis.

Autre cas, qui touche plus la jeunesse celui-là (il a 6 000 abonnés) : ce jeune homme qui, dans cette vidéo, le 10 décembre 2020, montre qu'il  a compris beaucoup de choses sur les milieux classés "à droite" et sur l'occultisme (voir aussi notre billet ici), dit des choses justes sur la nécessité de penser différemment le catholicisme... mais arbore une chemise à tête de mort ailée qu'il dit tenir de son père (ce qui laisse entendre qu'il promène avec lui quelques entités transgénérationelles sulfureuses susceptibles d'obscurcir son esprit sur certains points...) et construit une théorie du sang fondée sur les Atlantes totalement anti-chrétienne (mais on a la même erreur sur les Atlantes chez le partisan de la théorie de la Terre plate catholique traditionaliste Laurent Glauzy : ce n'est pas parce que l'Atlantide est une hypothèse défendue par certains Jésuites depuis longtemps - Athanasius Kircher - qu'elles est vraie - en général à titre personnel je me méfie plutôt de l'esprit jésuite).

Enfin, citons un chef de parti politique, ex fondateur du Club de L'Horloge, Henry de Lesquen , qui lui aussi a beaucoup de succès sur You Tube (41 000 abonnés) et dans ses conférences. Il affiche un catholicisme plus "culturel" que religieux, faisant des références aux Ecritures uniquement comme on fait du "name dropping". Il affiche d'ailleurs un franc mépris pour l'Ancien Testament (ce qui le condamne à ne pas comprendre les Evangiles ni Saint Paul) et enrobe beaucoup son christianisme de philosophie grecque païenne. Il a raison de critiquer Maurras (comme l'avait fait Bernanos vers la fin, Eric Zemmour devrait faire de même), et sa défense des valeurs familiales ainsi que de l'héritage culturel européen est en ligne avec le catholicisme, mais sa théorie des races ne l'est pas. Et lorsqu'on voit la rune qui tourne en bas à gauche de sa vidéo du 6 décembre 2020 intitulée "Les six civilisations du monde contemporain", on comprend tout de suite sous quelle influence spirituelle ténébreuse il se place...

J'aurais pu prendre d'autres exemples comme Charlotte d'Ornellas ou Philippe Ploncard d`Assac, mais restons en là pour aujourd'hui en ce qui concerne cette mouvance. Le but de ce blog n'est de toute façon pas de distribuer des bons et des mauvais points à gauche de la gauche ou à droite de la droite, ni au centre du centre, dans la mesure où notre priorité est seulement la contre-information.

Pour en terminer avec ce petit exercice, je préciserai seulement que, évidemment, l'erreur de ces "enseignants" d'inspiration chrétienne est selon moi de se placer dans le clivage gauche-droite (en choisissant la droite, au moins pour les deux derniers que j'ai cités), ce qui les rend aveugles à beaucoup d'injustices de ce monde (par exemple celles que subissent les peuples d'Amérique latine dirigés par des gouvernements de gauche, les Yéménites etc) et nuit à leur aptitude à parler à toute l'humanité. L'entre-soir n'est jamais bon. Il faut aller vers les Samaritains et même les Cananéens...

Lire la suite

Croatie : les mésaventures d'un projet de référendum

9 Décembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #La droite

En Croatie comme en France, la démocratie directe peine à s'imposer. En juin 2018, un mouvement conservateur croate, "Les gens décident"(GI Narod odlučuje) a tenté d'introduire un projet de référendum pour modifier le système électoral et empêcher que la minorité serbe se voit réserver 8 sièges au parlement et réduire le nombre de députés (en fait c'était un projet double). L'initiative a recueilli plus de 397 000 signatures. Mais dès fin 2018, le mouvement, qui échappait au contrôle des grands partis politiques, a commencé à subir des persécutions. Ivan Vrdoljak, président du parti populaire (libéral), a porté plainte, affirmant que les membres de l'initiative avaient falsifié des signatures dans leur campagne de pétition. Des responsables ont été entendus pas la police et la Commission électorale d'État a refusé d'examiner et vérifier le décompte des signatures, comme c'est la pratique normale, mais plutôt la tâche a été confiée à une agence privée APIS IT (une société qui travaille aussi, d'ailleurs sur le fichage des malades du covid et des vaccinés). Cet organisme privé a déclaré dès 2018 40 000 signatures invalides, de sorte qu'il a été estimé que le nombre de signataires requis (10 % du corps électoral) n'était pas atteint, sans qu'il y ait eu la moindre transparence sur les signatures refusées qui ont été détruites (tandis que par contre le gouvernement reconnaissait la validité de la proposition de référendum émanant de la gauche contre une réforme des retraites et en tirait toutes les leçons en retirant de lui-même cette réforme).

L'affaire du rejet du projet de Narod odlučuje a fait grand bruit en Croatie depuis deux ans, car les Croates sont très attachés à leur système référendaire : en novembre dernier un député du parti "Les Douverainiste croates" a indiqué qu'il avancera une proposition de référendum sur l'adhésion de la Croatie à l'euro.Le ministère de la Justice et de l'Administration a proposé samedi dernier une proposition de nouvelle loi sur le référendum visant à assouplir les condition de collecte des signatures, mais ce projet suscite déjà des réticences car il ne change pas le seuil des 10 % et prévoit que le parlement pourra faire une contre-proposition de loi référendaire à la suite des initiatives citoyennes pour les neutraliser.

On observera que, comme en France, le seuil de déclenchement du référendum d'initiative citoyenne en Croatie est fixé à 10 %. Pourtant les Croates en font un usage plus fréquent que les Français qui, depuis son entrée en vigueur en 2015, n'ont pas réussi à déclencher la procédure jusqu'ici notamment avec l'échec de sa mise en oeuvre sur la privatisation d'Aéroports de Paris. Le référendum croate sur les députés serbes posait une question délicate car, si l'on ne peut nier à la population le droit de refuser un système de représentation qui lui a été en réalité imposé par le Conseil de l'Europe et l'Union européenne, on ne peut pas voir d'un bon oeil cette façon qu'aurait la population de valider le nettoyage ethnique dont les Serbes furent victimes en 1995 avec l'opération "Tempête". Pour autant la façon peu glorieuse dont les autorités croates, sans doute sous des influences extérieures, ont enterré le projet émanant de la population (en éliminant les preuves) en dit long sur la difficulté des élites d'admettre "sans tabou" les demandes émanant du peuple.  L'effet pour la prise de conscience collective est désastreux et ne peut que renforcer la méfiance entre les communautés du pays. C'est une arnaque pure et simple et une illustration supplémentaire du divorce entre la majorité et les élites.

Lire la suite

Le grand reset dans Time, et l'alliance Vigano-Trump

3 Novembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Donald Trump, #Les Stazinis, #Vatican, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Christianisme, #La droite

En juin l'archevêque ex nonce apostolique à Washington Mgr Carlo Maria Vigano avait écrit dans une lettre ouverte au président Trump à propos des attaques de la gauche suite à sa visite au Sanctuaire national de Saint-Jean-Paul II qu'elles "font partie d'une narration (narrative) médiatique orchestrée qui ne cherche pas à combattre le racisme et à ramener l'ordre social, mais à faire empirer les états d'esprit; non pas rendre justice, mais légitimer la violence et le crime; non pas servir la vérité, mais favoriser une faction politique." Il ajoutait "Et il est déconcertant qu'il y ait des évêques - comme ceux que j'ai récemment dénoncés - qui, par leurs paroles, prouvent qu'ils sont alignés du côté opposé. Ils sont soumis à l'État profond, au globalisme, à la pensée unique, au Nouvel Ordre Mondial qu'ils invoquent de plus en plus fréquemment au nom d'une fraternité universelle qui n'a rien de chrétien, mais qui évoque les idéaux maçonniques de ceux qui veulent dominez le monde en chassant Dieu des tribunaux, des écoles, des familles et peut-être même des églises."  Cette phrase concernant les actes des antifas avait marqué : "Il ne sera pas étonnant que, dans quelques mois, on apprenne une fois de plus que derrière ces actes de vandalisme et de violence se cachent ceux qui espèrent profiter de la dissolution de l'ordre social pour construire un monde sans liberté: Solve et Coagula, comme l'enseigne l'adage maçonnique." Beaucoup avaient noté que "solve et coagula" (dissoudre et coaguler, qui est le pendant de l'ordre issu du chaos) était la phrase habituellement écrite sur le bras du Baphomet.

Vigano récidive dans son alerte contre le nouvel ordre mondial dans une lettre à Trump dans laquelle il cible spécifiquement la dictature sanitaire : "Un plan mondial appelé Great Reset (grande réinitialisation) est en cours, écrit-il. Son architecte est une élite mondiale qui veut soumettre toute l’humanité, imposant des mesures coercitives avec lesquelles limiter drastiquement les libertés individuelles et celles de populations entières. Dans plusieurs pays, ce plan a déjà été approuvé et financé; dans d’autres, il n’en est qu’à ses débuts. Derrière les dirigeants mondiaux qui sont les complices et les exécuteurs de ce projet infernal, il y a des personnages sans scrupules qui financent le Forum économique mondial et l’événement 201, faisant la promotion de leur agenda.

Le but de la Grande Réinitialisation est l’imposition d’une dictature de la santé visant à l’imposition de mesures liberticides, cachées derrière des promesses tentantes d’assurer un revenu universel et d’annuler la dette individuelle. Le prix de ces concessions du Fonds monétaire international sera la renonciation à la propriété privée et l’adhésion à un programme de vaccination contre les Covid-19 et Covid-21 promu par Bill Gates avec la collaboration des principaux groupes pharmaceutiques. Au-delà des énormes intérêts économiques qui motivent les promoteurs de la Grande Réinitialisation, l’imposition de la vaccination s’accompagnera de l’exigence d’un passeport sanitaire et d’une identification numérique, avec pour conséquence le suivi des contacts de la population du monde entier. Ceux qui n’accepteront pas ces mesures seront confinés dans des camps de détention ou placés en résidence surveillée et tous leurs biens seront confisqués."

Il critique au passage le pape : " il est clair maintenant que celui qui occupe le trône de Pierre a trahi son rôle dès le début afin de défendre et de promouvoir l’idéologie mondialiste, en soutenant l’agenda de l’Église profonde, qui l’a choisi dans ses rangs", et estime que seul le président Trump peut aujourd'hui assumer le rôle de la résistance au luciférisme qui autrefois incombait à l'Eglise catholique. "L’alternative, ajoute-t-il, serait de voter pour une personne (Biden) manipulée par l’État profond, gravement compromise par les scandales et la corruption, qui fera aux États-Unis ce que Jorge Mario Bergoglio fait à l’Église, le Premier ministre Conte en Italie, le président Macron en France, le Premier ministre Sanchez en Espagne, et ainsi de suite."

Les propos du pape sur l'union civile dans  un documentaire présenté à la Fête du cinéma de Rome et à moitié démentis par son secrétariat d'Etat le 2 novembre apportent de l'eau au moulin à la thèse de Mgr Vigano sur l'alignement du pape sur les grands agendas mondialistes maçonniques.

Concernant le Grand Reset, ce n'est pas une fiction. Sous le titre "The Great Reset" , le Forum économique mondial (dont on a vu la croisade pro-vaccination dans le cadre de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations) sous l'inspiration de l'économiste Klaus Schwab explique qu' "il est urgent que les parties prenantes mondiales coopèrent pour gérer simultanément les conséquences directes de la crise du COVID-19. Pour améliorer l'état du monde, le Forum économique mondial lance l'initiative The Great Reset." Le tout puissant magazine Time (fondé par Henry Luce  membre des Skull and Bones de 1919, avec l'argent de JP Morgan et Rockefeller) lui emboîte le pas et prône une refonte du capitalisme, avec une dimension de "New Deal écologique" : "La pandémie du COVID-19 a donné une occasion unique de réfléchir au genre d'avenir que nous souhaitons. TIME s'est associé au Forum économique mondial pour demander aux principaux penseurs de partager des idées sur la manière de transformer notre façon de vivre et de travailler." Le parfum de New Deal rappelle la crise financière de 2008 quand The Guardian et The Economist (le magazine des Rothschild à Londres) soulignaient le retour en grâce de Marx chez les élites économiques allemandes.

La presse mainstream comme Vanity Fair dans la main des banquiers dénonce l'alliance entre Trump et les conservateurs catholiques comme une collusion de "paranoïaques" d'extrême droite.

En face, on voit le général Mike Flynn conseiller à la défense nationale du président Trump dont Qanon annonçait en juillet dernier qu'il était susceptible de devenir directeur du FBI, retweeter le 30 octobre la lettre de Vigano.

Donald Trump, s'il était réélu, affronterait-il le "Great Reset", comme il a essayé pendant le confinement de remettre la main sur la Réserve fédérale face aux banquiers mondialistes, ou s'agit-il d'un simple rideau de fumée ?

---------

Sur Klaus Schwab - voir Winteroak, 5 oct 2020 "Klaus Schwab and his great fascist reset", de son livre Moderne Unternehmensführung im Maschinenbau (Modern Enterprise Management in Mechanical Engineering) qui évoque sa conception nazie du management à son enthousiasme pour la révolution 4IR (par exemple l'idée qu'un «monde plein de drones offre un monde plein de possibilités» dans son livre "Façonner l'avenir de la quatrième révolution industrielle"...) - voir aussi ceci

Lire la suite

Propagande contre propagande (à propos de Soros)

4 Octobre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #La droite, #Donald Trump, #George Soros, #Les régimes populistes, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme, #Au coeur des mouvements anti-guerre

Pourquoi est-ce que les anti-systèmes se sentent obligés de mentir, truquer ce qui a été dit, caricaturer pour faire adhérer les gens à leurs thèses. Pourquoi opposer de la propagande à la propagande alors que la vérité suffit largement ?

En ce moment circule sur Twitter cette fausse citation de George Soros : "La Chine doit diriger le Nouvel Ordre Mondial, le créer, le posséder et remplacer les Etats-Unis comme superpuissance économique mondiale" (George Soros, Financial Times, 23 octobre 2009)

En réalité dans l'interview (qu'on peut voir en VO dans la vidéo ci dessous) Soros dit à propos des Chinois sur un ton assez critique "ce sont des membres réticents du FMI. Ils jouent le jeu, mais ils ne contribuent pas beaucoup parce que ce n’est pas leur institution" (They are kind of reluctant members of the IMF. They play along, but they don’t make much of a contribution because it’s not their institution) puis ce qui est interprété comme "La Chine doit diriger le monde" est simplement une prédiction économique qui dit "La Chine sera  moteur qui fera avancer (le système mondial) et les États-Unis seront en fait un frein qui sera tracté dans son sillage par une baisse progressive de la valeur du dollar" (But China will be the engine driving it forward and the US will be actually a drag that’s being pulled along through a gradual decline in the value of the dollar).

Je ne comprends pas que les opposants au système mondialiste pensent que Soros soit assez stupide pour déclarer brutalement dans le Financial Times que la Chine "doit diriger le nouvel ordre mondial" alors que par ailleurs ils lui prêtent une intelligence machiavélique censée manipuler nos plus hauts dirigeants. Et ce n'est pas la première fois que je les prends en flagrant délit de distorsion des déclarations du financier international.

Il n'est jamais bon de sousestimer ses adversaires, de verser dans le simplisme, et de croire, à force de se gaver de stupidités hollywoodiennes, que l'on vit dans un théâtre de marionnettes dont les organisateurs n'auraient eux-mêmes qu'un petit pois dans la tête. Si parfois il faut savoir dénoncer les complots, les enfumages, comme il y en a toujours autour des guerres (y compris la pseudo-guerre sanitaire du moment, qui est en fait une guerre contre les libertés), gommer les nuances est totalement contre-productif. Sur ce coup les conservateurs américains oublient un point important : Soros ne dira jamais que le gouvernement chinois doit diriger le "nouvel ordre mondial", parce qu'il est exactement dans le même camp qu'eux pour lutter contre Xi Jinping (qu'il avait qualifié en janvier 2019 de "plus dangereux ennemi des sociétés libres" et tenter de le renverser en subventionnant des dissidences internes ou des irrédentismes). Et ce, même si, c'est vrai, il collabore avec certains pans de l'Etat profond chinois quand cela arrange ses affaires, comme on l'a vu avec le laboratoire de recherche biologique de Wuhan. L'objectif de Soros est d'obtenir de transformer la Chine en Russie de Poutine (auprès duquel il avait placé ses hommes dans les années 1990 pour démembrer le pays).

On ne combat pas le mensonge avec le mensonge. Se mentir grossièrement à soi même et mentir aux gens ne mène à rien sauf à plus de désespoir, parce qu'alors les gens finissent par penser que la dissidence ne vaut pas mieux que les gouvernants. Ne lisez pas les caricatures des uns et des autres. Ne vous en remettez qu'aux textes qui citent leurs sources, mêmes si les notes de bas de pages ou les liens hyper-textes sont indigestes. Tout doit être vérifiable et vérifié. L'esprit humain doit être élevé à ce niveau d'exigence. Il ne fait pas le faire marcher aux émotions en se disant "donnons lui ce qu'il attend, ce qui va dans le sens de ses préjugés pour conforter ses certitudes".

Cela me rappelle des réflexions que je m'étais faites il y a 21 ans à propos de la guerre du Kosovo. A l'époque, on n'en pouvait plus de voir Libération et d'autres journaux afficher en première page des cadavres d'Albano-kosovars pour pousser l'OTAN à bombarder les Serbes. Or, dès que l'OTAN a attaqué Belgrade, le Comité contre la Guerre de Laurent Ozon (un groupe à droite de la droite) et Balkans Infos (qui était une revue "transcourant" pro-serbe) ce sont mis à montrer des photos de cadavres de bébés serbes (tout comme ils avaient montré des têtes coupées de soldats serbes en Bosnie quatre ans plus tôt). Cela contribua à me maintenir à l'écart de cette mouvance. On ne pouvait pas d'un côté reprocher aux grands médias de cultiver la haine anti-serbe et abrutir l'esprit critique à coup de photos de cadavres, et soi même soi-disant attiser l'esprit de résistance avec les mêmes procédés. Le problème est le même aujourd'hui qu'en 1999. Si l'on veut combattre Soros, attaquons le sur ce qu'il dit vraiment comme je l'ai fait à propos de la vaccination obligatoire,  et sur les associations qu'il finance via les Open Society Foundations. Pas sur des manipulations et des fantasmes gratuits.

Lire la suite

Les opinions de M. Sidos

18 Septembre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Divers histoire, #1950-75 : Auteurs et personnalités, #La droite

Petit fils de Républicain espagnol, de gauche pendant toute ma jeunesse, j'ai hérité d'une vision de l'histoire différente de celle des gens très à droite. Mais j'ai aussi fait passer les faits avant toute autre considération, et, pour avoir une vision claire des faits, il peut être utile d'entendre tous les témoignages, et toutes les interprétations possibles, à leur sujet. C'est pourquoi étudiant à Paris en 1990 j'écoutais déjà aussi bien France Culture, que Radio Libertaire et Radio Courtoisie.

A l'occasion du décès de Pierre Sidos, un nationaliste (extrême droite) issu du pétainisme qui est le "père spirituel" de l'actuel rédacteur en chef de Rivarol, il y a deux semaines, j'ai envie ici de dire un mot de la vision de l'histoire qu'il avait exposée le 28 février 2014 dans une interview avec Florian Rouanet de l’association « Les amis de Pierre Sidos » . Je ne dis pas que j'adhère à cette vision, loin sans faut, je dis qu'elle devrait pouvoir être entendue dans les débats comme toutes les autres (et ce faisant je ne dis pas autre chose que ce que disait Noam Chomsky, qui était une des grandes références de mes 30 ans, au point que j'ai contribué à la rédaction du Cahier de L'Herne qui lui fut consacré)

Voici donc entre autres ce qu'y disait M. Sidos :

- A propos de Marcel Bucard (fondateur du "francisme", reconnu comme le fascisme à la française auquel P. Sidos adhéra à partir de 1943, à 16 ans) : il fut un séminariste mais se révéla d'une envergure extraordinaire au combat puisque de simple soldat il devint capitaine "avec dix citations extraordinaires, si bien que c'était un beau guerrier et un nationaliste convaincu".

- A propos de l'imaginaire fasciste des années 30 : "La marche sur Rome, la résistance de l'Alcazar de Tolède, c'étaient des choses qui exaltaient une certaine jeunesse". Cette jeunesse se demandait pourquoi la révolution nationale ne se réalisait pas en France. Cela n'a été fait que dans des conditions difficiles pendant la guerre, sous occupation militaire, et sous embargo anglo-saxon "ce n'étaient pas les meilleures conditions".

- Sur la Libération-épuration : "c'était le revanche de 1936, du Front populaire. Tous les gens qui avaient prêché le désarmement et la quasi suppression de l'armée qui se retrouvaient au pouvoir et qui exerçaient vis à vis de ceux qui s'étaient comportés toute leur existence d'une façon patriotique, qui avaient participé au combat pour empêcher que les Allemands n'entrent en France un pouvoir de juge". Toute la famille de Sidos (dont son père héros de la guerre de 14-18 - au livre d'or des soldats de Verdun, et titulaire de la légion d'honneur à titre militaire - qui fut fusillé en criant "vive la France", et ses deux frères, l'un qui s'était engagé en 1940 dans un régiment de tirailleurs sénégalais à La Rochelle et l'autre dans la Marine) fut traduite devant une juridiction. Lui-même fut torturé dans une ambiance à la 1789 (24'34), avec électrodes sur les parties génitales et coups sur la plante des pieds à Cognac dans un château tenu par les communistes, et incarcéré pendant cinq ans, pour aboutir au camp du Struthof (construit par les Allemands pendant la guerre) où il se retrouva avec 2 000 jeunes gens à affronter des hivers très rudes. Il se souvient de ne pas y avoir vu la chambre à gaz qu'on montre maintenant aux collégiens qui le visitent et affirme que la potence qu'on y  voit a été construite par les jeunes en 1947-48 (minute 18'24). Ces jeunes d'extrême droite furent finalement envoyés en Indochine combattre les communistes sur une base de volontariat.

- A propos de l'abbé Pierre (min 19'37) : "Un beau jour, il y avait des députés démocrates chrétiens du Nord qui se sont inquiétés en se disant 'enfin ces jeunes gens, ils ne vont pas y rester éternellement' car il y faisait très froid l'hiver (...). C'est alors qu'il y a un autre parlementaire, en soutane, qui est monté à la tribune en disant 'ce sont des nazis, ils n'ont qu'à y rester'. C'était l'abbé Pierre. Alors quand ensuite il nous a fait le coup de dire 'il y a des gens qui souffrent du froid etcétéra... tous ces prêtres un peu démonstratifs, un peu comédien, je m'en méfie, et notamment de celui-là".

- Le Sahara et l'Algérie : Bénéficiant d'une "grâce amnistiante" qui ne lui permettait pas d'effectuer son service militaire dans les troupes ordinaires, Sidos fut envoyé le faire au Sahara en 1951 comme assistant du médecin chef. Sidos explique l'insurrection algérienne par le fait que les résistants avaient "propagé et officialisé le désordre, l'insurrection, le terrorisme " (min 27'34) un peu comme de Poncins impute au cinéma décadent d'Hollywood le discrédit des Occidentaux dans les colonies et le début des soulèvements contre les colonisateurs. les émeutes de Sétif en mai 1944 ont été réprimée par l'aviation française alors que le ministre de l'aviation était un communiste (Fernand Grenier). "Lors de mon service militaire (en 1951) dans la région d'Oran ils ont projeté un film à la gloire de la résistance dite française qui faisait sauter des trains. Mais il ne faut pas s'étonner que peu de temps après la ligne de chemin de fer Oran-Qenadza (près de Colomb Bechar), c'est-à-dire le chemin de fer qui allait jusqu'en bordure du Sahara saute. Autrement dit c'est l'atmosphère issue de 1945 qui est à l'origine de l'affaire algérienne".

Sidos estime aussi que les élections étaient toujours truquées en Algérie ce qui était une source de division. Et De Gaulle commit l'erreur de relancer les processus électoraux. La région était la plus antigaulliste (min 32'41). C'est Salan, titulaire de l'ordre de la francisque à cause de son combat contre les gaullistes à Dakar, qui eut le tort de lancer "Vive de Gaulle". 24 janvier 1960, journée des barricades à Alger, Sidos entra en clandestinité, sous le coup d'un mandat d'amener comme d'autres leaders de "Jeune nation". Il fut arrêté sur dénonciation.

Sidos a rencontré le secrétaire général du FLN et des ministres algériens sur l'antisionisme. Le régime de Boumédienne commençait à interdire les films d'Hollywood. Sidos leur rappela que leur pétrole restait entre les mains des Rothschild. Deux mois plus tard ils le nationalisèrent. Comme il s'était rendu à Alger avec un responsable de l'OAS, il apprit qu'un socialiste (ancien ministre) y était pour recevoir de l'argent. Il a aussi rencontré le roi Fayçal d'Arabie saoudite, ainsi que le général Peron à Madrid (il avait la statue de Bonaparte dans son bureau). Celui-ci lui a dit avoir les mêmes ennemis que Sidos : les Etats-Unis et le sionistes.

Il a subi des attentats. Notamment une bombe à son bureau en 1974 (38'28).

Sur Le Pen il le considère comme un homme sincère, mais, émanant du syndicalisme estudiantin (1h08) il considère qu'il est habitué de la manipulation électorale. A l'occasion d'un congrès estudiantin de l'UNEF à Aix les Bains en 1951 Le Pen provoqua des violences et profana l'Eglise voisine. La police intervint et il échappa au procès seulement grâce à l'intervention d'André Marie, ministre de l'éducation nationale. En outre Sidos le considère comme un homme du système, et c'était un chasseur d'héritages, comme il le montra dans les affaires Lambert, Le Sabazec et d'autres. Sidos lui reproche d'avoir donné son parti à sa fille.

Sur le XXe siècle Sidos considère que l'Histoire dira qu'Hitler était le Napoléon allemand, Mussolini le dernier des Césars et Staline le tsar rouge et que ce n'était pas rien de vivre cela. Il souligne que dans "la formation la plus politique de l'armée d'Hilter" (la Waffen SS) il y a eu 2 millions d'Européens et même de non-européens (min 1h15) cela n'est comparable qu'à l'armée de Napoléon qui pendant la campagne de Russie comptait une moitié d'étrangers.

Pour Sidos Mussolini créa l'Italie moderne, résolut la situation du Pape, ce qui suscita un consensus en Italie autour de lui. En 36, souligne Sidos, le Duce fut "victime de sanctions économiques" quand il voulut inclure l'Abyssinie aux possessions qu'il avait au nord et au sud de ce territoire, conformément à une ancienne promesse des Alliés, "la même politique qui est pratiquée à l'heure actuelle contre l'Iran". "Il a conquis l’Éthiopie, il a fait du roi d'Italie l'empereur d’Éthiopie, et il a surtout aboli l'esclavage qui était légal en Éthiopie".

Une parenthèse ici : Jean Longuet, petit fils de Marx et député le journal socialiste "Le Populaire" du 15 avril 1936 en p. 3 écrivait à propos d'une note diplomatique par laquelle l'Italie, pour s'exonérer d'avoir usé de gaz asphyxiants en Éthiopie, avait mis en avant le fait qu'elle avait aboli l'esclavage : "Je dois à la vérité d'écrire que ce document 'sensationnel !' a laissé diplomates et journalistes parfaitement indifférents. Tout au plus certains pince sans rire se sont-ils bornés à déclarer en haussant les épaules : 'Mussolini a aboli l'esclavage en Éthiopie. Sans doute l'abolira-t-il en Italie ?' "

Contre les assemblées : "St Thomas d'Aquin disait qu'il faut se méfier des assemblées, surtout des assemblées d'évêques... Mussolini mis en minorité devant le Grand conseil fasciste : mais un fasciste n'aurait jamais imaginé qu'on votait au Grand conseil fasciste"(1h21) - NB il y a les mêmes considérations contre les Assemblées dans les Mémoires d'Outre tombe de Chateaubriand à la chute de Napoléon.

Il évoque ensuite le concile Vatican II, comme point d'arrivée d'autres catastrophes, qui introduit la démocratie dans l'Eglise ce qui d'après lui est une erreur au vu de Jean 15:16 "c'est moi qui vous ai choisis". Pour lui c'est la conséquence de 1945. La défaite d'Hitler fut la défaite de l'Europe et de la civilisation (avec la rétroactivité des lois, l'imprescribilité etc).

Il évoque ensuite les mouvements politiques qu'il a créés - Jeune Nation, la veuve d'un négociant en sucre rue du cirque bonapartiste tenait salon le samedi après-midi. Le mouvement attaqua le siège du PCF le 7 novembre 1956, et l'année suivante (16 novembre 1957, événement couvert par le presse internationale parce que le premier ministre britannique était à Paris ce jour là) devant l'ambassade des Etats-Unis place de la Concorde après la livraison d'armes anglo-américains aux Tunisiens. En mai 58, le gouvernement Pfimlin dissout Jeune nation et un groupuscule fondé par Le Pen. Le mouvement allait créer avec N. Jacquemart de l'Echo de la Presse un journal (min. 1h37') qui fut très réprimé par les gaullistes. Sidos explique aussi la naissance du courant d'extrême-droite Occident récupéré par l'organisme  pro-américain "Est-Ouest" (dirigé par George Albertini, ancien professeur de l'école normale de Troyes, devenu secrétaire général du RNP de Marcel Déat pendant la guerre) qui faisait de l'anti-communisme du dollar avec beaucoup d'argent . Sidos a fondé l'Oeuvre française en 1968 avec la croix celtique ("croix eucharistique") comme association de la couronne et de la croix. JM Sauvé directeur des libertés publiques de Joxe fit interdire la revue "le Soleil" à cause d'une information sur Israël (selon Sidos).

En 1991, Pierre Sidos a demandé au Conseil d'Etat d'annuler pour excès de pouvoir l'arrêté du 7 novembre 1990 par lequel le ministre de l'intérieur a prononcé l'interdiction de la vente aux mineurs, de l'exposition et de toute publicité de la revue "Le soleil". Requête rejetée en 1994.

Lire la suite

Chemin de Damas brésilien

31 Mai 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Les régimes populistes, #La droite

Sara Winter, 27 ans, ex-membre du groupe féministe radical Femen (elle avait été formée à Kiev pendant 25 jours il y a 8 ans); qui a rompu avec le mouvement l'année dernière, a renoncé au féminisme pour défendre une option conservatrice et chrétienne dans sa vie en 2017. Elle a donc rejoint Bolsonaro et épousé un militaire, ce qui lui a valu d'être menacé par des militants de la gauche au point de devoir se réfugier dans une pièce de l'université féderale Fluminense, à Niterói 

Elle a organisé aujourd'hui une manifestation d'un bataillon qu'elle a organisa, dit "groupe des 300" à Brasilia avec des torches en soutien au gouvernement pour la souveraineté du Brésil devant la cour suprême fédérale et pour dénoncer l'enquête judiciaire dont elle et d'autres dirigeants de droite font l'objet pour propagation de fake news (elle a aussi menacé personnellement le président de la cour). Son organisation présente des caractéristiques paramilitaires. Le "phénomène Sara Winter" est un symptôme de la polarisation extrême en deux camps de la société brésilienne, comme le sont les émeutes aux Etats-Unis en ce moment.

Manifestation des 300 à Brasilia

Lire la suite

Il manque un arrière-plan

13 Février 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Philosophie et philosophes, #Lectures, #Grundlegung zur Metaphysik, #La gauche, #La droite, #Christianisme

Je regardais hier quelques vidéos, qui bien sûr me laissaient sur ma faim car toujours il manque une dimension spirituelle. La jeune blogueuse Tatiana Ventôse, toujours dans son rôle d'institutrice, se plaint d'avoir été incomprise dans une de ses vidéos où elle défendait le droit de critiquer les religions, et attaquée de ce fait. Evidemment ceux qui l'attaquent sont des idiots, mais elle devrait se détacher de ses dogmes rationalistes pour s'interroger sur son rôle social, et sur les forces négatives qu'elle sert tout en croyant être du côté des Lumières. Cela rendrait son positionnement dans la monde bien plus productif. J'écoutais aussi Rancière interviewé par Taddei qui fut une des influences de mon Programme pour une gauche française décomplexée il y a 13 ans. Il eut le courage de défendre le tirage au sort. Mais pour le reste c'est le produit de nos universités : aucune originalité dans l'analyse historique. Et puis Valérie Burgault sur TV Liberté : bonne analyse de la construction du système bancaire intégré au niveau mondial, mais quid de la réflexion sur les prophéties apocalyptiques sur le gouvernement mondial et les forces fétichistes qui le cimenteront ? quid de l'analyse du rapport de ce système aux sociétés secrètes ? L'occultisme de George Soros, de Warren Buffet, des Rothschild et des Rockefeller ça ne serait que du folklore ? Au contraire il est central dans ce processus.

Tant que la place de la spiritualité restera taboue dans le débat politique français et européen, celui-ci demeurera à la simple surface des choses. Ca ne restera que du verbiage.

Lire la suite

Le Parlement européen pour la sexualisation des enfants ?

16 Novembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes, #La droite, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les régimes populistes, #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Christianisme, #George Soros

Depuis plusieurs siècles le débat sur les moeurs en Europe (devenu le débat sur les "questions sociétales") a été surdéterminé par une enjeu religieux entre ceux qui prônaient une maîtrise des pulsions sexuelles démoniaques au nom d'une promesse de vie éternelle faite aux adeptes des disciples de Jésus-Christ, et ceux qui, tenant d'une approche humaniste, autrement appelée "luciférienne" (Lucifer étant, comme l'a rappelé Albert Pike, pour les francs-maçons celui qui apporte la lumière aux hommes), pour laquelle l'humanité doit ignorer les préceptes divins et parvenir par elle-même à sa propre émancipation, en suivant ses penchants intimes. Ces derniers n'ont cessé de marquer des points en se faisant les avocats des gens présentés comme victimes de l'ordre social inspiré par les premiers (d'abord les femmes privées d'accès à la parole publique, puis les homosexuels etc).

Aujourd'hui les sociétés européennes sont tellement sécularisées, que les tenants de la ligne chrétienne ne peuvent plus invoquer leurs dogmes, et doivent donc eux-aussi chercher des victimes de la politique des humanistes-lucifériens, pour justifier toute mesure de résistance à l'hégémonie de ces derniers. Les victimes que les chrétiens mettent maintenant en avant sont les enfants.

C'est ce qui vient de se passer en Pologne.

Le Parti conservateur pour la loi et la justice (PiS) ayant brillamment remporté les dernières élections d'octobre avec  45,8% des voix et un taux de participation record, ce qui reconduit sa majorité pour 4 ans, la Fondation pour le droit à la vie (anti-avortement) a continué de faire avancer son projet de modification du Code pénal, qui en juillet avait été ratifié par 300 000 personnes et qui criminalise l'apologie de la sexualité entre enfants en introduisant une peine d'amende, de restriction de la liberté ou d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans pour la promotion ou l’approbation publique des rapports sexuels entre enfants. Avec ce texte, la propagation ou l’approbation de tels comportements par le biais de communications de masse serait aussi punissable de prison.

La même peine serait infligée à la personne qui "encourage ou approuve la pratique de rapports sexuels ou d'autres activités sexuelles par un mineur, agissant dans le cadre de l'exercice de sa profession, de l'exercice d'une profession ou d'activités liées à l'éducation, au traitement ou à la garde de mineurs, ou agissant dans les locaux de l'école" ou autre "établissement éducatif ou établissement d'enseignement ou de soins ". L'actuel article 200b du code pénal polonais ne mentionne que la promotion publique du contenu pédophile , qui entraîne une peine d' une amende, restriction de liberté ou d' emprisonnement pouvant aller jusqu'à deux ans. 

L'exposé des motifs du projet précise qu'il vise : "Les responsables de" l'éducation sexuelle " (...) qui réveillent sexuellement les enfants et promeuvent l'homosexualité, la masturbation et d'autres activités sexuelles parmi les élèves." Les conservateurs polonais sont en effet de plus en plus préoccupés par le développement de l'éducation dans d'autres pays occidentaux, notamment les heures de lecture de contes aux enfants par des drag queens  (une pratique importée des Etats-Unis) et l'éducation sexuelle qui encourage souvent les comportements sexuels à risque.

La gauche a tout de suite estimé que ce projet visait à interdire l'ensemble de l'éducation sexuelle, et a brandi, à son tour, comme elle le fait d'ordinaire, "ses" victimes (les jeunes femmes victimes du machisme - comme en France dans le débat entre Caroline Fourest et Alain Finkielkraut - et incapables de recourir à la contraception, les homosexuels brimés etc) et des manifestations de rue ont été organisées. Au parlement, lors de l'examen de l'inscription du projet en commission, l'avocat du groupe conservateur Ordo Iuris Olgierd Pankiewicz , a tenté de les rassurer en précisant  ce projet "ne concerne pas du tout l'éducation" et "ne stigmatise aucun environnement". "Nous voulons que les enfants marchent en toute sécurité dans la rue et à l' école , et nous voulons que les délinquants sexuels aient un accès aussi difficile que possible aux enfants" , a-t-il ajouté, laissant entendre qu'il visait donc non pas la sexualité entre enfants mais la pédophilie.

Le Parlement européen vient de s'en mêler. Par une résolution votée avec 471 voix pour, 128 voix contre et 57 abstentions jeudi 14 novembre, les eurodéputés ont exprimé leur préoccupation face à un projet de loi polonais (cf Nahrod).

La résolution était portée par Elżbieta Łukacijewska eurodéputée des Basses Carpates du PPE (chrétien démocrate) avec  le soutien des socialistes, de Renew (les libéraux), du GUE (gauche de la gauche) et des Verts (écologistes). 

Pendant moins d'une heure de débat au Parlement européen, la position de PiS, qui proposait une motion alternative, a été défendue par Christine Anderson (AfD) au nom du club eurosceptique "Identité et démocratie". Cette motion avait peu de chances en raison de la coalition des principaux partis contre elle, mais aussi, du fait que l'Allemagne, très influente dans les institutions européennes (notamment depuis la nomination d'une Allemande à la tête de la Commission) est attachée à l'éducation sexuelle qu'elle a introduite dans les écoles il y a 50 ans : dans Beyond the bomb publié en 2019, l'écrivain catholique américain E Michael Jones qui a vécu directement ces événements raconte (p. 88 et suiv) comment dans les années 60 les étapes de l'opération d'ingénierie sociale qui, à la suite de la publication du rapport Kinsey, l'Allemagne a été envahie de films pornos soft censés éduquer la jeunesse, ce qui a préfiguré la banalisation de la pornographie en Europe - la chaîne de TV Arte en ressortant ces vidéos dans un documentaire en 2014 a été accusée de promouvoir la pédophilie.

Des commentateurs en Pologne soulignent que cette position du Parlement de Bruxelles s'oppose à une initiative citoyenne (les 300 000 signatures précitées) ce qui montre une fois de plus le divorce entre l'Union européenne et l'initiative des peuples. «Sont-ils fous? Comment pouvez-vous critiquer l'Etat pour un projet de loi présenté par des citoyens? », s'est ainsi exclamé sur Twitter Patryk Słowik du journal Dziennik Gazeta Prawna. En ce première anniversaire du mouvement des Gilets Jaunes qui ont défendu le référendum d'initiative citoyenne, l'argument ne devrait pas laisser indifférent en France...

Certains ont aussi remarqué que la future vice-présidente de la Commission européenne chargée de la démocratie et de la démographie, Dubravka Suica, eurodéputée de l'Union démocrate croate civique, n'a pas pris part au vote. Les autres europédutés de ce parti, interviewés par le journal croate Télégram ont estimé que le débat a été  "idéologisé" et insistent pour que l'éducation relève de la responsabilité des États-nations, et non de l'UE.

En Pologne comme en France et dans beaucoup d'autres pays, les périphéries sont plus anti-européistes (anti-globalistes), et conservatrices au niveau des moeurs que les grandes villes qui ont élu des maires libéraux, lesquels mènent des politiques très "gay friendly" et favorables à la sexualisation dès le plus jeune âge (ce qui explique que les mondialistes financent maintenant un Réseau de recherche sur la Globalisation et Villes du Monde-GaWC, basé à Loughborough University en Angleterre, qui fait des palmarès des villes "intelligentes" à travers le monde - puisque ces gens se croient à la pointe de l'évolution humaine - Pour mémoire Benjamin R. Barber en 2013 exprimait le fantasme des globalistes à ce sujet dans un livre au totre éloquent publié aux presses de l'université de Yale "Si les maires dirigeaient le monde - nations dysfonctionnelles et villes montantes / If Mayors ruled the World, dysfunctional nations and rising cities", notez qu'en p. XIII du texte en ligne à la rubrique des remerciements il précise avoir été hébergé par l'Open society de Soros et son ONG CivWorld.

En juin 200 000 Polonais avaient manifesté contre l'éducation sexuelle à l'école, tandis qu'une contre-manifestation organisée par le lobby LGBT (subventionné par l'Union européenne - nos impôts - et la Fondation Batory de la galaxie Soros) réunissait quelques dizaines de milliers de personnes avec le soutien des ambassades des Etats-Unis, du Canada et "d'autres pays occidentaux" (source Posule.net, 12 juin 2019)."Une offensive des cercles LGBT est en cours dans le pays", a déclaré la Conférence épiscopale polonaise dans une lettre ouverte début octobre, signée par Mgr Stanislaw Gadecki, archevêque de Poznan. La question de la sexualisation des enfants par les films, Internet et l'éducation scolaire, et celle de la diffusion de l'idéologie "transgenre" et de la banalisation de l'homosexualité se recoupent souvent dans le débat public polonais comme ailleurs.

Lire la suite

Le guérisseur mondialiste Jacques Chirac est mort

26 Septembre 2019 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La droite, #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme, #Christianisme

L'ex-président Jacques Chirac est mort aujourd'hui. Dans un hommage que lui rendait sur LCP en juin dernier l'ancien président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré (voir "Chirac-Debré : de l´amitié en politique") insistait sur son gout pour les arts païens d'Afrique et d'Asie et sur son soutien à Simone Veil lors du vote de la loi autorisant l'avortement en France  (un documentaire co-produit par une société évidemment appelée Troisième Oeil productions).

Jacques Chirac était un guérisseur comme l'avait révélé une enquête d'Arnaud Ardoin et beaucoup ont témoigné du fluide qui passait par ses mains (ce qui, selon les critères catholiques, devrait justifier que lui soit refusé un enterrement religieux).

Politiquement Chirac est l'homme qui a trahi le gaullisme pour rallier son parti à la construction européenne, dès le septennat de Valéry Giscard d'Estaing et encore plus au moment du traité de Maastricht puis du référendum sur la "constitution européenn". En 1999 il ne s'était opposé que quelques minutes au bombardement de la Serbie par Clinton, selon le témoignage du maire du 9e Arrondissement de Paris de l'époque Gabriel Kaspereit, avant de s'y rallier et de participer activement à l'hystérie anti-serbe en appelant à "combattre la barbarie"tandis que nos avions bombardaient le complexe de Pancevo provoquant des dizaines de "Lubrizol" en une seule nuit... Il s'était ensuite opposé à la guerre de Bush en Irak, mais avait autorisé le vol des B52 au dessus de la France pour aller combattre Saddam Hussein (alors que Mitterrand avait refusé cette autorisation pour le bombardement de la Libye en 1986), et ce malgré les requêtes du Comité de la guerre en Irak, de l'UNSAC-CGT et de la CAPJPO contre cette autorisation en 2003. Mondialiste convaincu, il avait lancé au moment de la guerre en Irak un projet de taxe planétaire sur les billets d'avion censée favoriser les vaccinations dans le Tiers-Monde (occasionnellement utilisées au service d'un projet dépopulationniste) qui, quelques années plus tard, a servi au financement de la Fondation Clinton sur laquelle les partisans de Donald Trump en ce moment voudraient voir ouvrir une enquête pour trafic humain et blanchiment d'argent de la drogue.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>