Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #les stazinis tag

Nancy Pelosi interdite de communion par l'archevêque de San Francisco

22 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Avortement, #Le monde autour de nous, #Christianisme

Dans un communiqué publié le 20 mai dernier, Mgr Salvatore Cordileone a déclaré que la présidente démocrate de la Chambre basse Nancy Pelosi (qui s'affiche comme catholique pratiquante) ne serait pas admise à la communion dans le diocèse de San Francisco (Californie) tant qu'elle n'aurait pas retiré son soutien actif aux législations de plus en plus agressives en faveur de l'avortement en vigueur en Californie et en Nouvelle Angleterre. Mme Pelosi avait pourtant été reçue en grande pompe au Vatican en octobre 2021 où elle avait échangé des gestes étranges avec le pape François...

 

Lire la suite

Le nouveau ministère de la Vérité américain

2 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous

Le gouvernement américain vient de créer un "Conseil de gouvernance de la désinformation," véritable ministère de la Vérité au sens orwellien du terme. Il est dirigé par Nina Jankowicz que Multipolarista.com présente comme "un guerrier froid de la censure qui a travaillé pour une sous-section de la CIA supervisant les opérations de changement de régime visant la Russie et la Biélorussie (NDLT : une branche du National Endowment for Democracy), et qui diffame les médias américains anti-guerre indépendants en les taxant de « désinformation russe »".

 La vaillante députée démocrate d'Hawaï et ancienne soldate en Irak Tulsi Gabbard est montée au créneau (mais bien sûr elle sera une des rares dans l'Establishment à le faire) : "Démocrates qui dites que vous êtes contre les dictatures, écrit-elle sur Twitter, où sont vos voix pour condamner le ministère de la Vérité ? Pires encore sont les Républicains qui affirment qu'un tel conseil de propagande est nécessaire, mais qu'il devrait être dirigé par quelqu'un qui n'ait pas de biais idéologique - pas Jankowicz. Ils ont tous besoin de relire le Bill of Rights"

Lire la suite

Opération américaine contre le premier ministre pakistanais

4 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Les régimes populistes

Mercredi dernier, sept députés du parti souverainiste de droite Tehreek-e-Insaf ( Mouvement du Pakistan pour la justice) fondé par le premier-ministre Imran Kahn ont annoncé qu'ils passaient à l'opposition, privant celui-ci de sa majorité. Celui-ci a alors pris a témoin le peuple pakistanais en agitant devant les écrans de télévision une lettre démontrant selon lui que "des puissances étrangères sont en train d'organiser un changement de régime au Pakistan".

Les principaux membres du gouvernement, le ministre de la Planification, du Développement, des Réformes et des Initiatives spéciales Asad Umar et le ministre de l'Information Fawad Chaudhry ont tenu une conférence de presse conjointe où ils ont révélé de plus amples détails sur cette lettre controversée. Khan a ensuite invité plusieurs membres de son cabinet, les médias et la communauté de sécurité pakistanaise à la consulter.

Les partis d'opposition ont tenté de ridiculiser cette lettre, Shahbaz Sharif (aspirant au poste de Premier ministre) ironisant en disant qu'il quitterait le navire et rejoindrait Imran Khan si la lettre est authentique.

Parallèlement à ce jeu politique, une mystérieuse requête était déposée auprès de la Haute Cour d'Islamabad (IHC) auprès du juge en chef d'Islamabad Athar Minallah, lequel rendait sur le champ un avis juridique selon lequel Imran Khan ne peut pas partager cette lettre en public en raison de son serment de confidentialité. La rapidité de la décision avait de quoi surprendre...

Le lendemain le Comité de sécurité nationale (NSC) du pays était réuni. Étaient présents le Premier ministre pakistanais, le chef de l'armée, le président des chefs d'état-major interarmées, l'armée de l'air pakistanaise (PAF) et les chefs de la marine, le conseiller à la sécurité nationale (NSA) et plusieurs autres responsables importants. L'opposition avait boycotté cette réunion, mais les participants unanimes décidaient de réprimander publiquement les Etats-Unis pour leur ingérence, et le 31 mars Khan révélait le contenu de la lettre : il s'agissait d'une lettre envoyée par des responsables du Département d'Etat américain à l'ambassadeur du Pakistan à Washington, annonçant le vote d'une prochaine motion de censure contre Khan au parlement et lui enjoignant de ne pas résister sous peine de conséquences terribles pour son pays (on parle maintenant - cf AFP - plutôt d'un câble diplomatique faisant état d'un enregistrement des propos d'un haut fonctionnaire américain à l'encontre du Pakistan).

Khan a ajouté que les rebelles de son parti avaient été achetés.

Le 9 mars l'armée pakistanaise s'est déclarée "neutre", puis a fait évoluer sa position au retour de Pékin du ministre des affaires étrangères pakistanais, ce qui laisse entendre que la Chine a fait pression sur les militaires contre l'ingérence américaine.

Lors de son interview du 1er avril à la télévision nationale (PTV), Imran Khan a exhorté la nation pakistanaise à rejeter l'alliance des partis corrompus et des médias soutenus par l'Occident, et à ne pas craindre les menaces de sanctions économiques contre le pays.

Hier le 3 avril, Imran Khan a échappé à la motion de censure en déclarant le vote inconstitutionnel et demandé au président Arif Alvi de dissoudre l'assemblée, ce qui devrait aboutir à la désignation d'un premier ministre par intérim. Il a ensuite dans la journée précisé au cours d'une réunion des cadres de son parti que l'auteur des menaces contre le Pakistan était le sous-secrétaire d'Etat en charge de l'Asie Donald Lu, qui a reconnu le 2 mars devant une commission du Sénat américain avoir exercé des pressions sur le Sri Lanka et le Pakistan (voir vidéo), tandis que le chef d'Etat major de l'armée pakistanaise avant hier a rappelé les liens de ladite armée avec les Etats-Unis.

Au pouvoir depuis 2018 Khan, ancien champion de cricket a changé de vie, alors qu'il était playboy international connu pour son mariage avec la mondaine Jemima Goldsmith il est devenu un pieux musulman hostile à la politique occidentale. Son épouse qui est de père juif, de mère protestante et de grand mère catholique, est aussi sur une ligne hostile aux injustices de la politique américaine en ce moment. Elle a par exemple condamné le 11 février dernier la décision américaine de dépenser une partie des 7 milliards de dollars d'actifs volés à l'Etat afghan depuis la prise du pouvoir des talibans en Afghanistan pour l'indemnisation des victimes du 11 septembre,  alors que des mères afghanes en sont réduites à "vendre leurs organes pour épargner la famine à leurs enfants". Elle retweete aussi des messages de soutien à Julian Assange.

Khan a rencontré Vladimir Poutine le 24 février dernier, et Islamabad s'est abstenu de condamner l'invasion russe de l'Ukraine à l'Assemblée générale de l'ONU le 2 mars et a refusé d'imposer des sanctions à la Russie. Le cheikh soufi Imran Hosein, un leader favorable à l'alliance chistiano-musulmane contre l'impérialisme, le 2 avril a qualifié la période actuelle de "moment de vérité" pour le Pakistan, l'enjeu est de savoir si le Pakistan veut rester un "Etat esclave". Il déclare (15e minute) aux partis pakistanais qui se réclament de l'Islam ont préparé une "révolution de couleur" avec l'argent américain, et en décidant de commettre un "regime change" au début du Ramadan, qu'ils ont commis une faute qui va conduire chaque Pakistanais attaché au Coran à se souvenir de tous les leaders pakistanais (Liaquat Ali Khan, Z.A. Bhutto, Zia al Haq et Benazir Bhutto) qui ont été éliminés à la demande des Occidentaux.

Lire la suite

Transfert de données : l'alignement de la Commission européenne sur les Etats-Unis

1 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis

L'Union européenne ne se contente pas de devenir l'otage de Washington sur le plan énergétique en décidant de se dégager des livraisons de gaz russe (ce qu'il n'est pas sûr qu'elle parvienne à faire à court terme) après avoir gelé (pardon volé) une partie des réserves bancaires de Moscou : il y a une semaine (le 25 mars) la présidente de la commission européenne a conclu un accord de partage des données informatiques des citoyens européens avec les Etats-Unis.

Pour mémoire la Cour de justice de l’UE en juillet 2020 avait estimé, en se référant aux programmes d'espionnage de l'Agence nationale de sécurité américaine Prism (révélé par le transfuge Snowden) et Upstream  que le « Privacy Shield », utilisé par 5 000 entreprises américaines, dont les géants comme Google ou Amazon, ne protégeait pas de possibles « ingérences dans les droits fondamentaux des personnes dont les données sont transférées » (et en juin 2020, j'avais moi-même posé la question concernant le transfert aux GAFA du Health data hub créé par le gouvernement français - le thème s'est invité dans la campagne électorale récemment). L’affaire avait été initiée par une plainte contre Facebook de l'activiste autrichien Max Schrems, qui maintenant fait remarquer que cet accord claironné dans les grands médias acquis aux grands groupes financiers internationaux est pour l'heure une simple entente verbale obtenue sans que Washington fasse la moindre concession puisque le Privacy Shield ne sera pas révisé et que les Etats-Unis ont simplement annoncé qu'ils renforceront les garde-fous applicables au SIGINT (renseignement électronique) probablement sous la forme d'un ordre exécutif intégrant la notion de « nécessaire et proportionné » qui guide la jurisprudence européenne (mais sans garantie sur le contenu de cet ordre exécutif) et la mise en place d'une instance judiciaire ad hoc pour les litiges, avec un risque qu'elle soit d'accès restreint pour les justiciables comme l'actuelle Cour de Surveillance du Renseignement Étranger des États-Unis (FISA).

La récente jurisprudence FBI c. Fazaga de la Cour suprême américaine du 4 mars 2022 rend peu probable un durcissement des règles en matière d'espionnage outre-atlantique. Cette affaire concernait une enquête mené par un informateur du FBI en 2006 et 2007,  dans les plus grandes mosquées du comté d'Orange, en Californie. L'informateur du FBI a recueilli sans distinction les noms, numéros de téléphone et adresses électroniques, ainsi que des informations sur les croyances religieuses et politiques de centaines d'Américains musulmans. Après que les plaignants – un imam et deux fidèles – ont intenté une action en justice, le gouvernement a fait valoir que le « privilège des secrets d'État » obligeait le tribunal à rejeter les allégations selon lesquelles le FBI avait illégalement ciblé des membres de leur communauté musulmane à des fins de surveillance en raison de leur religion. La cour d'appel a rejeté cet argument, estimant que le procès pouvait continuer sur la base des procédures spéciales mandatées par le Congrès il y a des décennies, qui obligent les tribunaux à examiner les preuves sensibles à huis clos dans les affaires d'espionnage. Mais la Cour suprême ne l'a pas suivie et étend ainsi l'opposabilité de la notion de secret d'Etat dans les affaires d'espionnage.

Tout ce que l'on peut constater donc à ce stade c'est que les Etats-Unis ont cyniquement exploité la guerre d'Ukraine pour obtenir un renoncement de la commission européenne aux acquis de la décision de la Cour de justice de 2020, ce qui ne fera de toute façon qu'aboutir à de nouveaux combats judiciaires si les défenseurs des droits des citoyens de ce côté-ci de l'Atlantique ne désarment pas.

Lire la suite

Négociations en Ukraine, sénilité de Biden

30 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme

Toujours beaucoup de partialité parmi nos médias dans le traitement de l'invasion russe de l'Ukraine. La perspective d'un accord de paix russo-ukrainien qui pourrait donner lieu à référendum fait la "Une "du Jerusalem Post en Israel, mais reste ignorée ce soir par nos journaux et les chaînes de TV qui préfèrent se focaliser sur les victimes des crimes de guerre russes (comme les médias russes se polarisent sur les victimes du bataillon Azov ou sur la légèreté de Zelinsky).

Difficile de faire la part des choses cependant en ce qui concerne la réalité sur le terrain. On dit l'armée russe assez inefficace car reposant sur des troupes trop jeunes et peu motivées. Il est vrai que la volonté de "ménager" les Ukrainiens, alibi des pro-russes pour justifier la lenteur de la progression de leur camp au bout d'un mois, n'a pas l'air très crédible au vu des dégâts matériels et humains.

De même il est difficile de savoir quels sont les effets des sanctions. En Occident on nous annonce un fort impact sur le moral de la société russe, mais en Russie, on affiche la progression du cours du rouble en dollars depuis trois jours. Si la Russie vivait si mal les sanctions, l'Ossétie du Sud aurait-elle annoncé aujourd'hui son intention de faire adopter par référendum un projet d'absorption de son territoire par le voisin du Nord ?

En Europe, la guerre polarise les positions : après la Finlande, la Suède décide de rejoindre l'OTAN. Hors d'Europe, Moscou pour sa part peut se vanter de refédérer autour d'elle les anciens "BRICS" puisque l'Afrique du Sud, le Brésil et l'Inde se sont rapprochés de ses positions au cours des dernières semaines.

Je suis frappé de voir combien les grands trusts médiatiques occidentaux passent à Biden ce qu'ils n'auraient jamais toléré chez Trump. L'actuel président au cours des 10 derniers jours a quand même annoncé à tort un envoi de troupes américaines en Ukraine, une modification de la doctrine américaine sur l'emploi des armes chimiques, le choix d'une politique de "regime change" etc... Le tout a nécessité des démentis circonstanciés de ses conseillers atterrés, mais tout de même un tel degré d'irresponsabilité est inquiétant au seuil d'un possible conflit nucléaire. On dit qu'il est si différent de l'homme politique que les Etats-Uniens connurent à l'époque du mandat d'Obama qu'ils ne reconnaissent même pas sa voix. Tucker Carlson de Fox News le décrit comme atteint de colères caractéristiques d'un début de sénilité.  Comme on l'a parfois avancé à propos de l'irrationalité apparente de nos gouvernants pendant la crise du Covid, on en vient à se demander si des pouvoirs cachés ne prennent pas un malin plaisir à mettre à dessein sur le devant de la scène les politiciens les plus incompétents et les plus grotesques aux heures les plus critiques pour le sort de l'humanité. De ce point de vue là, les cas de Biden et Zelinsky sont assez caractéristiques. Ensuite le jeu consiste à faire passer les plus gros bobards, pour faire accepter la plus grande inversion. Le plus risible doit passer pour le plus héroïque, le plus fou pour le plus sage etc.

On aimerait en tout cas que ni Biden, ni aucun jusqu'au-boutisme ukrainien ou russe ne viennent torpiller la lueur de chance de paix qui a pu se dessiner aujourd'hui.

Lire la suite

Le couple Angelina Jolie-Brad Pitt, le vaudou et le vampirisme

15 Mars 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Cinéma, #coronavirus-vaccination-big pharma

Les médias "people" vibrent au rythme des conséquences du divorce entre Brad Pitt et Angelina Jolie. Pas seulement les "people" d'ailleurs. Encore le mois dernier, le très sérieux magazine Le Point parlait d'un château acheté en Provence en 2008 pour 28,4 millions de dollars (où ils se sont mariés en 2014 et où beaucoup d'artistes anti-chrétiens ont enregistré des morceaux de musique à succès), Brad Pitt en possédait 60 %, contre 40 % pour son ex-femme, qui a décidé de vendre au profit de Yuri Shefler, un milliardaire russo-israélien connu notamment pour avoir fait fortune dans la vodka (qu'il n'a plus le droit de vendre en Russie car il est personna non grata là bas du fait de ses malversations), alors que lui souhaitait en faire hériter les deux derniers de ses six enfants Knox et Vivienne, nés sur la Côte d'Azur (lui-même a investi dans les vignobles français, avec la famille Perrin).

La vente de leur propriété en Provence n'est pas la seule à faire parler d'elle dans les médias qui évoquaient aussi en février celle de leur maison à plus de 5 millions de dollars dans le vieux quartier français de la Nouvelle-Orléans.

Pourquoi est-ce que cela devrait nous intéresser ? Parce que cette maison se situe dans la rue où a été tourné le film Entretien avec un Vampire (1994) dans lequel Brad Pitt jouait un rôle de premier plan (juste avant de tourner dans Twelve Monkeys dont on a évoqué ici la dimension prédictive par rapport à la guerre bactériologique actuelle). Le choix du lieu révèle pour le moins un "attachement" de l'acteur à ce souvenir...

Ce film est truffé d'occultisme comme on peut s'en douter. Sorti aux Etats-Unis un 11 novembre (11/11, c'est une date importante pour la frac-maçonnerie, et c'est pourquoi l'armistice de 1914 fut signé ce jour là), il a une durée de 121 minutes (11X11). Et d'ailleurs certains aspects du film croisent de façon intéressante la thématique du vampirisme avec celle de la politique sanitaire actuelle, et plus généralement du bio-pouvoir civil et militaire (il faut maintenant inclure à notre réflexion les laboratoires secrets d'Ukraine et de Géorgie), par exemple le fait que le héros du film, joué par Tom Cruise attaque ses victimes avec une aiguille au bout de son doigt. Cette aiguille est le Gom Jabbar, un dispositif fictif décrit dans le cycle de Dune, ce mot est l'acronyme de God's own medecine (le médicament de Dieu), jabbar voulant dire en arabe coercition. Lorsqu'il devient vampire Brad Pitt entre dans un quartier dévasté par la peste.

Dans le film les Noirs répondent au vampirisme des Blancs par du vaudou dont la Nouvelle-Orléans a été historiquement infestée, ce qui a beaucoup déteint sur sa musique (soul, jazz).

Vous savez qu'il existe, dans le jeu Illuminati, la carte appelée l'économie du vaudou (voodoo economics), une expression qui renvoie à la manière dont George Bush Père avait qualifié le programme de Ronald Reagan lors de la primaire le 10 avril 1980 (cf cette archive de NBC Universal).

J'ai déjà évoqué l'implication d'Angelina Jolie, membre du Council on Foreign relations, dans l'occultisme lorsque je signalais son rôle à l'Organisation des Nations Unies, et notamment ses prises de position en faveur des Yézidis.

Il faut y revenir d'un mot ici. Angelina Jolie est connue dans le milieu des "truthers" pour avoir été peut-être la célébrité qui a fait le plus d'aveux sur les sociétés secrètes.

Elle a par exemple expliqué le rôle des objets maudits dans les rituels sataniques (elle-même portait le sang de son ex-mari dans une fiole autour de son cou).

Ou encore le rôle des tatouages (je pourrais vous raconter une anecdote personnelle qui confirme cela, prenez garde si vous êtes tatoué ou si vous même êtes tatoué, ou si vous avez des tatoués dans votre entourage).

Il existe un dossier de presse fourni sur la question de savoir si Angelina Jolie, elle-même fille d'une créole- comme d'ailleurs Johnny Depp -, et qui a joué une sorcière vengeresse dans le film Maleficent, a usé du vaudou contre Brad Pitt. En septembre 2017, Star Magazine avait rapporté qu'Angelina "se tournait vers des rituels spirituels bizarres dans le but de réparer sa vie et de récupérer Brad". Elle avait d'ailleurs utilisé la magie pour pousser Brad Pitt à quitter Jennifer Aniston, laquelle elle-même pratique l'occultisme depuis sa jeunesse. Brad Pitt redoutait ses pratiques.

EnterTheStars fait remarquer que cet univers de buveurs de sang et de praticiens de la magie noire est interpénétré. Angelina Jolie révèle son rapport étrange au sang en portant celui de son ex-mari autour du  cou. Une vidéo mainstream de janvier 2022 indique que l'actrice Megan Fox et le rappeur Machine Gun Kelly ont bu mutuellement leur sang pour sceller leur alliance. Megan Fox a acheté une maison de Brad Pitt à Malibu - l'a-t-elle choisi du fait de ce que Brad Pitt a pu y pratiquer ?

J'ai déjà publié sur ce blog un billet qui parlait de l'adrénochrome, d'un film avec David Bowie et Catherine Deneuve sur le vampirisme. Je l'ai depuis lors supprimé. Et il est vrai que le vampirisme aussi bien que le vaudou hantent beaucoup de nos représentations culturelles. La chanson "Dance with me" du groupe sataniste "Lord of the New Church" y renvoie directement, dans le clip The Rapture, il y a un maître vaudou, Céline Dion est connue pour avoir relancé sa carrière avec un clip vaudou ("Pour que tu m'aimes encore", qu'elle a encore chanté il y a peu avec JJ Goldman) etc.

EnterTheStars estime que toute l'opération Covid-19 peut être un rituel vaudou géant, d'abord évoqué dans les scénarios d'Holllywood puis mis en pratique. Une preuve ? Sur cette fameuse couverture "prédictive" de The Economist de décembre 2018 qu'on avait déjà commentée à l'époque ici, sous le bras droit de l'homme de Vitruve (qui d'ailleurs l'ADN tatoué sur le bras, tiens donc ?), juste à côté du pangolin (le fameux pangolin du Covid 19) qu'y a-t-il ? "Mona Angelina", mais oui ! Angelina Jolie. Un hasard probablement...

Lire la suite

Pfizer et l'alchimie égyptienne

31 Janvier 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis

Le 9 janvier dernier, la chaîne You Tube Lincoln Karim (14 000 abonnés) a diffusé une vidéo d'une fresque filmée à l'intérieur du siège social du fabricant des thérapies géniques anti-Covid (et de centaines d'autres médicaments) Pfizer, à New-York. La fresque représente Horus, divers savants de l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine, bizarrement affublés de visages noirs avec des yeux blancs, et des symboles alchimiques.

Les chaînes A Call for an uprising et EnterTheStars s'en sont fait l'écho, ce qui a boosté le nombre de vues à 6 000.

EnterTheStars a mené une petite recherche sur ce siège de Pfizer aux Etats-Unis. L'immeuble a été construit en 1960. La fresque en mosaïque de 1961 s'intitule "Histoire de la médecine". Son prix est de 36 000 dollars (6X6), il mesure 14 pieds (EnterTheStars rapproche cela des 14 parties d'Osiris démembré) sur 36 (6+6+6X2). Elle a été restaurée en 1999...

L'auteur de la fresque s'appelle Nikos Bel-Jon, né Nicolas Baloyannis en 1911 en Arcadie-Grèce (même le nom est évocateur du point de vue de l'occultisme), décédé en 1966 à 55 ans.

Lire la suite

Méfie toi des Ides de Mars

4 Janvier 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Donald Trump

On avait dit à Jules César : "Méfie toi des Ides de mars" (il mourut le jour de ces Ides, le 15 mars). Aujourd'hui beaucoup (comme Oonao) préviennent :"Méfiez vous du 6 janvier prochain", qui sera l'anniversaire de la psy op tragi-comique du Capitole. En effet, si l'on prend le 11 mars 2020 comme date officielle du début de la pandémie, en lui ajoutant 666 jours, on tombe sur le 6 janvier 2022.

A Call for an uprising, lui calcule à partir du 10 mars 2020, et met plutôt en garde contre le 5 janvier date du déploiement de la 5G aux Etats-Unis censée clouer beaucoup d'avions au sol (mais cette date vient d'être reportée au 19 janvier) . Il le relie à un étrange plan du Pentagone en cas d'attaque des zombies révélé en 2014.

Mais il existe, semble-t-il, de meilleurs arguments pour un calcul à partir du 11 mars qui fut la date officielle pour l'Organisation mondiale de la santé (dont le directeur a laissé échapper le 25 décembre que beaucoup de pays utilisaient les vaccins pour tuer des enfants - cf le démenti un peu embarrassé de l'OMS juste après). Le Code 311 est important qu l'on le retrouve depuis des années dans de nombreux films et aussi dans tous les films d'animation Pixar. 311 est aussi le miroir de 113.  Dans sa vidéo Oonao remarque le le 11 mars 2020 fut la date de sortie sur la boutique Fortnite du "Détrousseur spécial" (avec son masque et son "oeil divinateur" sur le dos) dans la boutique Fortnite. Il rappelle que Trump a tenu une conférence le 6 janvier en disant à ses partisans "on va se battre comme l'enfer !" (à propos du Trump on peut renvoyer à la découverte récente d'EnterTheStars sur le fait que le décorateur d'une de ses propriétés célèbres qui a peint son Char d'Apollon tiré par l'Aurore est aussi celui de l'hôtel de Tesla à New York, un lien de plus entre le milliardaire et l'inventeur génial), et renvoie en commentaire de sa vidéo au rapprochement entre Hill Valley et Hell Valley dans Retour vers le Futur.

Pour finir une petit vidéo d'une chanteuse californienne des années 1980, EG Daily, qui plagie le film de l'initié Stanley Kubrick Lolita. EG, en gematria, ça fait 5G, ou 57 chiffre souvent associé à Trump (qui aura apporté aux Etats-Unis la 5G et le vaccin anti-Covid... pas mal pour un soi-disant politicien anti-système, un peu comme en France le gouvernement Jospin avait apporté le plus de privatisations : beaucoup de choses en politique - mais pas tout, car dire cela serait être un gnostique - relèvent de l'illusion et de l'inversion). EG Daily a aussi fait un clip "Mind over matter" qui commence par un double 666, une décorporation, une possession collective etc. Bref tout ce qu'on "aime". Et enfin sur la 5G rappelons que des débats ont lieu pour savoir s'il y a des antennes 5 G dans l'éclairage urbain (certains en ont trouvé : cf photo à gauche).

Lire la suite

La Pologne face à l'ogre européiste

27 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Christianisme, #Les Stazinis, #George Soros

La Pologne, martyre des grands empires au XIXe siècle et sublimement défendue à l'époque par le christianisme libéral français (Montalembert, Lamennais, Lacordaire), puis encore martyre des totalitarisme au XXe siècle, doit en ce début de nouveau millénaire affronter l'hydre européiste.

Le 7 octobre, le Tribunal constitutionnel polonais (dont nos médias à la solde de la finance internationale n'hésitent pas à attaquer la présidente Mme Julia Przyłębska) a confirmé la supériorité de la constitution de la république sur la législation de l'Union européenne, ce qui remet en cause la doctrine des institutions bruxelloises posée dès 1964 par l'arrêt Costa c/ ENEL. Le tribunal statuait à propos d'une loi de 2019 instaurant une chambre disciplinaire en son sein.

La Commission européenne, par la voix du commissaire Didier Reynders, s'est très vite déclarée "préoccupée" par cette et a fait savoir que l'UE "utilisera tous les outils" à sa disposition pour protéger la primauté du droit européen qui se trouve "au coeur de l'Union".

Le couperet est tombé ce 27 octobre, où la Cour de justice de l'Union européenne a décidé que Varsovie devra verser un million d'euros par jour tant qu'elle n'aura pas abrogé la loi litigieuse, tandis que Bruxelles tarde à valider sur le plan budgétaire le plan de relance polonais (et celui de la Hongrie) en application d'une ordonnance du 14 juillet suspendant la loi.

Bruxelles s'indigne aussi de l'adoption par le parlement polonais d'un texte de loi (pourtant salutaire) limitant les capitaux étrangers dans les médias nationaux, notamment la chaîne de télévision privée TVN, succursale du géant américain Discovery via une société enregistrée aux Pays-Bas (une législation similaire affectant le financement des ONG et des établissements d'enseignement en Hongrie est sous les fourches caudines des fascistes européistes en ce moment). Elle a également dans son collimateur une loi de prescription de 30 ans sur l'appropriation des biens confisqués pendant la seconde guerre mondiale.

Discovery a pourtant déjà trouvé une parade pour contourner la future loi «lexTVN» en obtenant le 17 août une autorisation d’émettre pour TVN24 à partir du 27 septembre aux Pays-Bas pour une période de cinq ans.  Le pénible secrétaire d'Etat  de Biden Antony Blinken s'est néanmoins fendu d'un avertissement écrit à la Pologne. Nul ne sera surpris d'apprendre que George Soros (Soros Fund Management) a investi en mai dernier dans le groupe Discovery.

Le point faible du gouvernement polonais sur ce genre de dossier est qu'il souhaite malgré tout obtenir les fonds structures de l'Union européenne, et sera donc prêt à des compromis à cette fin.

Lire la suite

Chomsky veut mettre les non-vaccinés en quarantaine

25 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Débats chez les "résistants", #Les Stazinis, #1950-75 : Auteurs et personnalités, #Colonialisme-impérialisme

Ayant collaboré jadis à un ouvrage collectif sur le célèbre linguiste militant anti-impérialiste américain Noam Chomsky, il me faut ici préciser que je suis en total désaccord avec sa position actuelle sur les vaccins anti-covid, tout comme je n'approuve pas celle de son disciple Jean Bricmont. En minute 9'14 de cette vidéo du 24 octobre 2021 sur la chaîne Primo Radical de You Tube (cf ci-dessous) il déclare à propos des non-vaccinés : "Si les gens veulent se sentent libres de tuer les autres, désolé, la communauté a le droit d'user de la force (workforce) et de se défendre contre eux. Si vous voulez encore vous sentir libre de tuer les autres, allez ailleurs".

"Les gens vaccinés peuvent malgré tout répandre la maladie" lui oppose l'intervieweur : "Désolé, ces probabilités sont extrêmement basses. Voyez comme les hôpitaux sont débordés dans des Etats non vaccinés comme l'Idaho, l'Alabama qui sont des Etats non vaccinés, par presque 100 % de non vaccinés" (logique remarquez puisque peu de gens y sont vaccinés, mais il oublie le cas des Seychelles ou d'Israël où beaucoup de gens étaient vaccinés et les hôpitaux ont été remplis de gens vaccinés malades...).

Cette vidéo démontre l'absence de compréhension de la part de Chomsky de ce qui se trame réellement derrière l'intox anti-Covid. J'avais déjà dénoncé en mai la manière dont Chomsky soutenait l'administration Biden et criminalisait l'opposition républicaine sur la question climatique. Cela rejoint aussi mes précédentes remarques plus générales sur la gauche pro-vaccin et le piège du progressisme dans lequel elle est prise. Les masques tombent.

Lire la suite

Rumeurs de guerre (suite)

22 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis

 

Le secrétaire à la Défense américain Lloyd Austin a rencontré mardi 19 octobre des responsables ukrainiens à Kiev, un jour après sa visite en Géorgie. Le voyage fait partie des plans de Washington renforcer son appui aux deux pays .

Avant le voyage, des responsables du Pentagone avait fait savoir au Washington Times qu'Austin y expliquerait qu'il existe une « porte ouverte à l'OTAN » pour l'Ukraine et la Géorgie. La Russie a pourtant déclaré de son côté que l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN serait une "ligne rouge", à ne pas franchir. Ce à quoi Austin a répliqué : qu'« aucun pays tiers n'a de droit de veto sur les décisions d'adhésion à l'OTAN. L'Ukraine, comme vous m'avez entendu le dire plus tôt, a le droit de décider de sa propre politique étrangère future et nous espérons qu'elle pourra le faire sans aucune ingérence extérieure », a-t-il dit.

Dans la même tonalité, Washington change de ton sur la question de Taiwan où la CIA vient d'installer une base d'espionnage. Alors que les Etats-Unis étaient restés longtemps ambigus sur leur attitude en cas d'attaque de la Chine continentale contre cette île, Biden jeudi a déclaré que désormais dans une telle hypothèse il n'hésiterait pas à la défendre. Une position assez paradoxale puisque depuis les années 1970 Washington ne reconnaît plus le gouvernement de Taiwan comme gouvernement légitime de la Chine. La Maison Blanche ait tenté de clarifier les commentaires de Biden pour calmer la situation, vendredi, affirmant que le président "n'annonçait aucun changement dans notre politique et qu'il n'y avait aucun changement dans notre politique". Mais l'organe de presse chinois Global Times fait remarquer que Biden avait déjà tenu des propos similaires en août en assimilant Taiwan aux membres de l'OTAN et au Japon. L'Union européenne elle aussi multiplie les gestes en direction de Taiwan.

Pendant les vacances de la fête nationale (du 1 au 5 octobre), la Chine a envoyé plus de 150 avions dans la zone d'identification de défense aérienne autoproclamée du sud-ouest de l'île de Taïwan en réponse à une initiative fin septembre de la Grande-Bretagne  d'envoyer un navire de guerre, pour la première fois depuis 2008, dans le détroit de Taïwan, emboîtant ainsi le pas aux Américains, aux Canadiens, aux Français et aux Australiens.

Début  octobre une mission du Sénat français  conduite par Alain Richard, président du groupe d’échanges et d’études Sénat-Taïwan (ex ministre de la défense de Jospin et à ce titre bombardeur de la Serbie), a rencontré la présidente Tsai Ing-wen. Les autres membres de la délégation étaient Max Brisson, sénateur des Pyrénées-Atlantiques, et Else Joseph, sénatrice des Ardennes (Les Républicains), ainsi qu’Olivier Cadic, représentant les Français établis hors de France (Union Centriste). C'était le troisième voyage du genre depuis 2015 mais le premier qui ait suscité l'hostilité ouverte de la presse chinoise.

 

Sur un autre front, Maurice Lemoine sur Mémoire des Luttes dénonce l'extradition vers les Etats-Unis par le Cap Vert d'un diplomate vénézuélien qui avait été arrêté pour avoir tenté d'éviter à son peuple le poids inhumain des sanctions américaines...

Lire la suite

Poignée de main maçonnique de Pelosi au Vatican

13 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Vatican, #Avortement, #Les Stazinis, #Peuples d'Europe et UE, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

La poignée de main entre Nancy Pelosi, speaker democrate de la chambre des représentants américaine, soi-disant catholique, qui a largement contribué à faire passer dans la législation l'avortement jusqu'aux derniers jours de la grossesse aux Etats-Unis avec le Pape François au Vatican le 9 octobre a fait couler beaucoup d'encre. La poignée de main entre les deux personnalités avait toutes les caractéristiques d'une salutation maçonnique selon les règles des sociétés secrètes. Certains comme Taylor Marshall l'identifient même à la poignée de maître à apprenti.

Ce geste des deux mains sur la poitrine (signe égyptien ?) intrigue aussi. Il fait aussi penser au geste de la catholique tendance 666 Arielle Dombasle dans une émission de France O en juin 2019 au moment où elle condamnait "l'intégrisme religieux" (cf la photo ici).

Après avoir rencontré Nancy Pelosi, le pape s'est adressé aux parlementaires qui étaient à Rome pour une réunion préparatoire avant la conférence annuelle de l'ONU sur le climat, qui commence à Glasgow, en Écosse, le 31 octobre. François a fait référence à un appel conjoint que lui et d'autres chefs religieux ont signé ce semaine qui appelle les gouvernements à s'engager sur des "objectifs ambitieux" (dictatoriaux et globalistes) lors de la conférence des Nations Unies, que les experts considèrent comme une opportunité cruciale pour lutter contre la menace du réchauffement climatique.

On apprend aussi que le pape vient d'être nommé guide moral de la fondation créée par Lynn Forester De Rothschild, épouse de Sir Evelyn Robert de Rothschild, un financier britannique très proche de Bill et Hillary Clinton, et de Jeffrey Epstein (puisque son nom figure sur les Lolita Express). Cette fondation s'appelle les "Gardiens". Elle comprend Rajiv Shah, président de la Fondation Rockefeller et ancien partenaire de l'escroquerie de Bill Gates en Afrique appelée AGRA dont on a parlé ici, Darren Walker, PDG de la Fondation Ford, un des pilliers de l'impérialisme américain dans le monde, et le gang bien connu de la vaccination obligatoire, du traçage des gens et de la suppression des monnaies nationales : Visa, Mastercard, Bank of America, DuPont, The Estée Lauder Companies, Johnson & Johnson et BP.

Au moment de la visite de Pelosi, une partie des 500 000 militants anti Green pass (pass sanitaire) réunis dans les rues de Rome, guidés, selon Zagami, par Nicola Franzoni prenaient bizarrement d'assaut les locaux de la CGT italienne plutôt que ceux du Capitole... Le site "FromRomeInfo" explique que Leo Zagami (ex-franc maçon proche de l'AltRight Américaine et d'Alex Jones) veut un coup d'Etat quand Franzoni (entrepreneur ligure anti-FM qui cumule les persécutions judiciaires depuis son engagement anti-dictature sanitaire), serait partisan de la non-violence.

Lire la suite

Les cabinets de conseil dévorent nos Etats

17 Juillet 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #George Soros, #coronavirus-vaccination-big pharma

Je parle plus souvent dans ce blog des causes spirituelles de l'asservissement mondial généralisé et des symboles sur lesquels il s'appuie, ainsi que des sociétés secrètes auquel il renvoie, que des phénomènes économiques dont le mécanisme n'est qu'une des conséquences de ces racines spirituelles, parce que cette dimension-là, plus facile à comprendre, est traitée par beaucoup de personnes, notamment des hommes/femmes politiques. J'avais évoqué l'an dernier la concentration économique entre les grands trusts. Son corolaire est la destruction des organismes publics placés en théorie au service des peuples.

Un des symptômes de cette destruction est en France la marginalisation des grands corps d'inspection formés par l'ENA (que le gouvernement Castex envisage même de supprimer) au profit de cabinets d'audit internationaux basés aux Etats-Unis qui viennent vendre à notre gouvernement des solutions clés en main complètement étrangères aux traditions de notre service public. La tendance s'est accélérée sous le mandat de Macron. avec par exemple 11 millions d'euros aux cabinets de conseil privés (28 contrats) pour la gestion de la dictature sanitaire en France, dont 4 au cabinet McKinsey. La revue Challenges a tenté d'avoir une vision d'ensemble du phénomène.  les services du Premier ministre mettent en avant une enveloppe annuelle de 65 millions d’euros pour tous les ministères, ce qui exclut les audits informatiques et les conseils juridiques. La cour des comptes en 2014 en les incluant comptaient 150 millions. Le ministère de l'économie représenterait un tiers de l'enveloppe, celui des armées un sixième, puis vient celui de l'intérieur. En 2018, le méga-appel d’offres plafonné à 100 millions d’euros sur quatre ans lancé pour accompagner les réorganisations administratives a ainsi été partagé entre seulement huit entités "mandataires": Roland Berger, EY, McKinsey, Wavestone, BCG, Eurogroup, INOP’s et Capgemini. En ce qui concerne les armées en 2014 ce ministère a adopté une stratégie d’achat ministérielle selon le jargon technocratique "spécifique au conseil qui prévoit la mise en place d’un accord-cadre ministériel multi-attributaire".  Ces cabinets se nourrissent très grassement sur l'argent public et dans une totale opacité, pour la plupart du temps proposer des solutions de privatisation inefficaces et coûteuses (voir le cas de la privatisation de la maintenance des bâtiments de défense côtière aux Etats-Unis,  qui promet de donner les mêmes résultats en France pour le soutien en service des systèmes pétroliers de l'armée).

Macron connaît bien ce petit monde : en 2007, alors inspecteur des finances à 29 ans, il est nommé rapporteur général adjoint de la commission Attali, dont le rôle était de proposer des réformes économiques au président Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron impressionne l'assistance. Parmi les membres présents : Eric Labaye, alors dirigeant de McKinsey en France. Lorsqu'il a  lancé sa campagne en avril 2016, une dizaine de salariés de ce cabinet se sont mis à plancher sur des propositions pour lui. Un ex de ce cabinet, Guillaume Liegey a été chargé de faire le rapport quand le futur président a parcouru la France pour soi-disant écouter les gens avant de se faire élire. Des anciens de Mc Kinsey ont été nommés dans des cabinets ministériels et à LREM, tandis que les patron des "Jeunes avec Macron" a rejoint le cabinet McKinsey en 2020.

Mais évidemment, la France n'est pas la seule "victime" de ce genre d'oiseau de proie.

L'actuelle présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen lorsqu'elle dirigeait le ministère allemand de la Défense  a accumulé les problèmes de gestion, les dizaines de millions d'euros dilapidés sans contrôle pour payer des consultants, conseillers et autre sous-traitants privés. "Il y en a pour près de 100 millions" d'euros affirme le site allemand Focus dans un article du 24 juin dernier. Elle est aujourd'hui rattrapée par ce scandale, une  mauvaise nouvelle pour cette politicienne dont on apprend aussi que son mari est Heiko von der Leyen, qui occupe la fonction de Directeur Médical chez Orgenesis, entreprise de biotechnologie spécialisée dans les thérapies géniques. Thérapies géniques que l’on retrouve dans les “vaccins” expérimentaux anti-Covid (pas forcément la meilleure position pour passer des contrats de centaines de millions de doses de vaccins Moderna sans conflits d'intérêt)…

Bien sûr vous ne serez pas surpris d'apprendre que la commission européenne qu'elle préside engloutit elle aussi avec l'argent de nos impôts des millions d'euros dans les cabinets de conseil privés. Entre 2016 et 2019 , la Commission a dépensé plus de 462 millions d'euros dans PwC, Deloitte, KPMG et EY, connus sous le nom de « Big Four ». L'exécutif européen a également signé divers accords de plusieurs millions avec d'autres entreprises, dont McKinsey et Accenture. Les enveloppes explosent, soi disant en raison du programme d'assistance technique aux États membres pour préparer des réformes structurelles...

Ces sangsues sont parfois épinglées pour jouer ouvertement contre le bien commun : ainsi McKinsey a été récemment accusé d'avoir "contribué à la crise dévastatrice des opiacés aux États-Unis en donnant des conseils marchands aux géants pharmaceutiques au détriment de la santé des citoyens" (il s'agit de la prescription d'opiacés addictifs). Des actes graves, puisque "plus de deux millions de personnes dépendantes" étaient "comptabilisées en 2018 et 400.000 décès enregistrés en moins de vingt ans". La firme s'est engagée à payer 573 millions de dollars de réparation. Vous serez aussi intéressés d'apprendre qu'une des directrices de la gestion des risques chez McKinsey est une ancienne de la CIA (les services secrets américains), Dawn Scalici, après que cet organisme a versé 10 millions de dollars à ce cabinet d'audit pour sa propre restructuration. Cet élément concerne aussi notre propre sécurité intérieure puisque la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) s'appuie désormais sur de les logiciels de traitement des données de la société californienne Palantir, une excroissance de la CIA (dans laquelle, signalons le au passage, George Soros avait jusqu'à très récemment des intérêts... tout est lié...).

---------
Ne soyez pas égoïstes - faites circuler l'information : si un billet de ce blog vous intéresse, partagez le par mail ou sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

"L'empire américain est une malédiction pour le monde" (Ortega)

25 Juin 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #La gauche, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous, #Les Stazinis

Le Nicaragua, petit pays sous sanctions économiques, à quelques mois des élections présidentielles du 7 novembre prochain, est, une fois de plus, comme dans les années 1980, et comme lors de l'insurrection de 2018, l'objet d'ingérences impériales multiples, et de désinformation dans la grande presse occidentale. Même si l'on peut avoir des réserves sur son approche des grands thèmes mondialistes (terreur climatique, politique du genre, vaccination anti-Covid) on ne peut nier que le régime sandiniste au pouvoir depuis 2007 a apporté à son peuple la santé et l'éducation gratuites, l'électricité et Internet pour tous, etc. Ci-dessous un bon discours (hélas seulement en espagnol) du président Ortega du 23 juin dernier et un bon documentaires de Dan Kovalik sur la situation du pays.

Lire la suite

Miley "Kali" Cyrus ne vous veut toujours pas du bien

13 Mai 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Les Stazinis

Il y a peu je rappelais à une de nos lectrices l'étrange manoeuvre de Miley Cyrus - une des prêtresses du confinement et de la vaccination - qui était allée se faire tatouer un serpent couronné (corona) dévoreur d'enfants à Milan après avoir avorté et juste avant la "pandémie" (voir ici). En 2014 EnterTheStars dans une des nombreuses exégèses d' "I Pet Goat II" (2012, animation de 7 minutes) qu'il y a eu sur Internet avait identifié l"enfant dans un dhoti (vêtement indien utilisé pour les sacrifices) blanc et jaune à la chanteuse. Il avait insisté sur la symbolique de la couleur jaune qu'elle arborait en certaines occasions. En 2013, TVFreeman et d'autres internautes avaient aussi montré son association avec la déesse de la destruction

Kali, l'épouse du dieu Shiva que met toujours en valeur le CERN, Kali que mettait aussi en avant I Pet Goat II. La chanteuse a d'ailleurs toujours vanté ses attaches spirituelles indiennes, depuis ses 15 millions de "likes" indiens en 2013, jusqu'à ses rituels de Lakshmi Puja.

En  nous montrant par anticipation cet enfant triste en dhoti indien jaune identifiable à Miley Cyrus, I Pet Goat II (qui comporte énormément d'allusions ésotériques, notamment maçonnique et de programmation prédictive - voir par exemple leur anticipation de la réaffectation du musée de Sainte-Sophie à Istanbul au culte musulman), ne vous annonçait rien de bon.

Rappelons aussi que le jaune au Moyen-Age chrétien est symbole de maladie, de trahison et de mensonge.

Il y a deux semaines, la prêtresse (dont la chanson "Party in the USA a été récupérée par les supporters de Biden) jouait encore sur cette couleur en sortant en duo avec un rappeur un clip mettant en scène des champignons hallucinogènes, du feu et des globes occulaires (l'oeil d'Horus), "chanson" qui a déjà eu 15 millions de téléchargements dans la première semaine du mois de mai aux USA. Elle était bien sûr invitée du très maçonnique "Saturday night Live" le 9 mai.

Pas étonnant qu'elle y fasse la promotion des champignons hallucinogènes, elle qui avouait en février son goût pour l'ayahuasca, la drogue des rencontres avec les entités spirites de l'au-delà (voir notre billet sur cette drogue) - tout ce qui permet la possession démoniaque est bon à prendre pour cette "artiste" championne du fund raising pour Global Citizen, d'ailleurs elle aime aussi afficher la pizza (symbole pédophilique lié aux rituels sataniques) quoiqu'elle soit allergique au gluten, l'adrénochrome vaut bien l'ayahuasca, parfois....

A propos du jaune symbole de la maladie, notons que début mars Cyrus avait chanté devant un public exclusivement vacciné la chanson "Angels like you" (allusion ironique aux anges déchus auxquels se soumettent les vaccinés en acceptant la morsure du serpent). "Chacun de nous peut aider à arrêter la pandémie en se faisant vacciner», a-t-elle ajouté à la fin de sa performance diffusée sur TikTok, ensemble, nous pouvons à nouveau faire l'expérience de la musique live dans le réel."

La morsure du serpent (symbole de l'OMS et du système médical) qui est censée guérir rend plus malade, c'est le paradoxe d'Apollon le dieu guérisseur qui apporte la peste. Qui sait si cet étrange passage d'une chanson du groupe de rap Wu-tang Clan (nom dans lequel on peut entendre Wu-Han) en 1996 "Six millions de diables viennent de périr de la peste bubonique ou du virus Ebola, sous le règne du roi Cyrus",au lieu de faire allusion à Trump "le nouveau Cyrus" pour Jérusalem (on voit quel prix en paient les Palestiniens cette semaine), ne faisait pas allusion plutôt au triste règne de Miley Cyrus sur les esprits de la jeunesse...

Il faut continuer à suivre cette DisneyGirl sous MK Ultra pour prendre, de temps en temps, la température de la matrice mondialiste et du conditionnement/asservissement qu'on nous impose.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>