Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #peuples d'europe et ue tag

La Latgalie, un peu d'Histoire

3 Octobre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Peuples d'Europe et UE, #Divers histoire

Ayant en ce moment quelques velléités de retour en Lettonie où je m'étais déjà rendu en 2003 et que mon éditeur connaît fort bien, je me penche un peu sur la Latgalie, région d'origine d'une mienne amie, et seul district catholique dans une Lettonie protestante.

Le journal des débats politiques et littéraires du 19 février 1922, sous la plume de Léonce Juge, s'était penché sur cette région en disant qu'elle servait de "terrain d'infiltration à la fois aux influences russo-nationalistes, russo-communistes et polonaises". Il précise qu'en octobre 1921 l'assemblée constituante fut saisie d'un projet d'indépendance de la région et le premier ministre Miérovitch s'y est rendu. Les "bolchéviks, explique l'article, possèdent en Lettonie une réserve beaucoup plus considérable qu'ailleurs d'éléments communistes - groupés pour la plupart dans les villes et les bourgs de Latgalie". L'ex-représentant de Lénine à Riga, Ganetsky aurait utilisé la Latgalie pour contrecarrer le projet d'Entente baltique avec Varsovie lancé par les Lettons.

La Croix du 1er août 1922 allait aussi reprendre ces éléments d'analyse juste après la signature du concordat entre la Lettonie (qui comptait 1,5 millions d'habitants) et le Vatican.

"Ce qui favorise le communisme en Latgalie, note le journal, c'est d'abord le fait que les propriétés paysannes sont de peu d'étendue, et ensuite que la population de cette province est très hétérogène et de culture fort diverse. En outre, les habitants des campagnes latgaliennes gagnent difficilement leur vie 50 % de la population masculine de la région de Dvinsk travaillait autrefois dans les usines des grands centres industriels russes, principalement à Petrograd et- à Moscou. Faute d'une industrie active dans le pays même ou de relations faciles avec les provinces soumises aux Soviets, tous ces éléments sont maintenant inoccupés et, par conséquent, misérables. Or ils sont revenus de Russie déjà plus ou moins contaminés par le bolchévisme et, n'ayant trouvé à leur retour qu'un morceau de terre insuffisant à les faire vivre, ils constituent pour l'infiltration communiste une ayant-garde toute disposée à servir les buts révolutionnaires de l'Internationale rouge. A ces éléments s'ajoutent encore ceux qui proviennent de l'armée rouge et que celle-ci, depuis la; démobilisation commencée au, début de l'été dernier renvoie chaque jour dans leurs foyers. Ceux-là ont subi pendant trois ans l'influence de la déformation morale qui est au premier plan de l'éducation politique des masses en Sovdépie ils ont appris à renier tout sentiment patriotique et à persécuter chez les autres les moindres manifestations de ce sentiment; en un mot, ce sont des candidats tout prêts à l'anarchie et au brigandage."

Et puis il y a les Russes blancs. "La secte des «vieux-croyants» qui fut autrefois l'un des meilleurs soutiens de l'autocratie et du nationalisme russes forme aujourd'hui le noyau de ce nouveau bloc contre-révolutionnaire en formation, qui ne rêve rien de moins que de rétablir la Russie dans ses limites de 1914, hormis la Pologne et la Finlande. Or les « vieux-croyants » sont très nombreux en Latgalie; ils y luttent à la fois contre l'influence communiste et contre l'infiltration polonaise, contre les efforts du gouvernement letton pour assimiler cette province hétérogène et contre les menées lithuano-allemandes qui voudraient, en la rendant autonome, en faire une sorte de seconde Lithuanie germanophile sinon même germanisée"

Tandis que beaucoup de nobles agraires polonais qui possédaient la plupart des grandes propriétés latgales sont rentrés en Pologne, mais ceux qui restent gardent une emprise sur les paysans catholiques latgaliens peu instruits. Beaucoup qui n'ont pas les idées claires quand on leur demandent leur nationalité disent "catholique" et leur religion "polonais".

La Réforme des Charentes en 1928 allait se pencher sur la lèpre en Latgalie où les conditions d'hygiène étaient déplorables. 

En 1931 le Dr Grinberg, un des économistes lettons les plus connus, pour résorber le déficit budgétaire propose de vendre la Latgalie à la Pologne pour 50 millions de dollars (Express de l'Est des Vosges 1931)

L’écrivain Eriks Adamsons, dans l'entre-deux-guerres, situait en Latgalie la nouvelle "Une infinie pureté" (texte publié en France par les Eds Omnia Mea 2000).  Près du cimetière des "Vieux croyants" enfant sombre dans une mare immonde. Le sergent Beitans hanté par la pureté évite de le secourir et c'est un vieux-croyant russe barbu qui le sauve. Aux descriptions on reconnait la ville de Daugavpils (ex-Dvinsk), capitale de la Latgalie. La nouvelle a une portée universelle et en même temps elle doit dire quelque chose de profond sur cette "Galilée des Nations" qu'était la Latgalie.

Cette ville (Dunabourg en Allemand) avait été fortifiée par les Russes pendant 5 ans et prise par les Français en 1812. Elle était une fondation des chevaliers de l'Ordre du Glaive, ordre livonien autonome de l'Ordre teutonique en 1205. Son magistre Ernst Ratsenbourg y construisit un château pour la protéger des raids lituaniens. Ses ruines furent exploitées comme une carrière, puis elle fut reconstruite. Cédée aux Livoniens par le roi de Pologne, en 1559, elle fut la principale vive Livonienne de l'union livono-lituanienne, puis elle fut encore polonaise, puis suédoise, et russe, les Russes la récupérèrent au premier partage de la Pologne de 1772.

L'occupation russe fut lourde. Dans le Courrier du Gard du 26 août 1863 on lisait :

On écrit de la Livonie polonaise au Czas du 20 :

"Les moyens les plus odieux et les plus tyranniques sont employés contre les prisonniers politiques renfermés dans les cachots des forteresses de Dunabourg et de Vitepsk pour le obliger de signer une adresse de loyauté au czar.

Vous savez qu’en vertu d’un ordre de Mourawieff, chaque chef militaire de district peut aujourd'hui, sur la simple dénonciation de deux témoins, prononcer un arrêt de mort contre un Polonais.

Hier, un ecclésiastique malade, l’abbé Diszo, a été assassiné par un soldat dans l’hôpital militaire, parce qu’il était sorti sur le corridor. Nous voyons tous les jours ici des ecclésiastiques traînés à pied dans la forteresse pour l’instruction cl reconduits de la même manière sous une escorte de soldats.

Le conseil de guerre qui siège à Dunabourg a déclaré innocents l'ancien maréchal delà noblesse du district du Dunabourg, M. le comte Louis Piater , et Mme Sigismond Blynicka. Celte dernière avait été mise en prison parce que son mari avait échappé à une sentence de mort en se réfugiant à l’étranger. Malgré la déclaration du conseil de guerre, Mourawieff a ordonné la déportation du comte Piater et de Mme Brynicka à Orenbourg. Le général Dlotowski, gouverneur de Vitepsk, s’est empressé de faire partir Mme Brynicka pourOreubourg.dans la crainte que, vu son état de grossesse avancée, elle ne (ut mise en liberté aussitôt arrivée à Saint-Pétersbourg.

Le nombre de personnes déportées en Sibérie s’élève à plusieurs milliers. Des trains entiers de prisonniers arrivent jusqu’à Pskow, d’où les proscrits sont dirigés sur Orenbourg et la Sibérie.A Dunabourg, un vieillard, nommé Onaculeniez a été saisi, garrotté et envoyé à Orenbourg pour avoir reproché à un vieux croyant (raskolnik) de s’occuper de pillage et de rapines. Une masse de ces bandits n’attend qu’au signal pour recommencer les tristes scènes qui ont indigné le monde entier.

Dans le palatinat de Vitepsk et de Mohilew, comme dans la Livonie polonaise, les sbires de Mourawieff poursuivent l'extermination de l’élément polonais et catholique sur une vaste échelle. La plupart des domaines polonais ont été confisqués. Les agents moscovites menacent constamment d’extermination la population rurale si elle ne détruit pas elle-même les grands propriétaires. Si cela continue , toutes les classes éclairées de ce pays auront bientôt complètement disparu.

Bon nombre de propriétaires de Livonie se trouvent hors d’état de payer l’impôt de 10 ou 20 % que leur a imposé Mourawieff. On en profite pour les obliger à signer les adresses de loyauté au czar. S'ils persistent à refuser, on les dépouille de tout et on vend tous leurs meubles et immeubles, même les robes de leurs femmes.

Nous avons vu, la semaine dernière, à Dunabourg, les plus beaux sujets de race bovine vendus aux enchères publiques à 12 F. par tête. Les Israélites eux-mêmes ne se présentent pas à ces adjudications, ce qui laisse aux raskolniks et autres vagabonds toute latitude pour s'emparer à vil prix des dépouilles polonaises."

Dans la Lettonie indépendante de 1920, la ville était principalement juive, si l'on en croit "L'univers israélite" du 2 avril 1920 :

"La ville de Dvinsk se trouve sous deux autorités : polonaise et lettone. Les rapports entre les soldats polonais et la population juive ne font que s'envenimer. On arrête des Juifs dans la rue pour les employer aux corvées, on fouille dans les meubles pour voir s'il ne s'y cache pas de bolchévique; le rabbin de la ville, qui a poussé l'audace jusqu'à supplier qu'on ne lui retire pas un manteau de son armoire, a été maltraité.

Les rapports avec les Lettons sont meilleurs ; cependant toutes les barrières ne sont pas enlevées. Bien que les Juifs soient 60 % des habitants de la ville, contre 20 % de Polonais et la même proportion d'autres nationaités, la municipalité est constituée par 10 Lettons, 10 Polonais, 8 Russes et 3 Juifs.".

Lire la suite

Pendant ce temps sous la Baltique

28 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

La nouvelle de deux explosions sous-marines sur les pipe lines Nord Stream  1 et 2 a été confirmée par la télévision publique suédoise SVT,et  le Centre national suédois de sismologie (SNSN) de l'Université d'Uppsala. Les deux explosions ont été enregistrées par les stations de mesure suédoises lundi 26 septembre - à 2h03  et à 19h04. "Il ne fait aucun doute qu'il s'agissait d'explosions", a déclaré Bjoern Lund, sismologue au SNSN.

L'hebdomadaire "Spiegel" a rapporté sur son site Internet que le gouvernement allemand considérait sérieusement que la fuite pouvait être le résultat d'un sabotage.

"Trois des quatre conduites du Nord Stream sont endommagées", a déclaré une source gouvernementale au Spiegel. Les responsables ne pensent pas que ce soit une coïncidence. Il pourrait s'agir d'un complot visant à semer l'agitation sur le marché du gaz en Europe. Selon Spiegel, les plans de sécurité pour les autres pipelines et infrastructures gazières sont sous contrôle urgent », lit-on.

Comme l'a rapporté l'Autorité danoise de régulation de l'énergie, les bulles de gaz du gazoduc endommagé Nord Stream 2 mesurent plus de 100 mètres de diamètre. La fuite durera des jours, voire une semaine.

L'attaque sur Nord Stream 1 et 2 n'affectera pas l'approvisionnement en gaz de l'Europe, car après le blocage de l'investissement de Nord Stream 2, la transmission n'a pas été lancée du tout. D'autre part, le flux de gaz dans Nord Stream 1 a été bloqué par la Russie elle-même en août.

Le politologue John Helmer basé à Moscou depuis des décennies explique : "L'opération militaire de lundi soir a été exécutée par la marine polonaise et les forces spéciales, avec l'aide des soldats danois et suédois, sur ordre des USA." C'est une répétition de l'opération Bornholm Bash d'avril 2021, qui a tenté de saboter les navires russes posant les conduites de gaz, mais qui s'était terminée par une retraite ignominieuse des forces polonaises. "Cette fois, l'attaque vise les Allemands, en particulier le lobby des entreprises et des syndicats et les électeurs est-allemands en leur faisant croire que c'est de la faute des Russes". Le sabotage ouvre la voie au gazoduc de la Baltique inauguré juste après.

Ce serait une forme de revanche des Polonais (en collaboration avec Washington) pour faire payer aux Allemands leurs ententes directes avec les Russes sur leur dos en matière énergétique. Le porte-parole polonais des services de sécurité et de renseignement polonais, Stanislaw Żaryn, avait déjà accusé sur Twitter Berlin de fournir aux Russes un prétexte pour boucler la Baltique au cas où Nord Stream 2 devrait être sécurisé par des troupes russes. "Les médias de propagande occidentaux ont tenté de créer l'apparence de l'approbation du gouvernement allemand pour l'attaque polonaise" ajoute Helmer. Mais le gouvernement de Varsovie, assez impopulaire dans l'opinion, et qui craint un hiver rude surtout si les Russes avancent vers l'Ouest en Ukraine et lui coupent l'accès aux centrales de ce pays, commence à avancer un nouveau pion contre Berlin en lui demandant des réparations de guerre pour les destructions e 1939-45, un dossier qui avait été opportunément enterré depuis 70 ans.

Lire la suite

Quelques hypothèses complotistes : les dirigeants du monde, la chèvre du Prince Charles et les négociations de Forte dei Marmi

21 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik

Je me permets de revenir à des considérations un peu plus "complotistes" que dans mes derniers billets. Je sais que cela ne plait pas à tout le monde (par exemple j'avais perdu un fidèle abonné il y a 6 mois quand j'avais rappelé que Poutine était un ancien Young Leader du Forum de Davos), mais il faut bien parfois essayer de regarder au delà du théâtre médiatique, même si l'on n'est jamais assuré, il est vrai, d'avoir totalement raison quand on s'aventure sur ce terrain là puisque rien n'est absolument démontrable (il faut que l'occulte reste caché à un certain degré).

Une thèse importante que l'on entend dans les milieux conspirationnistes en ce moment me semble devoir être rappelée ici. C'est que, si chaque pays en ce moment (au moins en Occident) tend à avoir le pire leader possible, c'est que cela est voulu. En effet, les Etats-Unis ont Biden qui ne sait pas aligner trois mots sans téléscripteur, la France a un président qui aujourd'hui parlait devant une assemblée générale des Nations-Unies au trois quarts vides tellement il est discrédité, le Royaume-Uni vient de se doter d'une première ministre elle aussi peu reluisante, et, pire, d'un roi qui n'est pas populaire en raison de son ancien conflit avec la princesse Diana. Pourquoi ? Parce qu'il faut détruire les nations au profit du gouvernement mondial, et donc chaque leader est chargé rituellement de sacrifier sa fonction, et sacrifier son propre pays, dans cette espèce d'holocauste, qui fera renaître de ses cendres, tel un phénix (image maçonnique) un nouvel ordre mondial. La thèse vaut ce qu'elle vaut, mais elle est en tout cas assez cohérente avec la philosophie de la destruction que les élites affichent en permanence.

Bien sûr ces choses sont délicates à comprendre. Par exemple si je vous répète (comme je l'ai déjà fait ici) que le 11 septembre est une date symbolique forte pour les sociétés secrètes, j'aurai déjà perdu la moitié de mes lecteurs à qui le sujet paraît trop glissant. Pourtant, en partant de ce fait connu, et d'un autre fait qui est que la chèvre, symbole du Baphomet, est de plus en plus mise en valeur dans la culture dominante de la façon la moins compréhensible à première vue (par exemple avec le goat yoga qui consiste à pratiquer du yoga avec une chèvre sur son dos), je peux vous avancer  qu'il y a probablement un symbole dans le défilé militaire, dans le cadre des cérémonies de proclamation du nouveau roi Charles III d'Angleterre, le dimanche 11 septembre dernier, derrière une chèvre blanche (dont on nous explique qu'elle est la mascotte du 3e bataillon du régiment royal gallois depuis les années 1770). Balancer ce genre de symbole peut faire partie de l'hypnose générale (tout comme ensuite la photo du roi Charles avec la chèvre 5 jours plus tard). Plus ce genre de rituel implique de spectateurs, plus le pouvoir politique assoit son emprise sur les gens et gagne en effectivité. Donc il peut être utile de rester sur ses gardes.

Continuons dans la veine "complotiste" de la recherche des causes ultimes derrière ce que l'on nous montre, en ce qui concerne l'Ukraine. Là encore, je n'ai pas de preuves de ce que j'avance, mais je me dois quand même de soumettre ceci à la réflexion collective. Vous savez que cet été, il y a eu des polémiques dans la presse italienne sur le fait que le président ukrainien Zélinsky, qui possède en Toscane (à Forte dei Marmi) une villa de 4 millions d'euros ancienne propriété de la famille Agnelli (les fondateurs de la Fiat), l'a louée à des oligarques russes. Il Tirreno a révélé l'affaire, puis il y a eu du "damage control" de la presse mainstream pour faire croire que les choses étaient plus compliquées que cela, que les oligarques seraient en fait des estoniens, etc.

Cela pourrait être purement anecdotique ou simplement révélateur du maintien de certains liens du régime de Kiev avec les Russes (la remarque avait déjà été faite au printemps quand l'Ukraine continuait à toucher des subsides importants du transit du gaz russe sur son sol). Mais un Tweet de George Webb (auteur que je cite souvent sur le Covid 19 et les Trump Papers) incite à penser un peu plus loin. Péremptoire, il affirme : " Nous vous avions dit que le Young Leader mondial Vladimir Poutine ferait un bluff nucléaire pour obtenir de Kolomoisky et Zelensky un paiement de 350 milliards de dollars pour le cessez-le-feu (une paix des Rothschild - comprend toujours un gros chèque pour la "reconstruction"). Des pourparlers de paix en ce moment à Forte dei Marmi, en Italie. Hey Pietro Benassi"

Autrement dit Poutine avec la menace nucléaire (et la mobilisation partielle) ferait seulement monter les enchères pour la paix. Et tout se négocierait en ce moment dans la résidence de Forte dei Marmi. D'où George Webb tire-t-il ce chiffre de 350 milliards de dollars ? Apparemment de l'évaluation du coût de la reconstruction par la Banque mondiale publiée dans le Jerusalem Post du 9 septembre.

Dans un autre tweet le 17 septembre il disait : "Pietro Benassi a rajeuni Forte di Marmi comme le chemin du Pape vers la mer. Le pape (Léon X) Médicis a créé la Via di Marina. C'est une sorte de zone autonome du Vatican. C'est pourquoi je dis que l'accord de paix des Rothschild se passe là-bas maintenant pour l'Ukraine avec Deripaska là-bas".

Oleg Deripaska, le favori de Poutine, a effectivement une villa dans cette "petite Russie italienne".

Est-ce que Webb se contente de conjecturer à propos du fait que Zelinsky et des proches de Poutine ont de riches demeures à Forte di Marmi, ou a-t-il vraiment des informations confidentielles sur une "paix des Rothschild" qui se négocierait là bas ? Personnellement je penche plutôt pour des recoupements un peu gratuits (par exemple on ne voit pas pourquoi le fait qu'un pape ait fait rénover la Via di Marina en ferait une annexe du Vatican !).

Mais d'un autre côté, l'hypothèse expliquerait cette sortie soudaine de Poutine sur le nucléaire, alors que la contre-offensive ukrainienne ne semble pas spécialement bousculer la ligne de front sur le terrain après le redéploiement des troupes russes. Même si Webb va un peu loin dans les supputations, il y a quand même peut-être anguille sous roche de ce côté-là.

Lire la suite

La prison des peuples

16 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

C'est une chose très étrange vraiment que de voir la très corrompue présidente de la commission européenne se prendre maintenant pour la dirigeante d'une Europe fédérale, prononcer un "discours de l'Union", prétendre engager tout le continent dans une guerre contre la Russie au service de l'OTAN, tout en déniant toute responsabilité dans l'échec de sa politique de sanctions stupide qui va nous priver en partie d'énergie cet hiver. La faute à ceux qui se sont tus déjà quand la commission s’arrogeait le droit de commander les thérapies géniques anti-Covid à la place des Etats, de définir elle-même la politique de livraison d'armes, de censure d'Internet etc.

La chape de plomb tombe sur nous. La Lettonie après avoir abattu les monuments en l'honneur de l'Armée rouge interdit à sa minorité russe de chanter Katyusha. La Hongrie est qualifiée de pays non-démocratique parce qu'elle refuse le consensus totalitaire de l'idéologie woke et de l'anti-russisme.

Je sais qu'on pourrait dire que l'Union européenne n'est pas la seule responsable. Au Royaume-Uni c'est la même folie anti-russe, et le même monolithisme quand les gens se voient interdire l'expression de la moindre opinion anti-monarchique à l'occasion du décès de leur reine. Mais au moins si notre Macron national décidait quelque chose, il pourrait avoir des gilets jaunes contre lui. On ne peut pas envoyer des gilets jaunes à Bruxelles...

Lire la suite

La contre-offensive ukrainienne dans l'oblast de Kharkov

14 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

Alors que l'Azerbaïdjan (qui nous fournit du gaz) attaquait lâchement l'Arménie sans préavis, l'offensive menée par le Gal Zaluzhny en Ukraine dans l'oblast de Kharkov suscitait l'enthousiasme des Occidentaux.

C'est une offensive made in USA. Selon le NY Times, l'Ukraine, qui a d'abord annoncé une contre-offensive dans le sud, a utilisé la technique standard de désorientation (utilisée par les troupes américaines lors d'opérations spéciales) avant de passer à l'offensive dans le nord-est.

Le ministère de la défense russe a expliqué qu'il y a eu un choix tactique de son armée de se retirer d'Izioum, qui n'était pas une zone de combat prioritaire, pour concentrer les forces sur Donetsk, pour ne pas renouveler l'erreur de la deuxième bataille de Kharkov face aux nazis en 1943.

Le bilan a été la reconquête de l'équivalent d'un ou deux départements français. Mais même la presse occidentale après coup (AP et Reuters) reconnaît que ce pourrait n'être que le fruit d'un redéploiement russe pour mieux tenir les positions dans l'Est et dans le Sud alors que le front était trop étendu.

Les faiblesses structurelles de l'armée ukrainienne restent en tout cas les mêmes. A commencer par le manque d'artillerie et de blindés, malgré les milliards d'aide militaire (45 milliards rien que pour les USA) dont une bonne partie sont détournés par les mafias locales.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a exprimé le 13 septembre sa déception que l'Allemagne n'ait pas livré de chars Leopard et de véhicules de combat Marder à l'Ukraine. Tandis que la presse russe se félicite du fait qu'il n'y ait pour chars de l'OTAN sur le terrain qu'une trentaine de chars espagnols obsolètes.

Pour leur part, les communistes russes ont appelé à la mobilisation générale. Le député de Crimée du parti présidentiel, par ailleurs favorable au retour du drapeau soviétique à la place du drapeau russe, Mikhail Sheremet (Шеремет / Cheremet en transcription française) et des blogueurs se sont aussi exprimés en ce sens, afin de sécuriser la victoire, mais l'entourage présidentiel a écarté cette hypothèse dans la mesure où les effectifs russes actuels leur paraissent suffisants pour mener à bien l' "opération spéciale".

Au passage, notons que l'assassin féminin supposé de la fille du partisan d'une Russie asiatique Alexandre Douguine, morte sur une autoroute le 20 août dernier, Natalia Vovk, membre du bataillon Azov (mais la presse mainstream le dément), qui avait suivi Daria Douguina à un festival littéraire, et loué un appartement dans le même immeuble qu'elle, aurait été retrouvée sans vie poignardée. Ses comptes WhatsApp, Telegram et Viber avaient disparu début septembre. On ignore si le meurtre a été commandité par le régime de Kiev comme le soutiennent les services secrets russes. Mais certains sur les réseaux sociaux ont affirmé que celui-ci disposait de listes noires et que Daria Douguina y figurait.

Lire la suite

Du blé OGM ukrainien pour l'Afrique

4 Septembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Bill Gates, #Le monde autour de nous

En août les médias occidentaux se sont agités pour que l'Afrique puisse recevoir du blé ukrainien. Ce que l'on ne vous a pas dit, c'est qu'il s'agit de grains OGM cultivés par des grands groupes américains.

En 2014, explique sur son site William Engdahl, consultant en risques stratégiques et conférencier, après le coup d'Etat de Maidan, le FMI accordait 17 milliards de dollars à l'Ukraine; En échange ce pays devait augmenter l'impôt sur le revenu des particuliers de 66 % et payer 50 % de plus pour le gaz naturel, l'âge de la retraite était retardé de 10 ans. Une disposition clé des demandes des États-Unis et du FMI au gouvernement post-coup d'État du pro-américain Arseniy Iatseniouk, était d'ouvrir enfin les riches terres agricoles de l'Ukraine aux géants étrangers de l'agro-industrie.
 
Depuis que l'Ukraine a déclaré son indépendance de l'Union soviétique en 1991, garder le contrôle de ces terres a été l'un des problèmes les plus brûlants de la politique nationale. Une loi de 2001 a imposé un moratoire sur la vente privée de terres agricoles à de grandes entreprises ou à des investisseurs étrangers. Malgré le moratoire, Monsato, DuPont, Cargill et d'autres fournisseurs occidentaux d'OGM ont secrètement et illégalement commencé à répandre leurs semences OGM brevetées dans la terre noire d'Ukraine par l'intermédiaire des oligarques. En 2016, selon un rapport du Département américain de l'agriculture, aujourd'hui supprimé, environ 80 % du soja ukrainien et 10 % du maïs étaient cultivés illégalement à partir de semences génétiquement modifiées. L'info est confirmée par Agricensus.com ici.

En mai 2021 le clown Zelensky (qui vient aussi récemment d'abroger le droit du travail dans les PME) a présenté un projet de loi déreglementé l'accès à la terre et donné beaucoup de champs aux gouvernements municipaux et villageois notoirement corrompus (alors que la Russie, elle, a interdit les cultures d'OGM en 2016, une position qui fait consensus dans ce pays). Voilà la nature du régime que soutiennent les écologistes européens, et voilà la nature de tout le système économique américain : "Les Etats-Unis, expliquait Mitchel Cohen en juin dernier dans Covert Action Magazine,  utilisent des cultures génétiquement modifiées (et maintenant des arbres), et les pesticides et les engrais dont ils ont besoin, comme armes , pour briser les communautés indigènes, au Mexique, par exemple, perturbant les économies d'autres pays et les forçant dans la dépendance. Même l'aide alimentaire américaine aux victimes des tsunamis dans le Pacifique Sud et aux victimes des tremblements de terre au Pakistan et en Haïti a été génétiquement modifiée et saturée de pesticides. L'un des résultats de « l'action policière » américaine en Somalie en 1992 a été l'imposition de milliers d'acres de manioc génétiquement modifié, déracinant les communautés locales." L'achat de semences Monsanto (où Bill Gates aussi a des parts) fait partie intégrante des Programmes d'ajustement structurels du FMI. Le cynique Kissinger, qui est dans tous les coups fourrés depuis la guerre du Vietnam, a soutenu de longue date cet usage stratégique de l'aide alimentaire.

Mitchel Cohen à ce sujet cite fort à propos une déclaration de Boris Ikhlov de l'université de Perm d'une organisation de « droits de l'homme » russe financée par des « dons » américains, qui était un partisan de l'élargissement des libertés civiles à Moscou et qui, en même temps, a lié sa critique des politiques de Poutine en matière de droits de l'homme à soutenir les semences biotechnologiquement modifiées de Monsanto et la privatisation de l'agriculture. Mais il ne cite pas l'association dans l'attente d'une confirmation par des sources indépendantes.

C'est en tout cas un des dessous peu connus des tensions internationales autour de l'Ukraine.

Lire la suite

Viginum vous regarde

31 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE

Viginum service technique et opérationnel de l'État chargé de la vigilance et de la protection contre les ingérences numériques, né le 13 juillet 2021, est chargé de repérer les fake news sur Internet. Il a collecte les données sur les gens qui diffusent ces nouvelles.

La CNIL dans sa délibération du 7 octobre 2021 n'a pas hésité à souligner certaines caractéristiques fâcheuses de son travail : " il implique une collecte automatisée de données publiées sur diverses plateformes (notamment les réseaux sociaux), en très grande quantité et susceptible d'intervenir à tout moment. Ces informations sont susceptibles de révéler des informations sur un nombre important d'aspects de la vie privée des personnes concernées, y compris des informations sensibles, telles que les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ainsi que l'état de santé ou l'orientation sexuelle, alors que de telles données bénéficient d'une protection particulière. Ainsi, le traitement envisagé conduit une autorité publique à collecter des données relatives à l'activité de personnes sur les plateformes en ligne où elles sont inscrites, disposant ainsi, potentiellement, d'une information particulièrement riche et précise sur elles, indépendamment de toute enquête pénale ou procédure judiciaire et en dehors du cadre prévu pour les techniques de renseignement." "Certaines données à caractère personnel, présentes dans les notes d'analyse précédemment évoquées, seront adressées à de multiples services étatiques et administrations ainsi qu'à des homologues étrangers " (traduisez : nos amis de la CIA en tant que de besoin).

Viginum traque ses cibles, nous dit Eric Verhaeghe dans Courrier des Stratèges sur Facebook, Twitter, Youtube, Google search, Linkedin. Officiellement il était surtout actif sur le front de la campagne électorale de 2022 pour contrer les manipulations étrangères. Mais le cap des élections passées la structure veut passer "à la vitesse supérieure" (toujours la tactique du voleur chinois : on commence par une mission restreinte, puis on étend)...

L'équivalent aux USA est le Global Engagement Center créé en 2017, qui a beaucoup œuvré contre les tentatives de réinformation sur le Covid et bien sûr sur l'Ukraine.

Lire la suite

Une à deux heures d'éducation sexuelle par semaine

31 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes, #Avortement, #Espagne, #Peuples d'Europe et UE

Hier (30 août) sur Brut en 28e minute de cette interview le ministre de l'édication nationale français Pap Ndiaye déclarait : "Souvent l'éducation à la vie affective et sexuelle passe un peu à la trappe, il faut en faire quelque chose qui soit un succès(...) il faut insister là dessus... il faut une volonté politique forte.. il faut des instruction". Il propose même une heure ou deux par semaine. On sait que cette éducation porte souvent sur un endoctrinement dès l'école primaire sur la liberté de choisir son sexe, la théorie du genre, l'encouragement de l'avortement etc.

Le même jour en Espagne le conseil des ministres approuvait en urgence un projet de loi sur l'avortement qui supprime le consentement parental pour les filles de 16-17 ans ainsi que, pour toutes les femmes, les trois jours de réflexion obligatoires (En Espagne chaque année une femme sur cent avorte). Parmi les points clés du projet : "L'éducation sexuelle sera complète dans les principales étapes de l'éducation".

Si, sans doute, dans un contexte où la consommation de pornographie explose (au Royaume-Uni en septembre 2020 49 % de la population adulte - majoritairement masculine à 80 % pour ce qui concerne Pornhub - a visité un site pornographie, soit moins qu'Instagram et plus que Twitter, et en France un tiers des 10-18 ans déclare se connecter souvent ou parfois sur des sites X), il peut être utile d'enseigner le libre consentement de chacun et le respect du corps de l'autre, le problème est que le contenu de cette éducation que M. Pap Ndiaye ne se limitera pas à cela.

Lire la suite

Un nouveau bras armé pour nos élites : la police verte

24 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE

Vous avez aimé la police verbalisant les joggeurs sans masque sur les plages désertes, contrôlant les passes sanitaires dans les restaurants et le journaliste Christophe Barbier demandant aux agents d'aller chez les non-vaccinés pour les convaincre d'accepter la thérapie génique ? Vous adorerez la nouvelle police écologique. Dans le Journal du Dimanche du 20 août dernier, notre ministre de l'intérieur annonçait le recrutement de 3 000 "gendarmes verts".

Seront-ils seulement employés à combattre les feux de forêt ? On peut en douter.

Selon des fuites obtenues par The Counter Signal, au Canada, dont le premier ministre applique aussi l'agenda écologique autoritaire, le ministère de l'Environnement et du Changement climatique (ECCC) construit une nouvelle installation à Winnipeg dans le Manitoba qui abritera un manège militaire, des salles d'interrogatoire, des laboratoires biologiques, des bureaux de relations avec les médias, des « salles silencieuses contrôlées » et des installations de renseignement (cela fait penser aux camps de la FEMA). Va dans le même sens que cette information une petite annonce sur Indeed.com pour le recrutement par l'ECCC à Calgary d'un officier en charge de l'application des lois anti-pollution qui précise non seulement la rémunération et les diplômes requis mais aussi la liste des  équipements : "ceinturon de service, gilet pare-balles, menottes, matraque et armes prohibées telles que l'aérosol capsique" (il suffit de cliquer sur le lien de recrutement en bas pour voir que ce n'est pas un fake) :

En France notre président qui annonce la "fin de l'abondance" dans l'esprit "Great Reset" du Forum économique mondial pourrait par exemple employer cette force au service de l'interdiction des piscines privées (idée dont un eurodéputé macroniste n'a pas hésité à dire du bien récemment), ou toute autre règlementation de plus en plus sévère pour encadrer les pratiques individuelles, l'interdiction de véhicules à moteur dans les villes par exemple. Tout ce qui pourra participer à un "confinement climatique" qu'annonçait le WBCSD  en 2020 (un think tank financé par les multinationales).

Le site américain Politico croit discerner une intention similaire dans l'appel du commissaire européen à la Gestion des crises Janez Lenarčič pour la création d'une force de protection civile afin de faire face aux "catastrophes climatiques", force que l'ex-eurodéputé britannique Nigel Farage n'hésite pas à qualifier d' "armée européen" et il est vrai qu'il est assez étrange que le commissaire n'ait pas hésité à demander même une révision des traités pour permettre la création de cette force à un niveau fédéral (ainsi plus facile à soustraire au contrôle démocratique)...

Les globalistes peuvent avoir l'intention de s'inspirer à cet effet du modèle chinois dont Carl Schwab vantait les mérites en janvier dernier. En 2017, les autorités de Pékin ont annoncé la création d'une nouvelle police de l'environnement, qui se concentrera sur les barbecues en plein air, l'incinération des ordures et la combustion du bois. et autre biomasse. Dans ce pays l'armée est aussi employée pour mobiliser les civils au service de la dictature environnementale, mais on ne trouve pas sur Internet d'articles sur la manière dont ces forces agissent concrètement dans la population depuis cinq ans.

En Israël, autre modèle du WEF comme on l'a vu pendant la crise du Covid, la police verte du ministère de l'environnement utilise des drones dotés de caméras spécialisées capables d'enregistrer des vidéos la nuit en utilisant la vision infrarouge ou thermique. Les caméras des drones capturent en haute résolution les visages des criminels environnementaux et les plaques d'immatriculation de leurs véhicules. Les drones peuvent aller jusqu'à 500 mètres sans être détectés...

Lire la suite

Agriculture mondiale : la production céréalière pas encore affectée

19 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Bill Gates, #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE

En Serbie, où l'exploitation agricole est déjà mise à mal par l'industrie minière, notamment un terrible projet de mine de lithium dans la vallée de Jadar que le gouvernement fait semblant à tort d'avoir abandonné, les agriculteurs ont protesté pendant 8 jours contre le prix élevé de l'essence et la limitation du prix du tournesol par les pouvoirs publics avant d'obtenir satisfaction. Les prix des intrants pour la production agricole et les coûts logistiques ont augmenté en Serbie avec la crise du Covid et la guerre en Ukraine. Le blocage des routes a donné une visibilité aux difficultés des agriculteurs, comme ç'avait été le cas avec les 40 000 éleveurs aux Pays-Bas en juin (manifestations que toutefois les écologistes accusent d'être manipulées par le Big business local - mais sans rappeler que la guerre contre la viande a été lancée par le forum de Davos).

Pendant ce temps on apprend qu'aux Etats-Unis plus du tiers des agriculteurs annoncent être incités par le dispositif des assurances à détruire leurs récoltes suite à la sècheresse et vendre leur troupeau plutôt que d'essayer d'assurer l'alimentation de leurs concitoyens. En France on annonce une production céréalière "catastrophique". Le maïs (nécessaire à l'alimentation du bétail) doit notamment régresser pour cause de limitation des ressources en eau, ce qui est aussi le cas dans d'autres pays comme l'Argentine.

Par ailleurs des débats se poursuivent sur le phénomène des incendies d'usines agro-alimentaires aux Etats-Unis (près d'une centaine en un an). Ces usines ne sont d'ailleurs pas les seules à flamber. En juillet dernier, les paysans néerlandais à un dépôt de produits écologiques (et de viandes synthétiques) subventionnée par la fondation Bill et Melinda Gates à Almelo, qui fournissait la start-up de vente en ligne Picnic.

Cependant ce tableau très noir que nos médias parfois entretiennent de façon sensationnaliste, mérite d'être nuancé. La production mondiale de maïs devrait rester stable grâce à des pays comme le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Ethiopie. Celle de blé est en hausse de plus de 4 millions de tonnes (ce qui est insuffisant par rapport à la demande mondiale mais traduit une tendance à la stabilité), grâce au Canada notamment. La reprise des exportations russes et ukrainiennes limiterait donc les problèmes signalés au printemps. Il existe un goulet d'étranglement possible au niveau des intrants (l'engrais) et bien sûr au niveau des sources énergétiques (à cause de la décision absurde d'imposer un embargo gazier et pétrolier à la Russie). Mais pour l'instant la production n'est pas vraiment affectée.

Le "great reset" n'a pas (encore) profondément déstabilisé le système.

Lire la suite

Le programme USAID PREDICT et les bio-expérimentations sur les soldats ukrainiens

6 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Peuples d'Europe et UE

Lors d’un point de presse en mars dernier le chef des forces russes de défense contre les radiations, les agents chimiques et biologiques, le lieutenant-général Igor Kirillov, avait affirmé que des laboratoires biologiques soutenus par les États-Unis en Ukraine avaient mené des recherches et des tests cliniques sur des Ukrainiens après avoir utilisé des chauves-souris, et que des échantillons biologiques, y compris des échantillons de sang et de sérum, ont été exportés du territoire ukrainien vers des pays américains et européens, via le laboratoire géorgien du Centre Lougar sur lequel avait enquête la Bulgare Dilyana Gaytandzhieva, pour le compte du programme USAID PREDICT lancé en 2009.

Il ajoutait qu’une déclaration de Jason Crow, membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis, qui avertissait les Américains que leurs échantillons d’ADN pourraient être utilisés pour créer des armes biologiques ciblées, a amené le ministère russe de la Défense à « jeter un nouveau regard » sur les origines de la pandémie de Covid.

On apprenait à cette occasion que les laboratoires biologiques exploités dans le cadre du programme de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du Pentagone de 2008 à 2017 ont été construits et exploités par Black & Veatch après des travaux estimés à 215,6 millions de dollars . Le projet de construction  comprenait des contrats en Ukraine, en Azerbaïdjan, au Cameroun, en Thaïlande, en Éthiopie, au Vietnam et en Arménie. En 2014, une entreprise appelée Metabiota, spécialisée dans la détection, le suivi et l'analyse des épidémies potentielles, a signé un contrat  fédéral de 18,4 millions de dollars en tant que sous-traitant pour Black & Veatch en Géorgie et en Ukraine. Google était partie prenante du financement. Le fondateur de Metabiota, le "chasseur de virus" Nathan Wolfe , siège également au conseil d'administration de l'EcoHealth Alliance de Peter Daszak et est membre du Defense Science Research Council de la DARPA et c'était un proche de Jeffrey Epstein et de Ghislaine Maxwell.

Metabiota a été lancé avec l'aide du fils du président américain Joe Biden, Hunter Biden, et de sa société d'investissement Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP), qu'il a fondée aux côtés du gendre de John Kerry en 2009.

La firme Hunter Biden a été au centre d'un énorme scandale en 2020 après qu'il a été révélé que l'épouse de l'ancien maire de Moscou avait mystérieusement  viré 3,5 millions de dollars au groupe "d'investissement" .

Aujourd'hui le journaliste d'investigation anti-OTAN George Webb sur sa page Twitter dans le cadre d'une enquête à Horsley sur les traces de l'agent secret britannique Christopher Steele (utilisé naguère pour construire un "Russiangate" bidon contre Trump), relaie l'information selon laquelle les Russes ont aujourd'hui 16 000 échantillons (même chiffre que celui des échantillons censément exportés, ce qui est un peu curieux).  Il précise que ces échantillons comprennent des variants qui apparaissent avec une distribution géographique étrange. Des anticorps contre la fièvre hémorragique y sont également présents.

Ces informations sont développées ici, sur Bioclandestine.substrack.com. Il s'agit d'une nouvelle conférence de presse du général Kirillov qui a eu lieu hier à propos des échantillons sanguins prélevés par les Russes sur les prisonniers de guerre ukrainiens : ceux-ci comprenaient une grande variété de stupéfiants et d'opioïdes, dont la méthamphétamine et la codéine. Ce propos de Kirillov a été délibérément caricaturé par les médias pro-OTAN (notamment le Daily Beast) qui accusent Moscou de fantasmer sur des "soldats-mutants" que formerait le régime de Kiev avec de la méthamphétamine. En réalité Kirillov n'a jamais parlé de soldats-mutants. Les méthamphétamines ont été abondamment utilisées par les nazis en 1940 pendant le Blitzkrieg. Elles peuvent expliquer le jusqu'au-boutisme de certains bataillons ukrainiens.

Sur le volet coronavirus, Kirillov évoquait la possibilité que Washington ait développé des variants visant spécifiquement des populations russes et ukrainiennes (qui ont des ADN assez homogènes). Kirillov s'est d'ailleurs référé à une déclaration du ponte mainstream Jeffrey Sachs de mai dernier selon laquelle le coronavirus a été créé artificiellement et très probablement avoir été créé à l'aide des avancées américaines en biotechnologie... Les soldats ukrainiens ont pu être des cobayes de la CIA et de Big Pharma à leur insu (ce qui n'a rien de surprenant quand on sait comment le régime de Kiev traite par ailleurs les civils comme l'a montré Amnesty International).

Au passage George Webb souligne aussi que les tensions autour de Taiwan ont un rapport avec les laboratoires biologiques. La création des laboratoires de Wuhan était une réaction au fait que Taïwan disposait de deux laboratoires P-4.

Il existe diverses thèses sur la possibilité que le coronavirus ait été développé à différents endroits simultanément, y compris en Chine.

Lire la suite

Des troupes nord-coréennes dans le Donbass ?

3 Août 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

Zakhar Prilepine, écrivain nationaliste russe, ex-conseiller du président de la République populaire de Donetsk, Zakhartchenko, avant son assassinat en 2018,  l'a déclaré le 2 août 2022 : la Corée du Nord va envoyer 100 000 soldats dans le Donbass en échange de céréales et de charbon dont la privent les sanctions internationales.

J'ignore ce que vaut Pripeline comme écrivain, sa collègue Olga Levitzki amatrice des artistes de Montmartre en dit du bien ici après l'avoir croisé au salon du livre de Genève en 2018... Ca a l'air assez trash à part sa chronique "Ceux du Donbass" bien connue en France... Il y a là une interview de lui de mai dernier qu'on peut lire en français en activant les sous-titres manuellement.

On peut supposer que ses anciennes fonctions à Donetsk lui donne accès à des informations confidentielles. Mais que l'hypothèse soit envisagée ne suppose pas évidemment qu'elle se réalisera forcément.

Lire la suite

Reconnaissance des Républiques populaires du Donbass par Pyongyang et une analyse marxiste intéressante à leur sujet

13 Juillet 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Après la Syrie, la Corée du Nord reconnaît la République populaire de Donesk ainsi que par la même occasion celle de Lougansk.

On notera que circule en ce moment dans divers milieux communistes "classiques" (par là, j'entends héritiers du soviétisme du XXe siècle) une déclaration de l'Union des communistes d'Ukraine (une groupe marxiste-léniniste né à Lougansk en 1992, et interdite d'activité sur le sol ukrainien par le régime de Kiev depuis 2014) dont voici un extrait intéressant à propos du Donbass :

"Bien que même les participants à cette confrontation (entre le Donbass et Kiev) n'aient pas été conscients de sa nature de classe, mais aient plutôt vu le côté interethnique, il était caractéristique que tous les groupes oligarchiques aient soutenu le gouvernement post-Maïdan et aient donné une apparence de légitimité à ce gouvernement, par leur députés parlementaires alors que pas un seul oligarque, même du groupe de Ianoukovich, n'a fait défection aux côtés des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Dans leur composition sociale, en particulier dans l'ossature de leurs formations armées, les républiques du Donbass étaient de nature prolétarienne. Mais dans leur forme politique, elles étaient des républiques bourgeoises et exprimaient les intérêts à la fois de la bourgeoisie et du prolétariat, qui n'acceptaient pas le nationalisme anti-russe radical du gouvernement post-Maïdan et son cours pro-occidental.

(...)

La bourgeoisie russe a adopté une position contradictoire à l'égard des deux Républiques  populaires : d'une part, elle a fourni une aide militaire et économique aux républiques du Donbass, mais d'autre part, elle ne les a pas reconnues politiquement et ne les a pas incorporées dans le Fédération comme la Crimée, tandis qu'elle alla reconnaître la légitimité du régime fantoche pro-fasciste Tourtchinov-Porochenko-Zelensky et signa les accords de Minsk avec ce régime. Cela n'a pas apporté la paix aux républiques populaires et a fait de la guerre un état latent sur la ligne de contact pendant huit ans, permettant ainsi au gouvernement ukrainien de créer une armée forte et motivée par les nazis qui est devenue une menace non seulement pour les Républiques populaires mais aussi pour la Russie elle-même.

L'incohérence interne de la position de l'État bourgeois russe à l'égard des républiques populaires et du gouvernement post-Maïdan tient au fait que ses intérêts économiques étaient étroitement liés à la fois au capital occidental et au capital oligarchique ukrainien. Les politiciens russes ont réprimandé les "autorités de Maidan", tandis que les oligarques russes ont profité avec les oligarques ukrainiens de l'utilisation de pipelines à travers l'Ukraine (le pipeline d'ammoniaque de Togliatti à l'usine portuaire d'Odessa n'a suspendu son fonctionnement que le 24 février 2022), la revente de charbon du Donbass à l'Ukraine dans le cadre du programme "Rotterdam+", revente de produits métallurgiques et autres.

Exactement de la même manière, les oligarques ukrainiens, par la bouche de leurs politiciens, maudissaient « l'agresseur russe », tout en continuant à faire des profits communs. Ce sont les intérêts économiques de la bourgeoisie russe qui expliquent, tout d'abord, pourquoi les républiques populaires se sont si activement opposées aux demandes des travailleurs du Donbass de nationaliser les entreprises appartenant aux oligarques ukrainiens, et pourquoi l'opération militaire contre le régime fantoche pro-fasciste en Ukraine a été retardée. Et ce n'était que secondairement en raison de la nécessité d'acheter le réarmement de l'armée russe qu'elles ont suivi cette politique."

Le texte a le mérite de rappeler la structure profondément ouvrière des Républiques du Donbass, ce qui explique largement pourquoi la presse occidentale (y compris l'intelligentsia soi-disant de gauche) ne s'y sont jamais intéressés. Mais dépendantes de intérêts de la classe dirigeantes moscovites, elles n'ont pu renationaliser les industries soviétiques privatisées par les oligarques.

Lire la suite

Des nouvelles du CERN, de Mme Schiappa, des Georgia Guidestones et du Vatican

8 Juillet 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Vatican, #Avortement, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Peuples d'Europe et UE

Quelques nouvelles qui attirent peu ou pas du tout l'attention de nos grands médias, plus soucieux de relayer le retour du fascisme sanitaire revient (l'imposition des masques et des thérapies géniques - bien que la vaccination ARN ne protège pas de la contagion etc).

Le 4 juillet dernier, le CERN, qui cherche à ouvrir des portiques sur l'autre monde, et récompense fréquemment depuis 10 ans, des artistes tarologues, fêtait le 10ème anniversaire de la "particule de Dieu", le boson de Higs. Il en profitait pour relancer son Large Hadron Collider, à l'arrêt depuis 2018. On nous explique ici que le 4 juillet, jour de la fête nationale des Etats-Unis (alors que la déclaration d'indépendance est du 2 juillet), ancien 23 juin du calendrier julien, et jour où la Terre est la plus éloignée du soleil, correspond à une fête druidique. Le CERN mérite bien les 3 "6" de son logo.

Quelqu'un (un esprit éveillé ? un agent de la CIA ?) a fait sauter dans la nuit du 5 au 6 juillet les Georgia Guidestones, les célèbres mégalithes sur lesquels il était indiqué notamment que la population humaine devait être limitée à 500 millions d'individus. Une aile des "guidestones" était bizarrement alignée sur le CERN...

Marlène Schiappa est de retour au gouvernement (le gouvernement Borne au service du Great Reset et de l'OTAN). La nouvelle secrétaire d'Etat qui dans "Elle" d'octobre 2019 disait apprécier la sorcellerie, apparaît sur une photo avec une malformation au pied que certains savent commune chez les praticiens de l'occultisme. Un hasard sans doute... (mais rien à voir avec les rumeurs de trafics d'orteils au Zimbabwe).

Malgré la prise de position courageuse de certains évêques américains, Nancy Pelosi, speaker de la chambre basse américaine pro-avortement, reçoit la communion au Vatican. Tout à fait dans le même ton que la pièce sortie par le Saint-Siège en l'honneur de la thérapie génique anti-Covid, et que la rencontre du pape avec Elon Musk, l'homme qui nous prépare la puce Neuralink et les incubatrices façon "Meilleur des Mondes".

A part ça, un ex-premier ministre japonais membre d'une secte nostalgique du fascisme (Nippon Kaigi) a été assassiné. Je vous passe les souvenirs des horreurs de la guerre biologique au Manchoukouo, et autres abominations japonaises en Chine, en Corée et ailleurs qui faisaient dire à J. Bergier jadis qu'il eût aimé lancer la bombe atomique sur le Japon (ici minute 22'40). Certains font cependant remarquer que Shinzo Abe fut moins covidiste que la moyenne, sur la question de l'ivermectine notamment. Et les agriculteurs manifestent aux Pays-Bas face à un gouvernement qui veut réduire de 30 % leur cheptel pour aller vers la neutralité carbone, un des multiples épisodes de la guerre des mondialistes contre la viande (le premier ministre de centre droit était à Davos l'an dernier pour parler d'agriculture). Routes et supermarchés bloqués. Des agriculteurs allemands et italiens déclenchent un mouvement de solidarité avec les Hollandais.

Lire la suite

Les réfugiés politiques kurdes sacrifiés pour l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN

1 Juillet 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

En échange du feu vert d'Ankara à leur adhésion à l'OTAN, Stockholm et Helsinki vont devoir livrer des dirigeants et activistes kurdes qui vivent sur leur sol à la Turquie (une trentaine au total).

Pour mettre un visage sur ces réfugiés politiques, on peut par exemple citer le cas de la députée  Amineh Kakabaveh, 52 ans, Kurde iranienne de gauche arrivée en Suède en 1992. La députée kurdo-suédoise indépendante a récemment attiré l'attention internationale après s'être abstenue de voter une motion de censure début juin sauvant ainsi le gouvernement de la Première ministre suédoise Magdalena Andersson. En échange, Kakabaveh a déclaré que le gouvernement avait promis de continuer à aider les Kurdes dans le nord-est de la Syrie... un promesse sur laquelle la Suède va pouvoir s'asseoir après le deal passé avec Erdogan. Voilà comment Mme Andersson remerciera ses amis...

Les deux pays scandinaves ont aussi accepté de renforcer leur coopération en établissant des commissions conjointes des services de sécurité et de renseignement avec Ankara qui lui permettront de bénéficier de leurs anciens dossiers et d’obtenir des informations sécuritaires et sur leurs activités de financement et de recrutement. Un grand pas en avant pour le respect des principes du droit d'asile...

C'est à peu près aussi piteux que l'image du président de la République française courant après son homologue américain comme un caniche à la dernière réunion du G7 pour lui révéler ses petits arrangements avec les Emirats arabes unis pour obtenir un peu plus de pétrole en compensation de l'embargo sur les hydrocarbures russes.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>