Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Le Diplomate et l'Intrus

30 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures

Je signale à ceux que ça intéresse la publication ce matin sur Parutions.com de mon compte-rendu sur le dernier livre de Bertrand Badie - de la sociologie made in Sciences Po appliquée aux relations internationales.

Le CR est sur http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=97&ida=9321
Lire la suite

Pétition de principe

30 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Conclusion de l'édito du Monde aujourd'hui : "l'islamisme se nourrit de la suppression de toute opposition, de toute vie démocratique ; il fleurit sur le terreau de l'autocratie, quand la mosquée devient le seul espace de contestation. A Tunis ou ailleurs". Le genre de déclaration qu'on lit cent fois dans les journaux.

D'abord il y faut une preuve : que dire de l' "islamisme" chiite (Hezbollah) au Liban où le pluri-partisme politique existe ? Quid du Maroc et de la Jordanie où plusieurs partis se présentent aux élections, quoique d'une manière encadrée (mais n'y a t il pas aussi un fort encadrement de la "démocratie" en France), sans que cela empêche la présence de partis islamistes forts ?

Le point de vue dominant se nourrit de ces pétitions de principe : la "démocratie " (sous-entendu : le système politique occidental) prémunit de l'islamisme, de l'intégrisme, la "démocratie" (occidentale) permet une meilleure redistribution des richesses dans les pays concernés. Au nom de ce genre de pétition de principe on provoque des guerres, on met des peuples sous embargo, on sabote la Charte des Nations-Unies. Que l'on nous donne des preuves, pays par pays.
Lire la suite

Culture clash on the beach

27 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

La photo figure sur http://www.exile.ru/blog/detail.php?BLOG_ID=16585&AUTHOR_ID=

Le titre "Vacationing Russians Experience Culture Clash"
Le sous-titre "Hurgada culture clash: A Russian slut dry humps her drunk vacation-sponsor's tailbone (foreground), while in the background, a fully-burqa'd Egyptian woman drowns herself to avoid the shame of watching her daughter Go Russian."



Cela m'a fait penser à une fille serbe qui cherchait un "sponsor" sur le tournage du court-métrage de Vesna Bejic. Et aussi à l'article du journal Le Monde du 24 août 2008 qui disait ceci :

"Le Hamas instaure "décence" et "respectabilité" sur l'ancienne plage huppée de Gaza"

"De la vaste salle de réception qui marquait l'entrée de la plage huppée de Gaza, il ne reste qu'une charpente calcinée. L'endroit, surnommé "Chaléatte" ("chalets", en arabe) en référence aux bungalows alignés sur le sable, a fait les frais de la colère du Hamas. Parce les membres de la Force spéciale du Fatah, une escouade de miliciens à la brutalité notoire, l'avait transformé en caserne, ce complexe touristique a été détruit, le 14 juin, au moment où les ultimes policiers fidèles au président Mahmoud Abbas rendaient les armes.
 
Désormais réduit à sa belle plage de sable fin, "Chaléatte" a été rebaptisé "Istiraha Al-Aqsa" ("aire de repos Al-Aqsa") et a rouvert sous la houlette de la Jamaat Al-Salah, une association de charité liée au mouvement de la résistance islamique. A partir de 17 heures, quand la chaleur décline, des milliers de Palestiniens viennent y savourer le bon air du large. Tandis que les hommes et les adolescents jouent dans les vagues, les femmes, sagement voilées, veillent sur les plus petits. L'ex-fief de l'élite gazaouie est devenu une plage comme les autres, où le conservatisme naturel de la société palestinienne est désormais de rigueur. "L'ère du bikini est terminée", plastronne Abou Al-Abed, le chef de la sécurité.

L'endroit avait été créé au début du processus de paix par Souha Arafat, alors "première dame" de Palestine. Il attirait la nomenklatura du régime, nostalgique des plages de Tunis où elle avait vécu en exil auprès de Yasser Arafat. Le prix d'entrée, relativement sélectif - 20 shekels (3,5 euros) par personne - permettait à quelques rares audacieuses de se baigner en maillot, à l'écart des regards indiscrets. Le chanteur égyptien Mustafa Amar s'y était produit et la danseuse du ventre Fifi Abdou, reine des nuits cairotes, y était passée lors d'un séjour auprès de son mari palestinien.

De ce passé jugé "indécent", les nouveaux propriétaires ont fait table rase en abaissant le prix d'entrée à 10 shekels (1,7 euro) par famille. "Maintenant, ceux qui viennent ici sont des gens normaux, avec un comportement respectable", affirme Abou Al-Abed.

Kamal Hbeir, 58 ans, patron d'une petite entreprise de textile, est l'un d'eux. Assis sous un parasol, les pieds léchés par les vagues, il surveille sa petite fille qui barbote dans une bassine remplie d'eau. "Regardez son sourire, dit-il. Pour une bouchée de pain, toute la famille se paie une journée de détente formidable. Avant, ce lieu n'était pas honorable. Nous n'y allions jamais. Aujourd'hui, si des jeunes s'avisent de draguer une fille, la Force exécutive (la police du Hamas) arrive dans la minute." En retrait du rivage, un groupe de jeunes membres du Hamas achève une réunion. "Nous sommes venus faire une journée de formation et de détente ici, explique l'aîné, Mohamed Masri, 25 ans, employé du ministère de la santé. Depuis qu'Abbas et sa clique de débauchés sont partis à Ramallah, cette plage est ouverte à tout le monde. C'est un véritable progrès." Au programme de leur fin d'après-midi : baignade, partie de football et barbecue. Sans oublier la prière du coucher du soleil, célébrée, comme tous les jours, dans une tente dressée sur le sable. 
 

Benjamin Barthe"

D'un point de vue féministe, où est la véritable libération, la véritable dignité, de la femme ? dans l'invasion capitaliste qui a démultiplié la prostitution en Europe de l'Est, ou dans la censure morale des islamistes ? D'un point de vue de gauche où est le véritable progrès social : dans les plages seins-nus de la bourgeoisie de l'OLP, ou dans les plages populaires du Hamas où il faut garder le voile ? Réflexe naturel des intellectuels occidentaux sur ce sujet : "ni ni". Ni le foulard, ni la prostitution (cela vous rappelle un slogan n'est ce pas ?). Mais dans la vie réelle, au jour le jour, les peuples doivent choisir. La Troisième Voie idéale dont un maître de conf ou un journaliste bien nourris aiment à rêver dans un bureau n'a pas de moyens concrets de s'imposer dans les faits (ce serait justement au journaliste, au maître de conf, de travailler à sa voie de réalisation concrète s'il voulait y penser d'une manière responsable). Alors, où est le choix raisonnable ?

Lire la suite

Encore un mot sur le Tibet (et sur le Zimbabwe)

24 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Un militant communiste m'a reproché de vouloir me tenir "au dessus de la mêlée" sur l'affaire tibétaine. Tel n'est évidemment pas le cas, bien au contraire. Je défends l'intégrité territoriale de la Chine, comme je défendais il y a dix ans celle de la République fédérale de Yougoslavie. C'est le B-A-BA de la résistance anti-impérialiste face aux ingérences néo-coloniales.

Je veux juste, au très modeste niveau qui est le mien, et sans aucune arrogance, dans l'espace démocratique qui est Internet, essayer de construire cette position de la façon la plus honnête possible, en intégrant toutes les dimensions du problème - et si cela ennuie mes lecteurs, rien ne les oblige à lire ce blog qui n'est qu'un parmi des millions sur le Net.

Donc dans l'affaire tibétaine, tout en tenant une ligne ferme, je veux intégrer les nuances nécessaires, reconnaître lorsque je me suis trompé (ou lorsqu'on a essayé de NOUS tromper collectivement). Cela fait partie du rôle de tout citoyen de bâtir son opinion de la sorte.

Cette démarche m'oblige notamment aujourd'hui à la lecture du nouvel argumentaire du Sénateur Mélenchon (http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=589), de reconnaître que je me suis peut-être trompé lorsque j'ai dit qu'il allait un peu vite en besogne en dénonçant le projet théocratique du Dalaï-Lama. Il semble bien en effet que cette Charte des tibétains en exil, que le sénateur exhume sur son blog aujourd'hui, soit un projet constitutionnel purement théocratique. Peut-être que les partisans de l'ingérence démontreront que ce texte n'est pas représentatif de l'ensemble des tendances qui soutiennent le dalaï-lama, je n'en sais rien. En tout cas cela reste à discuter.

La complexité de ce genre de question conforte le point de vue de Bricmont dans son bouquin sur l'ingérence humanitaire selon lequel, dès lors qu'il est difficile d'identifier le projet politique des divers protagonistes de conflits où l'Occident s'ingère, le devoir du citoyen critique est de s'opposer à l'ingérence, sans trop s'avancer dans l'analyse des positions de chacune des parties. Ici il y a une ingérence grossière des interventionnistes au soutien des sécessionnistes tibétains, il faut combattre cette ingérence, quel que soit le programme politique desdits sécessionistes.

J'aurais aimé dire aussi un mot sur cette affaire du bateau chinois rempli d'armes qui n'a pu aboutir à son client zimbabwéen. Là encore on se trouve en présence d'un conflit complexe entre un régime zimbabwéen dont certains résistants (comme Chavez) disent du bien, et d'autres (y compris chez les progressistes comme le Parti communiste sud-africain) beaucoup de mal. Il n'est sans doute pas nécessaire d'avoir une opinion définitive sur le gouvernement de Harare, pour condamner sans ambiguïtés l'action des Etats-Unis qui ont fait pressions sur le Mozambique, l'Afrique du Sud, la Namibie et l'Angola pour empêcher le bateau de décharger sa cargaison. Cette action a été menée alors même qu'aucun embargo international sur les livraisons d'armes ne pèse sur le Zimbabwe. Il s'agit donc d'une violation grossière des règles du commerce international, et d'une action qui menace la paix dans le monde : imaginez une seconde qu'un autre pays s'offre le même luxe d'arrogance : qu'un jour la Russie, la Chine ou l'Inde menacent tel ou tel pays (y compris la France) qui souhaiterait faire débarquer une cargaison quelconque (d'armes ou d'autre chose) à destination d'un pays qu'ils n'aiment pas. Entrer dans ce genre de logique, c'est vouloir la loi de la jungle et la guerre de tous contre tous.

Lire la suite

Le débat sur le Tibet et les JO

21 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Je continue de lire, quoique parfois en diagonale vu le nombre de textes parus sur la question, le débat sur la campagne de boycott des jeux olympiques chinois.



J'ai beaucoup d'estime pour l'action courageuse de Mélenchon qui, instruit par son expérience vénézuélienne, a eu la force de s'opposer à Reporter Sans Frontières, et aux robots du système médiatique français façon Jean-Pierre Elkabach.

Il y a beaucoup de points que je partage dans ce qu'il dit aujourd'hui du combat qu'il a pu mener depuis dix jours à ce sujet : voyez http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=588#more-588.

Evidemment il ne faut pas tomber dans la caricature. Beaucoup de gens à l'extrême-gauche veulent nous faire croire que le régime que le Dalaï-Lama veut imposer au Tibet est une sorte de théocratie médiévale. Voilà qui est évidemment faux.  Un certain Jean-Paul Ribes a rappelé que le Dalaï-Lama se définissait dans le Nouvel Obs 17 janvier 2008 comme “un marxiste en robe bouddhiste”. Qu'un homme se dise marxiste et aille mendier l'aide de George W.Bush, tout comme en 1999 l'UCK albanaise pouvait se dire héritière du communisme d'Enver Hodja tout en réclamant celle de Madeleine Albright est le signe pour le moins d'une grande confusion politique, à maints égards semblable à celle d'un Sarkozy invoquant les mânes de Jaurès. Mais cette confusion n'est pas nécessairement malhonnête, et il suffit de lire les biographies du Dalaï Lama pour reconnaître qu'il était depuis sa tendre enfance ouvert à une certaine modernité, au point d'ailleurs qu'il a partiellement collaboré avec le régime communiste chinois jadis, et pourrait bien le faire, selon moi, à l'avenir, tout comme Rugova en 1999 rencontrant Milosevic sous les bombes. N'ajoutons pas à la malhonnêteté des partisans de la déstabilisation de la Chine, la malhonnêteté de certains de ses opposants. De même n'entrons pas trop dans ces débats compliqués remplis d'anachronismes sur la question de savoir si le Tibet était ou non souverain au 16 ème siècle ou en 1910, débats qui n'ont guère de sens dès lors que la souveraineté n'avait pas en ce temps là la signification universelle qu'elle peut revêtir aujourd'hui.

Allons seulement à l'essentiel : le principe de non ingérence, de respect des histoires de chacun. Oui, la Chine évolue, la ramener à Mao est absurde. Et oui, les Occidentaux sont mal placés pour donner des leçons de droits de l'homme ou de quoi que ce soit d'autre. Les pays ont besoin de stabilité, l'ordre international a besoin de stabilité, pas d'aventurisme à la Bush-Kouchner. La paix, la stabilité des relations internationales est une priorité. Le droit à l'autodétermination de tel ou tel peuple peut se négocier dans ce cadre de stabilité et de confiance mutuelle que les grandes puissances ont le devoir d'instaurer, pas dans le "chaos créateur" que les extrémistes bienpensants stupides de Paris, de Londres, de Washington se plaisent à provoquer partout.
Lire la suite

Annie Ernaux et les médias

20 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

J'ai lu le début des Années, hier soir, à la maternité. Très émouvant. Puis, de retour chez moi, la seconde moitié du livre, le récit de notre époque, après le 10 mai 1981 (qu'elle situe à tort au 8 mai). Et là ça ne va plus du tout. J'ai écrit mon compte rendu pour Parutions.com dans la foulée. Il sera un peu dur. Cela m'ennuie car j'ai eu de bonnes relations épistolaires avec Mme Ernaux, mais on ne peut pas cacher ce qu'on pense.

J'ai peur qu'au fond ce livre, son auteur, la littérature, toute une époque, ne tombent dans le Triangle des Bermudes du discours médiatique. Notez que je nourris un peu la même crainte à propos de mon ami Bricmont quand je le vois invité par Taddei sur "France 3" cette semaine pour jouer les utilités belges, tous comme un type (j'ai oublié son nom) jouait les utilités italiennes chez Meyer sur France Culture autrefois. Mais Jean Bricmont a des réserves de combattivité qui le soustrairont à ce danger, je n'en doute pas. Sa position ambiguë dans le champ intellectuel (celle du physicien rebelle, qui fréquente les "mauvais milieux") sera son garde-fou.

 Une dame hier a bien voulu écrire un commentaire sur A. Ernaux et Finkiekraut sur ce blog, et je l'en remercie. Mais je crains que son agacement à l'encontre de Finkielkraut ne sonne pas tout à fait juste. Elle s'énerve à propos de Bourdieu et de la sociologie, que Finkielkraut, dit-elle, déteste. Elle s'énerve, aurais-je envie de dire, à la manière de Bourdieu et des sociologues qui adhérent à son système (et dont j'ai fait partie, à quelques nuances près, au moins au début de ma thèse). C'est un piège. L'anti-finkielkrautisme, comme tous les "antismes", devient rapidement un alibi pour ne pas penser, pour cacher une défaite de sa propre combattivité, de sa propre créativité. Il faut reconnaître que dans l'émission Répliques, Finkielkraut a fourni de gros efforts de courtoisie, ce qui n'était sans doute pas facile compte tenu de la distance qui séparait les débatteurs. Je ne pense pas qu'il ait tenté un "rapt" de la pensée d'Annie Ernaux, ou confisqué le "débat démocratique". Son émission n'est pas un forum, c'est comme un blog, il y fait passer son point de vue, c'est parfaitement légitime. Bien sûr les points de vue des dominants à la Finkielkraut exaspèrent d'autant plus qu'on les entend partout et qu'on a le sentiment qu'ils étouffent une époque. Mais il est vain d'instruire un procès en totalitarisme à ceux qui le portent. Je pense que Finkielkraut a fait de son mieux, qu'il était dépourvu de mauvaises intentions, et ce que j'ai pointé dans mon mail à Annie Ernaux, ce n'est pas un assassinat programmé de sa pensée, mais tout simplement un problème "structural" (comme on dirait dans les cercles bourdieusiens) : l'impossibilité pour la littérature de débattre avec l'idéologie (car Alain Finkielkraut est un idéologue, c'est à dire un homme qui tente de construire un point de vue systématique sur le monde, ce que n'est pas Annie Ernaux).

Il existe dans la gauche contestataire un plaisir narcissique à se sentir "anti-" qu'on retrouve étrangement depuis le samizdat PLPL jusqu'à l'aile gauche du PS. "Anti-capitaliste", "anti-libéral" sont des mots qu'on avance pour se dispenser de penser quelque chose de positif, de fort, de constructif - et en ce sens je suis très heureux que le mois dernier la revue Commune m'ait invité à écrire sur le socialisme, et non sur l' "anti-capitalisme".

L'anti-finkielkrautisme est une déclinaison de cette forme d' "antisme" qui accuse en réalité la dépendance profonde de celui qui critique à l'égard de ce qu'il croit critiquer. L'anti-finkielkrautisme trahit une dépendance à l'égard des médias (ce qui est aussi le cas, hélas, de la seconde moitié du livre d'Annie Ernaux, et, en un sens, de son intention même de dire le mainstream collectif d'une époque).

Il faut sortir de ce petit jeu-là. Aller vers les gens qui n'ont pas besoin d'être "anti-" pour bouleverser le monde. Voyez les Serbes en 1999. Ils n'avaient pas besoin d'être "contre nous" pour être fascinants. Ils étaient juste eux-mêmes, fidèles à leur propre histoire. Et c'est leur fidélité à leur propre histoire qui nous était insupportable (notez qu'Annie Ernaux quand elle évoque les guerres de Yougoslavie en parle comme les médias, et le fait avec une gène telle qu'elle cite les Kosovars, et les Croates qui "s'entretuent" - dit-elle bizarrement -, sans oser prononcer le mot "serbe"). Idem aujourd'hui les Chinois qui, comme on pouvait s'y attendre, brûlent nos drapeaux après que nous ayons banni les leurs (mais ce ne sont pas les Chinois qui ont commencé par être "anti-français", ce sont les Français qui se sont posés en anti-chinois avec cette affaire des Jeux Olympiques).

Il y a cette vieille idée nietzschéenne que celui qui se définit en s'opposant est faible. Et qu'il faut affirmer quelque chose - commencer par cela. L'affirmation manque terriblement à la gauche d'aujourd'hui, comme elle manque au livre d'Annie Ernaux.

J'espère pouvoir interviewer prochainement pour ce blog Carlos Ouedrago. Je veux le faire parler de Sankara au Burkina Faso. Quelque chose me dit qu'il y aura mille fois plus d'affirmation dans cette évocation que dans les samizdat de l'intelligentsia parisienne.

----

Nb : mon CR sur le livre d'A. Ernaux est sur http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=1&srid=304&ida=9353 
Lire la suite

Alain Finkielkraut - Annie Ernaux

14 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

J'ai eu un petit échange de mails ce weekend avec l'écrivaine Annie  Ernaux (avec qui j'ai une petite correspondance occasionnelle depuis la mort de Pierre Bourdieu en 2002).


Je lui ai demandé hier l'autorisation de reproduire sur ce blog le mail que je lui ai adressé à la suite de l'émission "Répliques" d'Alain Finkielkraut sur France Culture samedi dernier (12 avril 2008), et elle me l'a accordée ce matin. Je n'ai pas sollicité en revanche auprès d'elle le droit de reproduire la réponse de onze lignes qu'elle m'a envoyée dimanche, dans la mesure où ce  blog n'a pas vocation à révéler la teneur de messages qui me sont adressés à titre privé.

Il me semble qu'une réflexion sur cette émission pourrait nourrir une longue discussion sur le rapport entre politique et littérature...

-----------------------------------

Chère Annie Ernaux

Je dois confesser que je n'ai pas (encore) lu votre dernier livre, mais j'écoutais ce matin votre interview chez Alain
Finkielkraut. Je dois tout d'abord vous féliciter d'avoir participé à cette émission. D'une part parce qu'il est
toujours difficile de débattre avec quelqu'un qui n'a pas les mêmes opinions que soi, et, d'autre part, parce les
espaces de débats pluralistes deviennent très rares dans les médias - chacun n'invitant que des gens du même bord que soi-même ou n'acceptant les invitations que de gens de son propre bord.

Je me permets juste de vous livrer un point de vue d'auditeur ordinaire. A vrai dire, autant la démarche de votre ouvrage m'a paru juste, autant sa traduction dans l'espace d'un débat laisse l'auditeur sur sa faim. Peut-être au fond c'est le projet même d'Alain Finkielkraut, d'utiliser ce livre comme espace de comparaison de deux imaginaires, et des conditions historiques de leur émergence, qui vouait le débat à l'échec, puisque au fond il s'est agi d'un
non-débat, et d'une simple juxtaposition de deux héritages.

Ce projet n'était d'ailleurs peut-être pas le projet initial. Il semble qu'Alain Finkielkraut au début
nourrissait l'intention de vous faire débattre avec lui de la question de la transmission transgénérationnelle qui,
selon lui, aurait été sacrifiée sur l'autel de mai 68, et que d'une certaine façon, l'absence d'accord sur cette question
là (une absence d'accord dont on n'a d'ailleurs pas clairemen vu la cause) l'ait fait dériver vers cette
juxtaposition des imaginaires.

Au moins cette interview aura permis une chose : faire entendre le souvenir des bombardements étatsuniens sur la
Normandie. Comme je vous l'ai déjà indiqué dans une lettre jadis, depuis notre attaque contre Belgrade en 1999 j'ai un rapport très fort à la question des bombardements (peut-être aussi à cause de mes orgines républicaines espagnoles). Ma compagne normande et sa famille m'ont beaucoup parlé du bombardement du Havre, de Rouen et de Sotteville. J'ai bien ressenti dans votre témoignage que c'était un des aspects de votre propos dans lequel vous investissiez le plus d'émotion, peut-être parce que ce traumatisme reste très largement occulté dans l'histoire nationale, alors qu'il est fondateur d'un ressentiment régional très fort.

Le silence sur l'horreur du bombardement de la Normandie en recouvre un autre : celui sur le sacrifice de toute une jeune génération de soldats soviétiques. Car M. Finkielkraut citant M. Agulhon pour qui la mémoire du Débarquement interdirait l'hostilité à l'égar des Etats-Unis oublie une chose : les Etats-Unis se sont hâtés de débarquer en Normandie parce que l'URSS était en train de remporter la guerre à l'Est. Ce qui relativise beaucoup notre obligation de gratitude.

Cet aspect des choses : l'oubli des bombardements qui rejoint l'oubli du sacrifice russe, ne pouvait sans doute
pas être traité du point de vue où vous vous placiez, qui est un point de vue littéraire. Car la littérature comme
témoignage d'un je, d'un on, d'un nous, ne peut pas nécessairement tenir ensemble des choses dont le "je"
n'était pas témoin - les Normands n'ont connu le sacrifice des Russes que très indirectement, et le lien conceptuel
entre ce qu'ils subissaient et ce que subissaient les Russes s'établit dans le champ de l'analyse historique, et non de ce qui est éprouvé empiriquement, même sous un angle collectif.

En tout cas, je reste très intéressé par votre démarche évidemment, cherchant moi-même à donner de la chair à mon engagement - par delà les froids mécanismes de la géopolitique - à travers la littérature , et ne manquerai pas de lire votre livre à l'occasion.

Bien amicalement

FD
Lire la suite

M. Rachid

13 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Hier je revenais à pied de la maternité vers 22 h 15 où je vais voir ma compagne quotidiennement. Deux options s'offraient à moi sur le chemin du retour : suivre les boulevards, ou couper par les vieux quartiers. Il y a quinze jours à Paris un clodo m'a fichu une baffe parce que je mangeais un sandwich dans la rue. Comme le boulevard est mal fâmé by night, pour éviter de renouveler cette expérience, j'ai opté pour les vieux quartiers. Un itinéraire  que je connais bien de jour, mais pas du tout la nuit. Ce sont les quartiers populaires de ma ville de résidence : un quartier de sex shops et de bistrots. J'emprunte la rue principale. De prime abord elle était déserte. Je l'arpente d'un bon pas. Au bout de la rue des jeunes émêchés, puis de plus en plus de monde devant des fastfood turcs, des bars. Une population immigrée pour la plupart.



Moi, je ne songe qu'au travail qui m'attend à mon domicile (je dois terminer d'écrire un livre). Je marche vite. Soudain quelqu'un m'appelle par mon prénom. C'est monsieur Rachid, le gérant de la boîte de reprographie où je vais presque tous les mois imprimer ces satanés manuscrits que les éditeurs refusent un à un. Sans Monsieur Rachid j'aurais peut-être cessé d'écrire. Quand j'ai terminé ma thèse il y a deux ans, il avait effectué un travail de mise en page magnifique. Je lui avais offert un de mes livres (sur Nietzsche). Depuis lors, il lui arrive de m'appeler "mon Nietzsche", et il me compare à un sien ami, spécialiste de ce philosophe, qui est inspecteur d'académie au Maroc.

Je suis surpris de le voir là. Je le croyais plutôt avec sa femme et ses enfants. Il fume une cigarette devant un bistrot. Il a l'air content de me voir. Il m'offre un verre à l'intérieur du bar. Je ne peux décemment pas refuser. "Tu bois de l'alcool ?" lui demandé-je. Avec Monsieur Rachid je ne sais jamais jusqu'où va l'autorité de l'Islam. Un jour il m'a dit que le coran était un miracle littéraire, parce que c'est une oeuvre de prose considérable couchée du du papier par un analphabète. Je ne saisis pas toujours comment il concilie sa fidélité à la religion avec son respect pour Nietzsche et sa consommation d'alcool, mais je sais que beaucoup de gens de son univers s'accommodent de ces arrangements complexes.


Accoudés au bar, on parle d'accouchement, de politique et de philosophie. Ce que j'apprécie chez Monsieur Rachid c'est que c'est un homme honnête, dans toute la splendeur du terme. Ni un héros, ni un salaud. Un type qui tient sa boîte de photocopie depuis dix ans, un type qui stresse, qui se crève six jours sur sept, mais qui reste ouvert à tout, qui parle avec tout le monde, qui a fait de sa boîte un lieu de convivialité dans ce quartier déshérité, aux antipodes des froides boutiques de photocopies où vous n'êtes que des consommateurs de machines, des auxiliaires de la machine.

Avant hier une correspondante vendéenne me parlait d'un leader du PKK qui avait tenu en tôle en lisant Mallarmé avant de mener en France une vie de réfugié politique misérable. Monsieur Rachid, lui, n'est pas un grand chef politique. Mais quand il parle de ces choses là, cela sonne toujours vrai : "Au Maroc j'habitais à Rabat avec ma famille, mais j'ai décidé de prendre un appartement dans la ville avec des étudiants. On habitait les uns avec les autres. J'étais dans la mouvance progressiste. Mais je n'ai jamais eu d'ennuis avec la police. Sauf un jour j'ai failli. Il y a eu une grève à l'université. Les étudiants ont eu une correction sévère. Un de mes amis a été arrêté par la Sécurité nationale. Il est resté en prison une semaine. On a eu très peur que ce soit notre tour après lui. mais ils l'ont relâché. Il n'y a pas eu de suite."

Il a gardé de cette jeunesse de gauche un côté anti-autoritaire, qui l'a d'ailleurs mis en porte à faux avec son rôle quand, en France, à partir de 1985, il a dû faire des petits boulots de gardiennage. "J'étais le pire surveillant que tu puisses imaginer". Un côté éternel étudiant aussi. Il a fait des études de sociolinguistique à Paris, et exercé des responsabilités dans les associations estudiantines, encore au delà de la trentaine : "Je ne m'imaginais pas me mariant, ayant des enfants".

Je lui demande : "Est-ce que les progressistes sont encore poursuivis au Maroc ?". " - Non. On a même été au pouvoir. Mais aujourd'hui le pouvoir fait aux islamistes ce qu'il nous a fait à nous. Je ne suis pas de leur bord, mais je peux comprendre ce qu'ils ressentent." Les islamistes, justement, il faut qu'on en parle. Je l'assaille de questions : "Tu t'entends bien avec eux ?" "Sont-ils différents de ceux d'Irak par exemple ?" Il reconnaît sans trop d'hésitation que la gauche au sein du gouvernement marocain n'a rien fait pour les pauvres, et qu'il est donc normal, en un sens, que le peuple aujourd'hui se sente plus proche des islamistes (un discours que j'ai aussi entendu à propos du Liban). Et puis il me cite un drôle d'exemple qui montre à ses yeux que le peuple n'a pas tout à fait tort de reconnaître des mérites aux islamistes. "Un mariage homosexuel a été organisé près de Casablanca, tu te rends compte. Les islamistes sont arrivés, ils ont fait des dégâts.".

Je suis surpris qu'il pense à cela. "Le mariage homosexuel tu trouves ça anormal parce que ça choque tes convictions ou parce que ça risquait de choquer les autres ?" "- Parce que ça choquait les autres, me dit-il. Et puis parce que ce n'est pas naturel. Chacun fait ce qu'il veut avec son cul, mais il ne faut pas que l'homosexualité devienne une mode, les homosexuels ne doivent pas faire de la provoc' comme ça." Je comprends que cela signifie que cela le choque aussi. J'ai donc eu raison de poser la question de cette façon, prudente, diplomatique. Avec Rachid je sais que les points de convergence et de divergence ne se situent jamais nécessairement aux endroits où l'on pense. Il me fait songer à cette histoire à Belgrade et à Zagreb où les gay pride ont été réprimées manu militari par les nationalistes. "Dans les Balkans aussi, dis-je, la gauche s'est effondrée, et le peuple a une sensibilité plus proche des nationalistes, qui sont l'équivalent des islamistes dans le monde musulam, ils sont en phase avec sa mentalité." M. Rachid reconnaît que les nationalistes slaves et les islamistes dans le monde musulman sont la même chose. "L'islamisme c'est le nationalisme au niveau de l'Oumma". Il dit qu'en France aussi on a failli avoir ça à un moment quand les ouvriers se reconnaissaient plus dans le Front national. Il parle aussi de ces quartiers au Maroc où les hommes aux grands sabres, les islamistes, "font régner la loi" et où la police ne peut rien faire. "Je me demande si nous sommes faits pour la démocratie" ajoute-t-il. "On peut se demander aussi si les Français le sont", dis-je pour bien montrer qu'à mes yeux personne n'a de leçon à donner à personne.

Il me cite encore une anecdote qui le touche en tant que sociolinguiste. "Au moment de l'indépendance, les leaders de la lutte contre le colonialisme, c'étaient des gens comme Allal-al-Fazi, des gens de la grande bourgeoisie de Fez, des descendants des grandes familles qui avaient régné sur l'Espagne au Moyen-Age. Ces gens pour nous c'était la droite. Ils allaient voir les paysans pour leur dire 'insurgez vous contre le colonisateur' pendant que eux faisaient en sorte que leurs enfants étudient dans les bonnes universités et réussissent leur vie. La gauche au pouvoir, elle, elle a voulu valoriser les paysans. Mais d'une façon démagogique, en faisant qu'à la télé on parle les dialectes les plus vulgaires, comme si on te faisait une télé nationale avec divers patois locaux, de sorte que les gens ne se comprennent même plus d'une région à l'autre. Moi mes parents étaient paysans, mais ils ne se reconnaissaient pas du tout dans cette valorisation des dialectes". Cela me faisait penser à mes parents ouvriers, indignés de voir les bourgeois réintroduire l'occitan dans les écoles, et aussi à la démagogie à la Jack Lang qui jouait la culture populaire contre la culture classique. Une démarche bourgeoise populiste qui ne rencontre presque jamais les véritables aspirations des classes populaires. D'autres anecdotes suivent sur l'esprit de coterie des organisations marocaines de gauche en France.

Rachid m'offre un kir, deux kirs, trois kirs. Lui et ses amis - arabes eux aussi - insistent même pour que je reste avec eux manger de la paella. J'ai dû mal à refuser. Je tiens bon ; "je dois écrire ce soir" dis-je. "Ecrire, écrire, me dit Rachid, mais pense aussi à la page blanche. faut-il écrire ? Faut-il parler ?" Je songe à sa croyance en Dieu - elle va avec le fait qu'il ne veut pas écrire, qu'il ne s'isole pas pour écrire comme je le fais - au fait qu'il est dans la vie, dans la chair du monde, dans ce quartier, à des heures indues, à manger des paellas avec les autres. Son Dieu a quelque chose à voir avec ça, avec cet être en commun, l'oumma. C'est pourquoi Il est imperméable à Nietzsche, aux critiques, et compatible avec tout, et pourtant "avant et après tout". Je lui en parle d'ailleurs. Je le provoque en lui évoquant des travaux de Lichtenberg selon lesquels le Coran, loin d'être l'oeuvre d'un analphabète inspiré par Dieu, serait la reprise de vers chrétiens araméens de Syrie - selon cette hypothèse les "huri" (vierges du paradis d'Allah) seraient une mauvaise traduction du mot qui signifie "grappe de raisin" en araméen. Mais cela ne le choque pas : "l'Islam c'est la synthèse du christianisme, du judaïsme, tout ça c'est la même chose, on a les mêmes prophètes". L'Islam grande synthèse. Je m'y attendais un peu - pas complètement quand même. Tout y converge et tout s'y mêle parce que c'est la religion de la communauté, la religion universelle. Pas la religion de l'Empire, comme le christianisme. Celle de Tous, et celle de Tout.

Peut-être, si j'étais resté manger la paella avec eux, m'auraient-ils finalement converti. Je suis quand même rentré vers 23 h 15. De toute façon, je lui dois trois verres maintenant.
Lire la suite

Maoïsme et lamaïsme

12 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Sur le Dalai Lama, le sinologue Domenach disait ce matin à la radio qu'il était plus moderniste que son entourage, qu'il se définit comme un "socialdémocrate mystique ", admirateur des avancées sociales de la Chine (ce que j'avais aussi lu dans certaines de ses biographies) et qu'il n'est pas impossible qu'un accord soit atteint entre lui et le gouvernement chinois. A mon avis le Dalai lama, c'est comme Rugova au Kosovo à la fin des années 1990 (qui avait fini par négocier l'autonomie avec Milosevic) - un vieil homme en perte de vitesse. Ce serait une erreur de se focaliser sur lui. Le vrai problème, c'est cette jeunesse capitaliste tibétaine en exil qui l'instrumentalise et qui le renversera s'il s'allie à Pékin. En gros le ver dans le fruit n'est pas le bouddhisme tibétain lamaïque, mais le culte du Veau d'or qui le manipule.


Il y a aussi ce problème des Occidentaux qui transforment le Dalaï Lama en icône voyant en lui à la fois l'ennemi des dictatures, et l'antidote contre un matérialisme dont eux-mêmes - les Occidentaux - sont les vecteurs partout dans le monde.

Cependant les maoïste népalais, à la frontière Sud du Tibet, viennent de remporter les élections à l'assemblée constituantes. Comme le disait un mien ami, les Népalais ne doivent pas avoir l'immense chance qui est la nôtre de connaître ce glorieux avant poste de la civilisation et du respect d'autrui qu'est Reporter sans Frontières. Les maoïstes vont-ils se "social-démocratiser" dans le jeu parlementaire comme l'ont fait les communistes népalais avant eux ?
Lire la suite

Vous avez dit "anti-impérialiste" ?

8 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Je tombe ce soir sur un article de Mélenchon, posté sur son blog, dans lequel il laisse parler son indignation contre l'odieux coup-monté contre la Chine que constitue cette affaire tibétaine (http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=585). Si même M. Mélenchon trouve le courage de protester contre l'immense réserve de sauvagerie raciste et fanatique qui bout dans les cerveaux de nos interventionnistes droit-de-l'hommistes distingués, tous les espoirs sont permis.



Cela tombe bien. Mes amis collaborateurs de l'Atlas alternatifs, et d'autres, trépignent d'envie de monter un mouvement anti-impérialiste un peu solide. Mon petit doigt me dit que nous allons faire quelque chose !

Tout cela me met d'assez bonne humeur, d'autant que je viens de recevoir un mail d'invitation au spectacle de Carlos Ouedrago "Thomas Sankara : la lutte en marche" (cf ci-dessous). Je dois dire que j'étais triste pour l'Afrique en écrivant hier mon petit article sur le Zimbabwe pour le blog de l'Atlas alternatif - http://atlasalternatif.over-blog.com/article-18547655.html. La défaite de la ZANU-PF aux élections législatives du 31 mars dernier n'est pas une bonne nouvelle pour ce continent. Certes ce parti, et Mugabe, ont commis bien des erreurs, et même des fautes. Mais ils incarnent une dignité magnifique face à Bush, Rice, Blair and co. Leur disparition de la scène africaine est une triste nouvelle.


Alors tant mieux si les Burkinabe, et à travers eux beaucoup d'Africains se remémorent le souvenir du valeureux capitaine anti-colonialiste, lâchement assassiné en 1987, qui avait si vaillamment oeuvré à la liberté de son peuple : ils reprendront peut-être à leur manière le flambeau de Mugabe dans ce qu'il a pu avoir, à divers moments, de plus intègre et de plus noble.

Je compte interviewer Carlos Ouédrago prochainement. Affaire à suivre.

----------------------------------------------------

Thomas Sankara :
la lutte en marche

THEATRE DU NORD > OUEST
13 rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris
métro : Grands-Boulevards
réservations au 01 47 70 32 75

theatredunordouest.com
 
mardi 29 avril à 19h
jeudi 1er mai à 19h
mercredi 7 mai à 19h
samedi 10 mai à 12h30
mercredi 14 mai à 19h
vendredi 30 mai à 19h
mercredi 4 juin à 19h


Invitation

Lire la suite

Triste journée

7 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Le lobby de l'ingérence humanitaire, et plus précisément ce qu'il compte de pire - "Reporters sans frontières" - a fait son show à Paris pour ternir l'image de la Chine, et le consensus international que peut incarner, une fois n'est pas coutume, la tradition des Jeux olympiques. Ce lobby de l'ingérence, allié pour l'occasion aux séparatistes tibétains qui ont semé la violence à Lhassa le mois dernier, avait déjà provoqué des troubles à Londres la veille sur le passage de la flamme. A Paris, on lit dans une dépêche AFP qu'ils n'ont pas hésité à s'en prendre à un courageux sympathisant de la Chine qui traversait le parvis des droits de l'Homme, au Trocadéro où avait lieu la manifestation, en brandissant un drapeau chinois. Le club de M. Ménard est sous le coup de poursuites judiciaires en Grèce et a déjà fait savoir qu'il ne purgerait pas la peine à laquelle ses membres pourraient être condamnés à Athènes.

Pour ceux qui gobent encore la désinformation occidentale sur la Chine je renvoie aux déclarations du sinologue Pierre Piquart sur http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=14018.

Lire la suite

L'Afghanistan au Parlement

2 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Débat intéressant sur l'Afghanistan hier à l'Assemblée nationale. L'éternel ennui est que la théatralisation parlementaire nuit à la rationalité des discussions.  Les arguments des opposants étaient bons (surtout sur l'alignement de la France sur l'OTAN), encore qu'il manque toujours une réflexion sur la souveraineté du peuple afghan, et sa liberté de choix politique : non nous n'avons pas le droit d'imposer aux Afghans leurs politiques d'alliance et de défense au nom de notre conception de notre propre sécurité occidentale. Les Afghans ont le droit de s'allier avec qui ils veulent. Cela aucun député ne l'a dit à la tribune, et c'est pourtant la base du refus de l'impérialisme.

L'UMP avait des arguments sur le développement économique et social de l'Afghanistan un peu faciles quand on sait de quel point l'Afghanistan partait en 2001. M. Kouchner comme à l'accoutumé baignait dans le confusionnisme (c'est à dire la confusion entretenue de mauvaise foi, à dessein), accordant au représentant communiste que la globalisation libérale est une mauvaise chose (on croit rêver ! cela dans la bouche d'un adjoint de M. Sarkozy), et faisant croire que nous devons envoyer des troupes en Afghanistan parce que les soldats allemands y sont plus nombreux que les nôtres (alors que les Allemands justement refusent d'être dans les zones de combat). Au moins ce débat aura montré que l'alignement de la France ne se fait pas sans résistance.

Notons que le gouvernement utilise son désaccord avec Washington sur l'entrée de l'Ukraine et de la Géorgie dans l'OTAN comme gage de son non-alignement. Ce qui sent un peu le désaccord artificiellement fabriqué (théatral lui aussi) pour mieux faire passer la pilule sur les dossiers où la France pouvait réellement exercer un poids.

Lire la suite

La forteresse

1 Avril 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Décidément la lecture du journal Le Monde est toujours aussi exquise. Relevons notamment hier un billet de M. Redeker "philosophe" (car il revendique pour lui l'héritage de Socrate) contre l'actrice Marion Cotillard, avec les termes qu'emploient souvent les beaux quartiers parisiens pour attaquer leur adversaire : "insondable sottise", "vision délirante", "c'est ainsi qu'argumentent les négationnistes" - http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/03/29/marion-cotillard-et-les-complots-par-robert-redeker_1028772_3232.html. Comme de juste l'article s'achève en traitant Mme Cotillard et le petit nombre de gens qui mettent en doute la thèse officielle sur le 11 septembre d'antisémites. Evidemment ... 

Les gens qui écrivent ce genre de texte pensent qu'ils sont de grand démocrates, qu'ils sauvent la démocratie en danger. C'est sans doute là le plus triste. Leur complexe de la forteresse assiégée dans un océan de barbarie. Dans cette forteresse pas de pluralisme. La hantise de la cinquième colonne. On ne débat pas avec les opposants. On les calomnie.

Las on ne voit plus trop comment faire pour que les grands organes de presse et ceux qui en vivent reviennent au sens du débat rationnel...

Pourtant certains hommes de medias réfléchissent encore : "Nicolas Hulot condamne le libéralisme et se dit séduit par Besancenot" lit-on dans une dépêche après une interview de l'intéressé au Journal du Dimanche. Voilà quelqu'un qui essaie de penser par lui-même. Peut-être en faisant sauter encore une ou deux censures collectives dans sa tête se posera-t-il la question : "peut-être ce que nous voulons pour sauver l'environnement a-t-il quelque chose à voir avec ce courant de pensée alternatif pluraliste vieux de deux siècles qu'on appelle le courant socialiste ?" (rien à voir avec le parti du même nom, évidemment).

Ou peut-être son élan de lucidité, qui résulte d'une déception passagère, sera-t-il "rectifié" dans quelque temps, si ce monsieur retrouve quelques sources d'espoirs dans les milieux "respectables".

Ah j'oubliais ! parmi les absurdités des beaux quartiers, un auteur qui se disait ami de Sartre affirmait hier soir sur France Culture que le philosophe s'il vivait ajourd'hui condamnerait la répression chinoise anti-sécessionniste au Tibet.

Bin voyons...
Lire la suite