Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #christianisme tag

L'étrange mission de Christine Kelly

25 Juin 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Le monde autour de nous, #La droite

Depuis les moralistes antiques en passant par Montaigne, les plans de la providence ne laissent jamais de laisser confondus les observateurs. Je regardais tantôt la vidéo ci-dessous qui n'a été vue que par 800 personnes en deux mois (ce qui prouve que les vidéos vraiment importantes ne sont pas regardées). La journaliste Christine Kelly, qui a été la faire-valoir du polémiste Eric Zemmour sur la chaîne C8, y confesse sa foi évangélique profonde.

Elle ne doute pas que c'est Dieu lui-même qui lui a confié pour "mission" d'interviewer ce polémiste, que le Créateur a assuré le succès de l'émission (qui fut le programme-phare de sa chaîne), et ce qui permit d'ailleurs le succès de son interlocuteur dans l'opinion publique.

A vrai dire il y a beaucoup à penser autour de toutes ces choses, et beaucoup de non-dit aussi, nécessairement. Les célébrités sont promptes à raconter qu'elles sont des enfants battus (comme ce fut le cas de Mme Kelly), d'évoquer la question de la couleur de peau et autres thèmes à la mode, mais moins à analyser froidement les composantes structurelles de l'espace social où elles ont émergé, et que, malgré tout, un Pierre Bourdieu avec tous ses défauts nous aura appris à interroger après avoir lui-même douloureusement (plus douloureusement que Bruno Latour qui fait de l'argent autour de ses techniques d'analyse des territoires) appris à en identifier les effets sur lui-même.

Aucune interview de la journaliste ne nous permet de comprendre comment elle s'est structurellement trouvée, qu'elle le veuille ou non, à droite de l'échiquier politique dès la rédaction de sa biographie de Fillon, ni ce que la chaîne qui l'a faite monter devait aux structures néo-coloniales de l'empire Bolloré, à ses liens avec Israël etc.

Mais si toutes ces questions sociologiques auxquelles la journaliste ne répond pas nous renvoient à la thématique du "comment ?", sa confession sur le média protestant ci-dessous renvoie à celle du "pourquoi ?". Pourquoi Dieu a-t-il voulu que cette quinquagénaire guadeloupéenne puisse servir de marchepied au zemmourisme, le faire bénéficier de son aura ? et pourquoi d'une certaine façon comme le soulignent les intervenants à ce "happening", l'étoile du polémiste a fini par décliner après que sa bonne fée eût dû se séparer de lui. Pourquoi cet essor ? Puis ce déclin ?

Il faudrait peut-être parler un peu plus longuement ici du zemmourisme. Personnellement j'ai un avis assez mélangé sur son compte. A maints égards le phénomène a eu le mérite de rappeler l'existence et la pensée de certains auteurs nationalistes comme Bainville, cet héritage de la tradition française ostracisé par l'Université. Je ne crois pas que Zemmour l'ait fait avec une réelle volonté de faire connaître la vérité. Cet homme, comme les marxistes, avait une pensée dialectique, et, dans un sens, ne croyait pas à la vérité (voyez comme j'ai tendance à en parler au passé depuis sa défaite aux législatives, peut-être à tort...). Il voulait seulement faire contrepoids à une pensée de gauche hégémonique. Les contrepoids sont toujours utiles à condition bien sûr ... qu'on ne leur accorde pas trop de poids justement parce que, n'étant pas animés par la vérité (bien qu'ils soulèvent certaines vérité partielles intéressantes), ils risquent autrement de faire tomber d'une erreur dans l'autre. Pourquoi dans le plan de Dieu y a-t-il eu du zémmourisme ? fut-ce comme le boulangisme à une autre époque, un simple feu de paille pour montrer aux Français sur quels chemins d'erreur il faut éviter de se trouver. 

Et quid du destin de Mme Kelly ? Laissera-t-elle dans l'histoire du journalisme, et dans la mémoire française, une empreinte comparable à celle d'Anne Sinclair dans les années 1980. L'une fut une prêtresse (des penseurs du XIXe siècle eussent dit une "hiérophante") d'une religion qui devenait hégémonique dans les années 1980 : celle de la toute puissante télévision couleur hypnotisante. L'autre veut être une sorte de Jeanne d'Arc de la liberté d'expression par temps de fascisme hystérique des réseaux sociaux et de barbarie répression institutionnelle de plus en plus débridée.

Est-ce vraiment-là le but que lui assigna Dieu en notre pauvre France des années 2020 ? Certains diront qu'en ces temps d'inversion des valeurs et de tyrannie médiatique du 666, si Dieu parle par la voix de Bolloré il y a plus de chances que ce fût en réalité le diable qui ait causé l'ascension de la belle journaliste, lui qui parle aussi à travers ces "megachurches" américaines qui croient naïvement l'avoir exorcisé... D'autres objecteront que le Très-Haut est si puissant qu'il utilise les démons à son profit et que donc s'il a usé des puissances infernales pour promouvoir Mme Kelly et son interlocuteur, ce fut malgré tout de même pour le bien de la conscience française, et qu'un certain profit en sera sorti pour tous d'une manière ou d'une autre...

Qui sait ? Rendez-vous en tout cas au Jugement Dernier pour que nous apprenions de quoi Christine Kelly était le nom...

Lire la suite

Nancy Pelosi interdite de communion par l'archevêque de San Francisco

22 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Avortement, #Le monde autour de nous, #Christianisme

Dans un communiqué publié le 20 mai dernier, Mgr Salvatore Cordileone a déclaré que la présidente démocrate de la Chambre basse Nancy Pelosi (qui s'affiche comme catholique pratiquante) ne serait pas admise à la communion dans le diocèse de San Francisco (Californie) tant qu'elle n'aurait pas retiré son soutien actif aux législations de plus en plus agressives en faveur de l'avortement en vigueur en Californie et en Nouvelle Angleterre. Mme Pelosi avait pourtant été reçue en grande pompe au Vatican en octobre 2021 où elle avait échangé des gestes étranges avec le pape François...

 

Lire la suite

Une martyre chrétienne au Nigeria

14 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Christianisme

La chrétienne Deborah Yakubu, étudiante en économie, a été lapidée et brûlée hier pour blasphème dans le Nord-Ouest du Nigéria (elle avait déclaré sur un groupe virtuel principalement fréquenté par des jeunes de sa ville que ce groupe n'était pas destinés à recevoir des propos religieux vides de sens, déclaration qui répondait à des posts prosélytes musulmans - sa déclaration circule sur Twitter en dialecte local, tout comme les images de crémation de sa dépouille). L'ex-vice président Atiku Abubakar a dû retirer un post sur Twitter condamnant ce lynchage.

 

Lire la suite

Le christianisme maoïste

22 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #La gauche, #Christianisme, #Lectures

"Et il était normal que voulant rompre avec toute philosophie de la survie, avec ce 'conatus' que la méditation classique installe à la place que l'on sait, nous retrouvions le détachement chrétien : mépris de toutes choses, oubli des parents, et horreur du monde lui-même" (L'Ange, de Lardreau et Jambet, 1976, p. 133).

Et si cette approche maoïste du christianisme, que j'ai découverte récemment par Clavel (ce sont les nouveautés de mon printemps), était la seule option vraiment sainte, et vraiment viable, face à la dictature technologique et technocratique (antéchristique) qui vient ? La confluence avec Saint Païssios l'Athonite, la seule voie de Vérité ?

Lire la suite

Profitons de l'accalmie

18 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme

Pas de doute, le régime sanitaire s'assouplit. Les gens sur les quais des gares choisissent de porter des masques ou pas. Même les militaires en charge du plan Vigipirate n'en portent pas (au fait, avez-vous remarqué qu'il n'y a plus aucun attentat islamiste en Europe depuis quelques années ? en 2015 pourtant on torturait les enfants des écoles maternelles avec ça, c'était censé être à la base de tous nos rapports sociaux pour vingt ans... on est simplement passé d'un "psy op" à l'autre - le Covid, l'Ukraine etc).

D'un point de vue psychologique, cela contribue encore plus à banaliser la dictature et la discrimination : "les complotistes ont eu tort de s'inquiéter, entend-on, finalement chacun fait un peu ce qu'il veut avec les règles". Si bien que quand le Big State et Big Pharma (j'emploie des termes anglo-saxons car nous ne sommes évidemment plus gouvernés par des esprits français), durciront à nouveau les lois pour imposer la quatrième dose de vaccin ou quand les "centristes" de tout poil nous imposeront un "pass écologie", tout le monde trouvera ça assez bénin, on parlera de "régulation fine" de "modulation proportionnée" et les gens se consoleront en songeant "ça va on n'est pas à Shanghaï". Jusqu'au moment où il y aura une autre "crise", une autre torture psychologique infligée au corps social (la panique comme "moteur de la démocratie" comme disait M. Attali), où, là, les gens accepteront que cela soit vraiment Shanghaï ou l'Australie partout. Certains bons esprits en ce moment font remarquer que parmi les instruments de torture des citoyens et dans la "stratégie du choc", outre les pénuries alimentaires (imputées au Covid, à l'Ukraine, à n'importe quoi), la panne électrique généralisée pourrait figurer en bonne place. Les pannes à répétition dans divers pays en sont un avant-goût, Le crash informatique aussi  est un bon candidat au top 10 des facteurs de panique possibles.

La façon dont tout cela s'agence est assez curieuse. Il y a une sorte d'incompétence généralisée qui s'impose dans toutes les élites, et dans tous les pays. Voyez par exemple Biden la semaine dernière serrant des mains dans le vide. Les sociologues, ou ceux qui ont une tournure d'esprit sociologique, vont chercher des causes "structurelles" au phénomène, dans cette espèce de chaos mental qui atteint tous milieux dirigeants, au moins en Occident. La subordination de la politique à l'image est souvent dénoncée comme la raison principale de cette dérive délirante. Parce qu'on doit produire des effets d'image, on impose des sanctions à la Russie avant même de se demander si ces sanctions ne détruiront pas notre économie. Parce que seule l'image compte on dit tout et son contraire. Et toujours à cause de l'image on laisse l'écologie nous dicter son agenda, sans même savoir si l'homme est la cause principale du réchauffement climatique, et ainsi en Allemagne on renonce au charbon, en France on ne rénove plus notre parc nucléaire. Et tout est aggravé par le retrait de l'Etat, ce supplétif du Katechon comme l'entrevoyait Carl Schmitt, de la sphère économique au profit d'illuminés comme Bill Gates et Elon Musk.

Cette thèse du désordre structurel est partiellement vraie mais incomplète. On pourrait s'en satisfaire s'il n'y avait pas les Georgia Guidestones et l'aéroport de Denver, s'il n'y avait pas des yeux d'Horus et de l'apologie de la magie dans toutes nos productions intellectuelles, si Jacques Attali, conseiller des princes, n'introduisait pas des pages sur la sorcellerie dans son Dictionnaire du XXIe siècle, si le Forum de Davos (Forum économique mondial) ne parlait pas d'un Grand Reset au terme duquel nous ne possèderons plus rien, si cette perspective ne ressemblait pas furieusement à 1984 et à cette espèce de dictature spartiate mondiale dont les milieux rosicruciens anglo-saxons rêvent depuis le XIXe siècle. Tout esprit spirituel un peu éveillé sait que les rituels produisent des effets réels, et qu'une stupidité de masse comme celle qui sert d'appui au covidisme ou aux guerres impériales ne s'ancre dans le temps que par l'envoûtement.

Cela ne signifie pas que tout soit perdu. Le Logos (le Verbe pour les chrétiens) gouverne toujours le monde et peut, à travers divers processus, réduire à néant certaines entreprises des irresponsables qui nous gouvernent, retarder de quelques décennies le succès de leurs entreprises de modification de l'humain par la technologie comme il l'a fait avec l'échec retentissant de la thérapie génique ARN comme moyen de prévenir la diffusion du Covid 19. Cela n'empêchera pas l'inéluctable venue au pouvoir un jour de l'Antéchrist, mais la retarder n'est déjà pas si mal. Cela nous permet de souffler un peu,de convertir encore quelques âmes avant qu'il ne soit trop tard.

Il existe deux erreurs symétriques. L'une est de s'endormir en oubliant que l'adversaire, lui, ne dort pas, et ne nous veut pas du bien. L'autre est d'accorder à celui-ci des victoires qu'il n'a pas encore remportées. C'est pourquoi je reste hostile au survivalisme que professent beaucoup de complotistes, et j'essaie de ne pas minimiser la part de logos, de bonne volonté et d'inspiration divine qui peut encore travailler beaucoup de gens pour tenir en échec les ennemis de l'humanité. Tous les phénomènes sont sous contrôle du Créateur. Les scénarios dystopiques hollywoodiens préparent les esprits au pire pour mieux faire passer les politiques du chaos, mais ils ne se réaliseront que très partiellement parce que la magie ne fonctionne qu'à moitié. Ce n'est, nous disent les Ecritures, qu'au temps de l'Antéchrist (en principe quand le troisième temple existera) que l'humanité et le logos en elle seront vraiment au bord de l'extinction au profit des zombies et des cyborgs (des êtres égocentriques totalement manipulés, éventuellement technologiquement "augmentés"). Nous n'en sommes pas encore là. Sachons donc rester ouverts aux inspirations d'en haut pour profiter au mieux des périodes d'accalmie, y compris pour reconstituer des forces face aux stratégies de l'Ennemi.

Lire la suite

"L'Humanité dimanche" roue de secours spirituelle du Nouvel ordre mondial

12 Février 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Grundlegung zur Metaphysik, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Christianisme, #La gauche

J'ai déjà montré ici en 2019 comment le magazine communiste français l'Humanité dimanche n'avait pas de scrupule à chanter l'éloge des productions du groupe Walt Disney. Aujourd'hui je parcours le numéro de ce weekend (avec son chamane en première page, ce qui, en soi, annonce la couleur) et ce n'est pas plus brillant. J'ai beau tourner les pages, je ne trouve rien qui puisse aller à l'encontre du projet de dictature mondiale que nous annoncent toutes nos productions culturelles... Des plaidoyers pour la défense des pauvres, qui est-ce que cela peut gêner quand par ailleurs la revue demande qu'on prenne en compte une gamme plus vaste de vaccins qui puissent "s'insérer dans le dispositif global" (sic) - ah ! ce mot cher aux globalistes ? Cela me rappelle ce que m'écrivait un correspondant il y a peu :

"Un peu avant la pandémie, j'avais connu ce passage difficile. Mais à  l'époque le médecin m'avait dit que c'était une grippe. Car bien sûr ce qui avait été lâché dans l'air (voir film l'armée des douze singes) n'était pas encore connu par le milieu médical. ... Donc
ce que j'ai connu s'est produit en février 2020. Et quelques jours avant j'avais un pressentiment, puisque c'est la première fois que j'achetais un purificateur d'air anti-virus. C'était un appareil de la marque P* est sur la boite il était noté qu'il supprimait 88% des
virus dans l'air ambiant. Je ne rentre pas dans les détails au sujet du 88 car un peu long à expliquer en quelques mots. Le voyant était constamment rouge dans la pièce (signe d'air pollué). Au final je le renvoie. Et je tombe malade 3 ou 4 jours après. Ensuite je suis donc resté au lit avec 40° de fièvre sans appétit et sans énergie pendant 15 jours ! 
"

Cela m'a fait penser au fait que Mélenchon demandait toujours qu'il y ait des purificateurs d'air dans les écoles. Un vrai journal d'opposition ferait des enquêtes sur les purificateurs d'air et sur le contenu des vaccins, plutôt que de demander que d'autres vaccins "s'insèrent dans le dispositif global"...

Je ne suis pas non plus plus surpris que cela de constater que ce genre de feuille de chou, qui par ailleurs affiche volontiers son rationalisme, ne se gêne pas pour faire l'apologie d'un "yoga alternatif", "yoga yin" etc.  Il y a des types courageux comme Bancarz (cf ici) pour expliquer que le yoga n'est pas une pratique spirituellement neutre, que cela fait entrer en vous des entités. J'en ai moi-même fait l'expérience. Bien sûr quand dans mon milieu professionnel, j'ai dénoncé le fait qu'au moment du premier confinement nos responsables des ressources humaines façon "Meilleur des mondes" aient employé une coach de yoga "pour notre bien être", on m'a pris de haut en me disant que ce yoga n'avait rien à voir avec un endoctrinement spirituel. Tous ces sots arrogants devraient savoir que les gourous hindous n'hésitent pas à dire que "l'esprit du yoga" fait son chemin en Occident même dans des formes laïcisées.

Ces soi-disant rationalistes si intelligents, si habités par la "fibre sociale", sont les premiers à vouloir que vous fassiez entrer des entités en vous et chez vos enfants, soit à travers le yoga, soit à travers la soi-disant "magie de Disney", comme ils sont les premiers à vouloir que le système médical vous bourre de graphène (je vous épargne les derniers développements hollywoodiens sur ce thème dans le film sorti il y a 3 jours "Moonfall"). Après, ces aveugles seront les premiers embarrassés quand ils seront confrontés à des cas de possession de leurs ados, comme ce fut le cas au collège d'Orthez en novembre 2019 où, constatant que ceux-ci devenaient dingues après avoir fait des séances de oui-ja, les parents d'élèves "laïques" ont dû avoir piteusement recours aux services d'un médium (un mal pour aggraver ou différer le mal)...

Cette fausse opposition de gauche (qui a ses équivalents à droite aussi) fait le job pour le système. Qu'elle ne vienne pas ensuite se plaindre des résultats que cela aura produit.

Lire la suite

Shungite et rayonnements électromagnétiques

15 Janvier 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #coronavirus-vaccination-big pharma

Je dois dire que je suis assez sceptique sur le lithothérapie. J'en ai moi-même bénéficié en 2014, de ce type de thérapie qui m'a été bénéfique, mais ce système est solidaire de dispositifs "énergétiques" dont je doute qu'il s'inscrivent dans la visée normale de ce que son créateur a réserve pour l'âme humaine (cf tout le problème de la soumission de l'âme humaine aux stoicheia/éléments - Épitre aux Galates). Toutefois il faut  rester ouvert à tout ce qui sur le plan naturel peut aider à résister aux agressions que la technos-structure administre à nos organisme biologiques.

Je voyais ce matin le statisticien Ricardo Delgado, qui fait des recherches intéressantes sur la présence de nano-particules dans les vaccins anti-Covid, relayer une découverte du Dr Viviane Brunet sur la pierre appelée shungite.

Cette pierre se trouve aux abords du lac Onega, dans une région du nord-ouest de la Carélie (Russie), dans le village de Shunga (il en existerait une version indienne, mais moins efficace). Elle est chargée en carbone à 48 % et en fullerène. On lui prête de nombreuses caractéristiques d’aide à la convalescence en renforçant le métabolisme énergétique, mais aussi pour la fertilité des sols.

Certains, comme l'ésotériste Andrew Roger, concepteur de "canons d'énergie", ont avancé que la pierre de shungite pouvait être une solution pour se protéger des effets de la 5G (et donc de la manipulation par ce biais du graphène présent dans certains doses de vaccin lorsqu'il ne s'agit pas de placebo). Selon ce M. Roger la shungite enfermée dans de la résine peut émettre une charge électromagnétique purificatrice.

Le docteur Brunet, qui est - soulignons le - gynécologue au Mexique, et ne fournit donc pas ces analyses au titre de sa spécialité professionnelle, utilise un instrument de mesure électro-magnétique pour mesurer les émissions d'un bloc de shungite. La mesure indique effectivement l'émission intensive d'ondes électromagnétiques. La question est évidemment de savoir si les émissions de la shungite ne sont pas aussi dangereuses que celles émises par la 5G. Andrew Roger dans sa vidéo d'octobre 2020 (29e minute) affirme que les "chakras" ne prendront de ces "bonnes ondes" que ce qui est nécessaire, mais cela reste à démontrer. Wikipedia en russe précise par ailleurs que l'utilisation de la shungite peut être dangereuse pour la santé en raison de l' effet cancérigène prononcé des hydrocarbures aromatiques polycycliques qu'elle contient.

Lire la suite

L'ONU instrumentalise le climat

15 Décembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Christianisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

Le 13 décembre, l'Irlande et le Niger ont présenté au conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution visant à "incorporer des informations sur les implications sécuritaires du changement climatique " dans les stratégies du Conseil pour la gestion des conflits et dans les opérations de maintien de la paix et les missions politiques.

La Chine s'est abstenue, l'Inde à voté contre (autrement dit les pays les plus peuplés n'étaient pas enthousiastes), la Russie a mis son veto

Explication de l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia : "Nous sommes opposés à l'établissement d'une nouvelle piste d'activités du  conseil de sécurité qui établit un lien automatique générique entre le changement climatique et la sécurité internationale, transformant ainsi un problème scientifique et socio-économique en un enjeu politique. Les dispositions du projet de résolution qui suggèrent de faire de ce lien la « composante centrale » des stratégies de prévention des conflits de l'ONU et des mandats des missions de maintien de la paix et des missions politiques spéciales sont lourdes de conséquences.

Premièrement, considérer le changement climatique comme une menace pour la sécurité internationale détourne l'attention du Conseil des véritables causes profondes des conflits dans les pays inscrits à l'ordre du jour du Conseil de sécurité (...) Il convient de noter que la situation climatique désastreuse dans bon nombre des États les plus vulnérables est une conséquence directe de la politique coloniale à laquelle les donateurs occidentaux ont eu recours dans le passé. À eux, je dois dire : quelle idée gracieuse c'était de mettre la faute aux émissions de gaz à effet de serre, ainsi qu'au Soleil et à la Lune pour tout, tout en transférant la responsabilité aux États en développement eux-mêmes."

Il a dénoncé le fait que cette résolution permettrait au conseil de sécurité de mettre sous la coupe de sa politique d'ingérence n'importe quel pays en utilisant le prétexte du climat.

Pour finir il a attiré l'attention sur le projet russe pour une approche plus globale des problèmes environnementaux, notamment au Sahel (à l'heure où le Mali se rapproche de Moscou, encourant les foudres de Paris pour ce motif).

Pour mémoire la semaine dernière le Mexique a offert aux Nations-Unies une statue censée symboliser le gardien de la paix internationale, œuvre d'un artiste dont on peut voir ici les productions controversées, qui ressemble beaucoup à la bête de l'Apocalypse selon la prophétie de Daniel (Daniel 7:2-4). L'ONU l'a placée devant l'entrée des visiteurs de son siège à New-York.

 

Lire la suite

Des catholiques se rebiffent contre l'occultisme

8 Décembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #La droite

Une dame qui a un album au titre évocateur s'est vue empêcher de chanter "J'ai fait l'amour avec le diable" dans une église à Nantes, alors que l'évêque l'avait autorisé. On se demande vraiment pourquoi, hein ?

On voit bien que sur cette photo la chanteuse ne cherche pas du tout à cacher son oeil gauche. Elle est juste embêtée par le soleil, comme sa célèbre compatriote  droite. Rien d'occultiste là dedans, hein ? Juste de l'expression artistique bien innocente. Ces chrétiens sont décidément bien inhumains de ne pas les laisser "sixsixsixter" et jeter des sorts tranquillement dans les lieux consacrés. A la minute 9'28, Valeurs Actuelles ici sort son joker pour savoir qui a raison et qui a tort des chrétiens ou de la dame... L'histoire me rappelle un autre type de messes noires aux Invalides en 2019. La droite s'était indignée du fait qu'il y eût des versets musulmans dans ce concert. Pourtant le problème n'était pas tout à fait là...

Encore un petit effort messieurs et dames les analystes et vous comprendrez dans quel monde vous vivez...

Lire la suite

Paru en 2020 : le récit de ma conversion

1 Novembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Actualité de mes publications, #Grundlegung zur Metaphysik

Parmi les lecteurs de ce blog il y a des athées, des agnostiques, et des  croyants de toutes sortes de religions. Ces derniers, de même d'ailleurs que ceux qui s'intéressent au surnaturel et, plus largement tous les esprits curieux, peuvent éventuellement trouver quelque utilité au récit de ma conversion, qui, à partir de 2013, m'a fait passer par le paranormal et les magnétiseurs - moi qui étais au départ très rationaliste - avant de choisir une voie plus biblique.

Ce récit peut vous aider à comprendre l'arrière-plan de mes recherches actuelles (même si la plupart de mes billets sur ce blog peuvent se lire indépendamment de toute référence religieuse).

A l'approche des fêtes, ce peut être aussi une idée de cadeau pour votre grand-mère ou votre beau-frère. Le livre est en vente en version papier (8,99 euros pour un livre de 206 pages) et numérique ici ou sur Amazon.

Lire la suite

La Pologne face à l'ogre européiste

27 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Christianisme, #Les Stazinis, #George Soros

La Pologne, martyre des grands empires au XIXe siècle et sublimement défendue à l'époque par le christianisme libéral français (Montalembert, Lamennais, Lacordaire), puis encore martyre des totalitarisme au XXe siècle, doit en ce début de nouveau millénaire affronter l'hydre européiste.

Le 7 octobre, le Tribunal constitutionnel polonais (dont nos médias à la solde de la finance internationale n'hésitent pas à attaquer la présidente Mme Julia Przyłębska) a confirmé la supériorité de la constitution de la république sur la législation de l'Union européenne, ce qui remet en cause la doctrine des institutions bruxelloises posée dès 1964 par l'arrêt Costa c/ ENEL. Le tribunal statuait à propos d'une loi de 2019 instaurant une chambre disciplinaire en son sein.

La Commission européenne, par la voix du commissaire Didier Reynders, s'est très vite déclarée "préoccupée" par cette et a fait savoir que l'UE "utilisera tous les outils" à sa disposition pour protéger la primauté du droit européen qui se trouve "au coeur de l'Union".

Le couperet est tombé ce 27 octobre, où la Cour de justice de l'Union européenne a décidé que Varsovie devra verser un million d'euros par jour tant qu'elle n'aura pas abrogé la loi litigieuse, tandis que Bruxelles tarde à valider sur le plan budgétaire le plan de relance polonais (et celui de la Hongrie) en application d'une ordonnance du 14 juillet suspendant la loi.

Bruxelles s'indigne aussi de l'adoption par le parlement polonais d'un texte de loi (pourtant salutaire) limitant les capitaux étrangers dans les médias nationaux, notamment la chaîne de télévision privée TVN, succursale du géant américain Discovery via une société enregistrée aux Pays-Bas (une législation similaire affectant le financement des ONG et des établissements d'enseignement en Hongrie est sous les fourches caudines des fascistes européistes en ce moment). Elle a également dans son collimateur une loi de prescription de 30 ans sur l'appropriation des biens confisqués pendant la seconde guerre mondiale.

Discovery a pourtant déjà trouvé une parade pour contourner la future loi «lexTVN» en obtenant le 17 août une autorisation d’émettre pour TVN24 à partir du 27 septembre aux Pays-Bas pour une période de cinq ans.  Le pénible secrétaire d'Etat  de Biden Antony Blinken s'est néanmoins fendu d'un avertissement écrit à la Pologne. Nul ne sera surpris d'apprendre que George Soros (Soros Fund Management) a investi en mai dernier dans le groupe Discovery.

Le point faible du gouvernement polonais sur ce genre de dossier est qu'il souhaite malgré tout obtenir les fonds structures de l'Union européenne, et sera donc prêt à des compromis à cette fin.

Lire la suite

Poignée de main maçonnique de Pelosi au Vatican

13 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Vatican, #Avortement, #Les Stazinis, #Peuples d'Europe et UE, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

La poignée de main entre Nancy Pelosi, speaker democrate de la chambre des représentants américaine, soi-disant catholique, qui a largement contribué à faire passer dans la législation l'avortement jusqu'aux derniers jours de la grossesse aux Etats-Unis avec le Pape François au Vatican le 9 octobre a fait couler beaucoup d'encre. La poignée de main entre les deux personnalités avait toutes les caractéristiques d'une salutation maçonnique selon les règles des sociétés secrètes. Certains comme Taylor Marshall l'identifient même à la poignée de maître à apprenti.

Ce geste des deux mains sur la poitrine (signe égyptien ?) intrigue aussi. Il fait aussi penser au geste de la catholique tendance 666 Arielle Dombasle dans une émission de France O en juin 2019 au moment où elle condamnait "l'intégrisme religieux" (cf la photo ici).

Après avoir rencontré Nancy Pelosi, le pape s'est adressé aux parlementaires qui étaient à Rome pour une réunion préparatoire avant la conférence annuelle de l'ONU sur le climat, qui commence à Glasgow, en Écosse, le 31 octobre. François a fait référence à un appel conjoint que lui et d'autres chefs religieux ont signé ce semaine qui appelle les gouvernements à s'engager sur des "objectifs ambitieux" (dictatoriaux et globalistes) lors de la conférence des Nations Unies, que les experts considèrent comme une opportunité cruciale pour lutter contre la menace du réchauffement climatique.

On apprend aussi que le pape vient d'être nommé guide moral de la fondation créée par Lynn Forester De Rothschild, épouse de Sir Evelyn Robert de Rothschild, un financier britannique très proche de Bill et Hillary Clinton, et de Jeffrey Epstein (puisque son nom figure sur les Lolita Express). Cette fondation s'appelle les "Gardiens". Elle comprend Rajiv Shah, président de la Fondation Rockefeller et ancien partenaire de l'escroquerie de Bill Gates en Afrique appelée AGRA dont on a parlé ici, Darren Walker, PDG de la Fondation Ford, un des pilliers de l'impérialisme américain dans le monde, et le gang bien connu de la vaccination obligatoire, du traçage des gens et de la suppression des monnaies nationales : Visa, Mastercard, Bank of America, DuPont, The Estée Lauder Companies, Johnson & Johnson et BP.

Au moment de la visite de Pelosi, une partie des 500 000 militants anti Green pass (pass sanitaire) réunis dans les rues de Rome, guidés, selon Zagami, par Nicola Franzoni prenaient bizarrement d'assaut les locaux de la CGT italienne plutôt que ceux du Capitole... Le site "FromRomeInfo" explique que Leo Zagami (ex-franc maçon proche de l'AltRight Américaine et d'Alex Jones) veut un coup d'Etat quand Franzoni (entrepreneur ligure anti-FM qui cumule les persécutions judiciaires depuis son engagement anti-dictature sanitaire), serait partisan de la non-violence.

Lire la suite

"Vaincre Macron" du chrétien communiste Bernard Friot

9 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Programme pour une gauche décomplexée, #Philosophie et philosophes, #Christianisme, #Débats chez les "résistants"

Il existe une détermination apocalyptique du sens de l'histoire, mais on ne peut en déduire qu'il faille s'abandonner à la contemplation passive des complots antéchristiques pour, au sein des élites, réduire l'humanité en esclavage (qui ne sont qu'une partie des complots des forces des Ténèbres menés à tous les niveaux contre l'humain, et dont nous sommes complices par nos vices et nos aveuglements) : le devoir de charité nous impose de continuer, humblement, à tenter d'aider la société dans laquelle nous vivons et oeuvrer à son organisation pour limiter les effets désastreux (aliénants) de l'exploitation économique et morale. C'est pourquoi on ne peut pas négliger l'analyse économique pour s'en tenir à une posture purement moralisatrice, même si la morale est aussi nécessaire et non entièrement réductible à l'économie.

Et donc, à titre personnel, même si j'ai dépassé le clivage droite gauche, je continue d'évoquer de temps en temps la réflexion sur la transformation sociale que j'avais menée dans mon livre (ma brochure) "Programme pour une gauche française décomplexée" (paru il y a quatorze ans au Temps des cerises, et republié depuis) et continue à dialoguer avec la pensée marxiste, comme je l'ai fait il y a peu à propos du "chrétien révolutionnaire" communiste Loïc Chaigneau. Je veux aujourd'hui parler d'un autre chrétien communiste, ex prof de sociologie à Paris X-Nanterre, membre du PCF, Bernard Friot, et plus précisément de son livre publié en 2017 "Vaincre Macron".

L'intérêt premier de ce livre, dont je trouve le titre un peu réducteur, est de rappeler que le travail doit appartenir aux travailleurs. Par là ceux-ci peuvent s'approprier le pouvoir social sur le monde et sur eux-mêmes, ce qui est une façon de poser la question sociale en des termes diamétralement opposés aux théories de la régulation et au misérabilisme du discours en faveur du revenu universel garanti que même Soros soutient en vue d'imposer un gouvernement mondial (mais c'est la même chose pour ceux qui soutiennent le projet au niveau national). Comment prétendre encore sauver le pouvoir du travailleur sur le fruit du travail quand la religion actuelle de l'intelligence artificielle menace de supprimer tout travail humain ? Voilà une question qui vient immédiatement à l'esprit et l'on peut se demander si l'espoir communiste de réappropriation du travail ne procède pas d'une volonté chimérique de repousser une apocalypse déjà largement commencée dans le processus du Great Reset du Forum de Davos, mais c'est un point que nous ne pourrons aborder qu'après avoir détaillé plus en détail les thèses du "Vaincre Macron".

Le point important du livre de Friot est qu'il part de l'existant, et notamment de l'héritage communiste qui existe en France à travers la grande conquête que fut la création de la Sécurité sociale sous la houlette du PCF en 1946 (une expérience que j'avais évoquée dans mon livre sur la résistante communiste Denise Albert), un héritage que la culture bourgeoise mainstream déforme, mais qui au départ était conçue pour permettre aux salariés de contrôler directement la redistribution au titre de l'assurance maladie et des retraites d'un tiers du fruit de leur travail prélevé sous forme de cotisations obligatoires. Friot fait un récit brillant et synthétique de cette conquête sociale qui ne doit rien contrairement à ce que prétend l'histoire officielle à une harmonie préétablie gaullo-communiste.

L'autre conquête de nature communiste quoique moins directement liée à l'exercice formel du pouvoir politique par le PCF c'est la définition du salaire comme attaché à une qualification, donc à une participation au procès de production, une valeur propre de l'individu dans son emploi et même au delà et non pas à la valeur de la force de travail, salaire attribué à vie indépendamment de sa part dans la valorisation du capital (que ce soit pour un médecin à qui la sécurité sociale fournit une rémunération après même la fin de son activité professionnelle, par répartition de la part de richesse socialisée, pour un fonctionnaire à travers son statut).

Le salariat n'a donc pas été seulement une prison pour la classe ouvrière comme l'a prétendu par exemple Castel, mais par les revendications syndicales (spécialement de la CGT au XXe siècle), qui ont abouti à la définition du patron comme employeur (astreint aux obligations du code du travail), il a abouti à une sorte de front commun des salariés, ouvriers et cadres confondus a pu se créer (p. 44), ce qui explique que le capitalisme aujourd'hui s'acharne à détruire le salariat pour le remplacer par la sous-traitance et le travail indépendant comme au XIXe siècle.

Il y a donc eu une mise en place d'une sortie du capitalisme déjà présente. Par exemple avec la fonctionnarisation des soignants (même libéraux) qui inaugure les "prémices d'une production communiste de la santé".

Le problème avec le néo-libéralisme, nous dit Friot, c'est moins le déplacement de la répartition de la valeur au bénéfice du capital, mais celui du contrôle accru de la bourgeoisie sur la production. Face à cela il ne faut pas demander une meilleure répartition de la richesse mais une meilleure valorisation du producteur. La caisse d'amortissement de la dette sociale est une machine à payer des intérêts aux créanciers. Le gel des cotisations remet en selle les régimes complémentaires aux coûts de gestion bien plus onéreux que le régime général de sécurité sociale. L'indemnisation des chômeurs au pro rata des cotisation brise la logique d'un salaire à la qualification personnelle à vie hors du cadre de l'emploi, de même que l'indexation (en 1986) des retraites sur les prix et non sur les salaires pour ne plus en faire un salaire continué, le projet de Macron de transformer la retraite en récupération des cotisations versées, l'alignement du salaire sur la performance etc. Le RMI est une "aide aux pauvres" dont le concept se substitue à celui de salaire.

Pour contrer cette réaction Bernard Friot propose un combat pour un statut économique des personnes non négociable et inscrit dans la constitution ainsi que pour la propriété d'usage de l'outil de travail par le travailleur (qui choisira les stratégies, les investissements, les financements) et pour un recentrage complet de la démocratie autour du travail (au point qu'il n'y aurait plus d'impôts mais uniquement des prélèvements de l'entreprise que l'Etat tirait le financement de ses services publics et du salaire à vie, et les banques seraient remplacées par des caisses d'investissements gérées par les travailleurs, ce qui prolongerait le geste de collectivisation inauguré par la Sécurité sociale de 1946 au delà du seul domaine de la santé).

Je trouve le travail de Friot très utile pour éclairer le sens des mots des luttes sociales à la lumière de leur histoire réelle, en se désintoxiquant du lexique bourgeois médiatique. Il souligne aussi l'importance de réfléchir à la souveraineté du travailleur entendu au sens large (amener ses enfants à l'école c'est un travail), une souveraineté-dignité qui se retrouve tout d'abord dans les mots (refuser de parler de "dépenses de santé" en lieu et place de "travail de soin médical", refuser la "victimisation" du pauvre, la simple demande de rééquilibrage des répartitions de richesse etc). Mais il me semble que son discours est plus spirituel (il a failli devenir prêtre voyez la vidéo ci-dessous) que marxiste en ce sens que sa revendication vise principalement à l'inscription dans le droit d'un statut du travailleur libéré des caractéristiques de l'emploi et de sa participation à la valorisation du capital. C'est un marxisme réformiste et non de rupture, très axé sur le juridisme, qui pense changer les choses en changeant la loi. L'apport chrétien "dé-virilise" ici un peu le marxisme. Et je ne suis pas étonné que Friot avoue sans s'en repentir avoir adhéré aux sottises de l' "eurocommunisme" dans les années 1970.

C'est à divers égards une dévaluation du marxisme (même s'il en réhabilite l'utilité pour la réflexion sur la praxis quotidienne des gens), qui, en retour, dévalue aussi le christianisme, parce qu'il laisse entendre en filigrane qu'on contribue à la venue du Royaume de Dieu en oeuvrant à l'émancipation du travail du cadre capitaliste, ce qui est une façon de dire que le Royaume pourrait n'être "que ça". Or rappeler que l'Evangile ne cesse de parler du "travail" et de la justice (mais n'oublions pas que la justice de Dieu n'est pas celle des hommes... voyez les ouvriers de la 11ème heure...) est utile, penser la charité (au sens le plus fort du terme) à ce niveau l'est aussi, mais rabattre le christianisme sur cette dimension (ce fut une tentation très forte chez les chrétiens de gauche dans les années 1970) n'est pas seulement blasphématoire et suicidaire pour les âmes individuelles : cela conduit aussi à désarmer les peuples dans le combat titanesque qui s'annonce contre le globalisme luciférien avançant aujourd'hui sous le drapeau de la pseudo-pandémie. Le travail de Bernard Friot est donc à prendre pour le moins avec des pincettes...

Lire la suite

Les "Duke" et les symboles

8 Octobre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Débats chez les "résistants"

Une très bonne vidéo ici d'Allan Duke (sans doute un pseudo) sur l'union du masculin et du féminin sacrés et l'étoile de David chez les francs-maçons (illustré par le compas et l'équerre et l'étoile de David, le carré et le cercle, l'homme de Vitruve etc). Il montre que Mickey (My-Key, ma clé) a une tête à trois cercles en forme de triskèle. Cette forme est liée aussi aux trois phases de la lune, la femme à ses trois âges. La souris, qui accompagne le dieu éléphant Ganesh en Inde, représente l'Atman, le souffle divin, qui, sous le nom de Timothée (celui qui honore Dieu) chez Walt Disney (l'ancien des clubs De Molay) souffle ce qu'il doit faire à l'éléphant Dumbo, "le bête". La petite créature ou la souris qui conseille revient toujours dans ce genre de dessin animé. La petite souris est la source mère. Allan Duke remarque que l'astronaute Buzz Aldrin sur lequel on avait précisé ici qu'il était franc-maçon comme tous à la NASA, portait une montre Mickey.

Il résume aussi l'utilité des symboles dans la diffusion énergétique. De bonnes remarques aussi sur les égrégores liés aux tatouages. Je n'approuve pas le néo-paganisme des "Duke" qui les porte vers la magie et l'alchimie (avec tout ce que cela implique de négation du grand apport du zoroastrisme au judaïsme, au christianisme et à l'Islam : le dualisme), mais on peut retenir le contenu informatif de leurs vidéos qui sont assez érudites. La question qu'on peut se poser, c'est de savoir si nous devons, pour restaurer un peu de Bien en ce monde, récupérer les symboles qui nous sont balancés dans un sens négatif via la matrice culturelle en en inversant le sens, ou s'il suffit de rester dans une pratique spirituelle "pure" sans s'occuper des symboles et de leurs effets sur nous. Le théologien orthodoxe canadien Jonathan Pageau sur YouTube pose aussi ce genre de question.

Lire la suite

Loïc Chaigneau et le dialogue marxisme-christianisme

30 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes, #La gauche, #Christianisme, #Débats chez les "résistants"

Ma conversion et mon intérêt maintenant pour la sémiologie apocalyptique ne me font pas dédaigner complètement mes apprentissages antérieurs en philosophie et en sociologie. Il y a une raison profonde à cela. Un chrétien doit placer la Révélation scripturale au dessus des spéculations humaines, et donc aussi de la raison humaine, tout en laissant également une place à l'action de l'Esprit saint dans sa vie quotidienne pour l'éclairer. Mais ce principe ne saurait faire regarder comme vaine toute rationalité. Ce serait là céder à une facilité qu'apprécient les charismatiques mais qui peut faire verser dans un obscurantisme dangereux. Le Livre de la Sagesse dans l'Ancien Testament, la désignation de Jésus comme Logos dans l'Evangile de Jean, le fait que Saint Paul se soit donné la peine d'argumenter devant l'Aréopage d'Athènes sont une preuve que cette fonction rationnelle introduite par Dieu en l'homme n'est pas supposée être éradiquée, même s'il convient de fortement l'endiguer et d'empêcher sa fétichisation orgueilleuse.

L'histoire du christianisme occidental est celle de la difficile localisation de la place légitime de la raison, avec des poussées en sa faveur (dans la scolastique, dans le classicisme de Bossuet, dans le christianisme libéral français - quoique ce fût avec une coloration romantique très sulfureuse, comme pour les théologies de la Libération au siècle suivant) et des retours vers l'intuition charismatique en réaction (le mysticisme du XVII ème siècle, la charge de Léon Bloy contre les dominicains et contre le christianisme de salon à la fin du XIX ème siècle etc).

Un enjeu important de cette place à donner à la rationalité est de savoir quel poids il faut accorder aux lois de l'économie, car dans cette thématique se glisse toute la problématique de la pauvreté matérielle et culturelle, et celle du juste salaire qui est très importante déjà dans le Nouveau Testament (mais aussi dans l'Ancien), ce qui signifie qu'elle l'est aussi pour Dieu, ce que les chrétiens bourgeois évidemment évitent de prendre en considération en se contentant de diaboliser le communisme et les mouvements révolutionnaires. Si l'on est purement charismatique, on se borne à mener une action spontanée inspirée au service des pauvres comme l'a fait Savonarole à Florence avec tous les égarements apocalyptiques que cela a entraîné (car aucune inspiration n'est à 100 % exempte d'influence démoniaques). Si l'on laisse une place à la raison, il faut entretenir une forme de dialogue avec les sciences sociales athées (marxisme, bourdieusisme etc), sans se laisser prendre au piège de leurs présupposés antéchristiques mais en conservant seulement ce qui dans leur méthode d'analyse relève d'un exercice de la raison et d'une défense du bien commun conformes aux lois divines.

Dans le cadre de ce "maintien du dialogue", j'ai été intéressé par les prises de position du jeune Loïc Chaigneau, ancien professeur de philosophie de lycée, et membre du Parti communiste français, marxiste "classique", qui peut m'être sympathique à la fois parce qu'il défend une position réellement conforme aux intérêts des classes populaires françaises (refus du pass vaccinal anti-Covid, refus des mythes écologistes, défense de la démocratie directe et de la sortie de l'Union européenne), et parce qu'il adhère aussi dans le même mouvement au christianisme révolutionnaire.

Il faudrait prendre du temps pour discuter des thèmes qu'il traite dans ses vidéos et dans le cadre de son "Institut Homme Total". Je me contenterai simplement pour l'heure de brèves observations. Lorsqu'il instruit le procès du bourdieusisme ou du spinozo-bourdieusisme dans cette vidéo contre le salaire universel recommandé par Frédéric Lordon, il relance le vieux débat entre idéalisme et matérialisme dialectique, en reléguant Bourdieu clairement dans le premier camp (Bourdieu étant pour lui réduit à sa composante wébérienne), là où Marx permettrait de penser une praxis des classes populaires, beaucoup plus fondamentale et efficiente, par delà le jeu des catégorisations. Il s'agit là d'un procès ancien fait à Bourdieu qui néglige le fait que celui-ci entendait synthétiser à la fois Weber-Durkheim et Marx dans un structuralisme à la fois linguistique et pratique, pour intégrer en quelque sorte toutes les interactions ou inter-implications pourrait-on dire entre la structure et la superstructure. Bourdieu prétendait laisser toujours une place à la praxis, contrairement à ce que laisse entendre Loïc Chaigneau.

On peut penser qu'il le faisait insuffisamment parce qu'il laissait une place excessive au constructivisme néo-kantien qui réduit la réalité sociale à des représentations. C'est ce que j'ai développé il y a plus de dix ans maintenant dans mon article sur Bourdieu et Chomsky ici. Loïc Chaigneau combat cette dérive qu'il qualifie de "contre-révolutionnaire" au nom d'une philosophie de l'histoire (que l'on peut qualifier d'eschatologique) qui restitue à la praxis sociale son autonomie indépendamment du langage. La révolution devrait être pensée à partir de cette praxis seule, et à partir des contradictions systémiques qu'elle révèle. Je ne sais pas trop ce que cela peut signifier concrètement. Ce que je sais c'est que cette analyse du sens de l'histoire ne peut pas reposer sur un matérialisme dialectique, puisque la matière par elle-même ne pense pas. Sauf à la considérer sous l'angle du travail et la praxis le partenariat entre Dieu et l'âme humaine (l'idée promue par le Nouveau Testament que Jésus partage le joug avec ses disciples), dans la définition concrète au niveau du travail d'un horizon social nouveau. C'est peut-être ce que Loïc Chaigneau désigne quand il fait référence dans une autre de ses vidéos au fait que le Royaume de Dieu est à la fois à venir et toujours déjà. Mais cela pose un problème premièrement à l'égard du marxisme : car si c'est de la présence de Dieu qu'il s'agit, il n'est plus question ici d'une matière qui se donne à elle-même ses propres loi, et pourquoi devrait-on étudier les lois qui régissent les facteurs de production, si l'issue historique peut dépendre du lien privilégié de l'âme à Dieu, ou au diable d'ailleurs (comme on le voit souvent avec l'émergence des leaders providentiels ou démoniaques dans l'histoire des peuples) ? Le deuxième problème est à l'égard du christianisme : concevoir le Royaume de Dieu comme simplement un horizon d'émancipation sociale, c'est, comme Joaquim de Flore, intercaler un possible millénarisme avant la fin définitive des temps (ce que je retrouve aussi dans les prophéties catholiques sur le Grand Monarque). Mais intercaler des millénarismes, des sortes d'Age d'Or de Saturne, qui retardent la fin dernière, c'est possiblement désarmer les croyants qui sont censés veiller spirituellement, et au contraire les endormir sous un règne antéchristique (car George Soros et Bill Gates peuvent très facilement vous pondre un Grand Monarque ou une République communiste égalitaire dont ils tireront les fils en vous disant : voici le Royaume de Dieu sur Terre). Et c'est aussi ré-introduire la possibilité d'un temps cyclique chère au paganisme et à l'hindouïsme (et à sa synthèse New Age), dans lequel les apocalypses ne seraient que des événements périodiques sans que la regénérescence complète du monde matériel et spirituel ne soit vraiment envisageable.

Si, comme le laisse entendre Loïc Chaigneau la révolution n'est pas seulement affaire de déterminations (ou de volonté divine) mais aussi de volonté humaine (de participation de nos âmes), ce qui est effectivement conforme à l'image du partage du joug dans l'Evangile que je citais plus haut, alors on peut penser aussi que l'Apocalypse finale ne peut être le fruit que d'une volonté conjointe de Dieu, des incroyants et des croyants. La somme des trois étant ce qui aboutit à la révélation de l'Antéchrist et au retour de Jésus. Mais si le Royaume est pensé en des termes économicistes marxistes sous la catégorie de la fin de l'exploitation (ou de la fin du néo-fascisme capitaliste actuel), je crois qu'on ne fera que retarder cette Apocalypse, et donc retarder la venue de ce que doit être réellement le Royaume de Dieu, un Royaume dont l'économie n'est qu'une  partie et non pas le centre.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>