Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #colonialisme-imperialisme tag

Pristina interdit le dinar serbe et perquisitionne dans les enclaves

2 Février 2024 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme

Nouvelle provocation de l'entité kosovare : en méconnaissance des résolutions de l'ONU en vigueur leur soi-disant premier ministre Albin Kurti a décidé de remplacer le dinar serbe par l'euro. Les enclaves serbes qui refusent d'appliquer cette règle sont attaquées : plusieurs municipalités ont été perquisitionnées, le centre de santé d'Osojan à Istog (ville de plus de 30 000 habitants), près de Pec (où a police albanaise a démonté le drapeau serbe).

La Serbie a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU. Par ailleurs l'État versera environ 22 millions d'euros à l'avance aux Serbes du Kosovo sous forme de salaires, pensions et autres avantages. Chaque mois, l'Etat n'alloue que 350 millions de dinars aux prestations sociales. Il y a 6 794 exploitations agricoles enregistrées, qui dépendent également des paiements en dinars pour diverses subventions et tout le reste.

Le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer, a déclaré que la CE était préoccupée par la décision du Kosovo d'abolir le dinar et qu'elle demandait que la période de transition soit suffisamment longue pour trouver une solution dans le cadre du dialogue mené par l'UE. Il affirme que la Commission est particulièrement préoccupée par l'impact sur les écoles et les hôpitaux, "étant donné l'absence apparente d'alternatives".

Le Premier ministre des Institutions temporaires, Aljbin Kurti, a déclaré que dans quatre municipalités du nord, il existe quatre succursales bancaires et 15 institutions financières non bancaires vers lesquelles les envois de fonds et les paiements peuvent être envoyés et dans lesquels ils peuvent être reçus en euros.

"L'euro est la monnaie qui nous vient de l'UE, nous ne disons pas que nous voulons introduire la monnaie albanaise, le lek, ou la nouvelle monnaie dardanienne du Kosovo, mais l'euro, l'euro comme seul moyen de paiement et d'achat, clairement défini au Kosovo, et ce n'est pas une question qui fait l'objet de négociations" , a souligné Kurti.

Lire la suite

Les Occidentaux en position de faiblesse au Proche-Orient

30 Janvier 2024 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Après la mort de trois soldats en Jordanie (sous une attaque de drones de chiites irakiens - Résistance islamique-Kataib Hezbollah), le président américain est pressé de restaurer une capacité de dissuasion, mais veut enrayer un embrasement du conflit à Gaza, explique le journal libanais "L'Orient le Jour".

Les actions anti-américaines des paramilitaires chiites en Irak a d'ores-et-déjà porté ses fruits puisque Washington s'engage enfin à négocier le retrait des 2 500 soldats qui y restaient. Il n'est pas sûr que Washington ait une réelle capacité de riposte face à ces groupes.

De même contre les Houthis en Mer Rouge Washington est gêné par le fait que l'Arabie Saoudite qui a échoué à vaincre se groupe veut maintenant préserver la paix au Yémen (ce qui concorde avec sa politique de rapprochement avec l'Iran au sein des BRICS), et du fait que les frappes militaires sont d'une efficacité limitée face à ce genre de groupe.

La latitude d'action américaine est d'autant plus étroite que l'opinion publique en Europe et en Amérique est devenue très largement hostile à l'extrémisme israélien contre les civils de Gaza.

D'ailleurs l'Espagne (phare de la croissance économique en Europe en ce moment) qui a refusé le 12 janvier de participer à une action militaire en Mer Rouge, annonce à la différence de la France qu'elle continuera à financer l'UNRWA qu'Israël essaie de diaboliser. L'autonomie de la politique de ce pays, qui a pourtant peu de marge de manoeuvre au sein de l'OTAN est en soi un indice des limites qui peuvent être posées au bellicisme des faucons pro-israéliens au Proche-Orient.

Lire la suite

Délire belliciste

30 Janvier 2024 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme

Macron parle de réarmement démographique comme la France de 1910 quand elle s'enlisait dans une stratégie de confrontation avec l'Allemagne (vocabulaire guerrier qui ne l'empêche pas d'ailleurs de vouloir constitutionnaliser l'avortement, le Guardian lui reproche aujourd'hui cette contradiction - on pourrait aussi lui reprocher aussi d'oublier de poser la question de la responsabilité de l'injection covid, entre autres, dans la chute de la natalité à 9,9 p. 1000 contre 12,8 en 2010. L'ex-premier ministre britannique Boris Johnson (celui-là même qui a poussé Zelinsky à refuser la paix au printemps 2022) annonce qu'il s'engagerait sans hésiter dans l'armée s'il le fallait pour faire la guerre à la Russie. Le chef d'état-major britannique, le général Sir Patrick Sanders, a averti que l'opinion publique britannique devrait être appelée à se battre si la guerre avec la Russie était déclarée, appelant le gouvernement à « mobiliser la nation ». Plus tôt ce mois-ci, le ministre suédois de la Défense civile, Carl-Oskar Bohlin, a reconnu lors d'une conférence sur la défense qu'« il pourrait y avoir une guerre en Suède ». Le commandant en chef suédois, le général Micael Bydén, va plus loin en déclarant que tous les Suédois doivent « se préparer à la guerre ».

Le chef de la défense norvégienne annonce que la Russie fera la guerre à l'Europe dans 3 ans. Les Etats-Unis annoncent qu'ils vont réinstaller des armes nucléaires en Angleterre pour la première fois depuis 15 ans (ce qui a poussé  le député nationaliste russe Alexeï Jouravlev à prôner l'installation d'armes nucléaires russes à Cuba, au Venezuela ou au Nicaragua).

Espérons qu'il ne s'agit là que de stupides gesticulations de puissances occidentales sur le déclin frustrées d'avoir échoué en Ukraine et qui sont de toute façon incapables de reconstruire une industrie d'armement et a fortiori une économie de guerre (Boris Johnson fut d'ailleurs un acteur important du sabordage des capacités de défense britanniques). En attendant, cette rhétorique folle a un impact très réels sur la vie quotidienne de beaucoup de gens, notamment des dizaines de milliers de Russes en Lettonie qui n'ont jamais reçu la nationalité de ce pays, et qui, depuis la loi d'immigration votée à Riga en septembre dernier, risquent l'expulsion s'ils ne démontrent pas une compétence linguistique spécifique en letton (parce qu'ils sont perçus comme une "cinquième colonne" poutinienne dans le pays).

Lire la suite

Etat des discussions sur le bras de fer CEDEAO/Niger

28 Janvier 2024 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Le Niger, le Mali et le Burkina viennent d'annoncer leur sortie de de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Une occasion de revenir sur ce débat  intéressant sur New World TV entre le journaliste Anani Sossou  et l'ex-ambassadeur du Togo Sogoyou Keguewe (ex partisan du Général Eyadema). Celui-ci y dénonce la complicité d'Alassane Ouattara, qui n'est pas ivoirien de naissance, avec l'ex-président nigérien Bazoum qui lui non plus n'est pas originaire du pays qu'il dirigeait. Les deux ont un profil de mercenaires des Occidentaux.

Anani Sossou souligne aussi que l'unité de l'Afrique de l'Ouest est un mythe. Il rappelle que pour quitter Lomé jusqu'à Akkra on rencontre quinze postes de douanes où il faut verser du bakchich.

Sogoyou Keguewe accuse le pro-occidental Maki Sall d'avoir fermé le Sénégal, de massacrer l'opposition en vase clos pour empêcher que le populiste de gauche Ousmane Sonko n'arrive au pouvoir (Juan Branco son avocat en a fait les frais l'été dernier) et de compter sur une guerre au Niger pour garder le pouvoir (comme Zelensky se maintient au pouvoir en Ukraine grâce à la guerre).

Lors du sommet de la CEDEAO de décembre 2023, relève Anani Sossou, Alassane Ouattara (qui d'ailleurs était il y a peu au Forum économique mondial) a déclaré que la communauté des Etats et non des Etats particuliers soutenait une intervention militaire au Niger, ce qui laisse entendre qu'il y a unanimité. Mais le Cap Vert n'y est pas favorable. En outre le sénat nigérian n'approuve pas la guerre. Le Togo n'est pas enthousiaste pour cette guerre.

Le Togo ne peut pas dégarnir son front contre les djihadistes pour aller se battre au Mali. Même Talon du Bénin n'y est pas favorable, car la guerre nuit aux intérêts économiques : il a dû accepter de faire reprendre le transit économique depuis le port de Cotonou vers le Niger. Sogoyou Keguewe ajoute que le Nigéria non plus ne peut risquer une guerre contre le Niger car il y a un risque de coup d'Etat à Abuja. Par ailleurs le Biafra menace de soutenir le Niger en cas de guerre, et cette guerre affaiblirait le Nigéria dans sa lutte contre Boko Haram. Les Haoussas au nord du Nigeria et du Bénin qui ont coutume de se marier avec ceux du Niger feraient sécession en cas de guerre (mais à l'inverse on peut se demander si le Burkina pro-nigérien ne serait pas facile à déstabiliser, surtout depuis qu'il collabore avec le Rwanda de Kagamé chouchou de la France depuis quelques années).

En outre souligne Anani Sossou (et il l'a déjà écrit sur le Net) le Burkina soutiendra le Niger en cas de guerre, et le Togo (qui a une armée aguerrie) basculera aussi dans la guerre, ainsi que la Guinée. Et l'Algérie, proche de la Russie, ne laissera pas non plus la France déstabiliser le Niger.

Il y a aussi en minute 22 une discussion intéressante sur le côté pacifique de l'Union africaine en Ukraine où elle a offert sa médiation, alors qu'en Afrique de l'Ouest elle favorise la guerre contre le Niger.

Lire la suite

Cao de Benos arrêté à Madrid

3 Décembre 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #La gauche, #Espagne

Jeudi dernier, 30 novembre, à la gare TGV(AVE) d'Atocha, des policiers espagnols en civil ont arrêté Alejandro Cao de Benos (un pittoresque aristocrate rouge connu pour être le visage de la Corée du Nord ans le monde hispanique), en vertu d'un mandat d'Interpol émis par le FBI, reçu par les autorités espagnoles au mois d'octobre.

L'inculpation repose sur la loi américaine des pouvoirs économiques en situation d'urgence nationale IEEPA de 1977 (une loi qui a valu quelques problèmes au deuxième plus gros revendeur de tabac au monde il y a peu). Cao de Benos explique dans son communiqué sur Twitter que cette inculpation que son avocat a attaquée reposerait sur une fausse accusation d'avoir sollicité les services du hackeur Virgil Griffith pour contourner les sanctions économiques qui frappent la Corée du Nord. D'après lui cette nouvelle demande d'extradition serait montée de toute pièce, les précédentes n'ayant pu aboutir.

Il souligne que les policiers ont été très cordiaux à son égard. Il dénonce les bobards du journal El Mundo du 1er décembre qui le traite de fugitif. "Je suis depuis 7 ans et demi sans passeport et sans possibilité de sortir d'Espagne sur ordre d'un juge, écrit-il, signant tous les lundi au greffe du tribunal" (il conseille aux journalistes d'aller vérifier auprès du bureau du juge d'instruction n°3 de la charmante ville de 30 000 habitants appelée Totana près de Murcia.

Au bout de 24 heures de garde à vue il a été laissé en liberté provisoire. J'ignorais de Cao de Benos n'allait plus en Corée du Nord. En tout cas il reste interviewé de temps en temps par CNN et Sputnik.

En février dernier, un certain Christopher Douglas Emms, 31 ans, ressortissant britannique et investisseur cryptomonnaie, a été arrêté à Moscou sur ordre d'Interpol, accusé d'aider la Corée du Nord  après avoir organisé la planifié et organisé en 2019 la «Pyongyang Blockchain and Cryptocurrency Conference» au complexe Sci-Tech. En 2022 alors qu'il était en Arabie Saoudite, il avait été arrêté, mais avait réussi à obtenir sa libération sur la base de l'illégalité du mandat d'arrêt. Il s'était alors réfugié à Moscou. Son arrestation en pleine guerre d'Ukraine aide à relativiser, une fois de plus, la profondeur de l'affrontement russo-américain.

Il y a 5 mois, Jean Lee, journaliste, racontait pour la BBC qu'elle avait rencontré Alejandro Cao de Benos qui se faisait appeler en Corée Cho Sun-il (elle avait d'ailleurs assisté à la conférence de 2019). A noter que dans ce documentaire l'importance de cette conférence est assez minimisée par certains participants, ce que faisait concernant l'action de Griffith un contributeur italien de cette conférence où beaucoup de gens dormaient. Cependant d'après le jeune italien un taiwanais a essayé de les approcher après la conférence pour faire du commerce de pétrole offre qu'ils ont refusée. Griffith et lui s'étaient plutôt rendus en Corée du Nord par curiosité et par envie idéaliste (ou narcissique d'après ce qu'allait en dire un juge) d'aider le peuple là bas, indépendamment de la politique. Mais il avait commencé les actions pour contourner les sanctions avant la conférence, et le FBI avait même une transcription de ses propos à la conférence.

Nous avons là une illustration complémentaire de l'hubris détestable des Américains et de leur juridiction universelle.  Comme on le voit ni l'Espagne, ni non plus la Russie n'y résistent réellement...

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>